Navigation – Plan du site
Recensions et notes critiques

Maria Malatesta, Professional Men, Professional Women & Claude Dubar, Pierre Tripier, Valérie Boussard, Sociologie des professions

Marnix Dressen
Référence(s) :

Maria Malatesta, Professional Men, Professional Women, The European Professions from the 19th Century until Today, University of Bologna, 2011, 200 p. (Ouvrage paru en 2006 et traduit et abrégé en 2011). ISBN : 978-1848606258.

Claude Dubar, Pierre Tripier, Valérie Boussard, Sociologie des professions, Paris, Armand Colin, 2011. ISBN : 978-2-200-24879-6

Texte intégral

1Les deux ouvrages dont nous voulons rendre compte ici sont très différents. L’ouvrage de Maria Malatesta apporte des éléments fondamentaux pour comprendre la construction historique de la fermeture et de l’entrouverture des professions aux femmes. Pour sa part, la réédition de Sociologie des professions de Claude Dubar et Pierre Tripier (auxquels Valérie Boussard s’est jointe pour cette réédition) fait très utilement le point, dans son chapitre 11, sur la manière dont les sociologues expliquent la pérennité des inégalités hommes/femmes alors même que la législation les proscrivent et que dans tant de pays plus d’un étudiant sur deux est une étudiante et que celles-ci réussissent mieux dans leurs études.

2En réalité le chapitre 11 du manuel de Claude Dubar et Pierre Tripier ne s’intéresse pas qu’aux discriminations sexuées mais aussi ethniques, ce dont le livre de Maria Malatesta ne traite pas. M. Malatesta est historienne et s’inscrit donc davantage dans une perspective diachronique tandis que l’ouvrage de C. Dubar et alii, comme l’appartenance académique de ses trois auteurs et son titre l’indiquent, s’inscrit dans une logique plus sociologique. En tout cas, quoique très différents à tous points de vue, chacun à sa façon, ces deux ouvrages apportent de solides éléments d’information et de réflexion sur la place des femmes dans le monde du travail.

3Quelles sont les leçons de l’histoire qui pourraient être utiles à ceux qui souhaiteraient comprendre les barrières de genre, vitrifiées certes, mais aussi saisir comment elles se fissurent lentement, et éventuellement agir contre ce qui fait obstacle à l’égalité des sexes ?

4Ce que montre M. Malatesta en s’appuyant sur de très nombreux travaux, c’est que l’ouverture aux femmes des professions médicales, juridiques, d’ingénieurs et comptables, a été un combat. Les conditions, les temporalités, les acteurs mobilisés en faveur ou contre l’égalité et les stratégies adoptées ont été très variables d’un pays et d’une profession à l’autre. Les enjeux aussi pouvaient être différents. Ce combat a souvent été mené selon une logique incrémentale. Il a parfois connu des sauts quantitatifs ou qualitatifs, mais il n’a pas à ce jour bénéficié d’une victoire totale ni définitive. En tout cas, la lutte implicite ou ouverte contre la domination masculine se poursuit, les travaux cités par C. Dubar et ses collègues l’illustrent abondamment.

5Les deux ouvrages illustrent merveilleusement que d’un point de vue scientifique, chaque réalité concrète doit être analysée concrètement. Ainsi les monographies sont indispensables pour constater que dans telle ou telle réalité spatio-temporelle, une profession a priori dominée dans l’échelle de prestige peut davantage résister à l’entrée des femmes que telle autre plus en vue. En France – n’est-ce pas contre-intuitif ? – les femmes ont eu davantage de difficulté à devenir pharmaciennes que médecins. Et, plus intrigant encore, c’est l’inverse en Italie. Quant au métier de vétérinaire, il est resté un bastion masculin, plus que le métier de médecin, sans doute du fait de son rôle militaire (soins aux animaux de traits ou de cavalerie) (Malatesta, p. 137-138).

6Selon les recherches citées par M. Malatesta dans la sphère judiciaire, la résistance à l’entrée des femmes revêt des enjeux particuliers relatifs à la vie publique et renvoie à la représentation que se font les hommes de ces professions.

  • 1 Catherine Marry parle d’autoexclusion/sélection des femmes. Aujourd’hui, 85% des filles se retrouve (...)

7Le combat pour faire sauter les verrous interdisant les professions aux femmes est d’une certaine façon spécifique à chaque cas, mais on peut néanmoins identifier des stratégies plus efficaces que d’autres. La tactique du pied dans la porte n’est pas la moins bonne. Il est souvent payant de créer un précédent, d’ouvrir une brèche dans le mur plus ou moins épais et résistant que les hommes ont édifié et défendent encore (parfois avec la complicité des femmes qui ont intériorisé les interdits)1. C’est pourquoi M. Malatesta rend hommage aux pionnières comme Maria Montessori (première femme médecin en Italie) ou Madeleine Pelletier (première femme médecin diplômée en psychiatrie en France).

