Navigation – Plan du site
Recensions et notes critiques

Marie Buscatto, La fabrique de l’ethnographe. Dans les rouages du travail organisé

François Aballea
Référence(s) :

Marie Buscatto, La fabrique de l’ethnographe. Dans les rouages du travail organisé, Toulouse, Octarès Éditions, 2010, 168 p.

Texte intégral

  • 1 Tanguy L. (2011), La sociologie du travail en France. Enquête sur le travail des sociologues, 1950- (...)

1Même si les Habilitations à Diriger des Recherches en sont parfois l’occasion, il n’est pas si fréquent qu’un ou qu’une chercheur(e) développe une réflexion épistémologique sur sa façon de pratiquer. C’est ce que propose ici Marie Buscatto sur la base de près de vingt années de recherche et la fréquentation des grands auteurs de la sociologie de terrain. C’est essentiellement l’intérêt de cet ouvrage que de mettre en lumière la valeur ajoutée d’une approche au plus près des situations de travail et des acteurs, du « travail en train de se faire ». Contrairement à ce que l’on écrit parfois, la sociologie dans sa tradition positiviste et plus spécialement la sociologie du travail n’ont pas en effet une très longue et intense pratique de ce type d’approche. Tout au moins en France. La sociologie du travail ne s’est pas appesantie sur l’atelier même si évidemment elle ne l’a pas ignoré et si un certain nombre de chercheurs et de chercheures ont développé depuis longtemps des observations plus ou moins participantes. Mais comme le rappelle dans un livre récent Lucie Tanguy, le renouveau sinon la véritable naissance de la sociologie du travail française après la Seconde Guerre mondiale a reposé plutôt sur de grandes enquêtes quantitatives1. Cette réflexion est conduite sans impérialisme aucun. Marie Buscatto ne dénigre pas les autres types de recherche et les méthodes et techniques qui leur sont associées, le travail statistique ou l’enquête par entretiens. Elle le fait d’autant moins qu’elle les utilise aussi, soit exclusivement dans certaines recherches, soit en complément ou en parallèle le plus souvent. Ces dernières ont leur spécificité et produisent des résultats que les méthodes qualitatives ou l’observation ne prétendent pas obtenir ou n’obtiennent que plus difficilement, la prise en compte de la durée par exemple comme le font les approches longitudinales ou la sociologie historique. Encore que, et c’est ce que l’ouvrage essaie de montrer, les limites que l’on attribue généralement à l’approche ethnographique ne lui paraissent pas si évidentes qu’on le prétend souvent. Moyennant un certain nombre de précautions, elle peut aussi développer des connaissances plus générales qui ne se circonscrivent pas à l’analyse du cas ou à la monographie. Bien conduite, reposant sur un travail réflexif approfondi, la démarche ethnographique ne se paralyse pas dans la description minutieuse, voire entomologique, de situations et de jeux d’acteurs. Au contraire, elle permet de renouveler l’analyse des logiques d’action à l’œuvre dans la société et de l’ordre négocié au principe de ses différents champs.

2Bien conduite, qu’est-ce à dire ? C’est à répondre à cette question que s’attache le premier chapitre, « Une démarche réflexive au cœur de l’enquête ethnographique ». Car si la démarche ethnographique suppose a minima une insertion personnelle du chercheur dans la situation ou le groupe qu’il étudie et une observation de longue durée, elle ne se confond en aucune façon avec un ensemble de techniques et d’outils. Elle repose sur un modèle de scientificité en rupture avec le modèle scientifique positif mais qui n’en est pas moins éprouvé permettant de produire des résultats fiables. Le défi auquel elle soumet le chercheur est de conjuguer implication et rigueur quand les principes éprouvés du modèle hypothético-déductif (neutralité, représentativité, sélectivité des données, reproductibilité) se révèlent difficiles à mettre en œuvre. Relever ce défi suppose une analyse des conditions sociales de production des données recueillies et quelques principes de précaution : multiplication des jeux d’échelle, contextualisation, comparaison horizontale, étude de cas élargie, restitution… pour parvenir à cette « entreprise raisonnée d’analyse », selon l’expression de Marc Bloch, par laquelle Marie Buscatto définit la démarche ethnographique. Cela fait, la démarche révèle toute sa puissance heuristique. C’est ce que le livre tente de démonter sur plusieurs champs, tous en relation avec la question du travail et de l’organisation, ce que l’auteure appelle le travail organisé, « notion pratique » plus que conceptuelle reconnaît-elle, qui traduit simplement sa volonté de prendre en compte tout type de travail quels que soient le contexte organisationnel et les modes de régulation de l’emploi.

