Navigation – Plan du site
Controverses

Le revenu universel

De la diversité des mobiles à l’impossible débat
Basic income: a variety of motivations, an impossible debate
El ingreso universal: de la diversidad de los móviles al debate imposible
Mateo Alaluf, Marie-Pierre Boucher, Jean-Marie Harribey, Sandra Laugier, Raphaël Liogier, Sabine Fortino et Jean-Pierre Durand

Résumés

Les réflexions de cette Controverse entre en résonance avec les articles du Corpus « Travailler plus ! » : si ce ceux-ci traitent des motivations et des engagements des travailleurs, il est apparu nécessaire d’interroger une société où les revenus des individus ne seraient plus directement liés au travail et comprendraient une partie plus ou moins importante qui leur serait distribuée par la collectivité. Comment fonder moralement et politiquement le droit à un tel revenu ou à une allocation universels ? Quels effets aurait un tel revenu universel sur la société ? Comment s’organiseraient les relations entre le travail et le non-travail ? Serait-ce la fin annoncée du travail ? Quels seraient les fondements économiques du revenu universel ? Comment penser les rapports entre les politiques publiques d’insertion des chômeurs avec leurs allocations afférentes et le revenu universel ? Celui-ci aurait-il des effets macro-économiques et lesquels ? Cinq chercheurs, économistes ou sociologues répondent à ces questions et argumentent en faveur ou contestent les principes ou la faisabilité d’un tel revenu universel.

Haut de page

Texte intégral

1Les articles du Corpus « Travailler plus ! » interrogent d’une manière ou d’une autre le travail et les revenus directs ou indirects qui lui sont liés, ainsi que la nature de ce travail qui procure satisfaction ou ennui, épanouissement ou aliénation. Il est donc apparu intéressant de poursuivre le débat sur le travail en questionnant le revenu universel, dans toutes les acceptations et les définitions qu’il a reçues depuis quelques décennies.

  • 1 André Gorz (1997), Misères du présent, richesse du possible, Paris, Éditions Galilée.
  • 2 André Gorz (2007), « Penser l’exode de la société du travail et de la marchandise », Mouvements, 2/ (...)
  • 3 Erik Olin Wright ([2010] 2017), Utopies réelles, Paris, La Découverte.

2Dès le début des années 1980, André Gorz avançait l’idée d’un « revenu social garanti » avec l’extinction, disait-il, du salariat et de la loi de la valeur, puisque selon lui, avec le développement rapide des technologies, la valeur d’usage allait avoir de moins en moins de rapport avec le temps passé à la production des biens et des services. Cette déconnexion permettait d’envisager un nouveau monde dans lequel la production marchande pourrait financer aisément une production non-marchande rémunérée par les surplus engendrés dans la première sphère. Alors le revenu social garanti apparaissait comme le mieux adapté à des transformations socio-économiques qui ont fait « du niveau général des connaissances la force productive principale1 ». Ce qui est moins connu réside dans le fait que Gorz a peu à peu abandonné le concept et le modèle : selon lui, « l’argent fictif » ne peut pas être aussi facilement distribué et l’État ne saurait garantir l’existence d’un secteur non marchand entretenu par le secteur marchand capitaliste. En d’autres termes, on ne peut transformer le capitalisme car il faut en sortir. Le revenu social garanti ne saurait constituer une redistribution monétaire au bénéfice des plus pauvres, car il s’agirait alors, à travers le maintien du travail salarié, de renforcer le capitalisme et de perpétuer sa crise : ainsi, « le revenu social garanti reste par lui-même immanent au capitalisme, mais il faut néanmoins le revendiquer dans une perspective qui transcende le système2 ». Cette synthèse très paradoxale en fait un dispositif propre au capitalisme, susceptible de porter les conditions de son dépassement. C’est dans cette même veine que se situe Erik Olin Wright3 avec le revenu de base inconditionnel qu’il situe comme un élément de la stratégie interstitielle pour transformer le capitalisme. L’essentiel du débat actuel s’y trouve résumée : ceux qui refuse de penser l’au-delà de notre système de production y puisent leurs ressources et les plus radicaux en font un outil, voire un levier, de dépassement du capitalisme. Autrement dit, sans que ce ne soit vraiment exprimé ainsi, le débat sur le revenu universel oppose ceux qui en font une utopie (toute utopie à sa raison d’être sociale !) à ceux qui en font un instrument de transformations sociales sans qu’aucun n’annonce clairement où il se situe dans ce continuum.

3Alors, le revenu de base universel (RU ci-dessous) est un objet clivant qui fait débat tant au niveau de l’offre politique contemporaine (comme cela a pu être observé lors de la dernière élection présidentielle française) que du côté des sociologues, des économistes, des philosophes, des psychologues… sans doute parce qu’il renvoie à des conceptions, voire à des projets de société distincts. Cette Controverse de la Nouvelle Revue du Travail souhaite analyser en profondeur les logiques qui sous-tendent les thèses favorables et les oppositions irréductibles au revenu universel.

4Deux grands ensembles de questions, quoique se recouvrant tôt ou tard, guident cette Controverse :

5Les fondements sociaux et moraux du revenu universel :

  • Quel est le système de justifications morales, philosophiques du revenu universel ? Et à l’opposé quels sont les fondements du rejet de celui-ci ?

  • Peut-on considérer que le RU vienne réactiver la thèse de la fin du travail ou celle de sa centralité ? (ce qui peut aussi avoir un rapport avec l’économie numérique)

  • Le RU est-il un risque pour le maintien en emploi des femmes (comme a pu l’être le congé parental d’éducation) parce qu’il permettrait la prise en charge (financée) des tâches domestiques et familiales qui leur incombent traditionnellement ? Peut-on envisager un RU dont la portée serait tout au contraire progressiste en matière d’égalité entre les sexes voire féministe ?

  • En définitive, de quoi le RU est-il le nom ? Quel marqueur incarne-t-il vis-à-vis de l’évolution de notre société ?

6Les fondements économiques du revenu universel :

  • Le RU peut-il être analysé à l’aune des politiques publiques d’insertion des chômeurs (dont le RMI, le RSA ou les aides de Pôle Emploi) ? Par rapport aux logiques d’activation de la recherche d’emploi, le RU est-il un versant plus protecteur ou son contraire ?

  • N’y a-t-il pas, à moyen ou long terme, un risque de substitution par le RU, d’une partie du salaire versé par l’employeur ? Soit aussi le maintien des bas revenus (avec une partie du salaire pris en charge par l’État, c’est-à-dire une baisse des « coûts du travail ») et la reproduction des inégalités ?

  • À quelles conséquences économiques, monétaires ou financières peut-on s’attendre avec l’avènement du RU au niveau macro-économique, par exemple en matière d’expansion de la masse monétaire et d’inflation ?

7La Nouvelle Revue du Travail a sollicité trois spécialistes ardents défenseurs du revenu universel (l’un a décliné l’offre) et trois auteurs s’opposant au principe d’un tel revenu de base :

Raphaël Liogier, sociologue et philosophe à Sciences Po Aix et au Collège international de philosophie, Paris. Auteur de Sans emploi. Condition de l’homme postindustriel, Paris, Les Liens qui libèrent, 2016 ;

Sandra Laugier, Philosophe à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Auteur de Le Souci des autres, éthique et politique du care (avec Patricia Paperman), Paris, EHESS, 2005 ; Le Principe démocratie (avec Albert Ogien), Paris, La Découverte, 2010 ; Antidémocratie (avec Albert Ogien), Paris, La Découverte, 2017.

Mateo Alaluf, sociologue à l’Université libre de Bruxelles. Auteur de L’Allocation universelle, nouveau label de précarité, Éditions Couleur Livres, Bruxelles, 2014 ; avec S. Ackerman, J.-M. Harribey, D. Zamora, Contre l’alllocation universelle, Montréal, Lux, 2016.

Jean-Marie Harribey, Économiste à l’université de Bordeaux, Auteur de La Richesse, la valeur et l’inestimable. Fondements d’une critique socio-écologiste de l’économie capitaliste, Paris, Les Liens qui libèrent, 2013.

Marie-Pierre Boucher, sociologue à l’université du Québec en Outaouais. Auteur de « Activités féminines, travail et valeur », dans É. Martin et M. Ouellette (dir.), La Tyrannie de la valeur, Montréal, Écosociété, 2014 ; « Convergence des politiques d’emploi, un point de vue du Québec », dans S. Amine (dir.), Les Politiques du marché du travail face à la crise économique, Paris, Hermann, 2014.

Raphaël Liogier : le revenu de base existentiel, un changement de paradigme

8Juste une remarque préalable. Je préfère utiliser l’expression de revenu de base ou de revenu d’existence, ou même de revenu de base existentiel (RBE), plutôt que revenu universel. La raison est simple. En l’état actuel un tel revenu n’est pas envisageable universellement du point de vue économique comme du point de vue culturel, mais seulement dans les sociétés industrielles avancées. D’ailleurs, là aussi, à l’expression généralement admise de sociétés industrielles avancées, je préfère largement celle de sociétés postindustrielles, parce qu’elle se réfère à des sociétés qui dépendent de moins en moins économiquement du travail humain, et parce que, par ailleurs, au travail comme valeur centrale de cohésion avec ses déclinaisons industrielles, se sont substituées les valeurs de bien-être, de développement personnel, de care, de créativité.

9Cette remarque me permet d’aborder la justification philosophique et morale du revenu de base existentiel (RBE) qui remonte à la philosophie des Lumières du xviiie siècle qui consacre la subjectivité humaine. Le Sujet transcendantal de Kant est souverain, volontaire et responsable. Chacun est libre par principe, et chacun est par nature l’égal des autres, uni dans une communauté humaine où personne n’est a priori supérieur à l’autre : liberté, égalité, fraternité. Le Sujet transcendantal ne peut être assujetti à un seigneur. Aucune hiérarchie de nature n’est légitime entre les hommes. D’où l’abolition des privilèges héréditaires et la démocratie qui permet aux égaux de désigner des magistrats parmi eux. Mais pour que cette liberté soit effective, l’homme ne peut être contraint matériellement de travailler pour survivre et vivre. Le choix pendant la Révolution française du terme emblématique de « citoyen » n’est pas dû au hasard, en référence à la démocratie grecque. Cela pourrait au premier abord sembler étrange, puisqu’un citoyen était un noble, un héritier oisif, patricien, qui se distinguait du reste de la population, en particulier des esclaves. Sauf qu’au moins les citoyens étaient théoriquement égaux entre eux, contrairement aux nobles de l’Ancien Régime, qui étaient inféodés sans fin les uns aux autres : le chevalier au baron, le baron au comte, le comte au duc, le duc au roi, et le roi à Dieu. Si vous ajoutez « universel » à « citoyen », vous voulez dire que nous sommes tous des égaux, des patriciens qui ont reçu en héritage une irréductible dignité qui est incompatible avec l’obligation laborieuse. C’est pour cela que, déjà à cette époque, la question du revenu universel fut soulevée, en particulier par Thomas Paine, Britannique devenu citoyen français et député à la Convention. Évidemment, il était impossible d’abolir le travail à l’époque, il fallait se contenter, transitoirement, d’abolir le servage, et de faire en sorte que le travail soit le moins servile possible. C’est l’origine du droit au travail, qui est protégé par le droit du travail, consistant à garantir une vie descente à ceux qui n’ont rien d’autre que leur force physique et mentale.

