Navigation – Plan du site
Recensions et notes critiques

Frédéric Lordon, Capitalisme, désir et servitude. Marx et Spinoza

Jean-Luc Metzger
Référence(s) :

Frédéric Lordon, Capitalisme, désir et servitude. Marx et Spinoza, La Fabrique, 2010, 213 p. ISBN : 978-2358720137

Texte intégral

  • 1 Voir en particulier Lordon (2008). On en trouvera une recension conséquente rédigée par Salvatore M (...)
  • 2 On retrouve la même exigence d’immersion lexicale, chez des auteurs comme Moshe Postone (2009), Rob (...)

1Frédéric Lordon, auteur de nombreux travaux critiques sur la financiarisation du monde et des crises qu’elle engendre1, nous livre ici un ouvrage dense s’inscrivant dans ce qu’il appelle une « économie politique spinoziste ». En trois parties (Faire faire ; Joyeux automobiles – salariés : les faire marcher - ; Domination, émancipation), l’auteur revivifie la critique sociale en puisant à deux sources : la critique de l’économie politique marxienne et la philosophie politique de Spinoza ou économie des passions. Il en résulte un texte d’une grande rigueur théorique, dont on ne peut toutefois saisir les apports qu’à condition de prendre le temps de s’immerger dans un vocabulaire ad hoc, que l’auteur forge au fur et à mesure de l’exposé2. Pour aider le lecteur, F. Lordon a choisi de rédiger de très courts chapitres, présentant chacun son unité, à la manière des leçons successives d’un exposé didactique.

  • 3 Voir Pezet & Pezet (2010). Pour ces auteurs, les dispositifs de gestion, de management, agissent à (...)

2La question de départ est la suivante : « comment le petit nombre des individus du capital parvient-il à faire marcher pour lui le grand nombre du travail » (p. 11) ? On ne peut se contenter d’invoquer la seule contrainte ou les seuls rapports de force. Ceux-ci n’agissent pas sans médiation. Pour l’auteur, on ne peut plus, comme dans le « schéma binaire des classes », expliquer le fonctionnement des sociétés par l’affrontement brut des intérêts entre capital et travail. Avec l’apparition des cadres et des cadres dirigeants salariés, et plus généralement avec l’émergence de tout un pan du salariat s’engageant dans la réussite de leur entreprise, s’investissant avec joie pour atteindre les objectifs les plus arides, on ne peut qu’admettre la nécessité de réviser nos fiches : comment rendre compte de cette joie de désirer ce que les maîtres de la division du travail ont inventé ? D’où vient que tant d’individus s’engagent dans la « réalisation d’un projet (d’un désir) qui n’est pas d’abord le sien » ? Les dispositifs de management « qui “motivent” et permettent l’épanouissement au travail et la réalisation de soi » (p. 13) auraient-ils atteint leur but ? Et si oui, agissent-ils selon le principe des nanotechnologies gestionnaires exigeant l’ascèse de la performance3 ? Par quel processus le plus grand nombre en est-il arrivé à désirer exactement ce que l’entreprise veut qu’il désire faire ? Cette question est d’autant plus importante qu’il n’y a pas que le désir qui est ainsi canalisé au profit de l’Autre, mais également la puissance d’agir. Et s’il convient de parler de domination et d’aliénation, c’est que l’alignement des désirs consiste à les fixer sur des objets non choisis par les intéressés, à diriger la puissance d’agir sur des tâches préfixées au détriment de toute autre.

  • 4 Comme voudraient nous le faire croire la théorie de l’acteur-réseau avec le terme d’« actant », ou (...)

3Plus précisément, F. Lordon donne toute son importance à la théorie spinoziste du « conatus », cet effort par lequel chacun cherche à persévérer dans son être, sous l’effet du désir, un désir générique, une force désirante. Un tel raisonnement repose sur ce postulat, maintes fois rappelé tout au long de l’ouvrage, que nous sommes tous, anthropologiquement, mus par la volonté d’entreprendre – en général – pour atteindre l’objet de notre désir. Mais, si ce désir est bien le nôtre, il ne naît pas de rien, il se forme dans les rencontres successives avec diverses sources d’affection. Car, pour F. Lordon, l’autonomie du sujet désirant est très relative : ce vers quoi nous souhaitons diriger notre action n’est pas quelque chose qui préexisterait à toute situation, pas plus d’ailleurs, que le désir ne naîtrait des propriétés intrinsèques des objets4.

