Navigation – Plan du site
Recensions et notes critiques

Bénédicte Zimmermann, Ce que travailler veut dire. Une sociologie des capacités et des parcours professionnels

Mélanie Guyonvarch
Référence(s) :

Bénédicte Zimmermann, Ce que travailler veut dire. Une sociologie des capacités et des parcours professionnels, Economica, Collection Etudes sociologiques, Paris, 2011, 234 p. ISBN : 978-2-7178-5966-9

Texte intégral

1Le point de départ et l’objet de cet ouvrage est la flexibilité, devenue ces deux dernières décennies une véritable norme de l’emploi. Ceci accompagne un débat toujours ouvert sur la conciliation de cette exigence avec celle de la sécurité des salariés. L’ambition principale de l’ouvrage consiste en effet à prendre au mot le discours des employeurs sur le surplus de « liberté », d’« autonomie » et de « valorisation » que permettrait une plus grande flexibilité, et de le mettre à l’épreuve de l’enquête, au cœur même de l’entreprise où elle se déploie. Il s’agit donc de partir de l’entreprise et de ses salariés pour étudier comment ils confèrent (ou non) du sens à cette flexibilité et comment elle se déploie concrètement.

2Ce programme s’appuie sur une investigation empirique très riche, fondée sur deux enquêtes principales : une première recueille des expériences de travail auprès d’acteurs (salariés et employeurs) appartenant à deux « groupements d’employeurs » qui font du temps partagé ; une seconde porte sur différentes entreprises, se centrant sur les parcours individuels et sur les politiques mises en œuvre par l’employeur concernant le développement professionnel des salariés. L’auteur mêle des entretiens approfondis avec les acteurs à une analyse quantitative, à l’aide de logiciels d’analyse textuelle pour analyser cette rhétorique.

3L’ambition théorique de cet ouvrage se développe dans trois directions. L’auteur propose d’abord une analyse en termes de « capacités », en référence à la « capabilité » de l’économiste indien Amartya Sen dans sa théorie du développement humain. Il s’agit d’avoir une prise sur sa destinée et d’envisager un développement professionnel, en s’appuyant sur la vision qu’en a chaque individu. Cette étude s’inscrit aussi dans une « sociologie pragmatiste de l’action » (Dewey) visant à dépasser l’opposition individu/collectif et micro/macro et à mettre l’accent sur les implications pratiques d’une pensée, d’une idée, en posant la capacité d’agir comme finalité. Il s’agit ainsi d’affirmer une continuité plutôt qu’une césure entre savoir sociologique et sens commun et de renvoyer dos à dos déterminisme et individualisme. Enfin, l’auteur part de l’« expérience vécue pour penser l’articulation entre liberté et pouvoir » qu’elle définit comme la rencontre entre le travailleur et son environnement, le subir et l’agir – affirmant néanmoins ses distances avec une conception trop subjectiviste de l’expérience.

4Partant, l’ouvrage se scinde en deux parties principales, correspondant aux deux enquêtes effectuées.

5La première partie, « Quand le travail et l’emploi ne coïncident plus : le cas des groupements d’employeurs », décrit les principes du temps partagé. Ce dernier est marqué par le découplage de la relation d’emploi et de la relation de travail, puisque l’on construit un CDI à partir de « bouts d’emploi », en prônant une culture de l’arrangement (entre entreprises adhérentes, le groupement d’employeur et le salarié). La stratégie de communication de ces groupements se caractérise par une absence remarquable de marqueurs collectifs : la sécurité des salariés perd sa spécificité sociale et se dilue dans le registre large de l’« éthique ». Les rapports des salariés à ce temps partagé sont pluriels. Soit celui-ci est imposé à défaut d’un seul emploi stable, soit non choisi au départ mais on y trouve des avantages, soit encore il s’agit d’un choix totalement assumé, souvent pour réaliser un projet personnel sur le moyen terme. L’idée est omniprésente de la « performance et l’engagement de soi », et d’un ensemble d’injonctions paradoxales, non présentées comme tel évidemment, comme la coexistence d’un investissement fort dans le travail et d’une capacité de se détacher, à être malléable, à s’adapter instantanément aux changements. Le temps partagé est en outre présenté comme un moyen de contenir l’emprise du travail sur la vie privée, de moins subir le poids du quotidien, de trouver un équilibre entre implication et préservation de soi. Mais l’auteure souligne que ce n’est pas le cas des salariés faiblement qualifiés qui placent le temps partagé sous le signe d’une contrainte supplémentaire qui pèse sur le travail et la vie privée.

