Navigation – Plan du site
Recensions et notes critiques

Lucie Tanguy, La sociologie du travail en France. Enquête sur le travail des sociologues, 1950-1990

Salvatore Maugeri
Référence(s) :

Lucie Tanguy, La sociologie du travail en France. Enquête sur le travail des sociologues, 1950-1990, La Découverte, Recherches, 2011, 267 p.

Texte intégral

  • 1 On peut dénombrer dix ouvrages français visant à présenter les acquis de la sociologie du travail o (...)

1L’ouvrage de L. Tanguy examine quarante ans d’histoire de la sociologie du travail, une des plus longues parmi les spécialités de la sociologie, et dont certains considèrent qu’elle a pu être la « matrice de la sociologie française d’après guerre ». Un tel statut justifie de revenir sur son passé, malgré peut-être le nombre appréciable d’ouvrages déjà disponibles1.

2La nouveauté de l’ouvrage de Tanguy réside d’abord dans le fait qu’il ne s’agit pas de faire une histoire des idées, de la science « déjà faite », mais d’établir les conditions institutionnelles et politiques de l’essor de la discipline au sortir de la guerre et jusqu’en 1990. C’est donc en suivant l’exemple des Sciences studies qu’elle s’engage dans ce travail. Cette perspective lui semble encore peu appliquée aux sciences sociales. C’est aussi à un exercice d’anamnèse disciplinaire qu’elle nous convie, convaincue des bienfaits scientifiques d’une « sociologie de la sociologie du travail ». L’auteur ne prétend pas pour autant à l’exhaustivité, encore moins à donner une vision unifiée d’une discipline « dont les contours restent indéterminés et les thématiques éminemment instables tout au long de la période traitée » (p. 7), mais veut revisiter un certain nombre de certitudes ancrées dans la conscience collective, invitant la communauté à poursuivre le travail réflexif qu’elle propose, après d’autres ouvrages, pour mieux établir la genèse et les principes de la sociologie du travail. C’est un rôle de « passeur » qu’elle se donne et l’exigence méthodologique qu’elle conseille à notre communauté.

3Son investigation privilégie les archives comme source d’analyse, « garde-fou contre les formalisations précipitées et les théories abstraites » (p. 15). À ces sources, elle ajoute cependant des entretiens réalisés avec les principaux protagonistes figurant dans ces documents (chercheurs, administrateurs, directeurs d’institutions ou de programmes). L’auteur met à profit en particulier deux sources inexplorées jusque là, et c’est le second grand apport de l’ouvrage : les archives du ministère du Travail, d’un côté, celle du CNRS, de l’autre. Ces documents lui permettent d’engager une réfutation des discours établis sur la discipline – discours affirmant le rôle prépondérant du CNRS, à travers Friedmann, Naville et Touraine, en particulier, dans la structuration de la sociologie du travail en France, masquant de ce fait le rôle central de l’Institut des Sciences Sociales du Travail (ISST), et l’influence exercé par celui-ci sur le devenir de la sociologie du travail. La recherche de Tanguy traite, en somme, d’une sorte de point aveugle dans l’histoire de cette discipline en France et entend y remédier.

4L’ouvrage est construit en trois parties, onze chapitres et une conclusion générale. Une large bibliographie, un index des noms et une liste des abréviations clôturent l’ensemble… Friedmann (47 occurrences), Touraine (44), J. D. Reynaud (37), Crozier (32) et Sainsaulieu (24) sont les entrées de loin les plus référencées. Ils sont les protagonistes centraux de l’histoire contée par L. Tanguy. Le silence relatif sur Naville (21 citations), pourtant toujours évoqué aux côtés de Friedmann comme « père fondateur » de la sociologie du travail en France, indique bien qu’il n’appartient pas au même monde que les auteurs précédents. Une ligne de fracture se dessine ainsi, irrésistiblement, tout au long des pages, soulevant de nombreuses interrogations. Les dix questions qui referment l’introduction de l’ouvrage attestent d’une autre manière de l’enjeu théorique qui est au principe de la réflexion de l’auteur. Si l’ouvrage donne des réponses claires à ces questions, on devra le saluer comme un ouvrage que tout sociologue digne de ce nom se devra d’avoir lu, jaugé et bonifié.

