Navigation – Plan du site
Recensions et notes critiques

Jérémy Sinigaglia, Artistes, intermittents, précaires en lutte. Retour sur une mobilisation paradoxale (2003-2006)

Valérie Cohen
Référence(s) :

Jérémy Sinigaglia, Artistes, intermittents, précaires en lutte. Retour sur une mobilisation paradoxale, Presses Universitaires de Nancy, collection « Salariat et transformations sociales », 2012, 276 p., ISBN : 978-2-81-430098-9.

Texte intégral

1L’ouvrage de Jerémy Sinigaglia, issu d’une thèse de sociologie, constitue une contribution au « mouvement des intermittents », qui s’est formé durant l’été 2003, suite à la réforme des annexes 8 et 10 de l’assurance chômage. Si les actions durant cet été ont été particulièrement remarquables et remarquées, conduisant notamment à la première annulation du célèbre festival d’Avignon, l’intérêt de ce travail d’enquête ethnographique est d’avoir procédé à une observation sur le long terme, en prenant pour objet non pas une mobilisation, mais des collectifs mobilisés (à Paris et à Nancy), permettant ainsi une étude approfondie des fluctuations des luttes, de l’engagement, des groupes mobilisés, des causes défendues, des modes d’actions retenus. Le propos de l’auteur s’organise autour d’un questionnement désormais classique, pour ne pas dire systématique lorsqu’il est question de mobilisations inscrites en dehors ou dans les marges du salariat : « comment comprendre la prise et l’extraordinaire longévité du mouvement de 2003-2006 ? », en dépit de trois principaux obstacles identifiés : la précarité qui « s’oppose à la stabilité nécessaire à l’engagement », l’individualisation des carrières nuisant aux « solidarités nécessaires à la mobilisation » et enfin l’hétérogénéité du groupe des intermittents qui « rend difficile la mise en commun des expériences » (p. 21). Qualifiée de « mobilisation improbable », l’auteur cherche ainsi à comprendre comment les obstacles recensés ont été compensés, détournés, voir dans quelles mesures « les freins à la mobilisation » ne se présentent pas comme des « conditions propices à la réussite du mouvement ». Il opte ainsi pour la désignation de « mobilisation paradoxale » pour caractériser un mouvement qui « a pu tirer parti de ses faiblesses » (p. 23). C’est cette hypothèse jugée « contre-intuitive » qui sert de fil directeur à l’analyse et à l’organisation de l’ouvrage, composé de neuf chapitres, articulés en trois parties présentées comme trois moments de la mobilisation ou encore trois de ses dimensions structurantes : la constitution du groupe mobilisé, la définition et les transformations de la « cause », les techniques et les modes d’actions utilisés.

2La réflexion sur la constitution du groupe mobilisé s’appuie d’abord sur l’analyse des engagements individuels visant à repérer des « ressources compensatoires », à étudier le « retournement des obstacles », parmi lesquels la précarité se présente comme un frein majeur. L’une des principales clefs explicatives réside dans la distinction qu’opère l’auteur entre différents types et situations de précarité. Si la précarité de façon générale est démobilisatrice – la stabilité des conditions matérielles étant à l’inverse posée comme nécessaire à la militance – la précarité des intermittents, du moins celle qui s’accompagne d’un droit à l’assurance chômage, s’apparente à une « force », une « ressource matérielle » qui, à la différence de nombreux salariés, permet de participer à la contestation tout en percevant une allocation. C’est bien là la spécificité de ce statut : pallier la discontinuité de l’emploi en offrant des garanties et des protections dans les périodes sans emploi. L’expérience de la précarité est par ailleurs apprivoisée, vécue comme une sorte de condition du travail, constitutive des activités exercées dans le champ artistique, qui repose sur un long apprentissage des règles d’indemnisation, essentiel comme le rappelle l’auteur, pour maintenir son affiliation à ce régime d’assurance. Leur précarité ne serait donc pas un obstacle. À l’inverse, la précarisation, entendue comme un appauvrissement, peut remettre en cause la participation au mouvement en dépit des nombreuses rétributions observées (notamment la connaissance des règles d’indemnisation, l’insertion dans des réseaux professionnels).

