Navigation – Plan du site
Matériaux

Du travailleur au malade : retour sur la reconstitution du parcours professionnel de patients atteints de cancer en Seine-Saint-Denis

Flaviene Lanna

Résumés

Le Groupement d’intérêt scientifique sur les cancers d’origine professionnelle en Seine Saint Denis – Giscop93 – mène depuis 2002 une enquête permanente sur les expositions aux cancérogènes dans l’activité de travail et sur la reconnaissance de ces cancers comme maladies professionnelles. La première étape de l’enquête consiste en une reconstitution fine du parcours professionnel du patient par un entretien qualitatif dont le compte-rendu sera analysé par un collège d’experts afin d’identifier des éventuelles expositions. Cet article s’intéresse à la méthode utilisée pour reconstituer les parcours professionnels et cherche à montrer quelques unes des dimensions sociales jouant un rôle dans la construction du récit que livre le patient.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les membres du Groupement d’intérêt scientifique sont le Ministère du travail (à travers la Directi (...)

1Depuis les années 1990, au sein de l’Île-de-France, une surmortalité par cancer a été constatée dans le département de la Seine-Saint-Denis. Une observation de la composition socio-économique de sa population associée à son passé industriel a mené à une interrogation sur les expositions aux cancérogènes en milieu de travail. Ainsi, depuis 2002, une enquête permanente est conduite par le Giscop (Groupement d’intérêt scientifique1 sur les cancers d’origine professionnelle en Seine-Saint-Denis) avec pour objectifs de contribuer à sortir les cancers d’origine professionnelle de leur invisibilité et de les inscrire dans l’histoire collective du travail et de l’industrialisation française. Il s’agit également de tenter de comprendre les logiques de « reconnaissance » de ces cancers comme maladies professionnelles.

2Selon Annie Thébaud-Mony (2008, 240), l’invisibilité des cancers professionnels a trois sources, la « méconnaissance de la toxicité des substances chimiques présentes dans l’activité de travail », l’invisibilité physique des cancérogènes dans l’activité de travail et l’invisibilité sociale qui découle de la non-application des règles de prévention par les employeurs et du caractère restrictif de la réparation des cancers professionnels en France. La longue histoire pour la reconnaissance des affections périarticulaires (Hatzfeld, 2008) montre que la crainte de ne pas pouvoir délimiter le caractère professionnel des pathologies a souvent conduit à leur négation. Par ailleurs, l’étude d’autres dispositifs, difficilement effectifs, comme celui des maladies à caractère professionnel – non indemnisables même si d’origine professionnelle, mais ayant surtout comme effet escompté celui de prévenir et d’améliorer les tableaux de maladies professionnelles – témoigne de l’invisibilité institutionnelle des atteintes à la santé d’origine professionnelle (Daubas-Letourneux, 2008).

3La médecine du travail, à son tour, a été longtemps perçue comme outil de gestion et de recrutement de la main-d’œuvre, mélange d’hygiénisme et de scientificité qui s’est inscrit dans un mouvement de rationalisation du travail influencée par le taylorisme et sa décomposition du geste professionnel (Buzzi, Devinck & Rosental, 2006). Quelques scandales comme Pennaroya ou celui de l’amiante ont contribué à faire émerger le souhait d’une médecine qui partirait de l’individu au travail au lieu d’objectiver la santé par des facteurs tels la logique des seuils ou la « tolérance moyenne », plutôt liés à une conception statistique de la santé ou de sa détérioration acceptable (Buzzi, Devinck & Rosental, 2006).

4Les rapports de forces sociales concernant la « construction et la préservation de la santé des travailleurs » (Daubas-Letourneux, 2008), ainsi que la réparation des atteintes à leur santé, nous mènent, in fine, à questionner dans quelle mesure la société considère normal que le corps soit affecté par l’activité de travail (Hatzfeld, 2008).

  • 2 Voir les publications du Giscop sur son site : http://www.univ-paris13.fr/giscop/
  • 3 Je remercie Annie Thébaud-Mony et Delphine Serre pour les suggestions et les commentaires faits sur (...)

5Pour le Giscop, en amont de l’étude des processus sociaux, historiques et politiques de la reconnaissance des cancers professionnels, se pose la question de la production des connaissances sur les expositions à des cancérogènes dans l’activité de travail. Pour ce faire, l’enquête a recours à un entretien réalisé avec chaque patient pour reconstituer son parcours professionnel. Ce parcours est ensuite analysé par un collège d’experts – toxicologues, médecins du travail, chimistes, ingénieurs de la Caisse régionale d’assurance maladie, délégués de Comités d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (Chsct) – qui vont identifier les expositions aux cancérogènes en aveugle de la pathologie dans une séance d’expertise qui a lieu une fois par mois dans les locaux de l’Université Paris 13. Depuis la création du Giscop, plus de mille parcours ont été reconstitués et des articles et des travaux universitaires rendent compte et analysent les résultats de l’enquête permanente2. En partant du présupposé que l’épistémologie du recueil des matériaux demeure essentielle à la validation des résultats avancés par la suite, la présente contribution est conçue comme un retour sur la méthode utilisée pour reconstituer les parcours professionnels, premier volet de ce processus de production de connaissances. Les autres phases de l’enquête – comme l’expertise des parcours et les enjeux autour de la reconnaissance – ne seront pas l’objet de cette discussion. Je m’intéresserai ici, uniquement, au recueil de données, dans une démarche qui constitue un autre retour, cette fois-ci sur ma propre expérience en tant qu’enquêtrice au Giscop3 (voir encadré).

Méthodologie et matériaux empiriques

De 2008 à 2010 j’ai réalisé plus de cent trente entretiens de reconstitution de parcours professionnels et complété un journal de terrain pour une soixantaine d’interviewés et leur cadre d’entretien. À partir du protocole de recherche de l’enquête – qui a évolué par le travail de chacun des enquêteurs ayant occupé ce poste – et au fur et à mesure de la découverte de ce terrain, j’ai pris des notes sur les difficultés, inquiétudes, questions et obstacles retrouvés pour la réalisation des entretiens et pour la reconstitution des parcours. J’ai essayé de réfléchir aux attitudes et aux outils qui pouvaient être adoptés pour les contourner ou les minimiser, ou tout au moins les analyser, avec, à l’appui, des outils théoriques issus de la sociologie du travail et des méthodes qualitatives d’enquête appliquées à la connaissance du travail.