4Sur cette base, et toujours de façon très générale, un rapport de domination s’installe dès qu’un individu, une volonté, cherche à « embarquer d’autres puissances dans la poursuite de son désir » (p. 19). Le mandarin qui oriente les recherches de « ses » étudiants, le maître qui embrigade « ses » apprentis dans la réalisation d’un type d’œuvre, les patrons qui impliquent « leurs » salariés dans la réalisation de leur « propre entreprise », tous sont dans un rapport d’« enrôlement » (p. 19). S’il est légitime que chacun cherche à réaliser l’objet de son désir, la volonté de faire faire aux autres des activités bien précises pour satisfaire notre désir s’apparente à une prise de pouvoir, une usurpation. Indiquons tout de suite que ce qui fait la spécificité de l’entrepreneur néolibéral, c’est qu’il parvient – grâce, notamment, à la sophistication de certains dispositifs de gestion – à faire passer son désir pour le désir de ses salariés, ces derniers étant – dans l’idéal, quand tout fonctionne bien –, sincèrement persuadés qu’ils éprouvent de la joie à vendre des forfaits téléphoniques, à conduire pour la millième fois un train de banlieue ou un car de touristes, ou à boucler pendant la fin de semaine un dossier pour le comité de direction du lundi matin.

5« En un sens tout à fait général, le patronat est un capturat […] : le dirigeant d’ONG s’approprie à titre principal le produit de l’activité de ses activistes, le mandarin universitaire celui de ses assistants, l’artiste de ses aides, et ceci, bien en dehors de l’entreprise capitaliste » (p. 20). Bien entendu, pour ce qui concerne l’entreprise néolibérale, avant de rentrer dans les mécanismes contemporains de l’alignement des désirs, il faut garder à l’esprit « cette vérité première du rapport salarial qu’il est d’abord un rapport de dépendance, un rapport entre agents dans lequel l’un détient les conditions de la reproduction matérielle de l’autre et que tel est le fond inamovible, l’arrière-plan permanent de tout ce qui pourra s’élaborer par là-dessus » (p. 25).

6Dit autrement, les structures sociales de l’économie marchande « rendent l’accès à l’argent impératif » (p. 25). Nous devons désirer en posséder. C’est en quelque sorte, le degré zéro de l’économie des passions. Arrêtons-nous sur ce point, qui n’est pas le plus original du livre (l’auteur se réfère à Michel Aglietta et André d’Orléans), mais qui a le mérite de rappeler que, quand il est question d’argent, il s’agit du versant désirable – pour chaque individu – de la monnaie, du signe monétaire. Or, ce signe, de « nature essentiellement fiduciaire », reflète un rapport social. Rien de substantiel dans la monnaie n’en fixe la valeur : les individus la désirent par la force des institutions.

  • 5 On notera ici une certaine proximité avec les analyses développées par Philippe Steiner (2011). En (...)

7L’articulation avec l’économie du désir est alors claire : les individus s’engagent dans le travail salarié – ou au service de l’entreprise – parce que les institutions du capitalisme les amènent à fixer leur désir-conatus sur l’objet argent, dont les employeurs sont les seuls pourvoyeurs. Certes, nous dit F. Lordon, « à l’évidence, le rapport salarial est un rapport de domination ». Mais sur quoi porte précisément cette domination ? Quelle est son mécanisme ? Elle consiste à contrôler l’orientation des désirs et à faire admettre que l’argent est le désir supérieur5. Plus précisément, du fait des hiérarchies sociales, des rapports de production, les structures sociales « configurent les désirs et prédéterminent les stratégies pour les atteindre » (p. 32).

