Navigation – Plan du site
Recensions et notes critiques

Stephen Bouquin, La Valse des écrous

Jean-Marie Pillon
Référence(s) :

Stephen Bouquin, La Valse des écrous, Paris, Syllepse, 2006, 306 p.

Texte intégral

1Dans La Valse des écrous, Stephen Bouquin va à la rencontre d’un terrain bien connu des sociologues, l’atelier de fabrication des automobiles. Issu d’un travail de thèse en science politique, soutenu en 1999, augmenté d’approfondissements ultérieurs autant théoriques qu’empiriques, cet ouvrage relève ainsi le pari de dire quelque chose de neuf sur un objet aussi ancien que la sociologie du travail.

2L’auteur propose une analyse des formes réelles et contemporaines d’organisation du travail dans ce secteur, analyse qui ne se résume pas à la seule description des prescriptions managériales sur les bonnes façons de produire. Bien plus, une des thèses fortes de l’ouvrage est que les opérateurs de production ne s’apparentent pas à une classe ouvrière disparue en tant que classe, parce que trop parcellisée pour se défendre. Fortement inspiré par l’héritage marxien porté par Jean-Marie Vincent, la lutte des classes est, selon lui, bien vivante dans le secteur automobile. L’organisation de la production serait le fruit de luttes qui perdurent, notamment parce qu’elles sont menées par le haut. En d’autres termes, les gestionnaires œuvreraient explicitement pour l’approfondissement de l’extorsion de la survaleur au profit du capital et rencontreraient face à cela de véritables résistances.

3L’auteur parvient à fonder cette thèse en croisant à propos trois regards sur le monde des constructeurs automobiles : une sociologie économique des stratégies concurrentielles tout d’abord, une sociologie du travail des opérateurs ensuite, une sociologie de l’action collective enfin.

Une sociologie économique : concurrence internationale et modèles productifs

4Dans son ouvrage, S. Bouquin prend d’abord une extrême précaution à démanteler le mythe du toyotisme nippon, notamment au regard de ses interprétations culturalistes (Chapitre 1. « L’archipel perdu »). Les intenses luttes syndicales des années 1950-1960 au Japon et la relative institutionnalisation de ce mouvement sur la fin de la période expliquent l’émergence d’un modèle stable fondé sur une croissance continue de la production, tendance qui va toucher à sa fin avec la crise asiatique du milieu des années 1990. En montrant que la Lean production a constitué un compromis local passager qui rentre en crise au moment même où il s’internationalise, l’auteur remet en cause la notion de convergence des modèles productifs. Si, a posteriori, il est possible de déterminer un modèle fordien, sloanien ou toyotiste, c’est d’une part au prix d’une simplification idéal-typique parfois insincère avec la réalité des ateliers, et c’est d’autre part au prix d’un escamotage des processus et des choix concrets qui sont opérés successivement et qui conduisent les entreprises à revêtir des traits communs (Chapitre 2. « De la voie unique à la diversité des modèles »). Pour ce dernier, bien plus qu’une one best way s’imposant par la seule force de son efficacité, le mode de production « au plus juste » a été mobilisé par la direction des firmes automobiles pour garantir la répartition des profits à leur avantage. En effet, pour faire face à l’internationalisation de la concurrence et à la fin de la domination sur leur marché domestique, les constructeurs ont fait le choix de produire un maximum de véhicules pour une multiplicité de pays, conduisant de ce fait l’ensemble du secteur à des crises récurrentes de surproduction justifiant alors la réorganisation du travail à la recherche de gains de productivité, l’amaigrissement des effectifs, la substitution du travail par le capital (ou la délocalisation du travail) et l’absorption des concurrents les plus fragiles (Chapitre 3. « L’accumulation du capital aux frontières du marché »). La nécessité d’une production au plus juste constitue avant tout dans cette perspective un discours, une rhétorique, voués à faire accepter aux salariés l’assomption des aléas du marché.

5Bilan : Les modèles productifs sont des idéaux-types mobilisés par les gestionnaires eux-mêmes afin de réduire la part de choix que suppose l’organisation du travail et la répartition de la valeur qui en découle.

Une sociologie du travail : les milles visages de la Lean production

6Une fois remis en cause le « déterminisme technologique » qui justifierait la diffusion de la production « au plus juste », l’auteur mobilise la sociologie du travail pour montrer l’extrême diversité des modes de mise en œuvre de ce modèle, des résistances qu’il rencontre, proposant ainsi une analyse particulièrement fine de l’articulation entre travail prescrit et travail réel. Les différents avatars du « travail en équipe » apparaissent, de ce point de vue, paradigmatiques (Chapitre 6. « Le travail en groupe, instrument d’implication-contrainte et bouclier social ».). Cette redistribution des tâches et du temps est mobilisée par le management pour lutter contre le désinvestissement et les luttes engendrées par les formes « tayloriennes » de la division du travail. Envisagé comme proprement japonais, le travail en groupe relève en partie d’une formalisation des usages « informels » de la chaîne par les opérateurs. Ce mode de production est de ce fait particulièrement dépendant des contextes conjoncturels et structurels où il intervient. Les applications concrètes de ce mode d’organisation peuvent à la fois mener à un échec (Peugeot-Sochaux) ou à la reconstitution d’un collectif de travail mobilisé (GM-Opel), laissant ouvert tout un continuum de mises en œuvre « négociées » avec les individus ou les syndicats. Ce travail de sociologie du travail permet ainsi de redonner une substance au corps et à l’esprit d’ouvriers qui ne seraient pas battus d’avance. Nous n’avons cependant pas compris pourquoi l’auteur mobilisait dans sa description de l’activité les propriétés de modèles productifs (kaïzen, chaîne fordienne) dont il récuse par ailleurs la validité empirique.