Une dernière précision doit être faite : l’enquête du Giscop définit sa population sans se cantonner à un métier ou à une entreprise, avec l’objectif affiché d’étendre la connaissance des expositions à des cancérogènes classés comme tels dans l’activité de travail en Seine Saint Denis. Les entretiens que j’ai réalisés avec des femmes, des employés et des cadres présentaient une grande hétérogénéité dont l’analyse des spécificités dépasserait le cadre de cet article sans nécessairement dévoiler des éléments nouveaux en ce qui concerne le recueil des données. C’est pourquoi cet article ne prend comme référence que les entretiens réalisés avec des hommes appartenant à la catégorie socioprofessionnelle d’ouvrier, choix également justifié par leur présence majoritaire parmi les enquêtés et surtout parmi les patients exposés à des cancérogènes.

« Les ouvriers demeurent exposés aux pénibilités physiques, aux nuisances, aux risques d’accident, dans des proportions sans commune mesure avec la moyenne des autres actifs » (Gollac & Volkoff, 2007, 41). Cela n’est pas anodin et montre bien à quel point la division sociale du travail mais aussi des risques exerce des effets sur la santé des travailleurs (Thébaud-Mony, 2006).

6Il convient de préciser les raisons ayant motivé la construction de connaissances à partir du vécu des patients au travail. D’une part, le présupposé épistémologique de l’enquête est que les travailleurs ont une expérience et sont capables de la raconter. L’expérience est cet « apprentissage, par le mode individuel et de groupe, des solutions capables de résoudre les problèmes concrets que le travail leur pose chaque jour à l’intérieur de l’usine » (Oddone, 1981, 47). Le recueil de cette expérience par les entretiens contribue à éclairer « non pas seulement pour mais avec les acteurs » (Fischbach, 2011, 145) les questions concernant les expositions aux cancérogènes dans l’activité de travail. Le Giscop ne prétend pas détenir un savoir que les patients n’ont pas mais, au contraire, le construire avec eux. D’autre part, ce choix méthodologique pallie l’inexistence d’une mémoire institutionnelle et l’impossibilité d’observer le travail réel due au fait que la majorité des entreprises est aujourd’hui fermée. La parole du travailleur et le parcours professionnel qu’il nous livre dans l’entretien permettent, en outre, une reconstitution très fine des activités réelles mais aussi de tous les interstices du travail, sortant celui-ci de toute abstraction qui pourrait advenir d’un modèle construit à partir d’un « travailleur moyen ». Cette individualisation des parcours conditionne aussi une éventuelle reconnaissance du caractère professionnel du cancer car le processus mis en place par la sécurité sociale analyse chaque cas de façon singulière.

7Cet article se veut une contribution au décodage des dimensions sociales qui jouent un rôle dans la construction du récit que livre le patient. Dès lors, il est essentiel de préciser que la principale spécificité – pour ne pas dire contrainte – des entretiens menés au Giscop est la maladie. En effet, le cancer fonctionne comme une « toile de fond » pendant toute la durée de l’entretien et même pendant toutes les étapes de l’enquête. C’est pour ne pas perdre de vue cette réalité que j’utiliserai le mot « patient » pour faire référence aux enquêtés.

8Il s’agira alors de montrer comment est constituée la population d’enquête, de quoi nous parlons pendant les entretiens et comment nous parlons. Dit autrement, revenir sur la méthode des entretiens suppose alors de s’intéresser à l’activité réelle de travail au sein de l’organisation du travail, à la symbolique du travail et ses effets sur l’expression des travailleurs, aux difficultés et limites rencontrées lors d’interactions avec des personnes atteintes de cancer et au retour sur leur passé pendant l’entretien afin de mieux cerner dans quelle mesure des entretiens qualitatifs, inspirés des techniques et des concepts des sciences sociales et de l’ergonomie, peuvent rendre compte de cette réalité complexe constituée d’allers-retours entre passé et présent, entre travail et cancer.

Négocier un entretien pour la reconstitution du parcours professionnel : « pourquoi parler de travail quand j’ai un cancer ? »

9Pour cette recherche-action, le Giscop s’appuie sur une équipe pluridisciplinaire constituée de professionnels des sciences sociales (des sociologues et des psychologues du travail) et de santé publique (médecins et épidémiologiste). Pour constituer la population d’enquête, un protocole de recherche a été signé avec des services de trois hôpitaux du département – centre hospitalier universitaire Avicenne, hôpitaux intercommunaux Robert Ballanger et Raincy-Montfermeil – et des médecins hospitaliers attachés de recherche du Giscop se chargent de repérer les patients éligibles, en informant par la suite leurs médecins référents pour le traitement du cancer. Pendant une des consultations qui suit l’annonce du diagnostic, ces derniers présentent l’enquête aux patients et leur proposent d’y participer. Ceux qui acceptent signent un consentement autorisant la transmission de leurs coordonnées.

10En réalité, la collaboration avec les médecins hospitaliers est essentielle à la constitution de la population d’enquête, en plus d’être garante de rigueur dans ce recrutement. Le fait que le patient prenne connaissance du Giscop par son médecin peut favoriser notre prise de contact pour un rendez-vous dans le sens où sa légitimité – mais aussi son autorité – est symboliquement transférée à l’enquête. Toutefois le malade qui signe le consentement devant son médecin n’est pas tout à fait le même que celui qui va répondre à l’appel de l’enquêteur. L’espace de temps entre l’un et l’autre est en général de deux ou trois jours, une semaine au plus tard, mais le patient est déjà rentré dans une autre logique, celle définie par Anselm Strauss comme la « trajectoire de la maladie » : terme qui a « la vertu de faire référence non seulement au développement physiologique de la maladie de tel patient mais également à toute organisation du travail déployée à suivre ce cours, ainsi qu’au retentissement que ce travail et son organisation ne manquent pas d’avoir sur ceux qui s’y trouvent impliqués, … y compris, le cas échéant, les parents proches et le malade » (Strauss, 1992, 143-144). Pour les malades du cancer, cette trajectoire comprend des soins comme les séances de radiothérapie ou de chimiothérapie, les nombreux examens, les hospitalisations pour certains, les suites opératoires pour d’autres, l’utilisation d’appareils (notamment respiratoires), les démarches administratives auprès de la Sécurité sociale ou de la mutuelle, auprès des assistantes sociales, mais aussi et principalement un état de santé fragile qu’il faut gérer physiquement et mentalement.

11Parmi les nouveaux interlocuteurs rencontrés par le patient à la suite de son diagnostic, l’enquêteur du Giscop est souvent associé au fait médical. Une fois le sujet de l’appel précisé – la prise de rendez-vous pour un entretien de reconstitution du parcours professionnel – et la signature du consentement rappelée, les patients montrent souvent un certain étonnement sur cet intérêt à connaître leur parcours de travail et d’emploi quand ils viennent d’apprendre qu’ils ont un cancer. Quelques patients acceptent volontiers l’entretien, surtout ceux qui cherchent une explication à leur maladie ou ceux qui connaissent la question des maladies professionnelles par leurs proches ou dans leur secteur d’activité. Toutefois, malgré leur acceptation initiale de participer à l’enquête, certains peuvent se montrer réticents à l’entretien à cause de la fatigue ou de leur état de santé mais surtout parce qu’ils n’ont jamais pensé à une possible origine professionnelle de leur maladie et en conséquence n’y voient aucun intérêt, ce qui rejoint la représentation dominante largement véhiculée par des médecins et des autorités publiques qui font des comportements individuels (tel le tabagisme) les seules « causes » du cancer.

