Navigation – Plan du site
Champ et contre-champ

Regard sur Le Temps des grâces, de Dominique Marchais

A look at Le temps des grâces by Dominique Marchais
Una mirada a Le temps des grâces, de Dominique Marchais
Christèle Dondeyne

Résumés

Le documentaire Le Temps des grâces de Dominique Marchais s’attache aux regards que des agriculteurs de différentes générations portent sur leur activité et aux analyses d’agronomes et d’économistes sur l’agriculture française. Il donne à voir quelques unes des multiples façons dont le travail agricole modèle les paysages et les écosystèmes et souligne le poids des politiques publiques dans ces orientations. Son constat global laisse plus de place à une industrialisation de l’agriculture qui conduit à l’uniformisation des produits et à la mort des sols qu’à des alternatives viables pour les écosystèmes. La confrontation de ce documentaire avec des travaux majeurs de la sociologie sur ce thème produit une impression de décalage et renvoie à des réflexions théoriques et méthodologiques.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Les articles parus dans Libération, Le Monde, L’Humanité, La Croix, Les Inrockuptibles, Télérama, C (...)

1Le film Le Temps des grâces, de Dominique Marchais (2009) conduit le spectateur à la rencontre d’agriculteurs qui évoquent leur métier et leur histoire. Chemin faisant, il parcourt différents territoires ruraux et agricoles en France, affirmant ainsi l’ambition du réalisateur de dresser un état des lieux de l’agriculture française. Il a été largement consacré par la presse comme œuvre majeure dans le genre, en même temps que commenté pour ses enjeux politiques1. Le point de vue analytique en même temps que politique et esthétique de ce documentaire permet de poursuivre la réflexion sur les rapports entre l’image et les sciences sociales. Si les constats du film rejoignent largement les résultats des enquêtes sociologiques, il présente tout de même quelques contrastes singuliers. La parole des anciens est empreinte de nostalgie quand ils songent à ce que fut et ce que devient leur activité. Ils représentent les nantis, qui sont censés s’être accommodés de cette modernisation. On constate comment ils y ont sacrifié l’essentiel de leur activité et se sentent devenir étrangers à la terre qu’ils cultivent. Si on veut prendre cette nostalgie au sérieux on s’aperçoit qu’elle peut fournir des clés permettant d’interroger les lectures que la sociologie du travail a pu donner de cette catégorie professionnelle. Le film de Dominique Marchais donne aussi l’occasion de mettre en question la validité de la représentation d’une agriculture appelée à se moderniser en adéquation avec les nouvelles normes environnementales. Les témoins du Temps des grâces attestent des insuffisances des exigences publiques et citoyennes qui sont pour la sociologie du travail une voie pour ajuster les qualifications agricoles aux nouveaux défis agricoles. Qu’apporte l’angle de vue du documentariste et quelles perspectives les images qu’il donne à voir ouvrent-elles à la sociologie ?

2Le statut de l’image comme langage, et du coup de ses usages en sciences sociales, renvoie à des réflexions anciennes. Pour Pierre Naville, l’image est un langage qui s’appuie sur des codes qui relèvent du sens commun autant que des institutions. S’il récuse ainsi la spécificité de l’image comme langage, il n’en reste pas moins qu’elle figure au répertoire du langage des sociologues et qu’en ce sens, elle doit être livrée à la critique épistémologique (Naville, 1970a ; Naville, 1970b). L’image, parce qu’elle permet de saisir les liens entre les personnes, les objets et les environnements personnels ou professionnels, urbains ou ruraux, a des capacités heuristiques (Haicault, 2010). Lorsque le documentaire montre des personnages, le réalisateur recherche une proximité avec les personnes, pour dévoiler à la caméra leurs parti-pris tranchés en même temps que leurs contradictions internes et le trouble partagé avec elles (Morel & Latour, 2007). Pour permettre au spectateur de les identifier comme des personnages, le réalisateur s’attache alors à des détails, à des micro-événements et même à des silences en choisissant des lieux et des moments propices à leur expression. Les émotions et les sentiments donnent corps aux personnages. Eliane de Latour, qui a expérimenté la posture du documentariste et celle de l’anthropologue écrivain, oppose cette démarche à l’objectivité et au regard distant qui la guide quand elle écrit un livre ou un article scientifique. Cette singularité peut tendre à l’universalité. La qualité narrative du documentaire tient pour partie aux personnages concrets qui incarnent des situations signifiantes et révélatrices au-delà d’eux-mêmes (Durand & Sebag, 2009).