L’ISST : vecteur méconnu de la structuration de la sociologie du travail française

5La première partie traite de la structuration de la sociologie du travail dans les années 1950. C’est d’une certaine façon la plus importante, car elle fixe la méthode de l’auteur et définit une dynamique que les décennies ultérieures sembleront imiter. C’est ici que sont exploitées les archives inédites du ministère du Travail. Il s’agit de mettre en lumière le rôle central de l’Institut des Sciences Sociales du Travail (ISST) dans le développement de la discipline et, à travers lui, la place éminente de G. Friedmann. C’est également le rôle de premier plan joué par l’État, via la Direction des relations du travail du ministère du Travail, qui est éclairée. La politique de productivité, mise en place dans le cadre du plan Marshall et de la coopération économique avec les États-Unis, constitue en fait la trame de fond de l’essor de la sociologie du travail d’après guerre.

  • 2 Commissariat général à la productivité (CGP), Comité national de productivité (CNP), Association fr (...)

6Fondé en 1951, complété en 1954 par un département de recherche, l’ISST est créé sur une initiative conjointe du ministère du Travail et de l’université de Paris. Il est voulu par de hauts-fonctionnaires, chrétiens réformateurs issus de la Résistance, soucieux de moderniser les relations professionnelles. C’est par l’intermédiaire de Y. Delamotte, secrétaire général puis directeur de l’Institut, que Friedman (en même temps que Stoetzel) entre au conseil d’administration. Dans leur sillage, Crozier, Reynaud, Touraine, Tréanton, Mottez, Dofny, d’abord, C. Durand, Benoît-Guilbot et quelques autres ensuite, passeront par l’ISST avant de briguer un poste au CNRS, symbole de consécration. En phase avec les préoccupations du catholicisme social, l’ISST promeut une vision pacifiée et participative des relations de travail. Il travaille à l’avènement de la « démocratie industrielle » à partir d’une meilleure connaissance des attitudes ouvrières. Abondamment financé par le ministère du Travail avec l’argent américain, il est soutenu par une cohorte d’organismes spécialisés en productivité2. Imitant les centres américains sur les « relations industrielles », qui ont impressionné les hommes du ministère, l’ISST devient un pôle majeur d’enseignement et de recherche consacré aux sciences du travail, réunissant entrepreneurs, dirigeants et syndicats, autour d’un même souci de modernisation de l’économie française.

7Friedmann y apparaît comme l’homme des « deux mondes ». Chercheur, découvreur et inspirateur, il s’affirme aussi comme « conseiller du prince », prônant l’ouverture du dialogue avec les chefs d’entreprises, les directeurs du personnel, les membres de l’administration. Il anime, notamment avec Reynaud, des rencontres avec des directeurs du personnel, des syndicalistes, etc. Son souci premier est de faire avancer l’audience de la sociologie du travail. À cet égard, les différences d’orientation idéologique entre chercheurs doivent être surmontées. C’est ainsi qu’il faut entendre, assurément, le fameux Traité de sociologie du travail, publié avec Naville en 1961, malgré les incompatibilités patentes existants entre les deux chercheurs. L’auteur nous dit que simple « compilation de terrains et exposé d’un ensemble de problèmes » (p. 65), le Traité n’est pas tant un « manifeste » théorique qu’une opération montée pour attester de la maturité scientifique de la sociologie du travail « auprès des décideurs politiques et économiques » (p. 24), dans l’objectif d’en capter les subsides. Il est important croyons-nous, de souligner ce fait qui invite à reconsidérer la question des relations entre les « pères fondateurs » de la sociologie du travail en France et l’unité supposée de la discipline, vision mythique des origines fabriqués à l’intention des générations suivantes.

