Skip to navigation – Site map
Recensions et notes critiques

Nicolas Chaignot, La Servitude volontaire. Esclavages et modernité

Lionel Jacquot
Bibliographical reference

Nicolas Chaignot, La Servitude volontaire. Esclavages et modernité, Paris, Presses universitaires de France, collection « Partage du savoir », 2012, 260 p., ISBN : 978-2-13-059430-7

Full text

  • 1 Actuel Marx, 2011/1, « Travail et domination », n° 49. Cette livraison rassemble les contributions (...)
  • 2 Outre les contributeurs du dossier « Travail et domination » de la revue sus-citée, nombreux sont l (...)

1Le regain d’intérêt des sociologues et philosophes pour les problématiques de la domination souligné par la Revue Actuel Marx1 conduit à réinterroger la question de la servitude volontaire pour comprendre les formes contemporaines de domination dans le travail2. Cette perspective théorique se trouve en quelque sorte condensée et systématisée dans l’ouvrage de Nicolas Chaignot. Issu d’un travail de thèse, La Servitude volontaire aujourd’hui. Esclavages et modernité a paru dans la collection « Partage du savoir » des Presses Universitaires de France qui accueille les travaux de doctorat ayant reçu le prix du Monde de la recherche universitaire. Si le titre est des plus explicites quant à l’ambition de l’auteur – emprunter la fameuse problématique du Discours de la servitude volontaire d’Étienne de La Boétie (2002 [1548]) pour mettre au jour la « modernité contemporaine » – le sous-titre indique d’emblée que la servitude volontaire n’est pas le seul outil interprétatif pertinent pour analyser la réalité du travail soumise aux conditions actuelles du capitalisme et qu’il faut lui adjoindre celui de l’esclavage.

2Esclavage et servitude volontaire sont les deux catégories centrales sur lesquelles Nicolas Chaignot s’appuie pour à la fois structurer et soutenir sa réflexion sur les rapports entre le travail et le capitalisme. Partant de la conviction que l’une et l’autre sont essentielles à la compréhension des fondements du monde contemporain, l’auteur propose dans une première partie de faire la sociohistoire de l’esclavage et de ses abolitions en Occident avant d’interroger dans la seconde partie les nouvelles formes de servitude qui révèlent la tyrannie capitaliste. L’histoire de l’Occident est relue à travers une stimulante étude socio-historique de l’esclavage qui revient sur trois moments-clés : celui de son institutionnalisation dans les sociétés grecque et romaine (chapitre 1) ; celui de sa résurgence avec les systèmes esclavagistes coloniaux d’Amérique et d’Europe et la traite négrière (chapitre 2) ; celui de son abolition dans le contexte de l’émergence du capitalisme industriel (chapitre 3). La genèse de l’institution servile doit alors permettre d’éclairer l’ambivalence fondamentale de la modernité qui se réfléchit dans le nouveau rapport social de production qu’est le salariat. La pensée La Boétienne et son inséparable oxymoron sont alors convoqués pour penser la réalité du travail qui se trouve au centre de la crise de « la modernité contemporaine » : celle d’une sujétion partielle qui n’annihile pas la subjectivité et donc l’intelligence créatrice du travail (chapitre 1) ; celle d’une mutation sous l’effet des innovations technologiques, organisationnelles, managériales et gestionnaires qui génère de nouvelles formes de domination (chapitre 2) ; celle de la multiplication des pathologies mentales et psychosomatiques qui appelle l’invention de nouvelles résistances (chapitre 3).

  • 3 Voir sur ce sujet la tentative de Frédéric Lordon de combiner le structuralisme marxien des rapport (...)