3De son côté, la construction sociologique, quand elle rapporte à son objet des récits récoltés auprès d’individus par des entretiens ou des observations et a fortiori quand elle passe par des questionnaires, efface les postures personnelles. La sociologie du travail souligne ainsi les liens – de subordination ou de domination, de coopération et de concurrence – qui sous-tendent des collectifs mobilisés et pour partie hiérarchisés autour de projets productifs. Cette mise en rapport procède d’une construction de l’objet qui opère par nécessité une réduction de cet objet. Le sociologue donne ainsi forme à la matière sans substance définie a priori qu’est la réalité sociale (Cuin, 2006). La distanciation par rapport à un réel empirique même si elle vise à en rendre compte est une dimension intrinsèque de la recherche en sciences sociales (Demeulenaere, 2006). Le raisonnement sociologique qui propose des typologies force les traits pour représenter la réalité. La typologie de type weberienne n’a d’ailleurs pas vocation à être en correspondance avec la réalité empirique et les objets réels. L’interprète ne peut observer les raisons subjectives des acteurs et cherche des causes objectives qui déterminent des cours d’actions (Cuin, 2006). Il existe cependant des divergences entre les approches sociologiques à propos des cadres théoriques et de ce qu’il convient d’observer, à quel niveau, avec quelle méthode, etc.

4Qu’elle soit saisie par un documentariste ou par un sociologue, la réalité sociale existe par leurs multiples opérations de mise en forme, depuis le questionnement adressé à la réalité empirique, la délimitation des objets, les choix de terrains et de personnages jusqu’aux cadrages interprétatifs et aux sélections par lesquelles passent la restitution. Les sources de décalage entre la vision de la réalité agricole proposée par ce film et les résultats de la sociologie sont donc multiples et inhérentes à ces deux démarches spécifiques. Notre propos n’est pas de traiter de l’originalité en soi de ce film du point de vue d’écarts formels aux codes narratifs qui contribueraient à réinventer le genre (Breschand, 2002). La mise en perspective ne vise pas à savoir si l’une ou l’autre des versions est plus exacte ou plus proche de la réalité empirique. Ce sont les contrastes entre les traits des personnages du film et les qualités des acteurs restitués par les travaux sociologiques qui nous intéressent. Ils permettent d’examiner un rapport entre point de vue et réalité et contribuent à une réflexion épistémologique sur le statut de l’image en sciences sociales. En raison de son ambition analytique et parce qu’il vise une réalité travaillée par la sociologie, ce documentaire constitue un bon support à cette analyse.

5Nous présenterons la démarche mise en œuvre par le documentariste, en examinant d’abord son dispositif narratif. Nous repérerons ensuite les éléments de thèse qui sont développés par les personnages et nous attacherons à rendre compte des apports spécifiques de l’image. Nous en viendrons ensuite aux travaux sociologiques qui traitent de la question agricole pour repérer les sources de dissonances entre la vision proposée par le film et les résultats de ces enquêtes. Nous conclurons sur les éléments qui attestent de la capacité heuristique de l’image en sciences sociales.

Un documentaire en quête des effets et des causes de l’agriculture industrielle

6Le Temps des grâces est le premier long métrage du réalisateur qui avait déjà réalisé un court métrage en 2003. Selon ses propres termes, son projet de départ vise à combler l’écart entre les représentations de l’espace rural et agricole donnée par la télévision et l’état de la réalité agricole. Dominique Marchais a grandi en Eure-et-Loir, dans une commune rurale. L’agriculture qu’il connaît est étranglée entre un environnement urbain et périurbain et des voies de circulation routières et aériennes qui satisfont aux impératifs de logistique des échanges commerciaux internationaux2. Son film a émergé au terme de cinq années d’un travail d’écriture continu et de périodes de tournage ponctuelles pendant lesquelles il a réuni deux cents heures de rushes, dont cent quarante d’entretiens.

7Le film est organisé en séquences autour des interventions des personnages. Ce sont d’abord les agriculteurs qui s’expriment, puis la parole est donnée aux observateurs : experts en microbiologie des sols, sociologue, économiste. L’écrivain Pierre Bergougnioux se situe sur un registre esthétique en position intermédiaire entre le témoignage vécu et l’analyse distanciée et opère une transition entre les « acteurs » et les experts observateurs. Ce découpage déplace progressivement le point de vue selon un mouvement qui va du particulier au général et des pratiques à l’analyse. Parmi les agriculteurs rencontrés, trois sont en activité et trois sont retraités. Du point de vue du temps de parole et du nombre de représentants, une importance égale est conférée aux deux générations. Le réalisateur ne les mobilise cependant pas pour les mêmes raisons. Les plus jeunes expérimentent, chacun à leur manière, des voies agricoles différentes de leurs aînés retraités. En outre, ces agriculteurs sont boulangers céréaliers, éleveurs de vaches ou de brebis et donnent à voir la diversité des activités agricoles. Les anciens sont davantage questionnés sur les causes et les circonstances du passage à une agriculture industrielle. Depuis les constats de la génération actuelle jusqu’au questionnement adressé aux actifs d’hier, l’enquête remonte le temps. À chaque rencontre s’opère un déplacement géographique. Le parcours suivi par le réalisateur part de la Seine et Marne, et passe par l’Yonne, le Limousin, le Causse Noir, les Charentes, la Corrèze, la Creuse, la Haute-Vienne, la Champagne et la Côte d’Or. L’exploration par le choix des témoins d’époques différentes et d’activités variées, ainsi que la diversité des espaces géographiques parcourus, contribuent à la généralisation du constat. D’une génération à l’autre, le documentaire interroge les transformations des pratiques agricoles et éclaire les conditions d’une transition entre un modèle productiviste et des alternatives agricoles possibles.

