Navigation – Plan du site
Recensions et notes de lecture

Pierre Roche, La Puissance d’agir au travail. Recherches et interventions cliniques, Toulouse, Éres, coll. » Sociologie clinique », 2016

Paul Bouffartigue
Référence(s) :

Pierre Roche, La Puissance d’agir au travail. Recherches et interventions cliniques, Toulouse, Éres, coll. » Sociologie clinique », 2016

Texte intégral

1Avec ce livre, nourri d’une grande érudition – en sciences sociales, mais aussi en philosophie et en psychanalyse –, l’auteur souhaite nous transmettre l’essentiel des enseignements d’une longue expérience professionnelle consacrée à développer une « clinique sociologique ». En mettant en avant cette dernière notion, plus que celle de « sociologie clinique », P. Roche souhaite mettre l’accent sur une clinique sociologique, définie comme « une pratique qui a pour visée la transformation de la situation de travail, ou, plus précisément, […] la subjectivation de ceux et celles qui la vivent, l’augmentation de leur puissance d’agir » (p. 9), sans occulter pour autant sa contribution à la « sociologie clinique ». Cette dernière, il la définit plutôt comme l’apport spécifique à la discipline sociologique d’une meilleure compréhension du rôle du sens, des affects, des normes et des valeurs dans la vie sociale. Dit autrement, P. Roche se positionne « non seulement en tant qu’analyste du travail attentif aux dimensions subjectives, mais aussi et surtout peut-être, en tant qu’intervenant soucieux d’étayer […] un processus de subjectivation ou d’augmentation de la puissance d’agir des salariés » (p. 11). Signalons d’emblée que la présence d’un glossaire en fin d’ouvrage s’avère très utile à la compréhension de l’univers conceptuel dans lequel l’auteur se situe.

2L’introduction de l’ouvrage permet de suivre le cheminement qui a tôt conduit le sociologue vers la clinique. Le thème de la santé au travail a constitué le fil rouge de sa carrière, initiée par sa thèse soutenue en 1984, sur les travailleurs de l’usine Ugine-aciers à Fos-sur-Mer. La nécessité d’intégrer la subjectivité au cœur des rapports sociaux de travail s’impose d’emblée à lui : sans elle, il lui était impossible de comprendre les différences radicales observées au plan du rapport à la santé. Aux côtés des travaux d’Ivar Oddone, ceux de la psychopathologie du travail de Christophe Dejours vont alors lui permettre d’éclairer la diversité des pratiques « défensives » et « sublimatoires ». Mais c’est seulement dans les années qui suivent qu’il met en place puis stabilise un dispositif de recherche-intervention défini comme « un nouveau régime de production des savoirs avec et pour les acteurs » (p. 14). Car il ne se satisfait pas de la posture de celui qui recueille la parole et entend la souffrance, même en les portant dans l’espace scientifique et public. Pour des raisons tenant à la fois à son positionnement social et politique – la fidélité à ses origines populaires et à ses engagements militants –, et scientifique – la nécessité de rompre avec la « rupture épistémologique » qui dénie toute capacité heuristique à l’acteur social –, il adopte un dispositif technico-relationnel ad hoc, celui de l’entretien collectif avec retour aux participants. La première partie de l’ouvrage vise à décrire et à fonder cette pratique et à en dégager la spécificité. La seconde partie est davantage appuyée sur les situations de travail concrètes analysées au long du parcours de recherche-intervention, auprès et avec différents milieux professionnels : conducteurs de train, ouvrières de l’alimentaire, jeunes des cités populaires, éducateurs spécialisés, conseillers de l’ANPE et de missions locales, conseillers principaux d’éducation, enseignants.

3Dans le chapitre 1, « demandes », l’auteur précise en quoi la démarche de chercheur-intervenant n’est ni hypothético-déductive ni celle de l’expertise, mais celle de « tiers-aidant » : à partir de la sollicitation d’un acteur institutionnel, il s’agit d’« aller à la rencontre des professionnels et, au-delà, de l’ensemble des acteurs potentiellement concernés et intéressés afin de reformuler ses thèmes en dégageant les demandes diverses et parfois contradictoires qu’elle agrège, déplace, condense, voire occulte » (p. 28). L’énoncé des grands types de demandes auxquelles P. Roche a été amené à répondre en donne une idée : accompagner des processus de professionnalisation ou des processus de redéfinition de métiers ; appuyer des démarches de coopération horizontale ; aider à la construction de cadres éthiques d’intervention ; mettre en visibilité des activités professionnelles ; et soutenir la construction de la santé au travail.

