Navigation – Plan du site
Recensions et notes de lecture

Mathilde Ramadier, Bienvenue dans le nouveau monde. Comment j’ai survécu à la coolitude des startups, Premier Parallèle, 2017 ; Patrick Rozenblatt, Razzia sur le travail. Critique de l’invalorisation du travail au 21e siècle, Paris, Éditions Syllepse, 2017

Salvatore Maugeri
Référence(s) :

Mathilde Ramadier, Bienvenue dans le nouveau monde. Comment j’ai survécu à la coolitude des startups, Paris, Premier Parallèle, 2017

Patrick Rozenblatt, Razzia sur le travail. Critique de l’invalorisation du travail au 21e siècle, Paris, Éditions Syllepse, 2017

Texte intégral

1Voilà deux petits ouvrages situés aux marges des publications académiques mais qui complètent à merveille les analyses consacrées au nouveau monde du travail, celui qui se voit « révolutionné » par le numérique et la digitalisation. Ils constituent à leur manière une illustration des thèses défendues dans l’ouvrage de J.-P. Durand, La Fabrique de l’homme nouveau, recensé dans ce même numéro.

2Le premier livre, Bienvenue dans le nouveau monde, nous met sur les pas d’une jeune femme en quête d’insertion professionnelle dans le monde impitoyable des startups. Elle vit à Berlin, capitale mondiale de la « bohème digitale » (p. 15). Elle est polyglotte, diplômée (BTS, puis master), parfaite connaisseuse des nouvelles technologies. C’est une « littéraire », spécialisée en communication. Elle met l’ensemble de ses compétences aux services de « jeunes pousses entrepreneuriales » du secteur de cette économie « en ligne » qui a envahi notre quotidien. Que proposent ces sociétés ? Des services de diverses natures (vente en ligne, constitution de base de données mondiales sur le marché de l’art, etc.), parfois en position de sous-traitants pour d’autres sociétés de la net-économie. Elle y est chargée d’élaborer des « contenus rédactionnels », par exemple, élaborer les textes de présentation de l’entreprise et de ses activités ou décrire les objets proposés à la vente par la société qui l’emploie. Mathilde Ramadier conte alors quel est le parcours éreintant des postulants à un emploi dans ces entreprises, depuis le recrutement jusqu’au départ – écœuré – ou au licenciement – désabusé. Malgré plusieurs années d’expérience professionnelle, elle se dit « encore vierge de tout CDI » (p. 14). Tous ses recrutements ont été faits sous le régime du stage, du CDD, de périodes d’essai aussi longues que le contrat de travail lui-même, où il est stipulé parfois qu’elle ne serait peut-être pas payée. Bienvenue dans la « nouvelle économie ». Précarité sociale et économique chronique, appauvrissement intellectuel, affectation à des tâches répétitives débilitantes dans un environnement rongé par une agitation frénétique où tout ce qui est « stable » et « borné » est dévalorisé – en particulier l’emploi ou le temps de travail –, où il faut être prêt à tout donner pour cinq cents euros par mois dans l’espoir d’enfin devenir membre de la « famille » formidable qu’est la startup qui vous recrute dans des hourras et des louanges à vos « talents remarquables » – mais qui vous paie sous le SMIC et n’hésitera pas à vous licencier si vos objectifs ne sont pas atteints.

3Toutes les dimensions de cette vie placée sous le signe de la « coolitude » imposée dans ces lieux d’exploitation d’un nouveau genre sont passées en revue, à commencer par ce culte du moi, cet égocentrisme de vies obsessionnellement publicisées sur les réseaux sociaux, émaillées de « selfies » pris au travail ou au bistrot, en compagnie de votre « manager génial », destinés à démontrer universellement combien il est « génial d’en être », en passant par les conditions de travail dans des open-spaces orwéliens, par la novlangue travestissant des activités parfaitement ringardes et totalement rébarbatives, par les titres ronflants de manager attribués à la ronde à des « collaborateurs » qui ne managent personne, par la gamification systématique de tous les actes professionnels ou rituels sociaux, jusqu’à la terrible désillusion de ces jeunes travailleurs placés dans l’obligation de ne jamais vieillir et de se faire un devoir de participer à la glorification quotidienne de leur univers en témoignant envers et contre tout de leur bonheur.

