Navigation – Plan du site
Controverses – Où en est la critique en sociologie du travail ?

Les apports de la sociologie du genre à la critique du travail

Sociology of gender’s contributions to the criticism of work
Las aportaciones de la sociología del género a la crítica del trabajo
Elsa Galerand et Danièle Kergoat

Résumés

Après avoir fait le point sur les différents courants traversant « la sociologie du genre » et précisé ses rapports – faits de ruptures et de continuités – à la sociologie du travail, Elsa Galerand et Danièle Kergoat tentent de montrer en quoi le courant du féminisme matérialiste, en particulier, interpelle et renouvelle la sociologie du travail, tant sur le plan conceptuel que sur celui des objets et des champs d’analyse. Depuis la théorisation du travail domestique vers une redéfinition extensive du concept de travail en passant par la conceptualisation des rapports sociaux de sexe et de la division sexuelle du travail, c’est finalement le potentiel critique et subversif de cette sociologie qu’il s’agit de mettre en évidence.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Nous pensons par exemple à des ouvrages récents comme ceux de Philippe Corcuff (2012) et de Razmig (...)

1Si l’on admet, comme Michael Burawoy le rappelait avec force en 2004, que la sociologie critique pose des questions fondamentales comme celles de savoir pour quoi et pour qui faire de la sociologie, alors la sociologie du genre est bien une sociologie critique. Toujours selon lui, la sociologie critique appartient sans conteste au champ académique. Or, si la sociologie du genre constitue bien une sociologie critique, elle n’est reconnue que difficilement comme telle, y compris parfois par ceux-là mêmes qui se réclament de l’analyse critique1.

2Et pourtant, la sociologie, et singulièrement la sociologie du travail, a été la première discipline en France – avec l’anthropologie – à penser ce que l’on appelle maintenant le genre. Depuis les prémisses de départ – le travail domestique comme travail – en passant par la conceptualisation de la division sexuelle du travail et au raisonnement en termes de rapports sociaux de sexe, la sociologie féministe est devenue une sociologie généraliste. Néanmoins, la majorité des travaux de cette première période partirent du travail et portèrent sur ce dernier.

3Cette sociologie a maintenant plus de 40 ans : elle a, comme tous les autres champs disciplinaires, une histoire faite de débats, de clivages et de rapports de force. Ainsi, lorsque le concept de genre s’imposa dans les années 1990, ce fut au terme d’une véritable dispute (Fougeyrollas-Schwebel, Planté, Riot-Sarcey & Zaidman [dir.], 2003) entre les tenantes de ce dernier et celles de l’approche en termes de rapports sociaux de sexe. Dès lors, ce qu’on appelle désormais sociologie du genre constitue en réalité un champ de recherche éclaté non seulement en raison de la diversité de ses objets, mais aussi du point de vue de ses orientations théoriques. Sous la notion de genre, on trouve aujourd’hui des usages très éloignés les uns des autres qui accordent une importance plus ou moins centrale au travail. Ce dernier se trouve parfois tout à fait évacué de la définition même du genre (lorsqu’il est employé comme synonyme d’hétéronormativité par exemple).

  • 2 Nous pensons notamment ici à la critique queer du fondationnalisme biologique travaillée par Judith (...)

4Du point de vue du rapport que les conceptualisations du genre entretiennent avec une réflexion sur le travail, il nous semble possible de distinguer trois branches de la sociologie du genre telle qu’elle s’est déployée en France depuis les années 1990 : l’une, dans une perspective féministe matérialiste, continua à privilégier les rapports sociaux (tout en utilisant le terme « genre » à l’occasion) et à donner au travail une place centrale ; la seconde estima que le terme « sociologie du genre » permettait de sortir de l’enfermement dans « les études femmes » pour penser, enfin, la différence des sexes. Ce deuxième courant est parfaitement illustré par des ouvrages comme Le travail du genre (Laufer, Marry & Maruani [dir.], 2003) ou Travail et genre dans le monde (Maruani [dir.], 2013) et par les travaux du groupement international de recherche MAGE. Enfin, un troisième courant, celui que nous appellerons les Gender Studies, n’entretient que peu de rapports avec les deux premiers. Importées des États-Unis, les Gender Studies se rattachent au postmodernisme et centrent l’analyse sur de nouveaux objets : la hiérarchisation des sexualités, les politiques de subversion des identités, les technologies du corps, etc. Elles se sont largement émancipées de la discipline sociologique (et encore plus de la sociologie du travail) et si elles sont résolument interdisciplinaires, ce n’est pas comme les deux autres courants en interaction avec les autres sciences sociales (histoire, anthropologie, économie, etc.), mais avec les études culturelles, la philosophie, la linguistique… Dans une perspective constructiviste, elles viennent renouveler la critique de l’idéologie naturaliste2. En revanche, et c’est là, nous semble-t-il, que se situe l’une des lignes de tension, ces avancées se sont aussi réalisées sur fond d’occultation de la question du travail et de l’exploitation.