8Avec Spinoza, rien n’est immédiat, rien n’est conforme aux idées « spontanées », à l’intuition. Il faut donc s’arrêter sur l’articulation entre désir et objet du désir. Tout d’abord, ce ne sont pas les caractéristiques intrinsèques de l’objet qui expliquent son caractère désirable : c’est la rencontre avec la force désirante générique qui en fait un objet attirant. On pourrait pourtant penser que la prime impulsion vient de l’être, de l’individu, du fait de sa complexion, de son choix, de son libre arbitre. Trop simple ! L’élan de désir est lui-même construit, fruit d’expériences qui laissent des traces, en termes d’affects joyeux ou tristes. S’il s’oriente vers tel ou tel objet, l’individu le doit pour l’essentiel à son parcours et aux cadres d’action qui le surdéterminent : « rien, absolument rien qui soit de l’ordre d’une volonté autonome, d’un contrôle souverain ou d’une libre détermination » (p. 34). Alors qu’il se croit l’auteur de ses décisions, notamment en matière de vocation, de choix d’un métier, d’un type de poste, l’individu ne fait qu’interpréter en termes passionnels le résultat de rencontres, d’influences. Et si l’on peut parler de servitude, elle est passionnelle et universelle, en ce sens qu’elle dépasse le cadre de l’activité économique en régime capitaliste. Ainsi, pour l’essentiel, dans les sociétés marchandes, nous sommes sous l’emprise de la passion qui nous fait désirer travailler – ou plus exactement exercer telle ou telle activité rémunérée – pour accéder à l’équivalent universel permettant de perpétuer notre existence et de réaliser nos désirs monétarisés.

9Ceci est également vrai de l’employeur qui a besoin de la force de travail des employés. On pourrait alors parler de symétrie dans les rapports de dépendance : l’employé est obligé de désirer travailler pour accéder à la distribution d’argent dont l’employeur est le seul détenteur, l’employeur est obligé de désirer mobiliser la force de travail d’individus dotés de qualifications. Mais la dépendance est dissymétrique, car si l’employeur – ou celui qui contrôle le capital – peut différer la satisfaction de son désir-maître et remplacer cette force-ci par cette force-là, c’est la misère et la disqualification sociale qui guette l’employé au chômage ou licencié.

10Mais après tout, pourquoi ne sommes-nous pas tous du bon côté du manche ? Pourquoi ne sommes-nous pas tous entrepreneurs, dans une société qui a aboli (formellement) les privilèges de la naissance ? Question sans doute rhétorique que l’auteur pose pour rappeler quelques évidences, souvent oubliées. Si nous ne sommes pas tous patrons, c’est parce que « le mode financier d’accès à l’argent s’effectue sous l’espèce du stock, [… et qu’]il en résulte une inégalité fondamentale sous le rapport de la capacité sociale des individus à poursuivre un désir de faire capitaliste » (p. 38-9). Certes, il paraît exagéré de parler de rapports de domination dans les sociétés où les individus ne sont tout de même pas tous écrasés sous le joug du maître de forge. On admet volontiers que les ouvriers (ouvrières) à la chaîne dans les industries agro-alimentaires ou les travailleurs du bâtiment, creusant des tunnels dans un bruit assourdissant et la poussière cancérigène, incarnent une forme radicale d’exploitation. Mais, précisément, parce qu’une telle radicalité ne se rencontre qu’en certains lieux, on en déduirait volontiers que le salariat, de nos jours, dans la majorité des secteurs et des postes, dispose de marges d’autonomie importantes, qu’il peut négocier sa coopération, voire exercer un certain pouvoir contre l’employeur. Derrière cette apparente pluralité des positions, F. Lordon identifie au contraire un « continuum de la domination » (p. 40). Dit autrement, l’entreprise – et tout particulièrement l’entreprise néolibérale – est une chaîne ininterrompue de rapports subordonné-subordonnant, où chacun cherche à canaliser les désirs des autres dans le sens du désir-maître : se concentrer sur l’évolution de la valeur de tel et tel indicateur, s’investir dans ces seuls objectifs, etc. Associée à la chaîne hiérarchique – qui subsiste malgré les « organigrammes plats » – la chaîne du contrôle des désirs et de la captation des capacités d’agir structure les pratiques des travailleurs.

  • 6 Pezet & Pezet (2012).

