Navigation – Plan du site
Recensions et notes critiques

Bernard Friot, L’Enjeu des retraites

Sébastien Petit
Référence(s) :

Bernard Friot, L’Enjeu des retraites, Paris, La Dispute, 2010, 178 p. ISBN :

Texte intégral

1Quelle est la logique des réformes françaises des retraites ? Quelle alternative serait envisageable ? À partir de sa propre grille d’analyse du salariat et des transformations du capitalisme contemporain, Bernard Friot entend déconstruire méthodiquement les présupposés qui accompagnent aujourd’hui les débats autour des retraites. Il part du constat selon lequel il y a un consensus sur l’existence d’un « problème des retraites ». Selon lui, différents raccourcis invoquent des aspects démographiques, comptables voire moraux mais la question de la redistribution des gains de productivité est absente des débats. Aux yeux du pouvoir politique, la sauvegarde du régime par répartition passerait par une baisse des prestations et/ou un complément des pensions par la capitalisation.

2L’auteur part de la thèse audacieuse selon laquelle la période de retraite signifie, pour les retraités, une période de travail en même temps qu’une libération de la subordination vis-à-vis du marché du travail et des employeurs. Une libération qui, vue comme telle, peut constituer un véritable socle de revendications et confère un statut d’actifs aux retraités. A contrario, pour les réformateurs, à savoir les pouvoirs politiques, le patronat voire les syndicats de salariés, un retraité ne travaille pas et touche un revenu différé, une rente, par rapport à ses contributions passées, selon un principe de solidarité intergénérationnelle. L’enjeu des retraites apparaît dès lors comme le passage à une nouvelle conception sociale et politique des retraites et du travail.

Les présupposés des réformes des retraites

  • 1 B. Friot expose plus amplement son examen du modèle social français dans Puissances du salariat (20 (...)
  • 2 L’approche libérale défend une répartition distributive (selon la contribution de chacun) et non pa (...)

3L’analyse que B. Friot livre de l’évolution du régime des retraites s’inscrit dans le cœur des développements qu’il a réalisés à travers ses travaux sur le salariat1. En premier lieu, il conteste fermement le principe d’équité intergénérationnelle entre cotisants, argument libéral souvent avancé par les réformateurs2. L’auteur entend dénaturaliser pied à pied ces représentations de manière à ne plus envisager la retraite de manière négative. Car dans la mesure où notre société repose sur le postulat selon lequel « l’emploi mesure le temps de travail abstrait et tout travail qui y échappe n’en est pas vraiment et n’a pas à être payé » (p. 121), le travail sans emploi et sans marchandise est peu reconnu.

4C’est donc la conception dominante de l’emploi qu’il est question de renouveler. Depuis les années 1990, le capitalisme financier identifie les travailleurs à des « employables prévoyants » qui contractent des comptes épargne et travaillent leur employabilité. Dans un contexte de sécurisation des rendements du capital, l’insécurité est reportée sur les salariés et sur l’activité productive. Ainsi, la remise en cause de certains fondamentaux du contrat de travail, du salaire, de la qualification, des négociations collectives et des cotisations sociales – communément perçues comme une taxe sur le travail – concourt à installer ce type de régime défavorable aux salariés. À travers ce modèle, seul le travail subordonné donne des droits sociaux selon les conditions du marché du travail et de la propriété lucrative.

5Cette sombre tendance ouverte par les réformes récentes est historiquement ancrée dans l’évolution du régime des retraites et, plus globalement, dans les transformations du salariat.

