Navigation – Plan du site
Recensions et notes critiques

Anni Borzeix & Gwenaële Rot, Sociologie du travail. Genèse d’une discipline, naissance d’une revue

Jean-Pierre Durand
Référence(s) :

Anni Borzeix & Gwenaële Rot, Sociologie du travail. Genèse d’une discipline, naissance d’une revue, Nanterre, Presses universitaires de Paris Ouest, 2010, 396 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage marque incontestablement d’une pierre blanche l’histoire réflexive de la sociologie du travail en France. Il a pour ambition de présenter de façon complète les conditions de naissance de la revue Sociologie du travail et, par ricochet, d’analyser la genèse de la sociologie du travail en France. Il y réussit avec un parti pris que l’on peut considérer comme endogène à la revue elle-même.

2L’ouvrage est divisé en trois parties. Dans la première, les fondateurs racontent cette épopée et se racontent. L’originalité de cette première partie tient à la double campagne d’entretiens organisée par les deux auteurs : dans la première campagne les quatre fondateurs (Michel Crozier, Jean-Daniel Reynaud, Alain Touraine et Jean-René Tréanton) donnent, par ordre alphabétique, leur perception du contexte et du processus de création de la revue. Dans la seconde campagne, chacun donne son point de vue sur ce que les autres ont déclaré à propos de la période et de l’activité des autres co-fondateurs.

3La deuxième partie fait parler les archives sur le projet lui-même et sur les problèmes rencontrés lors du lancement de la revue. Il s’agit aussi de revenir sur les conditions de la production sociologique à partir de la grande enquête sur le laminoir de Mont-Saint-Martin, sans oublier de prendre en compte les rapports interpersonnels entre les fondateurs de la sociologie du travail en France (donc au-delà de la revue elle-même).

4La troisième partie, passe en revue les contenus des livraisons trimestrielles de la création (1959) jusqu’au passage de relais à la nouvelle équipe (1966), à la fois du point de vue des objets, des paradigmes, des méthodologies, etc. Vient ensuite la touche personnelle des deux auteurs qui interrogent la revue sur quelques points. Plusieurs annexes présentent des documents soit inédits, soit oubliés, venant conforter les développements précédents. Il faut mentionner la qualité des index (noms et matières) et de la bibliographie, assez complète, donc de référence pour tous ceux qui s’intéressent à l’histoire de la discipline (je parlerai ici quelquefois de discipline, par simplification, pour dénommer la sociologie du travail, tout en sachant qu’il ne s’agit que d’un champ de la sociologie).

Les mousquetaires de Sociologie du travail

5Au-delà de la proximité générationnelle, il y avait bien un projet commun aux quatre fondateurs de la revue, qu’A. Borzeix et G. Rot résument clairement dans l’introduction de la première partie : « Leur “credo commun” repose pour l’essentiel sur trois lignes de force. La première est une défiance affichée à l’égard du Parti communiste et du marxisme idéologique. Nourris, pour plusieurs d’entre eux, des thèses marxistes, cette opposition porte moins sur le marxisme lui-même que sur sa forme “vulgairement” dogmatique, de même que sur sa forme, plus “sophistiquée”, mais tout aussi dogmatique, qu’affectionnaient beaucoup d’intellectuels de gauche à cette époque — dont Jean-Paul Sartre fut un représentant éminent. La seconde est l’affirmation d’une distance tout aussi grande vis-à-vis de la sociologie spéculative et de la philosophie, perçues alors comme dominantes dans le monde académique. (...) La troisième ligne de force peut se lire, enfin, dans le paradigme naissant (en France) d’une sociologie de l’acteur que chacun des fondateurs taillera à sa propre mesure » (p. 25-26).