8Le documentaire repose principalement sur une série d’entretiens filmés. Le procédé narratif, qui privilégie le récit mais ne montre pas l’activité, se situe dans la veine du film sociologique plutôt qu’ethnologique selon la distinction d’Edgard Morin (Hatzfeld, Rot & Michel, 2009). Bien qu’il n’apparaisse pas devant la caméra, le réalisateur se fait entendre par les questions qu’il adresse et des relances discrètes. Lorsqu’elles ne sont pas audibles, on devine cependant que les questions ont été formulées. Les entretiens ont été préparés par les discussions qu’il a eues avec les agriculteurs en amont du tournage. Chez les actifs sont pointés les effets des incitations politiques sur les pratiques agricoles. On est davantage dans le registre des confessions chez l’ancienne génération. Henri Baron et ses amis livrent des éléments de leur jeunesse et de leurs conditions de vie, Albert Peyronnet et Pierre Bontemps expriment leur rapport à la nature. Tous livrent par bribes les raisons qui les ont conduits à croire au progrès technique. Plutôt que de les mettre en accusation, le film recherche dans leur vie d’autrefois des clés pour comprendre la situation actuelle de l’agriculture. L’état des lieux est dressé en optant pour une démarche compréhensive.

9En donnant la parole,, dans la seconde partie du film à des économistes, agronomes et biologistes des sols, dont les propos croisés se recoupent, l’approche documentaire met en œuvre une pensée qui articule les fondements épistémiques des sciences agronomiques et biologiques à une réflexion économique et sociale.

10Les différentes étapes sont reliées par le trajet en voiture, qui permet d’instaurer une intimité dans l’habitacle lorsque l’agriculteur conduit. Ainsi, dès les premières scènes, le dialogue s’installe avec Benoît Joubert. Son visage est tourné vers la caméra placée du côté passager tandis que la voiture longe les champs. Plus avant dans le film, Henri Baron fait visiter ses terres, indiquant au passage son ancienne maison puis la nouvelle, et propose une courte halte non loin d’un chemin creux. Le spectateur peut ainsi apprécier les distances entre les parcelles en même temps que le paysage. Le réalisateur, assis côté passager, n’est jamais visible dans ce dispositif mais ne disparaît pas pour autant. Quand il relie seul les étapes, la caméra placée côté conducteur se fait subjective. Le trajet à travers les campagnes françaises permet d’apprécier la diversité des paysages travaillés par les agriculteurs.

11Les images qui défilent à travers les vitres durant les trajets rendent manifeste l’emprise industrielle, capitaliste et urbaine sur l’espace rural. Dès l’ouverture du film, lorsqu’un avion atterrit en Seine et Marne en survolant un champ de blé agité par le vent, le décor est planté avec d’énormes engins agricoles, des tonnes de blé qui s’écoulent des machines et des immeubles en arrière-plan, dans un environnement sonore saturé par le bruit des moteurs. Les agriculteurs céréaliers sont ici des conducteurs de machines industrielles. Les champs de blé qui s’étendent à perte de vue donnent à voir l’élargissement des parcelles et suggèrent la concentration du capital foncier. En cadrant les lotissements en construction en bordure des champs et les panneaux publicitaires qui les offrent à la vente, la caméra matérialise la tendance à la réduction des surfaces agricoles évoquée par Henri Baron.

12À l’impossible exhaustivité que suppose l’attachement aux personnes, se superpose une sémiologie de l’image qui enrichit sensiblement les informations proposées et recadrent dans le même temps le point de vue du discours par des indices factuels et descriptifs. Les images apportent donc des preuves aux énoncés des personnages, mais aussi des informations complémentaires. Ainsi, lorsqu’en arrière-plan de Benoît Joubert s’étalent des champs immenses dédiés aux variétés modernes qui uniformisent les terroirs, les images soulignent la singularité de cet amateur de blés anciens. La caméra, qui embrasse le paysage aride et sec du Causse noir et s’attarde sur les mains calleuses de Patrick Libourel (éleveur de brebis), montre des images qui contrebalancent son discours sur la substitution de la production industrielle à l’artisanat dans le bassin du Roquefort. Cependant que les récits et les témoignages riches et précis évoquent une agriculture sinistrée, le documentaire donne à entendre les accents de la langue et les patois. En filmant par alternance les paysages verts et gras du Limousin, les collines rocailleuses du Causse Noir ou les champs blonds, le dispositif conduit le spectateur à saisir les contrastes que recèlent les campagnes agricoles : l’ambition analytique du film est associée à un propos politique et esthétique.