4Ce livre, en somme, offre une plongée glaçante dans un monde totalement factice où tous les affects positifs de notre personne sont réquisitionnés pour produire de la valeur pour l’actionnaire sous le patronage de CEO (Chef Executive Officer dans la langue de Shakespeare, omniprésente et qui ne s’est jamais dégagée de sa gangue militaire) faisant figures de héros, dans l’indifférence totale des contenus du travail, la plupart du temps dénués d’intérêt, et des attentes de sécurité des salariés. La grille d’analyse est psychanalytique – managers bloqués au « stade anal » qui se refusent à « tout lâcher », employés confinés au « stade oral » nourris au sein infantilisant d’une structure maternante et régressive récompensant son personnel à coup de bonbons acidulés, de gâteaux d’anniversaire et de déjeuners vegan. Il s’agit d’un témoignage et doit être pris comme tel. Il est bien conçu, bien écrit et fourmille d’anecdotes édifiantes pour tous ceux qui n’ont aucune idée de ce qu’est cette vie 2.0 qu’offre la net-économie.

5Le second ouvrage, Razzia sur le travail, est écrit par un universitaire. Il est en conséquence plus ambitieux, plus dense, moins facile à appréhender, car lesté d’une profondeur théorique qui fait défaut au premier. Il est néanmoins qualifiable d’hétérodoxie académique, car il s’agit d’un livre engagé, combattant, en rupture affirmé avec la neutralité axiologique présentée généralement comme garante de la scientificité. Il pourra gêner certains lecteurs pour cette raison, de même que pour les références fréquentes de l’auteur à sa propre expérience sociale. Soulignons aussi un travail éditorial inachevé (coquilles et erreurs systématiques de césure) conduisant à s’interroger sur les conditions de fabrication de l’ouvrage qui semble comme porter les stigmates de ce qu’il dénonce...

6L’objet principal de l’ouvrage est une interrogation critique sur les processus d’invalorisation du travail traversant la société. L’auteur entend par là le processus d’expulsion du travail de l’emploi salarié et sa relégation dans des activités (privées) dont la contribution à la production de valeur sociale est déniée. Il est, en conséquence, non rémunéré et désinséré des mécanismes sociaux de rétribution indirecte (protection et cotisations sociales, en particulier). Il s’agit en somme d’un questionnement autour de ce qu’est le travail et de la façon dont sa valeur est socialement sanctionnée – économiquement, juridiquement, symboliquement, etc.

  • 1 Le Nouveau Léviathan, Paris, Anthropos, 1957.

7Le travail est entrevu ici, en conformité avec les conceptions marxisantes de la première sociologie du travail, comme un « “rapport de rapports sociaux” déterminé par des formes complexes de socialisation » (p. 25). Autrement dit, comme le soulignait Naville1, le travail dans les sociétés capitalistes est le résultat de la confrontation entre « les modalités et la durée de la formation, les rapports de force entre travailleurs et capitalistes, les rapports de force entre la dynamique technologique et les travailleurs ». À quoi il faut ajouter, précise justement Rozenblatt, les rapports de forces institués entre travailleurs eux-mêmes, au regard des catégories de genre et de « race » (p. 12-13). C’est cet « agir subordonné », expression reprise de Gerhard Brandt, débordant largement la sphère du travail pour s’étendre à l’ensemble de nos rapports sociaux qu’il faut prendre en considération pour réfléchir au travail contemporain.

8L’invalorisation du travail connait des formes traditionnelles, comme par exemple, le travail domestique, vital pourtant à la production et reproduction de la force de travail, mais invisible dans les bilans économiques de la nation. La forme de mise au travail que sont les stages constitue un autre aspect de l’invalorisation (comme le travail au noir). Mais c’est sa forme moderne qui intéresse l’auteur, appelée ailleurs, la servuction, c’est-à-dire la mise au travail, hors de l’emploi, de millions d’individus dont l’activité productrice de valeur est totalement invisibilisée.

9Le chapitre 1 précise les « formes primitives » du travail invalorisé. Il est l’occasion d’une définition formelle du travail invalorisé, travail réalisé, nous dit l’auteur, dans le cadre d’un rapport de subordination bien établi, mais hors du contrat d’emploi, donc sans rémunération ni versement de cotisations sociales, mais sans l’intervention duquel le processus de production échoue. Une sorte de miracle capitaliste. L’ancêtre de cette forme d’exploitation ? Le self-service, aux USA, en 1916. On l’a compris, c’est le « travail du consommateur » qui est visé. « De la pompe à essence aux laveries automatiques, du supermarché au self-service […] le travail a quitté l’emploi, s’exonérant des coûts » imposés au capital (p. 32). Pour partie, c’est à l’automation que l’on doit l’extension irrésistible de ce travail « non déclaré » et notre soumission enjouée aux dictats du capital. Car, c’est aussi l’incroyable mystère marquant cette forme de mise au travail : elle est subordination à l’ordre dominant vécu comme moment de libération dans l’accès à la consommation. C’est bien sûr à travers une pratique quotidienne et désormais centenaire que les masses se socialisent à ces formes d’exploitation. Mais comment en est-on arrivé là, comment nous sommes-nous acculturés à ces innovations technico-économiques ?

