Navigation – Plan du site
Recensions et notes critiques

Sophie Bernard, Être caissière (caissier), Yan Dalla Pria & Nathalie Leroux, Être organisateur d’évènements sportifs, Marie-Christine Le Floch, Être éducateur(trice) de jeunes enfants

François Aballea
Référence(s) :

Sophie Bernard, Être caissière (caissier), Lyon, Éditions Lieux Dits, collection Être, 2011, 112 p.

Yan Dalla Pria, Nathalie Leroux, Être organisateur d’évènements sportifs, Lyon, Éditions Lieux Dits, collection Être, 2011, 112 p.

Marie-Christine Le Floch, Être éducateur(trice) de jeunes enfants, Lyon, Éditions Lieux Dits, collection Être, 2011, 112 p.

Texte intégral

1Qu’un éditeur crée une collection pour présenter un panel de métiers à destination de jeunes en recherche d’une orientation professionnelle, d’adultes désireux de se reconvertir ou de spécialistes de l’orientation afin de leur procurer une information sur des emplois possibles n’est pas nouveau. Qu’il s’intéresse explicitement aux divers métiers, notamment aux métiers de service et de la relation, surtout à ceux qui ne font pas souvent l’actualité médiatique ou scientifique, est sans doute plus rare sinon plus original. Qu’il fasse appel à des sociologues du travail est exceptionnel. Or, c’est justement ce que proposent les Éditions Lieux Dits avec leur collection « Être » qui ont fait paraître une douzaine de titres concernant des métiers aussi divers que aide-soignante, agent publicitaire, vétérinaire, pompier, militaire de carrière, artiste de cirque, etc. Dès lors, ces ouvrages au format strictement conditionné, 112 pages, abondamment illustrés, structurés autour de la présentation du secteur, de l’analyse des activités, de la présentation de la formation et des trajectoires et centrés sur le témoignage de la pratique quotidienne, s’avèrent avoir une teneur que l’on ne trouve guère dans les documentations habituelles. Ils ne se contentent pas en effet d’être informatifs et pratiques, ils se veulent réflexifs. Nous n’allons pas ici les présenter dans le détail. La question que pose une telle entreprise du point de vue d’une revue académique à vocation scientifique comme celle qui recueille ces recensions est celle de la capacité des sociologues à vulgariser leur savoir sans le dénaturer compte tenu des contraintes éditoriales et du canevas qui leur sont imposés.

2Pour essayer d’y répondre, nous avons analysé trois de ces ouvrages : Être caissière (caissier) de Sophie Bernard, Être organisateur d’évènements sportifs de Yan Dalla Pria et Nathalie Leroux, Être éducateur(trice) de jeunes enfants de Marie-Christine Le Floch, les quatre auteurs étant maîtres de conférences en sociologie et reprenant pour ce faire leurs travaux de thèse ou/et de recherche. Ce qui frappe immédiatement le lecteur sociologue, c’est l’absence de vocabulaire et de références sociologiques habituels, notamment celles de la sociologie des professions et du travail ou des organisations, comme si les auteurs cherchaient à se faire oublier ou craignaient de rebuter leurs lecteurs « profanes » par un discours « savant ». Mais le professionnel n’aura pas de peine à retrouver les références implicites de sa discipline, ses concepts, les controverses ou les débats qui l’animent et plus généralement le cadre paradigmatique de l’auteur. Il trouvera ici une belle illustration du « passage à travers le miroir », là un bon exemple de « turning point », ailleurs un exemple typique des tensions entre qualification et compétence ou de valorisation de compétences sociales, ailleurs encore une analyse exemplaire d’un remaniement identitaire ou d’une segmentation d’un groupe professionnel. Il ne s’agit pas en effet dans ces ouvrages d’une simple description du métier, de témoignages pris sur le vif, de l’inventaire des formations à suivre, de la présentation des opportunités promotionnelles, mais bien d’une observation induite par un questionnement élaboré mettant au jour les décalage entre le travail prescrit et le travail réel, le formel et l’informel, sinon les représentations et la réalité, et d’une présentation sous-tendue par les acquis ou les interrogations de la discipline. Chaque ouvrage réinscrit le secteur professionnel dans son contexte économique et politique, le métier dans son système de régulation conventionnel et dans la division du travail, les conflits de frontières et de légitimité, les assignations de genre. Chacun met au jour les logiques et les contraintes organisationnelles, et présente les acteurs dans la dynamique de leurs trajectoires sociale, formative et professionnelle, et au travers des qualifications et des compétences nécessaires...