11Grâce à ce modèle général, il est alors possible de rendre compte des situations contemporaines : si l’immense majorité des salariés des entreprises engagent leur être au service des désirs financiers des actionnaires, c’est grâce à cette chaîne d’embrigadement, qui n’est toutefois pas que symbolique, virtuelle, abstraite. C’est ici que l’utilisation des dispositifs de gestion – ou les nanotechnologies du managérialisme6 – joue un rôle important, en réduisant les « possibilités de résistance collective », notamment par des contraintes de surveillance individuelle (reporting), ou bien en organisant la « mise en concurrence interne et précarisant les individus par la menace du déclassement, voire de l’éviction » (p. 45). D’autres dispositifs de gestion sont évoqués, comme le recours à la sous-traitance, en cascade, constituant une chaîne de dépendance et donc de transmission de la violence.

12Ce système de contrainte, de menaces, d’obtention de l’obéissance par les dispositifs disciplinaires (produisant des affects tristes, dans le vocabulaire de Spinoza) est toutefois complété par toutes sortes d’artifices, comme ceux conduisant à orienter les désirs vers la sphère de la consommation, dissociant ainsi au sein de chaque individu la face lumineuse du client comblé et celle restée dans l’ombre du salarié entièrement dévoué ou dévolu à servir le premier. Et tout cela ne tombe pas du ciel, ne résulte pas d’une quelconque agrégation stochastique des volontés, des désirs individuels de « se réaliser », mais provient d’une accumulation de décisions de politique macro-économique. Ainsi, pour ne prendre qu’un exemple, « la construction européenne a porté cette stratégie à son plus haut point de perfection en réalisant l’éviction quasi complète du Droit social par le Droit de la concurrence, conçu et affirmé comme le plus grand service susceptible d’être rendu aux individus » (p. 50).

13« L’aliénation joyeuse à la marchandise » est l’autre nom du nirvana, un nirvana enfin à la portée de tous, à condition que nous accomplissions notre devoir de désirer être des consommateurs avertis, rompus à l’art de comparer en temps réel les prix, distinguant le “plus” et le “moins” de chaque offre, sur des marchés résolument transparents, grâce au travail si utile des agences de notation. Le lien avec la crise financière est alors facile à faire : « il n’est pas de mécanisme de “socialisation” salariale plus puissant que l’emprunt immobilier des “jeunes installés”, rivés à la nécessité de l’emploi pour vingt ans… » (p. 51). De l’endettement pour devenir propriétaire à la crise des subprimes, il n’y a qu’un pas que de nombreux consommateurs-salariés surendettés des pays développés ont franchi.

14Sans vraiment entrer dans le détail des mécanismes par lesquels les dispositifs de gestion sont utilisés pour « aligner les désirs », au sens géométrique du terme, formules trigonométriques à l’appui, F. Lordon n’en donne pas moins le théorème général par lequel la paix social en régime néolibéral est maintenue : après avoir obtenu cet alignement des désirs par la menace de la faim, par la coercition, avec les rejets que l’on sait, le patronat-capturat le plus avancé, investissant dans l’« économie des services » se dote de dispositifs lui permettant dorénavant de viser la « mobilisation totale », l’« engagement illimité de soi », la « vocation totale » (p. 59). Sachant par ailleurs que le capital peut jouer sur deux tableaux : le désir-joyeux, grâce aux techniques managériales, et le désir-triste, avec toutes les menaces dont le droit a su doter les dirigeants en détricotant progressivement les acquis sociaux.

15Ainsi, une particularité de l’économie contemporaine, c’est l’importance démesurée qu’a acquis le capital financier. Celui-ci se caractérise par la liquidité totale, cette « promesse de réversibilité parfaite », dégageant les dirigeants de tout sentiment de responsabilité vis-à-vis des conséquences de leurs actes : dès lors, licencier ou délocaliser ne présentant aucune restriction légale, cette démarche devient « naturelle » et permet de renforcer l’arsenal des moyens d’obtenir l’alignement des désirs par la « brutalité du chantage à la reproduction matérielle » (p. 64). Mais cette brutalité, toujours présente, facile à utiliser, n’est pas toujours nécessaire et ce qui fait la perfection contemporaine de l’entreprise néolibérale, c’est qu’elle parvient à transformer, par un ensemble d’artifices centrés sur l’« activité » (et non seulement sur la promesse de consommation ou la menace de licenciement), toute réticence en « consentement » (p. 77). Le pouvoir, vu de loin, devient l’art de « faire faire », de « faire marcher » les salariés (les faire se mouvoir et les tromper). Et tout ça parce que ce patronat-capturat a compris que tout désir est « hétéro-déterminé » (p. 82) : il suffit dès lors de prendre la place de cet extérieur déterminant pour convaincre les salariés qu’ils vont être satisfaits de bien faire leur travail, que d’ailleurs, ils ne rêvent que de ça, exécuter exactement ce qu’on leur demande d’exécuter, y compris en prenant les initiatives nécessaires. « L’assujetti est réjoui quand il se voit proposer des désirs qu’il prend pour les siens et qui deviennent vraiment les siens », au point que l’on peut parler d’« obéissance heureuse » (p. 87). Sous l’angle spinoziste adopté par l’auteur, contrainte et consentement ne sont que les deux faces de la tyrannie des passions, la première étant triste et la seconde heureuse.

