Navigation – Plan du site
Recensions et notes critiques

Delphine Corteel & Stephane Lelay (dirs), Les Travailleurs des déchets

Paul Bouffartigue
Référence(s) :

Delphine Corteel, Stephane Lelay (dirs), Les Travailleurs des déchets, Préface d’Alain Corbin, Érès, collection Clinique du travail, 2011, 331 p.

Texte intégral

1Douzième titre de la jeune et remarquable collection dirigée par Yves Clot et Dominique Luillier, un ouvrage passionnant est publié par Érès autour de la figure paradigmatique du « sale boulot » : la collecte, la transformation et l’élimination des déchets. Qu’il soit « organique, végétal, animal ou humain », Alain Corbin nous rappelle dans la Préface qu’il « figure l’ordure par excellence, tout simplement parce qu’il traduit l’angoisse de la mort, celle que suscitent la vue et le contact de la décomposition » (p. 7). Le grand nombre et la diversité des spécialistes mobilisés – sociologues, historiens, anthropologues, psychologues, géographes… – et la variété des entrées dans le sujet – qui nous emmènent souvent dans le Paris contemporain, mais aussi dans celui du xixe siècle, dans la ville du Caire, celle de San Luis Potosi au Mexique, la région de Naples ; principalement parmi les éboueurs, mais aussi chez les paysans recyclant les eaux usées, les égoutiers et les travailleurs des morgues : un tel foisonnement pouvait faire craindre l’éclectisme. Il n’en est rien. Les auteurs ont gagné leur pari : contribuer à mieux comprendre le travail et nos sociétés, à partir de ses zones d’ombres et des processus de mise à l’écart qui y sont associés.

2Dominique Luillier nous rappelle combien le déchet organique est créateur d’angoisse, inspire le dégoût, la répulsion, voire l’effroi. Il provoque ce que Freud désigne comme « travail du négatif » (opérations psychiques défensives : refoulement, dénégation, déni), ainsi que du « travail sur le négatif » (p. 35). Ces sentiments sont projetés sur ceux qui manipulent les déchets. « Le déchet, le sale, la puanteur, collent à la peau » (p. 42). Comment donc exorciser dévaluation de soi et stigmatisation ? Comment tenir dans ces métiers cumulant pénibilités et risques professionnels avec une dévalorisation sociale et symbolique si marquée ? Alors que la question des déchets touche à des dimensions fondamentales du fonctionnement des sociétés, qu’elles soient matérielles, économiques, politiques et symboliques – l’ensemble du livre en offre mille illustrations –, elle a été fort peu étudiée par les sciences sociales, et par la sociologie en particulier. Sa stigmatisation symbolique est en effet redoublée par sa stigmatisation académique. On sait que le prestige du sociologue tend à s’indexer sur celui de ses objets. Etudier les juges, les médecins, les élites est autrement bien vu que se plonger dans le monde de la prostitution ou des éboueurs.

3Enjeu économique et politique majeur, le cycle des déchets est appréhendé dans la première des trois parties de l’ouvrage du point de vue de sa place dans l’espace public.

4On y prend d’abord la mesure du poids économique des chiffonniers dans le Paris du xixe siècle (Sabine Barles). Parce que la production de papiers explose, la demande en collecte des chiffons d’origine végétale s’accroît de même, du moins jusqu’à la mise au point de papeteries utilisant des pâtes à base de bois vers 1870-1880. De même, l’os animal verra sa demande décuplée avec le « boom » de la betterave sucrière, dont le sirop exige du noir animal pour sa décoloration. Il y aurait ainsi eu jusqu’à 40 à 50 000 chiffonniers dans la capitale, lesquels connaissaient une grande diversité, hiérarchisée, de situations. Une minorité est « enregistrée » auprès de la préfecture de police ; le « placier » bénéficie d’une activité sédentarisée dans un quartier, contrairement au « coureur » ; certains en tirent des revenus supérieurs à la moyenne des ouvriers. La profession disparaîtra progressivement de la capitale – son interdiction finale date de 1946 – sous le double effet du tarissement de la demande et de la transformation du domaine du nettoiement, dont le fameux arrêté du préfet Poubelle (1883) est le signe le plus visible.