5C’est donc des deux premiers courants dont nous parlerons ici, les frontières entre eux étant éminemment poreuses, et nous adopterons par commodité le terme de « sociologie du genre » pour les désigner.

6Nous présenterons, dans un premier temps, un état des lieux visant à montrer ce que la sociologie du genre a « apporté » à la sociologie du travail, mais également en quoi la sociologie du travail a informé les recherches féministes sur le travail. Dans une seconde partie, nous nous centrerons sur le premier courant, celui du féminisme matérialiste, qui vient plus directement interpeller et renouveler la sociologie du travail en ce qu’il met explicitement en cause tant les définitions dominantes du travail et de l’exploitation que le fait de les disjoindre dans l’analyse. Dans une troisième partie, nous montrerons que la force critique de cette sociologie tient au raisonnement en termes de rapports sociaux qui consiste à tenir ensemble domination et émancipation.

1. L’état des lieux : ouverture de nouveaux champs et révision des anciens

  • 3 Voir un des articles historiques qui ont participé de ce débat : Françoise Bourgeois et alii, 1978.
  • 4 Ceci sans éviter parfois, tout comme en sociologie du travail, la dérive consistant pour le/la soci (...)

7Si l’on voulait énumérer tous les thèmes travaillés par la sociologie du genre depuis ses origines, nous égrènerions une véritable litanie : techniques, qualification, compétence, mobilité sociale, hiérarchie, salaires, travail domestique, chômage, formes d’emploi, précarité et exclusion, professions, résistances et conflits sur le travail, la liste n’est pas close tant s’en faut. C’est dire que du débat initial autour de la nature du travail domestique (est-il un « vrai » travail et dans ce cas comment le théoriser ?3), les études genre se sont emparées de tous les champs de la sociologie du travail, y compris de ceux apparus au détour des années 1990 : modes de régulation du marché du travail, nouveaux modèles productifs, sociologie de l’entreprise, sociologie des professions, emplois de service, etc.4 Et cette énumération, si elle est valable pour la France, devrait être encore étendue si l’on voulait rendre compte des sociologies du genre portant sur le travail au niveau international.

8Pour autant, malgré cette accumulation de travaux dont certains sont d’importance majeure pour une sociologie qui refuserait de se décliner au masculin-neutre, la sociologie du travail n’a pas institutionnellement intégré les apports de ces recherches. En témoignent éloquemment les articles de Michel Lallement (2003), Margaret Maruani (2001) et Nicky Le Feuvre et alii (2013) qui mettent également en évidence le fait que la situation ne va pas en s’améliorant : à la différence de pays comme la Grande-Bretagne, les revues dites généralistes de sociologie du travail ne laissent en France qu’une place bien congrue aux articles portant sur le genre.

9Mais revenons à notre énumération. Pour tenter d’y mettre de l’ordre, nous ferons d’abord quelques rapides rappels historiques. La sociologie du travail est une discipline récente qui a, somme toute, précédé de relativement peu l’irruption du féminisme dans les catégories de pensée de la discipline. Ce contexte historique ne peut être ignoré. C’est à Georges Friedmann et Pierre Naville que l’on doit l’affirmation que le travail est au centre des pratiques sociales : « L’homme est un animal social […] essentiellement occupé de travail. Le travail est un commun dénominateur et une condition de toute vie humaine en société » (Friedmann, 1961, 11). Cette affirmation, au cœur de la sociologie du travail si l’on en juge par sa réitération au fil des ans, a été largement reprise par nos premiers travaux. Si cet article va insister sur les nouvelles manières de poser les questions et sur les ruptures épistémologiques, il faudra garder cependant à l’esprit cette filiation. Avec Friedmann, elle est évidente quant aux méthodes utilisées pour l’analyse du travail par les premières chercheuses réfléchissant en termes de division sexuelle du travail. Tout aussi évidente est la filiation avec Naville et la centralité qu’il donne au rapport social quand il analyse, par exemple, la qualification en termes de rapports sociaux.