8La mobilisation des femmes a parfois nécessité de faire une place aux figures emblématiques auxquelles elles vont pouvoir se référer comme « le grand exemple à imiter ». Ainsi en est-il du cas de Christine Ross, une bibliothécaire états-unienne qui faisait office de gestionnaire de patrimoine et qui s’attira une belle notoriété en Grande Bretagne, car elle incarnait la preuve que les femmes étaient capables d’exercer la fonction de comptable (p. 139).

9Mais si elles ont été des effigies souvent nécessaires aux avancées historiques, celles-ci ne sont pas le seul fait des héroïnes. À côté ou dans le sillage des pionnières et des figures emblématiques, il y a aussi des collectifs et notamment des associations qui les appuient ou popularisent les exemples à suivre. Ainsi en a-t-il été de l’association britannique pour l’émancipation féminine, qui a soutenu la lutte des femmes en faveur de l’ouverture de la profession comptable. D’une façon générale, au xixe siècle, les associations féministes et socialistes teintés de conceptions méritocratiques ont été des ferments de la lutte en faveur de l’égalité (ce qui ne signifie pas qu’elles n’aient pas aussi pu porter des conceptions très conservatrices dans la répartition genrée des rôles sociaux), ce qui ne retient pas l’attention de M. Malatesta.

10Dans tous les cas, lorsque le combat a été gagné, c’est que les pionnières « n’ont pas lâché l’affaire », pourrait-on dire familièrement. Leur opiniâtreté n’a pas été suffisante, mais elle a été absolument nécessaire. Quelle était l’identité des éclaireuses ? Souvent des personnes d’origine bourgeoise armées de croyances progressistes. Elles étaient, on l’a dit, assez souvent socialistes à une époque où cet engagement pouvait être perçu comme chargé de valeurs subversives.

11Si les femmes ont pu progresser, c’est aussi que le front d’opposition à l’ouverture aux femmes n’était pas compact et que les femmes ont pu compter sur des soutiens dans la place. M. Malatesta cite le cas de l’avocat Louis Franck en Belgique. On note aussi le rôle des pères qui incitèrent leurs filles à poursuivre leurs études, celui des professeurs et des recteurs qui les accueillirent à l’université, des parlementaires socialistes qui les soutinrent, des frères et des maris qui leur firent une place dans leurs entreprises. Tout cela permet à M. Malatesta d’écrire que les facteurs du changement ont été à la fois externes et internes aux professions. Les femmes ont aussi su adopter des stratégies interstitielles par exemple en Italie où sous le fascisme, le taux de femmes pharmacien (employée d’officine, pharmacienne ou propriétaires d’officines) a été significatif même si toutes les diplômées n’exerçaient pas (Malatesta, p. 150).

12Dans le même ordre d’idées, lorsque l’obstacle était infranchissable, des femmes l’ont contourné. Ainsi en a-t-il été du nomadisme d’une université à l’autre, d’un pays à l’autre, notamment pour trouver ailleurs, et parfois à l’étranger, des diplômes qui n’étaient pas ouverts aux femmes dans leur propre pays (Malatesta, p. 128). Dès la deuxième moitié du xixe siècle et au début du xxe siècle, dans la péninsule italienne, les femmes créèrent des services « médicaux parallèles » dirigés par des femmes et destinés aux femmes (p. 136).

13Dans ce combat en faveur de l’égalité, il n’y a pas que des stratégies, mais aussi des circonstances porteuses (la Première guerre mondiale, les années 1970…).

14Selon M. Malatesta, trois phases peuvent être identifiées dans les réponses des institutions publiques et professionnelles à la mixité dans les professions :

  • Depuis la première moitié du xviiie siècle, l’État et les professionnels s’allièrent pour totalement exclure les femmes de l’université et des professions.

  • De la fin des années 1860 jusqu’en 1918, l’État et les universités favorisent une meilleure éducation des femmes et des obstacles importants perdurent. En Allemagne, en Grande-Bretagne, la résistance la plus forte émanait des facultés de médecine. En 1902, en Prusse, région particulièrement conservatrice, sept facultés de droit sur neuf acceptaient la délivrance de l’Abitur (diplôme de fin d’étude secondaire) aux femmes contre cinq facultés de médecine sur neuf (soit respectivement 77 et 55 %). Dans les pays latins, les facultés de médecine ont été des voies d’entrées pour les femmes dans les professions. Finalement, en 1919, le gouvernement leva les obstacles à l’entrée des femmes.

