Navigation – Plan du site
Recensions et notes critiques

Nicolas Castel, La Retraite des syndicats. Revenu différé contre salaire continué

Georges Ubbiali
Référence(s) :

Nicolas Castel, La Retraite des syndicats. Revenu différé contre salaire continué, Paris, La Dispute, 2009, 299 p., ISBN : 978-2843031915

Texte intégral

  • 1 Pour une synthèse récente, Pallier (2012) et Rémond (2012).
  • 2 On ne peut que comprendre le soubassement théorique du livre de N. Castel qu’en lisant en parallèle (...)

1Paru un an avant l’ultime réforme des retraites (dite réforme Fillon, 2010), cet ouvrage en éclaire puissamment les enjeux, ainsi que, probablement, les prochains rebondissements. En effet, la question des retraites et de leur « réforme » est inscrite désormais depuis plusieurs décennies dans les agendas politiques. Ces modifications, qui dépassent largement le strict cadre hexagonal, ont donné lieu à une littérature abondante1. Issu de sa thèse de sociologie, dirigée par Bernard Friot2, ce livre de Nicolas Castel parvient à renouveler largement la compréhension des mécanismes en cours. En effet, l’auteur propose un point d’observation peu fréquenté jusqu’alors dans les travaux sur le sujet, les organisations syndicales. Le propos se déploie au fil de huit chapitres, dont on va présenter l’architecture dans un premier temps, avant d’en discuter certains aspects dans un second temps. Le point de départ, central, qui va être décliné tout au long de l’ouvrage, c’est que la retraite, c’est du salaire. Cela implique donc que la retraite ne peut être considérée comme du salaire différé puisque cotisations et prestations s’opèrent dans un même mouvement. Dit autrement, la pension est une continuation du salaire. Tout l’enjeu des réformes (LA réforme comme il est écrit, pour la réduire à son essence) est précisément de revenir à un système de revenu différé, ouvrant l’espace alors pour un ensemble de techniques financières reposant sur le principe de la capitalisation.

2Un développement et une explicitation du postulat de départ sur la nature même de la pension est proposé dans le premier chapitre. Un bref exposé historique permet de rappeler la tension constitutive entre la logique de l’assistance/prévoyance et la logique salariale tout au long du xixe et d’une partie du xxe, jusqu’à ce que l’institution de la Sécurité sociale, « institution révolutionnaire » (p. 15), fasse prévaloir jusqu’à ce jour l’assisse salariale des retraites obligatoires (avec la spécificité marquée du statut de fonctionnaire). Une faille importante est instituée dans la démocratie sociale que représente la Sécurité sociale (SS), gérée par les représentants des salariés à sa création, par la création de l’Agirc, le régime de retraite complémentaire des cadres, fonctionnant sur le principe du paritarisme. La dynamique d’évolution des années d’après-guerre jusqu’aux années 1980, est celle d’une amélioration des conditions de la retraite, illustration d’une continuation du salaire. C’est précisément cette logique dynamique que LA réforme vient contrarier. Le constat est sans appel : « la cotisation vieillesse patronale n’augmente plus depuis 1979 et, pour la moitié des salariés (ceux dont les salaires donnent lieu à exonérations de cotisations sociales patronales), elle est en recul constant depuis le milieu des années 1990 » (p. 47). Avec un léger décalage, le même processus se manifeste pour les régimes complémentaires. La désindexation des retraites sur les salaires (Seguin en 1987, puis 1993 et 1998) constitue une mesure phare, car elle tend à rompre le statut salarial du retraité, pour transformer ce dernier en un consommateur, autorisé à consommer un revenu différé qu’on lui y attribue. Tout en limitant la part salariale dédiée aux retraites, se mettent en place des mesures fiscales et d’épargne visant à assurer des droits complémentaires pour la fraction des retraités en mesure d’épargner. La Csg apparaît d’ailleurs comme une mesure phare. Ces mesures s’inscrivent dans la logique, prônée par les instances internationales (en particulier de l’Union européenne), visant à faire reposer le droit à la pension sur un triple pilier, (obligatoire, minimal et contributif), complémentaire (obligatoire et privé, reposant donc sur la capitalisation) et surcomplémentaire (facultatif et privé, fiscalement soutenu). Or, face à ce bouleversement (qui, par ailleurs, n’est jamais rien d’autre qu’une tentative de retour au passé pré-Sécurité sociale), comment réagissent les organisations syndicales ?