6Les quatre fondateurs appartenaient à la « mouvance Friedmann », lequel disposait d’une très grande aura dans les années 1950, due à la fois à l’audience de ses écrits (en particulier Problèmes humains du machinisme industriel, paru en 1946) et à ses positions institutionnelles : CNAM, Centre d’Études Sociologiques, CNRS, Institut des Sciences Sociales du Travail (ISST), ministère du Travail, ministère de l’Éducation nationale...). Selon les fondateurs, le travail était alors un « objet naturel » car il était une préoccupation générale des Français durant cette période de reconstruction nationale, évidemment sur fond de multiples interrogations politiques : selon A. Touraine, « vous ne pouvez pas comprendre ce qui s’est passé pendant cinquante ans si vous ne comprenez pas que les Français, à la Libération, sortant, je le répète, du non sens, vivent pendant un moment avec l’idée que tout est très clair, qu’il faut mener de front industrialisation et révolution » (p. 63). Le travail était entendu dans un sens assez large incluant l’examen du poste de travail, les relations de travail (avec les relations professionnelles dites alors industrielles), l’organisation du travail, l’innovation technique, les attitudes au travail, les qualifications, la formation, les rémunérations, etc. Ici, on peut remarquer que les quatre fondateurs ne font qu’effleurer, dans les entretiens avec les auteurs de l’ouvrage, ces deux derniers items qui relevaient déjà du champ de la sociologie du travail, comme le montrent les rapports de recherche de l’époque.

7Pour un homme comme A. Touraine, « le travail était la catégorie structurante. (...) Il n’y avait d’important que le travail. Les catégories de la société sont produites par le travail. (...) Sociologie du travail, c’est la revue qui, du point de vue du travail, traite les grands problèmes du devenir social ». D’où l’affirmation qu’on « était la génération du renouveau, on était des bâtisseurs » (p. 67). Le projet consistait donc à publier une revue susceptible d’influencer les cadres d’entreprise, les syndicalistes et les fonctionnaires orientant la politique nationale. Il s’agissait de faire connaître les travaux réalisés depuis le début des années 1950 par les sociologues de la « mouvance Friedmann ».

8Du point de vue du fonctionnement de la revue, les quatre membres du comité de rédaction réalisaient tout : chacun d’entre eux avait la responsabilité d’un numéro par an dont le thème était débattu collectivement et tous commandaient des articles dans leurs réseaux. Selon J.-D. Reynaud, « nous n’attendions pas qu’on nous soumette des articles. Nous invitions des auteurs et, plus souvent en leur proposant les sujets ou, en tout cas, en les discutant avec eux. Nous travaillions par commande » (p. 50).

  • 1 Un peu plus tard, J.-D. Reynaud parle de « tolérance réciproque » (p. 104), au sens où chacun pouva (...)

9À propos de leurs relations à l’intérieur du comité de rédaction, les quatre fondateurs ne partagent pas la même perception ou les mêmes souvenirs. Si J.-D. Reynaud parle de discussion souvent très serrée, d’autres parlent de crainte du face à face : « L’ambiance était à la fois chaleureuse, mais en même temps on peut dire que c’était une ambiance d’évitement1. On ne parle pas des choses qui fâchent... » (M. Crozier, p. 36). Ce dernier apparaissait, avec J.-D. Reynaud, comme plus favorable à la pensée américaine qu’A. Touraine.

La deuxième série d’entretiens avec les fondateurs de la revue

10Le deuxième acte de cette première partie, réalisé en 2004, se voulait être une confrontation croisée à propos des premiers entretiens afin d’approfondir ou d’éclaircir certains points. En fait, il témoigne, non pas des convergences et des désaccords des quatre fondateurs dans le comité de rédaction (1959-1966), mais des divergences de leurs trajectoires et des perceptions qu’ils en ont quarante ans plus tard. Certains ne parlent plus vraiment de la fondation de la revue, mais font plutôt le bilan de leur carrière respective… ou de celle de leurs collègues. J.-R. Tréanton n’a pas souhaité participer à cette seconde campagne d’entretiens sans que les auteurs nous en donnent la raison.