12Au moment de l’appel, l’enquêteur ne dispose d’aucune information sur d’éventuelles expositions aux cancérogènes dans la vie professionnelle du patient, d’ailleurs il ne sait pas si ce dernier a travaillé ou non. En conséquence, l’argument d’une éventuelle reconnaissance en maladie professionnelle, qui représenterait un bénéfice matériel (une rente) pour le patient, demeure abstrait. De mon expérience comme enquêtrice, deux raisonnements semblaient crédibles dans la négociation de l’entretien : d’une part, le fait que le témoignage du patient aiderait la recherche sur les expositions aux cancérogènes parce qu’il permettrait de mieux connaître les situations d’exposition ou de non exposition, et d’autre part le fait que cette production de connaissances contribuerait à la prévention des cancers professionnels pour les générations futures. Dans cette négociation délicate d’un entretien auprès des personnes atteintes d’un cancer, la notion de « trajectoire de la maladie » prend tout son sens, permettant à l’enquêteur d’en appréhender sociologiquement la gestion (Strauss, 1992). Les refus sont d’ailleurs consignés par écrit afin de rendre possible des études systématisées.

13Le parcours professionnel de ceux qui acceptent est entièrement reconstitué par un entretien semi-directif réalisé au domicile du patient ou à l’hôpital, selon sa convenance.

L’activité réelle de travail au sein de l’organisation de la production

  • 4 La reconstitution du parcours professionnel d’un patient atteint de cancer « ne permet pas d’identi (...)

14En quoi consistent les entretiens menés par les enquêteurs du Giscop auprès des patients ? L’objectif de l’entretien est la reconstitution fine du parcours professionnel. Cette précision est importante car les patients ont tendance à simplement nommer leur métier sans donner plus d’éléments. Par conséquent, avant de commencer l’entretien proprement dit, l’enquêteur doit expliquer les raisons de cette reconstitution dans le détail : le parcours professionnel, tel que nous le définissons ici, permet d’accéder aux éventuelles expositions aux cancérogènes dans l’activité de travail4 avec des données individualisées pour chaque interviewé. Dans la mesure de la mémoire et des documents (certificats de travail, relevés de carrière, etc.) dont dispose le patient, l’enquêteur fait préciser les dates, les adresses et les noms des entreprises en plus de leur activité principale. Le fil de l’entretien est l’ordre chronologique des emplois mais les patients arrivent difficilement à le suivre. L’enquêteur est alors amené à demander la durée d’un emploi mais aussi à la confirmer en demandant les années d’embauche et de départ, en plus de faire préciser à plusieurs reprises la séquence des emplois et des postes.

  • 5 Dans le sens d’une « relation qui unit une personne à une organisation dans un cadre construit en d (...)
  • 6 Un poste de travail agrège un faisceau d’activités que le travailleur est censé exécuter (Fouquet, (...)

15Rappelons que les historiques d’expositions n’existent pas, celles-ci ne sont pas documentées et les travailleurs les ignorent souvent. C’est d’ailleurs pourquoi l’entretien ne se centre pas sur la recherche des produits ni des procédés cancérogènes : l’expertise des parcours, ou les connaissances complémentaires du collège d’experts sur le travail – particulièrement sur le travail en Seine-Saint-Denis – se chargera de les identifier. L’entretien doit fournir aux experts un matériel suffisamment détaillé et exact concernant les activités que le patient avait à faire, mais surtout comment il les faisait, avec quels outils et dans quelles conditions ; où il se situait dans l’entreprise et ce qu’on faisait autour de lui ; les produits fabriqués par l’entreprise et la taille de celle-ci, les éventuels équipements de protection, le nettoyage des outils et machines mais aussi celui du corps du travailleur, s’il s’agissait d’un travail en intérim ou en sous-traitance. Parce que les délais de latence entre l’exposition à un cancérogène et la survenue de la pathologie peuvent être de plusieurs décennies, il est nécessaire de revenir au début de la vie professionnelle du patient, y compris à ses périodes d’apprentissage. La reconstitution du parcours prend ainsi en compte chaque emploi5 et chaque poste6 occupé par le patient.

16« La tâche, autrement dit ce que les salariés ont à faire, correspond au travail prescrit. La définition de la tâche est centrée sur les objectifs de production, et la manière dont il convient d’agir. Mais elle ignore assez largement la manière dont les personnes agissent pour atteindre ces objectifs » (Guérin, 1998, 173). Ces prescriptions peuvent manquer de cohérence ou avoir besoin d’être adaptées aux conditions réelles de travail. L’activité de travail demande que le travailleur gère un ensemble d’événements et qu’il décide les modalités de sa conduite ; celle-ci « repose sur des séquences de recherche d’informations et des actions. Elle met toujours en jeu les mécanismes d’exploration perceptive (vision, toucher, audition), de traitement de l’information (identification, comparaison) et l’activité musculaire (déplacement, action sur une commande) » (Guérin, 1998, 176-177). Cela dit, l’enquêteur cherche à obtenir que le patient raconte sa perception sensorielle sur les matériels et les outils, sur l’environnement de travail : les textures, les odeurs, les couleurs. Ainsi, même sans connaître les noms des substances et des produits utilisés, il donne sa description de la réalité telle qu’il l’a vécue. C’est le cas, par exemple, de ce patient qui affirme dans un premier temps ne pas avoir travaillé avec l’amiante en tant que manœuvre du bâtiment en région parisienne de 1968 à 1988. À nouveau questionné, il dit ne pas savoir ce qu’est l’amiante. Dans la continuité de son parcours, il finira par décrire une procédure pour poser sur les murs des caves « quelque chose qui isolait contre le feu : dans un engin, on mélangeait une poudre avec de l’eau ; ensuite ce mélange était projeté sur les murs à l’aide d’un tuyau ». Les experts en ont conclu qu’il s’agissait bel et bien du flocage des murs à l’amiante, connu pour son utilisation dans le bâtiment comme isolant thermique à cette époque.

  • 7 Dans leurs noms commerciaux tels le White Spirit, puissant solvant chloré fréquemment utilisé par l (...)
  • 8 À titre d’exemple, citons quelques précisions conseillées par le « guide d’activités » pour un entr (...)

