Navigation – Plan du site

La Nouvelle Revue du Travail, une ambition collective

La Nouvelle Revue de Travail, a Collective Ambition
La Nouvelle Revue du Travail, una ambición colectiva
Jean-Pierre Durand

Résumés

Cet article rappelle certaines des conditions nécessaires à la connaissance du travail ; prendre en compte les contextes socio-économiques qui influent sur le travail lui-même alors que les subjectivités, en fonction des ressources disponibles, adhèrent aux objectifs et/ou tentent de résister conforte la pertinence des propos. La sociologie du travail maîtrise une diversité de sous-objets du travail et de l’emploi et intègre une multiplicité d’influences théoriques. Loin de la conduire à la crise si souvent ressentie par ses protagonistes, ce foisonnement et cette abondance constituent ses atouts qui lui permettent de faire face aux sollicitations des acteurs sociaux et politiques. Entre les déficits repérables de la sociologie du travail (genre, ethnicité, technologies, internationalisation, etc.) et les exigences scientifiques de la discipline, se dessine un projet dont La Nouvelle Revue du Travail est porteuse. À condition, aussi, que reviennent les débats scientifiques qui ont trop souvent fait défaut pendant presque trois décennies.

Haut de page

Texte intégral

Les enjeux d’intelligibilité du travail

1Le travail et son autre face, l’emploi, donnent son statut social à l’individu et contribuent à former l’image qu’il a de lui-même à travers le regard des autres. Le travail est aussi structurant socialement puisque la production et la répartition des richesses fondent la cohésion des sociétés, mais aussi les contradictions et les conflits qui les traversent. En ce sens, la centralité du travail reste d’actualité et l’on peut constater que des sociologues plutôt intéressés par les théories générales des sociétés mettent aujourd’hui le travail au cœur de leur édifice théorique. Ainsi, la connaissance du travail apparaît plus que jamais comme le résultat d’un nécessaire va-et-vient entre approches micro sociologiques et regards macro sociologiques (ou macro économiques), l’entreprise ou l’administration publique étant alors analysées comme des objets méso sociologiques.

2La sociologie du travail ne peut se dispenser de prendre en compte les profondes turbulences dans lesquelles nos sociétés contemporaines sont entrées pour analyser les effets qu’elles auront nécessairement sur le travail, sauf à vouloir conserver quelques partis pris. Au moins trois grandes transformations animent la planète qui modifient à leur tour les questions du travail ou de l’emploi et les situations des travailleurs.

3La globalisation des échanges dans le laisser-faire actuel constitue la première rupture à laquelle les travailleurs ont à faire face. Aujourd’hui, la classe ouvrière – on devrait utiliser un pluriel – a largement changé de continent : quoiqu’elle n’ait pas disparu des pays anciennement industrialisés (entre le cinquième et le quart de la population active) elle croît rapidement en Asie, en Amérique latine et dans des proportions moindres en Afrique. Les ouvriers y vivent bien souvent, à l’usine comme dans leur habitat, les conditions ouvrières de l’Angleterre du XIXème siècle. Si les pays de l’OCDE échangent entre eux à hauteur de 60 à 70% de leur balance commerciale, ce ne sont théoriquement que30 % de ces échanges qui concernent les pays émergents. Mais en fait, en raison de la faible valeur ajoutée des produits issus de ces régions du monde, le volume d’emplois délocalisés et donc détruits en Europe, au Japon ou en Amérique du Nord est plus conséquent que ces chiffres ne le laissent paraître. C’est ici la première voie par laquelle le capitalisme globalisé organise la pression des « armées de réserve » sur les salariés des pays industrialisés, en général les moins qualifiés et les plus difficiles à réinsérer dans de nouveaux emplois. La seconde voie est celle des migrations internationales qui fournit aux employeurs privés et publics des pays de l’OCDE une main d’œuvre de plus en plus qualifiée et bien souvent formée dans les pays de départ, voire formée en Occident avec des bourses gouvernementales des pays d’origine. À la différence de la situation des Trente glorieuses où l’arrivée de migrants sans qualification en Europe du Nord poussait les nationaux vers des classifications supérieures, les nouveaux immigrés y entrent souvent en concurrence avec les salariés installés de longue date, dans toutes les branches d’activités et pour la plupart des qualifications. Autrement dit, par ce double mouvement (importations et migrations internationales), la pression des « armées de réserve » sur les salaires, sur les conditions de travail et d’emploi, sur la durée du temps de travail, etc. est sans limite, favorisant des réactions xénophobes et racistes qui dressent les uns contre les autres les salariés et les aspirants à l’exploitation. Toutes ces conditions ne sont pas immédiatement visibles dans les situations de travail, mais opèrent pourtant : elles sont trop souvent passées sous silence dans les écrits des sociologues du travail car « naturalisées », y compris parce que les acteurs locaux ne peuvent modifier ce contexte d’exercice du travail.

