Navigation – Plan du site
Recensions et notes critiques

Alexandra Bidet, L’engagement dans le travail. Qu’est-ce que le vrai boulot ?

Bernard Francq
Référence(s) :

Alexandra Bidet, L’engagement dans le travail. Qu’est-ce que le vrai boulot ?, Paris, Presses universitaires de France, Collesction « Le lien social », 2011, 416 p., ISBN : 978-2-13-058468-1

Texte intégral

1Le livre d’Alexandra Bidet part d’une énigme : alors que le travail semble se dissoudre dans les activités qui caractérisent l’ère numérique – téléphonie, pilotage aérien, activité boursière … – , une question lancinante se pose : qu’est-ce que le vrai boulot ? Au-delà des questions habituelles en sociologie du travail autour des questions de « sale boulot » ou de « bon emploi », A. Bidet constate que « peu d’enquêtes portent attention aux formes d’engagement actif des personnes dans leur travail » (p. 1). Ainsi l’énigme de la nature du « vrai travail » débouche-t-elle sur ce qui est méconnu ou peu analysé, à savoir l’engagement du travailleur dans son travail. Tout le livre est consacré à réduire cette méconnaissance et à proposer une manière analytique de voir comment « vrai boulot » et engagement s’emboîtent. Il est nécessaire d’aborder la « question des façons de parler du travail et d’un possible renouveau de sa critique » (p. 2). Ce à quoi seront consacrés les trois premiers chapitres. Mais cela n’est pas suffisant pour chercher à appréhender les tenants et les aboutissants de ce qu’est aujourd’hui « vrai boulot » et engagement. Dans la deuxième partie du livre qui comprend également trois chapitres, A. Bidet va s’appuyer sur la recherche qu’elle a menée dans le secteur de la téléphonie pour explorer le monde numérique des téléactions qui le sous-tend et pour donner de la consistance à ce qui est au cœur de l’engagement au travail, à savoir un rapport à la « vraie technique » comme affirmation d’une forme de vie, comme rapport opératoire au monde.

2Travail critique dans la première partie du livre. Comment A. Bidet déploie-t-elle la construction de son questionnement sur ce qu’elle appelle « le vrai boulot » ? En trois moments. D’abord dans un chapitre introductif où elle cherche à cerner pourquoi la question du « vrai boulot » a été peu exploitée par la sociologie du travail. C’est que celle-ci, et pendant longtemps, a négligé le rapport opératoire au monde pour privilégier les relations sociales – de résistance, de sociabilité, de civilité – entre les individus et les collectifs de travail. Le « geste » est resté de l’ordre de l’impensé hormis quelques exceptions comme les ergonomes et les anthropologues des techniques (Simondon, Leroi-Gourhan). Or, il s’agit aujourd’hui de réintroduire une lecture du travail qui ne soit plus limitée au seul « social » mais qui remette sur le devant de la scène analytique non seulement le travail comme acte technique, opératoire mais « une approche du travail en personne ». L’auteur préconise une investigation qui suit « la production normative par laquelle les personnes tentent d’habiter leur milieu de travail, en expérimentant des façons de se relier au monde, et par là aussi aux autres et à elles-mêmes » (p. 28). On voit bien l’intention anthropologique qui veut cerner la nature du « vrai boulot » comme « rapport personnel entretenu avec des éléments d’un ‘faisceau de tâches’«  (p. 9), comme moment où « les travailleurs inventent, ou réinventent, un accord – souvent rythmique – avec leur travail » (p. 33) ; intention qui implique une mise à distance avec la manière d’évaluer globalement le travail en termes de poste, de statut d’emploi ou de salaire. Il s’agit alors de réinterroger une tradition critique telle que l’a développée le père fondateur de la discipline qu’est la sociologie du travail, à savoir G. Friedmann.