17Les enquêteurs, professionnels des sciences sociales souvent dépourvus de la connaissance des métiers manuels, s’appuient sur un « guide d’activités » élaboré par l’équipe du Giscop en collaboration avec le collectif d’experts. Ce guide fournit un éclairage sur les produits7 et procédés8 habituels des métiers les plus communément exposés à des cancérogènes. Divisé en activités industrielles, du bâtiment et des services, il permet à l’enquêteur de relancer l’interviewé avec des termes qui lui sont familiers et qui permettront la reconstitution des activités au plus proche du réel. Mais s’il oriente la description de quelques activités réelles de travail, il ne peut toutefois être exhaustif compte ténu de la multiplicité des produits et des procédés de production existants. Par ailleurs, l’activité n’est jamais exécutée – ni racontée – de la même manière :

Le travailleur moyen n’existe pas. Une même fonction occupée par deux personnes correspondra à deux situations de travail spécifiques. Selon leur taille, les opérateurs choisiront des postures différentes, un salarié expérimenté n’adoptera pas la même stratégie qu’un novice, les efforts réalisés dans le travail seront très différents selon les capacités physiques ou l’expérience d’une situation donnée. À ces variations liées aux caractéristiques des personnes se combinent des variations liées à l’état de chacune d’elles (Guérin, 1998, 177).

18Seul un entretien qualitatif et non standardisé peut saisir les subtilités de l’activité réalisée par le patient. Un questionnaire ne saurait appréhender cette réalité, il arriverait au mieux à s’en rapprocher sans rendre compte des nuances. De même, l’enquêteur n’adoptera pas de descriptions type pour un métier au moment de la transcription de l’entretien, fidèle autant que possible aux expressions et mots utilisés à l’oral par le patient.

19Les descriptions précises et cohérentes d’un poste de travail permettent de visualiser – en filigrane et partiellement – l’organisation du travail de nombreuses petites et moyennes entreprises du bassin d’emploi que fut la Seine-Saint-Denis. L’organisation du travail perçue à travers les parcours professionnels reconstitués est loin d’être statique et l’intérêt de cette dimension temporelle est d’inscrire ces connaissances en référence aux évolutions historiques de l’organisation du travail, du fordisme/taylorisme des années 1950 à 1970, à la précarisation du travail depuis les années 1980. Force est de constater que le travail manuel subsiste et que les pénibilités physiques n’ont pas disparu (Gollac & Volkoff, 2007), s’accompagnant, de surcroît, de la flexibilité dictée par les marchés qui a donné lieu à la sous-traitance généralisée et à la diffusion des statuts d’emploi précaires comme l’intérim, les contrats à durée déterminée, le temps partiel imposé, toutes ces transformations rendant encore plus difficile la préservation de la santé au travail (Daubas-Letourneux, 2008).

20Cette restructuration du monde du travail ne fait que confirmer que « les formes d’organisation du travail sont des construits sociaux, c’est-à-dire qu’elles constituent un type de réponse au rapport de forces entre les différents acteurs parties prenantes de la situation, rapports de force qu’elles illustrent en fait » (Linhart & Linhart, 1998, 304). Comme nous verrons par la suite, les rapports de pouvoir dans la société, et spécifiquement dans le monde du travail, reviennent sans cesse pendant les entretiens et doivent être pris en compte aussi bien pour leur analyse que pour leur réalisation.

Les symboliques du travail derrière la parole

21Centrés avant tout sur les gestes et procédés d’exécution, les reconstitutions de parcours professionnels du Giscop ne prennent pas en compte certaines autres dimensions de la mémoire. Pendant l’entretien, l’enquêteur pose des questions pour faire décrire au mieux une activité de travail, sans s’attacher à connaître ce que pense le patient du travail, d’un emploi, de son patron. L’entretien ne recueille pas systématiquement des informations sur la vie familiale ou scolaire du patient, sur ses loisirs, ni son avis sur la question des maladies professionnelles. Ces limites sont imposées par l’état de fatigue des patients atteins de cancer et soumis à des soins lourds ; le temps passé avec eux est dédié à retracer leur parcours dans le cadre des objectifs de connaissance fixés par l’enquête, et leur épuisement physique conduit parfois à devoir mettre un terme prématuré à l’entretien.

22Alors même qu’aucune question d’appréciation ou de jugement n’est posée pendant l’entretien, le récit du patient demeure inévitablement investi de la façon dont il a vécu son propre travail, de ce que ce dernier représente ou a représenté dans sa vie. Sans pouvoir approfondir cette dimension, nous aimerions néanmoins soulever quelques-unes des symboliques du travail qui semblent jouer un rôle important dans la reconstitution du parcours professionnel.

23Tout d’abord, il faut prendre en considération ce qu’est la santé dans l’univers social des ouvriers du sexe masculin. La force physique, l’endurance à l’effort, toutes ces « compétences » qui découlent du corps, sont des biens précieux, qui constituent une sorte de « réserve » qui permet de s’imposer socialement (Schwartz, 1990). Sous certaines conditions historiques, notamment le passage d’une société rurale à une économie industrielle, la vente de sa force de travail (au sens propre) devient le seul moyen de pourvoir aux besoins de la famille. Dans cette culture de classe, nécessité et contrainte deviennent des valeurs morales et le labeur fondé sur l’effort physique rythme tout le cours de la vie (Schwartz, 1990). Le corps en bonne santé permet de travailler et d’en tirer des rétributions matérielles et symboliques, le travail étant un fondement essentiel des légitimités masculines, un « nœud capital des identités masculines » (Schwartz, 1990, 287).

24Mais les perceptions de ce corps diffèrent selon le point de vue. Pour les uns, le corps du travailleur manuel n’est qu’un outil ou un ensemble d’outils hiérarchisé où chacun a sa fonction propre et une place et une valeur économique en fonction de son engagement et de son rôle dans le cycle de production (comme pour la sécurité sociale et la médecine, dans le cadre de barèmes d’indemnisation pour les maladies professionnelles ou les accidents du travail). Pour les autres, les travailleurs, « le corps est vécu comme une manière de présence au monde, au monde physique et au monde social et à soi-même » (Sayad, 1999, 271). La maladie bouscule l’existence et les aspects de l’identité sociale, obligeant le travailleur malade à récréer un « système de modèles de comportement et de pensée lui permettant de s’adapter à la nouvelle situation » (Sayad, 1999, 261).

25Quand l’identité est en grande partie définie par le travail, et que celui-ci n’est possible que par l’utilisation de son corps en bonne santé, que devient l’identité des travailleurs atteints de cancer ? Raconter son parcours professionnel est alors une situation singulière où la « conciliation » entre le passé de travailleur et le présent de malade est souvent très complexe pour l’enquêté. À cela se rajoutent d’autres représentations du travail jouant un rôle dans la reconstitution du parcours professionnel comme nous verrons par la suite.