3Pour autant, tous les ouvrages ne se ressemblent pas. Cela ne tient pas seulement à ce que les métiers présentés sont différents, ont des histoires diverses et une ancienneté plus ou moins grande. Mais les auteurs choisissent de mettre l’accent plutôt sur un point que sur un autre. Organisateur d’évènements sportifs, ou plus spécialement chef de projet en agence, est un métier récent. Les auteurs ont choisi d’insister sur la structuration du secteur et sur le contexte de son émergence dans les années 1990, à la croisée du développement des opérations de communication tant internes qu’externes des entreprises et de la valorisation de l’image du sport dans les imaginaires (challenge, solidarité, dépassement de soi, abnégation...) et le développement de sa pratique. Une bonne complémentarité entre la logique de la compétence et la logique de la qualification est centrale pour réussir dans ce métier. Car si l’accent est mis sur l’impérieux amour du sport, sinon sur la vocation, sur le sens du contact et de la relation, la maîtrise de savoirs en gestion, marketing et organisation, à un niveau bac + 5, est indispensable. Le métier est peu régulé, polyfonctionnel, convivial mais stressant ; l’implication subjective est obligatoire ; la porosité des temps sociaux et le déversement du travail sur le hors-travail y sont exacerbés ; les trajectoires sont courtes et les carrières quasi inexistantes du fait de la taille petite ou modeste de la plupart des agences aux organigrammes plats. La nécessité d’une reconversion voire d’un remaniement identitaire pointe à l’horizon. La discrimination sexuelle est faible. Il en va tout autrement dans le métier de caissière. Mais ce n’est pas tant sur cette caractéristique que Sophie Bernard met l’accent que sur l’exercice concret du métier au quotidien. Il s’agit en effet d’un métier en apparence connu, simple, répétitif, peu impliquant, ne réclamant que peu de compétences et encore moins de qualifications. L’auteure, en s’intéressant non seulement à la scène mais aussi aux coulisses, montre au contraire la nécessaire maîtrise de savoir-faire et de savoir être spécifiques, et décrit les apprentissages nécessaires pour les acquérir. Ici pas de vocation ni d’amour du métier mais hasard et nécessité ; pas de carrière ni même de trajectoire, mais des opportunités aléatoires ou de la résignation ; pas de solidarité fusionnelle, mais une entraide pragmatique ; pas d’identité affinitaire ou de négociation, mais souvent retrait sur un hors-travail perturbé par des horaires atypiques et les impératifs de la flexibilité de l’organisation. Mais le travail n’est pas régulé seulement par l’organisation, il l’est aussi par le client. La caissière est constamment soumise à cette double contrainte dont elle doit apprendre à se distancier pour » tenir » en expérimentant des formes diverses de résistance. Il en va de même pour les éducateur(trice)s de jeunes enfants qui subissent eux aussi les contrecoups des contraintes professionnelles et sociales des parents qui leur confient leur progéniture. Avec deux différences toutefois sur lesquelles insiste Marie-Christine Le Floch : le métier est rarement choisi par défaut, même si le choix de préparer le concours d’EJE traduit parfois le refus d’une scolarisation longue dans le supérieur, et le métier est véritablement un métier reposant sur une qualification certifiée et un titre reconnu voire un statut assuré, ouvrant sur des emplois relativement variés. Pour autant, il ne met pas à l’abri des désillusions, le contact avec le terrain, les enfants, notamment dans les crèches ou les maisons de l’enfance – qui reste la figure canonique du métier – est parfois déroutant. Le métier devient vite fatiguant avec l’âge et les orientations de carrière vers les activités de direction de structures restent limitées. Surtout, insiste Marie-Chrisrine Le Floch, le contexte social, économique et politique, la restriction des crédits, la mise en concurrence du service public avec des structures privées et la garde à domicile des assistantes maternelles, l’augmentation règlementaire du nombre d’enfants en charge, l’intensification de l’activité, rendent l’avenir incertain et génèrent une certaine inquiétude dans le présent.

4Si les référentiels théoriques sous-jacents sont transparents dans les trois ouvrages analysés, notamment dans le dernier qui, de ce point de vue, pourra sembler un modèle du genre, ces divers livres ne sont pas, à proprement parler, des ouvrages de sociologie. Ils se veulent des écrits à finalités informatives et pratiques, des aides à l’orientation. Ceci explique sans doute que certaines approches ou certaines caractéristiques du métier soient peu abordées. Yan DallaPria et Nathalie Leroux insistent peu par exemple sur les processus de professionnalisation des organisateurs d’évènements sportifs, métier pourtant nouveau et encore en voie de constitution. Sophie Bernard souligne peu comment le client est rationnellement instrumentalisé par l’organisation pour intensifier le travail des caissières externalisant sur le consommateur une partie de la création de la valeur. Marie-Christine Le Floch resitue relativement peu le métier d’EJE par rapport aux évolutions en cours du travail social et les logiques de déprofessionnalisation sinon de déqualification à l’oeuvre.

5Mettre à disposition d’un public profane un savoir reconnu et des connaissances validées, apporter un éclairage nouveau produit par des cadres théoriques et une recherche éprouvés, mettre au jour d’une façon rigoureuse des aspects méconnus d’un métier et en permettre l’appropriation par des non sociologues ou des non spécialistes, porter un autre regard sur les métiers, plus distancié sinon plus critique, tel est l’objectif de cette collection « Être ». Et pour ce faire, la sociologie est convoquée. Cette reconnaissance n’est pas si fréquente pour qu’elle ne soit pas saluée. Si l’on veut que la sociologie serve à quelque chose et soit utile dans être utilitaire, réflexive sans être absconse, rigoureuse sans être suspicieuse, critique sans être dénonciatrice, l’apport des sociologues à cette collection est essentiel. Mais l’entreprise n’est pas sans risques. Faire de la sociologie sans en avoir l’air mais en le sachant et en se soumettant à des contraintes qui cadrent mal avec celles qui s’imposent généralement au sociologue suppose une grande maîtrise de la discipline. L’exercice n’est pas aisé. Il pourra sans doute paraître frustrant. Les trois ouvrages présentés succinctement ici montrent qu’il peut être réussi.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Aballea, « Sophie Bernard, Être caissière (caissier), Yan Dalla Pria & Nathalie Leroux, Être organisateur d’évènements sportifs, Marie-Christine Le Floch, Être éducateur(trice) de jeunes enfants », La nouvelle revue du travail [En ligne], 2 | 2013, mis en ligne le 30 mars 2013, consulté le 24 juin 2017. URL : http://nrt.revues.org/579

Haut de page

Auteur

François Aballea

Université de Rouen

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org