  • 3 Sur la stratégie cédétiste, on se reportera à deux travaux récents : Defaud (2009) et Barthélémy (2 (...)

3En fait, la démonstration conduite aboutit à donner son véritable sens au titre (La retraite des syndicats doit alors être lu comme le recul des syndicats), car Castel montre que ces derniers, faute de s’appuyer sur l’argumentaire salarial, se limitent à un travail d’accompagnement (la Cfdt) ou sans réelle prise sur le processus (Cgt et Fo). Le troisième chapitre constitue une analyse des discours confédéraux sur la « Sécu » et sur les pensions dans les années 1980, à partir d’une large documentation confédérale. Si l’on peut regretter la focalisation sur seulement deux organisations, certes les plus importantes, il n’en reste pas moins qu’elles illustrent deux stratégies. La première, celle de la Cfdt, s’inscrit dans un accompagnement du recul des droits sociaux, au nom d’un réformisme sans complexe3. Si la seconde s’inscrit dans une volonté de résistance, elle n’en demeure pas moins floue dans sa stratégie. Face à l’offensive réformatrice que représente le Livre Blanc de 1993 de Michel Rocard, souhaitant décliner pour la France le principe d’une triple assise pour les retraites (chap. 4), la réponse syndicales est celle d’une diversification des sources de financement des pensions, dont la Csg est l’élément central. La promotion de cette dernière est analysée comme une substitution partielle à long terme à la cotisation et donc l’extinction du rapport entre les retraités et le statut salarial.

4Le propos de Castel, et c’est un intérêt du point de vue méthodologique de son approche, ne se limite pas à une analyse des discours syndicaux, mais prend également en compte les pratiques réelles des confédérations, notamment à l’occasion des négociations et des accords sur les régimes de retraites complémentaires. Cette analyse court tout au long du chapitre 6, particulièrement documenté et peu connu. En effet, autant les réformes du régime général de part leur ampleur sont placées sous le feu des médias, autant le paritarisme ne reçoit pas le même écho. Or, c’est là aussi une véritable débâcle syndicale à laquelle on assiste, puisque le rendement des régimes complémentaires ne cesse de décroître au fil des rencontres entre le patronat et les organisations syndicales. Entre 1998 et 2001, pas moins de six rapports sont publiés sur l’avenir des retraites, ainsi qu’un premier document sous l’égide d’un nouvel acteur : le Cor (Comité d’orientation des retraites). On laissera le lecteur découvrir les analyses syndicales sur cette littérature pour centrer notre propos sur la partie concernant le Cor. En effet, cette institution, créée en 2000, associe les représentants des assurés sociaux, de l’État et du patronat à une pléiade d’experts. Or, l’expertise avancée par le Cor laisse entrevoir, par les scenarii dessinés, qu’une augmentation des cotisations (certes modérée, mais réelle) est envisageable, permettant de continuer d’asseoir le financement de la retraite sur le salaire. Or, même si ces considérants ne s’inscrivent qu’à l’état d’hypothèses, les organisations syndicales ne se saisissent pas de cette possibilité pour influer sur le débat public, avec pour résultat que l’expertise du Cor se limite au cadre du « carcan idéologique de la réforme » (p. 238). Dit autrement, les experts syndicaux participant à ces instances se sont laissés envahir par l’esprit gestionnaire qui domine dans ce genre d’instance.

  • 4 Par « compromis », il est fait allusion aux résultats des propositions défendues par la Cfdt sur le (...)