4Le second évènement qui métamorphose le travail, de façon plus radicale encore, est celui de la transformation du capitalisme industriel en un capitalisme financier, les dirigeants des entreprises industrielles ou de service ayant perdu le pouvoir de gérer celles-ci selon des stratégies de développement et des règles commerciales au profit de diktats financiers. Les exigences financières de profitabilité (entre 10 et 25 % du capital investi, selon les moments) se sont immédiatement traduites en nécessités d’élever la productivité globale annuelle dans les mêmes proportions. Comme les limites d’accroissement de la productivité par les techniques ont été rapidement atteintes, c’est sur le travail qu’ont porté et que continuent de porter les pressions pour une productivité toujours plus grande. L’adoption puis la généralisation des principes de la lean production – inventée par les ingénieurs de Toyota pour d’autres objectifs – à toute la production de biens et de services, puis à l’administration publique (le nouveau management public) a bouleversé l’organisation de la production et du travail. Les techniques et les dispositifs de gestion du travail élargissent les responsabilités et l’autonomie individuelles des salariés tout en augmentant en permanence la demande de performance et les objectifs individualisés. Non seulement ceux qui travaillent voient se développer les « troubles socio-psychiques » (concept que l’on peut préférer à la notion œcuménique de « risques psycho-sociaux »), tant les rythmes de travail se sont accrus, mais l’efficacité de ce système productif est telle qu’à demande constante, les besoins de main-d’œuvre ne cessent de se réduire. Si l’on ajoute à ce tableau l’étatisation des dettes privées des banques qui conduit à augmenter les prélèvements publics et à baisser les salaires indirects des salariés (santé et éducation sont de plus en plus pris en charge par les familles), on a dessiné le cercle vicieux de la lente baisse de la consommation qui conduit, à son tour, à une baisse de la production, donc à une baisse du nombre de salariés... soit aussi à une nouvelle baisse de la demande. Si la situation économique de la France – mais aussi de l’Allemagne ou de la Scandinavie – ne s’est pas autant détériorée, depuis 2008, que l’on pouvait le craindre, c’est en raison de son modèle social. Faudrait-il encore que ce modèle social survive à toutes les attaques dont il est l’objet depuis deux décennies et qui ne cessent de s’accélérer. On voit ici combien toutes ces questions économiques, financières et des modèles sociaux ne sont pas périphériques au travail et à sa sociologie, mais le pétrissent et le transforment au plus profond de lui-même : elles en modifient les conditions immédiates d’exercice comme les significations profondes.

5Le troisième danger qui se présente à nous est celui de l’épuisement des ressources naturelles (fossiles en particulier) face à l’accroissement de la population mondiale. Mais à plus court terme, si les populations des pays émergents en viennent à adopter les standards de vie occidentaux dans un capitalisme globalisé – au nom de quoi les en empêcher ? – cette raréfaction de certaines ressources se manifestera dans les prochaines décennies ! Sans compter les émissions croissantes des gaz conduisant à l’« effet de serre ». Qu’il s’agisse de régulations planifiées ou contraintes (par des guerres ou par des famines) on doit s’attendre à des transformations radicales dans les modalités internationales d’affectation des richesses, donc à des changements dans la production et par conséquent dans le travail lui-même. On peut même imaginer que la productivité du travail, soutenue par une maîtrise inégale des techniques, devienne une clé pour une nouvelle répartition des richesses et donc un accroissement des déséquilibres entre pays.

6La rareté des ressources dans un futur rapproché, la concurrence effrénée entre les travailleurs d’un monde globalisé et enfin les exigences financières du capital forment une trilogie qui pressent le travail (l’emploi) et détériorent la « qualité du travail » au sens de la qualité de l’activité de travail. Dans ce cycle de développement du capitalisme, le travail apparaît très démuni face au capital qui répartit selon son gré les richesses du monde et la valeur ajoutée par le travail lui-même. La faiblesse relative de la demande de travail dans les pays industrialisés et l’absence d’organisation des salariés dans les autres régions (ni modèle social, ni démocratie : pour combien de décennies encore, malgré quelques poussées en ce sens ici ou là ?) conduit chacun à accepter, par la contrainte ou par la persuasion, de nouvelles modalités de travail. Le constat des différences intergénérationnelles n’a pas de valeur explicative : il s’agit plutôt d’un processus de dégradation des conditions d’exercice du travail (de l’activité quotidienne au revenu) que les sociologues prennent de plus en plus en compte. Position de sociologues du travail qui ne saurait pourtant être confondue avec une quelconque nostalgie d’un capitalisme vertueux des Trente glorieuses !

Les ambitions de La Nouvelle Revue du Travail

7La sociologie du travail investit des situations de travail de plus en plus diversifiées et multiplie les points de vue d’observation et d’analyse de ses objets. Elle tente parfois des hybridations paradigmatiques dont l’hétérogénéité des principes qui les sous-tendent font douter de leur pérennité. Dans tous les cas, ce foisonnement témoigne d’un réel dynamisme dans le champ du travail, entendu au sens large comme l’indique cet article.

