Navigation – Plan du site
Varia

Quels changements à la mesure des attentes posées sur le travail?

What changes satisfy people’s expectations of work?
¿Cuáles son los cambios a la medida de las expectativas que se plantean acerca del trabajo ?
Dominique Méda

Résumés

En Europe comme dans l’ensemble du monde occidental, les attentes relatives au travail ont changé de nature: une large partie de la population, notamment les plus diplômés, les plus jeunes et les CSP les plus élevées placent désormais sur le travail des attentes de plus en plus « expressives » ou post-matérialistes, désirant trouver dans le travail sens, réalisation et expression de soi, développement de ses capacités et bonne ambiance. Ces attentes, dont les entreprises ont soutenu et accompagné la diffusion, sont particulièrement développées en France où les personnes interrogées font pourtant de plus en plus état de leur déception en raison de conditions de travail qui leur semblent peu propices à la satisfaction de celles-ci. Après avoir exposé ce décalage la réalité du travail et les attentes, l’article s’interroge sur les obstacles à la réalisation de celles-ci et sur les conditions de possibilité d’une transformation radicale du travail et des entreprises qui permettraient au contraire d’y faire droit.

Haut de page

Texte intégral

L’auteur remercie un rapporteur anonyme pour ses conseils judicieux. Elle reste seule responsable des éventuelles insuffisances du texte.

1Toutes les enquêtes, qu’elles soient réalisées sur des échantillons représentatifs de la population de plusieurs pays ou menées sur de petites populations mais de manière très approfondie, le confirment: malgré le caractère très élevé du taux de chômage (ou à cause de celui-ci?), les attentes à l’égard du travail n’ont jamais été aussi fortes, ni sans doute d’une nature aussi symbolique (Drancourt & Roulleau-Berger, 2000) ou post-matérialistes (Inglehart, 1971, 1990; Lalive d’Epinay, 1998). Tout se passe comme si l’apport spécifique et révolutionnaire de la première moitié du xixe siècle européen – concevoir le travail comme l’activité la plus haute à disposition de l’homme lui permettant de faire le monde à son image (Méda, 1995) – s’était, en ce début de xxie siècle, totalement diffusé et constituait désormais un idéal partagé.

2Trouver un métier dans lequel il soit possible de se réaliser, faire en sorte que le travail permette d’exprimer sa singularité mais aussi son appartenance au genre humain: ce qui se lit quotidiennement dans les témoignages recueillis à l’occasion d’enquêtes sur le travail rappelle étrangement les propos du Marx des Manuscrits parisiens, le lecteur avide de Buret qui, comme ce dernier, voyait dans le salariat une servitude (Vatin, 2001) et qui écrivait: « si nous produisions comme des êtres humains […], nos productions seraient autant de miroirs tournés l’un vers l’autre » (Marx, 1968).

3Mais lorsqu’elles exigent des salariés une implication et un investissement subjectif sans faille et qu’elles promettent en retour la possibilité d’une expression de soi dans le travail, les organisations modernes, qu’elles appartiennent au secteur public ou privé, sont-elles vraiment prêtes à tenir cette promesse et à mettre en œuvre l’ensemble des moyens qui rendraient une telle situation possible? Prendre au mot les travailleurs, faire droit à leurs attentes, réformer le système socio-productif de manière à ce que le travail devienne réellement l’« essence de l’homme », quels changements cela suppose-t-il? Cela n’exige-t-il pas le dépassement de ce qui fait actuellement obstacle à l’identification du travail et de l’œuvre, et qu’énumérait déjà Friedmann (1950; 1956): la division toujours plus approfondie du travail, la forme principalement salariale de la relation de travail, le fait que le travail soit conçu comme un moyen en vue d’une autre fin: la production ou le profit?

4Le présent texte s’attache à décrire les caractéristiques de cette valeur actuellement accordée au travail, et le décalage existant entre les attentes symboliques à l’égard du travail et la perception de celui-ci, avant de s’interroger sur les raisons de ce décalage et les voies d’une éventuelle réduction de cette fracture.

Le décalage entre les attentes et la réalité du travail

  • 1 C’est-à-dire qui permettent l’expression de soi.

5Un large corpus d’enquêtes de nature différente, menées sur des échantillons variés depuis une vingtaine d’années, met en évidence l’importance accordée au travail, - et notamment aux dimensions dites « expressives »1 du travail - par les ressortissants des sociétés occidentales, et parmi ceux-ci, plus particulièrement par ceux de la société française. Accompagnées, voire souvent suscitées par les entreprises, ces attentes d’épanouissement et de réalisation de soi dans le travail semblent aujourd’hui largement déçues.

Le travail: un droit plus qu’un devoir

6Si la place centrale accordée au travail a été historiquement de pair, selon Weber, avec la constitution d’une éthique du devoir - « l’unique moyen de vivre d’une manière agréable à Dieu n’est pas de dépasser la morale de la vie séculière par l’ascèse monastique, mais exclusivement d’accomplir dans le monde les devoirs correspondant à la place que l’existence assigne à l’individu dans la société, devoirs qui deviennent ainsi sa « vocation » » (Weber, 1964) -, désormais « le capitalisme vainqueur n’a plus besoin de ce soutien depuis qu’il repose sur une base mécanique » et l’éthique du devoir a désormais partiellement fait place, notamment depuis les années 70, à une éthique de l’épanouissement. Tout se passe comme si la représentation radicalement nouvelle du travail produite par le xixe siècle, – le travail comme activité de spiritualisation du monde – avait enfin pu s’actualiser du fait de l’avènement de l’abondance dans les sociétés industrielles de l’après-guerre, de la place désormais reconnue à l’individu et de la reconnaissance du caractère légitime des exigences d’épanouissement de celui-ci (Inglehart, 1977, 1990; Zoll, 1992; Lalive d’Epinay, 1998; Martuccelli, 2002; Mercure & Vultur, 2010).

  • 2 « Il s’agit de finalités diversifiées, mais qui ont en commun d’être prioritairement centrées sur l (...)

7Dans leur enquête sur les significations actuelles du travail au Québec, Mercure et Vultur insistent ainsi sur la présence, au travers des différents types d’ethos du travail, d’un vaste procès d’individuation : « effritement de schèmes d’attitudes et de valeurs qui érigeaient la collectivité au titre de grande finalité de l’agir au travail, comme si le travail avait été délesté de ses significations de solidarité et de devoir envers la société; déclin des valeurs d’utilité sociale ; quête très accentuée d’équilibre entre la vie au travail et la vie privée; émergence de nouveaux principes de sens qui se manifestent tant dans le rapport à la vie professionnelle que dans celui à la vie privée » (Mercure & Vultur, 2011). La quête d’autoréalisation et d’épanouissement personnel, poursuivent nos deux auteurs, revêt une grande importance; celle-ci se manifestant tantôt primordialement ou de façon complémentaire dans la vie au travail, tantôt dans la vie hors travail. Les trois traits caractéristiques du travail moderne que relèvent Mercure et Vultur: son importance dans la vie des individus, sa place seconde par rapport à la famille dans l’identité et sa signification majoritairement « expérientielle »2 confirment la thèse du développement de valeurs post-matérialistes dans nos sociétés (Inglehart, 1977; 1990) et celle de l’émergence d’un ethos de l’épanouissement individuel (Lalive d’Epinay, 1998) et sont par ailleurs totalement congruentes avec les résultats issus d’autres enquêtes réalisées en Europe.

