Navigation – Plan du site
Recensions et notes critiques

Collectif, « Informatisation et changements organisationnels dans les entreprises », Réseaux 28|162, juin-juillet 2010

Jean-Luc Metzger
Référence(s) :

Coordonné par Nathalie Greenan, Danièle Guillemot et Yusuf Kocoglu, « Informatisation et changements organisationnels dans les entreprises », Réseaux, vol. 28, n° 162, juin-juillet 2010

Texte intégral

1Le numéro 162 de la revue Réseaux comporte un dossier de près de 300 pages consacré à l’analyse des résultats de plusieurs enquêtes quantitatives sur les transformations récentes des systèmes techniques et organisationnels dans les entreprises françaises. Coordonné par Nathalie Greenan, Danièle Guillemot et Yusuf Kocoglu, contenant des contributions de cinq autres chercheurs, majoritairement du Centre de l’Étude de l’Emploi, il constitue une référence pour objectiver et compléter les études qualitatives portant sur les évolutions contemporaines du travail en France.

Un dispositif d’enquête sophistiqué pour étayer quantitativement les analyses qualitatives

2La première qualité de ce dossier est de présenter de façon très détaillée, très « technique » et de discuter pas à pas toutes les caractéristiques de l’enquête sur « Changements organisationnels et informatisation » (COI-TIC). Les spécialistes des études quantitatives y trouveront tous les éléments leur permettant de vérifier la pertinence des choix opérés par les auteurs : en plus du chapitre de présentation et d’une annexe, riches en tableaux et encadrés, chaque article comprend au moins une section consacrée à une discussion méthodologique serrée.

  • 1 Le logo du CEE n’est d’ailleurs appliqué qu’avec la plus grande discrétion, au bas de la quatrième (...)

3Le contenu des questionnaires (employeurs, salariés), les modalités de leur passation, l’ajout d’entretiens qualitatifs, la fréquence à laquelle l’enquête a été réalisée (1997, 2006), le nombre d’entreprises et de salariés concernés, tout est présenté, discuté, longuement commenté. Une telle richesse d’informations, gage de rigueur, constitue l’une des principales forces de ce numéro. Elle pourra parfois paraître comme une mise en valeur, discrète, mais insistante, du travail accompli par cette équipe du CEE. Mais, n’est-ce pas là l’une des conséquences de la mise en œuvre des dispositifs de gestion dans la sphère publique de recherche1 ?

Panorama des équipements et des usages

4Le second mérite du dossier est de fournir aux chercheurs qui s’intéressent aux transformations contemporaines du travail des éléments quantifiés et détaillés, technologie par technologie, dispositif de gestion par dispositif, type de changement organisationnel par type de changement organisationnel, pour généraliser, élargir – si besoin était – la portée de leurs résultats qualitatifs.

5Centrant leurs analyses sur la période 2003-2006, les auteurs ne se contentent pas de dresser un panorama détaillé du degré d’emploi des systèmes informatiques dans les entreprises. Ils identifient les secteurs et les types d’entreprises qui utilisent le plus massivement les progiciels intégrés (ERP), dispositifs qui constituent sans doute la forme la plus aboutie de technologie au service de la volonté de fluidification des grandes organisations. Si des recherches qualitatives ont pu montrer les réelles difficultés à mettre en œuvre les ERP – car leur introduction nécessite de repenser l’organisation de l’entreprise et du travail, –l’article rédigé par Yusuf Kocoglu et Frédéric Moatty souligne que « 90 % des entreprises industrielles de 500 salariés et plus de biens d’équipements sont équipées d’ERP ». Derrière le clivage entre grands groupes et petites entreprises, les auteurs mettent en avant le caractère limité de l’usage réel de ces dispositifs, ce qui montre que « l’organisation intégrée apparait comme un mythe » (p. 56).

6Ajoutons que la réalité des échecs constatés n’empêche pas pour autant les décideurs de revenir régulièrement à la charge pour atteindre cet idéal d’entreprise intégrée, d’organisation transparente à l’action dirigeante.

Une objectivation des transformations contemporaines

7Ce qui amène à s’interroger sur le rôle et les visées des dirigeants, non seulement dans l’introduction de telle ou telle dispositif technique ou organisationnel, mais plus généralement dans la volonté de changer – à maintes reprises – le cadre d’action des travailleurs. C’est ce dont traitent les deux articles rédigés par Nathalie Greenan et Emmanuelle Walkowiak (« Les structures organisationnelles bousculées par les nouvelles pratiques de management ? », « La dynamique des changements à long terme »).

8Car c’est l’une des vertus de l’enquête COI-TIC que de prendre en compte aussi les dimensions organisationnelles du changement, au travers de « la ligne hiérarchique et de la distribution des sphères de responsabilité entre les différents intervenants de l’entreprise ». Les auteurs analysent la « façon dont les entreprises combinent les différents outils de gestion », et mesurent « les liens entre la diffusion des outils de gestion et l’évolution des structures organisationnelles » (p. 77). Ainsi, en 2006, « 78 % des entreprises intègrent au moins un outil de gestion de la qualité dans leur stratégie et 84 % au moins un outil de gestion des ressources et des délais », – flux tendu, imposé aux sous-traitants – sans oublier les outils de gestion du travail collectif.