13Le documentariste laisse ouvert l’accès aux éléments de sa construction et situe ses personnages. Le Temps des grâces fournit du même coup des clés à la discussion.

Des agriculteurs désemparés face à l’écosystème en danger et des incitations politiques problématiques

14Bâtis autour du constat d’une agriculture industrielle qui met en péril l’écosystème en même temps que la diversité culturelle, les différents témoignages convergent pour dénoncer le manque d’incitations politiques dont pâtit le passage d’une production standard à une production de qualité.

15Les agriculteurs à la retraite se rappellent les dures conditions d’existence de leur jeunesse, l’émulation collective favorisée par le syndicalisme chrétien agricole, l’accès à l’emprunt qui ont contribué à ce qu’ils placent de grandes espérances dans la modernisation technique. Ils se sont enrichis et ont vu leurs efforts récompensés. D’autres raisons sont invoquées par les autres personnages qui expliquent que l’usage des engrais chimiques s’est imposé chez les agriculteurs bien qu’il soit perçu comme nocif par les différents intervenants. L’enseignement contribue à ce que les agriculteurs se conforment à ces normes productives. Daniel Calame (éleveur de vaches limousines, maire de Saint-Plantaire), né dans les années cinquante, se rappelle ses années d’enseignement supérieur pendant lesquelles il était question des ratios d’azote par quintal de blé, au nom du mot d’ordre selon lequel la France doit nourrir le monde. Aujourd’hui encore, d’après les microbiologistes qui font des interventions dans des classes, les enseignements délivrés aux futurs agriculteurs font l’impasse sur les écosystèmes (L. et P. Bourguignon). Le progrès technique a conféré du sens à l’activité, accomplie en vertu d’une rationalité économique, étroitement associée à une esthétique du champ propre et net.

16La nature est évoquée par ces anciens agriculteurs avec des mots emprunts de nostalgie. Le trajet parcouru en voiture avec Henri est l’occasion pour lui de montrer un chemin creux « qui peut rappeler à coup sûr ce qu’étaient nos chemin d’autrefois ». La caméra s’y attarde longuement. Le sillon qui perce un trou de lumière sous les arbres éveille la nostalgie d’un âge révolu. Avec Albert Peyronnet (agriculteur à la retraite également, et ancien maire de la Porcherie en Haute-Vienne), on découvre que les anciens sont dépositaires de savoirs inscrits dans les mémoires, acquis par l’expérience de la nature qui risquent de se perdre. C’est à l’odeur de la terre qui fumait que l’on savait s’il fallait planter le sarrasin : « Tout rentrait en ligne de compte, la lune et la terre, surtout pour les plantes difficiles comme le sarrasin ». Ses mots évoquent un amour quasi mystique de la nature, une nature qui revient au cœur des propos de Pierre Bontemps, lorsqu’il déclare ultérieurement qu’il la laissera faire pour le reboisement, malheureusement orchestré par des considérations économiques. En Corrèze, les résineux, sous lesquels rien ne vit, envahissent les espaces boisés. À Dominique Marchais qui lui demande si c’est parce qu’ils sont plus attractifs, Pierre Bontemps répond « j’en sais rien, je fais pas le forestier ». Et quand le réalisateur lui demande s’il a planté des arbres, Bontemps se dit pour la régénérescence naturelle : « pousse ce qui veut, du hêtre, du chêne, du bouleau, je suis plutôt pour ». En quelques mots se trouvent posés les compromis qui laissent chacun maître de son domaine, mais aussi la croyance à un ordre naturel qui subsiste chez cet agriculteur, qui s’est dit contraint à l’utilisation des techniques.

17Les pratiques agricoles qui ont des effets destructeurs sur l’écosystème persistent aujourd’hui encore. Pour l’ingénieur agronome Matthieu Calame, la simplification de la gestion du sol visée par les traitements chimiques mine les capacités de résilience et d’autorégulation de l’écosystème et crée davantage de dérégulations et de désordres. Les désherbants sont utilisés par les agriculteurs pour « nettoyer » le sol, en même temps qu’ils permettent d’assouvir un désir de discipline du « chaos naturel » que représentent les herbes folles ou la forêt. En poursuivant cette quête de propreté, agriculteurs ou viticulteurs détruisent la vie du sol, selon les termes de Lydia et Pierre Bourguignon, microbiologistes des sols.

