Navigation – Plan du site
Recensions et notes critiques

Bernard Friot, L’Enjeu du salaire

Jean-Luc Metzger
Référence(s) :

Bernard Friot, L’Enjeu du salaire, Paris, La Dispute, 2012, 203 p. ISBN : 978-2843032226

Texte intégral

  • 1 Voir la recension de cet ouvrage rédigée par Sébastien Petit dans ce même numéro de la Nouvelle Rev (...)

1Après avoir publié, en 2010, L’Enjeu des retraites1, Bernard Friot prolonge son analyse en nous livrant, avec L’Enjeu du salaire (2012), un projet de société alternative ancré dans les potentialités émancipatrices du présent, un projet à la fois « révolutionnaire » et néanmoins partiellement réalisé. Plus exactement, l’auteur développe, en huit chapitres, un raisonnement articulant trois démonstrations. Il rétablit le sens premier des institutions du salaire en montrant leur caractère intrinsèquement subversif ; il met à jour les objectifs profondément régressifs des réformes engagées depuis trois décennies pour « sauver » l’emploi et les retraites ; il propose, enfin, de s’appuyer sur la portée émancipatrice de la qualification et de la cotisation sociale pour fonder, en les généralisant, une société libérée du marché de l’emploi, du crédit lucratif et de la propriété lucrative. Ce faisant, il montre les limites, voire les contresens des mesures prises ou défendues par des organisations syndicales et des politiques de gauche.

2L’ambition est impressionnante : il s’agit de montrer, en moins de 200 pages, ce que le discours dominant (politique, médiatique, académique, patronal, mais aussi syndical, en France et un peu partout dans le monde) empêche de voir : les potentialités libératrices de certaines institutions du salariat issues de luttes sociales et menacées par les « réformateurs ». Rendre visible ces potentialités est de la plus haute importance, car, pour Bernard Friot, la montée des violences, le succès des extrémismes ou le rejet des partis politiques, le désespoir radical, tout un ensemble de faits sociaux inquiétants s’expliquent à la fois par les décennies de réformes antisociales et par l’absence de perspective proposées par la classe dirigeante. Il faut sortir de ce récit mortifère qui fait envisager au plus grand nombre un avenir toujours plus menaçant qui, s’il n’est pas tout à fait la guerre, n’en est pas moins marqué par la destruction.

3Et pourtant, « les outils sont déjà là pour donner à la valeur économique la définition et la pratique qui vont permettre des changements émancipateurs radicaux » (p. 11). Et ces outils, « forgés dans les luttes du siècle dernier », nous ne les voyons même plus, leur signification nous étant confisquée par la rhétorique capitaliste. L’auteur nous enjoint de remplacer la vision hégémonique et déformée du salaire comme pouvoir d’achat et de la cotisation comme « prélèvement », par une considération mieux informée : le salaire, ou plus exactement le rapport entre capital et travail, est avant tout un rapport de domination pour la définition, le partage et l’utilisation de la valeur économique produite. C’est dire « l’ampleur du déplacement à opérer dans le regard que nous portons sur le salaire » (p. 14). D’où l’insistance à clarifier les catégories.

4Du point de vue du capital, l’enjeu du salaire c’est l’extorsion du profit : les travailleurs sont non seulement expropriés d’une partie du produit de leur travail, mais également empêchés de déterminer ce qui est ou n’est pas de la valeur économique. Dit autrement, le salarié est un « mineur social », car il ne peut ni déterminer la clé de répartition entre profit et salaire, ni peser sur l’usage qui est fait de la valeur économique (par exemple, en termes d’investissements). Il en est réduit à vendre sa force de travail sur un marché, il doit considérer sa pension de retraite comme un salaire différé, alors qu’elle pourrait être considérée comme le salaire prolongé d’une qualification personnelle acquise à vie. En effet, pour les travailleurs, « l’enjeu du salaire, c’est la possibilité de sortir du capitalisme. Non pas de le contenir, […] mais de se passer des capitalistes, d’affecter toute la valeur ajoutée au salaire, y compris la part qui doit aller à l’investissement » (p. 23).

