Navigation – Plan du site
Recensions et notes de lecture

Sarah Abdelnour, Moi, petite entreprise. Les auto-entrepreneurs, de l’utopie à la réalité, Paris, PUF, coll. « Humensis », 2017

Marie-Christine Bureau
Référence(s) :

Sarah Abdelnour, Moi, petite entreprise. Les auto-entrepreneurs, de l’utopie à la réalité, Paris, PUF, coll. « Humensis », 2017

Texte intégral

1Fin 2016, la France compte plus d’un million d’auto-entrepreneurs. Pourquoi un tel succès ? Comment comprendre la genèse de ce statut, présenté dans les médias comme une innovation majeure ? Et quelles en sont les conséquences, tant pour les auto-entrepreneurs eux-mêmes que pour la société française dans son ensemble ? Telles sont les questions auxquelles Sarah Abdelnour tente de répondre, dans un ouvrage richement documenté qui se base à la fois sur des archives, des données statistiques et une série d’entretiens auprès des acteurs de la décision politique et d’une trentaine d’auto-entrepreneurs.

2La première partie de l’ouvrage est consacrée au processus de fabrication de la loi, resituée dans la longue histoire des politiques d’incitation à la création d’entreprises, notamment à partir des années 1970, période à laquelle les théories néolibérales gagnent le « cœur de l’État ». En constatant que les premiers dispositifs d’aide aux créateurs étendent de fait la protection sociale des salariés aux futurs indépendants, l’auteure souligne les ambivalences du néolibéralisme : loin de disparaître, l’État y exerce de fait un rôle actif, élaborant sans relâche les règles chargées de garantir le jeu de la concurrence, allant jusqu’à mobiliser des politiques sociales pour soutenir l’initiative individuelle. À partir des années 1980, l’idéal entrepreneurial défendu par une droite libérale rejoint paradoxalement le souci d’insertion par l’économique promu par des militants de l’intervention sociale à la recherche de solutions alternatives. Au tournant du xxie siècle, l’entrepreneuriat populaire, ouvert à tous et non exclusif d’autres activités et d’autres sources de revenus s’impose alors comme une figure largement consensuelle. S. Abdelnour va plus loin dans cet exercice de sociologie politique en mettant en scène les différents acteurs de la loi dans leurs trajectoires professionnelles et idéologiques (à commencer par les ministres et les députés les plus impliqués), de façon à rendre lisibles les configurations politiques, mais aussi les résistances et les compromis qui ont marqué l’avènement du régime. Les matériaux recueillis lui permettent ainsi de retracer, presque de l’intérieur, le déroulement de cette saga législative, dans laquelle les deux principaux foyers de contestation sont les administrations sociales, inquiètes de l’équilibre des comptes, et les artisans, furieux d’être soumis à ce qu’ils considèrent comme une concurrence déloyale. Si l’auteure met surtout l’accent sur la façon dont le régime de l’auto-entrepreneuriat s’oppose aux institutions de la société salariale, on comprend néanmoins, à lire l’histoire de cette saga, que le régime met en tension d’autres modes de régulation concurrents : la régulation libérale (qui vise à simplifier les règles au maximum), la régulation néolibérale (qui secrète en revanche de nombreuses règles afin de préserver le jeu concurrentiel) et la régulation professionnelle, basée sur la reconnaissance de la qualification et donc gardienne des « barrières » réglementaires à l’entrée. Au fil des débats et des compromis, S. Abdelnour montre comment le quinquennat de François Hollande a finalement pérennisé, en le modifiant à la marge, le régime de l’auto-entrepreneuriat.