  • 3 La Fondation Rockefeller organisera elle aussi des missions de ce type dont profiteront les collabo (...)
  • 4 En vérité, les interdictions de séjour des autorités américaines sont révisables. Friedmann se voit (...)

8À travers l’ISST et les « missions de recherche » organisés aux États-Unis par le ministère du Travail, dans le sillage des « missions de productivité », c’est toute la recherche américaine en relation professionnelle qui se déverse en France3. Des noms de chercheurs américains (Lickert, Argyris, etc.) et des expériences comme celles conduites à la General Electric, à la Bell Telephon Company, etc., deviennent des éléments de base du patrimoine cognitif de la recherche française, en particulier à travers les recensions d’ouvrages publiées dans l’Année sociologique, à laquelle Friedmann et les chercheurs de l’ISST vont largement contribuer, avant que la revue Sociologie du travail, créée en 1959, ne devienne l’organe de publication privilégiée de ces auteurs. Une douzaine de noms reviennent régulièrement au bas des recensions, dont Crozier, Reynaud, Touraine. Tous feront leur « voyage américain ». Notons que les missions aux États-Unis sont soumises à l’approbation des autorités américaines, si bien qu’elles sont interdites à toute personne soupçonnée de sympathies marxistes, ce qui barre la route à Naville – soulignant bien ce qui le sépare de Friedmann4. L’auteur estime cependant que si la sociologie américaine est une source d’inspiration, elle est aussi une source de différenciation (p. 47). Toutefois, si cette sociologie fait l’objet de critique ou d’adhésion nuancée, on manque d’éléments concrets d’appréciation, et on est autorisé à supposer que c’est sans doute moins souvent le fait des chercheurs ayant rejoint l’ISST, que de ceux, comme Gurvitch ou Naville, qui y sont restés étrangers.

Sociologie du travail et modernisation de l’économie

9C’est à l’ISST qu’on doit en tout état de cause, d’après l’auteur, l’affirmation d’un style de recherche dans notre pays. Ce style de recherche, nous dit-elle, c’est avant tout un style de connaissance empirique et quantitatif, associé à l’apport de solutions pragmatiques. En tout cas, opposé à la recherche pratiquée à l’université, jugée trop spéculative. L’entreprise s’impose comme le lieu naturel de l’exercice du sociologue du travail. L’ancrage empirique s’affirme, en somme, en même temps que se dessine une des vocations possibles du chercheur : prendre en charge les problématiques qui intéressent l’État et les responsables économiques, afin de faciliter le changement. Le pragmatisme du sociologue devient ainsi une de ses valeurs cardinales. Il agit au travers d’enquêtes longues (2 à 3 ans), fortement financées (ce qui explique aussi l’attrait exercé par l’ISST sur les jeunes chercheurs du Centre d’Etudes Sociologiques du CNRS), conduites dans plusieurs pays, en collaboration avec d’autres laboratoires de recherche. Les chercheurs disposent d’un bureau sur leur lieu d’observation, se familiarisant avec cadres et employés. Si la commande oriente le regard des chercheurs vers des thèmes « légitimes » (essentiellement l’attitude des ouvriers à l’égard des changements techniques et organisationnels et des politiques d’accroissement de la productivité, des modes de rémunérations, des relations avec les supérieurs, etc.), L. Tanguy estime que cela n’interdit pas la formulation de conclusions critiques. Son argumentation peut cependant laisser sceptique le lecteur. On comprend tout au plus que certains chercheurs se montrent réticents à l’idée de contribuer directement à la résolution des problèmes posés, préférant aider à des formulations claires des problèmes et à la proposition d’hypothèses qui doivent être testées par les praticiens. C’est implicitement la question de l’indépendance du chercheur qui est soulevée, en même temps que celles de la déontologie, de l’épistémologie et de la méthodologie de la recherche sociologique. Ces questions seront développées par l’auteur dans sa conclusion générale.