10Nous arrivons aujourd’hui à un point de bascule où les valeurs des Lumières ont été intériorisées par chacun d’entre nous. Elles ne sont plus seulement des déclarations mais des aspirations concrètes qui se traduisent par le désir prioritaire d’épanouissement subjectif. Dans le même temps, les progrès de la mécanisation, puis de l’automatisation, puis du numérique et de la robotique ont rendu progressivement possible un monde de citoyens. Dire que notre identité est attachée au travail est un jeu de dupes. Au contraire, la contrainte vitale laborieuse détruit l’identité. Ce fut le cas du travail aliénant, répétitif, en usine qui isole la partie indésirable des activités humaines en ne laissant plus aucune place à la créativité, au sentiment de l’ouvrage bien fait que pouvait éprouver l’artisan. On confond la partie fastidieuse, imposée, avec la partie désirable et créative dans le même mot de travail. Cessons donc de jouer sur les mots.

11On confond travail et activité (ou œuvre). Il y a toujours eu les deux. Et les deux souvent dans la même profession. La partie fastidieuse, que personne n’a jamais voulu faire, était jadis prise en charge par les esclaves, au Moyen-Âge par les serfs. Le paradoxe de la société industrielle, c’est qu’elle a libéré plus de temps non laborieux (d’où le développement des loisirs), mais elle a aussi créé pléthore de métiers entièrement laborieux et donc parfaitement indésirables. L’activité de l’ouvrier d’une usine qui effectue le même geste à longueur de journée est plus insupportable que celle de l’artisan forgeron. Grâce au numérique et à la robotisation, ces professions entièrement indésirables vont pouvoir enfin disparaître.

12Seulement, les salaires ainsi supprimés doivent être convertis en RBE, afin que les humains ainsi libérés puissent se reconvertir vers des activités désirables. Ajoutons que les nouvelles activités induites par le numérique, qui sont nombreuses, ne sont pas des emplois classiques, impliquant un type d’effort effectuable dans un lieu stable, comme naguère l’atelier ou le bureau. Ces nouvelles activités ne se convertissent pas, ou beaucoup moins facilement, en emplois pleins et entiers. Le RBE permet alors de rendre tout le monde actif, permettant la « pleine activité », non pas le « plein emploi » qui n’est plus ni possible ni désirable. On peut ainsi s’adonner à une multitude d’activités sans être assujetti à la nécessité identitaire d’être actif ou d’être chômeur, c’est-à-dire exclu. Il n’y aurait plus ceux qui sont in et ceux qui sont out.

13Le RBE doit aussi être un instrument au service de l’égalité des sexes. Étant octroyé égalitairement aux hommes comme aux femmes, il doit libérer ces dernières en particulier des tâches essentiellement ménagères dans lesquelles elles peuvent être confinées. En même temps, toute l’économie invisible (non structurée par le marché de l’emploi) devient soudain plus palpable : les tâches ménagères sont mises sur le même pied que les activités humanitaires et toutes les activités bénévoles hautement profitables socialement. Tout cela devient soudain plus visible avec le RBE, qui permet le passage de l’égalité et de la liberté en puissance à l’égalité et la liberté en acte. L’égalité et la liberté en acte, c’est le fait d’être suffisamment autonome matériellement pour se permettre de faire des vrais choix, que l’on soit homme ou femme, héritier ou non, blanc ou noir.

Une transformation radicale de nos sociétés

14Il faudrait se débarrasser, je crois, de cette suspicion tendant à voir dans le RBE un complot néolibéral ou à l’inverse néocommuniste. Il faudrait éviter autant que possible de se payer de mots et de s’invectiver stérilement. Le RBE est le marqueur d’une transformation de l’économie aussi radicale que le passage du paléolithique au néolithique. On ne pourra pas y échapper et c’est une bonne chose. Mais à partir de là toutes les versions sont possibles : des versions qui entretiennent, voire accentuent les inégalités ; des versions qui les combattent très efficacement. Si le RBE participe juste à un système hygiénique pour rattraper les plus pauvres sans leur donner les moyens d’agir, il accentue l’inégalité, et, du reste, il coûte alors très cher matériellement et psychiquement à la société (il entretient la dépression économique et psychologique). Ainsi, un revenu trop faible (et) ou conditionnel participerait à l’accentuation des inégalités. Il faut qu’il soit octroyé sans condition et à un niveau qui permette de survivre sans difficulté, évidemment, mais aussi de vivre confortablement.

  • 4 J. M. Keynes ([1930] 2017), Lettre à nos petits-enfants, Paris, LLL, p. 43.

15Je pense que la plupart des économistes ne réalisent pas la radicalité des changements que nous sommes en train de vivre. Peut-être à cause d’un certain enfermement dans des notions qui ne correspondent plus aux évolutions actuelles. Ils paraissent parfois perdus, s’accrochant à une scolastique pseudoscientifique. Ils peuvent même s’improviser en prophètes de malheur, mettant leurs compétences supposées au service de leurs angoisses plus que des exigences de la rigueur logique. Sans doute parce qu’ils sont eux aussi touchés par la « dépression nerveuse générale4 » que prévoyait Keynes au moment où « l’humanité sera privée de son objectif traditionnel », qui est aussi celui de l’ensemble du vivant : assurer sa survie.

16Il faut dépasser la logique de la simple protection pour entrer dans celle de la sécurisation sociale. La pollinisation financière de notre système actuel (RMI, RSA, allocation chômage, etc.) rattrape les plus précaires, trop tard, juste au seuil de pauvreté lorsqu’ils sont déjà dans la spirale de l’échec, lorsqu’ils se sentent humiliés, inutiles. Le RBE permet de sortir de la division de la société entre chômeurs et actifs. Il se présente comme la base permettant des activités libres. Il n’y a rien à mendier. On sort du chantage permanent au chômage. Tout le monde est actif. Il n’y a pas à se battre pour survivre et pour vivre confortablement. Les énergies humaines sont ainsi libérées pour se mobiliser sur des projets personnels ou collectifs de tous ordres.

17Le RBE remet, du reste, complètement en cause les rapports entre employeurs et employés. Le patron ne peut plus faire de chantage au chômage. Celui qu’il emploie peut partir du jour au lendemain s’il n’est pas satisfait. Il n’a plus un besoin vital du salaire qui lui est octroyé dans l’entreprise. Mais cela ne veut pas dire qu’il sera moins désireux d’agir, de se démener. Bien au contraire. En revanche, la mission proposée devra être plus attractive. De sorte que l’employé ne se contentera pas d’être seulement employé, il aura tendance à négocier une plus active participation à la vie de l’entreprise. À la paresse dépressive des précaires et des employés récalcitrants (par exemple celle des cadres au bord du burn out), se substituera ce que l’on pourrait appeler l’oisiveté productive (qui ressemble à celle des retraités hyperactifs, enfin libres de faire ce qu’ils veulent vraiment faire).

Du coût du travail à la valeur de l’activité

18S’il y a une baisse du coût du travail, tant mieux. Ce n’est plus le problème. Si un RBE de haut niveau est octroyé, les inégalités ne sont plus déterminées essentiellement par les revenus qui deviennent des compléments quels que soient leur montant, mais par l’éventuel accroissement cancéreux (pour le reste de la société) du capital de certains individus. On ne peut plus raisonner en coût du travail mais en valeurs d’activité. En effet, nous assistons tous les jours dans les sociétés postindustrielles au décrochage de plus en plus vertigineux entre l’effort laborieux humain effectif (éventuellement mesuré en temps de travail) et le prix négocié du résultat de cette activité (que ce soit un bien ou un service). Dans les catégories d’Adam Smith, nous dirions que le prix nominal ne suit plus, même de loin, le prix réel.

19Ce qui veut dire que si le coût du travail peut s’effondrer dans certains domaines, parce qu’une certaine activité est complètement dévalorisée, en sens inverse, une activité qui ne demande qu’une faible mobilisation humaine laborieuse peut prendre une valeur soudaine et considérable. Ce jeu de valorisations et de dévalorisations, dont le fonctionnement boursier fournit l’exemple le plus caricatural, est devenu en réalité structurel dans les économies postindustrielles. Et cela en particulier parce que les biens et services de survie et de confort y sont massivement produits, grâce à l’automatisation mais surtout grâce à la robotisation et à la numérisation. Les biens et services de survie et de confort objectifs ne sont plus les critères essentiels de la valeur des choses. La valeur négociable est aujourd’hui beaucoup plus déterminée par la singularité, l’originalité, la nouveauté, l’image, le prestige, que par la survie et le confort objectif effectivement fournis. La création de valeurs presque abstraite, avec des montants vertigineux, que l’on observe dans la finance, dans l’art ou dans l’immobilier, n’est plus du tout en rapport avec le travail fourni. C’est d’ailleurs pour cela qu’elle atteint des montants tellement faramineux. Une grande entreprise classique comme Saint-Gobain a quatre fois plus de salariés que Google, qui représente pourtant la plus grosse capitalisation boursière au monde avec 555 milliards de dollars.

20C’est pourquoi le RBE va de pair avec une révolution fiscale : l’impôt principal ne peut plus être l’impôt sur le revenu mais sur le capital, avec une forte progressivité. Il faut imposer non pas les revenus, attachés à l’activité, mais la capitalisation, toujours indépendante des activités productives concrètes lorsqu’elle dépasse un certain niveau.

Il faut un changement systémique

21Le RBE ne peut être envisagé indépendamment d’autres mesures de fond. Il faut un changement systémique pour qu’il soit désirable et efficace. Si un tel changement est amorcé et accompagné, on ne voit pas pourquoi il y aurait plus d’inflation puisque les produits à consommer seront toujours produits et disponibles. Les entreprises pourront faire des bénéfices en les vendant. On ne voit pas pourquoi la masse monétaire augmenterait plus qu’aujourd’hui. C’est la spéculation financière qui est la cause principale de l’expansion de la masse monétaire. L’impôt progressif sur le capital viendrait justement redistribuer sans l’accroitre cette masse monétaire, produit de la finance et prisonnière des mains de quelques individus, vers des consommateurs et entrepreneurs plus nombreux et probablement plus dynamiques.