5L’ultime chapitre porte sur l’analyse des réformes du début des années 2000, aussi bien les accords paritaires Agirc-Arrco de 2003 que la réforme Fillon de la même année, conduisant à ce que « la faiblesse du discours syndical, l’impossible unité de la démarche syndicale et le “compromis”4 trouvé sur la réforme finissent par accompagner des orientations contraires aux revendications salariales » (p. 278). Selon l’auteur, cette impuissance d’un discours alternatif à celui de la réforme puise ses racines dans la sous-estimation du caractère salarial des retraites par les directions confédérales, avec comme conséquence que « pour l’instant, la contre-révolution qu’est la pension comme revenu différé l’emporte sur la révolution qu’est la pension comme salaire continué » (p. 289).

6À la lecture de cet ouvrage très complet et original, au moins trois interrogations se posent, qui portent toutes sur l’angle choisi, celui de la représentation des salariés, pour appréhender l’évolution de la protection sociale sous la forme des retraites. La première porte sur la quasi absence de la dimension européenne dans l’analyse. Certes, chaque pays possède une histoire propre, même si désormais la presque totalité des syndicats sont affiliés à la Ces. Néanmoins la volonté réformatrice s’est manifestée dans la plupart des pays européen. Un éclairage comparatif aurait permis de mieux faire ressortir les forces et faiblesses de l’acteur syndical dans l’hexagone. La seconde préoccupation porte sur les conditions de la socialisation d’un savoir revendicatif, ici, sur le thème de la retraite. En effet, l’analyse développée par l’auteur repose essentiellement sur le discours tenu par les confédérations, que ce soit sous la forme de textes ou à travers l’expression de ses experts. De ce point de vue, un éclairage sur la manière dont les militants dans les entreprises ou les structures de l’organisation envisagent la question des retraites aurait constitué un apport précieux sur la perméabilité ou non à l’esprit gestionnaire que critique, à juste titre d’ailleurs, l’auteur. Enfin, la dernière remarque porte sur le cœur de l’argumentation, à savoir que l’incapacité de réaction syndicale est relative à un déficit d’analyse et de propositions syndicales. Or, non seulement ces dernières sont diverses, ainsi que la comparaison Cgt-Cfdt le laisse transparaître au fil des pages, mais en sus, peut-on résumer la capacité stratégique syndicale à l’expression d’un discours « juste », considéré comme suffisant pour mobiliser les salariés ? De ce point de vue, on peut considérer que N. Castel a tendance à verser dans une conception intellectualiste du monde social. Cela n’invalide en rien la pertinence de l’analyse ici conduite, mais invite à approfondir et prolonger l’enquête ainsi esquissée.

Haut de page

Bibliographie

Pallier Bruno (2012), La Réforme des retraites, Paris, Puf, 4e édition.

Rémond Antoine (2012), Retraites : quelles nouvelle réforme ?, Paris, La Documentation française.

Friot Bernard (2012 [1998]), Puissances du salariat, Paris, La Dispute

Friot Bernard (2010), L’Enjeu des retraites, Paris, La Dispute.

Defaud Nicolas (2009), La Cfdt (1968-1995). De l’autogestion au syndicalisme de propositions, Paris, Presses de Sciences Po.

Barthélémy Martine et alii (2012), Le Réformisme assumé de la Cfdt, Paris, Presses de Sciences Po.

Haut de page

Notes

1 Pour une synthèse récente, Pallier (2012) et Rémond (2012).

2 On ne peut que comprendre le soubassement théorique du livre de N. Castel qu’en lisant en parallèle les ouvrages de Bernard Friot, notamment Puissances du salariat (2012 [1998]). Bernard Friot a publié également, un an après le livre recensé ici, un stimulant L’enjeu des retraites (2010).

3 Sur la stratégie cédétiste, on se reportera à deux travaux récents : Defaud (2009) et Barthélémy (2012).

4 Par « compromis », il est fait allusion aux résultats des propositions défendues par la Cfdt sur les carrières longues, dont une appréciation sévère est fournie p. 274.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Georges Ubbiali, « Nicolas Castel, La Retraite des syndicats. Revenu différé contre salaire continué », La nouvelle revue du travail [En ligne], 2 | 2013, mis en ligne le 30 mars 2013, consulté le 25 avril 2017. URL : http://nrt.revues.org/695

Haut de page

Auteur

Georges Ubbiali

Université de Dijon

Centre Georges Chevrier, UMR 5605

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org