18Les agriculteurs actifs, qui aspirent à des pratiques plus écologiques et citoyennes mais se disent soumis à des politiques publiques contradictoires et instables, apparaissent désabusés. Daniel Calame, qui préserve le bocage, engraisse ses bêtes au maïs italien alors même qu’il est conscient des contradictions économiques et écologiques qu’implique cette pratique. Il est convaincu qu’il existe des solutions plus optimales, mais leur mise en place dépasse son propre champ d’action. Benoît Joubert a abandonné l’élevage qui ne rémunérait pas assez, compte tenu du temps de travail exigé. Aujourd’hui, il travaille avec des variétés anciennes de blé et il est contraint à une double activité d’agriculteur et de boulanger dans l’Yonne pour gagner sa vie. Patrick Libourel, éleveur de brebis à Lanuejols dans le Gard, déplore le retrait du CTE qui l’a contraint à clôturer son champ pour garder ses brebis. Il se présente comme un producteur de « minerai blanc » qui veut gagner sa vie. En même temps qu’ils s’engagent partiellement sur des voies plus écologiques, certains conservent malgré tout des pratiques qu’ils jugent contestables. Ils invoquent leurs conditions et leur niveau de vie pour justifier de ces compromis insatisfaisants. Le documentaire restitue les ambivalences d’agriculteurs pleinement conscients des effets néfastes ou contre-productifs de leurs pratiques individuelles, mais pris dans un système de contraintes défini en dehors d’eux. Le cinéma nous fait mieux entrer dans ces ambivalences que de longues descriptions imprimées, car il nous fait vivre « de l’intérieur » les conflits de valeurs produits par des rationalités divergentes.

19Les agronomes qui cherchent à préserver des écosystèmes plaident pour que la terre soit considérée comme un bien public. L’expérience d’un éleveur bio dans les tourbières vient à l’appui de cette direction politique. Du strict point de vue de l’élevage, son activité est peu rentable, mais elle produit une très bonne qualité environnementale selon ses termes et génère des effets positifs sur le filtrage et la captation de l’eau, qui bénéficient à bien d’autres que lui (Thierry Lettelier, éleveur bio en circuit court). Il suggère ainsi que l’entretien du territoire, auquel il contribue, repose sur sa propre initiative et appelle à redéfinir le partage des responsabilités entre pouvoirs publics, Europe et État, collectivités locales et groupes de citoyens.

20Les outils de mesure qui évaluent et conditionnent la rentabilité des pratiques agricoles ne prennent pas en compte les coûts des pollutions (Marc Dufumier, Matthieu Calame). Pour l’agronome, ce sont les services de l’État qui ont vocation à proposer de telles mesures d’évaluations de l’état du sol ou de l’eau. Dès qu’un système alternatif à la puissance publique essaie de mettre en place de telles évaluations, il se heurte à de puissants lobbies qui ruinent ces tentatives. L’option de la qualité nécessite d’assumer que la France n’a pas vocation à nourrir le monde et d’adopter des mesures protectionnistes poursuit Marc Dufumier (ingénieur agronome, spécialiste des politiques agricoles). Il évoque également la restauration collective, qui peut contribuer à ce que les plus démunis bénéficient d’une nourriture de qualité. Les expertises convoquées dans le film associent leurs constats et leurs analyses à des considérations politiques.

21Cette pensée plurielle transforme l’appréhension de l’agriculture jusque là esquissée, et redéfinit les contours de l’objet de travail de l’agriculteur, qui devient l’écosystème, et non plus seulement le sol, ou les plantes, ou bien les animaux, selon une formulation de Marc Dufumier. Il n’est du même coup plus question de nature dans les propos des experts et des scientifiques. Ils s’attardent sur la porosité entre les régulations propres aux espèces végétales et celles propres aux agissements humains qui conduit à penser les conséquences de l’activité agricole et à entrevoir les effets de l’une sur l’autre en termes de responsabilité. L’articulation des multiples dimensions traitées conduit sur un plan analytique et empirique à une lecture cohérente, qui met en continuité les plans de l’expérience des agriculteurs et ceux de l’analyse des experts et des scientifiques. Ils se rejoignent dans les évaluations des situations en même temps que dans les perspectives pour les améliorer. Chacune des pistes d’analyse est associée à des directions politiques qui engagent des principes de justice sociale. La dimension politique est intégrée à celle de l’expérience ordinaire des personnages.

Perspectives de la sociologie du travail agricole

22Point par point, chacun des arguments avancés par les personnages, chaque détail capté par la caméra entre en résonnance avec de nombreux travaux sociologiques. La période de l’après-guerre jusqu’aux années 1980, marquée par la modernisation et le progrès technique est évoquée par ceux qui ont vécu cette histoire de l’agriculture française. Leurs souvenirs font écho aux publications sociologiques qui ont traité des parcours des agriculteurs sous l’angle de leur professionnalisation, le rôle de l’école dans la transmission de nouvelles qualifications et l’ouverture des sociétés paysannes (Grignon, 1975, 1982 ; Barthez, 1982 ; Champagne, 1986 ; Rémy, 1987). Le développement d’un modèle industriel inspiré par une vision techniciste du progrès et la promotion de critères de qualification professionnelle relativement homogènes ont été établis par de nombreux travaux sociologiques (Leméry, 2003 ; Muller, 1984). En évoquant l’économie de la qualité, les observateurs font œuvre de vulgarisation des travaux des sciences sociales (Allaire et Boyer 1995) On ne reviendra pas sur ces résultats qui convergent avec les énoncés des scientifiques invités dans le film.