26L’« amour du métier » et la « belle ouvrage » sont des aspects fièrement exprimés pendant les entretiens. La description minutieuse des tâches – elles-mêmes réalisées de façon minutieuse dans le passé – à la recherche du résultat le plus précis, la satisfaction du travail bien fait reconnu par le patron, les collègues et les clients, les critiques envers les évolutions des manières de faire au cours du temps sont autant de signes qui donnent à voir l’attachement des patients à leurs métiers.

  • 9 La silice est un cancérogène reconnu par le Circ (Centre international de recherche sur le cancer) (...)

27Prenons l’exemple de ce patient, plâtrier dans le bâtiment pendant quarante-six ans. Son père et son grand-père ont aussi été plâtriers, il a suivi le même chemin, d’abord comme apprenti, ensuite comme salarié et à la fin comme artisan à son compte. Sur les chantiers, il n’était jamais seul, tous les corps de métiers de la construction s’exécutaient. Le bruit, la poussière, l’air froid qui rentrait par les ouvertures des fenêtres ne le gênaient pas, ce qui comptait était le travail bien fait. Passionné par son métier, il raconte l’histoire du plâtre en région parisienne, de son utilisation comme « ciment » pour construire les maisons en pierre avant 1850 quand le ciment aurait été inventé ; il parle des carrières de gypse – matière première du plâtre – auparavant abondantes en Île-de-France. Comme dans le cas d’autres patients, c’est alors même qu’il raconte son parcours professionnel qu’il se pose la question d’une éventuelle exposition à des cancérogènes pendant son travail. Il ne comprend pas : son père et son grand-père ne sont jamais tombés malades, alors pourquoi lui ? J’explique au patient que les expositions aux cancérogènes ne donnent pas forcément lieu à un cancer, mais cela ne veut pas dire que cette activité ne l’ait pas exposé à des cancérogènes. Mais le patient se refuse à mettre en cause son métier. Parmi d’autres cancérogènes, les experts ont identifié dans son parcours une forte exposition à la silice9 (un des composants du plâtre) dès les années 1950.

  • 10 Au moment de leur entrée dans le dispositif de recherche, 60% des patients sont à la retraite.

28Le métier n’est pas qu’un ensemble de techniques mais fait référence à une identité commune et collective (Coutrot, 2002 ; Linhart & Linhart, 1998). Être maçon ou fraiseur ne suffit pas, il faut être reconnu comme tel par son entourage professionnel, comme s’il fallait être un bon ouvrier pour en être un. S’ajoute à la notion de « métier », celle du travail dans la société salariale qui, certes, « n’est ni une société apaisée, ni une société d’égalité » (Castel, 1998, 50) mais où il régnait un certain équilibre conflictuel et fragile entre l’économique et le social, « entre le respect des conditions nécessaires pour produire les richesses et l’exigence de protéger ceux qui les produisent » (Castel, 1998, 50). Pour cette frange de la population de l’enquête qui a vécu les bénéfices de la société salariale, remettre en question le travail au moment de la retraite10 n’est pas une évidence. Si la pénibilité et la dureté du travail ouvrier semblent « aller de soi », la contradiction entre le travail qui a permis l’achat de la maison familiale, par exemple, et le travail qui a peut-être exposé à des substances cancérogènes n’est pas facile à gérer.

29À l’opposé, les patients qui n’ont pas franchement d’identité de métier, comme les travailleurs polyvalents dans une même entreprise ou ceux qui ont eu des carrières instables et parcellisées, peuvent livrer des descriptions mitigées de leurs activités réelles. La difficulté de se dire par un nom de métier peut être expliquée par l’inexistence d’une « temporalité à peu près stable » (Kergoat, 1995, 171), dans le cas où ces travailleurs ont été confrontés à la mobilité, à la polyvalence, vivant l’« expérience quotidienne d’un temps fragmenté entre des tâches, des lieux, des machines différentes » (Kergoat, 1995, 171).

30La difficulté de se souvenir des détails d’un grand nombre d’activités dans chacun des emplois et des postes peut être soulevée, mais l’hypothèse d’une certaine dévalorisation de soi en tant que travailleur peut être évoquée dans ce cas. Ainsi, certains patients se montrent rétifs à décrire des activités socialement considérées comme dégradantes, notamment ceux ayant occupé les positions les plus subalternes dans la division sociale du travail comme des manœuvres, des éboueurs ou des égoutiers. Tandis que ceux-ci semblent se protéger d’une image individuelle négative, les patients attachés à leur métier semblent ne pas vouloir donner une image négative de la communauté ou du métier.

31Pendant l’entretien, l’enquêteur peut alors être confronté à des patients qui décrivent un tableau idyllique ou, au contraire, chaotique de leurs activités de travail, dans lequel certains aspects sont exagérés ou omis. Pour contourner ces obstacles au recueil de données, l’enquêteur doit creuser les descriptions faites par le patient, sans hésiter à poser des questions (détournées ou non) à plusieurs reprises. Dans les cas où l’enquêteur n’arrive pas à repérer ces situations, la cohérence de l’exécution de l’activité est rétablie par les experts, qui peuvent demander à l’enquêteur de contacter à nouveau le patient pour lui demander des précisions.

L’expression des patients lors de l’entretien

32Les difficultés d’expression des patients pendant l’entretien sont principalement liées à la maladie et aux soins, à l’âge et au fait de ne pas être francophone. Mais elles sont aussi la conséquence de l’exercice inhabituel qu’est l’entretien : ce genre de conversation peut être éloigné des pratiques de l’enquêté et le mettre mal à l’aise. Ainsi faut-il rapidement impliquer le patient dans le recueil de données, en commençant par faire appel aux connaissances que lui seul détient sur son travail, le rendant par là acteur de ce processus. Le patient – qui n’est pas toujours habitué à parler de soi – peut se montrer étonné voire hésitant face à la demande de détailler des activités qui lui semblaient jusque là tout à fait ordinaires. Une explication claire du dispositif d’enquête – ses objectifs, son fonctionnement, sa portée sociale – suffisent, en général, à désamorcer la réticence du patient à parler.

33Cela dit, des situations ou des facteurs bien plus « prosaïques » constituent des difficultés d’expression importantes pour les patients pendant les entretiens de reconstitution de parcours professionnel. L’état de santé de l’enquêté a un rôle décisif qui peut rendre difficile voire impossible la reconstitution de son parcours professionnel. Les décès prématurés (voir encadré) montrent à quel point la maladie et ses conséquences sont présentes pendant chacune des étapes de la production de connaissances sur les cancers professionnels.

  • 11 Les effets de mémoire sélective et de rationalisation a posteriori de tout questionnement rétrospec (...)