11La fin de cette première partie est riche de constats et d’aveux assez inédits. M. Crozier tombe d’accord avec A. Touraine : « on ne se parlait pas. C’est assez extraordinaire de voir des gens proches qui travaillent ensemble et qui pendant un temps relativement long tout de même ont fait quelque chose ensemble, surtout quand ce “quelque chose fait ensemble” marche et que pourtant, ils ne se parlent pas ! Pour être plus précis, on parlait beaucoup, mais on ne se parlait pas » (p. 88).

12Dans ce second entretien avec A. Touraine, ce qui est marquant est la question récurrente, qu’il pose de façon poignante : « pourquoi ne suis-je pas monté au paradis ? ». Le paradis étant ici les succès de librairie et la reconnaissance aux États-Unis tels que les a rencontrés la French theory, avec des auteurs comme J. Derrida, M. Foucault, R. Barthes (et P. Bourdieu qu’il inclut du bout des lèvres...). La réponse combine trois causes : la réalité historique de la reconstruction (suite à la Libération) qui n’a mené à rien (thèse de la fin du mouvement ouvrier) ; le fait de ne pas avoir assez théorisé car seuls les philosophes ont réussi (il fait de P. Bourdieu « un philosophe de bonne qualité » p. 117) ; enfin le travail qui était un faux bon sujet : « Ce qui m’intéresse, pour des raisons affectives et intellectuelles évidentes, c’est de savoir si moi, j’aurais pu faire mieux et je suis obligé de conclure que je ne le pouvais pas à partir du moment où j’avais ce point de vue qui tient à mes origines, au choc de la Libération, c’est-à-dire à cette période et au sujet qui était le mien : le travail... Si je parle de travail, aujourd’hui, je suis devenu complètement ridicule mais moi, cela m’enthousiasme le travail, et si je dis que j’aime le feu, la sidérurgie, la mine, les gens vont penser que je suis né au Moyen-Âge, et ils auront raison... C’est quelque chose d’historiquement daté ! » (p. 118).

Le processus de création de Sociologie du travail

  • 2 Communauté Européenne pour le Charbon et l’Acier

13La seconde partie de l’ouvrage fait parler les archives des institutions qui ont accompagné de près ou de loin la naissance de Sociologie du Travail et en premier lieu celles de l’Institut des Sciences Sociales du Travail (ISST). Créé en 1951 à l’initiative du ministère du Travail et de l’Université de Paris, il avait pour objet de développer, selon ses promoteurs, « un véritable humanisme au travail, c’est-à-dire une connaissance scientifique exacte, conditionnant le développement harmonieux de toutes les valeurs de la personne humaine, prise comme centre et comme fin des recherches » (Pierre Garet, alors ministre du Travail et de la Sécurité Sociale, cité p. 129). C’est là que se sont faites, à partir de 1954, les principales recherches financées par le ministère du Travail, par le Commissariat général au Plan ou par la CECA2, dont celle sur la sidérurgie à Mont-Saint-Martin. Nombre de chercheurs du CNRS, installés au Centre d’Études Sociologiques y avaient aussi un bureau, dont les fondateurs de la Revue qui y enseignaient : ils encadraient aussi les jeunes chercheurs récemment recrutés qui effectuaient l’essentiel des travaux de terrain pour les recherches précitées. Georges Friedmann y était très influent, puisqu’il en avait été l’un des initiateurs avec ses correspondants au ministère du Travail et à celui de l’Éducation nationale : il appartenait au Conseil d’administration. Quand il fut question de la valorisation et de l’élargissement de la diffusion des résultats scientifiques de l’ISST, l’idée d’une revue germa en 1957 : selon A. Borzeix et G. Rot, « on peut faire l’hypothèse que le choix du comité s’est fait aussi au regard du lien qui unissait préalablement ses membres à l’ISST... via Georges Friedmann. Le jeune quatuor est bien composé des chercheurs les plus proches de Georges Friedmann et les plus actifs dans les programmes d’enseignement et de recherche de cette institution. S’ils ont été acceptés par les instances de direction de l’ISST, c’est qu’ils pouvaient aussi se prévaloir de cette légitimité institutionnelle » (p. 131).