4Le chapitre 2 précise ce qu’il entend par « subjectivation » et donc par « sujet », la dimension du sujet étant intégrée non seulement à l’objet mais aussi à la méthode de la clinique sociologique. Le sujet n’est pas une substance. Il convient donc de réfuter cette idée d’un sujet « qui serait en quelque sorte premier, autonome, transparent à lui-même, doué de libre arbitre » (p. 38). Si l’on reste fidèle à l’acte fondateur de la sociologie, posant le primat des rapports sociaux, le sujet est d’abord « ce qui est mis ou soumis, en l’état de sujétion » (p. 38). « Mais s’il n’est pas, le sujet peut advenir. Le sujet ne se pense à vrai dire qu’à partir de ce mouvement par lequel il nie, détruit puis recompose sans cesse ce qui le présuppose, le détermine » (p. 39). C’est ce déplacement subjectif qui permet de parler de subjectivation. Sortir de la place à laquelle on est assigné, refuser le rôle imposé par la société et la subvertir : tel est le processus de subjectivation. Or « il n’y a de subjectivation que dans et par les affects, ou plus précisément dans et par une transmutation affective d’une certaine nature » (p. 42). C’est ici que l’auteur rencontre Spinoza, le dé-assujettissement supposant de desserrer l’emprise des passions tristes, leur transformation en affects joyeux. Sa démarche est donc d’étayer ces processus de subjectivation dans la manière de faire de la sociologie avec les acteurs sociaux. Non seulement ces derniers sont porteurs de savoirs, mais ils sont capables de produire des savoirs. Leur parole ne saurait donc être réduite aux usages illustratifs ou restitutifs. Écartant les visions misérabilistes (l’autre comme ignorant) comme populistes (l’autre comme dépositaire de la science infuse), cette clinique sociologique rejoint les démarches d’éducation populaire les plus novatrices, comme celles des brésiliens Augusto Boal ou de Paulo Freire, ainsi que ces « sciences critiques à intérêt émancipatoire » (Habermas) que sont le marxisme et la psychanalyse.

5C’est au travers du dispositif méthodologique d’« entretiens collectifs répétés avec retour » (chapitre 3) que les processus de subjectivation sont étayés. Cette démarche est davantage faite d’écoute active que d’observation, elle cherche à susciter une parole et à favoriser son élaboration, sa transformation en savoir. Elle suppose le respect de règles précises en termes de volontariat, de confidentialité et d’anonymat. Il s’agit de groupes de pairs, mais aussi de groupes multiacteurs, à condition d’écarter de ces derniers des acteurs qui seraient en position hiérarchique. Et – sous réserve que les groupes de pairs aient pu disposer d’un temps et d’un espace propres – permettant d’assouplir leurs « systèmes de défense collectivement construits contre les différents contenus de la souffrance », une confrontation avec l’altérité permet d’appréhender le travail de façon plus relationnelle. D’autres règles sont explicitées : ainsi l’atypicité, autant qu’une certaine représentativité, peut être précieuse car elle peut permettre de poser une parole tue par les pairs par conformisme de groupe ou « pacte dénégatif » ; la répétitivité, qui permet de construire confiance, voire connivence ; le retour des transcriptions aux participants, ne visant « pas le consensus à tout prix car le conflit a aussi ses mérites » (p. 71), et qui soutient un travail plus souterrain de chacun, leur permettant de « penser leurs pensées plutôt que d’être objet de leurs pensées ». P. Roche insiste sur cette dernière règle car, selon lui, c’est elle qui permet la transformation de la parole en savoir, ce savoir devant contribuer « d’une manière ou d’une autre, à transformer les situations de travail ». On reviendra sur ce point car le livre serait plus encore convaincant encore s’il avait davantage illustré comment de telles transformations se produisaient au-delà de l’espace-temps de la recherche-intervention. Les autres règles sont celles du passage d’une écoute non directive à une attitude dialogique au fil des séances, ainsi que celle du choix d’un cadre spatio-temporel contribuant à autoriser une parole.

6Le passage par l’écriture (chapitre 4) est une possibilité offerte aux participants. Parce que c’est une voie d’accès privilégiée aux savoirs, la seule permettant d’approcher certaines zones de la subjectivité, faites de souffrance au travail, et peut-être plus encore de plaisir au travail – » plaisir négatif » (calmant une souffrance) ou positif (éprouvé sur l’activité elle-même) –, et de dépasser les limites de ce qui peut être dit et de ce qui doit être tu. Récits biographiques et fragments de récits permettent de prendre en compte certaines formes de subjectivité, et, ce faisant d’atteindre « une forme supérieure d’objectivité » (p. 83), notamment en permettant de comprendre « pourquoi celui-ci va résister là où le plus grand nombre va, peu ou prou, céder à la défense, se résigner, en nous donnant à entendre ce qui, dans son histoire singulière a pu le préparer, le disposer à cela, l’a rendu plus apte à s’indigner et à refuser le sort qui lui est fait et qui est fait à ses semblables » (p. 84). Le sociologue joue ici souvent le rôle de tiers-aidant, soutenant les participants dans leur capacité à affronter et à surmonter leurs peurs, rassurant, dédramatisant, autorisant.