34Les défaillances de la mémoire11 peuvent être la conséquence d’un retour à quarante ans en arrière ou le fait des médicaments et des soins contre le cancer, comme pour ce patient qui avait fait toute sa carrière dans une même entreprise pendant trente ans et dont le nom lui échappait. Quelques soins médicaux sont fortement handicapants, tels la trachéotomie. Pour reconstituer le parcours d’un imprimeur trachéotomisé, j’ai dû compter sur l’aide de son épouse. Le rendez-vous avait été fixé la veille, dans sa chambre à l’hôpital, et sa femme était venue avec tous ses certificats de travail, ce qui a permis de reconstituer, de façon précise, outre les dates, les noms et les adresses des entreprises. Pourtant, cela ne suffit pas à l’identification des cancérogènes dans l’activité de travail. La voix du patient étant inaudible à cause de la trachéotomie, c’était sa femme qui lisait sur ses lèvres et qui me « traduisait » ses propos au sujet du déroulement de son travail.

L’enquêté de « substitution »

  • 12 Si les experts identifient des expositions professionnelles aux cancérogènes donnant droit à une dé (...)

Il peut arriver que certains patients signent le consentement de participation à l’enquête et décèdent avant qu’on ne puisse les rencontrer. Dans ce cas, l’enquêteur du Giscop vérifie si la famille souhaite continuer la démarche12. À part les informations contenues dans des documents comme les fiches de paie ou les certificats de travail, il est rare que la famille sache nous dire en quoi consistaient les activités réelles de travail du défunt. Cela peut arriver, comme dans le cas de cette dame dont le mari avait fait carrière dans le bâtiment, mais aussi ses beaux-frères, son père et ses frères. Après avoir écouté des histoires de ce secteur d’activités pendant toute sa vie, elle a été à même de nous raconter ce que faisait son mari.

Des situations extrêmes et délicates peuvent se présenter, comme lorsque l’épouse d’un patient décédé à l’hôpital nous a contacté pour la réalisation de l’entretien avant les funérailles. Très bouleversée par la mort de son mari à 45 ans, elle cherchait des explications et voulait en même temps « pouvoir faire son deuil après l’enterrement ». Je me suis rendue alors au domicile, où m’attendaient l’épouse, un ami de la famille et les deux filles adolescentes du patient. Les informations que la famille a pu fournir concernaient en quelque sorte les conséquences du travail, des symptômes physiques remarquables quand il rentrait à la maison, comme par exemple le fait que le patient se mouchait « noir » bien avant de tomber malade, ou qu’il avait la diarrhée en fonction du matériel qu’il fraisait. Le parcours ainsi reconstitué n’a pas donné assez d’informations aux experts pour l’identification des cancérogènes et l’on aurait été obligé de s’arrêter là si l’épouse du patient n’avait pas pu trouver un collègue d’atelier de son mari, qui était exactement au même poste que lui et qui a accepté de raconter dans le détail le quotidien de travail dans cette entreprise.

35Dans cet ordre de difficultés, le cas de figure de loin le plus fréquent est celui des patients qui ne sont pas francophones. La situation de ces travailleurs immigrés ne doit pas être appréhendée uniquement du point de vue de l’individu, mais inscrite dans des dynamiques sociohistoriques, notamment en ce qui concerne l’organisation et la division sociale du travail et des risques. La particularité, ici, tient justement à la place occupée par ces immigrés dans le système productif, avec le cumul des difficultés advenant du fait même d’être étranger, essentiellement la méconnaissance de la langue française, la précarité des logements, l’isolement, ce dernier rendant difficile l’accès au témoignage d’anciens collègues. Pour reconstituer leurs parcours, l’enquêteur peut rarement compter sur l’aide de l’épouse car bien souvent elle n’est pas francophone ou n’habite pas en France. Il est fréquent que ces entretiens se fassent à l’aide d’un « interprète », souvent un des enfants du patient. Une perte de qualité est inhérente à la situation, mais socialement et sociologiquement ces entretiens sont très parlants : l’enquêteur assiste souvent à la découverte par la famille de tout un pan de la vie du patient jusque là complètement méconnu. Un certain nombre de patients, en se rendant compte que leur famille s’intéresse pour la première fois à leur métier en fonction de notre présence, cherche alors à mettre l’accent sur la dureté ou la pénibilité de leur travail. À l’opposé, d’autres patients essaient de cacher tout ce qu’ils considèrent comme dévalorisant, comme par exemple les premières années en tant qu’ouvrier non qualifié, pour aller directement aux périodes où ils ont été chefs d’équipe, quand c’est le cas. Les deux postures exigent l’éveil constant de l’enquêteur pour que le parcours ainsi reconstitué soit juste, pour qu’aucune période de la vie active du patient ne reste sans description.

36Au nom de l’éthique, certains entretiens doivent être écourtés. Ainsi ce patient à l’hôpital qui n’a pas de famille, qui parle très peu le français et qui semble ne pas faire la différence entre les infirmières et l’enquêtrice. Il dit que, pour ne pas savoir lire ni écrire, il n’a fait que des « sales boulots », parce que « de toute façon, il fallait travailler pour manger » ; qu’il n’a pas pu se marier parce qu’il était « trop pauvre ». Et il éclate en sanglots, terminant par dire que ses patrons l’aimaient beaucoup parce qu’il travaillait « bien sans se plaindre ». Après l’avoir calmé, très mal à l’aise, je décide de quitter sa chambre et de ne pas poursuivre la reconstitution du parcours.

Entendre et écouter le patient

37Un terrain d’enquête peut présenter des difficultés inhérentes à l’objet ou induites par le contexte de recherche (Boumaza & Campana, 2007). Ainsi le « terrain » de l’enquête permanente du Giscop n’est pas ordinaire : les enquêtés sont atteints d’une maladie grave, parfois mourants, souvent fatigués et fragilisés par la découverte de la maladie et par les soins. Sillonnant la Seine-Saint-Denis des zones pavillonnaires aux cités, la diversité de la population de l’enquête est manifeste, même si l’on se restreint à la catégorie socioprofessionnelle des ouvriers comme pour cette contribution, catégorie qui est définie après la réalisation de l’entretien et la reconstitution du parcours. En effet, il n’est pas superflu de rappeler que, au moment où l’enquêteur arrive devant la porte du domicile du patient, il ne connaît que la localisation de la tumeur cancéreuse et les coordonnées du patient – critères d’inclusion dans l’enquête vérifiés par le médecin hospitalier, ne sachant même pas si le patient a travaillé ou non.

  • 13 Un entretien dure en moyenne une heure et demie.