10Dans cette partie, l’auteur veut surtout montrer que la sociologie du travail, celle du moins qui « a réussi », est une sociologie quantitativiste, objectiviste, fondées sur de vastes enquêtes statistiques, un échantillonnage rigoureux, des tests statistiques, etc. – modèle qui s’imposera jusqu’aux années 1980. Elle apparaît comme une sociologie pragmatique, désireuse de comprendre et expliquer des problèmes concrets – ceux qui lui sont signalés par les décideurs politiques et économiques – et pour lesquels on attend des propositions de solution, loin de toute « idéologie ». De ce point de vue, le succès de l’ISST et des chercheurs qui y travaillent souligne a contrario la défaite d’une certaine conception « totalisante » de la sociologie, une conception de la connaissance gratuite, théorique, générale, telle qu’elle pouvait être promue par G. Gurvitch ou par P. Naville. Une conception « de gauche » aussi, « engagée », a-t-on envie d’ajouter, animée de la volonté de mettre en cause les assises de la société capitaliste, face aux sociologues « réformateurs », promoteurs d’une conception « neutre », « professionnelle » de la sociologie.

Empirisme, quantitativisme et influence américaine

11La seconde partie de l’ouvrage traite des développements de cette « sociologie appliquée du travail » durant les années 1960-70. Elle vise à montrer comment s’est construit ce modèle scientifique, empirique, à visée pragmatique, directement inspiré des pratiques américaines. Le modèle du laboratoire puissant, structuré, hiérarchisé et financé par les pouvoirs publics devient le modèle de référence. L’auteur se tourne vers les rapports de conjoncture et d’activités du CNRS, mais aussi vers les archives de la Société française de sociologie (SFS). Ces archives – complétées par des entretiens avec les acteurs du moment – livrent les normes et les justifications avancées par les responsables pour promouvoir ou déchoir recherches et chercheurs. On y découvre comment Crozier, Reynaud, Touraine, avec Boudon et quelques autres, inscrivent leurs travaux, quoique distinctement les uns des autres, dans ce qu’on pourrait appeler une même « veine antimarxiste », critique en tout cas, quand ce n’est pas radicalement opposée au matérialisme dialectique, ce qui souligne les multiples influences irrigant la sociologie du travail dans notre pays. Le modèle des sciences de la nature – mondialement propagé par l’Américain P. Lazarsfeld – est proposé par ces chercheurs comme le modèle à imiter. L’auteur souligne, à cet égard, la domination de la physique sur le CNRS et la réputation de « faiseurs de romans » des sociologues, d’où leur souci de « faire science » pour s’imposer socialement – oubliant alors le vieux débat wébérien sur la différence entre sciences de la nature et sciences de la culture.

12On comprend que l’engagement du sociologue du travail dans son temps se veut total du côté de Friedmann et de ses disciples. Si l’ambition de participer à la « production de la société » se retrouve dans beaucoup de cercles scientifiques de l’époque, elle se traduit ici par une collaboration revendiqué avec les entreprises et les planificateurs. Le problème toutefois est de préserver l’« indépendance de la recherche », d’obtenir reconnaissance et finance, mais aussi de conserver l’autonomie « que toute science exige ». Pour y parvenir, on estime que l’idéologie doit s’effacer devant l’expertise : le sociologue doit simplement reconnaître et prendre en charge les besoins de connaissance et d’intervention des entreprises – on retrouve en somme des convictions qui avaient déjà travaillé les années 1950. Malgré la bouffée contestataire de mai 68 et la mise en cause de ces aspirations idéologiques à l’anti-idéologie, la sociologie pragmatique traversera l’époque. L. Tanguy ne manque pas de souligner que l’unité de vue sur la méthode de légitimation de la discipline n’interdit pas la controverse entre ses grands contributeurs. Mais à la lecture de son texte, l’idée qu’il puisse s’agir avant tout d’une lutte pour le leadership intellectuel entre concurrents sur le marché des idées, plutôt que d’un véritable débat scientifique, effleure le lecteur. En tout cas, au sortir des années 1970, plusieurs courants de pensée se disputent le contrôle du champ disciplinaire, sans qu’aucune école scientifique n’arrive à unifier ce dernier. La sociologie du travail, écrit L. Tanguy, affiche avant tout sa diversité, ses différences, voire ses oppositions, ce qui met en question, estime-t-elle, sa légitimité sociale…

