Navigation – Plan du site
Recensions et notes de lecture

Sainsaulieu Ivan, Conflits et résistances au travail, Paris, Presses de Sciences Po, 2017, 184 pages

Camille Dupuy
Référence(s) :

Sainsaulieu Ivan, Conflits et résistances au travail, Paris, Presses de Sciences Po, 2017, 184 pages

Texte intégral

1Cet ouvrage apporte un nouvel éclairage sur les modes d’action contestataires. Inscrit dans la collection « Contester » des Presses de Sciences Po, il enrichit cette thématique en centrant son propos sur les lieux de travail. À côté d’analyses de mouvements sociaux tels que le boycott (Nyström & Vendramin, 2015) ou la manifestation (Fillieule & Tartakowsky, 2013), Ivan Sainsaulieu interroge ainsi les conflits et les résistances sous l’angle des travailleurs. À destination des militants, étudiants et enseignants, l’ouvrage présente les deux notions que sont le conflit et la résistance à partir d’une recension de travaux théoriques et monographiques qui les ont analysées dans le cadre du travail. Cette contribution est ainsi la bienvenue dans la mesure où elle donne toute sa place aux revendications au travail tout en les liant aux dimensions hors travail.

2Comme dans la présentation des « répertoires de l’opposition au travail » de Jacques Bélanger et Christian Thuderoz (2010), l’ouvrage part du constat du peu d’intérêt des sociologues pour le conflit au travail. Celui-ci se limiterait selon l’auteur à « mesurer » la conflictualité (et à discuter ces outils de mesure). Il semble pourtant que son ouvrage démontre le contraire. En tout état de cause, et bien que cette conflictualité soit en baisse, il propose d’en dresser l’inventaire afin de « mettre en évidence les conflits au travail en examinant leurs composantes sectorielles, organisationnelles et politiques » (p. 12). L’enjeu est ainsi de comprendre ces conflits dans toute leur diversité et leur complexité en les envisageant au prisme des transformations de l’emploi et du travail. Il s’agit alors de « sociologiser la conflictualité au travail pour en déceler les configurations particulières » (p. 16). Quand il parle de travail, I. Sainsaulieu prend le parti de se centrer sur le travail salarié qui constitue la forme d’emploi la plus répandue en France. L’ouvrage s’intéresse alors aux causes comme aux répertoires de l’action. Ainsi, au-delà du repérage des modalités de contestation (des « registres d’action », p. 18), l’auteur s’affaire également à déterminer ce contre quoi ces travailleurs luttent à partir d’une grande diversité d’exemples.

3Pour cela, le parti pris est de donner la parole à la pluralité des courants qui ont contribué à éclairer ces notions. À ce titre, l’ouvrage d’I. Sainsaulieu est parfaitement réussi. Il nous présente ainsi une bibliographie riche et fournie (p. 157-180, 266 références) qui dépasse largement celle de la sociologie des relations professionnelles. Cette dernière est, paradoxalement, peu mobilisée. Par exemple, les récents travaux issus des postenquêtes à l’enquête « relations professionnelles et négociations d’entreprise » (REPONSE vague 2010-2011), qui ont finement décrit les articulations entre conflits et négociations en entreprise, n’y figurent pas (Béthoux & Mias, 2015 ; Giraud et al., 2014). Par la diversité des courants mobilisés, l’ouvrage ouvre des échanges riches entre sociologues (du travail, des professions, des organisations), psychologues, politistes, historiens et économistes. Ceux-ci sont toutefois trop rapides à certains endroits, à l’exemple de l’opposition dressée entre une sociologie des organisations qui serait consensuelle tandis que la sociologie du travail serait conflictuelle (p. 102-103).

4Loin de constituer un manuel classique, l’auteur expose les dimensions individuelles et collectives des conflits et des résistances en organisant sa présentation de manière analytique autour de cinq axes. Le premier chapitre revient sur les dimensions les plus classiques du conflit au travail associées au mouvement ouvrier. C’est l’occasion de revenir sur un mode contestataire régulièrement éprouvé, la grève, qui se raréfie tout en se transformant, mais aussi sur un acteur central de ces mouvements : le syndicat. L’auteur revient alors sur les modalités de passage d’un collectif de travail à un collectif syndical en pointant les relations complexes, conflictuelles et hiérarchiques qui s’y font jour.

5Dans le deuxième chapitre, nous accompagnons ces ouvriers de l’industrie vers le tertiaire, du « conflit industriel » au conflit « post-industriel » (p. 55). Après un tour du monde des conflits sociaux, l’auteur s’arrête sur un deuxième registre de contestation que constitue l’occupation avant de s’interroger plus largement sur les spécificités des « conflits du tertiaire » (p. 60). Il mobilise pour cela de nombreux exemples allant des femmes de ménage aux intermittents en passant par la grande distribution ou le service public. Cela permet d’illustrer – bien que souvent trop rapidement – une grande diversité d’objets des luttes, de modalités d’action, de conditions de l’engagement, de ressorts de l’action, de ressources mobilisées ou encore de liens avec des mouvements extérieurs.