10Mais, nous le disions, si l’on peut parler de filiation, il faut également parler de rupture. Dans les années 1970/1980, la sociologie du travail portait majoritairement sur le travail industriel. Quant au travail, il restait pensé autour de la figure de l’homme – ouvrier qualifié – travaillant dans la métallurgie – blanc hétérosexuel. Friedmann, dans Le travail en miettes (1956), ne signale qu’au détour d’une page que son observation porte sur des travailleuses : celles-ci sont englobées dans le masculin-neutre. Michel Crozier (1964), quelques années plus tard, ne travaille pas davantage sur le fait que, dans la Manufacture des tabacs, ce sont des femmes qui travaillent majoritairement. Tout comme Serge Mallet (1963) et Pierre Belleville (1963) pour qui les ouvriers qualifiés, noyaux de « la nouvelle classe ouvrière », sont, par définition, des hommes.

11Le patronat et les syndicats, pour leur part, étaient eux bien obligés de prendre en compte le fait que des femmes aussi travaillaient dans les usines. Mais il s’agissait à leurs yeux d’un archéoprolétariat n’ayant pas compris les règles du jeu industriel (et d’ailleurs, la vie des femmes n’était-elle pas ailleurs, dans la famille ?).

12Le/la sociologue ne pouvait que renoncer très vite à aborder situations de travail et pratiques revendicatives avec les mêmes grilles d’analyse que celles mises en place pour les hommes. Partant de cette constatation d’évidence que « travailleuse n’est pas le féminin de travailleur », il fallut simultanément réviser les fausses certitudes, les déconstruire (par exemple, faire reconnaître qu’être épouse d’ouvrier n’est pas la même chose que d’être ouvrière), et mettre en place un appareil conceptuel nouveau (quant à l’analyse des qualifications par exemple, ou à la mobilité sur le marché du travail).

  • 5 Cela a eu, notons-le par ailleurs, une traduction institutionnelle par la création en 1983 du GEDIS (...)

13Ces contraintes théoriques et méthodologiques, pour qui voulaient rendre compte de la réalité des pratiques sociales féminines (et donc, en miroir, masculines) et la comprendre, confluèrent avec le « ras-le-bol » du mouvement féministe, ras-le-bol que les femmes soient assignées à un travail gratuit et invisible, le travail domestique. Et, nous l’avons dit, ce fut l’extension du concept de travail (consistant à donner au travail domestique le statut de travail à part entière) qui fut le point de départ de la réflexion. Très rapidement, il y eut renouvellement de la définition et de l’analyse du travail simultanément à une remise en cause théorique du cloisonnement entre sociologie du travail et sociologie de la famille ce dont témoigne éloquemment par exemple le sous-titre du livre collectif Le sexe du travail. Structures familiales et système productif, paru en 19845.

14Ceci conduit à interroger les paradigmes au fondement de la sociologie du travail. Deux articles éloignés dans le temps – le premier de Christine Delphy et Danièle Kergoat en 1982, le second publié en 2005 de Helena Hirata et Danièle Kergoat – portent tous deux sur cette question. Ils permettent de dégager deux moments dans la mise en place du cadre conceptuel, moments qui correspondent par ailleurs simultanément à des apports à la sociologie du travail institutionnalisée et à la contestation de certains de ses présupposés. Il s’agit d’abord de l’introduction des catégories de sexe puis des rapports sociaux de sexe qui constituent ces catégories.

  • 6 Voir la bibliographie en fin d’article.

15Du côté des « catégories de sexe », selon les toutes premières formulations adoptées, nous ne partions pas de rien. Des pionnières comme Madeleine Guilbert, Viviane Isambert-Jamati, Andrée Michel, avaient posé les premiers jalons de la réflexion6. Mais si nous parlions de non-reconnaissance tout à l’heure, il faudrait parler dans leur cas d’un mépris à peine voilé. Ne s’agissait-il pas d’« ouvrages de dames » ? En fait, c’est Nicole-Claude Mathieu qui sort, en 1971, les catégories de sexe de leur simple fonction d’étiquetage.

16Il faut souligner ici que c’est pour une part à partir de l’analyse renouvelée de la qualification que commença à s’élaborer la théorisation du « fonctionnement articulé – et non parallèle, tel que le voyait Christine Delphy – qui joue [entre] rapport salarial et rapport entre les sexes. » (Daune-Richard, 2003, 147). Dès la fin des années 1970, fut donc mise en avant la nécessité d’imbriquer les rapports sociaux.