L’envol éphémère de la sociologie de l’entreprise : nouvelles méthodes, vieilles ambitions…

13L’arrivée de la gauche au pouvoir, en 1981, va sembler donner une unité inédite à la sociologie du travail, via sa dissolution dans la « sociologie de l’entreprise » naissante. C’est l’objet de la troisième partie. Les sources consultées ici sont les archives du PIRTEM, le Programme Interdisciplinaire de Recherche en Technologie, Travail, Emploi et Modes de vie, institué par le gouvernement socialiste et piloté par le CNRS de 1984 à 93. Ces archives permettent d’identifier les laboratoires et chercheurs qui participent activement à cette nouvelle vague de recherche. L’auteur consulte aussi les archives du ministère de la Recherche, les actes des « Journées de sociologie du travail », disponible depuis 1984, et l’index thématique de la revue Sociologie du travail. Elle réalise là encore des entretiens avec des responsables de recherche et des bénéficiaires de financement. L’objectif politique du PIRTEM est de « démocratiser la recherche, de réconcilier recherche fondamentale et appliquée et de faire reconnaître les SHS ». Démocratiser signifie ici prendre en considération la demande des entreprises, des syndicats, des élus et des régions, tandis que la volonté de légitimer les SHS s’explique par le discrédit dans lequel étaient tombées celles-ci après mai 68. Toutefois, l’éclatement paradigmatique de la recherche est déploré par les décideurs. Aussi les programmes de recherche visent-il prioritairement à unifier le champ du point de vue méthodologique et théorique, avec cependant un dépassement du dogme du quantitatif comme seule méthode légitime. Les années 1980 sont ainsi les années de l’essor des méthodes qualitatives et de l’ouverture de la sociologie du travail française à de nouvelles écoles de pensée, toujours américaines, comme l’interactionnisme symbolique. L’idée s’impose, notamment sous la plume de P. Tripier, qu’il faut en finir avec une sociologie du travail « focalisée sur l’atelier », une « classe ouvrière homogène, sans âge et asexuée ». Une telle focalisation de la sociologie du travail, écrit L. Tanguy, ne s’est jamais vérifiée durant les décennies précédentes. Néanmoins, les critiques de la sociologie du travail se multipliant, l’idée se consolide qu’il faut faire de l’entreprise une « catégorie en soi », un « objet » nouveau capable d’expliquer les mouvements de transformation de la société, en reconnaissant son rôle dans la construction identitaire et l’expérience de la coopération (p. 165). L’entreprise est dès lors moins présentée comme un terrain de luttes sociales que comme un espace de négociation et de dialogue. Plus sensible au discours managérial, ce courant de recherche popularise des notions comme la « culture d’entreprise », où la figure de la « domination au travail » cède le pas à celle de l’acteur créateur et producteur de règles, normes, valeurs et, en somme, de lien social. Dans le même temps, cette sociologie s’ouvre à de nouvelles disciplines (sciences de gestion, de la vie ou de l’ingénieur), pour instaurer de « nouveaux régimes de production des connaissances » (p. 169). Chercheurs et acteurs sociaux se voient attribués une même légitimité à produire des connaissances, à l’imitation des pays anglo-saxons. Les « contrats de connaissance » signent cette nouvelle alliance sociétale. De grandes entreprises, en particulier