7Ce « régime de production spécifique d’un savoir spécifique » (chapitre 5) se caractérise par la non-séparation en deux temps spécifiques, consacrés l’un à la clinique, l’autre à l’élaboration théorique : celle-ci commence avec l’intervention. Le sociologue a aussi son concept à proposer, mais « au bon moment, autrement dit au moment où ce concept-là apparaît comme une ressource compréhensive tant pour l’acteur que pour le sociologue » (p. 92), et tout en sachant qu’il n’est guère de concepts qui sortent complètement indemnes de cette dure mise à l’épreuve des matériaux empiriques » (p. 92). Quant à la clinique, elle ne cesse pas avec l’intervention, car « aucune opération ne peut en fait permettre au chercheur de se désengager » (p. 95). Le savoir spécifique qui est produit tient au fait que les acteurs sont susceptibles de se poser en tant qu’auteurs, donnant à entendre ce qui habituellement ne peut être dit en raison des procédures défensives mises en place, ou en raison de son lien avec des pratiques de résistance cachées ou clandestines, et dont, par ailleurs, tout n’a pas à être rendu public. Idéalement, ce régime de production des savoirs aboutit à une coécriture de textes par le chercheur et les acteurs.

8Pour l’auteur, il est vain de penser pouvoir venir à bout des passions tristes qui fixent les femmes et les hommes dans celles-ci en leur restituant le savoir produit par d’autres et dans des conditions dont ils ignorent tout. Pas plus qu’ils ne sont coupables de leurs malheurs, ils ne sont entièrement victimes des causes économiques et sociales qui en sont à la source : chez chaque sujet social quelque chose lui revient en propre dans la manière dont il a pu les affronter subjectivement. D’où l’interrogation au centre du sixième chapitre : quelles sont les conditions qui permettraient une réappropriation de la puissance d’agir ? Elles passent par quatre moments, qui sont des moments plus logiques que chronologiques. 1 – Contre l’envahissement de la rationalité instrumentale « préserver la capacité à être affecté » par l’autre (p. 107). 2 – » Dépassionner les affects » (p. 108) en les nommant, en rendant compte de ce qui les cause et en dépassant les représentations inadéquates qui participent de leur constitution. 3 – » Engendrer des affects actifs pour lutter contre les affects passifs » (p. 110), sans illusion sur le caractère définitif d’une victoire des « affects nés de la raison », puisque les hommes resteront toujours soumis aux passions. 4 – » Favoriser l’affectation mutuelle positive » (p. 116), ce qui requiert la construction de rapports sociaux à l’intérieur desquels les individus s’affectent mutuellement d’une façon positive.

9La suite du livre, on l’a dit, est davantage appuyée sur les résultats des recherches-interventions mises en œuvre. Le chapitre 7 – » Quand la raison rime avec mutilation » – montre comment les conseillers d’une agence locale pour l’emploi sont confrontés à l’envahissement de leur activité par la rationalité instrumentale, cette rationalité qui conduit à « poser et à se représenter l’autre comme objet » (p. 121). Chaque agent est traversé par la contradiction « conformité aux critères de gestion dominants » et « réponse aux besoins des usagers » (p. 132). S’agit-il alors de promouvoir une « rationalité communicationnelle » face à la rationalité instrumentale ? Au terme d’une discussion serrée de la thèse habermassienne, P. Roche en appelle plutôt à une « rationalité subjectivante ou cosubjectivante à l’expérience de la résistance » (p. 147).

  • 1 Nicole-Claude Mathieu (1991), « Quand céder n’est pas consentir. Des déterminants matériels et psyc (...)