17Au fil des années, on assiste également à l’émergence de questions épistémologiques nouvelles, par exemple, la « théorie du point de vue » qui déconstruit la fiction de la neutralité axiologique et avance la notion de connaissance située. En fait, plus que dans beaucoup d’autres champs, la sociologie du genre, traversée par des débats acharnés, « double[r] sa recherche d’une méta-recherche sur ses propres principes » (de Munck, 2011). Ce n’est pas seulement la sociologie du travail qui est interpellée par la sociologie du genre, mais c’est cette dernière qui se questionne et se conteste elle-même. Signe incontestable de la maturité d’une discipline. Mais c’est aussi l’ouverture de champs inédits – le travail de care en étant l’exemple le plus récent. Ce dernier, en insistant sur ce qu’implique l’activité de « prendre soin des autres », poursuit la critique des compréhensions mutilées du travail et contribue à l’implosion du concept. Mais, inversement, ce sont Natalie Benelli, Nicky Le Feuvre et Séverine Rey, dans l’introduction du numéro de Nouvelles questions féministes consacré aux métiers de service, qui pointent les dangers de l’engouement pour le care, remettent en cause « l’assimilation du relationnel au travail féminin déqualifié – et l’absence de cette dimension dans les analyses des métiers plus prestigieux » (2012, 2) et font de cette remise en cause un enjeu des études féministes sur le travail. Dans la même dynamique, des travaux comme ceux du MAGE ne se limitent plus à la démonstration que les mécanismes du marché du travail sont sexués, mais cherchent à comprendre comment le marché du travail fabrique le genre.

2. La sociologie féministe matérialiste et la redéfinition des concepts de travail et d’exploitation

  • 7 Voir notamment sur ce point Anne-Marie Daune-Richard et Anne-Marie Devreux (1985).

18Nous avons proposé jusqu’ici un état des lieux de la « sociologie du genre » qui s’intéresse au travail, souligné ses apports en termes d’extension des champs d’analyse et évoqué sa genèse. Nous voudrions maintenant mettre en évidence la charge critique du féminisme matérialiste pour la sociologie du travail et nous distinguerons pour cela deux moments. Le premier renvoie à la théorisation des rapports sociaux de sexe en tant que rapports de production ou d’exploitation en eux-mêmes, irréductibles au capitalisme (Delphy, 1970 ; Guillaumin, 1978). C’est le moment de la conceptualisation du travail domestique comme travail exploité qui opère une double rupture conceptuelle avec la définition dominante et tronquée du « travail » d’une part, avec celle de l’« exploitation » d’autre part. Le second tournant est celui de la théorisation du sexe du travail salarié qui ouvre sur la transversalité7 de la division sexuelle du travail et sur la consubstantialité des différents rapports sociaux d’exploitation (Kergoat, 2012).

2.1. La théorisation du travail domestique et la redéfinition de l’exploitation

  • 8 Nous renvoyons à la démonstration de Colette Guillaumin sur cette question des effets théoriques qu (...)
  • 9 … et les sociologues qui intégraient ces prémisses (Christine Delphy, Colette Guillaumin, Nicole-Cl (...)
  • 10 Sur cette série de réductions, nous renvoyons à Christine Delphy (2003).
  • 11 Les effets de cette dématérialisation sur les pratiques revendicatives et tentatives d’articulation (...)

19Nous l’avons évoqué, il a fallu attendre le mouvement de libération des femmes des années 1970 puis le déploiement d’une sociologie féministe à proprement parler pour voir apparaître les « effets théoriques de la colère des opprimées » dans la compréhension du travail8. C’est en effet à l’intérieur même du mouvement et dans une perspective résolument militante que les raisonnements clés de la critique féministe du travail ont d’abord été travaillés9. Et c’est aussi dans la littérature militante (Le torchon brûle, la revue Partisan) que l’on peut trouver les premiers points d’appui théoriques de la sociologie des rapports sociaux de sexe et de la division sexuelle du travail. Étant donné cet ancrage initial dans les luttes des années 1970, cette sociologie a de facto partie liée avec le débat sur la lutte des classes, plus justement avec le débat sur l’articulation entre féminisme et marxisme. Pour rappel, c’est en termes de mode de production domestique que Christine Delphy, dans L’Ennemi principal (1970), théorise l’existence d’un rapport de production irréductible au capitalisme. Cette démonstration ouvrait les perspectives d’une critique radicale sur le travail puisqu’elle rompait l’équation qui associait termes à termes « capitalisme », « exploitation » et « conflits du travail » et qui opérait, ainsi, une série de réductions : travail = travail salarié ; exploitation = exploitation salariale ; émancipation = dépassement de la contradiction capital/travail10. Partant de ces réductions, les conflits du travail étaient compris comme des réalités asexuées, puisqu’en amont, était gommée l’existence des rapports sociaux de sexe en tant que rapports de production : travail domestique exclu de la définition du travail ; rapports de pouvoir entre hommes et femmes idéalisés ou dématérialisés11 (i.e. rapportés à un problème de superstructure ou de mentalité subordonnée à l’infrastructure capitaliste).