10C’est l’objet du deuxième chapitre. Du moins s’y attend-on au vu de son titre – » L’invention du mythe du plein emploi salarial prémisse à l’expansion du travail invalorisé ». En réalité, ce chapitre comporte sa part d’obscurité du point de vue de l’argumentation générale de l’auteur. Il consiste en un retour historique sur l’encadrement juridique du travail et de l’emploi depuis les années 1910/1920, avec une insistance sur la production législative propre aux Trente Glorieuses, en particulier durant les années 1970. La bataille qui s’engage alors entre capital et travail consiste pour l’auteur essentiellement à produire une définition d’un régime « décent d’exploitation du travail », négligeant « toute réflexion radicale sur la division sociale du travail et l’organisation de la production » (p. 66). L’emphase mise sur les mots d’ordre autogestionnaires des années 1970 suggèrent que la seule alternative possible au processus d’invalorisation du travail qui s’ouvre en même temps que la « société salariale » était la subversion du droit de propriété, la mise à bas du capitalisme et l’organisation d’un débat démocratique autour de ce qu’est le travail et les modalités de sa reconnaissance économique et sociale. « L’emploi et les droits qui l’embellissent, écrit l’auteur, sont d’autant plus mis sur le devant de la scène sociale et politique que l’organisation et la valorisation des rapports de travail y échappent fondamentalement. » (p. 67) C’est, au passage, dénoncer les malentendus théoriques entourant les discours sur la croissance et le « plein emploi ». Le plein emploi est déjà là, il ne manque que la sanction sociale pour le faire émerger.

11Le chapitre trois est une tentative d’analyse des conditions sociales d’acculturation à la mise au travail des consommateurs que nous sommes. Il est pour l’essentiel tiré du récit d’expériences personnelles de l’auteur dans ses confrontations à la SNCF, à la restauration rapide, au self-service, aux laveries automatiques, etc. Il rappelle l’impact qu’ont sur les apprentissages la digitalisation de notre rapport au monde et l’accès dès le plus jeune âge aux tablettes, Smartphones et autres gadgets du numérique dans lequel pour le meilleur et, souvent, pour le pire nous baignons désormais. L’invisibilisation de l’emprise des rationalisations managériales sur nos comportements passe indéniablement par cette informatisation généralisée dans laquelle évolue l’enfant de la net-économie. Nos identités sont profondément marquées par ces dressages obsidionaux et la déconstruction de nos assujettissements devient tâche difficile, sinon impossible. Il nous faut un sursaut de conscience pour en sortir. Mais comment ? C’est à partir des imperfections du système, de ses ratés et incapacités à honorer ses engagements de « service au client » qu’un peu de lucidité peut nous venir. Il nous faut comprendre qu’entre le salarié aliéné par les procédures gestionnaires et le client mis au travail pour un service décevant, il n’y a pas de différence : nous sommes tous les otages du procès de valorisation du capital qui a trouvé dans les TIC les moyens de son renouvellement.