3Dans son deuxième chapitre – « G. Friedmann, les sociologues et le travail perdu » –, A. Bidet met à l’épreuve la pensée de G. Friedmann dans son évolution et dans les répercussions qu’elle a pu avoir et qu’elle a encore sur la sociologie du travail. Parcours critique complexe en plus de 85 pages où, des Problèmes humains du machinisme à Sept études sur l’homme et la technique, il s’agit de dégager les principes épistémologiques, sociaux, politiques et moraux d’une pensée qui, comme l’affirme A. Bidet, n’a eu « de cesse de reprendre les mêmes développements » (p. 64). La lecture critique se fait en cinq temps : genèse de la critique humaniste qui qualifie la posture de Friedmann ; mode de description du travail industriel à partir de l’atelier d’usine ; élaboration d’une anthropologie normative à partir de la conception de l’action, notamment politique ; production d’une conception de l’économie où l’hétéronomie et la réduction de la peine générée par le travail sont structurantes d’une revendication constante quant à la nécessaire humanisation du travail ; valorisation du travail artisanal comme nostalgie ou comme expression de « ce qui a été perdu ». Bref, un passage en revue appuyé, très argumenté et qui cherche à situer les apports des héritiers, que ce soit ceux qui parlent de « modèles productifs » et de l’intensification du travail pour continuer un questionnement diachronique, ou ceux qui, de manière plus philosophique, cherchent à mettre en avant l’« hégémonie de l’hétéronomie sur l’autonomie » dans le travail. Les apports majeurs de la pensée friedmanienne sont ambigus ; s’ils cherchent à rendre compte des transformations du travail, c’est en privilégiant la norme salariale sur le contenu du travail lui-même, ce qui fait « disparaître l’opération technique ». En mobilisant les anthropologues des techniques – Simondon principalement – ou un lecteur critique comme P. Rolle, A. Bidet souligne le « prisme bien précis » qui traverse l’œuvre de Friedmann, à savoir « celui du degré d’adhésion du travailleur à la norme productive » (p. 130). Se serait ainsi développée « une sociologie des ‘attitudes ouvrières’, à laquelle la notion d’autonomie a semblé offrir une clef de passage vers la ‘question sociale’«  (idem). Elle relève comment l’affirmation d’une autonomie dans le travail est réductrice, à travers le rapport salarial, d’un autre questionnement centré sur la prise en compte de la « diversité des formes de technicité passées et présentes ». Cet oubli comporte un risque majeur pour le sociologue, c’est celui de la « réduction du travail à une désutilité, ou du moins à l’épreuve d’une perte » (p. 131). Il faut dès lors prendre la plus nette distance par rapport à cette anthropologie du travail trop centrée sur une vision idéalisée du travail artisanal et la « question de l’intégrité perdue ou recomposée du travail » pour « suivre l’engagement des travailleurs » (p. 4). Il faut dès lors rendre compte des manières dont la sociologie du travail depuis les années 80 a cherché à saisir le travail comme activité, comme accomplissement, plus encore comme opération technique. Pour saisir la variété des formes d’engagement du travail en personne.

4C’est le titre du troisième chapitre – « Qu’est-ce que travailler en personne ? » – qui est centré sur la relecture de quatre contributions parues dans la revue Sociologie du travail entre 1972 et 1988 et qui toutes cristallisent la démarche friedmannienne du travail autour du prisme salarial et de l’autonomie. Ces quatre contributions permettent à l’auteure de passer en revue les figures de l’acte de travail dans la sociologie du travail française de cette période : le travail est analysé comme une activité informelle avec comme mode d’engagement dans le travail la transgression (A. Borzeix, D. Linhart, 1988, « La participation : un clair-obscur ») ; avec Ph. Bernoux (1972, « Les OS face à l’organisation industrielle »), le travail est une activité productive, à travers la figure du freinage comme forme d’engagement d’une autonomie revendiquée. Le même Ph. Bernoux quelques années plus tard (1979, « La résistance ouvrière à la rationalisation : la réappropriation du travail ») développe le caractère incarné du travail comme forme d’appropriation personnelle où l’engagement majeur est l’attachement à la machine ; l’analyse ici met plus en évidence les zones d’autonomie que génère cette incarnation. Enfin, le travail est, pour C. Chabaud et G. de Terssac (1987, « Du marbre à l’écran : rigidité des prescriptions et régulations de l’allure de travail »), un mode d’accomplissement pratique avec une forme d’engagement qui définit l’autonomie par sa capacité d’inventer. Ce travail de relecture amène A. Bidet à mettre en évidence la façon dont « s’opère un enrichissement graduel de la description du travail, qui l’éloigne de l’identification au poste » (p. 159) pour réinterroger le récit dominant de la sociologie du travail en France autour de la relation travail-déterminisme technologique. Elle a généré un déplacement que P. Tripier a bien analysé, à savoir que devant le fait technologique, on est passé d’une sociologie de la situation de travail à une sociologie du travailleur, où on a privilégié les « sphères d’existence des individus » (p. 160). Au point que la sociologie du travail a réduit le rapport à la technique à une « réalité homogène » ou à une « simple expression du travailleur » (p. 163), oubliant ainsi la nécessité de rendre compte de ce dont le travail est porteur, un « rapport opératoire au monde ». Pour dépasser cette limite de la sociologie du travail, A. Bidet – et c’est l’enjeu du chapitre – propose de nous emmener vers une autre manière de concevoir le travail, comme opération technique et comme mode d’engagement qui place au centre une anthropologie de l’individuation. L’enjeu épistémologique, c’est de considérer le travail comme « la façon propre à l’homme de problématiser son rapport à son milieu de vie, c’est-à-dire aussi de s’inventer » (p. 165). En faisant appel à l’anthropologie technique (Simondon, Leroi-Gourhan, en filigrane B. Latour) et à la tradition pragmatiste, elle cherche à dépasser la lecture critique du paradigme friedmannien et ses avatars « autonomistes » pour proposer une théorisation de l’individuation à partir des actes techniques constitutifs d’un milieu de vie. C’est l’« agir créatif » qui « ouvre à l’individu la possibilité d’un devenir » (p. 167). Le retour vers l’acte de travail comme opération technique est indissociable de la genèse d’un milieu de vie.