3Selon cette logique, il n’est donc pas surprenant que le noyau dur des participants, ceux dont la présence est régulière, disposent d’une intégration professionnelle stable. En dehors de ce groupe central, l’auteur repère au total neuf types d’acteurs, d’abord distingués en fonction de leur proximité avec l’objet de la lutte (les gens du métier d’une part et les soutiens d’autre part), puis selon leurs degrés et leurs modes de participation. Ce découpage a l’avantage de souligner la diversité des types de participants et la division du travail militant, même si l’on peut s’interroger sur la place réservée dans cette typologie aux militants professionnels, cantonnés à figurer parmi les « soutiens », alors que ces derniers en intervenant activement dans la définition du mouvement, finissent par s’inscrire en son centre.

4C’est un des points abordés dans les trois chapitres suivants qui traitent de la formation des revendications, des luttes relatives à la définition et aux enjeux du mouvement, de l’évolution des mots d’ordre, notamment à partir de l’histoire de deux collectifs : la coordination lorraine et la coordination des intermittents et précaires d’Ile de France (CIP-IDF). Cette dernière offre un cadre d’étude privilégié pour rendre compte des différents types de causes construites. On y apprend comment progressivement la précarité s’impose comme cause légitime possible, à côté de l’intermittence, sous l’impulsion de militants aguerris qui, tout en offrant des compétences militantes, produisent des arguments permettant de légitimer le mouvement, le faisant sortir de ces intérêts catégoriels, souvent stigmatisés par les opposants. Mais l’intérêt de ce terrain d’enquête est également d’apporter des éléments de réflexion sur les possibilités d’alliance, de maintien, de cohabitation de tendances hétérogènes. Loin de chercher l’unité, la CIP-IDF se définit plutôt comme un espace hétérogène où la cohésion est rendue possible par une organisation de l’action collective en commissions autonomes, qui permet « à chacun de trouver son compte, en pratique, dans ce que produit le collectif » (p. 260). Si l’auteur affirme que cette hétérogénéité a constitué une des raisons de la pérennité du mouvement, il pointe néanmoins les limites de cette coexistence pacifique qui suppose de disposer d’un effectif militant conséquent pour la réalisation des différentes actions et orientations proposées. Enfin, les tensions restent importantes autour des questions de représentativité du mouvement.

5Les quatre derniers chapitres analysent les différents modes d’action utilisés pour se faire entendre, et conduisent à saisir certaines caractéristiques de ces mobilisations. Si l’auteur nous met en garde d’y voir un genre nouveau, il montre à travers la description de pratiques comment les intermittents produisent leur propre « art de la contestation sociale », par le recours à une « esthétisation de la protestation » (p. 174) qui repose sur leur compétences professionnelles et artistiques (réalisation de chansons, de performances artistiques…). Mais les modes d’action des intermittents ne se limitent pas aux mondes du spectacle, et l’auteur rend compte des processus de déterritorialisation/reterritorialisation de la lutte à partir de l’analyse du développement d’actions en liens avec la précarité, telles que les occupations d’Assedic et d’Anpe. Ces déplacements renvoient, là encore, à la double composante du mouvement ou à sa double identité : précaire et intermittent. Ces actions permettant une certaine visibilité se conjuguent à un recours important à l’expertise, à la fois dans la connaissance du droit mais également dans la production de recherches scientifiques.

6Si les luttes procèdent toujours d’une alchimie complexe et demeurent un objet d’analyse mystérieux, à la lecture de cet ouvrage on ne doute plus des capacités d’action des intermittents, de leurs possibilités de se faire entendre, de se défendre, d’agir collectivement. Pourquoi dès lors qualifier ces mobilisations de paradoxales ? Certes, il s’agit pour l’auteur de souligner que certaines données identifiées comme des obstacles peuvent constituer des ressorts à la mobilisation. Mais dans ce cas, ces résultats ne fragilisent-ils pas le cadre d’analyse initial adopté ? S’en tenir à ce type de caractérisation et de problématisation revient à alimenter une approche normative de ce qu’est une action collective : lutte qui se développe au sein d’un salariat stable, bénéficiant d’une histoire collective et d’une expérience commune partagée. Or, ce travail ethnographique, comme d’autres travaux prenant pour objets des luttes qui s’opèrent aux marges du salariat, tend plutôt à déconstruire et au final à remettre en cause ce modèle de référence.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Valérie Cohen, « Jérémy Sinigaglia, Artistes, intermittents, précaires en lutte. Retour sur une mobilisation paradoxale (2003-2006) », La nouvelle revue du travail [En ligne], 2 | 2013, mis en ligne le 30 mars 2013, consulté le 26 avril 2017. URL : http://nrt.revues.org/596

Haut de page

Auteur

Valérie Cohen

Université Lille 1

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org