22Mais une autre mesure serait nécessaire. Le passage franc et clair à une TVA avec une double visée : écologique (rendant le profit profitable, comme l’énergie solaire par exemple, et réduisant la rentabilité du non-profitable, comme les énergies fossiles par exemple) ; et sociale (la Sécurité sociale ne devrait pas être abandonnée mais financée par la TVA puisque, grâce au RBE la consommation, serait maintenue à un haut niveau ; alors que le financement actuel par les revenus du travail engendre une situation de banqueroute permanente, le nombre de demandeurs s’accroissant par rapport au nombre de contributeurs).

23En conclusion, il faut préciser que le RBE exige, avant tout, un changement de regard et d’objectifs sociaux. En pratique, il faudrait évidemment un temps d’adaptation, des mesures de transition multiples qui ne peuvent être sérieusement explicitées en quelques lignes, mais qui devraient faire l’objet d’un débat public sérieux et documenté.

Sandra Laugier : Sous le revenu universel, le care ?

24Il est remarquable que la proposition de Benoît Hamon, lors de sa campagne pour la primaire de gauche, puis au début de sa campagne présidentielle d’instaurer un revenu universel d’existence (RUE), ne soit pas du tout oubliée et même acquière une pertinence encore renouvelée dans le débat politique et social. Comme si l’échec douloureux d’une candidature qui a porté tant d’espoirs, concentrés autour de cette idée, n’avait pu en éteindre la flamme.

Une nécessité sociale, philosophique et morale

25Il est vrai que la proposition de RUE valait pour sa force morale et même conceptuelle, rappelant que l’individu·e a droit, comme citoyen·ne d’un pays et tout simplement en tant que membre de la collectivité humaine, à des conditions minimales de vie digne. À ce titre, elle vaut comme principe de réorganisation globale, pensée et lancée à l’échelle de l’Europe. Le RUE était – et là est son importance croissante aujourd’hui – la mise en œuvre concrète et simple d’un principe éthique, de solidarité et de responsabilité vis-à-vis des plus pauvres, des plus démunis, des vulnérables ; responsabilité, et pas seulement bonne conscience du style « je ne veux plus voir ça ». Le droit à vivre décemment était défini par Amartya Sen en termes de capabilités, de réalisation des libertés et de l’égalité, principes que nous affichons constamment mais de façon hypocrite. La liberté n’est rien si on ne peut l’exercer faute de moyens – et c’était bien le propos et le moteur des jeunes occupants de Nuit debout, indignés par une société qui ne leur donnait aucune marge de manœuvre, aucun espace. L’égalité n’est rien si on ne combat pas, constamment, pour des voix et des droits égaux pour tou·te·s : c’était bien le principe du RUE, qui affichait le rêve d’une même considération pour tou·te·s, d’une même capacité au moins à exercer le métier de citoyen.

26Un autre principe éthique du RUE était – une originalité dans la réflexion développée à gauche – le soutien de l’individualisme. Le RUE assure une forme de liberté aux individus, aux jeunes notamment, soumis par les systèmes de protection sociale actuels à la dépendance vis-à-vis du « chef de famille ». Du coup, la proposition a aussi une force de démocratisation : au lieu de revendiquer partout la démocratie, parfois de façon creuse (Macron), hypocrite (Trump) ou cynique (Le Pen), il faudrait se préoccuper de la réaliser un peu. Le succès de l’idée de revenu universel s’explique par cette nécessité. Si un jeune n’a aucun moyen, qu’il est entièrement dépendant de ses parents (qui eux-mêmes souvent n’en ont pas), la liberté est une chimère. Cette indispensable réalisation de la démocratie a donc partie liée à la conquête de la liberté personnelle.

27L’idée du revenu universel est donc le signe d’un véritable espoir, de la possibilité d’un avenir plus juste ; espoir absent de la politique des partis traditionnels, qui ont ensuite été balayés entre autres parce qu’ils ne promettaient que désespoir et conservatisme. C’est un autre aspect éthique du RUE : sa mise en œuvre suppose de rompre avec une vision basse et pessimiste de la nature humaine, égoïste et repliée, et ouvre sur une société reposant, non plus sur la prolétarisation, mais sur la valorisation des savoirs et savoir-faire, des compétences de tou·te·s.

28Enfin, au plan féministe, la proposition du RUE suggérait aussi d’en finir avec un modèle viriliste de l’emploi et du travail du breadwinner, disparu avec le leurre du plein emploi. Elle subvertissait – en étant étendue à tou·te·s – la structuration sociale de la famille autour de son chef. De ce point de vue, le rapprochement entre le RUE et ladite fin du travail était entièrement de mauvaise foi, fondé qu’il est sur l’idée que le RUE serait « payer les gens à rien foutre » alors que l’idée était de payer les gens à faire ce qu’ils font, valoriser des formes de travail encore invisible ou en créer de nouvelles. Les objections au RU reposent parfois sur une vision idéalisée d’un « vrai travail » – en un moment où sous ce nom se développe le travail bidon (bullshit jobs) au plus haut niveau.

29Enfin et de façon plus générale, l’émergence de l’idée de revenu universel, quelles qu’en soient la réalisabilité et la forme, constituait un changement de paradigme moral et politique. Il s’agit bien de secouer « l’indifférence des privilégiés », de reconnaître notre égoïsme, local et global, de renoncer à notre modèle unique du travail. Pour moi (et pour Pascale Molinier), elle rejoignait, sans en revendiquer le titre (qui suscite toujours des réactions outragées, y compris et voire surtout à gauche), la revendication féministe de l’éthique du care : la valorisation des activités invisibles, de l’attention que nous nous prêtons les un·e·s aux autres, et des activités qui rendent possible et vivable notre monde : soin quotidien des personnes et des objets, entretien du fonctionnement ordinaire du monde, qui inclut désormais les activités des microtâcherons du numérique.

Du revenu universel d’existence au care

30Intégrer le care dans la réflexion sur le revenu universel devrait être une évidence – le but est dans les deux propositions d’assurer une vie décente à chacun·e –, mais c’est pourtant un vrai défi parce que bien des féministes et des spécialistes du care, du travail féminin et des activités de service se sont sentis menacés par l’idée du RUE, qui ressemblait à un « salaire maternel ». Le fait qu’un tel revenu soit d’emblée associé à cela en dit long sur la considération dont bénéficie le travail domestique.

31Le problème est la reconnaissance du travail de care et des tâches domestiques, sous-payé et sous-évalué parce que traditionnellement gratuit, qui fait partie des enjeux majeurs du xxie siècle. Instaurer un RUE nécessite, à l’inverse de proclamer la « fin du travail », de dévoiler la tromperie d’une « valeur travail » construite sur un déni de la masse des invisibles, relégués dans les coulisses d’un monde du travail qui veut les ignorer et qu’ils soutiennent en réalité. Mais aussi de veiller à la place du travail domestique, longtemps considéré en France comme un « loisir » ou un non-travail, dans ce nouveau contexte. Prendre en compte le care, et donc le travail du care, c’est comprendre un ensemble de transformations sociales, comme la féminisation des migrations transnationales, les transformations des modes capitalistes d’organisation du travail : c’est transformer notre vision du travail en faisant apparaître des tâches et tout un ensemble de personnes invisibilisées et dévalorisées, comme indispensables au fonctionnement ordinaire de notre monde.

32Contre le risque d’un nouveau déni du care dans la mise en place d’un revenu universel, qui, avec le changement de paradigme, absorberait les activités fondamentales nécessaires à la vie dans un « revenu d’existence » qui les jetterait avec l’eau du bain, promouvoir une vision féministe du revenu universel réclame simplement ce qui est dû.

33Au-delà du féminisme, prendre en compte le care, c’est également se soucier des travailleurs du noyau dur du néolibéralisme, entreprises, banques, mais aussi services publics désormais alignés, à qui il est demandé toujours plus de rentabilité, de performance, dans un contexte concurrentiel où le travail effectif comme la  communication reposent principalement sur de fausses promesses et des mensonges. Sans une refonte du système, les travailleurs et les travailleuses qui ne peuvent s’adapter, parce que plus lents ou moins souples sur les valeurs, risquent de tomber malades ou d’être progressivement marginalisés, donc de rejoindre les rangs des invisibles, alors même que leurs inadaptations multiples témoignent non pas de leur inutilité pour la société, mais plutôt de la dureté des organisations du travail contemporaines que l’on veut encore aggraver.

Démocratiser la vie sociale et politique par la reconnaissance de la valeur de chacun·e

34Tout le mérite du revenu universel est de proposer une nouvelle base – non viriliste – pour la discussion sur le travail et son statut dans notre société. Et de prendre en compte le réel et de chercher des solutions qui ne sont pas construites sur la reviviscence du mythe des Trente Glorieuses :

  • à partir d’une conception du travail élargi aux activités domestiques et de care ;

  • à partir d’une conception différente des personnes et de leur rapport au travail qui ne cotisent pas toutes à l’hyperactivisme libéral ;

  • à partir d’une conception du travail qui refuse d’en faire l’outil de l’exclusion des personnes vulnérables.

35Là aussi, il s’agit de reconnaître, avec la dignité des citoyen·ne·s, leur capacité, même en situation de vulnérabilité, à déterminer ce qui est bon pour eux/elles. Le revenu universel – et cela a été une limite de la campagne Hamon – a été très vite l’affaire des experts et des politiques. Il faut mener jusqu’au bout la révolution du revenu universel, indissociable de la démocratisation et de la collaboration de tou·te·s à la vie politique. Proposer de donner des conditions de vie vivables à chacun, c’est reconnaître et appliquer la capacité politique de tou·te·s ; c’est considérer que la politique est à inventer collectivement, et notamment concernant le travail.

36Car proposer de garantir des conditions de vie vivable à chacun, c’est reconnaître et mettre en œuvre la capacité politique de tou·te·s. C’est refuser toute règle qui fixe le périmètre de ceux qui ont le droit de prendre part de façon légitime à la vie publique ; c’est inclure dans la discussion sur le revenu universel ceux/celles qu’elle concerne : les jeunes, les aidant·e·s proches, les travailleuses sans papiers, les personnes en grande pauvreté, les marginaux, les personnes handicapées ou souffrant de maladies psychiques… C’est reconnaître enfin que la citoyenneté ne se mérite pas, mais se définit par la contribution à un avenir ensemble. C’est cela qui n’a pu s’imposer, dans une élection piégée par le ralliement de la classe politique à un candidat et par son conformisme néolibéral qui a pu se poser en seule alternative au fascisme.