5Pour réaliser ce retournement, il faut démonter le mécanisme par lequel la valeur économique produite par le travail est « transmuté » en profit. Puisque le lieu où se crée la valeur est la production, c’est au cœur du processus productif que s’opère l’extraction de la plus-value : pour cela, il faut que « la valeur économique du produit soit supérieure à celle de la force de travail mise en œuvre », c’est ce que permet la mesure du temps de travail abstrait. Ce dernier correspond au temps de travail moyen (au sein d’un secteur) pour produire un type de bien. Les travailleurs vont être rémunérés sur la base de ce temps moyen (abstrait), alors que ce qu’ils vont produire possède une valeur économique supérieure à leur rémunération. Une autre caractéristique de la valeur économique capitaliste, c’est que les propriétaires lucratifs sont amenés à toujours plus réduire l’usage de la force de travail (diminuer le temps de travail abstrait) par l’invention permanente de dispositifs de gestion pour rationaliser le travail. Sortir de cette convention, c’est donc à la fois faire reconnaître à sa juste mesure la création de valeur économique du travail, mais c’est aussi améliorer les conditions de son exercice.

6Prenons l’exemple du soin aux personnes âgées dépendantes. Dans la convention capitaliste, ce soin, cette attention portée aux aînés n’est proprement du « travail » créateur de valeur économique que quand il est réalisé par des professionnels recrutés par des organismes de services à la personne ou par des fonctionnaires du service hospitalier. Le soin et l’attention apportés par les proches, notamment les enfants qui sont souvent de « jeunes retraités », ne créent pas de valeur économique, donc n’appartiennent pas à la catégorie travail. Dans la convention salariale promue par l’auteur, toutes ces manières de se montrer attentionné créent de la valeur économique et ce qui le mesure c’est tout à la fois : le salaire à vie des jeunes retraités, la qualification des auxiliaires de vie, le grade des fonctionnaires hospitaliers. En élaborant une catégorie englobant ces différentes institutions déjà-là, l’auteur invente une nouvelle valeur économique anticapitaliste. Celle-ci s’oppose, trait pour trait, à la valeur économique capitaliste « réservée aux marchandises et mesurée par le travail abstrait qu’elles contiennent » (p. 47).

7Le projet de société alternative ne s’arrête toutefois pas là. Il contient également un volet généralisant le principe de la cotisation salariale. Pour en saisir la portée, il faut se débarrasser de l’opinion très répandue selon laquelle les cotisations sociales sont prélevées sur le salaire, constituant ainsi un manque à gagner, une baisse du pouvoir d’achat. Au contraire, nous dit Bernard Friot, les cotisations ne doivent pas être retranchées du salaire dit « brut », mais – qu’il s’agisse des cotisations du salarié ou de celles de l’employeur – il faut les ajouter au salaire dit « net », pour aboutir au salaire total. C’est ce salaire total-là qui constitue la valeur économique du travail. Dès lors, tout ce qui réduit les cotisations (comme par exemple, les exonérations de cotisation patronales pour les salaires inférieurs à 1,6 SMIC) réduit le salaire (total). Et tout ce qui augmente le salaire total, y compris en accroissant les cotisations, contribue, d’une part, à accroître le nombre des activités qui sont reconnues comme créatrices de valeur économique (réalisées par des professionnels qualifiés), et d’autre part, à réduire la part de la valeur ajoutée qui revient à la propriété lucrative (le profit).

8Les « cotisations » ne sont pas des prélèvements, mais des salaires versés, soit aux fonctionnaires de la santé (la sécurité sociale finance les soins), soit aux parents (allocations familiales), soit aux retraités (pensions). C’est du « salaire socialisé » qui retournera aux marchandises quand les soignants, les retraités, les parents dépenseront tout ou partie de leurs revenus. Si nous avons du mal à admettre ce raisonnement, cela provient de la guerre que livrent les représentants des propriétaires lucratifs, le patronat en général, et tout particulièrement l’industrie financière et sa composante assurantielle qui souhaite voir croître l’importance relative des assurances santé et des « compléments » de retraite par capitalisation.