3L’efficacité de la démarche ethnographique se manifeste ainsi dans l’analyse du travail salarié (chapitre 2). Mieux que les méthodes quantitatives et mieux même que l’investigation par questionnaires ou entretiens, l’observation in situ permet de mettre au jour le fonctionnement réel et souvent caché des relations au travail, l’indicible et les pratiques flottantes ou clandestines, les détournements de procédures et les innovations, les modes de résistance et les investissements subjectifs, les tensions, les contradictions, etc., et permet ainsi d’éclairer les multiples rationalités qui travaillent les relations entre pairs et avec les supérieurs rompant ainsi avec les généralisations hâtives et les rationalisations reconstruites a posteriori. Mais ce faisant, elle met en lumière mieux que les manuels de gestion ce qu’est la réalité de la rationalisation du travail en tant que représentation, volonté et pratiques managériales. Elle permet aussi d’inventorier les formes de sociabilité, leur genèse et la diversité de leur fondement, dénonçant l’illusion d’un principe unique générateur et unifiant, qu’il s’agisse de l’intérêt économique, de la satisfaction affective ou de la recherche du pouvoir, donnant par là même une densité et une complexité nouvelles aux identités sociales et professionnelles.

4Ce travail organisé s’exerce le plus souvent au sein des organisations. On sait depuis les travaux fondateurs de Michel Crozier que celles-ci constituent des systèmes d’action concrets. Pour autant, les dynamiques organisationnelles qui « font l’organisation » ne sont pas toujours bien repérées et analysées car trop souvent réduites à la manifestation d’une forme unique de rationalité ou à l’incarnation d’une culture partagée et homogène. Or la démarche ethnographique, estime Marie Buscatto dans le troisième chapitre de son ouvrage, permet de mettre au jour la complexité de ces dynamiques et des processus de socialisation professionnelle. Elle permet de les repérer grâce à l’observation des relations formelles (la négociation collective par exemple) ou informelles, et des interactions ; de les analyser en reliant les dynamiques organisationnelles aux mécanismes sociaux, économiques et politiques qui les façonnent et produisent l’ordre négocié. L’héritage d’Anselme Strauss et plus généralement les apports de l’interactionnisme symboliques mais aussi de l’anthropologie sociale anglaise sont ici assumés. Voire enrichis, par la capacité de relier relations de travail et relation d’emploi, et plus généralement de relier le fonctionnement organisationnel et les pratiques des acteurs, y compris syndicaux, au contexte sociétal, comme l’auteure a tenté de le faire dans ses propres travaux. D’où l’impératif, rappelé dans le chapitre sur la démarche elle-même, de « contextualisation », la nécessité de « comparaisons horizontales » ou encore l’intérêt de « l’étude de cas élargie », selon l’expression et la pratique de Michael Burawoy, qui consiste à réinterpréter les études de cas par leur comparaison et leur mise en relation avec un cadre théorique, la psychologisation des rapports sociaux par exemple développée dans ses travaux par Marie Buscatto, qui peut rendre compte de nombre de configurations organisationnelles contemporaines.

5Le travail organisé ne se circonscrit pas au travail en entreprise. Il embrasse tous les modes d’exercice professionnel, y compris le mode indépendant ou libéral ou les modes d’exercice particulier comme celui des artistes. C’est l’objet du chapitre 4, là encore fortement fondé sur et illustré par les travaux de l’auteure, notamment sur les musiciens et les chanteuses de jazz. C’est peut-être sur un objet comme celui-ci que l’approche ethnographique affirme le mieux à la fois ses potentialités heuristiques car elle révèle souvent l’indicible ou l’invisible, et ses modes d’intervention, la diversité de ses manières de faire – d’où parfois l’usage du pluriel : « les ethnographies du travail ». Marie Buscattto montre comment l’approche ethnographique permet d’inventorier les mondes de l’art, les principes collectifs de leur construction et de leur dévolution, les logiques complexes de différenciation, de hiérarchisation, de coordination avec les conflits sous-jacents qui les traversent. L’approche ethnographique permet de prendre en compte à la fois ce qui est de l’ordre de l’intime, des sensations et des sentiments, et ce qui relève des conditionnements sociaux ou des contraintes techniques, organisationnelles et institutionnelles. Elle relie le subjectif et l’objectif car elle appréhende la production artistique de l’intérieur – le sociologue pratiquant parfois l’art étudié lui-même, le in situ devenant alors le in vivo – tout en la recontextualisation, par rapport aux politiques publiques par exemple, et plus généralement par rapport aux transformations sociétales relatives aux rapports sociaux, de sexe par exemple.