37Il s’agit de reconnaître avec la dignité des citoyen·ne·s leur capacité, y compris en situation de grande précarité, à déterminer ce qui est bon pour eux.elles et notamment – comme dans l’opération GiveDirectly ou dans les actions d’ATD Quart Monde – à utiliser les sommes qu’ils/elles reçoivent.

38Nous proposons de nous réemparer de l’idée du revenu universel, qui a ouvert la possibilité d’une vraie dynamique de gauche, et d’une rénovation de l’idée de travail dans une phase brève de la vie politique l’an passé ; elle a sans doute été balayée car elle résume tout ce à quoi on a renoncé en 2017. Mais pour quoi donc ? Elle peut aussi être un signal de remobilisation en un moment où les compétences des forces sociales et des citoyen·ne·s sont évacuées de la discussion publique sur le travail, ce qui pose encore une fois, sous une forme nouvelle la question du RUE, de la place spécifique du travail dans la définition de la démocratie.

Mateo Alaluf : le futur indésirable du revenu universel

39La question agite les débats sur le travail : faut-il verser un revenu, à toute personne, sans condition aucune ? Cette idée recouvre autant de dénominations (allocation ou revenu universel, revenu de base inconditionnel, dividende social, etc.) que de contenus différents pour ses partisans qui se recrutent à droite comme à gauche de l’échiquier politique. Lorsqu’il s’agit de la mise en œuvre d’une telle formule, les propositions se limitent souvent à combiner des éléments de revenu minimum et de prime d’activité et se présentent comme des étapes transitoires à sa réalisation. Mon propos ne concerne pas ses éventuelles modalités de mise en œuvre (montant de l’allocation, conditions transitoires et financement) mais uniquement les principes au fondement d’un « régime de revenu universel ».

Travail et emploi : un fondement moral

40Par valeur travail, on désigne aussi bien le travail créateur de valeur que la valeur subjective accordée au travail comme activité sociale et moyen d’accéder à un revenu, à des protections et à des droits sociaux. Ainsi les traditions libérales et marxistes ont-elles accordé une place centrale au travail comme fondement de la valeur.

41La logique promue par le revenu inconditionnel repose par contre sur la déconnexion complète du revenu et du travail. En cessant de considérer le travail comme « une valeur en soi », ses promoteurs veulent instaurer un nouveau rapport au travail. Se dispenser d’un « emploi normal » serait, à leur estime, la condition de l’autonomie des individus.

  • 5 Pascal Salin dans le Monde 01/02/2017.

42Cette proposition soulève de fortes objections. À droite, on soutiendra que « dans une société d’individus libres et responsables, nul n’a le droit de tirer ses moyens d’existence du travail d’autrui. C’est à chacun de s’assurer contre les aléas de l’existence5. » D’autres, à gauche, soulignent les dommages qu’un tel système causerait à la sécurité sociale et insistent sur la centralité du travail comme facteur de reconnaissance et d’intégration sociale.

43Renoncer au droit à l’emploi serait en effet renoncer au cadre juridique et institutionnel dans lequel s’exerce le travail. Le travail ne représente-t-il pas, dans la tradition sociologique de Durkheim, un lien social qui fonde un système de droits et de devoirs liant les individus de manière durable ? C’est bien dans la sphère du travail socialement divisé que la sociologie du travail repère la structure fondamentale de la société et la complémentarité des individus.

Des « choix » sexués : du travail domestique au travail salarié

44La question du genre est souvent le point aveugle des débats. Or, le travail salarié a permis aux femmes d’exister en dehors d’une position de subordination domestique. Dans nos sociétés marquées par le patriarcat, l’emploi constitue la condition de leur autonomie par rapport à la sphère familiale ou communautaire. Ne doit-on pas s’interroger sur le double écueil que peut représenter un revenu inconditionnel : soit comme salaire de la femme au foyer de maintenir celles-ci en dehors de la sphère de l’emploi ; soit comme complément de revenu de les confiner au travail à temps partiel.

  • 6 On peut se référer à Simon Ghiotto et Marc De Vos, Le Revenu universel, déconstruction d’une fausse (...)

45Les différentes expérimentations dont se prévalent les partisans du revenu universel restent fragiles et, à l’exception de la rente pétrolière (modeste) versée aux résidents de l’Alaska (EU), ne s’adressent qu’aux chômeurs ou aux pauvres et non à toute la population. Il est cependant possible d’en retirer une indication partielle et limitée concernant les effets différenciés selon le sexe. Si l’octroi d’une allocation sans autre condition à des personnes sans emploi ne paraît pas diminuer globalement l’incitation au travail, l’impact en serait cependant inégal suivant le genre. En particulier, la participation à l’activité serait nettement moindre pour les femmes avec enfant et même sans enfant6.

46La confrontation entre d’un côté la possibilité de choix abstrait reconnu à chacun par un revenu universel de travailler ou de ne pas travailler et d’un autre côté les modalités concrètes de choix conditionnées par les rapports sociaux de domination (en particulier patriarcaux) peut être mortifère. Le travail, si contraignant et aliénant soit-il, n’autorise pas de priver des groupes d’y participer. En réalité, à travers le travail, c’est l’insertion sociale et citoyenne qui se trouve mise en cause.

Société numérique et volume d’emploi : tout salaire mérite-t-il travail ?

47En raison de la raréfaction supposée du travail, devrait-on substituer à « tout travail mérite salaire » la formule selon laquelle « tout salaire ne mérite pas travail » ? Les partisans du revenu universel soutiennent ainsi que la révolution numérique sonnerait la fin du plein emploi et que le système de sécurité sociale en serait hypothéqué. L’octroi d’un revenu déconnecté du travail s’imposerait en conséquence comme solution à la fin de l’emploi.

48La crise du travail a été attribuée naguère à l’informatique, aux technologies de l’information et de la communication ensuite et à l’e-économie enfin. L’évolution serait à présent inéluctable : la numérisation des activités annoncerait la dissolution de l’emploi.

49Depuis les années 1960, les précurseurs de l’allocation universelle fondaient d’ailleurs sa nécessité sur l’effondrement supposé de l’emploi en raison des progrès de la productivité résultant de l’automation. Jamais pourtant, depuis cette époque, l’emploi n’a connu une aussi forte croissance. Aucun indice ne permet le pronostic d’une « raréfaction du travail ». L’emploi salarié a continuellement augmenté dans les pays de l’OCDE. La crise de l’emploi ne résulte pas de la rareté mais de la qualité des emplois créés, précaires et à temps partiel. Les questions sont donc celles des conditions de travail, des bas salaires et de la durée du travail. La transition énergétique, la durabilité et la qualité des produits, les soins aux personnes permettent de penser que la société du futur sera intensive en travail.

  • 7 Réédité par les Éditions Les liens qui libèrent, Paris, 2017.

50Dans un petit ouvrage prémonitoire rédigé en 1930, Lettre à nos petits enfants, J. M. Keynes7 prévoyait un niveau de vie de quatre à huit fois supérieur dans 100 ans et préconisait, la journée de trois heures et la semaine de quinze heures pour régler le risque « de chômage technologique ».  Seule sa prédiction concernant le niveau de vie est d’ores et déjà réalisée.

Marché et justice : vers un renforcement des inégalités ?

  • 8 C’est la raison principale qui fonde l’expérimentation d’une allocation universelle cumulable en Fi (...)

51Le revenu universel cumulable avec tout autre revenu se distingue de l’allocation de chômage comme du revenu garanti soumis à la condition de ressource. Le salaire devient en conséquence un complément du « socle » qu’est censé constituer le revenu universel. Versé sans condition à chacun, il facilite l’acceptation par les bénéficiaires d’activités peu rémunérées, un travail occasionnel, temporaire, intérimaire et à temps partiel8. Par contre, l’allocation de chômage garantit un niveau de revenu en dessous duquel les emplois ne trouveraient pas preneur. D’un côté, précarité et flexibilité des emplois, de l’autre, rigidité à la baisse des salaires et des droits sociaux.

52La mutualisation du salaire par la cotisation sociale a conduit à collectiviser les richesses produites afin de donner accès à des produits et des services gratuits qui sont autant de droits sociaux (droit à la santé, à l’éducation, etc.). La formation des salaires représente par conséquent le « prix politique » de la force de travail incorporant sa part socialisée que constituent les coûts des services publics et de la protection sociale. Au contraire, l’allocation universelle conduit à privatiser la richesse collective afin de donner du cash aux individus. Alors que dans la logique de l’État social, il s’agit de limiter la part du marché par des droits hors marché, le revenu universel vise par contre à permettre à chacun de participer au marché et s’inscrit dans la logique de marchandisation des activités qui échappent encore à l’emprise marchande.

53Cette prééminence donnée au marché accompagne une conception de la justice qui repose sur le principe selon lequel chaque individu reçoit de manière inconditionnelle un même revenu monétaire dont il a la responsabilité de l’usage. Or, octroyer un montant égal à des situations inégales a pour effet de renforcer les inégalités. Chacun est amené à faire fructifier son revenu selon ses capacités. Les plus méritants réussiront. Ils pourront accéder à des positions lucratives dans des secteurs compétitifs et souscrire à des assurances privées pour bénéficier d’une pension confortable ou de meilleurs soins de santé. Les autres devront se contenter d’un modeste revenu de base complété par des petits boulots pour subsister. Le principe d’égalité des chances qui caractérise le revenu universel se distingue de l’égalité tout court (ou égalité des conditions) porté par la Sécurité sociale. Celle-ci, fondée sur la redistribution des revenus, exprime le point de vue du travail : chacun y contribue selon ses moyens et en bénéficie selon ses besoins. Le revenu universel participe en conséquence d’une conception édulcorée de l’égalité, limitée à la seule égalité des chances. Elle aurait en conséquence pour effet non pas de combattre mais d’accroître les inégalités sociales.

Égalité et liberté : de quelques divergences philosophiques

  • 9 Franck Fischbach (2017), Qu’est-ce qu’un gouvernement socialiste ?, Lux, Québec.

54Ainsi voit-on s’opposer des conceptions différentes de l’égalité et de la liberté. Alors que l’égalité des chances repose sur une vision individualiste selon laquelle la liberté des autres constitue une limite à la sienne, l’égalité des conditions suppose une conception sociale de la liberté pour la réalisation de laquelle les individus coopèrent mutuellement : « la liberté de l’autre devient alors, suivant les termes de Franck Fischbach, la condition de la réalisation de la sienne propre9 ».