9Troisième pilier de l’enjeu du salaire : la qualification personnelle des travailleurs, qualification acquise à vie. Elle ne se confond pas avec la certification scolaire qui, elle, entérine la possession de savoirs et savoir-faire, renvoyant à la valeur d’usage de la force de travail, au travail concret. La qualification, quant à elle, concerne la valeur économique du travail abstrait et contribue à déterminer le salaire. Pour réaliser son potentiel de subversion, la qualification doit être associée à la personne. Quand la qualification est associée au poste et que l’individu se voit attribuer des compétences, cela accroît la dépendance du salarié vis-à-vis de l’employeur (auteur de la division du travail et toujours susceptible de supprimer des postes ou de ne pas reconnaître des compétences) et rend plus incertain son avenir professionnel, tout en fragilisant sa capacité à négocier sa coopération.

10Par-delà les différentes façons d’envisager la qualification, se situent les différents registres sous lequel le travail peut être considéré. À un premier niveau – celui où une sociologie des micro-situations le réduit –, le travail n’est vu que sous son aspect concret, il n’est qu’activités, actes produisant des valeurs d’usage et est lui-même valeur d’usage. À un second niveau, se situe le travail abstrait – au sens de la convention capitaliste –, considéré comme force de travail, dont la valeur économique n’est que partielle, car elle n’est appréciée qu’en fonction du temps de travail abstrait. À un troisième niveau, enfin, l’on trouve le travail abstrait complet, libéré de l’emprise des propriétaires lucratifs, rémunéré en fonction de la qualification de la personne sous forme d’un salaire total (incluant, donc, les différentes cotisations).

11Après avoir remis sur ses pieds le travail, la qualification, il faut en venir au salaire et le refonder en supprimant l’accumulation financière, inutile, parasitaire. « Sacrilège ! » s’écriront les prêtres et les ayatollahs de la religion des marchés. Que nenni : « il suffit d’étendre au financement de l’investissement la technique réussie dans le financement des pensions et de la santé […] et de créer une cotisation économique » pour financer l’investissement : chaque entreprise verserait cette cotisation à une caisse centrale qui mutualiserait les gains et les risques (p. 106). Resterait à définir la clé de répartition, ce qui devrait être l’objet de discussions selon les principes de la démocratie participative. Il ne reste plus qu’à compléter ce dispositif par une cotisation salaire pour financer le revenu correspondant à la qualification et donc créer un salaire permanent, qu’on soit ou non employé. À ce propos, Bernard Friot propose que le premier niveau de qualification corresponde à un salaire universel – qu’il ne faut pas confondre avec un revenu universel - dont bénéficierait tout individu à partir de ses dix-huit ans. Débarrassé du marché du travail grâce à la qualification de la personne à vie, débarrassé du crédit lucratif grâce à la cotisation économique, le projet de société se précise dans l’ouvrage de Friot.

12En résumé, la clé de voûte du dispositif central sur lequel repose la société anticapitaliste est la suivante : tout le PIB serait affecté au « salaire socialisé selon quatre parties dont trois en cotisations : l’autofinancement des entreprises [15 %], la cotisation salaire [environ la moitié du PIB], la cotisation économique [15 %] et la cotisation sociale [20 %] » (p. 141) (l’autofinancement se distingue de la cotisation économique dans la mesure où le premier concerne des flux financiers qui partent de et reviennent à la même entreprise, tandis que la cotisation économique prend la forme d’un fonds commun dont les ressources sont ensuite redistribuées aux entreprises). Ainsi,

l’entreprise sera un collectif de qualifiés, copropriétaires d’usage de l’outil de travail, avec une hiérarchie, des entrepreneurs – mais non plus des employeurs -, […] l’entreprise embauchera et devra pour ce faire être suffisamment attractive puisqu’elle ne disposera pas de cet instrument de pouvoir sur les personnes qu’est le marché du travail. Elle licenciera, et le licenciement changera de sens puisque la personne partira avec sa qualification et son salaire (p. 139).