6Finalement, « à la politique de l’intérêt général et du bien commun, se substitue une éthique des rapports interpersonnels comme précepte de l’action » (p. 48). La sémantique de l’expérience est également très présente, comme expérience professionnelle (CV, expérience-acquisition) et comme expérience du travail, un certain rapport au monde, l’expérience-épreuve. Là encore, cela produit certes une latitude d’action individuelle supplémentaire pour certains, mais aussi une plus grande vulnérabilité pour d’autres. L’auteure différencie sa conception de l’expérience de celle de François Dubet, trop basée sur la subjectivité selon sa lecture. Ici, l’expérience « transforme l’individu, de façon subie ou agie, et résulte de l’interaction entre des données biographiques, le travail et son environnement. » Elle souligne que toute liberté n’est pas bonne à prendre : seule une minorité de salariés, dotés de ressources particulières (en fonction notamment du diplôme, du sexe, des appuis dans l’environnement élargi du salarié, famille, conjoint, etc.) peuvent s’en saisir et jouissent d’un environnement et de conditions de travail qui permettent d’accéder à cette liberté.

7La seconde partie, « Concilier sécurité et liberté », s’attelle à l’étude de mise en œuvre de dispositifs relevant du développement des capacités d’adaptation professionnelle. Elle étudie l’impact des politiques d’entreprise sur les parcours individuels et construit l’outillage théorique visant à proposer de « déplacer l’analyse de la notion stricte de compétence, vers celle, plus large, de capacité ». Cette dernière est arrimée au collectif et met en perspective les compétences individuelles avec l’environnement (l’auteur englobe par ce terme très large l’ensemble des contraintes externes existantes) et la possibilité de les mettre en œuvre dans la pratique, en fonction notamment des conditions matérielles, du contexte hors travail, etc. Elle définit l’approche par les capacités comme la prise en compte des compétences des individus, à laquelle se surajoute la prise en compte « des possibilités qui lui sont offertes pour développer ces compétences et ses préférences – les opportunités et les supports sociaux » (p. 110). Ainsi, l’approche par les capacités « reformule le problème de la sécurité et de la responsabilité en l’arrimant à la question de la liberté et du collectif » (p. 110). L’auteure met ainsi en exergue les différentes variables (taille, secteur d’activité, situation économique, type de politiques d’entreprises, etc.) qui déterminent une plus ou moins grande préoccupation pour le développement des capacités professionnelles. Puis elle approfondit sur les quatre derniers chapitres un cas d’école, un site d’assemblage de poids lourds, qui serait l’illustration d’une possible mise en œuvre de cette politique des capacités, c’est-à-dire de la prise en compte de l’humain dans l’organisation du travail et dans le management, comme moyen mais aussi comme finalité. Ce cas illustre un cas de gouvernement de l’entreprise « par les valeurs », au sein duquel la participation des salariés ne se réduit ni à l’assujettissement à l’idéologie capitaliste, ni à l’éloge sans limite du management participatif. L’analyse conduit l’auteure à proposer une autre manière d’articuler flexibilité et sécurité, en focalisant son attention sur la « qualité du salarié », entendue au sens d’une reconnaissance de l’implication et du travail du salarié dans et au dehors de l’entreprise, ancrée collectivement, via les possibilités offertes par les politiques mises en œuvre dans l’entreprise.