6C’est précisément cette dernière question qu’aborde l’ouvrage dans son ultime chapitre, « Défaire le genre ». Compte tenu de la relative abondance des recherches sociologiques sur « genre et travail », son intérêt est de mettre en lumière ce que peut apporter de différent, voire de plus, une approche ethnographique de « l’arrangement des sexes ». Ce plus tient à ce que, permettant de reconstituer les dynamiques à l’œuvre dans l’interaction qui positionnent et font circuler différemment les femmes et les hommes dans les structures sociales et professionnelles, dans les syndicats par exemple pour reprendre une recherche de l’auteure, elle met au jour comment « se fait le genre ». C’est ce que Marie Buscatto nomme « le genre en train de se faire ». Et il se fait, selon elle, principalement selon trois processus sociaux qui préforment et conforment les relations et que la démarche ethnographique permet d’observer et d’analyser : la construction des stéréotypes, la constitution de réseaux masculins, la production de normes implicites, et leurs effets sur la construction négative de la professionnalité féminine. L’analyse de la séduction des chanteuses de jazz est ici éclairante. Ces chanteuses travaillent leur séduction (habillage, maquillage, jeux scénique…), c’est une condition pour plaire au public et se faire embaucher par des groupes. Mais ce travail est dénié en tant que travail, la séduction étant perçue comme un attribut personnel de la chanteuse, et peut se retourner contre elle en renvoyant sa performance à cette séduction au détriment de ses qualités de musicienne, ce qui ressort très clairement des propos tenus en situation par les instrumentistes, très majoritairement des hommes, ou de l’analyse des réseaux professionnels constitués.

7Dans la conclusion de l’ouvrage, Marie Buscatto revient sur la notion de travail organisé, sur les apports heuristiques de la démarche ethnographique et sur les conditions de sa mise en œuvre pour les révéler. Alors que le concept de travail organisé se voulait initialement pratique, grâce à la démarche ethnographique, il s’est révélé d’une portée théorique consistante permettant de mettre au jour les fondements collectifs et négociés de toute activité, fut-elle individuelle, et son inscription dans un ordre social qui la traverse. La démarche vise essentiellement le démontage des processus qui produisent des réalités situées, réalités toujours complexes que le sociologue de terrain observe. Mais la démarche ne se circonscrit pas au cas. À partir des processus de coordination, de hiérarchisation, de négociation, d’arrangement, de résistance… implicites ou explicites, elle permet de remonter aux causes qui les produisent et au sens dont ils sont investis. Elle appelle donc à un dépassement des grandes césures qui cartographient la sociologie (acteurs/structures, individualisme/holisme, explication/compréhension, micro/macro, subjectif/factuel…). Davantage même, la démarche est œcuménique en ce sens qu’elle peut être, selon l’auteure, mobilisée par tous les traditions et paradigmes sociologiques, du culturalismes au marxisme en passant par le structuralisme génétique même si, sans doute, ses affinités avec l’interactionnisme symbolique sont plus évidentes en ce sens que c’est ce dernier qui lui a donné quelques uns des concepts phares utilisés par Marie Buscatto : ordre négocié, arrangement des sexes, monde de l’art… C’est bien dans cette capacité à faire fi des frontières que la démarche ethnographique révèle ce qu’elle est : une méthode particulièrement productive ; mais une méthode qui peut sinon qui doit être croisée avec d’autres méthodes tant il est vrai, comme le rappelle Marie Buscatto, que le choix d’une méthode ne trouve sa pertinence qu’en fonction des objets auxquels on l’applique et des questions que l’on se pose. Et c’est bien la pertinence de ces questions qui, en dernier ressort, légitime la sociologie.

8À un moment où nombre de recherches en sociologie du travail dérivent vers la monographie plus ou moins exotique et s’épuisent dans la description minutieuse de cas sans toujours les relier à une interprétation d’ensemble, l’ouvrage de Marie Buscatto apparaît particulièrement bienvenu. S’il met bien en évidence tout l’intérêt de l’observation et de la description, de la mise au jour des processus, il rappelle en effet la nécessité de prendre en compte les grandes tendances qui structurent le monde du travail et des organisations et plus généralement la société ou de les rechercher à partir de l’analyse du terrain. Il rappelle donc la fécondité – et montre comment y parvenir – d’une approche qui combine le macro et le micro, la recherche du sens et des causes, sans laquelle les analyses macrosociologiques restent abstraites et les analyses microsociologiques sans perspectives, donc sans fécondité compréhensive et explicative.

Haut de page

Notes

1 Tanguy L. (2011), La sociologie du travail en France. Enquête sur le travail des sociologues, 1950-1990, Paris La Découverte, Recherches, 268 p. Voir la recension par Salvatore Maugeri dans ce volume.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Aballea, « Marie Buscatto, La fabrique de l’ethnographe. Dans les rouages du travail organisé », La nouvelle revue du travail [En ligne], 1 | 2012, mis en ligne le 10 décembre 2012, consulté le 25 juin 2017. URL : http://nrt.revues.org/427

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org