13L’auteur n’en néglige pas pour autant les problèmes qu’engendre un tel système. Au-delà de la phase de transition, toujours complexe, il anticipe que plusieurs enjeux n’auront pas disparu, mais se seront déplacés au sein-même du salariat : comment définir les qualifications attribuées à vie, qui en aura la charge, comment établir la légitimité des futures hiérarchies, comment permettre aux salariés d’acquérir les savoirs et savoir-faire pertinents pour intervenir dans les débats « techniques » des choix d’investissement, etc. ? Bernard Friot en appelle à la coopération entre copropriétaires et pense que le rôle des syndicats et de la démocratie délibérative en seront renforcés.

14Cette présentation ne rend pas compte de la grande érudition de l’auteur, tant en matière d’histoire économique, d’évolution de l’emploi, de formation des salaires, de droit du travail et des retraites, des décisions de politique macro-économiques contribuant à la financiarisation des économies et à l’endettement des États. De nombreuses références empiriquement fondées accompagnent l’expression de sa pensée systémique et servent un style s’efforçant d’être accessible (un glossaire d’une vingtaine de pages est à la disposition du lecteur).

15À supposer que ses efforts de conviction finissent par porter leurs fruits et que des acteurs politiques transposent, dans le droit français les principes d’un salariat anticapitaliste, aura-t-on pour autant répondu à l’objectif d’émancipation (du plus grand nombre) ? Si l’on entend par émancipation l’action de s’affranchir de la tutelle, des préjugés et de l’autorité et si l’on se limite au seul cadre de l’économie, admettons qu’il restera encore de nombreux chantiers à ouvrir. Car - si l’on a bien lu l’auteur -, pour anticapitalistes que soient les principes de la société envisagée, la concurrence - notamment internationale - continuera d’y jouer un rôle moteur, ce qui devrait amener les entrepreneurs à poursuivre et étendre les processus de rationalisation du travail (concret) ? Et dès lors que l’activité de rationalisation du travail des autres, partie intégrante du fait gestionnaire, relèvera – continuera à relever – d’un ensemble de professions, les détendeurs de l’expertise gestionnaire (comptables, ingénieurs, informaticiens, concepteurs de l’organisation du travail, etc.) n’exerceront-ils pas de fait le pouvoir, en lieu et place des propriétaires lucratifs ? En d’autres termes, peut-on sortir concrètement des effets de la convention salariale capitaliste sans repenser les fondements et les dispositifs de gestion ? Ne conviendrait-il pas, tout compte fait, de repenser la distinction opérée entre travail abstrait et travail concret : ainsi, la contraction du temps de travail abstrait pour dégager la survaleur n’est-elle pas obtenue par rationalisation du travail concret ? A cela s’ajoute la difficulté d’impulser, dans un seul pays, une transformation aussi conséquente : les investisseurs internationaux, les propriétaires lucratifs du monde entier, laisseront-ils faire ce qu’ils prendront nécessairement comme une expropriation ?

16Questions ouvertes qui ne font que souligner le grand intérêt de L’enjeu du salaire, ouvrage d’une grande érudition, proposant des perspectives d’action concrètes pour redonner espoir au plus grand nombre et montrant en quoi la sociologie peut être utile.

Haut de page

Notes

1 Voir la recension de cet ouvrage rédigée par Sébastien Petit dans ce même numéro de la Nouvelle Revue du Travail.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Luc Metzger, « Bernard Friot, L’Enjeu du salaire », La nouvelle revue du travail [En ligne], 2 | 2013, mis en ligne le 30 mars 2013, consulté le 31 juillet 2014. URL : http://nrt.revues.org/680

Haut de page

Auteur

Jean-Luc Metzger

France Telecom

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue par
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Les cahiers de Revues.org