55Dans la perspective du revenu universel, libérer le travail conduit à une société de travail sans emploi ou du moins avec des emplois devenus inconsistants car très fragilisés. L’utopie virerait alors au cauchemar d’une société de travail sans protection et à la merci des grandes plateformes capitalistiques mondialisées. L’expérience sociale du travail est au contraire porteuse de revendications sur le pouvoir de décision et la créativité des salariés, sur la maîtrise des restructurations hypothéquant l’avenir et sur celle de desserrer le pouvoir des actionnaires par des nouveaux droits. L’enjeu peut devenir alors celui de la maîtrise démocratique du salariat par la réduction et le partage du temps de travail de manière non pas à libérer le travail mais à nous libérer du travail.

Jean-Marie Harribey : un revenu d’inexistence sociale ?

56Si le revenu d’existence universel et inconditionnel est âprement discuté, c’est parce qu’il renvoie au fondement de l’organisation sociale, dont l’organisation du travail, le sens de celui-ci et la répartition de ses fruits restent des pièces essentielles. Il n’est donc pas étonnant que s’entremêlent des questionnements d’ordres philosophique, politique et économique. Les controverses se sont avivées avec la persistance d’une crise structurelle du capitalisme, face à laquelle les politiques d’aide sociale ne peuvent rien, tellement elles sont battues en brèche par les politiques d’austérité.

  • 10 Nous utiliserons ici indifféremment les expressions « revenu d’existence », « revenu universel », « (...)

57Au moins trois questions reviennent sans cesse dans la discussion autour de ce revenu10 : quelle est la place du travail dans la société ? Quel est le champ du travail productif de valeur économique ? Un revenu d’existence est-il porteur d’un dépassement du capitalisme ou est-il le cheval de Troie d’une libéralisation accrue ?

Le travail : choix individuel ou acte social ?

  • 11 Voir la synthèse de ces données dans Attac, Par ici la sortie, Cette crise qui n’en finit pas, Les (...)
  • 12 En France, sur les xixe et xxe siècles, la productivité horaire du travail a été multipliée par env (...)

58L’hypothèse retenue le plus fréquemment par les théoriciens du revenu d’existence est que la fin du travail approcherait, que le plein emploi serait définitivement hors d’atteinte et que se déferait la société fondée sur le travail. Or, malgré les transformations indéniables du travail, au moins autant dues à la pression du capitalisme financier qu’aux bouleversements techniques, aucune étude statistique n’est en mesure de prévoir avec certitude ce que sera le nombre d’emplois dans trente ou quarante ans. Le paradoxe, qui est en même temps une contradiction pesant sur la rentabilité du capital, est que jamais la productivité du travail n’a augmenté aussi faiblement que depuis que l’informatique, le numérique et les robots se sont répandus11. Si la diminution du temps de travail nécessaire à la production d’une unité de marchandise est avérée, on ne peut parler du temps de travail global qu’en le mettant en relation avec l’évolution de la productivité du travail12.

  • 13 D. Méda et P. Vendramin (2013), Réinventer le travail, PUF.
  • 14 J.-M. Harribey (2016), « Repenser le travail, la valeur et les revenus », dans M. Alaluf et D. Zamo (...)

59L’abandon de l’objectif de plein emploi lié à la prétendue fin du travail est prôné par les théoriciens du revenu d’existence parce qu’ils y voient la perspective de mettre fin à la « centralité du travail ». Or, les enquêtes sociologiques les plus récentes infirment la thèse de la « disparition de la valeur travail »13. Cela vient à l’appui de Marx qui a toujours maintenu l’idée d’une dualité du travail, à la fois aliénant dans le cadre capitaliste et intégrateur dans la société : par son travail, l’homme produit ses moyens d’existence et, simultanément, se produit lui-même14.

  • 15 R. Castel (2012), « Salariat ou revenu d’existence ? Lecture critique d’André Gorz », La Vie des id (...)
  • 16 A. Gorz (2003), L’Immatériel. Connaissance, valeur et capital, Galilée.

60Cela signifie que le travail du prolétaire n’est pas resté figé depuis le xixe siècle. Comme l’a montré Robert Castel, la condition du salarié reste marquée par le lien de subordination à l’employeur capitaliste, mais elle est aussi aujourd’hui, grâce à deux siècles de luttes sociales, caractérisée par un ensemble de droits sociaux : « On peut et on doit souligner les graves menaces qui pèsent sur le travail, mais personne aujourd’hui n’est en droit de dire que le travail est “aboli”, ou que le salariat est “aboli”15. » Tandis qu’André Gorz abandonne l’idée d’une émancipation dans le travail16, Castel considère que le salariat aujourd’hui « dignifie, pourrait-on dire, le travailleur (et peut-être plus encore la travailleuse) en même temps qu’il l’aliène » et que le rôle social du travailleur ne « s’épuisait » pas « à être un consommateur de biens matériels ». « Le travail est un acte social sanctionnant l’utilité sociale du travailleur qui accède à la sphère publique et se fait reconnaître comme sujet de droit ».

  • 17 C. Monzon (2017), « Alternatif ? », Alternatives économiques, « Les dossiers : Revenu universel, Co (...)
  • 18 P. Frémeaux (2017), « Le revenu de base, une idée qui fait son chemin », Alternatives économiques, (...)
  • 19 P. Frémeaux, idem.

61Si l’on ne tient pas compte de l’ambivalence dialectique du travail, la dérive individualiste grâce au revenu d’existence devient possible : « l’aspiration individuelle à construire des alternatives à l’échelle locale, à se débrouiller soi-même17 », « le retrait du monde productif18 ». On aboutit alors à un faux procès extravagant sur une prétendue « glorification du travail » : « Que le rôle historique de la classe ouvrière, dans l’imaginaire marxiste, vienne de sa place dans le processus de production est une chose, que son devenir dans la société à construire soit de rester rivée à sa machine – ou à son poste de travail désormais – en est une autre. »19 La conséquence de cette position est de considérer que le repli de chacun sur sa sphère personnelle suffirait à donner naissance à une nouvelle forme de valeur économique monétaire susceptible d’être distribuée sous forme de revenu d’existence.

Le travail socialement validé est la seule source de la valeur

62Quelles sont alors les conditions pour que soit engendrée une valeur distribuable ? Contrairement à l’imaginaire bourgeois et à sa vulgate économique libérale, contrairement aussi à la tradition marxiste entretenue après la mort de Marx, et contrairement enfin au discours en faveur du revenu d’existence, il existe, dans les sociétés capitalistes actuelles, deux modes de validation sociale du travail, permettant de définir le travail productif. Le premier est le marché, lorsque les entreprises réussissent à vendre les marchandises que les travailleurs ont produites. Ainsi sont validées les anticipations qui avaient donné lieu à des investissements et à l’emploi de travailleurs. Du même coup se « réalise » la valeur selon la formule de Marx : la valeur est la forme monétaire du travail socialement validé, qui apparaît dans l’échange par le biais d’une proportion, la valeur d’échange, mesurée en tendance par la quantité de travail nécessaire en moyenne dans la société considérée.

  • 20 Pour l’économie politique et pour la critique qu’en fait Marx, la valeur d’usage désigne la richess (...)
  • 21 Voir le dossier constitué par la revue Contretemps autour de la discussion de cette thèse : « Exten (...)

63Le second mode de validation sociale du travail est la décision politique d’embaucher des travailleurs et de réaliser des investissements publics pour produire des services non marchands répondant à des besoins collectifs : éducation, santé, etc. Ces services, bien que non marchands, ont une expression monétaire, et leur montant correspond au produit non marchand qui s’ajoute au produit marchand pour constituer le produit intérieur net, lui-même étant égal au PIB moins les amortissements. En bref, les travailleurs employés dans le secteur non marchand sont productifs de valeur d’usage bien sûr, mais aussi de valeur au sens économique20. Les revenus distribués dans le secteur marchand et ceux distribués dans le secteur non marchand sont des revenus primaires, c’est-à-dire nés de l’activité validée soit par le marché, soit par décision politique21.

64Peut-on appliquer un raisonnement analogue aux activités libres, décidées de manière autonome, sans validation collective, auxquelles s’adonnent les individus (loisir, bénévolat, etc.) et que les théoriciens du revenu d’existence considèrent comme de la production, justifiant le versement de ce revenu défini par eux comme « primaire » ? C’est impossible, à la fois pour une raison pratique et pour une raison logique. D’abord, quel serait le revenu primaire engendré par un nourrisson qui vient de naître auquel on donnerait un revenu d’existence ? Même question pour une personne âgée. Ensuite, qu’est-ce qu’un revenu primaire qui exige le prélèvement d’un impôt pour le « financer » ? Cela n’a strictement aucun sens, et c’est la preuve que le revenu d’existence, défini comme inconditionnel, ne serait pas un revenu primaire mais un revenu de redistribution. Mais, dira-t-on, n’est-ce pas aussi le cas du professeur dans les écoles et de l’infirmière dans les hôpitaux, dont nous venons de dire qu’ils produisaient la valeur correspondant à leur salaire ? Non, parce qu’il faut distinguer, comme le faisait Keynes, le financement en amont de la production, ex ante, et le paiement de celle-ci, ex post. Les impôts et les cotisations sociales n’avancent pas l’argent pour « financer » l’éducation et la santé, ils les « paient » collectivement, logiquement après leur production. Par exemple, la redistribution qui s’opère par les soins de santé s’effectue des bien-portants vers les malades, les premiers payant pour les seconds, mais il n’y a pas de redistribution pour les soignants car ceux-ci engendrent le revenu qui les rémunère.

  • 22 Voir le débat entre J.-M. Harribey et C. Vercellone (2015), « Quelle place pour le travail ? », L’É (...)

65Les théoriciens du capitalisme cognitif, qui sont allés le plus loin dans l’élargissement du travail productif, ont raison de souligner l’importance des connaissances dans les processus productifs. Si les processus productifs actuels mobilisent les travailleurs porteurs de connaissances bien au-delà du temps de travail officiel, cela signifie un élargissement de la sphère de travail et non une évanescence de celle-ci. Mais cela n’autorise ni à faire de tout acte de la vie une source de valeur monétaire (si je réfléchis en prenant ma douche le matin avant d’aller travailler, ce n’est pas à la douche qu’il faut imputer le revenu engendré), ni, au final, à effacer la distinction entre valeur d’usage et valeur, quand bien même une activité libre serait créatrice de lien social22.

  • 23 M. Friedman ([1962] 2016), Capitalisme et liberté, Paris, Flammarion. Pour stigmatiser les politiqu (...)

66La question du financement est donc cruciale parce qu’elle découle de la contrainte de la validation sociale examinée précédemment. D’une part, la maîtrise des choix productifs suppose celle de la création de monnaie qui doit anticiper la production future, tandis que les théoriciens du revenu d’existence rejoignent l’idée de la monnaie hélicoptère de Milton Friedman23. D’autre part, les montants nécessaires à un revenu d’existence pourraient atteindre des niveaux équivalents à celui de la protection sociale actuelle (en France, environ 700 milliards d’euros par an).