8Il reste néanmoins quelques faiblesses endémiques à cette sociologie. Par exemple, la question du genre ne parvient pas à irriguer la plupart des travaux de sociologie du travail au sens où elle pourrait être un de ses éléments constitutifs présents dans chacune des recherches. Non pas pour en faire le point d’entrée, mais pour qu’il éclaire le travail, ses conditions d’exercice, la division du travail, les relations au travail, les ségrégations probables, les spécialisations de fait, etc. Si la présence de la problématique du genre s’est accrue, cela reste en deçà des exigences d’une réalité qui donne bien souvent aux femmes un second rôle. Ou bien le premier quand il s’agit de recevoir les contrats à temps partiel. La question de l’ethnicité, certainement encore plus difficile à traiter parce que moins établie sur le plan théorique – au moins en France –, devrait recevoir la même attention. Les ségrégations à l’embauche, dans les salaires, dans la division du travail, mais surtout dans le sous-emploi sont des thèmes tellement rebattus dans les discours politiques et dans les médias que les chercheurs n’y accordent peut-être plus assez d’attention.

9Les technologies ou plutôt les mises en œuvre des innovations techniques sont aussi – dans un autre registre moins politiquement dommageable – les grandes absentes des recherches. Après les grandes peurs de l’informatisation des années quatre-vingt, les techniques n’apparaissent que dans des traitements microsociologiques où sont décrits les effets locaux de la mise en œuvre de telle ou telle application. Les réflexions sur les profonds bouleversements de la production et du travail dues par exemple aux effets de l’intégration, de la mise en réseaux, toutes liées à l’informatique, manquent encore. Les recherches sur les transformations du travail par l’utilisation des nouveaux matériaux sont à peine esquissées. Les travaux sur les nanotechnologies n’ont qu’à peine débuté.

10Enfin, l’internationalisation des recherches reste très en deçà des potentialités de la sociologie du travail française. Quelques échanges plutôt fondés sur des relations interpersonnelles ont lieu avec le Royaume-Uni, avec l’Allemagne ou avec d’autres pays européens. C’est avec l’Amérique latine que la coopération est la plus intense. Dans tous les cas, la question de la langue est au cœur de la qualité des coopérations ou de leur caractère distendu : aller vers la facilité écarte la sociologie du travail française des associations internationales où le français est dominé – comme tant d’autres langues ! L’enjeu est devenu dramatique si l’on considère que le travail, essentiellement, ouvrier s’est déplacé vers la Chine, vers l’Inde, vers l’Amérique latine et dans une moindre mesure vers l’Europe de l’Est ou vers l’Afrique du Nord, sans que, malgré les « théories de substitution », des emplois de remplacement n’aient vu le jour en quantité suffisante dans ces pays qui délocalisent leurs industries. Il est nécessaire de multiplier les coopérations de recherche avec les universités indiennes et chinoises – plus généralement asiatiques –, et surtout de publier les auteurs des régions énumérées ci-dessus : face à un tel retard, c’est l’une des volontés de La Nouvelle Revue du Travail que de publier les travaux des chercheurs de ces continents, dans leur langue et en français.

11Au-delà des urgences précitées, quelques principes de recherche ont présidé à la création de la revue et ne manquent pas de rester en discussion. L’excès de théorisation sans fréquentation assidue du terrain fait toujours planer le doute d’un glissement vers l’exposé de thèses plus ou moins illusoires. À l’opposé, l’empirisme exclusif sans appuis théoriques clairement débattus, au départ comme à l’arrivée de la recherche, conduit à terme à l’appauvrissement théorique. C’est le va-et-vient entre théories et terrains qui participe à l’accumulation des connaissances, c’est-à-dire qui mène à la spirale vertueuse des sciences. Par ailleurs, des travaux qui resteraient trop microsociologiques sans se référer aux forces et mouvements socio-économiques qui entourent l’objet étudié n’en donneraient qu’une version tronquée parce qu’éclairée par un seul point de vue ; au contraire, des écrits qui traiteraient, par exemple, des seules forces économiques et financières sans référence aux effets vécus dans les relations microsociales du travail resteraient assez spéculatives. C’est le mouvement du microsocial au macrosocial, du local au global, et retour, avec toutes les médiations aux natures fort différentes entre les deux qui produisent des résultats innovants. Aller de la subjectivité des acteurs ou des personnes au contexte économique – et vice et versa – en passant par les organisations sociales forgées, tel est le défi auquel la revue se propose de répondre. Enfin, et pour les mêmes raisons, on ne saurait traiter du consensus seul, sans référence aux conflits qui traversent l’organisation sociale du travail. Ici, la question se complique du fait que certains auteurs se satisfont des paradigmes fondés sur les conflits alors que d’autres souhaitent traiter de contradictions : les paradigmes qui sous-tendent ces thèses s’opposent, mais ne sont pas exclusifs l’un de l’autre. En revanche ces deux approches s’accordent pour ne pas sous-estimer le consensus comme moment d’équilibre plus ou moins durable et surtout plus ou moins profond entre des forces opposées. Ici aussi tenir à la fois, c’est-à-dire analyser en même temps, les conflits et/ou les contradictions avec les consensus devient nécessité pour qui veut produire des thèses signifiantes sur le travail. On pourrait en dire autant à propos de théories qui, pour traiter de l’individualisation omettrait de parler de la coopération, et vice versa.

