Navigation – Plan du site
Recensions et notes critiques

Maxime Quijoux, Néolibéralisme et autogestion. L’expérience argentine

Maud Simonet
Référence(s) :

Maxime Quijoux, Néolibéralisme et autogestion. L’expérience argentine, Editions de L’IHEAL, coll. « Travaux et mémoires », 2011, 282 p., ISBN : 9782915310740.

Texte intégral

1Fondé sur une solide enquête de terrain dans deux usines argentines « récupérées » par les travailleurs, pour la plupart des travailleuses, l’ouvrage de Maxime Quijoux, Néolibéralisme et autogestion. L’expérience argentine, se lit avec un grand plaisir. Bien écrit, ce livre est également intelligemment construit. La première partie commence par le « récit des conditions d’enquête », pour reprendre l’expression de Daniel Bizeul (1998). Elle permet de saisir à la fois les méthodes d’enquêtes mobilisées pour étudier ces deux usines, Brukman et Global, devenue Nueva Esperanza, leur choix également, mais aussi les rapports du chercheur à son objet et à tout ce qu’il symbolise, à ses yeux, au moment où il entreprend sa recherche. Cet élan engagé vers l’objet que l’auteur nous dévoile sur un registre personnel mais jamais narcissique, il le réinscrit également dans un cadre plus large à travers l’analyse fine qu’il dresse du « retour de l’autogestion dans le débat français. » Il met alors en lumière la place qu’y tient l’« exemple argentin », édifié comme modèle, comme « icône de l’altermondialisation », enjeu de forts investissements, voire d’usages, à la fois scientifiques et politiques. Cette première partie est pour le moins habile. En nous mettant d’emblée, nous, lecteur français-sociologue, engagé(e)… face à des représentations de l’« usine argentine récupérée » que nous avons toutes les chances de partager, au moins en partie, Maxime Quijoux nous invite, sans le dire, à nous confronter à nos propres prénotions. Il nous prépare surtout, à travers cet exercice de réflexivité partagée et de déconstruction progressive, à entendre une tout autre histoire... Loin de la figure de l’ouvrier rebelle qui se dresse face au patronat et aux conditions de travail accompagnant le néolibéralisme, l’ouvrage dessine un portrait de travailleur bien différent et des relations de travail plus ambigües. À partir de son travail de terrain – une observation participante de huit mois étalés sur sept années, la fréquentation de l’une des deux coopératives comme travailleur bénévole et de nombreux entretiens – l’auteur montre, en effet, que ce sont des ouvrières et des ouvriers dominés par une socialisation proche du modèle patronal qui ont été au cœur de la mobilisation pour la récupération des deux usines étudiées et de leur organisation sous forme de coopérative. Ainsi à Brukman, les travailleuses ne récupèrent pas l’usine après avoir chassé leur patron… elles l’occupent en attendant le retour de celui-ci, jusqu’à ce qu’elles réalisent, trahies, qu’il ne reviendra pas. À Global ce sont les outils de production qui ont été emportés pendant le week-end par la direction, conduisant trois salariés à arpenter des jours durant la ville voisine à leur recherche. Si dans les deux usines des organisations politiques vont très vite apporter leur soutien aux travailleurs en lutte, ces derniers n’ont, comme le répète à plusieurs reprises l’auteur, aucune expérience politique antérieure. Ils n’ont même jamais entretenu « aucune forme de contestation aux logiques productives qui leur [étaient] imposées » (p. 90). Ce qui vaut pour la lutte vaut pour sa résolution sous forme de coopérative ouvrière : l’autogestion est ici avant tout une « stratégie de survie » (p. 62), une « pièce rapportée parmi des groupes étrangers à sa pratique et à sa philosophie » (ibid.) C’est en ce sens, nous dit Quijoux, que cette lutte peut apparaitre extraordinaire et c’est cela que l’ouvrage se propose à la fois de documenter et d’analyser.