Un retour régressif à la retraite par prévoyance

6Bernard Friot consacre une part de son analyse à relater les fondements historiques de la retraite – « réussite » de la période contemporaine – et en souligne les ambivalences. La construction des retraites exprime à son sens deux mouvements opposés. D’un côté, la continuation du salaire, fondée sur le traitement typique de la fonction publique, reconnaît les personnes selon leur grade et non leur poste. À l’inverse, la prévoyance, qui prend la forme de l’épargne retraite, s’appuie sur une instabilité des statuts et ne concerne que le secteur privé jusqu’en 1945. Depuis cette date, le système par répartition a gagné en légitimité et a promu le principe de la cotisation. Jusqu’en 1982 – et le vote de la retraite à 60 ans –, les réformes successives confortent le système de cotisation et est favorable aux pensionnés. C’est pourtant dès ce moment que les réformes prennent la direction d’une « régression sociale ».

  • 3 Si l’on se réfère aux atteintes portées au modèle de qualification en France depuis les années 1970 (...)

7À partir des années 1980, les politiques menées en France par les gouvernements de gauche comme de droite soumettent des mesures qui ont pour effet, selon l’auteur, de porter atteinte aux statuts et aux qualifications3 qui pouvaient préserver des contraintes marchandes (ce qui était le cas des statuts de fonctionnaire ou d’intermittents du spectacle). Depuis 1987 (qui correspond à l’indexation des pensions de retraites sur les prix et non plus sur les salaires), malgré une certaine opposition syndicale et politique, la plupart de ces réformes ont été mises en œuvre. Celles-ci « assèchent » tant et plus les cotisations sociales, en ne revalorisant plus par exemple la part patronale des cotisations. La pension se transforme donc progressivement en un revenu différé puisqu’elle correspond à des cotisations passées, comme une part du salaire non consommé. Dans cette perspective, la pension versée au retraité est considérée relativement à l’activité passée du bénéficiaire, à la valeur attribuée à son travail comme « actif ».

8L’atteinte portée au régime des retraites repose plus spécialement sur un gel des cotisations, la fin de l’indexation des retraites sur les salaires et la montée de la contributivité (le total des cotisations doit correspondre au total des pensions). Avec les réformes, l’auteur précise que le travail réalisé par les retraités est exclu de la valorisation monétaire. Seul le travail à finalité marchande est reconnu comme légitime.

9Ces remises en cause se sont traduites, en outre, par l’inscription de la cotisation comme compte individuel et comme patrimoine lucratif, la non prise en compte du meilleur salaire, la stabilité des taux de cotisation ou encore le renoncement à l’âge légal (sauf plancher). Symboliquement dévalorisée, la cotisation sociale est aujourd’hui « convertie en rente viagère » (p. 58).

Les retraités travaillent

10Dans la perspective alternative qui est la sienne, B. Friot soutient que les retraités peuvent prétendre à « être payés pour travailler hors de la valeur travail », ce qui ouvre la voie à « un travail non subordonné [et qui] subvertit toute forme capitaliste de rapport au travail » (p. 33). Libérée du marché du travail et de la production de marchandises, la retraite doit être vue comme une forme d’émancipation.

11Le traitement perçu par les retraités – le « salaire continué » – apparaît, selon l’auteur, comme un salaire irrévocable, tandis que le travail et son produit ne sont pas contrôlés par un employeur. Aussi, là où le revenu différé favorise la capitalisation, le « salaire continué » figure à l’inverse comme une « alternative salariale ». Il repose sur la « pleine-qualification » des retraités, ce qui signifie plusieurs atouts pour ceux-ci : une pension liée au meilleur salaire, des capacités transversales reconnues ou encore un réseau personnel constitué avant la retraite.

12La qualification est ici attachée à la personne et non à l’emploi. Les salariés reçoivent un salaire à vie, ce qui les dote d’une capacité reconnue et d’un réseau professionnel. Pour B. Friot, la qualification revêt donc une dimension politique et citoyenne, elle rompt avec la « disqualification permanente qu’opère le marché du travail » (p. 72). Cela marque la reconnaissance d’une personne à produire, et non une capacité à générer des gains. La pension de retraite peut être vue par conséquent comme un salaire actuel.

  • 4 Au sens capitaliste du terme, à savoir la constitution de la marchandise par un temps de travail mo (...)