  • 24 R. Liogier (2016), Sans emploi. Condition de l’homme postindustriel, Les Liens qui libèrent, p. 93. (...)
  • 25 B. Friot (2014), Émanciper le travail, Entretiens avec Patrick Zech, La Dispute.

67On pourrait objecter que les frontières du travail socialement validé peuvent bouger puisqu’elles sont le fruit de conventions sociales et de rapports de force. Tout à fait, et c’est déjà le cas dans le cadre de collectivités publiques ou d’associations, mais jamais comme le résultat de décisions individuelles d’un « retrait du monde productif ». Les théoriciens du revenu d’existence affirment que « nous sommes tous productifs24 ». Mais sans préciser qu’il s’agit de valeur d’usage et non pas de valeur au sens économique. La théorisation de Bernard Friot sur le salaire à vie commet la même erreur en prétendant que le retraité produit sa pension et en confondant la validation d’un droit (au salaire à vie) et la validation du travail pour le satisfaire25.

  • 26 O. Le Naire et C. Lebon (2017), Le Revenu de base, Une idée qui pourrait changer nos vies, Actes Su (...)

68Ainsi, tantôt le travail est confondu avec le travail salarié et l’emploi avec l’emploi salarié (oubliant le travail indépendant qui représente environ 10 % de la population active), tantôt le travail est opposé à l’emploi (alors que l’emploi est le cadre juridique et institutionnel dans lequel le travail salarié ou non s’exerce), tantôt le travail est opposé à l’activité (sans que cette dernière soit rapportée à l’exigence de validation sociale pour être créatrice de valeur). Dès lors, à la question « Utiliser son temps libre à s’occuper de ses parents âgés ou de ses enfants, s’engager dans des associations, contribuer au savoir à travers l’enrichissement des articles de Wikipédia, faire de la musique ou du théâtre, coudre, bricoler, lire, bavarder avec ses voisins, faire du sport, cultiver son potager, regarder la télé ou s’informer sur Internet, est-ce ou n’est-ce pas du travail ? 26 », la réponse est absolument négative dans le sens de travail productif de valeur. Le lien social est certes une grande « valeur » sur le plan philosophique mais ne crée pas de valeur ajoutée que l’on peut distribuer monétairement.

Le revenu d’existence dans le capitalisme néolibéral

  • 27 C. Arnsperger (2015), « Revenu de base, économie soutenable et alternatives monétaires », L’Économi (...)
  • 28 Y. Moulier Boutang (2010), L’Abeille et l’Économiste, Carnets Nord.
  • 29 P. Ariès (2007), La Décroissance, Un nouveau projet politique, Golias.

69On ne doutera pas que le revenu d’existence parte d’un bon sentiment : « Le rôle d’un revenu de base, et surtout de son absence de conditionnalité, est d’exprimer au citoyen une confiance radicale : celle qui consiste à croire que chacun d’entre nous possède la capacité de chercher un sens à son existence et d’agir en fonction de ce sens27. » Ce revenu peut certes être versé au nom du droit à l’existence, mais ce n’est pas ce droit qui l’engendre, il faut nécessairement pour cela un travail productif socialement validé et non pas des activités de loisir laissées au libre arbitre de chacun, car l’autovalidation est un non-sens. Quant aux élucubrations faisant des marchés financiers une source possible de valeur28 ou bien imaginant un flux de revenu tiré d’un prélèvement sur un stock hérité du passé29, elles renvoient soit à la théorie néoclassique croyant en la fécondité du capital, soit en une nouvelle forme de génération spontanée ou de créationnisme appliquée à l’économie. Il s’ensuit que, sur le plan de la société dans son ensemble, travail productif de valeur économique et engendrement de revenu sont indissociables. Seuls peuvent être dissociés le travail individuel et la distribution individuelle de revenu, si un accord politique dans la société l’autorise. Ce dernier permettrait-il de franchir une étape vers le dépassement du capitalisme ?

70C’est l’argument politique souvent invoqué : le revenu d’existence améliorerait le rapport de force en faveur du salarié ou du demandeur d’emploi face à l’employeur. Rien n’est môns sûr car, avec un revenu de base minimum, les employeurs ne seraient-ils pas incités à contourner le salaire minimum ? En effet, les réformes néolibérales depuis quatre décennies ont toutes été menées au nom de la baisse du coût du travail, en exonérant partiellement les entreprises de l’obligation de payer un salaire pour renvoyer la part socialisée de celui-ci finançant la protection sociale sur la collectivité. Il faut craindre que le revenu d’existence, assurant un filet de sécurité minimum, ne renforce cette tendance. Enfin, penser que le rapport de force entre un employeur et un salarié se noue dans un face-à-face individuel est une idée sortie tout droit de l’imaginaire libéral qui ignore que les rapports de force résultent de rapports sociaux.

  • 30 Pour un inventaire des diverses propositions, voir Les Économistes atterrés et La Fondation Coperni (...)

71On présente souvent les versions dites de gauche du revenu d’existence comme capables d’éviter le risque de libéralisation accrue du marché de l’emploi. Mais on voit bien que l’ampleur des sommes nécessaires à un tel revenu viendrait vite en concurrence avec la protection sociale actuelle ; la tentation serait alors grande de verser ce revenu pour solde de tout compte, et c’est bien ce que réclament les versions dites de droite qui ne s’embarrassent pas de scrupules30.

  • 31 P. Frémeaux (2017). L’auteur reprend sans doute une formule de P. Van Parijs qui entend « transform (...)

72Les partisans de gauche du revenu universel affirment que celui-ci permettrait de sortir d’une économie productiviste parce que chacun pourrait « choisir d’entrer sur le marché du travail ou de vivre chichement de son revenu de base31 ». Cela rappelle étrangement l’explication libérale du chômage selon laquelle le travailleur « arbitre » entre travailler et chômer, le chômage étant donc volontaire. De plus, en quoi le revenu universel modifie-t-il les trajectoires d’investissement qui commandent l’avenir, dès lors qu’on conçoit cette manne généreuse comme donnant la possibilité d’un retrait individuel de la sphère productive ? Aussi, la réduction du temps de travail proposée ne peut être qu’un choix individuel et jamais le fruit d’une répartition collective de la productivité du travail. Il y a donc une forte probabilité pour que le « temps partiel choisi » ne soit guère différent de celui souvent imposé aux femmes dès lors qu’un « salaire au foyer » ou « maternel » leur serait versé.

  • 32 Voir Les Économistes atterrés et La Fondation Copernic, Faut-il un revenu universel ?, op. cit., et (...)
  • 33 Pour le chiffrage, voir Les Économistes atterrés et La Fondation Copernic, Faut-il un revenu univer (...)

73Est-ce à dire qu’il n’existe pas d’autres solutions face à la détresse sociale engendrée par le capitalisme ? Au contraire : un revenu garanti à tout adulte privé d’emploi ou dans l’incapacité d’en occuper un est possible, couplé avec une réduction collective et régulière du temps de travail et avec le meilleur accès aux services publics, dans le cadre d’un projet politique de transition sociale et écologique pour mettre collectivement en œuvre un nouveau modèle productif, c’est-à-dire alliant qualité de la production, qualité du travail, contrôle collectif de l’organisation du travail et réduction des inégalités32. Ce revenu garanti pour colmater vraiment les brèches de la protection sociale actuelle se distingue du revenu d’existence par trois marqueurs : il représenterait en France quelques dizaines de milliards d’euros par an au lieu de plusieurs centaines pour le revenu d’existence (soit dix fois moins)33 ; confortant la protection sociale, il pourrait être couplé avec un partage du travail progressif et bénéficiant à l’ensemble des travailleurs ; et il serait conditionnel à un niveau de ressources.

  • 34 A. Caillé, « L’inconditionnalité conditionnelle », Alternatives économiques, op. cit.

74C’est ainsi que, commencée sur le plan de la philosophie politique, la discussion y revient. Alain Caillé définit « l’inconditionnalité conditionnelle d’un point de vue convivialiste » par le fait que le revenu universel « s’organise autour de quatre principes : un principe de commune humanité, un principe de commune socialité, un principe de légitime individuation et un principe d’opposition constructive (« s’opposer sans se massacrer 34 »). On pourrait approuver cela largement dans le cadre d’un appareil productif capable d’engendrer les revenus ensuite distribués, et dans un cadre institutionnel respectant une certaine hiérarchie des droits. En effet, le revenu d’existence a l’apparence de l’équité, mais au regard d’un critère logiquement inférieur à un autre critère qui est le droit à l’intégration à l’activité productive collective, à l’emploi et à un revenu décent, c’est-à-dire à l’ensemble des sphères de la société. Un droit premier fondamental n’étant pas respecté, on inventerait un droit au revenu d’existence, pâle succédané du droit fondamental. Les conditions de la liberté pour tout être humain n’étant pas remplies, un revenu monétaire serait chargé d’en apaiser la rigueur. Il est vrai qu’on quitterait le terrain de la charité puisqu’on se placerait sur celui du droit. Mais le nouveau droit se situerait à un niveau inférieur à celui qui est bafoué. Van Parijs explique que l’allocation universelle permet à ses bénéficiaires de ne pas être désignés publiquement comme incapables. Aussi puissant que soit l’argument, il ne fait que dissimuler le problème qu’il est censé résoudre. La désignation publique ne visera certes pas celui qui n’a aucune ressource puisque personne ne sera plus dans ce cas, mais visera celui qui ne perçoit pas d’autre ressource que le revenu d’existence, étant privé d’accès à l’une des sphères de la société, celle de l’emploi.

75En niant le rôle social du travail et son rôle de créateur de la valeur économique distribuée sous forme de revenus monétaires, la fracture sociale ne pourrait que s’élargir. Puisque, dans beaucoup de pays, les droits sociaux furent historiquement fondés sur le travail, en se débarrassant de l’idée de la nécessité de celui-ci, le capitalisme se débarrasserait du même coup des droits sociaux associés. La négation du travail dans toutes ses dimensions, ravalé au rang de marchandise, a pour corollaire le fétichisme qui entoure la production de valeur et qui pousse à croire que toute richesse sociale et naturelle est réductible à de la valeur, c’est-à-dire à une somme de monnaie.

76Les thèses en faveur du revenu d’existence vont d’une aporie à l’autre : le travail serait fini mais on pourrait tout de même verser un revenu universel (il existerait donc une source miraculeuse), un revenu primaire naîtrait préalablement à tout acte productif, un droit engendrerait en soi le moyen de le satisfaire, la solidarité s’organiserait sur la base de retraits individuels, etc. Apories intellectuelles qui sont autant de fausses pistes stratégiques pour favoriser une « existence sociale ». Le revenu d’existence ne saurait être qu’une voie de recours d’un capitalisme néolibéral en crise.