12Si le cœur de La Nouvelle Revue du Travail est bien sociologique, celle-ci ne saurait vivre sans les apports des disciplines voisines engagées sur le même objet : droit, psychologie, économie, gestion, anthropologie, histoire, ergonomie, etc. Cette fertilisation croisée souhaitée par tout un chacun n’est jamais simple à mettre en œuvre parce que les paradigmes des diverses disciplines reposent sur des présupposés différents rarement débattus – sans quoi il n’y aurait pas de raisons d’avoir des disciplines aussi distinctes ! On peut toutefois espérer, sinon des numéros croisant deux disciplines, que la revue publiera dans chaque livraison un ou plusieurs articles d’auteurs non sociologues. Par ailleurs, La Nouvelle Revue du Travail se veut un lieu d’expression de la critique sociologique sur le travail. Sans d’ailleurs souhaiter vraiment définir ce qu’est cette démarche critique dont chacun perçoit les contours qui peuvent rester vagues : analyse des rapports de pouvoir pour les uns, des rapports de domination pour les seconds ou des rapports d’exploitation pour les troisièmes : c’est en tout cas du traitement du capitalisme contemporain dont il s’agira, avec ses excroissances financières pour certains ou avec le renouvellement des normes d’accumulation pour d’autres. Le travail restera au centre des préoccupations de la revue. Cet article met en exergue l’ampleur du chantier, terme emprunté au travail s’il en est. Les polémiques scientifiques ont perdu de leur acuité, comparées à ce qu’elles furent dans les années soixante-dix ; tout se passe comme si la mise en débat des idées risquait d’atteindre l’intégrité des auteurs concernés en visant plutôt leur Moi que leur conception du monde et du travail. Face à ces débats empêchés, les chercheurs ont multiplié le vocabulaire pour se masquer la réalité à travers les notions de disputes, de controverses qui traversent nos écrits comme nos manifestations. La création d’une nouvelle revue sur le travail vise ainsi – tâche incommensurable aujourd’hui – à engendrer des débats dans la revue aussi bien qu’entre les revues.

13En même temps, créer une revue, c’est aussi prendre possession collectivement de la diversité de la production scientifique passée ou plus récente. La sociologie du travail a été l’un des pôles de rayonnement de la sociologie française après-guerre ; elle en est toujours l’un des éléments moteurs. C’est cet héritage qu’il faut à la fois continuer et interpréter.

La sociologie du travail en France

  • 1 Dans cette présentation de la revue qui indique aussi sa ligne éditoriale, nous avons choisi de ne (...)

14Il est fréquent de lire ou d’entendre des sociologues du travail qui considèrent que leur discipline (ou la sociologie appliquée à ce champ) est en crise, en particulier en raison de l’éclatement de ses paradigmes et de la diversité de ses objets. On peut tout aussi bien soutenir le contraire : cette multiplicité des paradigmes et des objets constitue sa première richesse et signe plutôt une certaine maturité. Au fond, le travail a été historiquement l’un des premiers champs à rassembler, après guerre, nombre de chercheurs pour constituer la revue Sociologie du Travail et éditer un Traité du même nom. Deux ouvrages récents1 (recensés longuement dans ce numéro) attestent de sa réflexivité ; un Dictionnaire du travail vient de souligner, avec ses 140 entrées, l’amplitude du champ constitué. Les Journées Internationales de Sociologie du Travail rassemblent, tous les deux ans, environ 300 sociologues avec plus de 200 communications. L’Association française des Sociologues (AFS) dispose de plusieurs réseaux thématiques (RT) portant sur différents aspects du travail. La sociologie française du travail est bien représentée dans les congrès internationaux de l’AISLF et un peu moins bien dans ceux de l’AIS. Les sociologues du travail interviennent beaucoup dans les médias, y compris à destination du grand public, pour débattre des résultats de leurs recherches : le travail est très présent dans la presse écrite, sur les ondes, mais aussi à la télévision et au cinéma dans des films de fiction, des documentaires et des docu-fiction. On ne compte plus les journées scientifiques et les colloques qui traitent du travail dans le cinéma, en particulier avec le festival annuel de Poitiers Filmer le travail.

15Comparée à celle d’autres pays, la sociologie du travail française se porte plutôt bien, malgré son handicap de la langue (d’où la proposition de La Nouvelle Revue du Travail de publier tous les auteurs qui le souhaitent dans les langues de leur choix) : elle s’exporte en Amérique latine et un peu en Europe de l’Est. Jusqu’à maintenant, la présence de cursus de Sociologie dans la plupart des universités – et dans quelques écoles de management ou d’ingénieurs – ou le rôle de la discipline dans les grands organismes de recherche lui permettent d’exister en tant que telle. Elle n’est pas menacée de disparition comme dans certains pays anglo-saxons (Royaume-Uni en particulier) où la formation des sociologues du travail est de moins en moins assurée dans les universités et pas du tout dans les écoles de commerce qui s’y rattachent. Sans compter la situation de nombre de pays voisins dans lesquels la sociologie du travail n’a droit qu’à un petit certificat dans les licences et dans les masters ou n’est au mieux qu’une annexe du travail social.