6En opérant un nouveau déplacement correspondant aux évolutions de la population active, l’auteur nous amène auprès des cadres et des professionnels dans le troisième chapitre. Ici encore, l’enjeu est de déterminer les spécificités des conflits et des résistances dans lesquels ils sont engagés (frustration professionnelle, conquête de territoires professionnels, etc.). Il pointe la position ambiguë des cadres, occupant une position médiane entre direction et exécutants et dont les registres contestataires peuvent se différencier de celui des autres salariés.

7Les derniers chapitres se déplacent sur deux thématiques moins traitées par la littérature. La première (chapitre 4) est celle des conflits interindividuels dans les organisations, qui opposent des travailleurs de même niveau hiérarchique, en se centrant sur les résistances aux discriminations (sociales, raciales, genrées, etc.). La deuxième (chapitre 5) est celle de la politisation des conflits au travail. L’auteur y interroge la manière dont ces conflits sont tributaires des positionnements politiques des acteurs qui les construisent et en retour sont à même de forger leurs opinions politiques. Il invite ainsi à approfondir « l’étude de l’articulation entre sphère du travail et sphère politique » (p. 141), en interrogeant la supposée « dépolitisation » des conflits sociaux. Il esquisse alors des pistes de recherches et d’analyses fécondes autour des liens entre travail, profession et politique. Il parvient ainsi à inscrire les conflits et les résistances au travail dans un espace qui dépasse le cadre du travail et trouve écho dans les mouvements sociaux hors travail.

8La présentation de ces conflits et résistances protéiformes permet de démontrer leur grande pluralité. L’auteur marque tout d’abord le caractère déterminant des conditions économiques et sociales dans la survenue de ces contestations. Pour les éclairer, l’auteur s’attarde alors sur ces contextes, le menant à des digressions qui nuisent à la fluidité du propos : par exemple, l’analyse des discriminations raciales dans le chapitre 4 le conduit à analyser les formes de ségrégation des jeunes de cité qui conduirait certains d’entre eux vers le djihad (p. 122).

9Ensuite, l’auteur met au jour le rôle des acteurs (individuels et collectifs) et de leurs ressources dans le travail (positionnement hiérarchique, statut, ancienneté, etc.) et en dehors (socialisation, trajectoires, etc.). On peut toutefois s’étonner de la quasi-absence des acteurs collectifs institués dans son propos, mis à part le syndicalisme ouvrier dans les grèves (chapitre 1). Par exemple, il n’est fait qu’une rapide allusion au syndicalisme des cadres et à la CFE-CGC dans le chapitre 3, qui pourtant structure ces conflits (Béthoux et al., 2013).

10L’ouvrage parvient malgré tout à mettre au jour les dimensions individuelles et collectives, globales et locales des conflits de manière à les « restituer ... dans des mondes spécifiques » (p. 152). En présentant finement la pluralité des registres d’action et des acteurs inscrits dans des univers de travail spécifiques, il permet ainsi de déconstruire ces notions englobantes de « conflit » et de « résistance » et d’en suggérer une utilisation plus circonstanciée.

Haut de page

Bibliographie

Bélanger Jacques et Christian Thunderoz (2010), « Le répertoire de l’opposition au travail », Revue Française de Sociologie, n° 51-3, 427-460.

Béthoux Élodie, Guillaume Desage, Arnaud Mias et Jérôme Pélisse (2013), Sociologie d’un syndicalisme catégoriel. La CFE-CGC ou la fin d’une exception ?, Paris, Armand Colin.

Béthoux Élodie et Arnaud Mias (2015), « Dialoguer plus, mais sur quoi ? Les régulations d’entreprise en matière d’emploi, de formation et de conditions de travail en temps de crise », Revue de l’IRES, n° 84, 91-123.

Fillieule Olivier et Danielle Tartakowsky (2013), La Manifestation, Paris, Presses de Sciences Po.

Giraud Baptiste, Jérôme Pélisse et Étienne Pénissat (2014), « Gérer, négocier, résister : une approche dynamique des politiques patronales et des conflits au travail (des années 2000 à aujourd’hui) », Rapport pour la DARES. 

Nyström Ingrid et Patricia Vendramin (2015), Le Boycott, Paris, Presses de Sciences Po.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Camille Dupuy, « Sainsaulieu Ivan, Conflits et résistances au travail, Paris, Presses de Sciences Po, 2017, 184 pages », La nouvelle revue du travail [En ligne], 11 | 2017, mis en ligne le 01 novembre 2017, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://nrt.revues.org/3395

Haut de page

Auteur

Camille Dupuy

DySoLab, université de Rouen, Normandie Université

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org