23Les analyses sociologiques de la modernisation agricole ont montré comment se sont imposés des techniques et des critères de gestion associés à une professionnalisation des agriculteurs. La participation active aux organisations professionnelles par la prise de responsabilité a conduit les paysans à intérioriser et reconnaître la nécessité d’un jeu économique et technique en rompant avec l’éthique paysanne traditionnelle. Le degré d’affranchissement des contraintes liées au milieu naturel est devenu un indicateur classant entre spécialités « propres » et spécialités « sales », qui a permis d’établir une hiérarchisation des pratiques selon la part qu’elles comportaient de tâches manuelles, physiques et pénibles ou bien de tâches techniques de surveillance et de contrôle (Grignon, 1982). Le documentaire restitue au plus près l’expression de ces valeurs incorporées par les anciens agriculteurs, tout en montrant les doutes auxquels elles donnent lieu aujourd’hui – par exemple lorsqu’ils évoquent l’ordre naturel des paysages et des savoir-faire précédant la professionnalisation.

24Les enquêtes sociologiques contemporaines examinent comment les agriculteurs composent avec d’autres acteurs pour définir leurs pratiques, négocient leurs qualifications professionnelles, non seulement avec les pouvoirs publics, mais aussi avec des associations de riverains ou de protection de la nature qui font valoir leurs revendications (Candau & Ruault, 2005). Ces travaux montrent que les agriculteurs, mis à l’épreuve de critiques et de demandes adressées par la société civile et soumis à des injonctions publiques en même temps qu’à des incertitudes relatives aux normes environnementales, revisitent leurs pratiques à des degrés divers. Les résultats de ces enquêtes indiquent des partitions entre des agriculteurs qui se positionnent sur un registre civique et adoptent des pratiques écologiques, et d’autres qui valorisent des techniques conventionnelles ou attendent de connaître la teneur des normes qui vont leur être imposées pour modifier leurs pratiques (Leméry, 2003 ; Lamine, 2011). Si ces différents registres de valeurs sont éminemment présents dans les discours et les environnements travaillés par les agriculteurs du Temps des Grâces, ils permettent moins d’opérer une partition entre les différents personnages que de saisir des tensions internes au groupe.

25Alors que différents travaux de sociologie, par des voies théoriques spécifiques, repèrent des régulations et des dynamiques intermédiaires et locales, le film ne rend pas visible l’activité collective des agriculteurs (Hervieu et al., 2010 ; Aggeri & Hatchuel, 2003 ; Erumel, 2003 ; Leméry, 2003). Cela tient davantage au parti pris du réalisateur, qui livre des récits de vie, plutôt qu’à l’usage de la caméra. Les autres acteurs avec lesquels les agriculteurs composent ressurgissent dans un discours subjectif. Chez les actifs, seuls les pouvoirs publics sont évoqués. Les syndicats et organisations professionnelles ne sont pas mentionnés. L’angle de vue adopté par le documentaire, qui se place à hauteur d’homme, masque les relations complexes qui se nouent entre les acteurs.

Du documentaire à la sociologie

26Le film place le spectateur face à des personnages et à des lieux. Qu’apporte la vision du documentariste ? Il n’est pas question de douter de la validité des résultats de la sociologie ni de la sincérité des personnages du film. Mais bien de repérer quelles zones d’ombres éclairent le documentaire et d’établir si elles ont un intérêt pour la sociologie.

27Quand les publications récentes en sociologie s’intéressent dans leur majorité aux conditions qui rendent possible les alternatives agricoles, le film s’arrête d’abord sur un constat, celui d’une agriculture sous emprise industrielle et pointe le retrait des pouvoirs publics dans la mise en œuvre des soutiens aux agriculteurs engagés dans des voies alternatives. Quand le film capte l’amour de la nature chez les plus anciens des agriculteurs qui ont accompagné les grandes transformations de l’agriculture, les publications sociologiques des années 1970-1980, qui ont traité de cette période charnière, ont vu dans le rejet de la nature les conditions de la modernisation.

28Les retraités, par leurs caractéristiques sociales dont le film nous informe, figurent bien les nantis emblématiques de la modernisation. Or ils désignent une nature broussailleuse et désordonnée et évoquent des savoirs paysans anciens. Ils disent n’avoir pas su qu’après eux, ces deux ordres des choses, l’agriculture associée au travail et le domaine de la nature, défini par défaut comme celui où l’homme n’intervient pas, seraient reliés. Ces témoignages filmés restituent les hésitations, les doutes ou les revirements. Les actifs réunissent des traits séparés dans les typologies sociologiques. Ils aspirent à des pratiques plus écologiques et civiques, mais ne se sentent soutenus ni par la société civile et encore moins par les pouvoirs publics. Ils rendent compte d’arbitrages entre volonté de bien faire et estimation de ce qu’il est raisonnable ou réaliste de faire. Le film met en relief les ambivalences, dont rendent compte les émotions.