Marie-Pierre Boucher : le RU, une idée paradoxale

77J’avance ici une approche singulière du RU à partir d’une réflexion sur l’exercice de la liberté dans la société capitaliste. Je souhaite montrer que si des arguments favorables à l’instauration d’un RU insistent explicitement sur le fait qu’il permettrait d’assurer le droit à l’existence des individus, d’autres mettent en avant son potentiel subversif dès lors qu’il autoriserait les individus à s’affranchir des contraintes du salariat, de l’obligation d’aliéner sa liberté, son temps, son intelligence ou sa créativité… C’est sur ce dernier point que s’inscrivent mes réserves les plus grandes à son encontre. Il me semble que cette libération du travail salarié dont certains pourraient se prévaloir n’attaque pas le fondement de ce qui la rendrait possible. En effet, parce que c’est un revenu garanti qui favoriserait les libertés individuelles, il convient de rappeler quelles sont les conditions structurelles de l’engendrement puis de la redistribution du revenu. Ainsi, je crains que, dans une société capitaliste qui n’interroge pas ses propres fondements, la possibilité d’un RU et son potentiel d’émancipation soient limités par la reconduction de la dynamique d’exploitation.

  • 35 John Locke ([1690] 1997), Deux Traités du gouvernement civil, Paris, Éditions Vrin.

78Ainsi, mon analyse tentera de saisir en même temps le droit à l’existence et la question de l’exercice de la liberté. Parce que le RU est présenté comme une mesure de protection de ces deux droits, il m’a paru pertinent d’examiner attentivement le chapitre V des Traités du gouvernement de John Locke35 (1690). Bien que ce chapitre expose une fiction politico-morale servant à justifier le droit de propriété, il contient aussi le paradoxe de toute forme de garantie monétaire du droit à l’existence.

79Le procédé lockéen consiste à référer à un droit coutumier, celui de l’existence, pour justifier une révolution, celle correspondant à l’avènement de la liberté individuelle, de la propriété privée et de l’économie politique capitaliste. Prenant ce système comme toile de fond, le texte de Locke me permet d’affirmer, en utilisant ses propres « tâtonnements », l’incessante impossibilité de garantir le droit à la vie dans le cadre de cette économie politique, dans un régime de propriété privée sans limites.

Des ressources communes que chacun peut s’approprier en travaillant

80Dans le chapitre V du Premier Traité, Locke se demande « comment qui que ce soit a pu acquérir la propriété de quoi que ce soit » (Locke, 1997, § 25). En réponse, le philosophe fonde le droit de propriété sur le droit à la vie. Suivons son raisonnement. Dieu a donné aux hommes la nature et toutes les ressources naturelles afin qu’ils y trouvent le moyen de garantir le droit et le devoir de conservation de soi. Or, ces ressources, Il les leur a données en commun. Les ressources naturelles appartiennent véritablement à tous afin qu’ils jouissent des moyens d’assurer leur conservation. En reprenant ce raisonnement de droit sur les ressources, les défenseurs du revenu universel trouvent assurément une justification forte du droit au revenu.

81Le droit à l’existence lié aux ressources naturelles reste cependant un droit négatif s’il n’est pas actualisé par les droits de « se posséder soi-même » (être libre, donc) et d’être propriétaire. Si la terre est donnée en commun à tous les hommes, elle ne devient leur propriété effective que dans l’acte d’appropriation. Locke présente deux conditions de cette appropriation : d’abord l’homme doit être propriétaire de lui-même, c’est-à-dire maître de soi-même et disposant librement de son corps et de ses facultés ; ensuite, il doit transformer la nature par son travail. C’est donc dans l’activité concrète visant la satisfaction de leurs besoins que les êtres humains vont s’approprier une portion des ressources naturelles. Parce que les individus se possèdent eux-mêmes, ils retirent de la commune possession des ressources la portion de celles-ci sur laquelle ils ont travaillé. L’appropriation privée découle du travail appliqué sur les ressources naturelles par l’individu propriétaire de lui-même.

82Jusqu’à ce moment du raisonnement de Locke, le travail est compris dans un sens général d’activité de transformation des ressources naturelles. Cependant, Locke va aussi parler du travail au sens d’activité salariée. Dès lors, le travail ne fonde plus la propriété, il en manifeste au contraire l’exclusion. Si Locke part du droit à l’existence, comme première manifestation de l’égale liberté pour justifier la propriété privée, il convient d’expliquer pourquoi l’institutionnalisation de cette dernière suppose une négation du droit d’existence des non-propriétaires. Car ceux qui ne disposent plus d’une nature vierge sur laquelle exercer leur libre activité devront alors aliéner leur force de travail aux propriétaires afin de satisfaire leurs besoins. À la fin de la démonstration, le droit à l’existence ne justifie plus le travail et la propriété ; au contraire, travail et propriété, dès lors qu’ils sont distingués, médiatisent, avec le marché, la satisfaction des besoins. Les droits à l’existence et à la propriété sont antagoniques.

83Mais, cela n’apparaît pas d’abord. On l’a vu, Locke fait de l’appropriation une exigence naturelle répondant à l’impératif d’autoconservation. C’est dans le cadre de ce raisonnement, qui s’appuie sur la logique d’une limitation des droits par les devoirs moraux de la raison naturelle, qu’il fixe les limites de la propriété.

84Ce cadre moral découle des trois droits naturels qui viennent d’être présentés : le droit à la vie, la propriété de soi (le travail) et le droit de propriété. 1) Le droit de propriété n’est légitime que s’il ne prive personne de son droit à la conservation. 2) Tout individu ne peut s’approprier plus de ressources que celles sur lesquelles il peut travailler. 3) Enfin, un individu ne peut s’approprier plus de ressources que celles dont il a l’usage. À propos de cette dernière limitation, Locke affirme que le propriétaire ne peut laisser pourrir les biens dont il a pris possession.

De l’avènement de la monnaie au revenu universel

85Or, un contexte survient qui remet en question ce cadre moral, de même qu’il renverse la fondation du droit de propriété sur le droit de conservation. Ce contexte est celui qu’instaure l’usage de la monnaie. C’est aussi dans ce contexte que se présente l’enjeu du revenu universel.

86Celui qui échange le surplus de sa production, par exemple un surplus de poires qui risqueraient de se gâter, contre le surplus de châtaignes de son voisin, celui-là, dit Locke, est sage. De même, celui qui échange un quelconque de ses surplus contre de la monnaie est légitime. Bien sûr, reconnaît Locke, ce contexte monétaire entraîne une situation de rareté et de concentration des propriétés. Dans un régime monétaire, il n’existe virtuellement ou réellement plus de ressources communes. Pour Locke, ce contexte est aussi légitime, car la loi morale naturelle est remplacée par une convention civile : les individus ont librement consenti à se doter d’une monnaie qui facilite leurs échanges. Parce que cette convention découle d’une décision prise volontairement, ils doivent aussi en accepter les conséquences : la rareté, l’accumulation, la concentration des propriétés.

87Que devient le droit de conservation de soi, à l’origine de la légitimité du droit de propriété, dans ce nouveau contexte ? Sous certaines conditions, c’est le travail qui continue d’assurer le droit à la conservation de soi, mais selon les modalités fournies par le droit de propriété. Ainsi, la propriété ne sera plus bornée par l’activité qu’un homme seul peut exercer, mais elle permettra d’acheter le travail d’autrui et d’étendre sans limite la propriété de celui qui la possède. C’est le rapport capital-travail qui détermine les conditions de travail et de satisfaction des besoins.

88Cependant, la mobilisation du travail par la propriété n’est légitime que dans le cadre de certaines limites. Le propriétaire ne peut exploiter le travail d’autrui que si le contrat de travail est volontairement consenti. Le dénuement s’oppose en particulier à ce consentement volontaire : « Nul ne peut légitimement exploiter la pauvreté d’un autre homme pour contraindre celui-ci à devenir son vassal en retenant les secours que Dieu oblige à fournir à un frère dans le besoin. » (§ 42) Certes, Locke est ambigu sur ce point, car le besoin peut justement pousser une personne à consentir librement à travailler pour autrui plutôt que de mourir de faim.

89Le revenu universel a justement pour but de rétablir la dignité des plus pauvres de la société, en s’assurant que leurs besoins élémentaires soient satisfaits. La satisfaction des besoins permet en même temps que les plus démunis jouissent d’un minimum d’avantages dans le rapport de contractualisation salariale qui les oppose aux propriétaires ; il fournit les plus élémentaires conditions de participation à la vie publique (citoyenneté).

90L’une des craintes que suscite pourtant le revenu universel, c’est justement qu’il fasse du droit au revenu un droit sans conditions, en ne référant plus, par exemple, à l’intégration sociale ou à la participation salariale. Par voie de conséquence, un des problèmes qu’il suscite est celui d’assurer le financement de l’allocation.

91Dans le Premier Traité, Locke mentionne que les membres de la communauté politique délèguent à l’État l’orientation sociale et économique de leur société. En promettant de faire un usage sage et légitime des droits individuels, l’État hérite de l’administration économique de la société, ce qui implique notamment un rôle redistributif. Encore une fois, Locke fournit un certain nombre de balises. Il écrit notamment que « le grand art du gouvernement consiste à accroître les propriétés foncières et à bien les utiliser » (§ 42). Locke façonne ainsi l’art de l’économie politique libérale. Si le travail crée la richesse des nations, comme le réaffirmera Smith un siècle plus tard, le travail n’est jamais aussi productif que lorsqu’il est commandé par la propriété privée. Il s’agit alors pour l’État d’accroître et de défendre le régime de la propriété. C’est donc à l’aune des prérogatives de la propriété sanctionnées par l’État que la vie peut être protégée. Mais, elle ne peut véritablement l’être que parce que la propriété mobilise le travail. À son tour, cette mobilisation repose sur la contrainte des besoins. Ainsi, la négation du bien-être et du droit inconditionnel à la conservation de soi est-elle la condition de l’enrichissement collectif, qui permettra après coup la redistribution.

92N’ayant pas leur existence protégée, ne disposant plus des moyens de production, les personnes doivent louer leur force de travail. Par cette opération, ils gagnent leur vie et la nation s’enrichit. Relativement à cette dynamique, le RU est présenté comme un allègement de la contrainte au salariat, mécanisme pris en charge par l’État en ponctionnant une partie de la richesse produite à l’occasion de la rencontre productive entre travail et propriété. Par conséquent, ce que Locke ou les défenseurs du RU proposent c’est la reconduction de l’économie politique capitaliste, laquelle repose sur la négation de la garantie a priori du droit à l’existence, comme condition a posteriori d’un socle pour ce droit. Pratiquement, l’allègement de la contrainte salariale individuelle repose sur la reconduction du rapport capital-travail.