3La deuxième partie de l’ouvrage est consacrée aux auto-entrepreneurs, leurs trajectoires professionnelles et familiales, l’expérience qu’ils font du régime, leurs modes de travail et de vie. Elle permet de faire ressortir un certain nombre de résultats. D’abord, la faiblesse du revenu moyen dégagé dans l’activité d’auto-entrepreneur masque en fait une très grande disparité d’usages : il peut s’agir d’une activité d’appoint, en complément d’un travail salarié ou d’une pension de retraite, d’un banc d’essai pour tenter l’aventure de l’indépendance ou encore d’un pis-aller, en attendant de trouver un emploi. S. Abdelnour note une bipolarisation de cette nouvelle forme de travail indépendant, dans la mesure où ceux qui cumulent plusieurs activités et plusieurs revenus sont aussi souvent les plus qualifiés et les mieux protégés. À l’image de ce que Marie-Françoise Mouriaux (1994) avait pu observer dans les années 1990, une part des créations de micro-entreprises correspond en réalité à des externalisations : l’employeur se dégage des obligations liées au contrat de travail et la relation se poursuit sous forme de prestation de service. Dans ce cas, le travailleur peut connaître une sorte de double peine, cumulant la dépendance à l’égard d’un seul client, parfois assortie d’un véritable lien de subordination (sous forme de contraintes et contrôles), avec des droits sociaux amoindris. Une situation, généralement qualifiée de « salariat déguisé », qui n’est pas, précise l’auteure, l’apanage du secteur privé, puisqu’on la retrouve aussi dans certaines municipalités et administrations publiques.

4Compte tenu de la faiblesse des revenus issus de l’activité d’auto-entrepreneur, celle-ci ne peut être appréhendée qu’en articulation avec d’autres formes de travail et d’autres sources de revenus, à l’image du « travail à-côté » étudié par Florence Weber (1989), qui permet de « supporter l’usine, non de la refuser, ni de la remplacer ». Aussi l’analyse privilégie-t-elle ces différentes formes d’articulation. Le premier profil correspond à des individus pour qui l’auto-entrepreneuriat constitue un complément de revenu, soit à une pension de retraite, soit à un salaire. Tels ces cadres de grandes entreprises qui, après le passage à la retraite, poursuivent leur activité sous une forme indépendante afin de maintenir leur niveau de vie. Ou ces salariés en sous-emploi qui ne trouvant pas l’autonomie, la reconnaissance et la rémunération qu’ils attendent, choisissent de compléter leur vie professionnelle par une activité indépendante. Le deuxième profil concerne des chômeurs (un tiers des auto-entrepreneurs). Pour certains d’entre eux, le statut d’auto-entrepreneur permet d’acquérir une légitimité sociale, même si l’activité reste accessoire ou se développe peu. Mais le passage par l’auto-entrepreneuriat peut être aussi, en particulier pour les jeunes (troisième profil), un moyen de s’insérer sur le marché du travail, une sorte de période d’essai, à l’image des stages et des CDD, ou une période de professionnalisation, par exemple dans des métiers comme l’architecture où la photographie, où l’auto-entrepreneuriat tend à devenir un point de passage obligé. Enfin le quatrième profil correspond à des salariés qui choisissent la transition vers l’indépendance, que ce soit pour gagner davantage ou par dégoût des relations hiérarchiques. Ajoutons que ce type de pari risqué s’accompagne souvent d’un soutien familial (conjoint ou parent) qui le rend possible. Très loin donc d’une nouvelle forme de travail autonome, capable de tenir par elle-même, l’auto-entrepreneuriat apparaît largement adossé au système de protection sociale de la société salariale, ainsi qu’aux solidarités familiales.

  • 1 Ces collectifs prennent aujourd’hui des formes variées, que ce soit des associations créées sur la (...)