29Ces différences de perspectives sont la conséquence de choix analytiques. L’usage de la typologie dans la sociologie de l’imprimé, en recherche de cohérence interne entre les dimensions qui composent les conceptions du métier ou les identités professionnelles, ne rend pas compte des ambivalences des personnages. Cet exercice est nécessaire à une intelligibilité du réel qui en propose une vision synthétique et rigoureuse. Toutefois, il peut y avoir un intérêt heuristique à saisir les tensions internes qui travaillent les évaluations et réévaluations en situation qui résultent d’arbitrages complexes. Les agriculteurs du Temps des grâces rendent compte de mises en équivalence et de compromis qui ne permettent pas d’aligner parfaitement valeurs et pratiques, registres de justifications et accomplissements. Il faut cependant souligner l’enjeu politique associé à cet enjeu épistémologique. Ces agriculteurs se disent contraints par des politiques qui les empêchent de réaliser leurs aspirations. Ces ambivalences peuvent être restituées dans des cadres théoriques qui n’opposent pas calcul et raisonnement en termes de valeurs et qui articulent analyse de l’activité ordinaire et régulations sociales (Callon, 2009 ; Chateauraynaud, 2011 ; Latour, 2006 ; Bidet, 2011 ; Vatin, 2009 ; Reynaud & Richebé, 2007).

  • 3 Le groupe de sociologie visuelle de l’Association Française de Sociologie contribue à cette réflexi (...)

30Une telle perspective analytique n’a pas nécessairement besoin de l’image, mais elle peut cependant tirer profit des capacités heuristiques du cinéma. L’image en soi ne démontre rien et ce qu’elle montre doit faire l’objet d’un travail d’investigation et d’interprétation. L’image donne à voir des agencements entre les corps et des objets dans l’espace et dans le temps à travers des séquences d’activité et les enchaînements de tâches différentes (Haicault, 2010). L’observation de longue durée, directe ou participante, permet d’accéder à ces connaissances. L’enregistrement permet d’en différer l’analyse. En outre, la caméra permet de capter les émotions. Tout comme pour les archives sonores, l’enregistrement des images permet de procéder à de examens renouvelés des données. D’autres personnes peuvent les travailler. Soumises à de nouveaux questionnements, les données peuvent changer de significations (Leroi-Gourhan, 1986). Parce que l’usage du film modifie le rapport de l’enquêteur au terrain, il faut penser les conditions qui rendent possible l’instauration d’une relation de confiance en posant des règles d’usage du matériau audiovisuel recueilli. La capacité heuristique de l’image invite à prolonger les réflexions épistémologiques et développer la sociologie visuelle3.

Je remercie Pierre Maillot et les relecteurs anonymes pour leurs commentaires sur les premières versions de cet article, ainsi que Monique Haicault pour ses remarques éclairantes.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Aggeri Franck & Armand Hatchuel (2003), « Ordres socio-économiques et polarisation de la recherche dans l’agriculture, pour une critique des rapports science-sociétés », Sociologie du travail, n° 1, 113-133.
DOI : 10.1016/S0038-0296(02)01308-0

Allaire Gilles & Boyer Robert (1995), La Grande transformation de l’agriculture, lectures conventionnalistes et régulationnistes, Paris, INRA.

Barthez Anne (1986), « Du labeur paysan au métier d’agriculteur, l’élaboration statistique en agriculture », Cahiers d’économie et de sociologie rurales, n° 3, 45-72.

Bidet Alexandra (2011), L’Engagement dans le travail qu’est-ce que le vrai boulot  ?, Paris, PUF.

Breschand Jean (2002), Le Documentaire, l’autre face du cinéma, Cahiers du cinéma/Scéren/CNDP.

Candau Jacqueline & Claire Ruault (2005), « Évolution des modèles professionnels en agriculture, scènes de débat, questions d’écologie et catégories de connaissances », Cahiers d’économie et de sociologie rurales, n° 75, 52-74.