8L’importance du travail dans la vie des Européens a en effet été mise en évidence notamment grâce aux différentes vagues de l’European Values Study (Riffault, 1994; Lalive d’Epinay, 1998; Riffault & Tchernia, 2003 ; Davoine & Méda, 2008; Brechon & Tchernia, 2009). La France figure parmi les pays européens où les individus sont les plus nombreux à déclarer le travail important (Davoine & Méda, 2008). Elle est aussi le pays où la proportion de personnes citant l’intérêt du travail comme une dimension essentielle est la plus élevée: dans les deux vagues 1997 et 2005 de l’International Survey Social Program consacrées au travail, cette spécificité française est manifeste, même si les enquêtes internationales ainsi que les entretiens approfondis menés dans six pays européens entre 2006 et 2007 sur la question du rapport au travail mettent en évidence que ces dimensions dites « intrinsèques » ou « post-matérialistes » du travail sont partout fortement présentes (Vendramin, 2010; Davoine & Méda, 2008; 2010). Ces dimensions post-matérialistes recouvrent des éléments diversifiés qui peuvent être appréhendés de façon relativement standardisée et peu précise par le biais des questionnaires des enquêtes internationales, mais de façon plus explicite et détaillée au moyen des entretiens en face-à-face. Ce qui plait particulièrement dans le travail ou ce qui est attendu de celui-ci a trait à la fois au contenu et à l’intérêt du travail – donc à l’activité concrète –, qui doit permettre de « continuer à apprendre », de « réussir quelque chose », de s’exprimer et de se réaliser, mais également à l’ambiance de travail, aux relations avec les collègues et les supérieurs qui doivent également contribuer à l’épanouissement.

9Si elles confirment l’importance accordée au travail et le caractère fortement symbolique des attentes à l’égard du travail, ces enquêtes valident également ce qui pourrait apparaître comme une forme de relativisation du travail mais qui manifeste en réalité plutôt une revendication d’existence « polycentrée »: les personnes interrogées – et les jeunes plus encore que les autres (Tchernia, 2005; Delay, 2009) – indiquent souhaiter se réaliser à la fois dans la sphère familiale et dans la sphère professionnelle, acceptant et revendiquant même un engagement intense dans cette dernière à condition néanmoins que des limites extrêmement précises soient mises à son extension temporelle et spatiale et qu’elle n’empiète pas sur les autres (Bureau, Delay, Méda, 2010). Ces tendances recouvrent néanmoins une forte diversité relative notamment au niveau de diplôme et à la catégorie socio-professionnelle (Baudelot & Gollac, 2003), les cadres, professions intellectuelles, indépendants et chefs d’entreprise accordant plus d’importance au travail qu’à d’autres sphères de réalisation de soi par rapport aux ouvriers et employés, notamment peu qualifiés, et faisant une place plus large au travail en tant que source de leur identité (Garner, Méda & Senik, 2005) comme l’avait déjà montré Lalive d’Epinay (1998).

Des attentes de réalisation de soi largement soutenues par les organisations

10Ces attentes d’épanouissement et de réalisation de soi dans le travail ont été largement accompagnées, soutenues, et même suscitées par les entreprises, qui ont développé à partir des années 1980 de nouvelles organisations du travail et diffusé de nouvelles normes managériales. Portées par un discours soulignant la nécessité de sortir du taylorisme et de solliciter plus fortement l’implication subjective des salariés ainsi que la capacité d’initiative et la responsabilité de ceux-ci, elles ont mis en œuvre de nouvelles organisations (nouvelles technologies, gestion participative, cercles de qualité, flux tendus, qualité totale…) qui ont conduit à la fois à un surcroît d’autonomie (Terssac (de), 1992; Zarifian, 1994) et de contrôle (Linhart, 1994; Coutrot, 1999).

11Depuis les années 1980, la subjectivité des salariés est en permanence sollicitée (Aubert & Gaulejac (de), 1991; Durand, 2004; Gaulejac (de), 2005; Linhart, 2008; Cousin, 2009; Gaulejac (de), 2010), car elle est considérée à la fois comme la condition d’une meilleure productivité mais également comme une concession faite aux aspirations des salariés: ce surcroît de responsabilités et d’initiative qui leur est laissé constituerait une forme d’enrichissement des tâches, marquant ainsi une rupture nette avec le taylorisme. Les nouvelles méthodes de management, en partie fondées sur le pilotage à distance, la substitution de la fixation d’objectifs à atteindre à la prescription détaillée de tâches à accomplir et la diffusion des relations contractuelles au détriment du modèle hiérarchique (Merrien, 1999; Bezes & Demazière, 2011) sont décrites comme particulièrement en phase avec les attentes de salariés plus autonomes et créatifs (Boltanski & Chiapello, 1999).

12Dans la même perspective, Mercure et Vultur défendent la thèse selon laquelle les traits culturels du travail moderne entretiendraient

un rapport d’« affinité élective » avec le nouvel esprit libéral. Ils correspondent aux schèmes d’attente institutionnelle et au « caractère social », ou encore à la personnalité de base souhaités par les entreprises qui constituent le fer de lance du nouveau modèle productif, du moins dans les sphères du travail qualifié qui font de plus en plus appel à l’individualisation du travail, à l’implication subjective des travailleurs, ainsi qu’à leur potentiel de créativité. (Mercure & Vultur, 2011)

13Selon ces auteurs, il y aurait donc eu un développement concomitant et une heureuse convergence des évolutions culturelles – manifestées par de fortes aspirations à la possibilité de se réaliser dans le travail – et des évolutions du modèle socio-productif (désireux de s’attacher les compétences de salariés autonomes). Pour être plus précis, parmi les différents ethos du travail distingués par Mercure et Vultur, deux notamment, représentant plus de la moitié des travailleurs québécois – le « professionnel » et l’« égotéliste » – caractérisés par leur conception expérientielle du travail, leur grande implication au travail et leur acquiescement à la demande de mobilisation des subjectivités individuelles dans le procès de production, seraient particulièrement en phase avec le modèle productif contemporain et porteurs du « nouvel esprit du capitalisme ».

14Les auteurs ne s’attardent pas sur la « fabrique » de ce nouvel esprit ni sur les raisons pour lesquelles une telle convergence a été rendue possible: sont-ce les exigences intrinsèques au modèle socio-productif qui ont conduit à la production – par le biais du social learning, de la diffusion de nouvelles prescriptions, de la construction de manuels de référence, de bibles, de recettes… – d’aspirations à un travail plus responsable et plus épanouissant ou sont-ce au contraire ces dernières (assez manifestes dans les discours des acteurs syndicaux des années 1970) qui ont suscité, outre une demande de biens et services plus variés et plus singuliers, des bouleversements dans l’organisation du travail? Ils mettent en revanche en lumière deux points importants, tous deux relatifs aux évolutions futures du travail.

15Le premier concerne la figure qui semble à nos auteurs la plus congruente avec le développement actuel du système socio-productif: il s’agit de l’« entrepreneur de soi-même », c’est-à-dire de l’individu dont les aspirations sont parfaitement en phase avec les normes managériales actuelles et qui appartient au segment le plus qualifié de la population. Selon Mercure et Vultur (2011), plus d’un tiers de la population en emploi au Québec se reconnaîtrait dans cette figure, ce qui pourrait signifier un effacement progressif du modèle salarial. L’autre point concerne les éventuelles limites rencontrées par le système socio-productif sur la voie de l’implication totale des salariés dans leur travail: Mercure et Vultur rappellent que les individus porteurs des valeurs du nouvel esprit du capitalisme sont tout autant attachés à la réalisation de leur moi dans la sphère du travail que dans d’autres sphères et qu’ils résisteront donc à l’extension illimitée de celle-ci.