16Cet ouvrage, on l’aura compris, ne s’appuie pas sur l’exploitation méthodologiquement pure de bases de données, pas plus qu’il ne mobilise de fines observations filmées, et en cela, il pourra se voir reprocher son caractère essentiellement « dénonciateur », certains le classeront dans la rubrique – un tantinet disqualifiante – d’« essai ». Sur un autre registre, on pourra critiquer le caractère par trop déterministe, écrasant de la description que l’auteur fait du système d’exploitation des désirs : mais où sont les marges de manœuvre, les irréductibles capacités d’autonomisation des individus, comment nier que les salariés façonnent en partie leur identité grâce à leur engagement dans le travail ? On pourra également soutenir que, malgré le portrait négatif que F. Lordon brosse de l’économie des désirs en régime néolibéral, les relations entre patronat et salariés, entre industrie, commerce et consommation ne sont pas toutes et pas uniquement manipulatoires. À toutes ces critiques et à bien d’autres, la qualité et la rigueur de l’argumentation développées dans Capitalisme, désir et servitude répondent : l’auteur nous fournit des catégories suffisamment précises que chacun peut chercher à rendre opérationnelles et à « tester » sur de multiples configurations empiriques.

Haut de page

Bibliographie

Friot Bernard (2012), L’Enjeu des salaires, Paris, La dispute.

Kurz Robert (2011), Vies et mort du capitalisme, Paris, Lignes.

Lordon Frédéric (2008), Jusqu’à quand ? Pour en finir avec les crises financières, Paris, Raisons d’agir.

Pezet Anne et Éric Pezet (2010), La Société managériale. Essai sur les nanotechnologies de l’économique et du social, Paris, La Ville brûle.

Postone Moshe (2009), Temps, travail et domination, Paris, Mille et une nuits.

Steiner Philippe (2011), Les Rémunérations obscènes, Paris, Zones.

Haut de page

Notes

1 Voir en particulier Lordon (2008). On en trouvera une recension conséquente rédigée par Salvatore Maugeri dans Les Cahiers Internationaux de sociologie de la Gestion, 2009, numéro 1, URL : http://rt30.free.fr/4pagesRT30n1fevrier2009.pdf.

2 On retrouve la même exigence d’immersion lexicale, chez des auteurs comme Moshe Postone (2009), Robert Kurz (2011) ou encore Bernard Friot (2012).

3 Voir Pezet & Pezet (2010). Pour ces auteurs, les dispositifs de gestion, de management, agissent à la manière des nanotechnologies, se rendant invisibles, et pourtant omniprésentes. Indétectables, naturalisées, elles ne peuvent que difficilement faire l’objet d’une critique argumentée.

4 Comme voudraient nous le faire croire la théorie de l’acteur-réseau avec le terme d’« actant », ou la sociologie pragmatique avec la notion de « performativité ».

5 On notera ici une certaine proximité avec les analyses développées par Philippe Steiner (2011). En particulier, quand l’auteur montre que les écarts gigantesques de rémunération accentuent le désir de consommation, accroissent l’endettement et la dépendance.

6 Pezet & Pezet (2012).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Luc Metzger, « Frédéric Lordon, Capitalisme, désir et servitude. Marx et Spinoza », La nouvelle revue du travail [En ligne], 2 | 2013, mis en ligne le 30 mars 2013, consulté le 25 avril 2017. URL : http://nrt.revues.org/682

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org