5Les chapitres portant sur les cas contemporains (ville du Caire, par Bénédicte Florin ; région de Naples, par Carlotta Caputto ; ville de San Luis Potosi au Mexique, par Claudia Cirelli), permettent de mettre l’accent sur d’importants conflits sociaux provoqués par les réorganisations des dispositifs de traitement et d’élimination des déchets urbains. Au Caire, jusqu’en 2002, une bonne partie de la gestion des déchets est encore confiée aux « zabbalins », au nombre de 100 000, composante de la minorité chrétienne des coptes, en tant que telle seule à pouvoir élever et consommer de la viande de porc. À compter de cette date, elle est déléguée à des sociétés privées européennes et égyptiennes. En 2009, l’abattage total des cochons est ordonné, sous un prétexte sanitaire, mais en réalité pour des raisons politiques. Ces animaux ingurgitant 40 % des matières organiques collectées en ville, le coup aurait pu être fatal à l’existence même des « zabbalins ». Or, au prix de stratégies de résistance et d’adaptation, une partie de ces derniers survit via la signature de contrats de sous-traitance. Dans la région de Naples, ce sont les représentations des habitants au regard des déchets qui sont passées au peigne fin de l’anthropologie. Il font l’objet d’une classification selon leur dangerosité et selon l’urgence de leur élimination, et leur perception est très liée à celle de la classe dirigeante locale : plus cette dernière est discréditée, plus ils sont vus comme dangereux : « Lorsque les individus se montrent confiants ou non critiques à l’égard de la classe politique locale, la dichotomie dangereux/sûr diminue et la perception d’urgence change : les déchets deviennent tous pareils et potentiellement inoffensifs » (p. 112). Quant à la figure du paysan-recycleur des effluents urbains, disparue des périphéries urbaines européennes et occidentales, elle est encore très présente au Mexique, où elle a été valorisée socialement comme ressource agronomique et légitimée par le droit. Depuis les années 1990, les réformes dans le secteur de l’assainissement ont ouvert la voie à des entreprises privées et à de nouvelles technologies, suscitant une résistance des paysans-recycleurs qui cherchent à négocier leur insertion dans ce nouveau cadre.

6La seconde partie du livre est centrée sur les conditions de travail des éboueurs. Elles sont appréhendées avec les ressources de l’ergonomie (Serge Volkoff et Valérie Pueyo ; Thierry Morlet), de l’observation participante (Frédéric Michel) et de la clinique de l’activité (Nadine Poussin). En présentant le Ripeur comme « un travail d’aujourd’hui », les premiers auteurs insistent sur le fait que ce métier n’est pas un anachronisme, mais au contraire très représentatif des contraintes dans le travail d’aujourd’hui, telles qu’elles seront déclinées de manière très convergente dans les chapitres suivants : sollicitations physiques, gestion complexe des contraintes de rythme, préservation d’une harmonie au sein de l’équipe, prégnance des inter-actions avec les usagers. En nous décrivant sa première journée de travail en tant qu’éboueur au sein d’une entreprise privée en Belgique, F. Michel nous livre un témoignage convaincant de son extrême pénibilité. Il nous montre le rôle majeur qu’y joue la virilité – le « courage viril » – comme valeur donnant sens à cet univers professionnel. L’une des fonctions de la virilité est de protéger les jeunes recrues, en dissuadant les moins solides de s’engager dans le métier. Quant à Nadine Poussin, elle nous livre une démonstration remarquable de la puissance de la clinique de l’activité pour mettre au jour les conditions de l’ « élaboration collective du geste de métier ». Dans certains cas, les « bricoles » ou astuces inventées par les travailleurs pour être plus efficaces dans leur activité, notamment par reconversion des déchets comme outils de travail – les « raclettes », qui sont des pelles faites avec des cartons, ou des « barrages » utilisés lors du lavage des rues et confectionnés avec des morceaux de moquettes – font l’objet d’usages variables et de discussions entre eux. C’est le cas quand il y a des outils qui sont clairement prescrits par la hiérarchie, mais qui ne sont pas utilisés dans certaines situations car il n’y sont pas adaptés : « c’est justement parce qu’il y a un outil prescrit qu’une variabilité des usages de celui-ci et son éventuel remplacement par un outil fabriqué à partir des déchets peuvent se développer » (p. 198). Dans d’autres cas, quand la prescription est floue – par exemple quand, officiellement, telle pratique est interdite, mais qu’elle est tolérée en pratique – elle reste alors une transgression et ne peut pas faire l’objet d’élaboration collective, elle ne peut faire retour sur la prescription pour la modifier.