16Mais cette thèse suscite de nombreuses autres questions. J’en ai signalé deux en particulier (Méda, 2011), sur lesquelles je reviendrai dans la seconde partie de ce texte mais que je mentionne dès maintenant. Accepter un tel processus signifierait acquiescer à la dualisation du salariat, une partie de la population trouvant à se réaliser dans le travail dans un segment du système socio-productif pendant qu’une autre serait cantonnée à des travaux peu épanouissants, ce qui n’est certes pas nouveau (Galbraith, 2004) mais sans doute de moins en moins supportable à mesure qu’un pourcentage plus élevé de la population est de plus en plus diplômé. Par ailleurs, peut-on vraiment affirmer que le système socio-productif permet aujourd’hui à plus qu’une très petite minorité de se réaliser dans le travail? Ce n’est en tous cas pas ce que semblent montrer les enquêtes que nous avons évoquées ci-dessus.

Des attentes profondément déçues

17D’après ces enquêtes en effet, si les attentes à l’égard du travail sont immenses, la déception ne l’est pas moins.

  • 3 La question n’a malheureusement pas été posée en 2008…

18L’International Social Survey Program et le European Social Survey mettent ainsi en évidence, notamment en ce qui concerne la France, une perception du travail plus que nuancée. Alors qu’ils étaient presque 70%, en 1999 (mais aussi en 2008) à déclarer le travail important, les Français étaient quasiment aussi nombreux, à la même date, à trouver que ce serait une bonne chose que « le travail prenne moins de place dans leur vie »3. Certes, on peut penser que le moment où cette question était posée (en plein débat sur la réduction du temps de travail) n’est pas sans lien avec les réponses, mais on peut aussi voir dans celles-ci la manifestation d’attentes déçues, ce que confortent d’ailleurs les réponses à d’autres questions. En effet, les Français sont les plus nombreux parmi les Européens, dans ces enquêtes, à trouver que leur travail est stressant, à considérer que leurs perspectives de promotion sont extrêmement faibles, à indiquer qu’ils sont peu satisfaits de leur travail et à souligner que celui-ci les empêche de consacrer le temps qu’ils souhaiteraient à leur couple et à leur famille (Davoine & Méda, 2008).

19Tentant de comprendre ces jugements, nous avions proposé, avec Lucie Davoine, de considérer trois grandes catégories d’explication: la mauvaise qualité des relations sociales en France, la médiocre qualité des conditions de travail et d’emploi, notamment pour une partie de la population et les dysfonctionnements de la conciliation entre vie professionnelle et vie familiale. Mais comme nous l’avons indiqué plus haut, ces enquêtes réalisées tant sur grands échantillons que sur petites séries, en Europe, s’accordaient toutes pour mettre en évidence une forte segmentation entre une partie de la population active peu satisfaite de son travail, parmi lesquels figuraient majoritairement des ouvriers et des employés, notamment peu qualifiés et une autre partie, principalement composée de cadres ainsi que de membres des professions intellectuelles et des professions intermédiaires, beaucoup plus satisfaite et considérant plus que les autres le travail comme un moyen de réalisation de soi et une source d’identité.

  • 4 On trouve des médecins, infirmières, professeurs, chercheurs, ingénieurs, éducateurs, professionnel (...)

20Or, une enquête récente réalisée par Radio-France sur le sens du travail (Krauze, Légeron, Méda & Schwarz, 2012), – dont on doit immédiatement souligner les limites puisqu’il ne s’agit pas d’un échantillon représentatif de la population française mais des réponses spontanées à un questionnaire déposé par Radio France à l’intention de ses auditeurs, parmi lesquelles les cadres, les professions intellectuelles et les professions intermédiaires sont surreprésentés4 – apporte des résultats assez édifiants sur cette question, mettant au contraire en évidence un fort malaise au travail de la part de ces catégories qui en semblaient jusqu’alors encore préservées et confirmant des travaux récents (Pichon, 2008; Bouffartigue, Gadea, Pochic, 2011). En effet, alors que cette catégorie, très diplômée, présente des attentes post-matérialistes encore plus fortement accentuées que le reste de la population (75% des répondants souhaitent ainsi que leurs enfants aient un métier épanouissant, alors que 9% seulement citent un métier « où l’on gagne beaucoup d’argent »; les trois qualités principales du travail idéal citées sont les suivantes: permettre de « continuer à apprendre », de « réussir quelque chose », d’«être utile »…), la réalité vécue de leur travail s’avère en fort décalage. À la question « comment ressentez-vous aujourd’hui votre travail? », si 5% répondent que « c’est formidable » et 25%, « ça va bien », 27% choisissent l’item « je suis fatigué » pour décrire la situation qui leur correspond le mieux, 24% « c’est dur mais j’y arrive » et 13% choisissent la réponse: « c’est tellement dur que j’ai envie de partir ». 43% déclarent vouloir changer d’emploi. Enfin 30% ne sont pas contents d’aller travailler le matin. Et si les Français déclarent généralement que dans leur vie la famille passe avant le travail, il est plus rare qu’il en aille de même avec le loisir. Or c’est le cas dans cette enquête: le travail arrive en troisième position, après la famille et le loisir.

21Parmi les difficultés rencontrées dans leur travail, les personnes interrogées en citent principalement trois: le manque de perspectives, le manque d’effectifs et l’obsession de la rentabilité. Les témoignages écrits qui accompagnent les réponses, extrêmement nombreux et nourris sur ce dernier item, décrivent précisément comment la poursuite de la rentabilité et de la productivité à tout prix, – y compris et surtout dans des secteurs où ce qui compte est le contact, la prise en charge, le travail sur autrui, le service au public – détruisent non seulement le sens du travail mais plus généralement la possibilité même de faire un travail de qualité. Ne plus pouvoir bien faire son travail, être déchiré entre des injonctions contradictoires, devoir bafouer son éthique et les canons de son métier pour répondre aux prescriptions et aux critères d’évaluation qui sont désormais omniprésents, voilà ce qui altère gravement et en son cœur même, selon eux, le rapport au travail.

22La possibilité même pour le travail de permettre l’épanouissement constitue désormais pour beaucoup des personnes qui disent y avoir cru une illusion. Un jeune cadre dont la trajectoire peut sembler assez représentative raconte ainsi:

Après dix ans de carrière de « jeune cadre dynamique » modèle dans la finance (bac+5, ascension fulgurante et salaire de ministre pour 60h de travail hebdo) j’ai pris conscience de l’absence totale de sens de ce parcours […]. Le déclic a été une fusion avec une entreprise étrangère à l’occasion de laquelle un objectif de réduction de 30% des effectifs « en douceur » [sic] a été assigné à chaque manager […]. Je travaille maintenant trois jours par semaine dans un petit cabinet comptable qui travaille pour de petites structures culturelles et j’ai la satisfaction de me dire que je contribue ainsi à la réalisation de leur projet artistique dans de bonnes conditions […]. J’espère que je fais partie de la dernière génération piégée par le mythe de l’« épanouissement au travail »: c’était peut-être vrai du temps où le travail était utile à la société, ça ne l’est plus aujourd’hui où tout individu est considéré comme un robot destiné à générer du profit, avec la bénédiction des politiques, de droite comme de gauche (Krauze, Légeron, Méda & Schwarz, 2012).

À quelles conditions les attentes d’épanouissement au travail peuvent-elles être satisfaites?

23Le travail est-il capable de répondre à ces aspirations? Faut-il faire droit aux immenses attentes que les individus ont désormais à l’égard du travail et que les organisations entretiennent et comment ? Que pourrait signifier l’adaptation, – non pas, pour une fois, du travailleur au système socio-productif existant –, mais au contraire, de ce dernier aux attentes explicitement dévoilées par les salariés? Un tel processus exige sans doute de distinguer entre les différentes dimensions constitutives du travail, de comprendre les éléments qui font obstacle à l’assimilation du travail à une œuvre et d’explorer les différentes voies de résolution.