publiques, sont partenaires de ces contrats et permettent à de nombreux doctorants de s’initier à la sociologie du travail dans un contexte où les SHS sont conçues comme des « sciences pour l’action », appelant un « sens des responsabilités sociales des chercheurs ». Les années 1980/90, en somme, s’inscrivent dans la continuité des décennies précédentes, en modifiant simplement les attendus de ce qui est devenu un véritable partenariat recherche/État/entreprises. Plusieurs « contrats de partenariat » exemplaires sont analysés par l’auteur qui affine le portrait du chercheur en expert des sciences de l’organisation. Ces contrats consolident l’essor de la sociologie de l’entreprise, ainsi que de nouveaux acteurs, au premier rang desquels R. Sainsaulieu, D. Segrestin, et du côté des gestionnaires, A. Hatchuel ou C. Midler, ou encore P. Veltz du côté des ingénieurs. Il apparaît clairement que la proposition théorique portée par la sociologie de l’entreprise est l’aboutissement logique des programmes institutionnels de recherche. Un numéro spécial de Sociologie du travail vient, en 1986, sanctifier le réenchantement de l’entreprise voulu par ce courant. En 1987, les deuxièmes « Journées de sociologie du travail » redouble cet engouement en s’intitulant « L’entreprise, catégorie pertinente de la sociologie ? ». Quoique nombreux soient ceux qui contestent la nouveauté de cette sociologie, et que, dix ans plus tard, la sociologie de l’entreprise rentre dans le rang, la rencontre avec les sciences de gestion s’est faite, via les laboratoires des grandes écoles d’ingénieurs (CRG et CGS), et les visions actionnalistes, interactionnistes, régulationnistes et processualistes de l’entreprise s’imposent à l’université comme dans les cabinets de conseil… Au terme de ce parcours, nous dit l’auteur, on assiste à une nouvelle fragmentation du champ. La sociologie de l’entreprise se voit dépassée par la sociologie de l’emploi et celle-ci concurrencée par la sociologie de la négociation et de la régulation… La sociologie devient pratique et plurielle, comme l’indique le titre de la revue fondée par R. Sainsaulieu (Sociologies Pratiques), qui reprend tout compte fait l’héritage interventionniste d’un Crozier, par exemple, lui-même héritier du pragmatisme de Friedmann, malgré les différences et, semble-t-il, les inimitiés qui les séparaient. Des pages édifiantes sont consacrées au parcours de Sainsaulieu. Réformateur et humaniste chrétien, véritable homme orchestre, il œuvre, à la manière d’un Friedmann, à la reconnaissance de la discipline par les entreprises, créant des cycles de formation continue, multipliant les contrats d’étude et recherche avec les entreprises en y plaçant ses étudiants, promouvant les cabinets conseil. Il veut faire du sociologue un « expert du dialogue social », engagé dans la transformation du monde du travail. L’époque marque alors l’essor d’une multitude de champs séparés (les jeunes, les immigrés, les femmes, les groupes professionnels, etc.), où l’hyperempirisme le dispute à la labilité des recours théoriques. À suivre les injonctions de ces nouveaux courants, le sociologue doit se contenter de prendre en charge les problèmes posés par les commanditaires et d’y rechercher des solutions. L’inspiration critique de la sociologie du travail semble définitivement anachronique – sauf dans les marges de la communauté et en attente d’une éventuelle renaissance…