16Tous ces facteurs conduisent à faire de l’analyse du travail un champ plutôt bien structuré dans la sociologie française. Cependant, nombre de sociologues voient dans cette maturité l’une des causes de la faiblesse du dialogue entre chercheurs : le milieu serait trop rigide, trop normé ou simplement trop policé, conformiste, avec ses passages obligés ou ses règles exacerbées par le durcissement des voies de recrutement et par les nouvelles procédures d’évaluation des chercheurs ou des laboratoires. D’autres hypothèses affectent les raisons de la faiblesse des débats à une conjoncture qui, après les grandes ouvertures intellectuelles des années soixante et soixante-dix, fait succéder une période où les certitudes des lendemains qui chantent disparaissent au bénéfice des doutes, eux-mêmes ancrés dans une crise économique, sociale et écologique qui n’en finit pas. Cette situation découragerait les tentatives de lecture synthétique au profit d’analyses sectorielles, ce que certains peuvent déplorent, insistant sur le bien fondé d’un retour aux grandes interprétations, aux grands récits. Cependant, cette structuration de la sociologie du travail peut avoir quelques avantages lorsqu’elle entre en concurrence avec les disciplines voisines pour analyser les entreprises ou le monde du travail et de l’emploi (histoire, économie, gestion, droit, psychologie...). Si complémentarité avec ces disciplines il doit y avoir – ce que la NRT encourage –, n’occultons pas la compétition qui les oppose dans la conquête de la légitimité pour parler du travail et de l’entreprise, que ce soit auprès du grand public ou des institutions étatiques ou paraétatiques. Ces dernières sont aussi pourvoyeuses de fonds pour les recherches et la rémunération des doctorants.

17Ainsi, le travail apparaît bien comme un objet scientifique politiquement chargé. Car le travail est au cœur de ce qui fait société. Il est indissociable de l’emploi qui confère le statut social de la personne, qui la définit, qui construit une large part de son identité professionnelle et sociale. Ce sont autant de raisons qui nous conduisent à ne pas séparer arbitrairement sphère de la production et sphère de la consommation, la seconde étant largement – mais pas exclusivement ! – éclairée par les questions posées par le travail. Si le travail et l’emploi sont consubstantiels, la sociologie du travail n’est pas réductible à celle de l’emploi et, d’une certaine manière, elle l’inclut. Autrement dit, c’est à une définition large du travail et de la sociologie du travail que nous nous référons et non pas à une sociologie du procès de travail (dans le seul atelier) à laquelle on a voulu faire croire qu’elle se cantonnait. Les questions du travail s’étendent à celles de l’emploi (donc du chômage), de la formation professionnelle, de l’insertion professionnelle, des rythmes sociaux, etc., tout en incluant nécessairement les questions des contenus des activités, de l’organisation du travail (et de la production), des effets des changements techniques, des qualifications/compétences, du genre, de l’ethnicité, des âges, de la nature du management, de l’évaluation du travail, des groupes professionnels, des relations professionnelles, des pathologies physiques ou mentales liées au travail, etc. Ceci n’est pas un inventaire exhaustif mais l’agencement des divers objets de la sociologie du travail dont traite le sociologue avant de les recomposer pour proposer une vue dynamique du travail et des conditions d’exercice de celui-ci par ceux qui le vivent. Car le travail ne peut être déconnecté du contexte mésosocial où il se déroule (entreprises, administrations publiques, associations, professions libérales, artisanat etc.). Il peut moins encore être détaché du contexte macrosocial (politique, économique, financier, etc.) qui l’influence largement.

Travail et emploi dans la société

18La sociologie du travail a été décriée ou s’est autocritiquée pour avoir quelque peu oublié le travail afin de se concentrer sur les questions de l’emploi, depuis le milieu des années quatre-vingt. Est-ce aussi simple ? Suite à la destruction massive d’emplois et à l’émergence du chômage comme question de société, l’État et les collectivités territoriales ont multiplié les financements d’études ou de recherches qui ont attiré les doctorants et les chercheurs eux-mêmes : il y a bien une fonction sociale et politique de la recherche que les universitaires assument. En même temps, il n’y a pas eu abandon du travail, mais la visibilité des publications sur le travail a été en partie estompée par la priorité accordée à l’emploi par les pouvoirs publics : insertion professionnelle des jeunes, placement des seniors, dispositifs transitionnels entre deux emplois, etc. De la « désaffiliation » d’une partie de la population active au travail social, il n’y a qu’un pas : on peut constater que le travail social occupe durablement l’espace public tout en offrant des débouchés aux étudiants de sociologie. C’est une autre cause de l’effacement relatif du travail dans les esprits et dans les médias. Au-delà, il été longuement question aussi de la disparition de la valeur travail et même de la fin du travail : ce fut certainement une aubaine pour des employeurs qui liquidaient des emplois et pour des pouvoirs publics qui laissaient faire. Car il apparaît que nombre des thèses citées ont été instrumentalisées, les commentaires outrepassant la pensée des auteurs discutés. On ne saurait confondre les transformations du travail et des significations qu’il prend face à la multiplication des sollicitations subjectives d’une « société informationnelle » avec la fin du travail ou la fin du travail salarié !

