Navigation – Plan du site
Recensions et notes critiques

José Rose, Qu’est-ce que le travail non qualifié ?

Jean-Pascal Higelé
Référence(s) :

José Rose, Qu’est ce que le travail non qualifié ?, Paris, La Dispute, coll. « Travail et salariat », 2012, 180 p., ISBN : 978-2-84303-219-6.

Texte intégral

1L’ouvrage de José Rose s’apparente à un précis de la non-qualification qui concentre utilement les connaissances sur le sujet. Mais s’interroger sur la non-qualification est également l’occasion de repenser le sens même de la qualification, pour la raison que la non-qualification n’est pas l’envers de la qualification mais le bas de l’échelle que cette dernière définit.

Les trois registres de la qualification

2Dans le premier chapitre José Rose développe la difficulté que recouvre la notion même de « non-qualification » en revenant à la définition plus générale de la qualification. Celle-ci relève selon l’auteur de trois registres : 1/ celui de l’activité de travail qui nécessite certaines qualités pour être réalisée ; 2/ celui de l’individu et de ses capacités à réaliser différents travaux ; 3/ celui de l’emploi et de sa classification traduite en salaire et en statut. Chacun de ces registres se traduit par une hiérarchie. La norme, au sens moral, serait une correspondance entre les positionnements hiérarchiques de la qualification de l’individu, du travail et de l’emploi (salaire). Mais comme le rappelle l’auteur, cela est en pratique loin d’être garanti, étant donné les tensions multiples (état du marché du travail, des relations professionnelles, du système éducatif, politiques d’emploi, configurations sectorielles, etc.) portant sur les trois pôles et qui multiplient les occasions de rupture de leur congruence.

3La mobilisation de la catégorie « non qualifié » apparait donc comme nulle de sens s’il s’agit de décrire de manière substantive la nature du travail ou les caractéristiques des personnes. En effet, un travail peut-il ne requérir aucune qualité, un individu peut-il être absolument sans qualité ? Le niveau non qualifié, et ce sur les trois registres cités, correspond donc à la partie basse de chacune des hiérarchies de qualifications. Mais le périmètre de cette catégorie est nécessairement soumis aux critères de définition de la qualification qui diffèrent selon les pays, institutions, secteurs et acteurs de cette définition des qualifications et de leurs hiérarchies.

4Les trois chapitres suivants traitent de la réalité qualitative et quantitative de chacune des trois dimensions de la non-qualification : emploi (chapitre 2), travail (chapitre 3) et formation (chapitre 4).

5L’emploi non qualifié fait l’objet de définitions précises dans les conventions collectives et dans l’appareil statistique qui permettent d’en donner une mesure. Retenons dans la richesse descriptive fournie par José Rose que l’emploi non qualifié, après une décrue régulière sur plusieurs décennies, a connu une tendance inverse avec une hausse significative de la part des emplois non qualifiés dans la seconde moitié des années 1990, « de telle sorte que le niveau atteint en 2001 est équivalent à celui de 1982 » (p. 37). José Rose rappelle que ce mouvement de déqualification des emplois a été permis par la faiblesse de l’offre d’emploi, défavorable aux salariés quant à la reconnaissance par les employeurs des qualités nécessaires à la tenue de l’emploi, ainsi qu’à des politiques soutenues d’exonération de cotisations sociales favorisant l’emploi non qualifié. Mais ce fait est à souligner au regard de l’évolution des autres dimensions de la (non) qualification : le travail et la formation.

6Le travail non qualifié, moins codifié, est une chose moins aisée à définir et mesurer que l’emploi non qualifié. Il est cependant appréhendé généralement comme regroupant des tâches simples, répétitives et prescrites. Mais l’auteur rappelle que la concordance entre travail réputé non qualifié et contenu réel des tâches est loin d’aller de soi. L’analyse concrète des situations de travail réputées non qualifiées révèle un écart à sa définition comme tâche simple, prescrite et répétitive. José Rose insiste à cet égard sur l’effet de la tertiarisation de l’emploi non qualifié. La relation de services induit de fait de l’autonomie et mobilise des qualités non codifiées et difficilement codifiables (d’où le terme flou du « savoir être » parfois utilisé), et la nature des tâches – fussent-t-elle simples – implique également une responsabilité parfois importante dans leurs conséquences sur les personnes. On pourrait donc en conclure, sans pour autant pouvoir en donner une mesure quantifiée, que a contrario de la mesure qui en est faite en particulier dans les conventions collectives, le contenu du travail réellement non qualifié – c’est-à-dire simple, répétitif et prescrit – est en recul.