7La troisième et dernière partie du livre traite plus frontalement des identités professionnelles : « comment peut-on être travailleur des déchets », c’est-à-dire faire avec la dévalorisation sociale associée à la catégorie de déchets ? Dans la ville de Sao Polo (Angelo Soares), ce sont des migrants venus du Nord Est du pays – les nordestinos – qui occupent généralement ces emplois quand « toutes les autres portes se sont fermées ». Mais ce n’est pas un emploi situé tout en bas de l’échelle : il a le double avantage relatif d’être formel (déclaré et donnant donc droit à protection sociale) et – argument avancé par ceux qui disent l’avoir choisi – offrant une certaine liberté : absence de surveillance hiérarchique, exercice à l’air libre, ces dimensions sont avancées par des éboueurs de divers pays. L’auteur insiste aussi sur le plaisir et la souffrance qui sont spécifiquement liés à l’exercice du métier dans l’espace public. Retour à Paris, mais des années 1950 aux années 1980 cette fois avec le texte de Barbara Prost sur les « saisonniers » immigrés parmi les éboueurs, dont la proportion montera jusqu’à 75 % dans les années 1970. Ces « saisonniers » sont en fait des non statutaires, auxquels la ville est contrainte de faire appel de manière croissante quand la main-d’œuvre nationale se détourne de l’emploi d’éboueur. Le retournement ultérieur de situation – aujourd’hui les étrangers sont moins de 40 % – tient à la fois aux effets des luttes puissantes conduites par la CGT dans les années 1970 pour l’alignement de la situation des non titulaires sur celle des titulaires, de la revalorisation du métier par la municipalité Chirac, et de l’extinction du recrutement de non titulaires. Isabelle Gernet et Stéphane Le Lay s’intéressent quant à eux aux effets de la pénétration des femmes, encore très marginale (3 % des effectifs), mais significative, et des accommodements nécessaires des conduites viriles, tant du côté des hommes que du côté des femmes. Chez ces dernières, il s’agit soit de se rendre invisible en tant que femme, au risque d’être perçue par les hommes comme une lesbienne « masculine », soit de bien faire son travail, « comme dans sa cuisine », au risque d’être dépréciée par les hommes. C’est à Agnès Jeanjean qu’il revient de conclure le livre en exposant un travail sur les égoutiers et les agents de la morgue, soit des travailleurs exposés aux figures les plus repoussantes ou sidérantes du déchet. On y retrouve la déclinaison des multiples stratégies et tactiques mobilisées par ces travailleurs pour faire face aux difficultés du travail et à la honte sociale, parmi lesquelles le recours à une seconde activité plus valorisante et le maintien des proches à distance de leur activité. L’expérience des égoutiers et des agents de la morgue est sans doute encore plus radicale que celle des éboueurs, parce qu’exercée en dehors de l’espace public ; leur champ d’activité est plus occulté encore ; et parce qu’ils peuvent moins développer des pratiques de récupération et de réhabilitation des objets traités.

8Le boulot le plus « sale » est le lieu d’un intense travail de lutte contre sa dévalorisation et de mise en sens afin de le rendre tenable et supportable. Des millions de personnes y sont plus que jamais mobilisées de par le monde, visibles ou invisibles, dans des activités formelles ou informelles, dans des sociétés où coexistent obsolescence accélérée des biens et économies de la survie. Les Travailleurs des déchets offre une invitation convaincante à s’intéresser de plus près à ces activités et à leurs travailleurs, envers et miroirs sans pitié des mondes du travail moins méconnus.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul Bouffartigue, « Delphine Corteel & Stephane Lelay (dirs), Les Travailleurs des déchets », La nouvelle revue du travail [En ligne], 2 | 2013, mis en ligne le 30 mars 2013, consulté le 22 mai 2017. URL : http://nrt.revues.org/586

Haut de page

Auteur

Paul Bouffartigue

CNRS/Université de Méditerranée

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org