Des contradictions dans la pratique et dans la théorie

24Soulignons en premier lieu, comme le faisait le témoignage exposé ci-dessus, que les discours développés par certaines entreprises – et plus largement, par les responsables de la gestion de la main d’œuvre (privés ou publics) se disant soucieux de permettre à leurs salariés de se réaliser dans leur travail – se trouvent souvent contredits par la réalité des organisations du travail en vigueur (Cousin, 2009). La mise en place de nouvelles organisations du travail à partir des années 1980, visant à donner plus d’initiative et d’autonomie aux salariés, loin de conduire à un desserrement de la prescription et à un dépassement de la division du travail comme le prédisaient Kern et Schumann (1989), s’est traduit par une autonomie « contrôlée », un surcroît de prescriptions, de contrôle et de surveillance a priori et a posteriori, la mise en place de processus standardisés dont le respect multiplie les tâches de reporting (Coutrot, 1999; Cézard & Vinck, 1996; Bue, Hamon-Cholet; Guignon & Vinck, 2003), et enfin, par une forte intensification du travail (Gollac & Volkoff, 1996; 2007; Askenazy, 2006).

25Quant à l’adoption par la France des principes du New Public Management à partir des années 1990, témoignages (Krauze, Légeron, Méda & Schwarz, 2012) et études approfondies (par exemple Moisdon, 2010 ou Sociologie du travail, 2011) montrent que leurs effets sur le sens accordé par les individus à leur travail ont été très négatifs. D’une manière générale, le renforcement de la surveillance, des procédures de contrôle et de l’évaluation individuelle qui a accompagné la mise en œuvre de ces réformes organisationnelles et managériales (de Gaulejac, 2005) s’est développé en totale contradiction avec les discours qui valorisaient responsabilité des salariés et amélioration de la performance. Dans l’enquête sur le sens du travail réalisée par Radio France, des centaines de salariés racontent comment l’obsession de la rentabilité et de la productivité a non seulement détruit le sens de leur travail mais également fait obstacle à l’atteinte des finalités originelles des institutions au sein desquelles ils travaillent ou travaillaient: soigner, instruire, aider, transmettre…, et comment cet intérêt exclusif pour le volume de biens et services produits et son coût sont entrés en totale contradiction avec le souci des salariés pour leur activité, qu’il s’agisse du sens ou de la qualité de celle-ci.

26Mais cette contradiction, qui pourrait sembler conjoncturelle, renvoie à une opposition plus profonde et sans doute structurelle: celle qui existe entre les différentes dimensions, ou les différentes couches de signification du travail. Je défends depuis longtemps la thèse que notre concept actuel de travail est composé de plusieurs « couches de signification » (Meyerson, 1948), qui se sont déposées puis sédimentées au long des siècles, sans retraitement et qui sont contradictoires entre elles (Méda, 1995). Ces différentes significations sont également les supports des attentes multiples et diversifiées des individus à l’égard du travail (attentes qui peuvent d’ailleurs connaître en tout ou partie une certaine réalisation ou n’être que pure illusion). Ainsi, le travail est-il, d’une part, considéré et conceptualisé comme un « facteur de production ». Dans cette mesure, il est ce qui crée de la richesse (l’activité permettant la fabrication de la production nationale) ou permet d’obtenir un revenu: il est en tous cas un moyen en vue d’une autre fin. Dans une telle représentation, le sens du travail et les états d’âme des travailleurs importent peu car c’est bien la fin – le volume de la production ou mieux encore le prix de celle-ci – qui importe, comme Taylor l’a mis en évidence de façon on ne peut plus claire (Taylor, 1965).

27Cette représentation directement issue du xviiie siècle (théorisée par A. Smith) est en totale opposition avec la nouvelle définition du travail apparue au début du xixe siècle – et derechef les nouvelles attentes – d’un « travail-œuvre », pour lequel c’est le contenu de l’activité et la manière dont celle-ci permet au mieux l’expression de la singularité et de l’appartenance à la communauté de chacun qui importe. Deux dimensions peu congruentes avec la représentation du travail léguée par la fin du xixe siècle, un travail-emploi pivot de la distribution des revenus, des droits et des protections, un travail garantissant une place dans la société.

28Entre ces dimensions qui coexistent aujourd’hui pleinement dans notre concept moderne de travail et qui constituent le support d’attentes diversifiées – et peut-être incompatibles – à son égard (attentes d’obtention d’un revenu, d’une grosse production, d’un épanouissement et de la possible réalisation de soi, de l’acquisition d’une place dans la société ainsi que d’une protection décente…), nous n’avons pas délibérément et collectivement choisi. Mais deux éléments marquants caractérisent néanmoins la configuration actuelle du travail dans nos sociétés modernes: la priorité donnée à la production sur l’activité; le salariat comme forme majeure d’organisation du travail.

29Le régime capitaliste dans lequel nous nous trouvons (mais le stakanovisme en vigueur en Union soviétique a montré que ce n’est pas seulement la nature capitaliste du régime qui est déterminante (Gorz, 1980)) rend particulièrement importante la notion de maximisation (Weber, 1964): maximisation de la production (la performance des sociétés étant mesurée principalement par le volume de son Pib par habitant), maximisation du profit, maximisation donc du corrélat de l’activité de travail. Cette priorité accordée au volume de la production et du chiffre d’affaires au détriment des caractéristiques de l’activité de travail permettant de l’obtenir est un trait marquant des sociétés occidentales depuis le xviiie siècle. Même si les trente dernières années ont marqué une sorte d’acmé dans la préférence donnée à la maximisation de la rentabilité et de la productivité par rapport à la qualité de la main d’œuvre et aux principes édictés dans la Déclaration de Philadelphie (Oit, 1944), il importe de s’accorder sur le fait que cette situation remonte au xviiie siècle, et qu’elle s’explique non seulement par des raisons liées à la volonté d’améliorer les conditions de vie mais au moins autant par le fait que la manière dont les individus sont tenus ensemble dans la recherche de l’abondance par le travail constituait, dans la représentation de l’époque, un des moyens les plus évidents de construire et maintenir le lien social (Méda, 1995).

30À côté de ce que l’on peut improprement appeler le « productivisme », le développement du salariat comme mode principal d’organisation du travail au sein des sociétés occidentales apparaît comme l’autre élément majeur de la configuration dans laquelle nous vivons aujourd’hui. Cette évolution qui était rien moins que certaine (on se souvient des réticences extrêmes y compris de la pensée libérale à ce basculement, cf. Buret, 1840 ou Bischoff, 1988) et qui a marqué la substitution du travail à la petite propriété comme fondement de la sécurité (Hatzfeld, 1989; Castel, 1995), nous importe grandement dans la mesure où cette situation constitue une option opposée à celle qui aurait pu prévaloir au xixe siècle, pour manifester la nouvelle valeur accordée au travail et actualiser le potentiel expressif que cette nouvelle représentation comportait. Comme Buret, Marx voyait dans le salariat une monstruosité et ne concevait la libération du potentiel émancipatoire du travail qu’à la condition de l’abolition de celui-ci. À la place de quoi, c’est sur ce lien salarial qui devait être aboli qu’ont été établis solidement le droit du travail et le droit de la protection sociale. Le salariat honni, dont la disparition était la condition sine qua non de la possibilité pour le travail de devenir l’activité la plus haute, la seule activité vraiment humaine, est donc devenu au contraire aujourd’hui, le lieu privilégié d’une protection adéquate des travailleurs. Cette contradiction entre ces deux dimensions ou couches de signification du travail constituent, comme la première, sinon une aporie, au moins un point de résistance, pour toute pensée confrontée aux conditions concrètes de l’émancipation du travail.

