Navigation – Plan du site
Recensions et notes critiques

Maud Simonet, Le travail bénévole. Engagement citoyen ou travail gratuit ?

Audrey Molis
Référence(s) :

Maud Simonet, Le travail bénévole. Engagement citoyen ou travail gratuit ?, Paris, La Dispute, coll. « Travail et salariat », 2010, 219 p., ISBN : 978-2843032042.

Texte intégral

1 Comment expliquer l’écart entre les discours politiques et associatifs qui désignent la participation des acteurs associatifs par les termes d’engagement, de volontariat et de bénévolat, et les discours des acteurs qui la traduisent en terme de travail ? Il semble bien exister une frontière confuse entre bénévolat et travail, visible par exemple à travers le cas de Marc qui engagé dans une association doit justifier de son absence par un arrêt de travail. Les sociologues de leur côté ont pensé jusqu’alors la pratique associative comme étant en dehors du travail, parlant de « hors-travail » ou encore de « non-travail ». Mais est-ce aussi simple, légitime et pertinent ?

2 L’objet de cet ouvrage réside précisément dans l’analyse du travail associatif et propose une nouvelle entrée pour penser l’activité associative et les enjeux sociaux et politiques qu’elle sous-tend. Il s’agit d’étudier le bénévolat sous le prisme du travail, en prenant à contre-pied les études réalisées sous le prisme de l’engagement citoyen. Maud Simonet affine donc la question de l’engagement en en mettant au jour les contradictions, afin d’ouvrir de nouvelles pistes théoriques et empiriques en sociologie du travail. En s’appuyant sur la démarche des études féministes sur le travail domestique, travail gratuit et invisible, elle souhaite donner une nouvelle couleur sociologique au bénévolat, au delà de l’engagement pour changer notre regard. Cependant, l’auteur ne perd pas de vue la contradiction inhérente à la terminologie de « travail bénévole ». Les deux termes qui la composent s’opposent, et la construction du travail bénévole risque de leur faire perdre leur signification respective. Alors, doit-on parler de « travail gratuit » ou de « travail libre » ?

3 Pour réaliser cet ouvrage, Maud Simonet s’appuie sur des terrains menés dans les années 1990, en France et aux États-Unis, regroupant une centaine d’entretiens avec différents acteurs du monde associatif. De plus, elle s’appuie sur une enquête comparative de quatre programmes associatifs, entre 2002 et 2005, dans les deux pays. Elle cherche alors à comprendre, à plusieurs échelles, comment s’articulent les différents usages du travail bénévole. Les différentes échelles étudiées construisent la pensée de l’auteur et le plan se structure par trois chapitres, dont l’évolution relève de la complexification de l’objet. En partant des discours des acteurs associatifs, elle interroge le travail bénévole à partir de la notion de carrière (chapitre 1). De là, elle questionne l’instrumentalisation politique du travail bénévole, dont l’état est le principal acteur (chapitre 2), qui ne peut se faire sans la collaboration des structures associatives (chapitre 3).

4Interroger le travail bénévole par la notion de carrière permet d’articuler rapport à l’emploi, carrières professionnelles et travail sur l’objet du travail bénévole. Maud Simonet éclaire ainsi les usages sociaux du bénévolat qui viendraient « combler l’écart entre les aspirations, les représentations idéales des acteurs en termes d’emploi et de carrière, et les positions qui sont les leurs sur le marché du travail » (p. 17).

5Le premier chapitre s’appuie alors sur une comparaison de deux trajectoires associatives. Dans le premier cas, l’adhérent touche une petite indemnité et son inscription dans une association lui laisse le choix de faire ce qu’il aime. Il a conscience que cela ne durera pas et envisage de se reconvertir dans l’humanitaire. Dans le second, l’adhérent touche une rente d’invalidité. Il ne souhaite pas accepter un nouveau travail professionnel pour ne pas perdre sa rente et la cumule alors avec un travail bénévole. Leur recrutement dans les associations, par entretien et curriculum vitae, montre comment leur investissement associatif est dépendant de leur situation professionnelle, autrement dit comment les pratiques bénévoles prennent place dans les carrières professionnelles. Maud Simonet montre alors que les carrières bénévoles et les carrières professionnelles se trouvent soit dans des rapports parallèles, avec des interactions entre les deux, soit dans des rapports de substitution.

6Mais le travail bénévole est rendu possible par l’intermédiaire des financements publics. Il devient alors « une affaire d’État ». Si l’État intervient, réglemente, etc., il ne le présente cependant jamais officiellement comme relevant des politiques de l’emploi. L’auteur montre alors que si les politiques publiques du bénévolat relèvent en partie des politiques de l’emploi, elles en sont aussi l’instrument. Le discours sur l’engagement cache pour partie l’instrumentalisation des usages politiques. Ainsi, l’idée que la pratique bénévole serait une initiative privée qui comblerait les manques de l’État masque le fait que le bénévolat est construit en partie par ce dernier et qu’il l’utilise permettant « à ce mythe de l’initiative privée de masquer la mise au travail public des citoyens » (p. 81).

7Cependant, il ne faut pas omettre la place et le rôle des structures associatives. « C’est bien l’existence d’une relation de travail qui relie le bénévole à l’organisation dans laquelle il exerce son engagement » (p. 149). L’organisation des structures associatives ne s’oppose pas à l’organisation du travail. Au contraire, elle lui en emprunte des contraintes, des techniques et des pratiques et renvoie aux représentations du « travailleur idéal “autonome, responsable et engagé” » recherché par le travail salarié. Ces organisations participent donc à brouiller les frontières entre travail et bénévolat. Alors, ici, le terme de travail bénévole prend tout son sens.

8En interrogeant le travail bénévole, Maud Simonet inscrit son ouvrage dans le questionnement du traitement politique du travail. Pour elle, il s’agirait moins de penser les transformations du travail par le bénévolat que de libérer ce dernier de l’emprise du travail. Dévoiler cette nouvelle précarité qui se réalise au nom de la citoyenneté met au jour un rapport de classe. Le travail bénévole serait alors synonyme d’engagement pour les catégories favorisées et de travail gratuit pour les autres.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Audrey Molis, « Maud Simonet, Le travail bénévole. Engagement citoyen ou travail gratuit ? », La nouvelle revue du travail [En ligne], 2 | 2013, mis en ligne le 30 mars 2013, consulté le 22 mai 2017. URL : http://nrt.revues.org/677

Haut de page

Auteur

Audrey Molis

Centre Pierre Naville, Université d’Evry

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org