2La seconde partie, qui porte sur les « trajectoires sociales et les parcours professionnels » des ouvriers, offre une clé de lecture essentielle à la compréhension de cette mobilisation paradoxale et à son explication. Construite essentiellement à partir des histoires de vie recueillies au cours des entretiens, elle met en évidence deux générations de salariés. La première génération entre sur le marché du travail entre les années 1960 et la fin des années 1980. Elle est essentiellement composée d’ouvriers d’origine immigrée, arrivés jeunes sans capital social ni scolaire. L’entrée à l’usine sera alors synonyme d’« avancées significatives – ayant du sens » (p. 93) en termes de conditions de travail et de vie, de sécurisation des trajectoires sociales et professionnelles. La seconde génération démarre après la crise économique des années 1990. Elle est essentiellement composée de femmes au foyer projetées sur le marché du travail en raison des difficultés d’emploi et de revenu que rencontrent alors les familles ouvrières. Pour ces différentes populations et dans un contexte de plus en plus concurrentiel, l’usine va symboliser jusqu’à la veille des mobilisations un espace de protection individuelle contre une précarité croissante. Au regard de leurs trajectoires, c’est aussi un espace de valorisation de soi, de fabrication d’une « image forte d’eux-mêmes » par le travail et le statut qu’il confère. Ces « travailleurs zélés », ouvrier(e)s modèles socialisé(e)s par des politiques paternalistes et des logiques productivistes auront jusqu’au bout, ou presque, le sentiment de passer à travers la crise. « D’une certaine façon, écrit Maxime Quijoux (p. 120), à l’exploitation capitaliste classique décrite par Marx, s’ajoute ici une exploitation « culturelle » de ces salariés qui, la crise aidant, s’accrocheront toujours plus à cette confiance qui les lie à leurs patrons ainsi qu’à leur identité d’ouvrier modèle ». Si la partie suivante (« Histoire des récupérations ») fournit un récit détaillé de la rupture de ce lien au patron, celle qui suit, consacrée à l’installation des coopératives, nous montre combien, loin d’être balayée par l’expérience autogestionnaire, l’ancien modèle de socialisation patronale survit, en partie au moins, à cette rupture. Face aux situations et aux contraintes nouvelles qui découlent de la coopérative, les travailleurs de chaque usine procèdent, non sans tensions, à un bricolage organisationnel, proche du « bricolage communautaire » décrit par Jean-Daniel Reynaud. Dans cette recherche de nouvelles règles du jeu et « face à une interminable précarisation des conditions de travail et de revenu, l’ancienne culture productiviste » peut, à maints égards, constituer « un refuge » (p. 266) et faire émerger le consensus.

3Parmi les différents apports de l’ouvrage de Maxime Quijoux, nous en retiendrons deux dont les enjeux dépassent largement le strict cadre argentin qui nous est décrit ici. Le premier réside dans la description fine et historicisée des deux coopératives ouvrières étudiées. En soulignant les continuités et même les permanences dans les principes de divisions sociales – et notamment sexuelles – du travail et dans les modes de répartition du pouvoir au sein des usines avant et après leur récupération, en mettant en évidence les rapports ambigus entre les fondateurs de la coopérative et les jeunes arrivants à qui l’on demande d’accepter des conditions précaires de travail et de rémunération au nom d’un idéal communautaire et d’une histoire militante qu’ils ne partagent pas nécessairement, Maxime Quijoux apporte sa pierre à l’édifice d’une sociologie critique du travail dans l’économie sociale. Loin des représentations enchantées du « travail autrement » (Hély et Moulevrier, 2009), sa figure du « travailleur zélé » et sa description de la démocratie au travail dans les deux coopératives étudiées, nous invitent à investiguer, au-delà des apparences et des professions de foi, les rapports complexes entre néolibéralisme et travail associatif ou coopératif.

4Un autre point fort de l’ouvrage réside dans la définition du travail au fondement de la sociologie du travail proposée par l’auteur. Maxime Quijoux s’intéresse à la fois au travail comme activité, comme expérience et au travail comme statut, et sa figure du « travailleur zélé » est au cœur de l’articulation entre ces deux approches trop souvent séparées. Mais aussi, et surtout, il porte une attention constante aux liens entre travail productif et travail reproductif, et même entre travail salarié, travail militant et travail domestique. Largement implicite, fondée sur le terrain et sur le fait qu’une partie importante des travailleurs étudiés sont des travailleuses, cette définition non réductrice du travail aurait sans doute pu faire l’objet d’un développement propre. Mais, et c’est un grand mérite de l’ouvrage, c’est bien elle qui est opératoire tout au long de l’analyse et qui permet de saisir et de comprendre les dimensions paradoxales de la mobilisation et de la récupération.

Haut de page

Bibliographie

Daniel Bizeul, « Le récit des conditions d’enquête : exploiter l’information en connaissance de cause », Revue française de sociologie, volume39, n° 39-4, 1998, p. 751-787.

Matthieu Hély et Pascale Moulévrier, « Économie sociale et solidaire : quand les sciences sociales enchantent le travail », Idées, dossier « Aux frontières du travail » coordonné par Igor Martinache, CNDP, n° 158, 2009, p. 30-41.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maud Simonet, « Maxime Quijoux, Néolibéralisme et autogestion. L’expérience argentine », La nouvelle revue du travail [En ligne], 2 | 2013, mis en ligne le 30 mars 2013, consulté le 23 mars 2017. URL : http://nrt.revues.org/590

Haut de page

Auteur

Maud Simonet

IDHE-CNRS

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org