19Au fond, ce qui a été traité successivement par la sociologie du travail, ce sont les cadences infernales et la crise du travail simple – comment le travail faisait mal aux corps –, comment aussi les résistances s’exprimaient à travers les conflits sociaux et l’action collective, puis comment l’absence de travail et surtout la privation d’emploi et de revenu font mal aux hommes et aux femmes aujourd’hui. Mais il serait injuste et surtout erroné de nier l’importance des recherches sur le travail lui-même, réalisées durant les trois dernières décennies, parallèlement aux travaux sur l’emploi et sur l’insertion-réinsertion professionnelle.

Une diversité de sous-objets

20Dire que le travail est resté l’objet central pour ces sociologues, alors que le nombre de ces derniers croissait fortement, conduit à prendre en compte la multiplication des sous-objets de leurs recherches. Ou bien dans une approche voisine quoique différente, c’est reconnaître la diversification des points d’entrée dans le travail et des points de vue pour l’analyser. Que les sociologues soient sortis de la grande entreprise et du monde marchand les a aussi conduits à varier leurs objets et à étudier des situations de travail qui étaient hors champ quelques décennies auparavant : les listes des communications des JIST ou les tables des matières des revues traitant du travail témoignent de cette tendance lourde.

21L’organisation du travail reste l’une des constantes des recherches, laquelle conduit à interroger l’autonomie – ou, dialectiquement, les contraintes –, l’évolution des relations salariales et, au-delà, à observer les « régimes de mobilisation », même si ce vocabulaire n’est pas toujours utilisé. Alors fleurissent les thèmes de l’évaluation individuelle avec la diversité de ses modalités et de ses objectifs, l’engagement au travail et les questions du type de management et de relations hiérarchiques. Autant d’objets qui conduisent aux qualifications et aux compétences, donc aux conditions réelles d’exercice du travail, avec leurs satisfactions et leurs difficultés : mal-être, souffrances et « risques psycho-sociaux ».

22Parallèlement d’autres chercheurs s’intéressent aux effets de la flexibilité et de la précarisation de l’emploi (intérim, CDD, temps partiels subis, etc.) sur l’activité de travail, donc sur les salariés eux-mêmes. L’entrée par les catégories professionnelles a renouvelé quelque peu les approches de la sociologie du travail en interrogeant les cadres, non pas tant à partir de leurs activités professionnelles que dans les analyses de leurs représentations et de leurs comportements.

23Le regard porté sur cette multiplicité des sous-objets de la sociologie du travail montre une fragmentation des recherches dans le champ, une sorte de parcellisation, comme si la maturité conduisait à un approfondissement de chaque sous-objet, lequel contraint à un relatif isolement de chacun au détriment d’une vue plus globale du travail et de son inscription sociale. La sociologie du travail serait-elle victime à son tour de la rationalisation qu’elle a tellement étudiée ? Ce mouvement invisible peut-il s’ouvrir à un effort de recomposition qui ne soit pas seulement la présentation d’un tableau descriptif mais l’affirmation des principales forces et des grands mouvements qui animent ou qui dominent le travail ?

24Par ailleurs, durant les trois dernières décennies, nombre d’objets ont quasiment disparu des articles et des ouvrages de sociologie du travail. La question des salaires et des revenus, de la formation des salaires n’est plus de mise, sauf exceptions : ce qui peut s’expliquer par les préoccupations premières accordées à l’emploi. Mais que dire de l’évolution du partage de la valeur entre employeurs et salariés depuis les Trente glorieuses ? Même s’il n’en constitue pas l’essentiel, le salaire n’est-il pas un des facteurs de mobilisation au travail ? Le travail ouvrier a lui aussi quasiment disparu des préoccupations des chercheurs : les salariés des plateformes logistiques ont tous des dénominations qui les distinguent de leurs prédécesseurs ouvriers, ceux des usines de montage automobile sont devenus des opérateurs. Mais doit-on aussi facilement se plier aux habillages sémantiques sans conserver cet esprit critique qui met en évidence non seulement les transformations des contenus des activités, mais aussi les continuités ? Les relations professionnelles sont plutôt délaissées dans les écrits qui n’en font pas leur préoccupation centrale, les conflits sociaux (leurs formes, les mobiles) n’intéressent plus beaucoup de sociologues : le syndicalisme lui-même a plutôt disparu de notre littérature, seuls les politistes traitant de cet objet jusqu’à ces dernières années. Faut-il comprendre que les médias, quand ils s’intéressent à l’actualité sociale, se sont peu à peu substitués à l’approche des sciences sociales ? Ou bien, n’avons-nous plus rien à dire sur un état de fait qui, parce qu’il est quotidien, ne présente pas assez d’aspérités pour accrocher l’attention des sociologues ? La formation professionnelle a été peu à peu marginalisée dans nos recherches alors qu’elle était au cœur de celles-ci à travers les espoirs d’émancipation du travail, après la Loi de 1971 ou au début des années quatre-vingt. Il est même probable qu’elle se constitue en un autre sous-champ à côté de la sociologie du travail : le passage de la qualification aux compétences doit-il être tenu pour responsable de cet abandon ? Les formations professionnelles, diplômantes ou non, auraient-elles perdu de leur efficace dans la gestion de la main d’œuvre tout comme dans la conduite des processus de production de biens ou de services ? À moins que le recrutement de jeunes diplômés soit préféré à la formation interne en devenant une autre gestion de la main d’œuvre : à quoi serviraient alors les 30 milliards d’euros destinés chaque année à la formation professionnelle ? Enfin, mais la liste ne saurait être exhaustive, que sont devenues les techniques et les technologies de production dans la sociologie du travail ? Au mieux, elles sont analysées comme accompagnant les dispositifs de management et de contrôle des personnels. Mais les recherches sur les rapports entre techniques et organisation du travail, techniques et qualifications, techniques et mobilisation ou rémunérations des salariés ont elles aussi été largement délaissées. Sans revenir sur la question de leur neutralité, les techniques apparaissent largement comme « transparentes », à la différence des années 1960-70 où elles étaient au cœur des débats : serait-ce que les services, dont la matérialité est moins tangible que l’industrie, rendent les sociologues du travail amblyopes ?