14De fait, pendant que le quatuor voyage aux États-Unis et en Amérique Latine, ce sont des chercheurs un peu plus jeunes, Bernard Mottez, Claude Durand, Jacques Dofny, Philippe Bernoux, Marc Maurice, Odile Benoît, Antoinette Catrice Lorey… qui réalisent l’essentiel des recherches, contribuant largement à faire reconnaître la sociologie du travail naissante auprès des acteurs politiques. Ils sont les principaux oubliés de l’ouvrage analysé ici, quoiqu’ils aient intensément fourni la revue en articles durant ses premières années. Après quelques péripéties et concurrences entre les fondateurs, la revue est publiée par Le Seuil : c’est l’Association pour le développement de la sociologie du travail, présidée par G. Friedmann, qui est propriétaire du titre.

15Puisque P. Naville n’est pas parmi les fondateurs de Sociologie du Travail, A. Borzeix et G. Rot ont souhaité réserver un chapitre aux rapports entre P. Naville et la revue et, implicitement, avec G. Friedmann. On peut imaginer que chez les Friedmanniens, la nécessité de créer une revue concurrente à celle de P. Naville n’est pas absente de leurs propres préoccupations et des mobiles qui animaient les dirigeants de l’ISST dès 1957. Les rapports entre les deux grandes tendances de la sociologie du travail, cristallisées autour de Georges Friedmann et de Pierre Naville n’ont cessé d’être aigres doux, faits de civilités et de politesses, mais aussi d’échanges empreints de quelques violences. Comme le dit A. Touraine dans son premier entretien publié dans l’ouvrage : « on était du côté Naville ou du côté Friedmann » (p. 61). Il y eut l’épisode où P. Naville analyse, dans ses Cahiers, la pensée de G. Friedmann comme une pensée proudhonienne puis la réponse assez cinglante – quoique peu convaincante – de ce dernier, qu’il préfère d’ailleurs publier dans Sociologie du travail (4/1962) plutôt que dans la revue de P. Naville... Sur le fond, l’animosité entre les deux hommes repose essentiellement sur leur passé récent : l’un conservant des sympathies trotskystes et l’autre ayant défendu l’industrialisation soviétique avant la guerre. De fait, c’est A. Touraine qui assure le lien entre les deux groupes, par exemple en publiant dans la revue un compte rendu enthousiaste de l’ouvrage de P. Naville Vers l’automatisme social ? (2/1964). C’est peut-être aussi l’une des raisons pour lesquelles A. Touraine est le plus gros publiant du Traité de Sociologie (1961 et 1962). A. Borzeix et G. Rot montrent comment l’idée du Traité remonte à 1954, voire avant, avec un projet de collaboration entre les deux hommes qui a tourné court puisque c’est J.-R. Tréanton qui en réalisa la coordination. La rapidité avec laquelle le projet de revue Sociologie du travail fut mis sur pied puis réalisé (deux années) conforte la thèse d’un besoin stratégique de disposer, pour les Friedmanniens, d’un support autonome de publication.

Le regard d’A. Borzeix et G. Rot sur la naissance de la revue

16Dans la troisième partie, les deux auteurs proposent une sorte de bilan des articles publiés par la revue entre sa création et le changement d’équipe de direction en 1966. Les auteurs y montrent la double ouverture vers l’international, vers les autres disciplines (droit, ethnologie, économie, psychologie sociale, etc.) et vers la société civile. Ce type d’ouverture peut être très militant comme en témoigne ce compte-rendu par M. Crozier de l’ouvrage de François Bloch-Lainé Pour une réforme de l’entreprise : « La terreur intellectuelle qu’avait fait régner la passion marxiste avait rendu toute véritable discussion impossible. M. Bloch-Lainé a eu le courage de rompre le silence sur un sujet entre tous tabou, au moment même où le développement de la coexistence pacifique commençait à libérer les esprits de la nécessité du conformisme idéologique (1/1964) » (p. 248).