Les obstacles à la réalisation des attentes

31Il nous faut désormais nous arrêter sur la question du caractère ou non incompatible de ces différentes dimensions du travail ou plus exactement sur la question de savoir ce qui fait actuellement obstacle à la satisfaction des attentes post-matérialistes posées sur le travail. Je voudrais prendre ici comme représentative de ces attentes la formulation du jeune Marx car il me semble que la plus grande partie des courants sociologiques, philosophiques et psychologiques du travail s’accorderait sur celle-ci :

Supposons que nous produisions comme des êtres humains: chacun de nous s’affirmerait doublement dans sa production, soi-même et l’autre. 1. Dans ma production, je réaliserais mon individualité, ma particularité; j’éprouverais, en travaillant, la jouissance d’une manifestation individuelle de ma vie, et dans la contemplation de l’objet, j’aurais la joie individuelle de reconnaître ma personnalité comme une puissance réelle, concrètement saisissable et échappant à tout doute […]. 3. J’aurais conscience de servir de médiateur entre toi et le genre humain, d’être reconnu et ressenti par toi comme un complément à ton propre être et comme une partie nécessaire de toi-même, d’être accepté dans ton esprit comme dans ton amour. 4. J’aurais, dans mes manifestations individuelles, la joie de créer la manifestation de ta vie, c’est-à-dire, de réaliser et d’affirmer dans mon activité individuelle ma vraie nature, ma sociabilité humaine. Nos productions seraient autant de miroirs où nos êtres rayonneraient l’un vers l’autre (Manuscrits parisiens, Notes de lecture, § 22 (Marx, 1969)).

32Je considère ce texte extraordinaire comme parfaitement représentatif des attentes « post-matérialistes » à l’égard du travail car il synthétise la très grande diversité de celles-ci: la volonté d’exprimer sa singularité mais aussi son appartenance au genre humain; le souci de se reconnaître soi-même, c’est-à-dire par la médiation du produit extériorisé d’avoir la preuve de son existence et d’être reconnu par l’autre, c’est-à-dire comme le précise Marx, d’être à la fois distingué parmi d’autres (c’est le sens premier de reconnaître: « faire renaître dans la mémoire une image, une idée », Rey, 2006) et considéré comme un complément à ceux-ci. Dès lors, pour que l’exercice du travail satisfasse ces attentes, il faudra qu’il permette à chaque individu cette double expression, et donc que ou l’activité elle-même ou le produit de celle-ci porte la marque de son producteur, puisse être « reconnu » comme étant issu de lui ou actualisé par lui. Qu’en définitive le produit du travail puisse être considéré comme une œuvre, à la fois singulière et collective, portant la marque de fabrication d’un individu et d’une communauté, ou que l’activité concrète de travail, lorsqu’elle ne consiste pas dans la production d’un bien ou d’un service, soit elle-même porteuse de ces marques.

33Si l’on en croit le fondateur de la sociologie du travail française, Georges Friedmann, le travail actuel, celui qui s’est développé au cours du xxe siècle, ne présenterait pas les caractéristiques permettant de considérer l’activité de travail ou le produit issu de celle-ci comme une œuvre, sauf exceptions. Au moins trois éléments rendraient cette assimilation impossible. D’abord, la division du travail, de plus en plus approfondie, ferait obstacle à la possible identification du produit à un individu singulier – contrairement à ce qu’avait théorisé Durkheim (Friedmann, 1956). À la division fonctionnelle du travail s’est de surcroît ajoutée la séparation entre les tâches de conception et les tâches d’exécution (Friedmann, 1950; 1956) dont de récents travaux (Crawford, 2010; Sennet, 2010) ont à nouveau souligné l’incompatibilité avec la possibilité du travail-œuvre.

  • 5 Sur ce point nous ne suivons pas A. Bidet qui considère que Friedmann opère une confusion entre les (...)

34Ensuite, le développement de la technique fait de l’activité de travail un élément de plus en plus dépendant de l’atteinte d’autres objectifs, considérés comme plus importants5. Enfin, Friedmann incrimine tantôt le salariat, tantôt le régime capitaliste, qui là encore, subordonnent l’activité de travail à l’atteinte d’autres objectifs que le plaisir retiré de la production d’un ouvrage ou d’une œuvre ou de l’exercice plaisant en lui-même d’une activité permettant l’expression de soi. La production n’est en effet destinée ni à donner aux autres une image de moi-même, ni à procurer à l’association des producteurs le plaisir d’une production de qualité réussissant à allier expression de soi et utilité sociale, mais seulement, d’un point de vue individuel, à obtenir un salaire ou, d’un autre point de vue, à augmenter le volume de biens et services produits ou le profit. Il faut ajouter à ce tableau une question tout aussi essentielle, qui concerne les conditions dans lesquelles s’opère concrètement la production: une large partie de celle-ci n’est pas décidée par les « producteurs » eux-mêmes mais ou bien par les propriétaires du capital ou bien par les responsables des administrations. À cette source patente d’hétéronomie (je produis un bien ou service à la décision de production duquel je n’ai pas participé et dont la finalité peut n’être que le profit et non l’utilité sociale) s’ajoute celle issue de la nature de la relation salariale: si le travail salarié se définit par le fait de travailler sous la subordination d’un autre (donc sous sa direction et son contrôle), alors la définition même du travail salarié ne se caractérise-t-elle pas par l’hétéronomie (Gorz, 1988; Habermas, 1999; Méda, 1995), et ne rend-elle pas infiniment complexe la possible expression de soi? (Vatin & Bernard, 2007).

35Une partie de la sociologie du travail française actuelle ne partage ni la vision d’un Friedmann (Bidet, 2010), qu’elle considère comme attachée à un modèle artisanal du travail désormais désuet, ni l’idée que les conditions actuelles du travail se caractériseraient par l’hétéronomie et s’opposeraient dès lors à la possibilité pour les individus de s’épanouir et se réaliser dans le travail. Ce courant propose au contraire de considérer l’activité de travail comme un accomplissement pratique en contexte (Bidet, 2010, 158) et de considérer l’engagement productif comme un agir créatif à explorer, l’activité étant dotée d’une consistance propre (Bidet, 2010, 159), ce qui aboutit au fait que « le prisme salarial se défait ». Notons néanmoins que l’intérêt pour ce qu’Yves Clot (2010) appelle la « puissance d’agir » et Alexandra Bidet l’« agir créatif » n’est en rien contradictoire avec ce que nous avons décrit ci-dessus. Le travailleur peut en effet fort bien tirer du plaisir de sa puissance d’agir non empêchée et le sociologue s’intéresser principalement aux dimensions concrètes de cette activité et aux modalités de l’engagement du salarié, sans que l’existence de la triple contrainte extrinsèque au travail – le salariat, la technique et la division du travail – soit remise en cause.