D’abondantes influences incorporées par la sociologie du travail

25Après les approches très empiriques et souvent quantitativistes de l’après guerre, la sociologie des organisations a longtemps occupé le devant de la scène avant de se transformer peu à peu en sociologie de l’entreprise, devenue l’un des courants théoriques dominant des années quatre-vingt. Cette sociologie élargissait la focale de l’analyse en passant de l’organisation (du travail et de la production) à celle de la firme, sans toutefois s’intéresser vraiment aux logiques managériales ni aux raisons d’être de l’entreprise et aux mobiles de leurs propriétaires. Ce changement d’échelle permettait toutefois d’activer quelques leviers pour faire valoir les principes du « développement social » de l’entreprise, c’est-à-dire aussi pour élargir l’autonomie au travail des salariés. Ce fut, pour la sociologie du travail, le moment de sortir de son état contemplatif pour commencer à agir en accompagnant de façon plus ou moins critique les décisions gestionnaires : les universités ont ouvert des DESS de sociologie tournés vers la grande entreprise ou vers l’expertise (cabinets-conseils conduisant des changements techniques et organisationnels dits quelquefois socio-techniques). Les mêmes préoccupations ont animé, de façon moins opérationnelle, les tenants de la régulation sociale pour lesquels la production (de qualité) n’était possible que si les exécutants disposaient d’une autonomie suffisante pour se reconnaître dans l’exercice de leur travail et dans ses résultats. Soit aussi la réunion des conditions de fonctionnement d’une régulation conjointe qui donne aux exécutants comme à la hiérarchie les moyens d’atteindre des objectifs au moins partiellement partagés.

26Parallèlement, les régulationnistes venus de l’économie et les marxistes qui, paradoxalement, s’étaient plutôt tenus à l’écart de l’objet travail rejoignaient la sociologie du travail sur des voies ouvertes par P. Naville. Ils proposaient des approches alternatives au sens où le rôle du capital, de l’État et des marchés étaient pris en compte sinon mis en avant pour expliquer l’organisation de la production et du travail. Traitant de régulations ou de contradictions macrosociales, ces deux courants ont réintroduit les paradigmes systémiques ou des « modèles » pour traiter le travail comme un des éléments d’un tout dont ils cherchaient à saisir les constantes et les causes des changements. Contre ces approches qualifiées abusivement de holistes – abusivement puisqu’elles cherchaient à s’affranchir des déterminismes d’antan –, d’autres sociologues ont adopté les thèses conventionnalistes, venues elles-aussi de l’économie. Si le conventionnalisme en tant que tel n’a pas rencontré grand succès – peut-être en raison d’un appareil théorique trop complexe et difficile à manier –, ses thèses se sont transmuées, sous l’influence de la sociolinguistique, en sociologie pragmatique. Ce courant est suffisamment hétérogène pour que nombre de sociologues puissent s’y reconnaître sans vraiment le défendre. Souhaitant se démarquer de tous les concepts antécédents et cherchant à se situer au-dessus des débats entre les paradigmes de leurs prédécesseurs, nombre des tenants du pragmatisme ne risquent-ils pas de sous-estimer, voire de taire, les forces sociales ou les rapports de forces économiques ou institutionnels à l’origine des phénomènes étudiés ?

27Avec des préoccupations semblables, mais à partir d’itinéraires théoriques différents, la sociologie des professions est devenue peu à peu, en France, la sociologie des groupes professionnels. Laquelle tente de faire revenir la question des activités de travail dans le giron de cette sociologie puisqu’elle lui échappait dans une sociologie des professions d’inspiration anglo-saxonne. Héritière du fonctionnalisme, influencée par des néo-marxistes et des néo-wébériens américains mais surtout par l’interactionnisme de l’École de Chicago, cette sociologie entend réintroduire dans le champ du travail les professions non salariées tout en appliquant aux salariés des paradigmes différents de ceux hérités de la sociologie du travail friedmannienne.