8Les apports de cet ouvrage sont indéniables. Il mêle une ambition théorique et une argumentation politique appuyée sur un dispositif empirique riche. Soulignons aussi qu’il entrelace une argumentation critique (sur le management participatif, sur la logique des compétences, sur la « flexicurité ») et un propos toujours nuancé, qui témoigne du souci de montrer la complexité des situations de travail, leurs implications pratiques et les équilibres nouveaux à construire dans l’entreprise pour mettre au centre l’expérience de travail. Cette complexité s’explique par le présupposé de départ qui invite à saisir le travail dans sa dimension plurielle (produit économique, activité humaine et institution sociale). Au-delà de l’emploi, cet ouvrage invite à interroger le contenu du travail, sa qualité, la perception qu’en ont les salariés. Ainsi, l’auteure montre la tension existant entre le statut et l’action dans les organisations flexibles d’une part et l’étendue des moyens et de la latitude d’action réellement à la portée des salariés d’autre part, en l’occurrence limitée dans beaucoup de cas. Néanmoins, ce propos nuancé et très outillé conceptuellement – que d’aucuns jugeraient trop nuancé et trop imprécis car trop large conceptuellement – pourrait aussi être la source de critiques, qui sont autant d’interrogations non résolues au terme de cet ouvrage.

9Tout d’abord, raisonner en termes de capacités, c’est aller au-delà d’une démarche en termes de compétences. Cette dernière met l’accent sur la seule responsabilité individuelle du salarié, en niant la dimension collective du travail. Ce qui implique pour l’auteure de rejeter dans un même mouvement une vision totalement positive mais aussi totalement négative du management participatif. La question reste en suspens concernant la spécificité concrète des capacités, par rapport aux logiques plus classiques des compétences et des espaces de négociation possibles via le management participatif déjà existant. En un sens, on peut se demander si la posture nuancée et pragmatique choisie par l’auteur ne lui impose pas de restreindre les possibilités de changement aux « petits déplacements du quotidien », certes fondamentaux pour les salariés, mais supposant implicitement renoncer à de grands déplacements de fond, plus structurels.

10Ensuite, les considérations sur le temps partagé soulignent les problèmes soulevés par ce type d’organisations flexibles, montrant que les salariés en font un usage pluriel : choix assumé pour certains, choix imposé pour d’autres (en fonction de la CSP, de l’âge, du genre, etc.). Cette analyse aboutit à une posture peu lisible quant à la rhétorique de la « flexicurité » et de ses effets sur les salariés – le propos nuancé de l’auteur, par ailleurs appréciable, semblant conduire à ne pas proposer un diagnostic d’ensemble sur ces dispositifs existants relevant de la flexicurité. Est-ce à dire qu’il n’y ait de solutions que locales ?

11Enfin, l’auteur ne considère pas seulement les seules volontés d’agir individuelles mais aussi l’organisation du travail, la gestion des « ressources humaines » et les stratégies d’entreprises ainsi que celles des autres acteurs économiques et sociaux – ces différents éléments orientant ces capacités individuelles. Mais alors, comment penser ces changements et à quelles échelles doivent-ils intervenir ? Via une action conjointe des salariés, des syndicats, ou bien en comptant sur la bonne volonté des employeurs ? La conclusion présente des considérations primordiales, mais non développées en tant que telles, sur le dépassement de la question de l’autonomie dans le travail, question lancinante en sociologie du travail, et l’ouverture à la question essentielle de sa finalité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mélanie Guyonvarch, « Bénédicte Zimmermann, Ce que travailler veut dire. Une sociologie des capacités et des parcours professionnels », La nouvelle revue du travail [En ligne], 2 | 2013, mis en ligne le 30 mars 2013, consulté le 22 mai 2017. URL : http://nrt.revues.org/610

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org