7Bilan : Les formes réelles de l’organisation du travail dans le secteur automobile, sont fortement marquées par la volonté de l’encadrement de mettre en place un modèle productif proche de l’idéaltype toyotiste mais les faits sont têtus, ces formes ne sont ni plus productives par essence, ni indépendantes des appropriations qui en sont faites par les opérateurs.

Une sociologie de l’action collective : la commune n’est pas morte ?

8Fort de ce constat d’un maintien des luttes, même individuelles et locales contre la prescription gestionnaire du travail S. Bouquin propose d’analyser les reconfigurations des mobilisations collectives plutôt que de souscrire à leur disparition. Les mouvements du début des années 1980 contre le travail taylorien peuvent apparaître comme les dernières luttes d’envergure dans l’industrie automobile française, mouvements d’autant plus emblématiques qu’elles étaient parvenues à mobiliser, non sans heurts, les travailleurs immigrés. L’absence de modèle alternatif au taylorisme explique en partie, selon l’auteur, l’extrême fragilité de ces formes de lutte face à l’émergence de l’argument compétitif (Chapitre 4. « Rationalisation et conflit »). Ce n’est pas pour autant que l’action collective a définitivement disparu. Les chapitres 9 et 10 de l’ouvrage proposent ainsi, à propos de deux usines RVI et Volkswagen, des études de cas très détaillées. Ces « monographies » suggèrent que les formes de mobilisation ont changé, la polarisation ayant quitté l’atelier lui-même et les syndicats ayant relativement intériorisé la question de la compétitivité. Mais les mouvements collectifs restent possibles à condition de prendre la mesure des changements du système productif et de la « sociologie » des opérateurs. De ce point de vue, l’auteur illustre un fait connu mais souvent mis sous le boisseau : la désolidarisation du groupe ouvrier est un objectif explicite des employeurs et de l’encadrement. En jouant sur la localisation en milieu rural, sur le recrutement de personnels qui ne correspondaient pas à la cible des mouvements syndicaux (femmes, immigrés, jeunes), en modulant les horizons temporels des uns et des autres (CDI-CDD-intérim), en mettant en place une concurrence entre unités internes et sous-traitées, les fabricants travaillent à inverser le rapport de force avec le travail.

9Bilan : La lutte n’est jamais absente des relations de travail dans la mesure où elle se maintient toujours de façon larvée du côté des opérateurs, sous formes de résistances individuelles et de distanciation aux objectifs de l’entreprise. L’enjeu de l’activité du management est de faire en sorte de contenir et de gérer cette insatisfaction afin qu’elles ne s’expriment pas de façon collective. Les managers sont de ce fait toujours en lutte, eux aussi.

Critique(s)

10Au chapitre des fulgurances du travail de S. Bouquin, on soulignera l’idée selon laquelle la lutte pour l’appropriation ne se situe pas uniquement sur un plan monétaire. Si une partie non négligeable des stratégies managériales peut avoir pour but de capter le maximum de la survaleur, cette captation se concrétise bien souvent par une recherche de gains de productivité. Or, y compris lorsque cette augmentation de la productivité est permise par l’automatisation, travailler mieux dans un temps moindre suppose pour l’encadrement d’acquérir une connaissance poussée des actes précis réalisés par les opérateurs. Au contact de la matière et des process, ils sont les informateurs les mieux renseignés sur les niches et les temps morts existant, mais aussi sur les améliorations possibles du matériel ou de l’organisation. Les savoirs professionnels dans l’industrie automobile apparaissent alors tissés de connaissances qui sont proprement économiques. L’antagonisme capital-travail apparaît dans cette perspective beaucoup plus complexe qu’un conflit de répartition. On notera à ce titre une mise en perspective des ambigüités de la loi Auroux relative à la démocratisation des entreprises ainsi que des cercles de qualité. La parole donnée aux travailleurs sur l’organisation de la production, constitue une valorisation de leur compétence autant qu’elle représente un risque d’extorsion de leurs savoirs.

11Au chapitre des remarques, il aurait été intéressant de ne pas tant assimiler le management au capital. D’un point de vue marxiste, les managers ou les gestionnaires sont également des salariés qui monnaient leur force de travail. S’ils se distinguent des opérateurs par le pouvoir qu’ils ont sur l’organisation du travail, ils n’en restent pas moins à la fois soumis à la tutelle de la propriété des moyens de production autant qu’ils possèdent une marge d’autonomie. De ce fait, la thèse particulièrement pertinente de S. Bouquin analysant l’organisation réelle du travail et de la production automobile comme trace de la lutte entre le capital et le travail aurait peut-être gagné à une sociologie du travail des managers qui sont chargés de traduire, d’établir et de mettre en œuvre ce compromis.

12Stephen Bouquin ne souhaitait pas, comme il l’évoque dans l’introduction, analyser les évolutions contemporaines du management à l’aune des pratiques ayant court dans le secteur automobile. La précision de ses analyses nous offre, cependant, une importante matière à comparaison.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Marie Pillon, « Stephen Bouquin, La Valse des écrous », La nouvelle revue du travail [En ligne], 1 | 2012, mis en ligne le 10 décembre 2012, consulté le 24 juin 2017. URL : http://nrt.revues.org/424

Haut de page

Auteur

Jean-Marie Pillon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org