38Gravitant dans des univers sociaux éloignés, le patient et l’enquêteur se différencient notamment parce que le premier est atteint d’une maladie grave et l’enquêteur est en général plus jeune et bien portant, le travail de ce dernier est aussi perçu comme incomparablement moins pénible que celui décrit par des anciens ouvriers, et d’ailleurs ils n’hésitent jamais à le faire remarquer. Pour mener à bien la reconstitution du parcours, l’enquêteur doit rester très attentif pour que cette interaction – somme toute très brève13 – ne tombe pas dans un piège populiste ou misérabiliste « de faire entendre dans son timbre authentique ou dans sa vérité d’essence la parole populaire » (Grignon & Passeron, 1989, 12), surtout dans une enquête qui construit des connaissances à partir de l’expérience des enquêtés. Ces entretiens demandent alors une concentration permanente pour laisser s’exprimer le patient sur les sujets de son choix sans perdre de vue l’objectif de reconstitution du parcours. De fait, « contrairement à ce qui se passe dans l’entretien à visée thérapeutique, l’enquêteur n’a ni le pouvoir, ni le désir de « guérir » ou même d’« aider » (Mauger, 1991, 133).

39Sans confondre « devoir méthodologique de neutralité » et « conversion à la cause des offensés et humiliés » (Grignon & Passeron, 1989, 10), l’enquêteur Giscop est amené à mettre au clair et à analyser tout ce qu’il peut ressentir de façon « instinctive » dans le contact avec le patient. La difficulté est de trouver l’équilibre entre l’empathie et la rigueur exigée par la démarche scientifique. Car « la recherche sur des terrains difficiles requiert des ajustements constants, qui dépassent le simple cadre méthodologique et se transportent du côté des émotions légitimement ressenties par un chercheur investi dans une enquête qui met à mal certaines de ses croyances ou fait naître des sentiments ou des réactions tels que la peur, la crainte, le dégoût, l’horreur ou encore l’empathie » (Boumaza & Campana, 2007, 15). Avec l’expérience des entretiens, l’enquêteur comprend qu’il est impossible d’empêcher la compassion en certains cas.

Empathie et rigueur face à des patients atteints de cancer

Le patient avait travaillé pendant vingt-trois ans dans une fonderie d’alliages de zinc et d’aluminium où il faisait couler dans des moules le métal fondu à des températures entre 600° et 800° C. Au-delà de la pénibilité avérée de son travail, c’est l’histoire du patient et la situation de l’entretien qui m’avaient fortement touchée : le cancer du poumon dont il était atteint et qui l’avait amené à participer à l’enquête Giscop, était en effet le deuxième. Quelques années auparavant il avait eu un cancer de la langue et plus de la moitié de celle-ci avait dû être sectionnée. Depuis le patient parlait avec grande difficulté et il ne pouvait plus manger d’aliment solide ni ne sentait pratiquement plus aucun goût. Pendant l’entretien, je ne comprenais pas toujours ce qu’il disait mais j’osais à peine lui redemander. Son épouse, s’apercevant de mon embarras, lui faisait répéter les phrases à un simple regard de ma part. Quelques fois vexé par les demandes de précision, le patient s’énervait de ne pas pouvoir s’exprimer clairement. Le couple m’a raconté les mois qui ont suivi la chirurgie de la langue, quand monsieur avait perdu plus de trente kilos, et parlait avec angoisse de l’incertitude sur l’avenir. Le patient s’était déjà posé des questions sur de possibles expositions professionnelles à des cancérogènes mais malgré cela se montrait très attaché à son ancien travail ; il gardait encore chez lui des pièces décoratives qu’il avait fabriquées lui-même à la fonderie. À écouter ce couple d’une soixantaine d’années essayant de garder espoir face à une maladie grave et de continuer de vivre malgré le handicap, je me suis donné beaucoup de mal pour retenir mes larmes. Une fois partie de leur domicile, je me suis assisse sur le trottoir et j’ai pleuré pendant plusieurs minutes sans trouver de mots pour exprimer ce que je ressentais face à cette réalité que je n’ai pu qualifier autrement que d’injuste. Dans le compte-rendu de cet entretien soumis aux experts pour l’identification des cancérogènes, toute cette situation n’apparaît pas, on y voit uniquement la description des activités réelles de travail du patient dans leur séquence chronologique.

40La révolte dans des situations difficilement soutenables semble être légitime et ne peut être confondue avec le misérabilisme ni avec le populisme. L’émotion que certains entretiens peuvent provoquer chez l’enquêteur ou chez le patient ne pose pas forcément de problème pour la reconstitution des parcours, au contraire elle peut même fonctionner comme un catalyseur pour la libération de la parole. Faire preuve d’empathie et témoigner son respect pour l’histoire de l’enquêté l’invitent souvent à se mettre à l’aise pour la raconter. Et objectiver la relation d’entretien auprès des malades du cancer en la centrant sur les activités réelles de travail contribue à trouver l’équilibre.

Conclusion

41En l’absence de mémoire institutionnelle constituée, l’expérience des travailleurs se montre essentielle pour la construction des connaissances sur les cancers d’origine professionnelle. Mais l’originalité et l’efficacité de cette méthode ne s’arrêtent pas là : connaître des parcours professionnels à travers les activités réelles de travail, dans une reconstitution chronologique, peut être un outil important pour d’autres enquêtes. « Évaluer » la pénibilité d’un poste et ses effets cumulés dans le temps, analyser des atteintes à la santé psychique des travailleurs en sont des exemples.

42Cette approche empirique du travail n’a de sens que couplée à une visée analytique liant méthode et théorie (Avril, Cartier & Serre, 2010). Parce que le travail n’est pas une sphère autonome de la vie sociale, l’étudier demande la prise en compte d’une série des facteurs qui l’influencent et qu’il influence à son tour. C’est de cette façon que l’enquête permanente du Giscop prend en compte la réalité complexe des cancers d’origine professionnelle et construit des connaissances qui traversent les frontières temporelles et disciplinaires. Appréhendé en tant que question de santé publique, le cancer devient un événement sentinelle révélateur de l’organisation et de la division du travail et des risques, tous ces aspects jouant un rôle dans le renforcement des inégalités socio-économiques.

43L’enquêteur chargé de la reconstitution des parcours auprès des patients met ainsi ses connaissances du travail et des méthodes qualitatives en sciences sociales au service de la recherche sur les cancers professionnels. Sa discipline – la sociologie ou la psychologie du travail – est à son tour enrichie par l’apport du travail en équipe avec d’autres professionnels de santé publique. Au-delà de la production de connaissances sur les cancers d’origine professionnelle, cette collaboration entre disciplines différentes et d’habitude cloisonnées offre des pistes de réflexion sur la construction d’objets de recherche et les possibilités ouvertes par l’association de savoirs.

Haut de page

Bibliographie

Avril Christelle, Marie Cartier & Delphine Serre (2010), Enquêter sur le travail. Concepts, méthodes, récits, Paris, La Découverte.

Boumaza, Magali & Aurélie Campana (2007), « Enquêter en milieu « difficile ». Introduction », Revue française de science politique, n° 1, vol. 57, 5-25.