Callon Michel (2009), « Postface. La formulation marchande des biens », in Évaluer et valoriser une sociologie économique de la mesure, Toulouse, Presses universitaires du Mirail.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Champagne Patrick (1986), « La reproduction de l’identité », Actes de la recherche en sciences sociales, vol 65, n° 1, 41-64.
DOI : 10.3406/arss.1986.2349

Chateauraynaud Francis (2011), Argumenter dans un champ de forces : essai de balistique sociologique, Paris, Éditions Pétra.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Cuin Charles-Henry (2006), « La nature du savoir sociologique : considérations sur la conception webérienne », L’Année sociologique, n° 2, 369-388.
DOI : 10.3917/anso.062.0369

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Demeulenaere Pierre (2006), « Présentation : le problème de l’abstraction en sociologie », L’Année sociologique, n° 2, 253-262.
DOI : 10.3917/anso.062.0253

Durand Jean-Pierre & Sebag Joyce (2009), « D’une représentation à l’autre. Le statut de l’image et du son dans la sociologie du travail », Filmer le travail, Films et travail. Cinéma et sciences sociales, Publications de l’Université de Provence.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Erumel Ariel (2003), « L’art des bergers et les moutons qualifiés. Les figures sociales en jeu sur le marché agricole », Sociologie du travail, n° 2, 169-189.
DOI : 10.1016/S0038-0296(03)00013-X

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Grignon Claude (1975), « L’enseignement agricole et la domination symbolique de la paysannerie », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 1, 75-97.
DOI : 10.3406/arss.1975.2451

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Grignon Claude (1982), « Professionnalisation et transformation de la hiérarchie sociale des agriculteurs », Économie rurale, n° 1, 61-66.
DOI : 10.3406/ecoru.1982.2918

Haicault Monique (2010), « La méthodologie de l’image peut-elle être utile à la recherche en Sciences Sociales  ? », halshs-00498016 [extension de l’article « Inovacoes no campo da Metodologia das Ciencias Sociais », publié en 2003 dans la revue brésilienne Sociedade e Estado, vol XVII n° 2 (2002)].

Hatzfeld Nicolas Gwenaële Rot & Alain Michel (2009), « L’ouvrier en personne, une irruption dans le cinéma documentaire (1961-1974) ». Le Mouvement social, n° 1.

Hervieu Bertrand, Nonna Mayer, Pierre Muller, François Purseigle, Jacques Rémy & Jacqueline Candau (2010), Les Mondes agricoles en politique. De la fin des paysans au retour de la question agricole, Paris, Les Presses de Sciences Po.

Lamine Claire (2011), « Anticiper ou temporiser, injonctions environnementales et recompositions des identités professionnelles en céréaliculture ». Sociologie du travail n° 1, 75-92.

Leméry Bruno (2003), « Les agriculteurs dans la fabrique d’une nouvelle agriculture », Sociologie du travail, n° 1, 9-25.

Latour Bruno (2006), Changer de société, refaire de la sociologie, Paris, La Découverte.

Leroi-Gourhan André (1986), Les Religions de la préhistoire, Paris, PUF.

Morel Alain & Eliane de Latour (2007), « Ethnologie et cinéma : regards comparés », Terrain, n° 21, 150-158.

Naville Pierre (1970), « Les langages de la sociologie. II », Épistémologie sociologique, n° 10, 3-9.

Naville Pierre (1970), « Recherches pour une sémiologie de l’image optique », Épistémologie sociologique, n° 9-7, 95–119.

Muller Pierre (1984), Le Technocrate et le paysan : essai sur la politique française de modernisation de l’agriculture, de 1945 à nos jours, Paris, Les Éditions Ouvrières.

Rémy Jacques (1987), « La crise de la professionnalisation en agriculture, les enjeux de la lutte pour le contrôle du titre d’agriculteur », Sociologie du travail, vol 29 n° 4, 415-441.

Reynaud Jean-Daniel & Nathalie Richebé (2007), « Règles, conventions et valeurs. Plaidoyer pour la normativité ordinaire », Revue française de sociologie, vol 48 n° 1, 3–36.

Vatin François (éd.) (2009), Évaluer et valoriser une sociologie économique de la mesure, Toulouse, Presses universitaires du Mirail.

Haut de page

Notes

1 Les articles parus dans Libération, Le Monde, L’Humanité, La Croix, Les Inrockuptibles, Télérama, Charlie Hebdo, Le Canard enchaîné, Politis, Les Cahiers du Cinéma, Transfuge, Positif sont réunis dans la revue de presse consultable à l’adresse http://www.capricci.fr/medias/pdfs/id_film/12-id4d62a9e35c5bb.pdf.

2 Des extraits d’entretiens avec le réalisateur sont disponibles à l’adresse http://www.independencia.fr/indp/8.8_LE_TEMPS_DES_GRACES_MARCHAIS.html

3 Le groupe de sociologie visuelle de l’Association Française de Sociologie contribue à cette réflexion http://www.afs-socio.fr/SocVisFilm.html

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christèle Dondeyne, « Regard sur Le Temps des grâces, de Dominique Marchais », La nouvelle revue du travail [En ligne], 2 | 2013, mis en ligne le 30 mars 2013, consulté le 29 juillet 2016. URL : http://nrt.revues.org/778 ; DOI : 10.4000/nrt.778

Haut de page

Auteur

Christèle Dondeyne

LEST-CNRS UMR 7317

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org