  • On n’a pas le sentiment que le Nord de l’Europe, de Londres à Berlin en passant par Paris, était plus avancé que l’Italie (seul pays méditerranéen étudié avec la France) en matière de féminisation. C’est ce que montre par exemple l’entrée des femmes dans la profession comptable (Malatesta, p. 139-140).

15Pour paraphraser le socialiste russe Tchernychevski, la féminisation des professions « n’est pas un trottoir de la perspective Nevski ». Ainsi, l’histoire de la féminisation des professions connaît parfois des avancées et des reculs au point qu’on peut parler de progression erratique. Reprenons quelques exemples : il y a eu des femmes juristes au début des Temps modernes, puis elles ont disparu pendant plus de deux siècles. Si l’on excepte la très féministe République de Weimar en Allemagne (1919-1933), qui proclama l’égalité des sexes dans la sphère familiale, professionnelle, civique, y compris pour les femmes mariées (Malatesta, p. 150-151), d’une façon générale l’entre-deux-guerres est une période de reflux du droit des femmes, surtout dans le contexte de la montée du fascisme italien et du nazisme allemand, mais c’est vrai aussi aux États-Unis (p. 144-148). Ces discriminations s’observent aussi par rapport à l’emploi. Dans les années 2000 au Royaume-Uni, les femmes ont été les premières victimes du chômage. Tout se passe comme si elles formaient l’ « armée légale de réserve » dit M. Malatesta en mobilisant une image marxienne. La segmentation genrée est souvent un moyen de protéger les hommes, voire leurs élites (p. 162-163). La mauvaise foi de certains hommes est parfois étonnante. On les a parfois vus accuser les femmes d’être des profiteuses de guerre, parce qu’il était fait appel à elles pour compenser la main d’œuvre masculine, envoyée au front.

  • 2 Quelques femmes participèrent aussi aux pseudos expériences scientifiques à Bergen-Belsen ou Auschw (...)

16L’histoire des femmes a aussi ses ruses et ses paradoxes, par exemple quand les régimes fascisto-nazis, ultra machistes, durent eux aussi faire appel aux femmes pour remplacer les hommes. M. Malatesta pointe la contradiction entre l’idéologie nazie, qui, au nom d’une politique nataliste, considérait les femmes célibataires comme des sous-citoyens ravalés dans la même catégorie que les non Aryens, mais qui pouvait aussi inciter les femmes à entrer à l’université à la veille de la Deuxième guerre mondiale et notamment dans les filières d’architectes et d’ingénieurs, où ils estimaient les besoins énormes. Pareillement, beaucoup de femmes sont aussi devenues médecins au cours de cette guerre2 et ce sont… les Alliés qui renverront les mères de famille à la maison après le 8 mai 1945.

  • 3 Les statistiques discipline par discipline accessibles en ligne sur le site du Ministère de l’Ensei (...)

17Aujourd’hui encore, on le sait, le combat en faveur de l’égalité n’est pas gagné. Les vielles représentations perdurent et, lorsqu’elles reculent, les hommes sont spontanément portés à limiter les dommages. Ainsi, à la Libération, en France, face à l’entrée significative des femmes dans la magistrature, les conceptions masculines dominantes les cantonnaient aux affaires familiales et à la justice pour mineurs (Malatesta, p. 143). En somme, tout se passe comme s’il s’agissait de contenir les poussées de féminisation dans les bastions masculins et on sait, exemple au hasard, qu’il en est de même dans le corps des enseignants-chercheurs aujourd’hui dans notre pays3. C’est pourquoi la question genre et profession ne peut se réduire à la nécessaire approche quantitative : « combien sont-elles ? », mais doit s’accompagner d’une approche qualitative : « dans quelles strates ou segments de l’emploi les femmes sont-elles concentrées ? ». Le constat est que les femmes « appartiennent rarement à l’élite d’une profession » (Malatesta, p. 157). C’est la raison pour laquelle il convient de distinguer ouverture aux femmes et féminisation : ainsi à la faveur de la guerre, elles sont admises dans les professions médicales mais elles sont généralement circonscrites à des activités subordonnées (p. 144). Dans les professions de Justice, elles sont préférentiellement affectées au Siège plutôt qu’au Parquet, représentant du Ministère de la Justice et, partant, plus prestigieux (p. 159). Dans le domaine médical, aujourd’hui encore, si les médecins sont majoritairement des femmes en France, elles sont très inégalement présentes selon les spécialités. Majoritaires en gynécologie (environ 90 %) elles sont nettement dominées par les hommes en obstétrique. À propos des ingénieurs, C. Marry parle de « féminisation inachevée » et Geneviève Pruvost, à propos des policières, de « féminisation ambiguë » (Cité in Dubar, p. 258).

