Navigation – Plan du site
Corpus : Travail et organisation dans le secteur public : la fascination du privé ?

Travail et organisation dans le secteur public : la fascination du privé

Public sector fascination for private sector work and organisation

Texte intégral

1Le secteur public connaît depuis plusieurs décennies des évolutions directement liées aux transformations du capitalisme français : contraintes à faire preuve de compétitivité et à réduire leurs coûts, les administrations et les dernières entreprises publiques ont vu progressivement se transformer leurs objectifs et évoluer leurs modes de gestion et d’organisation du travail.

2Dans le contexte de recul de la participation l’État dans le capital des entreprises, le modèle de la firme privée dans ses multiples déclinaisons devient la référence pour l’ensemble des organisations productives, y compris des administrations publiques. La Révision Générale des Politiques Publiques (Rgpp) et l’introduction du Nouveau Management Public figurent parmi les manifestations les plus saillantes de cette évolution : au nom de l’amélioration de l’efficacité économique de ces institutions, ainsi que du service rendu aux usagers, leurs agents et salariés sont désormais confrontés de manière croissante à des logiques inspirées du secteur privé. Parmi les principes d’action qui sous-tendent la « réforme permanente de l’État », la mise en concurrence des entités, des collectifs et des individus, quand ce n’est pas des territoires, joue un rôle majeur.

3On peut dès lors se demander comment les caractéristiques et missions originelles du service public (solidarité, péréquation de la tarification pour les services marchands, accès au plus grand nombre, proximité, continuité, etc.) sont affectées par l’importation inédite de pratiques commerciales, gestionnaires et managériales du secteur privé. Que masquent les démarches telles que la « promotion des droits des usagers » dans l’administration ou dans les hôpitaux ?

4Avec des approches et des objets divers, les articles de ce Corpus s’intéressent aux questions soulevées par l’introduction massive, dans le secteur public, des méthodes et outils de gestion inspirés par le secteur privé : comment s’opèrent la production puis la diffusion des valeurs managériales incarnant la modernisation dans le secteur public ? Quels sont les contenus de ces modèles managériaux ? Comment se mettent en place ces nouveaux modèles de gestion ? À partir de quels outils ? Quelles sont les conséquences de l’omniprésent modèle « gestionnaire » sur des secteurs a priori éloignés de la logique marchande, comme ceux de la psychiatrie, de la culture ? Comment le passage du concept d’usager à celui de client transforme-t-il les métiers dans le secteur public ? Quel est le rôle joué par les institutions européennes dans ces évolutions ? Et quels en sont les impacts sur les services publics ?

5Ce Corpus analyse les profondes transformations du secteur public français, administrations et entreprises, sous l’effet des modèles de gestion d’inspiration libérale, instillés depuis plus de trois décennies, en France comme ailleurs, par les différents gouvernements. Cette « fascination du privé » est centrale dans l’ensemble des articles de ce corpus. Les auteurs en analysent les ressorts, les traductions concrètes et les conséquences sur les secteurs concernés. Ils pointent le caractère illusoire de l’efficacité des méthodes managériales et gestionnaires issues du néo-libéralisme. Les enjeux sociétaux et politiques des services publics sont de fait occultés par d’omniprésents objectifs gestionnaires. Ce numéro de la Nouvelle Revue du Travail propose donc, à travers l’analyse d’une diversité de situations, d’éclairer comment les évolutions managériales et gestionnaires, parfois inspirées par les institutions européennes, conduisent à la lente érosion des services publics.

6La création des Partenariats Public Privé (PPP), présentés comme des outils pour améliorer l’efficacité économique des projets publics, illustre cette idée, répandue en France et dans les institutions européennes, selon laquelle le recours au privé est gage d’efficacité économique : ainsi, les pouvoirs publics sont censés faire leur apprentissage de gestion de projet en s’appuyant sur le modèle privé. Elisa Penalva et Emmanuel Lazega, analysant le milieu des PPP, montrent comment, par le jeu du système d’acteurs, c’est le secteur bancaire qui finit par occuper une place centrale, le secteur public étant marginalisé.

7Christophe Nosbonne éclaire les mutations de l’action publique en analysant les conséquences du tournant managérial pris par le secteur public depuis les années 1980 dans le contexte européen. Il montre comment le présupposé d’efficacité et de rentabilité du modèle gestionnaire s’est peu à peu imposé, produisant in fine une perte de sens et un amaigrissement du service public. Cette supposée efficacité du modèle gestionnaire est d’une force telle que, n’étant jamais mis en débat, il s’est immiscé dans des secteurs très éloignés de l’activité marchande : ainsi, Olivier Dembinski montre comment la mise en chiffre de l’activité en psychiatrie est devenue le fondement d’une nouvelle régulation du secteur, les acteurs se trouvant désormais tenus de se référer à ce cadre gestionnaire : ainsi la science gestionnaire a-t-elle progressivement confisqué le débat sur la santé elle-même. Dans un tout autre secteur, Christophe Premat analyse comment au fil des années, la viabilité économique du réseau culturel de la France à l’étranger devient la condition de sa pérennité.

8En s’appuyant sur les arguments de leur justification, John Cultiaux analyse les évolutions des compromis sociaux ayant conduit à la mutation de l’entreprise de télécom Belgacom : du service public, on passe en plusieurs étapes à un « compromis hypermoderne » concrétisant la remise en cause de la légitimité de l’État à intervenir dans le champ industriel et économique. Jean Finez, quant à lui, s’intéressant la régulation marchande dans le secteur des chemins de fer, met en évidence que celle-ci est entamée à la SNCF dès les années 1960. La réorganisation des chemins de fer en France est, selon lui, autant le fait des évolutions impulsées par l’État ou par les institutions européennes que de celles impulsées par des dirigeants favorables à l’orientation marchande de la SNCF. Ainsi, les cadres des entreprises publiques jouent un rôle essentiel dans les transformations organisationnelles. Prenant appui sur le cas d’une grande entreprise du secteur public, Valérie Boussard montre comment les managers dont le travail est centré sur la dimension d’organisation gestionnaire connaissent des trajectoires professionnelles beaucoup plus ascendantes que les cadres centrés sur le « métier ». Ainsi se concrétise et se diffuse, en dehors même de tout contexte concurrentiel ou financier, le modèle économique néo-libéral.

9Finalement, analysant les données des enquêtes permettant de comparer secteur public et secteur privé, Alex Alber montre une large diffusion des pratiques managériales prônées par le New public management, (EIA, parts salariales variables), bien que celles-ci débouchent plus rarement que dans le privé sur des conséquences concrètes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Travail et organisation dans le secteur public : la fascination du privé », La nouvelle revue du travail [En ligne], 2 | 2013, mis en ligne le 30 mars 2013, consulté le 27 juin 2016. URL : http://nrt.revues.org/676

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org