7Dernière dimension de la non-qualification, le niveau de formation est pour sa part plus facilement quantifiable puisque codifié par le système éducatif et de formation, malgré les questions de frontières inhérentes à toute catégorisation statistique et notamment celle de savoir s’il y a équivalence entre être sans diplôme et être sans qualification. De ce point de vue, et si on s’en tient à désigner les sortants du système éducatif non qualifiés comme étant ceux de niveau VI et V bis, ils représentaient 40 % des sortants en 1965 contre seulement 5 % en 2005. José Rose signale toutefois une certaine stagnation de cette part, d’autant plus problématique qu’elle est marginale et que de ce fait l’absence de diplôme joue à plein son effet d’éviction sur le marché du travail.

Quelle politique de la (non)qualification ?

8Dans les quatre derniers chapitres, José Rose interroge les politiques publiques de la qualification, partant de l’analyse de l’existant pour ensuite proposer des réorientations de celles-ci. Cette catégorie des politiques publiques n’existant pas en tant que telle, José Rose va mobiliser différents pans des politiques publiques qui ont à voir avec les différentes dimensions de la qualification, ou plus exactement les deux dimensions que sont la formation (qualification de la personne) et l’emploi.

9Il nous amène le plus souvent à observer les politiques publiques à l’aune des catégories qu’elles produisent et notamment s’agissant du jugement sur leur efficacité, qui est observée à la lumière des buts officiels affichés par les politiques publiques elles-mêmes. Ainsi un large pan des politiques d’emploi (qui finissent par devenir source de définition de la non qualification à travers les publics-cibles ou le mode d’affectation des aides), mais aussi des politiques de formation s’adressant aux peu diplômés (spécifiquement ou parmi d’autres publics), est passé en revue. L’absence de la dimension de la qualification du travail révèle au passage que le contenu des tâches ne semble pas être actuellement une affaire de politique publique ou que l’effet des politiques visant la demande de travail non qualifié n’est apprécié qu’à la mesure du développement de l’emploi non qualifié ou de l’insertion de personnes peu formées. Ce préalable donné, on retiendra avec l’auteur trois constats :

  • les mesures d’exonérations « ont eu un effet beaucoup plus important sur la structure de l’emploi par qualification que sur le niveau global de l’emploi » (p. 97) ;

  • la politique dirigée vers les personnes non qualifiées, est en réalité de moins en moins ciblée sur les personnes les moins formées ;

  • les dispositifs reproduisent les inégalités de départ : les personnes les plus formées parmi les bénéficiaires des politiques d’emploi ou de formation entrent dans les dispositifs les plus qualifiants et connaissant des taux d’insertion plus favorables à la sortie des dispositifs.

10José Rose propose donc de pallier ces « travers » des politiques actuelles de la (non)qualification. Il pose d’abord en principe la nécessité d’une approche globale de la qualification, mobilisant toutes ses dimensions : mieux former, développer la quantité et la qualité des emplois, notamment par une meilleure reconnaissance du contenu en qualification et un enrichissement des tâches, et même au-delà penser les politiques de qualification des personnes comme intégrant les problématiques sociales et urbaines. Toutefois, lorsque l’auteur s’attache à donner des pistes d’orientation des politiques publiques de qualification, celles-ci s’inscrivent pour beaucoup dans une certaine continuité par rapport aux pratiques des trente ou quarante dernières années, à cette nuance près que José Rose critique les mesures générales et souhaite des ciblages plus fins sur les personnes peu formées. Même affinée, l’orientation proposée par l’auteur continue d’articuler la logique des publics-cibles et des contrats-aidés, l’accompagnement par les intermédiaires de l’emploi (avec des moyens renforcés), la formation professionnelle et la validation des acquis, une politiques de moyens supplémentaires pour les populations les plus en difficulté, etc. Notons toutefois que l’atonie des politiques publiques s’agissant du soutien à la requalification du travail lui donne l’espace pour exprimer cette nécessité. José Rose propose d’agir sur deux volets : 1/reconnaître les qualités requises par certains postes faussement non qualifiés en incitant notamment la négociation collective, les activités de services étant particulièrement en cause ; 2/ enrichir les contenus des postes plutôt que de cantonner les tâches répétitives et prescrites à des emplois spécifiques.

La définition de la qualification en trois registres est-elle heuristique ?

  • 1 Et dont ses autres travaux témoignent.