18Le nouveau est que les inégalités professionnelles ne découlent plus simplement de l’absence de formation, puisque les femmes sont désormais majoritaires dans les études supérieures (Malatesta, p. 162) (c’est vrai aussi au Maroc et en Iran…), même si elles sont encore peu nombreuses dans certaines filières les plus prestigieuses. En 2000, dans l’Hexagone, les femmes ne représentaient que 23 % des élèves des écoles d’ingénieur.

19Pour comprendre les discriminations genrées qui demeurent souvent si significatives, il faut sans doute une approche microsociologique qui fait appel à l’effet du temps partiel (Malatesta, p. 161), à la « division familiale du travail », dont parle A.-M. Barrère-Maurisson (1992), ou au « quatuor infernal qui associe le couple travail famille au couple homme-femme » auquel s’intéresse P. Tripier (1996) (Cité in Dubar, p. 256). Car à l’évidence, comme le pointe J. Laufer, les lois sur l’égalité professionnelles sont insuffisantes pour réduire significativement et plus encore annihiler les différences entre hommes et femmes. Ainsi, C. Dubar et alii citent la recherche de C. Nicole et M. Maruani sur les clavistes (1989), qui montrait qu’à travail égal les femmes étaient, dans le Livre, nettement plus mal payées que les ouvriers. Dans les professions de santé étudiées par D. Kergoat et alii (1992), ce sont les médecins qui dominent. « Ils ont une profession, elles veulent un métier » qui reconnaisse leur expertise et leur savoir faire technique (cité in Dubar, p. 256). En fait, soulignent les auteurs de Sociologie des professions, on a d’un côté le couple « homme = rationalité instrumentale et technique, et du côté femme rationalité axiologique et affective, qui redouble le couple homme compétitif et femme famille réparatrice. Cela touche à ce qu’on appelle le « thème de la conciliation » (F. Battagliola) entre « temps consacré à autrui » (famille, conjoint, parents) et « temps pour soi » (N. Drancourt, 2002), qui touche les femmes bien plus que les « bread-winners » (Dubar, p. 260).

20M. Malatesta défend l’idée que l’obstacle est désormais double : a) les facteurs culturels : compétition et dévouement sans limite au client restent dans les professions des caractéristiques masculines et produisent des effets redoutables auprès de ceux qui ont ces qualités et auprès de ceux qui en sont dépourvus. Les femmes sont exclues des petits groupes qui contrôlent la prise de décision (« old boys network ») ; b) que la progression statistique des femmes n’a pas été accompagnée par une visibilité sociale corrélative.

21De la lecture de l’ouvrage de l’historienne italienne, on retire la conviction que la transformation de la réalité résulte bien des interactions sociales (l’avenir n’est pas écrit), mais que ces interactions se déroulent dans des sociétés structurées par des régimes argumentatifs transnationaux. Les justifications pour faire obstacle à l’entrée des femmes et à la féminisation sont souvent les mêmes aux États-Unis et en Europe. Ouvrir une profession aux femmes est toujours considéré comme une violation de l’ordre naturel et donc de la tradition. Pour les femmes, cela se ferait au prix de leur masculinisation, ce qui les rendait ridicule, leurs « qualités » et « défauts » supposés consubstantiels à leur condition étant naturalisés comme par exemple leur « instabilité congénitale ». Les hommes hostiles à l’égalité s’imaginent facilement que des concessions sur un plan ouvrent la voie à des reculs sur tous les plans (ainsi l’entrée des femmes dans les professions juridiques présagerait la reconnaissance de droits civiques, etc.).

22Il ressort de la lecture de l’ouvrage que là où les femmes s’engouffrent dans une brèche du mur des résistances masculines, c’est que l’institution de la domination masculine est fragilisée d’un double point de vue : d’une part les femmes commencent à rejeter la tradition, elles ont moins intériorisé que leurs homologues les interdits opposés à leur sexe à leur époque ; d’autre part, si les professions misogynes cèdent du terrain, c’est qu’elles doutent d’elles mêmes et qu’elles sont traversées de contradictions.