28C’est certainement l’interactionnisme et l’ethnométhodologie qui ont eu l’influence la plus durable et peut-être la plus profonde sur la sociologie du travail française à partir des années quatre-vingt-dix : l’attraction des services sur les jeunes sociologues, avec en particulier l’étude de la relation de service – les services ayant longtemps été réduits à la seule relation de service ! – transformait les préceptes goffmaniens en règles d’or. Peu à peu, l’interactionnisme remontait jusqu’à l’analyse des relations de travail et au travail lui-même, celui-ci pouvant être de plus en plus perçu comme une activité relationnelle avec les autres plutôt qu’un rapport essentiel à l’objet de travail lui-même.

29Dans cet héritage ou dans cette incorporation des théories et des méthodes, on peut repérer la dominance conservée des approches empiriques et, de ce point de vue, la poursuite à bien des égards de la sociologie de Georges Friedmann. Encore peu de travaux échappent à ces démarches plutôt descriptives. Cette culture de l’empirisme continue de produire des monographies assez fines que l’on rencontre en particulier dans l’exercice universitaire bien codifié qu’est la thèse. Est-il démesuré, voire déraisonnable, d’attendre en plus de ces travaux empiriques des incursions plus durables dans l’interprétation ou l’explicitation et pourquoi pas l’explication du travail, des situations de domination – ou d’exploitation – et de leur perpétuation sous des formes toujours renouvelées ?

30De son côté, la sociologie clinique s’appuie sur un appareil conceptuel et paradigmatique rigoureux en tentant une articulation audacieuse entre la prise en compte des déterminismes sociaux et ceux de nature psychique. Quelquefois rejetée parce que trop proche des psychologues, elle n’en relève pas moins de la sociologie. Le retour en force de l’individu parmi les objets privilégiés de la sociologie du travail élargit son audience. La sociologie de Pierre Bourdieu n’a pas eu vraiment d’ascendance sur la sociologie du travail contemporaine, les sociologues qu’il inspire publiant sur le travail continuant à le faire plutôt dans des revues ou des collections de sociologie générale de leur propre mouvance : en revanche la théorie des capitaux irrigue nombre de recherches grâce à son caractère opératoire. Les sociologues ont peu retenu les leçons du premier Touraine (1965-1975) qui mettait le travail au cœur de son édifice théorique pour démonter la société toute entière ; c’est plutôt sa théorie du sujet qui l’a emporté chez les sociologues actionnalistes, mésestimant les forces sociales et la puissance des pouvoirs si présents dans les premiers textes tourainiens.

31En même temps, la multiplicité des emprunts paradigmatiques de la sociologie du travail à la sociologie générale ou aux disciplines voisines prouve une certaine vitalité. Non seulement elle dispose d’une pluralité d’approches possibles selon les objets choisis par tel chercheur, selon l’échelle dans laquelle il souhaite se situer, mais ces paradigmes peuvent conduire à une diversité de positionnement des sociologues : les uns se satisferont d’une attitude académique approfondissant les connaissances (délaissant le terrain des décisions et de l’action), alors que d’autres s’appuieront sur l’analyse scientifique de ces objets pour guider des actions modifiant les processus de travail, portant alors une vision plus interventionniste de la sociologie. Car les sociologues du travail ont aussi cette vocation, pour ceux qui le souhaitent, d’une part de former des étudiants compétents pour agir dans l’entreprise ou dans l’administration publique et, d’autre part, d’intervenir eux-mêmes sur le travail, soit directement soit par l’intermédiaire de cabinets spécialisés. Ce n’est pas schizophrénique que de considérer qu’aujourd’hui la sociologie du travail peut à la fois produire des résultats scientifiques et agir sur le réel : ceci est rendu possible par la richesse de son outillage et de ses savoir faire. À condition de toujours tenir compte de ce que la société fait du travail qui la fonde.

32La difficile question posée à la sociologie du travail, comme à d’autres disciplines traitant du travail, prend peut-être plus d’acuité que celle qui se pose aux sociologues des autres champs parce que le travail, quand il est productif de valeur marchande, est l’un des principaux structurants de la société : cette question est celle de l’engagement. En prenant engagement dans deux significations qui se superposent, mais que l’on peut distinguer : l’engagement opérationnel, celui que les sociologues du travail assument en prenant en charge des Masters professionnels tournés vers l’entreprise d’une part et, d’autre part, l’engagement critique – et politique ? – qui vise à la connaissance et au dévoilement avec la perspective d’un changement social. Ce qui est loin de toute « neutralité axiologique », car il y a toujours un risque pour une sociologie du travail qui souhaiterait conserver ses distances vis-à-vis de l’action, celui de voir ses résultats dévoyés dans leur utilisation, ou bien celui d’une lente disparition née de sa déprise sur le réel.

Haut de page

Notes

1 Dans cette présentation de la revue qui indique aussi sa ligne éditoriale, nous avons choisi de ne pas indiquer les auteurs auxquels il est fait référence : entre 100 et 120 ouvrages ou articles auraient considérablement alourdi le texte.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Durand, « La Nouvelle Revue du Travail, une ambition collective », La nouvelle revue du travail [En ligne], 1 | 2012, mis en ligne le 10 décembre 2012, consulté le 04 décembre 2016. URL : http://nrt.revues.org/79 ; DOI : 10.4000/nrt.79

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Durand

Centre Pierre Naville et TEPP (FR n°3126, CNRS), Université d’Evry

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org