36Il est d’ailleurs intéressant de constater que lorsque Sennett ou Crawford braquent eux aussi leurs projecteurs sur l’activité concrète de travail et le plaisir que peuvent procurer des conditions d’exercice adéquates et font l’apologie, comme le courant que nous venons de citer, de l’activité technique de travail et de la routine, ils ne manquent pas de souligner (à l’instar de Friedmann, mais pour expliquer le relatif mépris dans lequel le travail artisanal et l’activité concrète de travail ont été tenus jusqu’ici), la responsabilité de la division du travail, de la séparation entre conception et exécution, du développement autonome de la technique ainsi que du capitalisme. Crawford écrit ainsi:

La présence de cette tierce partie qui cherche à maximiser une plus value sur mon dos en restant complètement insensible aux limitations de rythme dues à la nature même de la tâche effectuée tend par définition à pousser le processus de travail au-delà de ces limites. Il est dès lors impossible que la tâche en question soit guidée par des objectifs qui lui sont propres. Ce sont pourtant ces objectifs propres, en tant que biens en soi, qui font que je désire accomplir mon travail correctement. Ils régissent de façon très stricte la « qualité » d’un produit, dimension quasi-métaphysique qui échappe largement à ceux qui se contentent de calculer leurs bénéfices mais qui reste une préoccupation centrale tant pour l’usager que pour le producteur de l’objet lui-même (Crawford, 2010).

37Le travail moderne est bien selon Crawford voué définitivement à l’hétéronomie, à la séparation d’avec soi-même, et finalement, comme Friedmann lui-même l’écrivait, aliéné: « l’aliénation engendrée par un environnement de travail qui subordonne impitoyablement le bien intrinsèque d’une activité aux exigences extrinsèques du profit » (p. 163). Le livre de Crawford se termine logiquement par un vibrant appel à un changement complet de paradigme et une véritable révolution. Redonner du sens au travail supposerait donc une rupture avec l’économisme et le productivisme des temps modernes ainsi qu’avec le capitalisme.

Quelles voies de sortie?

38Une des questions centrales de Friedmann consiste à se demander s’il ne vaut pas mieux, étant donné les conditions actuelles d’exercice du travail et la difficulté de les transformer, développer à côté du travail, hors du travail, une sphère d’activité de loisirs plus susceptible que celui-ci de permettre l’épanouissement des travailleurs. Mais Friedmann est conscient du fait que des travailleurs aliénés et insatisfaits dans leur travail ne peuvent pas être des parents, des citoyens et des amis vraiment libres et épanouis dans leurs loisirs. D’autres auteurs, dont certains de ceux précédemment cités (Sennett, Crawford), partageant le constat d’un décalage patent entre les attentes des individus vis-à-vis du travail et la réalité du travail, appellent plutôt de leurs vœux un changement radical non seulement du système socio-productif mais plus généralement de l’ensemble des éléments composant la configuration qui fait aujourd’hui obstacle à l’identification du travail idéal et du travail réel. Sennett et Crawford proposent notamment une rupture radicale avec le capitalisme et la division du travail, voyant l’un et l’autre dans la possibilité pour les individus de reconnaître leur apport à la production et de faire reconnaître celui-ci par l’utilisateur, un des moyens de renouer avec le sens du travail.

39Crawford propose ainsi d’« essayer de trouver un travail dans les interstices de l’économie, un emploi dont le débouché marchand soit entièrement compatible avec l’échelle humaine des interactions face à face. C’est ce qu’offre un environnement comme le speed shop, à savoir une communauté de fabricants et de réparateurs entièrement intégrées au sein d’une communauté d’usagers » (Crawford, 2010, 218). Mais la question du salariat reste entière. Si Crawford semble penser que pour sauver le travail il nous faut revenir à l’époque antérieure au salariat et au travail-marchandise, lorsque l’indépendance économique des petits producteurs permettait l’exercice du seul type de travail adapté à l’exercice de la citoyenneté, il apparaît pour autant aujourd’hui bien risqué d’abandonner un mode d’organisation du travail qui a permis d’assurer aux travailleurs une certaine protection alors que la forme alternative qui semble la plus probable, comme l’indiquent Mercure et Vultur (mais aussi Gorz, 2005 et Méda, 1999), est l’entrepreneur de soi, qui constituerait par rapport au salariat un formidable retour en arrière puisque les travailleurs seraient privés à la fois de la sécurité-propriété et de la sécurité-travail, n’ayant plus à négocier que leur stock de compétences et de capital humain, dont l’employabilité devrait être soigneusement entretenue.

40Nous sommes dès lors ramenés à la contradiction à laquelle Marx lui-même s’était heurtée (le travail premier besoin vital et le travail-nécessité) et qu’il semble avoir tranchée en faveur du travail-nécessité, la véritable liberté ne commençant « qu’à partir du moment où cesse le travail dicté par la nécessité et les fins extérieures ». Nous pouvons continuer à faire nôtre la direction qu’il avait proposée, notamment à un moment où les remises en cause du droit du travail, la précarisation des emplois et le chômage minent la condition salariale elle-même (Castel, 1995). Si le prix à payer pour s’épanouir au travail est le détricotage de la protection acquise dans le cadre salarial et la promotion de l’auto-entreprenariat, il est sans doute plus raisonnable, hic et nunc, comme y invitait Marx, d’accepter le caractère de devoir social de la participation aux échanges et de rendre les conditions dans lesquelles ils s’exercent « les plus dignes, les plus conformes à leur nature humaine » (Marx, 1969) et peut-être de renoncer au mythe du travail-épanouissement pour en revenir à une conception du travail comme activité socialement utile destinée à fabriquer la production. Dans le laps de temps plus ou moins long qui nous sépare du Grand Soir, plusieurs chantiers sont dès lors grandement susceptibles de contribuer à la reconstruction du travail.

41Il pourrait s’agir a minima de rendre enfin effectif le droit au travail inscrit dans le Préambule de la Constitution, de mettre en œuvre le programme de « travail décent » proposé par l’OIT, de renforcer le droit du travail, d’éradiquer les logiques issues du NPM et de l’obsession de la productivité et de la rentabilité et de développer des « organisations apprenantes » (Valeyre, 2007), le tout étant conditionné, comme l’explicite Marx lui-même, par la réduction du temps de travail et de l’emprise du travail. À très court terme, renforcer les dispositifs de protection des salariés et la ressource que constitue le droit du travail, substituer aux politiques et aux dispositifs individualisés qui isolent les salariés (comme la rupture conventionnelle, cf. Dalmasso, Gomel, Méda & Serverin, 2012) des instances de représentation de ceux-ci dans toutes les entreprises et mettre en évidence l’inanité des réformes qui visent à simplifier les dispositifs au nom de la sécurisation des procédures, de la création d’emplois ou de la dé-segmentation du marché du travail apparaît essentiel.

42Plus profondément, un tel programme suppose sans doute, d’une part, une transformation de la nature même du salariat qui pourrait prendre la forme d’un fort relâchement du lien entre productivité individuelle et rémunération (Halevy, 1907) – à l’exact rebours de ce qui s’est passé en France avec la mise en œuvre du Rsa –, et qui pourrait s’accompagner d’une re-conceptualisation de la notion d’entreprise (Segrestin & Hatchuel, 2012; Ferreras, 2007) et, d’autre part, une remise en cause de l’indicateur traditionnel à l’aide exclusive duquel nous évaluons la performance des sociétés: le Pib (Méda, 1999; Gadrey & Jany-Catrice, 2003), et plus généralement de l’obsession de la maximisation de la production (Méda, 1999; Gadrey, 2010; Jackson, 2010).