23C’est que l’ouvrage de M. Malatesta illustre merveilleusement bien le fait social total qu’est le travail. Si M. Malatesta ne traite pour ainsi dire pas de la religion, pourtant fondamentale au xixe et au xxe siècles lorsqu’on s’intéresse à la place des femmes dans la société, elle met bien en évidence la relation entre féminisation et différents registres de la vie sociale, l’État, l’économie et l’institution scolaire.

  • 4 L’inspection des finances ne comptait en 2011 que 16% de femmes et le corps préfectoral 10% à la fi (...)

24Relation avec l’État d’abord. La montée de la féminisation résulte parfois de politiques publiques, par exemple la féminisation des professions juridiques dans les premières années de la République Démocratique Allemande (p. 158). Sous nos latitudes, concernant les plus hauts corps de l’État, les choses avancent plus lentement. En 2003, en France, on ne dénombrait que 20 % des femmes au Conseil d’État et 13 % à la Cour des comptes4. Relation avec les institutions civiques et politiques. Ainsi, dans certaines formations sociales, le droit de vote aux élections politiques devait-il précéder l’admission dans les professions juridiques. Relation avec l’économie domestique et l’économie politique ensuite. Selon M. Malatesta, l’aspiration féminine à l’émancipation a aussi été fortifiée par l’aspiration de la petite bourgeoisie à un meilleur niveau d’éducation pour ses filles, le considérant comme une dote. L’auteure montre aussi que la féminisation des professions médicales résulte de la montée du welfare state. Cette féminisation est aussi en relation avec l’institution scolaire. Dans les pays où existe un système élitiste comme la France avec les Grandes Écoles, ou un régime d’accession sur critères, comme au Royaume-Uni à Oxbridge (Oxford et Cambridge), les bastions masculins résistent plus longtemps (Malatesta, 130). En revanche, là où, comme en Italie ou en Allemagne, ce type de filtre n’existe pas, l’accession des femmes à l’éducation s’est faite d’un seul coup dans tous les établissements. Dans la phase semi-ouverte, les études étaient souvent distinctes de la certification. Les femmes ne pouvaient obtenir le diplôme final à Oxbridge jusqu’au début des années 1900. Selon M. Malatesta, là où l’État ou l’Université ont eu leur mot à dire dans la régulation des professions, les femmes prirent appui sur ce contre-pouvoir pour faire avancer leurs droits. A contrario, les professions les plus institutionnalisées et les plus autorégulées résistèrent plus longtemps (au moins dans les pays anglo-saxons). Enfin, le fait social total est en relation avec cette catégorie anthropologique fondamentale qu’est la valence différentielle des sexes dont parle F. Héritier. L’humanité peine à concevoir les genres autrement que hiérarchisés.

25En somme, l’ouvrage de M. Malatesta est à la fois constructiviste et anthropologique, ce qui est un paradoxe stimulant. Le chapitre 11 de l’ouvrage de C. Dubar, P. Tripier et V. Boussard a une autre vocation puisqu’il figure dans un manuel. Mais sa fonction est incontestablement très utile pour qui travaille sur le genre en articulant cette dimension avec d’autres segmentations et inégalités de carrière qui renvoient notamment aux discriminations ethniques.

Haut de page

Notes

1 Catherine Marry parle d’autoexclusion/sélection des femmes. Aujourd’hui, 85% des filles se retrouvent dans 4 secteurs : secrétariat/comptabilité/commerce/santé, alors que les filières industrielles et techniques accueillent 80% des garçons (Cité in Dubar, 2011, 258).

2 Quelques femmes participèrent aussi aux pseudos expériences scientifiques à Bergen-Belsen ou Auschwitz (Malatesta, p. 153).

3 Les statistiques discipline par discipline accessibles en ligne sur le site du Ministère de l’Enseignement supérieur montrent que le taux de femmes est nettement inférieur chez les rangs A, et cela même dans les sciences sociales (agrégées pour la circonstance avec les lettres) pourtant les plus féminisées http://cache.media.enseignementsup-recherche.gouv.fr/file/statistiques/34/4/ni0825_36344.pdf (consulté le 31 octobre 2012).

4 L’inspection des finances ne comptait en 2011 que 16% de femmes et le corps préfectoral 10% à la fin de 2008 http://www.conseil-etat.fr/fr/discours-et-interventions/l-administration-et-les-femmes-kxy.html (consulté le 31 octobre 2012).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marnix Dressen, « Maria Malatesta, Professional Men, Professional Women & Claude Dubar, Pierre Tripier, Valérie Boussard, Sociologie des professions », La nouvelle revue du travail [En ligne], 2 | 2013, mis en ligne le 30 mars 2013, consulté le 26 juin 2017. URL : http://nrt.revues.org/720

Haut de page

Auteur

Marnix Dressen

Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org