17En reprenant l’entretien avec J.-R. Tréanton, les auteurs soulignent « l’évidence » que constituait le travail après guerre, dans une acceptation « plus large [qu’aux États-Unis qui le cantonnait aux relations humaines], parce qu’il y avait en France une très forte tradition marxiste ». Le Centre d’Études Sociologiques, mais surtout l’ISST, fournissent les moyens nécessaires à la réalisation de nombreuses études qui conduisent à des thèses de doctorat encadrées au CNRS ou à l’Université. Nombre d’entre elles, parce que leurs auteurs ont été formés à la psychologie américaine, asseyent leurs démonstrations sur des démarches quantitatives avec de très gros outillages statistiques (cf. par exemple les travaux de Jacques Dofny et de Claude Durand sur la sidérurgie à Mont Saint-Martin).

18« La revue est une institution où la sociologie du travail se construit parce qu’il est aussi dit à quoi elle doit ressembler » écrivent les auteurs de l’ouvrage (p. 285). Et ce, essentiellement à travers « les compte rendus et notes critiques [qui] deviennent des instruments de production de la norme, sources de jugements – parfois féroces – qui dépassent le cadre de la “simple” recension. “L’erreur” ou l’orientation suivies par certains auteurs suscitent l’opprobre ou la réserve et donnent prise à la disqualification du texte sociologique. Parmi les défauts majeurs identifiés, on retrouve ce qu’exprimaient les fondateurs dans leurs entretiens : la tentation “philosophique”, l’absence d’hypothèses et de principes d’analyse, l’absence de rigueur méthodologique et d’enquête systématique, le poids de idéologie » (p. 285). C’est dans les colonnes de Sociologie du travail qu’A. Touraine rejette le libéralisme de M. Crozier ; lequel dénonce à son tour le volontarisme du premier ! Dans ce bilan de la sociologie du travail du début des années 1960 – qui publie nombre de résultats de recherches effectuées à la fin des années 1950 –, les auteurs contestent les idées reçues selon lesquelles l’organisation taylorienne du travail serait au centre des sujets couverts par la revue. Enfin, les auteurs remarquent que certains sujets tels que les travailleurs immigrés et les femmes sont peu présents dans la revue : Madeleine Guilbert (« une femme qui travaille sur les femmes » pour reprendre une formulation des auteurs) est conduite à publier dans la Revue française de sociologie ou ailleurs et exceptionnellement dans Sociologie du travail. De même que les Navilliens écrivent dans la Revue française de sociologie et plus généralement dans les Cahiers d’étude des sociétés industrielles et de l’automation.

Enrichir l’histoire de la genèse de la revue et de la sociologie du travail en France

19Cet ouvrage écrit une page de l’histoire de la sociologie du travail en France, à la fois à travers les témoignages de ses fondateurs et par les analyses qu’il en fournit ensuite. À partir de là, le lecteur est en droit d’avancer quelques critiques de l’ouvrage, non pas en remettant en cause les analyses elles-mêmes, mais plutôt en faisant état d’absences ou de sous-estimations de certains faits sociaux. Le contexte historique ne paraît pas assez présent dans l’ouvrage avec les grandes forces qui le traversent pour expliquer l’émergence de la revue et de ses caractéristiques théoriques, politiques et idéologiques quant à ses orientations.

20Ce contexte historique est celui de la force du mouvement ouvrier organisé essentiellement autour de la CGT et du parti communiste en conflit avec les gouvernements successifs, sur fond de Guerre froide avec les incidents du canal de Suez, la guerre d’Algérie, etc. Il s’agit d’une époque assez violente, avec d’importantes grèves, puis la dénonciation de la torture en Algérie et les prises de position de Sartre et d’autres intellectuels. Si le marxisme domine relativement la scène intellectuelle, les affrontements y sont violents et les partis politiques comme les systèmes d’idées se combattent sans retenue.