5C’est à décrire ce milieu de vie qu’est consacré le chapitre 4 – « Genèse d’un milieu de travail. Le trafic téléphonique, nouvel objet économique » –, chapitre qui permet à A. Bidet de nous faire entrer dans son enquête et de préciser comment elle a fait ses choix méthodologiques. D’abord, il s’agit par un processus de description forte de nous faire entrer dans le « monde écran » de la téléphonie, ses flux, son trafic, ses téléactions. Typique de l’automation, ce milieu pose des problèmes de mesure, de supervision, de « chasse au trafic inefficace », de nouvelle unité de compte, de commutateurs, de « mise en carte », d’exploration mais aussi de travail de guet pour « voir »… bref pour saisir comment se constitue un « monde-écran » comme cadre aux représentations du trafic mais plus encore comme émergence d’une communauté de pratique suite au passage des centraux électromécaniques à ceux qui sont électroniques. La notion de téléaction joue ici un rôle central puisque l’« invention de l’action » se fait « à distance » (p. 213), le milieu de travail étant structuré plus par des formes de circulation économique que par des différences entre groupes professionnels. Au point que dans le travail de supervision qu’exige le « monde-écran », la nouvelle scène est résolument technique et économique, les agents étant amenés à « passer d’une logique de protection du réseau à une logique de modification de celui-ci, leur conférant ainsi une responsabilité inédite ». L’épreuve qui caractérise ce milieu de travail consiste alors à savoir « prendre la main » sur le trafic, à mettre en avant la notion de motricité pour qualifier l’opération de travail. Comment alors rendre compte méthodologiquement de cette opération ? C’est la seconde partie du chapitre qui permet de préciser la manière dont A. Bidet a choisi de mener à bien une démarche influencée par l’anthropologie technique et le pragmatisme. En précisant en quoi l’enquête a consisté, comment les entretiens réalisés auprès d’une quinzaine d’agents ont fait l’objet d’une analyse de contenu lexicographique, A. Bidet nous présente ce qui est constitutif de deux styles, deux façons d’accéder à un travail, celui des « guetteurs » davantage centrés sur les objets techniques « à la matérialité franche » et celui des « explorateurs » monopolisant les processus plus abstraits de téléactions. La fabrique du trafic téléphonique permet de rendre compte du travail en acte ou encore du « vrai boulot ».

6Les deux chapitres qui suivent sont dès lors consacrés à entrer dans chacun des mondes, celui des téléactions et de l’exploration du monde numérique et celui de la mise à distance par rapport au réseau, au « monde-écran », un monde plus technique. Pour exposer les composantes du premier monde, celui des explorateurs du monde numérique (chapitre 5), l’auteure analyse en cinq moments le contenu du travail à travers les opérations de motricité et de narrativité : comment se développe de l’aisance dans les téléactions ? Quelle mise en récit le réseau engendre-t-il ? Quelle représentation le trafic téléphonique produit-il comme croyance ? Comment interagissent les abstractions qui sont générées par le trafic ? Que signifie l’opération qui consiste à circuler en quête du trafic en développant un travail qui cherche à « être dedans » ? En réinterrogeant l’automation et sa fameuse perte de contrôle sur l’outil, il s’agit ici de repérer ce qui fait du réseau téléphonique un « lieu inédit, indissociable d’une circulation continue, via des téléactions et des récits, parmi ses automatismes » (p. 245). Tout au long de ce chapitre, A. Bidet va mobiliser une approche écologique qui lui permet de repenser non seulement la socialité depuis la motricité mais de tenir le pari de rendre compte d’une créativité de l’agir telle que Hans Joas la cernait autour de l’articulation « situation/corporéité/ socialité » et telle qu’elle permet de tenir compte des émotions et du travail de circulation que développent les explorateurs. Cela permet de déplacer la « focale d’une interrogation ontologique sur le réel vers l’étude des processus de réalisation » (p. 293), soit vers l’engagement dans une activité qui consiste à être pleinement « dedans » le trafic téléphonique, comme un travail en personne.