Le paradoxe du revenu universel

  • 36 Karl Polanyi ([1943] 1998), La Grande Transformation, Paris, Gallimard.

93Allons plus loin en mobilisant une seconde référence anglaise, celle du revenu de Speenhamland, dont Polanyi a abondamment traité dans la Grande Transformation36. Avec ce revenu, adossé sur le prix du pain, tous les membres de certaines communes anglaises se voyaient garantir le minimum pour satisfaire leur existence, et ce, sans devoir travailler. Mis en place en 1795, dans la foulée de la Révolution française, cette mesure prit fin en 1834. Sans insister sur tous les éléments du contexte, il convient de souligner que la mesure accompagnait la révolution agraire et industrielle anglaise et qu’elle a permis que la population pauvre s’habitue à dépendre de l’argent, même au détriment d’un juste salaire pour sa prestation de travail.

94Cet exemple me permet d’insister sur le cercle vertueux paradoxal du revenu de citoyenneté. Puisque l’argent dont on dépend pour vivre ne pousse pas dans les arbres, il doit bien être généré par l’activité économique. Garantir un revenu de base ne peut se faire qu’en ponctionnant les revenus primaires. La dynamique de production de ceux-ci 1) repose sur la négation du droit à l’existence qui donne forme à la contrainte des besoins et entérine le rapport capital-travail ; 2) se soumet au régime du capital, lequel reconduit la dépendance marchande ; 3) conditionne la capacité de redistribution de l’État à cette dynamique. Ainsi, dans le régime actuel d’accumulation, ces revenus primaires sont générés au détriment des conditions d’emploi d’une majorité de salariés et au détriment de la dignité des non-salariés « aptes au travail ».

95Qui plus est, avec le recul des siècles, nous savons quels sont les produits de cette dynamique capitaliste de propriété privée. Non seulement les inégalités restent importantes – elles sont croissantes depuis 40 ans –, mais les ressources s’épuisent, le travail a de moins en moins de sens et les régimes d’assistance, là où ils existent, partagent manifestement l’esprit des lois anglaises sur les pauvres en tendant à lier le droit à l’existence à l’obligation de travail.

96L’assujettissement aux règles imposées par la dynamique capitaliste de la propriété privée, pour garantir un droit monétaire à l’existence, nous invite à envisager la réhabilitation du droit à l’existence comme fondement de la liberté sur d’autres bases. Sans glorifier ici le retour des « communs », songeons à tout le moins aux limitations des pratiques d’accumulation capitaliste ainsi qu’au freinage de la marchandisation du monde, des ressources, de la vie et de toutes activités sociales.

97Que l’on me comprenne bien. Dans nos sociétés actuelles, je ne m’oppose pas franchement au revenu universel, car il tendrait à corriger plusieurs défauts des régimes d’assistance. Cependant, il s’agit de ne pas faire payer aux plus pauvres la posture anticapitaliste que je tiens. Cette posture me permet toutefois de poser les limites d’une idée paradoxale, qui, tout en prétendant nous libérer d’une dynamique salariale, en reconduit les conditions structurelles.

Haut de page

Notes

1 André Gorz (1997), Misères du présent, richesse du possible, Paris, Éditions Galilée.

2 André Gorz (2007), « Penser l’exode de la société du travail et de la marchandise », Mouvements, 2/2007, n° 50.

3 Erik Olin Wright ([2010] 2017), Utopies réelles, Paris, La Découverte.

4 J. M. Keynes ([1930] 2017), Lettre à nos petits-enfants, Paris, LLL, p. 43.

5 Pascal Salin dans le Monde 01/02/2017.

6 On peut se référer à Simon Ghiotto et Marc De Vos, Le Revenu universel, déconstruction d’une fausse bonne idée, Itinera Institute, 2017/3. En ce qui concerne l’impact inégal suivant le genre, p. 29. [En ligne] http://www.itinerainstitute.org/wp-content/uploads/2017/06/Rapport-revenu-universel.pdf

7 Réédité par les Éditions Les liens qui libèrent, Paris, 2017.

8 C’est la raison principale qui fonde l’expérimentation d’une allocation universelle cumulable en Finlande.

9 Franck Fischbach (2017), Qu’est-ce qu’un gouvernement socialiste ?, Lux, Québec.

10 Nous utiliserons ici indifféremment les expressions « revenu d’existence », « revenu universel », « revenu de base », qui renvoient aux mêmes problématiques et questionnements.

11 Voir la synthèse de ces données dans Attac, Par ici la sortie, Cette crise qui n’en finit pas, Les Liens qui libèrent, 2017.

12 En France, sur les xixe et xxe siècles, la productivité horaire du travail a été multipliée par environ 30, la production par 26 et l’emploi par 1,75. Le nombre d’emplois a pu augmenter de 75 % parce que, sur ces deux siècles, la durée individuelle du travail a été divisée par 2.

13 D. Méda et P. Vendramin (2013), Réinventer le travail, PUF.

14 J.-M. Harribey (2016), « Repenser le travail, la valeur et les revenus », dans M. Alaluf et D. Zamora (dir.), Contre l’allocation universelle, Lux. [En ligne] http://harribey.u-bordeaux4.fr/travaux/ouvrages/repenser-travail.pdf ; J.-M. Harribey (2017), « La centralité du travail », Les Possibles, n° 14. [En ligne] http://harribey.u-bordeaux4.fr/travaux/travail/travail.centralite-travail.vivant.pdf; A. Cukier (dir.) (2017), Travail vivant et théorie critique, Affects, pouvoir et critique du travail, PUF.

15 R. Castel (2012), « Salariat ou revenu d’existence ? Lecture critique d’André Gorz », La Vie des idées. [En ligne] http://www.laviedesidees.fr/Salariat-ou-revenu-d-existence.html

16 A. Gorz (2003), L’Immatériel. Connaissance, valeur et capital, Galilée.

17 C. Monzon (2017), « Alternatif ? », Alternatives économiques, « Les dossiers : Revenu universel, Comprendre le débat », n° 10.

18 P. Frémeaux (2017), « Le revenu de base, une idée qui fait son chemin », Alternatives économiques, « Les dossiers : Revenu universel, Comprendre le débat », n° 10.

19 P. Frémeaux, idem.

20 Pour l’économie politique et pour la critique qu’en fait Marx, la valeur d’usage désigne la richesse sociale, alors que la valeur occupe un champ plus restreint lié à la monétisation des activités. Voir J.-M. Harribey (2013), La Richesse, la valeur et l’inestimable. Fondements d’une critique socio-écologique de l’économie capitaliste, Paris, Les liens qui libèrent.

21 Voir le dossier constitué par la revue Contretemps autour de la discussion de cette thèse : « Extension du domaine de la valeur », 5 juin 2017. [En ligne] https://www.contretemps.eu/dossier-valeur-capitalisme.

22 Voir le débat entre J.-M. Harribey et C. Vercellone (2015), « Quelle place pour le travail ? », L’Économie politique, « Faut-il défendre le revenu de base ? », n° 67, 62-75. [En ligne] http://harribey.u-bordeaux4.fr/travaux/travail/debat-revenu-de-base.pdf.

23 M. Friedman ([1962] 2016), Capitalisme et liberté, Paris, Flammarion. Pour stigmatiser les politiques monétaires inspirées par le keynésianisme, il avait proposé, par dérision, de lâcher par hélicoptère de la monnaie sur la tête des gens. Certains partisans du revenu d’existence prennent aujourd’hui l’idée sous la forme du quantitative easing for the people (assouplissement monétaire pour le peuple). Le paradoxe est que Friedman était partisan de l’impôt négatif qui peut être une forme de revenu d’existence.

24 R. Liogier (2016), Sans emploi. Condition de l’homme postindustriel, Les Liens qui libèrent, p. 93. La même idée est exprimée dans les publications du Mouvement français pour un revenu de base.

25 B. Friot (2014), Émanciper le travail, Entretiens avec Patrick Zech, La Dispute.

26 O. Le Naire et C. Lebon (2017), Le Revenu de base, Une idée qui pourrait changer nos vies, Actes Sud, p. 57. 

27 C. Arnsperger (2015), « Revenu de base, économie soutenable et alternatives monétaires », L’Économie politique, n° 67, juillet, p. 39.

28 Y. Moulier Boutang (2010), L’Abeille et l’Économiste, Carnets Nord.

29 P. Ariès (2007), La Décroissance, Un nouveau projet politique, Golias.

30 Pour un inventaire des diverses propositions, voir Les Économistes atterrés et La Fondation Copernic, Faut-il un revenu universel ?, Éditions de l’Atelier, 2017.

31 P. Frémeaux (2017). L’auteur reprend sans doute une formule de P. Van Parijs qui entend « transformer à la fois de l’emploi involontaire et du chômage involontaire en chômage volontaire », dans « L’allocation universelle, où en est-on ? », dans A. Caillé et C. Fourel (dir.) (2013), Sortir du capitalisme. Le scénario de Gorz, Le Bord de l’eau, p. 131.

32 Voir Les Économistes atterrés et La Fondation Copernic, Faut-il un revenu universel ?, op. cit., et Attac, « Note sur le revenu d’existence », février 2017. [En ligne] http://harribey.u-bordeaux4.fr/travaux/travail/note-revenu-dexistence.pdf.

33 Pour le chiffrage, voir Les Économistes atterrés et La Fondation Copernic, Faut-il un revenu universel ?, op. cit.

34 A. Caillé, « L’inconditionnalité conditionnelle », Alternatives économiques, op. cit.

35 John Locke ([1690] 1997), Deux Traités du gouvernement civil, Paris, Éditions Vrin.

36 Karl Polanyi ([1943] 1998), La Grande Transformation, Paris, Gallimard.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mateo Alaluf, Marie-Pierre Boucher, Jean-Marie Harribey, Sandra Laugier, Raphaël Liogier, Sabine Fortino et Jean-Pierre Durand, « Le revenu universel », La nouvelle revue du travail [En ligne], 11 | 2017, mis en ligne le 03 novembre 2017, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://nrt.revues.org/3435 ; DOI : 10.4000/nrt.3435

Haut de page

Auteurs

Mateo Alaluf

Université libre de Bruxelles

Articles du même auteur

Marie-Pierre Boucher

Université du Québec en Outaouais

Jean-Marie Harribey

Université de Bordeaux

Sandra Laugier

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Raphaël Liogier

IEP d’Aix-en-Provence, Collège international de philosophie, Paris

Sabine Fortino

Université Paris Ouest Nanterre La Défense – Cresppa-GTM

Articles du même auteur

Jean-Pierre Durand

Université d’Évry Val-d’Essonne, Centre Pierre Naville (EA 2543)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org