21L’analyse reste à faire des relations (ou de la faiblesse de ces liens…) entre émergence de la sociologie du travail et mouvement ouvrier (ici essentiellement marxiste : ce n’est qu’en 1964 qu’est créée la CFDT à partir d’une laïcisation de la CFTC), en dehors de tout parti pris. D’une certaine manière, il nous faut sortir d’une sociologie du travail qui ne parle que d’elle-même et pour elle-même. Il s’agit de proposer une analyse qui plonge les raisons de la production sociologique dans le terreau social, politique et économique de la période concernée, c’est-à-dire qui tienne compte des idées dominantes du moment, des réactions à celles-ci, du jeu des forces sociales qui animent les idéologies ou les courants théoriques qui s’affrontent.

22Concrètement, la question pourrait s’énoncer ainsi : pourquoi est-ce le courant friedmannien de la sociologie du travail qui l’emporte historiquement en créant Sociologie du travail au détriment non seulement du courant navillien, mais aussi des marxistes proches du mouvement ouvrier – dont certains appartenaient d’ailleurs à l’équipe de P. Naville ? Ainsi posée la question peut manquer d’intérêt pour les courants dominant actuellement la sociologie du travail ; elle peut prendre sens pour les héritiers de P. Naville ou pour les tenants d’une sociologie du travail critique.

23L’une des réponses possibles réside certainement dans la quasi absence de liens institutionnels entre les Navilliens et le parti communiste ou la CGT : la trajectoire personnelle de P. Naville et son combat permanent contre le système soviétique en sont les principales causes. Quant aux membres du parti communiste, appartenant à l’équipe Naville, ils séparaient abruptement leur vie militante de leur production théorique… Enfin, du côté du parti communiste, la sociologie est longtemps apparue comme une discipline ou plutôt une idéologie sans ancrage scientifique : plus encore, elle fut combattue par les philosophes du parti qui n’ont eu de cesse d’en empêcher l’éclosion. Le paradoxe est donc le suivant : jusqu’à la fin des années 1970, ni le parti communiste, ni la CGT n’ont favorisé la production, à quelques exceptions près, de travaux académiques sur le travail, considérant que ceux-ci ne pouvaient émaner que des structures du mouvement ouvrier, parce qu’il était le mieux placé pour traiter ces questions. Cette absence de production scientifique sur le travail par le mouvement ouvrier révolutionnaire reste largement un non-pensé de la sociologie du travail, quand elle s’intéresse à sa propre genèse. Souhaitons que des historiens ou des sociologues comblent cette béance.

Interpréter le rôle central de l’Institut des Sciences Sociales du Travail

24L’espace délaissé par le mouvement ouvrier lui-même ne pouvait alors être occupé que par ceux qui souhaitaient l’investir. Ce constat devrait conduire à s’interroger sur la nature, les prémisses et les orientations de la sociologie du travail que publie la revue. Ce que ne font pas A. Borzeix et G. Rot, certainement parce qu’elles s’inscrivent dans l’héritage friedmannien.

  • 3 Voir la recension dans le même numéro de son ouvrage La sociologie du travail en France. Enquêtes s (...)

25En effet, ce qui est frappant dans la genèse de la revue, c’est l’importance stratégique de l’ISST qui décide, en 1957, de la valorisation de ses travaux par leur diffusion vers les entreprises et plus particulièrement vers les directeurs du personnel. L’ISST est initié par la démocratie chrétienne, qui a élargi son influence dans le gouvernement depuis 1947. Comme l’écrit Lucie Tanguy3, en créant l’ISST, ses promoteurs entendent constituer la sociologie en une science de l’action pour l’entreprise, en une science utile dans un contexte de reconstruction nationale. Il s’agit de faire converger deux grandes lignes du catholicisme social : la participation des salariés et des ouvriers à la gestion de leur quotidien dans l’entreprise (c’est le programme de démocratie industrielle qui court d’une rive à l’autre de l’Atlantique) et la transformation des relations industrielles avec l’instauration de la « paix sociale ». Les chercheurs y sont alors très influencés par la psychologie sociale et les approches quantitativistes américaines : l’ISST apparaît ainsi comme le creuset de la sociologie du travail empirique.