Buzzi Stéphane, Jean-Claude Devinck & Paul-André Rosental (2006), La Santé au travail : 1880-2006, Paris, La Découverte, coll. Repères.

Castel Robert (1998), « Centralité du travail et cohésion sociale », dans Kergoat Jacques, Josiane Boutet, Henri Jacot & Danièle Linhart (dir.), Le Monde du travail. Paris, La Découverte, 50-60.

Coutrot Thomas (2002), Critique de l’organisation du travail, Paris, La Découverte.

Daubas-Letourneux Véronique (2008), « Produire des connaissances en santé au travail à l’échelle régionale. Le signalement des maladies à caractère professionnel dans les Pays de la Loire », Revue française des affaires sociales, n° 2-3, 213-235.

Fischbach Franck (2011), « Les mésaventures de la critique. Réflexions à partir de Jacques Rancière », Actuel Marx, n° 49, 140-147.

Fouquet Annie (1998), « Travail, emploi, ou activité ? », dans Kergoat Jacques, Josiane Boutet, Henri Jacot & Danièle Linhart (dir.), Le Monde du travail. Paris, La Découverte, 228-238.

Gollac Michel & Serge Volkoff (2007), Les Conditions de travail, Paris, La Découverte.

Grignon Claude & Jean-Claude Passeron (1989), Le Savant et le populaire : misérabilisme et populisme en sociologie et en littérature. Paris, Gallimard/Le Seuil.

Guérin François (1998), « L’activité de travail » », dans Kergoat Jacques, Josiane Boutet, Henri Jacot & Danièle Linhart (dir.), Le Monde du travail. Paris, La Découverte, 173-179.

Hatzfeld Nicolas (2008), « Affections périarticulaires : une longue marche vers la reconnaissance (1919-1991) », Revue française des affaires sociales, n° 2-3, 141-160

Kergoat Danièle (1995), « La reproduction et le changement : place de la parole », dans Boutet Josiane (dir.), Paroles au travail. Paris, L’harmattan,165-180.

Linhart Danièle & Robert Linhart (1998), « L’évolution de l’organisation du travail », dans Kergoat Jacques, Josiane Boutet, Henri Jacot & Danièle Linhart (dir.), Le Monde du travail. Paris, La Découverte, 301-309.

Mauger Gérard (1991), « Enquêter en milieu populaire », Genèses, n° 6, 125-143. En ligne : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/genes_1155-3219_1991_num_6_1_1096

Oddone Ivar, Alessandra RÉ & Gianni Briante (1977 1981), Redécouvrir l’expérience ouvrière : vers une autre psychologie du travail ? Paris, Problèmes/Éditions Sociales.

Sayad Abdelmalek (1999), La Double absence : des illusions de l’émigré aux souffrances de l’immigré, Paris, Seuil.

Schwartz Olivier (1990), Le Monde privé des ouvriers, Paris, Presses Universitaires de France.

Strauss Anselm, Shizuko Fagerhaugh, Barbara Suczek & Carolyn Wiener (1992), « Maladie et trajectoires » dans STRAUSS Anselm, La Trame de la négociation, Sociologie qualitative et interactionnisme, Paris, L’Harmattan.

Thébaud-Mony Annie (2006), « Histoires professionnelles et cancers », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 163, vol. 3, 18-31.

Thébaud-Mony Annie (2008), « Construire la visibilité des cancers professionnels. Une enquête permanente en Seine-Saint-Denis », Revue française des affaires sociales, n° 2-3, 237-254.

Haut de page

Notes

1 Les membres du Groupement d’intérêt scientifique sont le Ministère du travail (à travers la Direction générale du travail), l’Université Paris 13, le Centre d’études de l’emploi, l’Amet (Association pour la prévention et la médecine du travail), la Metranep (Société de médecine du travail du nord-est parisien), le Conseil général de la Seine-Saint-Denis, le Comité départemental de la Ligue contre le cancer, l’unité mixte Inserm/Université Paul Sabatier et le Cancéropôle Île-de-France.

2 Voir les publications du Giscop sur son site : http://www.univ-paris13.fr/giscop/

3 Je remercie Annie Thébaud-Mony et Delphine Serre pour les suggestions et les commentaires faits sur cet article.

4 La reconstitution du parcours professionnel d’un patient atteint de cancer « ne permet pas d’identifier la “cause” de ce cancer, le plus probable étant que chacun des différents cancérogènes auxquels ce patient a été exposé a pu jouer un rôle dans le processus ayant engendré et permis le développement de ce cancer » (Thébaud-Mony, 2008, 240).

5 Dans le sens d’une « relation qui unit une personne à une organisation dans un cadre construit en dehors de lui et avant lui (droit du travail, conventions collectives, accords d’entreprise) » (Fouquet, 1998, 228).

6 Un poste de travail agrège un faisceau d’activités que le travailleur est censé exécuter (Fouquet, 1998 ; Avril, Cartier & Serre, 2010).

7 Dans leurs noms commerciaux tels le White Spirit, puissant solvant chloré fréquemment utilisé par les peintres dans le bâtiment.

8 À titre d’exemple, citons quelques précisions conseillées par le « guide d’activités » pour un entretien avec un soudeur : type de soudure, types de matériaux soudés ou découpés (matières plastiques, étain, métaux), « dégraissage » (nettoyage) des métaux avant la soudure et avec quels produits, polissage ou meulage des pièces après la soudure, port des gants ou de tablier pour éviter les brûlures (jusqu’à l’interdiction en 1996, ces protections étaient très souvent faites en amiante).

9 La silice est un cancérogène reconnu par le Circ (Centre international de recherche sur le cancer) et par le tableau n° 25 des maladies professionnelles.

10 Au moment de leur entrée dans le dispositif de recherche, 60% des patients sont à la retraite.

11 Les effets de mémoire sélective et de rationalisation a posteriori de tout questionnement rétrospectif constituent un champ de recherche à part entière en sciences sociales qui ne peut être traité dans cet espace. La référence à la « mémoire » est ici purement physiologique.

12 Si les experts identifient des expositions professionnelles aux cancérogènes donnant droit à une déclaration en maladie professionnelle, le (la) conjoint (e) peut demander une rente (dite de « conjoint survivant ») au titre de la législation sur la réparation des maladies professionnelles.

13 Un entretien dure en moyenne une heure et demie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Flaviene Lanna, « Du travailleur au malade : retour sur la reconstitution du parcours professionnel de patients atteints de cancer en Seine-Saint-Denis », La nouvelle revue du travail [En ligne], 2 | 2013, mis en ligne le 30 mars 2013, consulté le 26 avril 2017. URL : http://nrt.revues.org/653 ; DOI : 10.4000/nrt.653

Haut de page

Auteur

Flaviene Lanna

Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux (IRIS)/EHESS

Giscop93, Université Paris 13

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org