9En plus de l’introduction des dispositifs techniques et des dispositifs de gestion mentionnés, 58 % des entreprises de plus de 500 salariés ont connu une refonte de leur organigramme entre 2003 et 2006. Si ce pourcentage ne donne pas une indication précise de l’intensité des changements, il permet néanmoins d’apprécier l’importance que revêt pour les décideurs le fait de procéder à des transformations volontaires de l’organisation. Explicitant leurs analyses à travers dix tableaux et graphiques, identifiant des corrélations fortes entre les évolutions des outils de gestion et celle de la division du travail, les auteures confirment que pour garder le contrôle sur les entreprises, la stratégie des directions consiste à initier des processus de changement.

10Dans leur second article – de 40 pages, comportant 13 tableaux et graphiques, – les auteures cherchent à apprécier l’ampleur et le sens des transformations sur une période plus longue (1993-2006), en mobilisant les résultats de plusieurs enquêtes (COP 1993, COI 1997 et COI-TIC 2006). Après avoir discuté des questions méthodologiques que pose cet usage des données recueillies selon des modalités qui ont elles-mêmes évolué d’une vague d’enquête à l’autre, Nathalie Greenan et Emmanuelle Walkowiak examinent les apports de plusieurs indicateurs de changement (la diffusion des outils, l’évolution des structures organisationnelles). Elles bâtissent également deux indicateurs synthétiques « pour saisir les changements à long terme dans leur généralité » : un indicateur d’intensité d’usage des pratiques organisationnelles et un indicateur du degré d’avancement de l’usage des TIC.

11Ces indicateurs sont ensuite mobilisés pour tester différentes hypothèses, portant autant sur la méthode statistique elle-même que sur la connaissance de l’objet (le changement sur longue période). La sophistication des calculs et l’extrême finesse des discussions intéresseront sans doute les spécialistes d’économie industrielle et de gestion. Mais elle a de quoi dérouter le lecteur moins familier de ces perspectives, d’autant qu’une distinction supplémentaire est introduite à propos de la « population » d’entreprises « pérennes sur la période ». On peut se demander si derrière les débats pointilleux sur la méthode, l’on ne perd pas de vue la réalité dont il est question, voire même la problématique de départ : est-ce bien des transformations mises en œuvre dans le monde du travail que l’article discute ?

12Il devient alors difficile d’extraire des résultats ayant une « épaisseur » sociologique, et permettant de se faire une idée précise des évolutions du travail soumis aux multiples changements techniques, organisationnels et gestionnaires. Cependant, cette difficulté constitue en elle-même une indication importante. Elle montre la quasi-impossibilité d’apprécier quantitativement le degré d’extension ou de généralisation d’une pratique de changement empiriquement constatée par des méthodes qualitatives. Non que l’objectif ne présente pas d’intérêt, mais sa réalisation nécessiterait la mise en œuvre d’un appareillage de recueil de matériaux rendant transparent le fonctionnement des entreprises.

13Nous apprenons toutefois que, sur la période étudiée, plusieurs sous-périodes peuvent être distinguées correspondant à des accélérations ou à des ralentissements dans l’emploi des dispositifs de gestion, dans l’ampleur des réorganisations et des changements technologiques. Risquons néanmoins une interprétation : quelle que soit la conjoncture – crise ou croissance, – les dirigeants ne cessent d’introduire des transformations techniques, organisationnelles, gestionnaires, dans leurs entreprises ou chez leurs sous-traitants. Ce qui confirme que, d’un point de vue stratégique, la volonté de changer perpétuellement les cadres d’action des subordonnés constitue une pratique rationnelle.

Pour aller plus loin

14Le panorama détaillé des transformations contemporaines du travail que fournit ce dossier pourra être complété de plusieurs manières. D’une part, si l’enquête COI-TIC porte désormais sur les entreprises marchandes, la Fonction publique d’État et les hôpitaux, rappelons que la Fonction publique territoriale (les collectivités locales) semble échapper à son périmètre. Or, cette dernière constitue dorénavant une importante source de recrutement de l’emploi public, tandis qu’elle est traversée par d’importants mouvements de réforme. D’autre part, les perspectives théoriques empruntées pourront sans doute gagner à être enrichies par les apports de la sociologie du travail, ainsi que par ceux de la sociologie de la gestion et de la sociologie clinique. Cela devrait permettre de prendre en compte les effets complexes engendrés par la gestionnarisation du travail humain, tant en termes d’évolution des rapports de domination, de perte de sens, de déréalisation que de réification.

15Symétriquement, ce dossier constitue un appel implicite au dialogue avec les sociologues du travail plus familier des méthodes qualitatives pour qu’ils enrichissent les questionnements et les analyses formulées autour des grandes enquêtes sur l’organisation du travail.

Haut de page

Notes

1 Le logo du CEE n’est d’ailleurs appliqué qu’avec la plus grande discrétion, au bas de la quatrième de couverture.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Luc Metzger, « Collectif, « Informatisation et changements organisationnels dans les entreprises », Réseaux 28|162, juin-juillet 2010 », La nouvelle revue du travail [En ligne], 1 | 2012, mis en ligne le 10 décembre 2012, consulté le 23 mars 2017. URL : http://nrt.revues.org/442

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org