10L’auteur se consacre ensuite à une critique stimulante de la notion de « risque psychosocial » (chapitre 8), démontrant qu’au-delà de l’hétérogénéité des approches que recouvre cette notion, elles partent toutes des atteintes à la santé et du paradigme de sa « protection ». Il convient, au contraire et dans le sillage de Canguilhem, de changer le regard sur les liens entre santé et travail en l’orientant vers les capacités des travailleurs à produire de nouvelles normes et vers leur puissance d’agir. Ce qui est tout sauf simple, car les modes de défense contre les souffrances au travail sont extrêmement variés et souvent fort énigmatiques (chapitre 9). Ainsi en est-il de la sublimation, repérable par exemple dans des manières de défier le risque. Elle aurait « une fonction défensive, mais ne constitue pas une défense à proprement parler, […] elle protège le travailleur non pas de la peur en tant que telle mais de son effet inhibant » (p. 190). Il en est de même des manifestations de la résistance (chapitre 10), avec « son mélange inextricable de réactivité et d’activité, de conservation et d’invention, de négation et d’affirmation » (p. 198). Ici P. Roche rejoint l’enseignement majeur – et trop méconnu des sociologues critiques – de la grande anthropologue Nicole-Claude Mathieu1 : vivre avec la domination ne signifie pas nécessairement adhésion à ses fondements et à sa légitimation.

11Certains milieux professionnels sont plus que d’autres confrontés aux dimensions éthiques de leur activité (chapitre 11) : ainsi en est-il de ces éducateurs qui travaillent auprès de jeunes toxicomanes et délinquants, pris entre l’exigence de maintien d’un lien et celle d’énoncer la loi dont ils sont garants. Si le souci éthique se trouve porté sur le devant de la scène sociale, c’est autant du fait de l’illégitimité de certaines lois que de la complexité des problèmes. Cette préoccupation a donc une dimension politique. Le livre se termine (chapitre 12) par le récit d’une recherche-intervention tournée vers la promotion de la « co-éducation » enseignants/parents d’élèves dans un quartier populaire paupérisé, inscrit donc dans « un environnement contre-éducatif ». Au-delà d’un partenariat institutionnel, c’est au travers d’une « interpellation mutuelle subjectivante », faite de « rencontres inédites » et d’« initiatives spontanées » que « des résultats concrets et tangibles ont été obtenus dans les domaines créatif (prestation musicale), utilitaire et émancipatoire (obtention du permis de conduire) ou encore coéducatif (autre regard des enfants sur les parents, amélioration de leurs résultats scolaires) » (p. 245).

12Ce dernier chapitre va ainsi un peu plus loin que les autres en montrant, au-delà des modalités selon lesquelles cette clinique sociologique participe de l’étayage de la puissance d’agir au travail des salariés, quelques-uns de ses effets pratiques positifs. Car c’est le premier regret que peut éprouver le lecteur, celui d’en apprendre trop peu sur ce point : comment, au-delà de la temporalité d’une recherche-intervention très mobilisatrice pour le sociologue comme pour les acteurs, se traduit l’accroissement de leur capacité d’action au plan de la transformation de leurs situations de travail ? Un second regret est celui de ne pas voir l’auteur pousser la discussion avec les courants théoriques – et les méthodes qui les accompagnent – qui lui sont les plus proches, comme la psychodynamique du travail de C. Dejours ou la clinique de l’activité d’Y. Clot. À propos de la première on peut certes supposer qu’il s’en est distancé après s’en être approprié à sa manière nombre d’orientations, puisqu’il donne manifestement une plus grande place aux capacités de résistance et d’émancipation émanant des sujets et des collectifs de travail. Confronté à la seconde, il aurait été intéressant d’examiner les implications de l’accent mis, d’un côté (celui de sa clinique sociologique), sur la parole, et sur le passage à l’écrit, et de l’autre côté (celui de la clinique de l’activité), sur l’usage du film et l’organisation des confrontations qu’il supporte, comme outils de transformations des situations professionnelles. Un dernier regret peut-être : celui de ne pas donner à voir, justement, des écrits produits ou coproduits par cette clinique sociologique.

13Ces quelques réserves formulées, il convient de saluer ce livre comme une très belle contribution à la sociologie du travail contemporain et aux controverses intellectuelles, théoriques et méthodologiques qui l’animent.

Haut de page

Notes

1 Nicole-Claude Mathieu (1991), « Quand céder n’est pas consentir. Des déterminants matériels et psychiques de la conscience dominée des femmes et de quelques-unes de leurs interprétations en ethnologie », dans L’Anatomie politique. Catégorisations et idéologies du sexe, Paris, Côté femmes Éditions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul Bouffartigue, « Pierre Roche, La Puissance d’agir au travail. Recherches et interventions cliniques, Toulouse, Éres, coll. » Sociologie clinique », 2016 », La nouvelle revue du travail [En ligne], 11 | 2017, mis en ligne le 01 novembre 2017, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://nrt.revues.org/3393

Haut de page

Auteur

Paul Bouffartigue

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org