26Ainsi, on comprend mieux les orientations théoriques et méthodologiques de Sociologie du travail : les quatre fondateurs, proches de G. Friedmann lui-même « activiste » de la sociologie du travail dans plusieurs institutions, bénéficient des moyens de l’ISST tout en inscrivant leurs travaux au CES (CNRS). En prenant en main le projet de revue de l’ISST, ils l’impulsent avec des préoccupations convergentes : la transformation des relations industrielles par leur pacification et par la participation des salariés à l’organisation de la vie en entreprise (recherches sur les comités d’entreprise), l’analyse des attitudes ou des comportements ouvriers face au travail et face aux systèmes de rémunérations, etc. Les quatre fondateurs partagent aussi, avec nombre de chercheurs de l’ISST issus du catholicisme social, le rejet de la conception marxiste des rapports sociaux et des classes sociales – voire le refus du concept lui-même. Enfin, Le Seuil, qui publie la revue, est une maison d’édition créée en 1935 par l’abbé Jean Plaquevent : elle est restée proche du catholicisme social dont elle publie nombre de références. C’est le Club Jean Moulin, fréquenté par les nouveaux dirigeants du Seuil et par M. Crozier et J.-D. Reynaud qui rapproche ces partenaires. 

27Parce que l’ouvrage d’A. Borzeix et de G. Rot ne prend pas assez en compte le contexte historique, dans ses dimensions sociales, politiques, avec ses débats théoriques et idéologiques, les orientations de Sociologie du travail apparaissent comme inéluctables ou « naturelles ». Parce qu’elles sont les seules à être présentées dans l’ouvrage, elles apparaissent comme les seules possibles. L’ouvrage traite plutôt des rapports interpersonnels des fondateurs avec P. Naville que des mouvements ou des affrontements d’idées. Or, la mise à l’écart de la mouvance navillienne et des marxistes en général par les quatre fondateurs ou par G. Friedmann mérite un véritable débat pour lequel on ne possède peut-être pas encore tous les éléments.

28Les auteurs font converger leurs préoccupations avec celle des fondateurs de la revue et reprennent à leur compte (p. 313) une déclaration de Pierre Grémion dans un congrès organisé à Vienne en 1958 : « l’examen des problèmes de démocratie industrielle ne se situe plus exclusivement en référence à l’histoire du mouvement ouvrier et au socialisme : il intègre aussi l’analyse des expériences tentées par les directions novatrices des grandes firmes industrielles. Les problèmes classiques de l’exploitation sont de la sorte replacés à l’intérieur du cadre des relations entre gouvernants et gouvernés. En se désidéologisant ils se politisent, si l’on comprend la politique comme la recherche d’un équilibre de pouvoir entre acteurs sociaux ». Peut-on ramener la sociologie du travail française à cette seule orientation politique et théorique conciliatrice sans tenir compte des autres courants ou en minimisant leurs apports ? Sauf à rester dans le courant empirique qui est le sien ?

29En même temps, on ne dira jamais assez combien cet ouvrage sera très utile à celles et à ceux qui, pour comprendre les grandes tendances de la sociologie du travail contemporaine, doivent revisiter ses sources.

Haut de page

Notes

1 Un peu plus tard, J.-D. Reynaud parle de « tolérance réciproque » (p. 104), au sens où chacun pouvait construire à sa guise le numéro dont il avait la responsabilité.

2 Communauté Européenne pour le Charbon et l’Acier

3 Voir la recension dans le même numéro de son ouvrage La sociologie du travail en France. Enquêtes sur le travail des sociologues, 1950-1990, Paris, La Découverte, 2011, 267 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Durand, « Anni Borzeix & Gwenaële Rot, Sociologie du travail. Genèse d’une discipline, naissance d’une revue », La nouvelle revue du travail [En ligne], 1 | 2012, mis en ligne le 15 novembre 2012, consulté le 16 octobre 2017. URL : http://nrt.revues.org/415

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Durand

Centre Pierre Naville, Université d’Évry

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org