7Le chapitre consacré aux « guetteurs » inventorie un autre style. Ici, il s’agit bien plus de tenir à distance le monde-écran, de construire un rapport au réseau qui se centre sur l’activité, de valoriser un savoir technique, se référant plus aux univers mécaniques. Les guetteurs sont perplexes devant le monde-écran, ils sont critiques vis-à-vis des abstractions de celui-ci ; ils pratiquent une division du travail tacite avec les explorateurs et ils énoncent une conception critique du rapport au travail qui donne une importance majeure aux activités à-côté. Alors que les explorateurs étaient puissamment « dans » le monde-écran, les guetteurs sont « en dehors ». Cette opposition renvoie à des opérations de mise à distance par rapport à l’abstraction d’un monde automatisé, à la désorientation qu’il provoque, mais aussi de valorisation de ce qu’A. Bidet nomme des espaces d’engagement actif – « fabriquer et réparer, programmer et dépanner » (p. 310) – qui assurent un cadre au travail des guetteurs et un mode de division du travail avec les explorateurs.

8Pour résumer, pour les guetteurs, superviser consiste avant tout à vérifier « ce qu’on peut voir », à réagir à des irrégularités alors que pour les explorateurs, il s’agit de se saisir du réseau en train de se faire, de sa dynamique. Les espaces d’activité se différencient par des rythmes disjoints, instaurant de manière tacite une division du travail. La référence au collectif fait sens pour les guetteurs, les amènent à monter en généralité et à développer un sens critique par rapport au monde-écran. La vie est résolument « ailleurs » et les guetteurs tiennent à distance la supervision non comme une forme de nostalgie d’un travail mécanique perdu mais comme la forme d’engagement dans l’activité (p. 243). Ce chapitre plus que le précédent est marqué par un va-et-vient continu entre les attitudes des guetteurs et des explorateurs, comparaison qui permet à A. Bidet de spécifier l’opposition entre une « motricité industrielle, associée à des technologies mécaniques, et une motricité électronique plus spécifiquement contemporaine » (p. 345). Les effets de trajectoire comme ceux de posture viennent conforter deux « formes de vie », deux styles différents d’engagement dans le travail où « chacun expérimente ainsi une situation technique et sociale marquée par une fluidité accrue » (p. 349).

9La conclusion générale de l’ouvrage ne manque pas de souffle puisqu’elle revient sur le problème essentiel de la sociologie du travail, à savoir comment tenir l’explication qui conjugue milieu ou situation de travail et nature du travail. Ce travail d’élucidation permet à A. Bidet de poser la « question des figures émergeantes du travail, de plus en plus à l’étroit dans les notions de métier et de poste taylorien, mais aussi de profession, qui éclipsent le travail en train de se faire » (p. 42). C’est qu’il s’agit de privilégier une « valorisation des formes de socialité, à mesure qu’elles se construisent dans le travail ». A. Bidet résume bien la perspective qu’elle a cherché à dégager à partir d’un regard anthropologique « qui saisit le travail à travers la question de l’insertion dans l’existence » (p. 5). Perspective qui permet de montrer l’importance d’étudier « ce qui importe aux personnes » et qui ouvre un nouveau champ de travail pour la sociologie du même nom, « celui des liens entre cette genèse normative et la validation sociale du travail » (p. 5). Alors la question du « vrai boulot », de « ce que vaut le travail et ce qui vaut travail » bouleverse les anciennes manières d’analyser le travail. Ainsi, en ayant choisi de privilégier un questionnement anthropologique, A. Bidet insiste sur la pertinence de la catégorie de « vrai boulot », celle-ci permettant d’examiner les « valorisations émergeant du travail en train de se faire » (p. 352) et les styles ou les formes de vie qu’il génère. L’objectif est atteint puisque cette posture analytique permet de sortir de la confusion du prisme salarial qui ne distingue pas acte productif et figures sociales du travail. Ainsi, « face aux récits classiques sur le travail, le vrai boulot est une fenêtre ouverte sur un champ d’expérience : le renouveau des figures sociales du travail » (p. 364-365).