11Les propositions d’orientation politique de José Rose peuvent donc laisser le lecteur sur sa faim. Ce n’est pour autant pas tant sur ce point que sur la définition de la qualification promue par l’auteur que la réflexion déçoit. À la lecture de l’ouvrage de José Rose, le sentiment est que la qualification y est défini de manière trop substantive, comme somme de qualités déclinées dans les trois registres de la qualification : qualités délivrées et certifiées par le système scolaire et de formation, requises par des tâches, et traduites en qualités de l’emploi à travers ses modalités statutaire et de salaire. Ce sentiment est nécessairement entretenu par la description quantitative de la (non)qualification, puisque l’appareil statistique au travers de ses catégorisations a justement une vocation substantive : définir ce qui fonde chaque niveau de qualification. L’approche de la qualification comme un rapport social définissant ainsi une hiérarchie sociale des tâches s’en trouve minorée. La qualification est pourtant un rapport de classification salariale et statutaire des qualités individuelles certifiées et de celles requises par un poste de travail. La qualification peut-elle dès lors se diviser en registres qu’on pourrait au final traiter séparément ? Il ne s’agit pas ici de faire un faux procès à l’auteur en lui reprochant à tort d’ignorer l’approche relative et conflictuelle de la qualification qu’il signale de fait tout au long de l’ouvrage1, notamment en montrant l’absence de congruence entre les trois registres de la qualification. Il s’agit plutôt d’interroger la capacité de la définition de la qualification comme relevant de trois registres à ne pas effacer la dimension relativiste au profit de la dimension substantive. En d’autres termes, peut-on dire que la qualification est un même ensemble de qualités observables sous l’angle de l’individu via ses diplômes, du travail via les exigences du poste de travail, de l’emploi via le niveau de salaire et les conditions d’emploi, et en même temps qu’elle est le rapport social qui transforme la certification et les qualités réputées requises d’un poste en modalités d’emploi et de salaire ?

12José Rose montre bien qu’il est dénué de sens de parler de personnes ou de travaux sans qualités acquises ou requises. Mais n’est-ce pas justement parce que la qualification n’est pas définissable par sa substance, comme somme de qualités, mais par l’arbitrage d’un rapport social dont la vocation est purement classificatoire, que l’on peut dire qu’il existe des non-qualifiés ?

13L’arbitrage qui attribue à des caractéristiques individuelles et de poste un salaire peut-il être analysé comme une mise en conformité des qualités acquises et requises avec des qualités de l’emploi ? On comprend bien que mettre en relation des connaissances et aptitudes individuelles avec celles requises par un travail a un sens pratique : pour réaliser une tâche, il faut que la personne en soit capable. Et on comprend ici l’intérêt de regarder la substance des qualités acquises de la personne et requises du travail pour les faire correspondre, car on est dans le registre du travail concret. Mais s’agissant de la correspondance de ces connaissances et aptitudes en salaire et statut, nous sommes face au résultat d’une délibération politique qui relève de l’arbitraire des rapports sociaux, nous sommes dans le registre du travail abstrait. Pour qu’un travail soit réalisé il faudra toujours déployer les qualités nécessaires à sa réalisation, mais les modes de classification de la reconnaissance sociale de ces qualités peuvent être au contraire particulièrement variables et même déconnectés de la réalisation des tâches (lié par exemple au statut social de la personne).

14Contenus de la formation et du travail d’une part, modalités de l’emploi d’autre part, ne peuvent être traités à égalité comme trois registres de même niveau : les premiers sont les critères de la classification, le second est le résultat de la classification ; les premiers sont du registre du travail concret, le second du registre du travail abstrait. Les traiter ensemble a tendance à naturaliser la qualification comme attribution de salaire sur le seul critère du travail concret reconnu par le marché du travail. Il est dès lors intéressant de confronter cette définition de la qualification à celle portée en particulier par Bernard Friot qui dirige la collection dans lequel a paru l’ouvrage de José Rose. Bernard Friot définit la qualification comme attribut politique de détermination du salaire dont le lien au travail concret, s’il peut être objet du conflit de classification, est finalement secondaire. Ce relâchement du lien au travail concret permet d’envisager la qualification non pas comme forme d’institution du marché du travail, critère de rencontre de l’offre et de la demande de travail, mais au contraire comme institution contradictoire au marché du travail. Tellement contradictoire qu’elle va jusqu’à permettre l’attribution d’un salaire à la qualification à des travailleurs hors de l’emploi. La proposition s’en trouve dès lors inversée : ce n’est plus le contenu du travail qui induit l’attribution d’un salaire, c’est l’attribution d’un salaire qui définit ce qu’est le travail.

Haut de page

Notes

1 Et dont ses autres travaux témoignent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pascal Higelé, « José Rose, Qu’est-ce que le travail non qualifié ? », La nouvelle revue du travail [En ligne], 2 | 2013, mis en ligne le 30 mars 2013, consulté le 27 juin 2017. URL : http://nrt.revues.org/593

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org