5Le dernier chapitre est sans doute celui qui prête le plus à discussion. Il s’agit en effet de rendre compte du fait que, malgré la faiblesse de leurs revenus et la fragilité de leur situation, les auto-entrepreneurs manifestent pourtant une satisfaction à l’égard de leur nouvelle situation professionnelle, voire saluent la création du régime. L’auteure s’interroge : « méconnaissance » du dispositif, « résignation » face à la difficulté de trouver un emploi salarié, « joies de l’auto-exploitation », adhésion à l’idéologie dominante ? Il est intéressant, à cet égard, de prendre à nouveau un peu de recul historique pour citer Charles Gide (1920) qui, au début du xxe siècle, alors même que les institutions de la société salariale restaient encore embryonnaires, s’inquiétait de voir les petits producteurs tomber dans une situation de dépendance économique vis-à-vis des grandes entreprises industrielles et s’interrogeait : « Vaut-il la peine de sauvegarder une ombre d’indépendance qui ne consiste le plus souvent que dans la possibilité de travailler plus longuement et plus péniblement qu’en fabrique et de vivre en marge des lois protectrices du travail ? » Mais il ajoutait aussitôt : « le travailleur est meilleur juge que nous des conditions de son bonheur » et il consacrait, dans son ouvrage, de longs développements aux moyens de préserver une indépendance effective, en particulier par la coopération. En écho à ces interrogations du siècle passé, nous pouvons constater qu’il existe aujourd’hui un certain nombre de collectifs qui regroupent, entre autres, des auto-entrepreneurs, et qui explorent différentes voies pour inventer – ou réinventer – des façons de coopérer et de se protéger mutuellement, prouvant ainsi qu’entrepreneuriat ne rime pas nécessairement avec individualisme1. Le retour sur les questionnements du passé comme l’observation de ce qui émerge au présent, nous amènent donc à mettre en débat le point de vue adopté par l’auteure. En opposant l’auto-entrepreneuriat, vu comme foyer de l’individualisme et de la précarité, à une vision idéalisée du salariat, vu comme bastion des droits sociaux et de l’action collective, ne s’interdit-on pas de penser que de nouvelles formes d’action collective et de nouvelles protections du travailleur soient possibles ? Et que celles-ci ne seront pas nécessairement arrimées au statut de salarié dont la qualification juridique reste tributaire de l’existence d’un lien de subordination ?

6L’ouvrage de Sarah Abdelnour fait œuvre utile en dénaturalisant le discours politique déployé autour de l’auto-entrepreneuriat. Il ouvre la boîte noire du processus législatif et fournit un riche matériau, tant pour comprendre la genèse de la loi que sa mise en œuvre et ses usages. Les portraits d’auto-entrepreneurs permettent en outre de donner des visages à cette réalité multiforme, tout en resituant les différentes figures par rapport aux données globales. L’analyse des multiples articulations et bricolages qui se jouent autour d’une activité d’auto-entrepreneur est, à cet égard, particulièrement instructive. Que l’on adhère ou non à la perspective retenue, cet ouvrage représente donc un apport significatif à un débat majeur de notre temps.

Haut de page

Bibliographie

Gide Charles ([1920] 2007), Les Institutions de progrès social, Paris, L’Harmattan.

Mouriaux Marie-Françoise (1994), « Nouvelles entreprises : des emplois créés, sauvegardés ou déplacés ? », Travail et Emploi, 58, 25-37.

Weber Florence (1989), Le Travail à côté. Étude d’ethnographie ouvrière, Paris, Inra.

Haut de page

Notes

1 Ces collectifs prennent aujourd’hui des formes variées, que ce soit des associations créées sur la base du métier (comme l’Alliance française des designers), des coopératives (comme les coopératives d’activité et d’emploi) ou encore des « communautés » constituées autour d’un lieu ou d’une association mais organisées en réseau, à l’image des communautés du logiciel libre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Christine Bureau, « Sarah Abdelnour, Moi, petite entreprise. Les auto-entrepreneurs, de l’utopie à la réalité, Paris, PUF, coll. « Humensis », 2017 », La nouvelle revue du travail [En ligne], 11 | 2017, mis en ligne le 01 novembre 2017, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://nrt.revues.org/3364

Haut de page

Auteur

Marie-Christine Bureau

Lise-Cnam-Cnrs

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org