10On sort de la lecture de ce livre à la fois ébloui et dubitatif. Ébloui par la maîtrise de l’auteure dans son argumentation, dans ses enchaînements démonstratifs, dans l’appareil critique – précision des notes de bas de page, réalisation d’un glossaire qui reprend l’ensemble des actes techniques qui configurent le monde-écran. Ébloui aussi par l’énergie qu’elle met à vouloir recentrer sa démarche sur l’acte de travail comme technique et comme rapport anthropologique au monde et ce jusqu’à l’obsession. C’est justement là que le bât blesse.

11Dubitatif vis-à-vis du sens général qui résulte du travail d’enquête. A Bidet cherche à dépasser les nostalgies du travail artisanal et son image de « vrai travail » pour démontrer qu’entre les explorateurs et les guetteurs le rapport au monde-écran est labile et qu’il ne se résume pas tout entier à un échange de fluides ni à des opérations de maintien des instruments. Mais le caractère parfois virevoltant du changement de registre analytique, la multiplicité des citations, des références a pour effet de diluer le propos, de faire perdre le fil de la démonstration. La mobilisation d’auteurs tels que Hans Joas, Leroi-Gourhan, Isaac Joseph, Luc Boltanski-Laurent Thévenot, Richard Sennett, Bruno Latour… ne nous permet pas toujours de suivre l’auteure dans ses pérégrinations et sa volonté de donner à la sociologie du travail un nouveau contour. Ainsi aurait-on aimé que B. Latour soit plus utilisé pour effectuer le travail d’association que tente A. Bidet et du « panorama » ou du « Grand Récit » dont est porteur le concept de travail.

12Autre aspect qui pose problème, le renvoi au milieu de vie. Le binôme « être dedans/activités à côté » présente une opposition de style qui renvoie tout compte fait au travail sur L’ouvrier de l’abondance de Goldthorpe et Lockwood – jamais cité – qui donnait à l’engagement dans le travail une dimension instrumentale. Pour la réalisation d’une autonomie hors travail. Aussi l’opposition entre « être à fond » et « être dehors » porte implicitement un retour sur ce qu’est l’autonomie, concept dont on ne se débarrasse pas si facilement.

13Mais ce qui est frappant, c’est que cet immense effort de clarification et de critique par rapport à la sociologie du travail friedmanienne aboutit à un retour en force d’une explication qui, si elle cherche à en éviter les pièges, n’en demeure pas moins déterministe. Le prix à payer à vouloir de manière répétée – voire obsessionnelle – ne pas oublier l’acte technique consiste à réintroduire subrepticement un déterminisme technologique où les deux styles, deux façons d’accéder à un travail, celui des « guetteurs » plus centrés sur les objets techniques « à la matérialité franche » se distinguent de celui des « explorateurs » qui sont devant des écrans monopolisant les processus plus abstraits de téléactions. Le lecteur critique pourra dire avec humour « tout ça pour ça ! ».

14Si l’auteure ne veut pas « refonder une critique du travail » (p. 42), il n’en reste pas moins qu’elle n’a pas résolu pour autant le rapport hétéronomie/autonomie dans le travail et qu’elle laisse en surplomb un rapport social salarial dont on peut supposer qu’il différencie les guetteurs et les explorateurs. Il y a là un singulier silence sur ce que Marx considérait comme une part non négligeable de l’engagement dans le travail. Mais cette critique est souvent adressée à une sociologie pragmatiste qui « oublie » le caractère social des rapports de travail. C’est sans doute une de ses limites qui fait que le rapport personnel au travail finit par occulter les effets de la division du travail et du pouvoir de ceux qui l’orchestrent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Francq, « Alexandra Bidet, L’engagement dans le travail. Qu’est-ce que le vrai boulot ? », La nouvelle revue du travail [En ligne], 2 | 2013, mis en ligne le 30 mars 2013, consulté le 28 septembre 2016. URL : http://nrt.revues.org/574

Haut de page

Auteur

Bernard Francq

Cridis/Iacchos/UCL, membre associé au Centre d’Analyse et D’Intervention Sociologique (CADIS/EHESS/Paris)

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org