43La grave crise écologique et sociale à laquelle nous sommes dès maintenant confrontés et dont la résolution nécessite une forte réduction de la production et de la consommation, peut enfin constituer une chance exceptionnelle de changer radicalement le travail si, comme le propose Jackson dans Prospérité sans croissance (2010), nous parvenons à rompre avec ce que les économistes nous ont fait considérer comme la condition sine qua non du progrès: la recherche effrénée des gains de productivité. En effet, la question de savoir si la poursuite des gains de productivité du travail doit rester l’objectif principal recherché par nos sociétés – parce qu’elle constituerait la voie privilégiée d’accès au progrès, à la multiplication des biens et services produits, à la baisse des prix de ceux-ci – ou si nous lui préférons la voie d’un développement plus sélectif, donnant la priorité à la qualité du travail et des produits – est centrale. Elle est la preuve qu’il n’est pas possible de considérer l’avenir du travail sans avoir auparavant décidé du type de consommation que nous souhaitons, des modalités de choix de la production socialement nécessaire et du nouveau modèle de développement vers lequel organiser la transition.

* * * * *

44En Europe comme dans l’ensemble du monde occidental, les attentes relatives au travail ont changé de nature: une large partie de la population, notamment les plus diplômés, les plus jeunes et les CSP les plus élevées placent désormais sur le travail des attentes de plus en plus « expressives » ou post-matérialistes, désirant trouver dans le travail sens, réalisation et expression de soi, développement de ses capacités et bonne ambiance. Ces attentes, dont les entreprises ont soutenu et accompagné la diffusion, sont particulièrement développées en France où les personnes interrogées font pourtant de plus en plus état de leur déception en raison de conditions de travail qui leur semblent peu propices à la satisfaction de celles-ci.

45Une partie des principaux supports du « travail–épanouissement », les cadres, professions intellectuelles et professions intermédiaires travaillant notamment dans le secteur public, soumis aux nouvelles organisations du travail et au New Public Management, font de plus en plus état de la perte de sens du travail à laquelle conduisent ces nouveaux modes d’organisation et réclament, d’une part, un arrêt du développement des logiques axées sur la rentabilité et la productivité et, d’autre part, la promotion de la qualité du travail. Ainsi une forte contradiction semble-t-elle aujourd’hui exister entre qualité et productivité du travail, de même qu’un décalage potentiellement explosif entre l’ampleur des attentes individuelles posées sur le travail et la capacité du système socio-productif à les satisfaire.

46Contrairement au Québec où Mercure et Vultur voient dans l’entrepreneur de soi la figure du travailleur du futur, susceptible de réaliser la convergence des aspirations individuelles et des évolutions du système socio-productif, la France semble opposer de la résistance à la fusion des logiques managériales et individuelles et préférer une voie qui privilégie la qualité – du travail et des produits – et la sécurité, par rapport à la flexibilité, sans doute parce que le nombre de personnes travaillant dans le secteur public, qui constitue un support pour cette voie, reste élevé. Si cette analyse était confirmée, elle devrait bien sûr entraîner un certain nombre de révisions parmi les principes managériaux érigés en dogme ces vingt dernières années. À court terme, à rebours des discours réclamant une « réforme structurelle du marché du travail » au nom de l’adaptation des salariés aux impératifs de la mondialisation, il semblerait plus approprié de renforcer les sécurités accordées aux salariés, d’augmenter leur pouvoir de négociation et de leur redonner non seulement la parole mais aussi du pouvoir, notamment sur leurs conditions de travail. C’est sans doute seulement de cette manière qu’il deviendra possible d’engager non seulement une conversion de notre économie vers la promotion de la qualité du travail et de l’emploi mais aussi une transformation concomitante de la façon dont la production socialement nécessaire est déterminée, de sa quantité, qualité et composition, de la répartition dans l’ensemble de la population et de la nature de l’activité permettant la fabrication de cette production (le travail) et des indicateurs à l’aune desquels évaluer la performance des sociétés.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Askenazy, Philippe (2006), Les Désordres du travail, Paris, La République des idées/Le Seuil.

Aubert Nicole & Vincent de Gaulejac (1997), Le Coût de l’excellence, Paris, Le Seuil.

Baudelot Christian & Michel Gollac (2003), Travailler pour être heureux?, Paris, Fayard.

Bidet Alexandra (2011), L’Engagement au travail. Qu’est-ce que la vrai boulot?, Paris, PUF, coll. « Le lien social ».

Bischoff Manfred (1998), « Travail et citoyenneté », Société 18/19, été 1998.

Boltanski Luc & Eve Chiapello (1999), Le Nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard.

Bouffartigue Paul, Charles Gadea & Sophie Pochic (2011), Cadres, classes moyennes, vers l’éclatement ?, Paris, Armand Colin.

Brechon Pierre & Jean-François Tchernia (dirs), La France à travers ses valeurs, Paris, Armand Colin.

Bue Jennifer, Sylvie Hamon-Cholet, Nicole Guignon & Lydie Vinck (2003), « Vingt ans de conditions de travail », Données sociales.

Bureau Marie-Christine, Béatrice Delay & Dominique Méda (2010), « How do Socio-Organisational Systems Support Competition or Synergies between Age Groups? A French perspective », in Vendramin Patricia (dir.), Generations at Work and Social Cohesion in Europe, Bruxelles, Peter Lang, Coll. « Travail et Société », Vol. n° 68, p 131-162.

Buret Eugène (1840), De la Misère des classes laborieuses en France et en Angleterre, Paris, Chez Paulin Libraire.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Castel Robert (1995), Les Métamorphoses de la question sociale, Paris, Fayard
DOI : 10.3406/agora.1995.1517

Cézard M & Lydie Vinck (1996), « Contraintes et marges d’initiative des salariés dans leur travail », Données sociales

Clot Yves (2010), Le Travail à cœur, Paris, La Découverte

Cousin Olivier (2009), « Quelle place pour le travail? », Interventions économiques, n° 39

Coutrot Thomas (1999), Critique de l’organisation du travail, Paris, La Découverte

Crawford Matthew B. (2010), Éloge du carburateur. Essai sur le sens et la valeur du travail, Paris, La Découverte,

Davoine Lucie & Dominique Méda (2008), « Place et sens du travail en Europe: une singularité française? », Document de travail du Centre d’études de l’emploi, n° 96-1, février, 116 p. http://www.cee-recherche.fr/fr/doctrav/travail_europe_96_vf.pdf

Davoine Lucie & Dominique Méda (2010), « The Importance and Meaning of Work in Europe. Trends and Differences between Countries », in Vendramin Patricia (dir.), Generations at Work and Social Cohesion in Europe, Bruxelles, P.I.E Peter Lang, Coll. « Travail et Société », Vol. n° 68, p. 47-72.

Delay Béatrice (2008 ), « Les jeunes: un rapport au travail singulier? Une tentative pour déconstruire le mythe de l’opposition entre les âges », Document de travail du Centre d’études de l’emploi, n° 104. http://www.cee-recherche.fr/fr/doctrav/Doc104-Delay-travail-singulier-opposition-age.pdf

Gaulejac Vincent (de) (2005), La Société malade de la gestion, Paris, Le seuil

Durand Jean-Pierre (2004), La Chaîne invisible. Travailler aujourd’hui: d flux tendu à la servitude volontaire, Paris, Le Seuil,

Ferreras Isabelle (2007), Critique politique du travail, Paris, Presses de Science Po.

Friedmann Georges (1956), Le Travail en miettes, Paris, Gallimard

Friedmann Georges (1950), Où va le travail humain ?, Paris, Gallimard

Gadrey Jean (2009), Adieu à la croissance, Paris, Les Petits Matins

Garner Hélène, Dominique Méda & Claudia Senik C. (2005), « La place du travail dans l’identité », Économie et statistique.

Gollac, M., Volkoff, S. (1996), « Citius, altius, fortius, l’intensification du travail », Actes de la recherche en sciences sociales, 114, 54–67.

Gollac Michel et Serge Volkoff (2007), Les Conditions de travail, Paris, La Découverte

Gorz André (1980), Adieux au prolétariat, Paris, Galilée

Gorz André (2005), « La personne devient une entreprise. Note sur le travail de production de soi », Eco Rev’, mai 2005.