13En contrepoint des réformes actuelles, B. Friot entend donc déplacer le droit social vers la personne (et non autour de l’emploi). Il s’agit ainsi de reconnaître le salarié comme producteur et non plus comme demandeur d’emploi. C’est dans cet esprit qu’un « bonheur des retraités au travail » est envisageable. Reconnus par les institutions salariales à travers leur qualification personnelle et par un salaire continué, libérés de la valeur travail4, les retraités échapperaient de la sorte à toute forme de subordination et de disqualification

Un « bonheur des retraités » au-delà des institutions du capital ?

14On peut dire, pour conclure, que l’ouvrage de Bernard Friot apporte une contribution particulièrement roborative à des problématiques inhérentes aux évolutions des régimes de retraite. Plus encore, il donne un éclairage stimulant sur les transformations contemporaines du salariat en montrant le constant processus de disqualification d’une partie des travailleurs dans le mode de production capitaliste. Il s’efforce vivement de prendre le contrepied du discours dominant sur les retraites et d’en dénaturaliser les enjeux.

15Toutefois, une fois énoncées les spécificités des rapports sociaux propres au capitalisme, l’auteur renonce à envisager la retraite et, à plus forte raison, le travail, hors du cadre salarial, c’est-à-dire hors de ce qui crée cette situation de subordination. Il prône la défense des institutions du salariat au détriment des institutions du capital, alors que le rapport salarial est précisément porteur d’une logique de domination en ce qu’il réduit, d’une part, le travail salarié à la valeur constituant les marchandises et, de l’autre, les travailleurs à dépendre d’un employeur. On peut donc s’interroger sur la réelle capacité du salaire continué et de la reconnaissance universelle de la qualification à engager un processus de libération du travail et des travailleurs dès lors que les rapports sociaux de propriété – et de production – sont maintenus. Ne risque-t-on pas, en suivant les préconisations de l’auteur, d’aboutir à des compromis salariaux semblables à ceux de la fin du xixe siècle et de la période allant des années 1930 aux années 1970 ? Des compromis qui, en dépit des apports manifestes pour les salariés, ont eu chaque fois pour issue un renforcement du capital et une séparation toujours plus mutilante des travailleurs avec les biens et services produits.

16Ces limites, qui portent avant tout sur les propositions d’ordre socio-politiques défendues par l’auteur, n’altèrent en rien la rigueur épistémologique et l’indispensable travail de déconstruction que l’ouvrage engage à propos des retraites au-delà des discours légitimes et autorisés.

Haut de page

Bibliographie

Friot Bernard (1999), Et la cotisation sociale créera l’emploi, Paris, La Dispute.

Friot Bernard (2012 [1998]), Puissances du salariat, Paris, La Dispute.

Friot Bernard (2012), L’Enjeu du salaire, Paris, La Dispute.

Haut de page

Notes

1 B. Friot expose plus amplement son examen du modèle social français dans Puissances du salariat (2012). On retrouvera des éléments d’analyse du salariat et de l’emploi renvoyant indirectement à la problématique du régime des retraites dans Et la cotisation sociale créera l’emploi (1999) et L’enjeu du salaire (2012).

2 L’approche libérale défend une répartition distributive (selon la contribution de chacun) et non pas commutative (à chacun la même chose) de la retraite.

3 Si l’on se réfère aux atteintes portées au modèle de qualification en France depuis les années 1970-1980.

4 Au sens capitaliste du terme, à savoir la constitution de la marchandise par un temps de travail moyen.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Petit, « Bernard Friot, L’Enjeu des retraites », La nouvelle revue du travail [En ligne], 2 | 2013, mis en ligne le 29 mars 2013, consulté le 25 juin 2017. URL : http://nrt.revues.org/684

Haut de page

Auteur

Sébastien Petit

Centre Pierre Naville, Université d’Evry

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org