3Si la démarche consistant à recourir à des concepts appartenant plutôt à l’univers antique « pour comprendre les ressorts des rapports sociaux contemporains » (p. 228) est séduisante et permet de nourrir sans conteste la réflexion sur la production et le maintien des servitudes, elle est discutable pour rendre compte de ce qui fait le travail dans la forme historiquement spécifique de médiation sociale qu’il recouvre sous le capitalisme et qui sert de fondement social aux traits essentiels de la modernité (Postone, 2009). Les concepts mêmes doivent être interrogés. L’insistance sur le rapport de l’esclavage et de la modernité ne conduit-elle pas à gommer les spécificités des structures essentielles de la société moderne, ratant du même coup le défi de l’analyse historique du travail sous le capitalisme ? La focalisation sur la seule figure de la servitude volontaire ne risque-t-elle pas de minorer l’hétéronomie capitaliste et la servitude passionnelle3 qu’elle fabrique – quid de la figure hyperbolique de la servitude involontaire pourtant mentionnée dans le texte ? Le cadre analytique doit être questionné. La large place faite à la psychodynamique du travail qui tourne au plaidoyer, si elle n’élude pas les connaissances produites par l’ensemble des sciences du travail – en particulier celles nombreuses de la sociologie du travail – fait peu de cas des théories privilégiant une analyse en termes de rapports sociaux et semble en cela sacrifier à la vogue consistant à penser le travail avant tout comme une activité ? Peut-on donner à comprendre la servitude capitaliste en dehors de la lutte des classes, de la perspective marxienne de la « logique stratégique de l’affrontement » (Dardot & Laval, 2012) ? La thèse – celle de l’exigence de servitude volontaire envers le salariat – ne peut s’abstenir de faire l’administration empirique de la preuve. Comment les nouvelles formes de domination au travail énoncées se caractérisent-elles et se traduisent-elles dans les entreprises et les administrations ? Quel rôle y tient le management et quel « état-major d’individus » pour reprendre une expression wébérienne (Weber, 1985) celui-ci requiert-il ? Quelles idéologies, instrumentations, pratiques… sont-elles inhérentes au régime néolibéral de mobilisation des personnels ? Ne reste-t-il plus que le droit pour résister à l’hégémonie du capital ? Le présenter comme le « dernier garde-fou de la modernité contemporaine » (p. 133) au regard de l’échec des comportements de résistance ne débouche-t-il pas sur le deuil de toute capacité d’initiative historique du monde du travail… une servitude à tel point accomplie qu’il ne serait même plus nécessaire d’envisager les virtualités du soulèvement, qu’aucune insubordination ne pourrait désormais subvertir la destinée salariale ?

4On pourrait multiplier les questions. Le dialogue proposé par Nicolas Chaignot entre la « pensée de La Boétie et la situation contemporaine du travail humain » (p. 2) soulève la discussion, il invite à reconsidérer l’idée de servitude volontaire qui, si « elle ne peut être employée sans être discutée, sans annexion de ‘mais’ et de ‘pourtant’«  (Borgeaud-Garciandia, 2009), ne peut être ignorée pour penser la modernité capitaliste. Ce n’est pas là son moindre mérite !

Top of page

Bibliography

Borgeaud-Garciandia Natacha (2009), Dans les failles de la domination, Paris, Presses universitaires de France.

Dardot Pierre & Christian Laval (2012), Marx, prénom : Karl, Paris, Gallimard.

Dejours Christophe, 1998, Souffrance en France. La banalisation de l’injustice sociale, Paris, Seuil.

Durand Jean-Pierre (2004), La Chaîne invisible. Travailler aujourd’hui : flux tendu et servitude volontaire, Paris, Le Seuil.

La Boétie Étienne (2002), Le Discours de la servitude volontaire, Paris, Payot & Rivages [1548].

Lordon Frédéric (2010), Capitalisme, désir et servitude, Paris, La Fabrique.

Marzano Michela (2010), Extension du domaine de la manipulation. De l’entreprise à la vie privée, Paris, Fayard/Pluriel.

Postone Moishe (2009), Temps, travail et domination sociale, Paris, Mille et une nuits.

Weber Max (1985), L’Éthique protestante et l’esprit du capitalisme, Paris, Agora [1904-1905].

Top of page

Notes

1 Actuel Marx, 2011/1, « Travail et domination », n° 49. Cette livraison rassemble les contributions d’Emmanuel Renault, Claude Gautier, Bernard Lahire, Stephen Bouquin, Jean-Philippe Deranty, Danièle Linhart et celle de Natacha Borgeaud-Garciandia et Bruno Lautier.

2 Outre les contributeurs du dossier « Travail et domination » de la revue sus-citée, nombreux sont les auteurs à reprendre la problématique de la servitude volontaire et à questionner sa pertinence. On peut citer du côté de la psychologie Christophe Dejours (1998), du côté de l’économie Frédéric Lordon (2010), du côté de la philosophie Michela Marzano (2010) et du côté de la sociologie Jean-Pierre Durand (2004) ou Natacha Borgeaud-Garciandia (2009).

3 Voir sur ce sujet la tentative de Frédéric Lordon de combiner le structuralisme marxien des rapports et l’anthropologie spinoziste des passions (Lordon, 2010).

Top of page

References

Electronic reference

Lionel Jacquot, « Nicolas Chaignot, La Servitude volontaire. Esclavages et modernité », La nouvelle revue du travail [Online], 2 | 2013, Online since 30 March 2013, connection on 27 June 2017. URL : http://nrt.revues.org/599

Top of page

Copyright

© Tous droits réservés

Top of page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org