Halevy Émile (1907), « Les principes de la distribution de la richesse », Revue de Métaphysique et de Morale, 1906, 545-595.

Hatzfeld Henri (1989), Du Paupérisme à la sécurité sociale, Nancy, Presses universitaires de Nancy

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Inglehart Ronald (1971), « The Silent Revolution in Europe: Intergenerational Change in Post-Industrial Societies », The American Political Science Review, vol.65, n°4, December, 991-1017.
DOI : 10.2307/1953494

Inglehart Ronald (1990), Culture Shift in Advanced Industrial Society. Princeton, Princeton University Press.

Jackson Tim (2010), Prospérité sans croissance. La transition vers une économie durable, Bruxelles, De Boeck/Etopia, collection « Planète en jeu ».

Kern Horst & Michael Schumann (1989), La Fin de la division du travail? La rationalisation dans la production industrielle, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme.

Krauze Jan, Patrick Légeron, Dominique Méda & Yves Schwarz (2012), Quel travail voulons-nous ?, Paris, Les Arènes

Lalive d’Epinay Christian (1998), « Significations et valeurs du travail de la la société industrielle à nos jours », in De Coster M. & F. Pichault (dirs), Traité de sociologie du travail, Bruxelles, De Boeck/Westmael.

Linhart Danièle (1994), La Modernisation des entreprises, Paris, La Découverte;

Linhart Danièle (2008), « Que fait le travail aux salariés? Que font les salariés du travail. Point de vue sociologique sur la subjectivité au travail », in Linhart Danièle (dir.), Pourquoi travaillons nous?, Paris, Érès.

Marx Karl, (1969), Manuscrits parisiens, Paris, La Pléiade.

Marx Karl, (1969), Le Capital, Paris, La Pléiade.

Martucelli D. (2002), Les Grammaires de l’individu, Paris, Folio Essais

Méda Dominique (2011), « La nouvelle éthique du travail au service de l’entreprise de soi? », Discussion du livre de Daniel Mercure et Mircea Vultur, La Signification du travail. Nouveau modèle productif et ethos du travail au Québec, Sociologies, 6 juillet 2011. http://sociologies.revues.org/3504

Méda Dominique (1995), Le Travail. Une valeur en voie de disparition, Paris, Aubier, Coll. Alto, 1995 [rééd. Paris, Champs-Flammarion].

Méda Dominique (2011), « Les jeunes ont-ils un rapport spécifique au travail? » in Vultur M. et Mercure D. (dir.), Perspectives internationales sur le travail des jeunes, Laval, Presses de l’Université de Laval, Coll. « Sociologie contemporaine ».

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Méda Dominique (2010), « Comment mesurer la valeur accordée au travail? », Sociologie, n° 1, Vol. 1, avril, p. 121-140.
DOI : 10.3917/socio.001.0121

Méda Dominique (1999), Qu’est-ce que la richesse ?, Aubier rééd. Champs Flammarion

Mercure Daniel et Mircea Vultur (2010), La Signification du travail. Nouveau modèle productif et ethos du travail au Québec, Québec, Presses de l’Université Laval

Mercure Daniel et Mircea Vultur (2011), « Grand résumé de La signification du travail. Nouveau modèle productif et ethos du travail au Québec », Sociologies, 6 juillet 2011. http://sociologies.revues.org/3503

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Merrien, F.X. (1999), « La nouvelle gestion publique: un concept mythique », Lien social et politiques, 41, 95–103.
DOI : 10.7202/005189ar

Meyerson I., (1948), « Le travail: une conduite », Journal de psychologie normale et pathologique, n° 1.

Moisdon, J.C. (2010), « L’évaluation du changement organisationnel par l’approche de la recherche intervention. L’exemple des impacts de la T2A », Revue française des affaires sociales, 1–2, 213–226.

Nicole-Drancourt C., Roulleau-Berger L. (2001), Les Jeunes et le travail. 1950-2000, Paris, PUF.

Pichon A. (2008), Les Cadres à l’épreuve. Confiance, méfiance, défiance, Paris, PUF, coll. « Sciences et sociétés ».

Riffault Hélène & Jean-François Tchernia (2003), « Sens du travail et valeurs économiques », in Bréchon Pierre (dir.), Les Valeurs des Français, Paris, Armand Colin, 108-129.

Rolle Pierre (1973), Introduction à la sociologie du travail, Paris, Larousse.

Segrestin Blanche et Armand Hatchuel (2012), Repenser l’entreprise, Paris, La République des idées/Le Seuil.

Sennett Richard (2010), Ce que sait la main. La culture de l’artisanat, Paris, Albin Michel.

Sociologie du travail (2011), « New Public Management et professions dans l’État: au-delà des oppositions, quelles recompositions ? », n° 53.

Taylor F. (1965), La Direction scientifique des entreprises, Paris, Dunod.

Tchernia Jean-François. (2005), « Les jeunes européens, leur rapport au travail » in Galland Olivier & Bernard Roudet (dirs), Les Valeurs des jeunes, Paris, La Découverte.

Terssac Gilbert (de). (1992), L’Autonomie au travail, Paris, PUF.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Valeyre Antoine (2007), « Les conditions de travail des salariés dans l’Union européenne à quinze selon les formes d’organisation », Travail et emploi, n°112, p. 35-47. http://travailemploi.revues.org/2185
DOI : 10.4000/travailemploi.2185

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Vatin François (2001), « Le travail, la servitude et la vie. Avant Marx et Polanyi, Eugène », Revue du MAUSS, Paris, La Découverte, 2001/2, n° 18, 237-280.
DOI : 10.3917/rdm.018.0237

Vatin François & Sophie Bernard (2007), Le Salariat : théorie, histoire et formes, Paris, La Dispute.

Vendramin Patricia (dir.) (2010, Generations at work and social cohesion in Europe, Work and Society, Bruxelles, Peter Lang, Coll. « Travail et Société », Vol. n° 68

Weber Max ( 1964 ), L’Éthique protestante et l’esprit du capitalisme, Paris, Plon.

Zarifian Philippe (1994), Quel modèle d’organisation pour l’industrie européenne ?, Paris, L’Harmattan.

Zoll Rainer (1992), Nouvel individualisme et solidarité quotidienne. Essai sur les mutations socio-culturelles, Paris, Kimé.

Haut de page

Notes

1 C’est-à-dire qui permettent l’expression de soi.

2 « Il s’agit de finalités diversifiées, mais qui ont en commun d’être prioritairement centrées sur la nature même de l’expérience vécue au travail ».

3 La question n’a malheureusement pas été posée en 2008…

4 On trouve des médecins, infirmières, professeurs, chercheurs, ingénieurs, éducateurs, professionnels de la santé, informaticiens, formateurs, consultants et une assez forte proportion de personnes travaillant pour les grandes fonctions collectives, éducation, santé, social sans être nécessairement fonctionnaires puisque la moitié d’entre eux ont connu le chômage.

5 Sur ce point nous ne suivons pas A. Bidet qui considère que Friedmann opère une confusion entre les deux dimensions technique et économique (Bidet, 2011, 70sq).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Méda, « Quels changements à la mesure des attentes posées sur le travail? », La nouvelle revue du travail [En ligne], 2 | 2013, mis en ligne le 30 mars 2013, consulté le 26 août 2016. URL : http://nrt.revues.org/633 ; DOI : 10.4000/nrt.633

Haut de page

Auteur

Dominique Méda

Université Paris-Dauphine, Irisso, Centre d’études de l’emploi

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org