Une fragmentation de la sociologie du travail ?

14La conclusion générale reprend cette conviction et la développe fondamentalement en direction d’une critique de la scientificité de la sociologie du travail. Celle-ci n’a pas su fonder un véritable paradigme explicatif, à l’instar des sciences de la nature, se privant en particulier de toute capacité à accumuler les savoirs. Objets et terrains de recherche ne cessent de se multiplier, de se déplacer, de se transformer et de disparaître, tandis que les modèles explicatifs se fragmentent et se particularisent à l’infini, sans jamais se confronter les uns aux autres, dépossédant la sociologie du travail de toute unité méthodologique et théorique. On peut évidemment s’insurger contre l’idée de construire la sociologie à l’image des sciences de la nature. On ne peut pas ne pas déplorer, comme l’auteur, la dissolution systématique de la recherche sociologique dans des modes théoriques qui se succèdent de plus en plus rapidement, au prétexte de faire de « nouvelles découvertes », tout en masquant son abaissement à une pure expertise.

15Pour conclure, on dira que l’ouvrage de L. Tanguy est un bel et grand ouvrage, indispensable à la compréhension de la sociologie du travail en France. Il est remarquable tant sur le plan méthodologique, par la quantité des documents et témoignages rassemblés, le caractère inédit de certains d’entre eux, que par la fertilité heuristique d’analyses issues du recoupement méthodique entre les sources d’information sollicitées. Il ouvre au lecteur un horizon immense d’interrogations. Il l’invite surtout à se faire chaque jour l’historien et le théoricien de sa propre pratique, pour se laver définitivement des tentations d’un rapport enchanté à sa discipline. On peut certes lui adresser quelques reproches. Il souffre par exemple de se confiner trop à l’histoire de la discipline, qui ne peut se comprendre vraiment qu’en étant replacée dans l’histoire générale de l’évolution des sciences, en particulier des SHS, et, plus largement dans l’histoire sociale, économique et politique de la période considérée. Par ailleurs, on regrette évidement ce bornage temporel aux années 1990. On aurait aimé en savoir autant sur la période récente. De même, les travaux des « perdants » auraient mérité d’être plus largement mis en regard de ceux des « vainqueurs ». Enfin, les discussions proprement théoriques, épistémologiques et méthodologiques abordées par l’auteur, quoique déterminantes et passionnantes, souffrent de n’être traitées vraiment que dans la conclusion. De telles considérations méritent des développement plus conséquents, fondés sur une discussion en profondeur des œuvres et de leur conditions sociales de production – ce qui aurait demandé plus de pages à un auteur qui a déjà largement « payé de sa personne » et dont l’objectif, comme elle y a insisté, était tout autre. C’est une autre façon de dire que ces limites n’enlèvent rien à la portée de l’ouvrage. L. Tanguy a ouvert une voie. Elle l’a fait de façon magnifique. À nous de prolonger son travail. Une rénovation en profondeur de la sociologie du travail ne peut passer que par là.

Haut de page

Notes

1 On peut dénombrer dix ouvrages français visant à présenter les acquis de la sociologie du travail ou son histoire : G. Friedmann et P. Naville, Traité de sociologie du travail, 2 volumes, Armand Colin, 1962 ; P. Rolle, Introduction à la sociologie du travail, Larousse, 1970 ; P. Rolle, Bilan de la sociologie du travail, tome 1, Travail et salariat, PUG, 1988 ; M. Stroobants, Sociologie du travail, Nathan, 1993 ; M. de Coster et F. Pichard, Traité de sociologie du travail, De Boeck, 1994 ; D. Potocki-Malicet, Éléments de sociologie du travail et des organisation, Anthropos, 1997 ; S. Erbès-Seguin, Bilan de la sociologie du travail, tome 2, Coalition et institutions, PUG, 1999 ; Th. Pillon et F. Vatin, Traité de sociologie du travail, Octares, 2003 ; M. Lallement, Le travail, une sociologie contemporaine, Gallimard, 2007 ; A. Borzeix et G. Rot, Sociologie du travail. Genèse d’une discipline, naissance d’une revue, PU Paris Ouest, 2010.

2 Commissariat général à la productivité (CGP), Comité national de productivité (CNP), Association française pour l’accroissement de la productivité (Afap)).

3 La Fondation Rockefeller organisera elle aussi des missions de ce type dont profiteront les collaborateurs de l’ISST et d’autres sociologues, comme H. Mendras, par exemple.

4 En vérité, les interdictions de séjour des autorités américaines sont révisables. Friedmann se voit interdire le sol étasunien en 1950/51 et Naville pourra participer au Congrès international de sociologie à Washington en 1962…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Salvatore Maugeri, « Lucie Tanguy, La sociologie du travail en France. Enquête sur le travail des sociologues, 1950-1990 », La nouvelle revue du travail [En ligne], 1 | 2012, mis en ligne le 10 décembre 2012, consulté le 18 août 2017. URL : http://nrt.revues.org/418

Haut de page

Auteur

Salvatore Maugeri

Université d'Orléans

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org