12Le poids du numérique et du digital dans l’expansion du travail invalorisé est au centre du quatrième chapitre. Il repose sur deux exemples. Le premier concerne la société Orange et l’analyse critique d’un rapport sur « Les nouveaux modes de travail à l’ère du digital », produit en 2014. Ce rapport envisage ce que sera le travail digitalisé sous l’influence des générations montantes, prescripteurs des futures organisations du travail, avides de faire exploser les carcans du travail posté et salarié : nomade (car déterritorialisé), sans frontière entre le professionnel et le privé, mis en œuvre à n’importe quel moment du cycle circadien, inflexiblement flexible et collaboratif, effectué par un travailleur jeune et externalisé, auto-entrepreneur ou free-lance, peu importe, désireux de liberté et d’autonomie, se soumettant avec enthousiasme aux rigidités des contrôles collectifs parce que totalement investi dans la réussite du projet porté par le réseau auquel il a la chance d’appartenir temporairement. Affleure alors à l’esprit la description faite par Mathilde Ramadier de son expérience de travail dans les startups… Cette analyse est suivie d’une même lecture critique d’un rapport gouvernemental cette fois, commandé par le Premier ministre Manuel Valls à un dirigeant… d’Orange. Il s’agit ici d’envisager « La transformation numérique et [la] vie au travail ». La vision du monde du travail qui se dégage de ce rapport, via la digitalisation, le nomadisme et l’externalisation productive flexible est parfaitement alignée sur celle développée dans le rapport d’Orange. Elle conduit à des configurations de collectifs de travailleurs complètement éclatés, en conformité, nous dit l’auteur, avec les projets de loi de Mme El Khomeri portant sur le Code du travail, où la rémunération et la reconnaissance sociale du travail n’arrivent plus à couvrir la totalité du temps de travail réalisé par les travailleurs. Le risque d’une surexploitation du travail est si évident que le rapport envisage les mesures susceptibles d’obliger le travailleur à se « déconnecter ». Apothéose des apories du capitalisme digital : pour protéger les « nouveaux travailleurs » contre eux-mêmes (au titre, en réalité, de la maîtrise des dépenses de santé que font encourir le surmenage et le burn-out), il en est réduit à devoir envisager les remèdes à sa propre voracité… Sans parvenir évidemment à infléchir la courbe de l’invalorisation du travail, en particulier d’abord parce que le concept même d’entreprise, dans son acception spatiale, territoriale, et même juridique, disparaît et que le crowdworker se dilue dans un réseau immatériel introuvable pour un hypothétique inspecteur du travail...

13Le dernier chapitre pose la question des sorties possibles du capitalisme digitalisé. Peut-on l’envisager sans lutter contre l’exploitation du travail invalorisé ? Pour répondre, l’auteur pose qu’il faut d’abord rappeler ce qu’il en est du mythe du progrès technologique dans nos sociétés, soubassement idéel indispensable à l’inondation de la sphère marchande par des objets censés apporter le bonheur et la liberté à ses détenteurs. La sphère du travail n’échappe pas à ce mythe de l’émancipation par les technologies et l’informatique est devenue, on le sait, le médium privilégié de cette mystification collective. Il en appelle de nouveau à Naville, mais aussi Jean-Marie Vincent, pour dépasser les séductions technologiques et frayer les voies d’une sortie du capitalisme. C’est à partir de ces lectures qu’il pointe les limites des discours critiques de la révolution numérique. Ces discours sont au nombre de trois (syndical, technophile, « communaliste »). Tous trois esquivent la question centrale du travail invalorisé, ce qui les rend inopérants, selon l’auteur.

14Dans la conclusion, enfin, Rozenblatt propose ses voies de sortie. Elles consistent essentiellement à « rendre visible toute la valeur produite par le “travailleur·e collectif”, autrement dit faire comprendre que le travail productif ne se résume pas à l’emploi et que la division sociale du travail constitue un “travailleur collectif” qui englobe à la fois ceux qui ont un emploi et ceux qui n’en ont pas. Les uns comme les autres participent au procès de production des biens et services et doivent à ce titre recevoir de la société la reconnaissance et les rétributions qui leur reviennent. Comment faire advenir ce type de représentation totalisante du social ? L’auteur propose une série de mesures et de solutions qui souffrent de leur caractère incantatoire. Où est la base sociale capable de porter une telle représentation du social ? Comment constituer celle-ci ?

15Malgré tout, il s’agit là d’un ouvrage ambitieux et audacieux, dérangeant par sa radicalité conceptuelle. Il ne concède rien aux discours ambiants, entend revenir à des conceptions oubliées, dénigrées, invalorisées du social, un social où l’homme et non l’actionnaire, l’investisseur ou le consommateur serait le destinataire final des efforts collectifs. On regrettera simplement que son auteur n’ait pas engagé de dialogue avec tous ceux qui, avec lui, essaient de penser une sortie du capitalisme.

Haut de page

Notes

1 Le Nouveau Léviathan, Paris, Anthropos, 1957.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Salvatore Maugeri, « Mathilde Ramadier, Bienvenue dans le nouveau monde. Comment j’ai survécu à la coolitude des startups, Premier Parallèle, 2017 ; Patrick Rozenblatt, Razzia sur le travail. Critique de l’invalorisation du travail au 21e siècle, Paris, Éditions Syllepse, 2017 », La nouvelle revue du travail [En ligne], 11 | 2017, mis en ligne le 09 novembre 2017, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://nrt.revues.org/3390

Haut de page

Auteur

Salvatore Maugeri

Vallorem, Université d’Orléans

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org