20Par opposition, la théorisation du travail domestique comme travail exploité engageait une véritable rupture épistémologique, à partir de laquelle il fut possible de repenser le travail, ses contours comme ce qu’il recouvre politiquement. Simultanément, le concept d’exploitation prenait lui aussi une nouvelle épaisseur. Après que Christine Delphy dénonce son usage réservé aux seuls rapports de classe, c’est Colette Guillaumin (1978) qui met en évidence l’existence de différents régimes d’exploitation, de même que les continuités entre l’esclavage et le « sexage », et montre en quoi ceux-ci passent par une appropriation des corps, réservoirs de force de travail (Guillaumin, 1978 ; Juteau & Laurin Frenette, 1988). Les recherches qui s’intéressent aux formes de servitude observables dans le secteur de la domesticité ou du travail reproductif payé en particulier (Glenn, 2009 ; Moujoud & Falquet, 2010) montrent bien l’actualité de cette réflexion sur le travail non libre comme sur les formes transitionnelles d’exploitation telles qu’elles se recomposent aujourd’hui (Galerand & Gallié, 2014).

2.2 La transversalité de la division sexuelle du travail et la consubstantialité des rapports sociaux

21Ce deuxième moment fut tout aussi décisif. Il révélait que la seule logique du capital était insuffisante pour saisir l’exploitation particulière de la force de travail féminine dans le rapport salarial et que ce dernier, loin d’être purement capitaliste, était également intrinsèquement sexué, structuré suivant la division sexuelle du travail. L’analyse des pratiques combatives et revendicatives des ouvrières montrait d’abord que les rapports différenciés des hommes et des femmes au travail salarié étaient indissociables des rapports différenciés qu’ils et elles entretenaient au travail domestique (Chenal & Kergoat, 1981). Par ailleurs, les ouvrières n’étaient pas seulement plus exploitées que leurs homologues masculins, mais elles l’étaient différemment et cette différence ne pouvait s’expliquer en termes de surexploitation. Car alors, comment expliquer par exemple que les ouvrières qualifiées travaillaient plus souvent à la chaîne que les ouvriers non qualifiés ? C’est bien la problématisation de la transversalité des rapports sociaux de sexe, et de leur imbrication aux autres rapports sociaux, en particulier ceux de classe, qui permettaient de répondre à ces questions et de dépasser le raisonnement selon lequel les femmes étaient exploitées suivant le mode d’exploitation domestique dans le cadre de la famille, puis simplement surexploitées sur le mode capitaliste une fois franchie la porte de l’usine. En contrepoint, la conceptualisation de la « division sexuelle du travail », permit de penser l’intrication dynamique des rapports sociaux de sexe et de classe, leur consubstantialité, le fait qu’ils se modulent et se configurent mutuellement et réciproquement (Kergoat, 2012).

22Quant au travail entendu sous le concept de division sexuelle du travail, il désigne dès lors toutes les activités humaines de production du vivre en société (Godelier, 1984 ; Hirata & Zarifian, 2000). Cette redéfinition contient, à nos yeux, un potentiel particulièrement subversif, qui vient renouveler la critique de l’économie politique, dans la lignée des recherches qui – depuis les années 1970 – démontrent l’insuffisance des compréhensions resserrées du travail conduisant à exclure l’ensemble du travail gratuit des raisonnements sur la société salariale : tâches ménagères, travail d’entretien physique des membres de la famille, de care, ou de santé (Cresson, 2006), maintien du réseau amical et familial (Chabaud-Rychter et al., 1985), production d’enfants (Vandelac, 1985 ; Tabet, 1998).

3. Une sociologie critique par la place centrale qu’elle accorde aux rapports sociaux

23Nous avons déjà évoqué l’héritage de Friedmann et de Naville. Mais il faut parler également de l’héritage marxien qui irriguait et continue d’irriguer une partie de la sociologie du travail.

24Avec et contre Marx, la problématique de la division sexuelle du travail consiste à appréhender les rapports de pouvoir qui produisent des hommes et des femmes en termes de rapports sociaux : elle ne relève ni d’une conceptualisation foucaldienne du pouvoir, ni d’une sociologie bourdieusienne de la domination et de sa reproduction, ni même d’une sociologie des systèmes d’oppression (comme c’est le cas lorsqu’on parle de patriarcat ou de capitalisme par exemple). En empruntant le concept de « rapport social », il s’agit d’envisager les catégories d’hommes et de femmes comme les produits de rapports de force proprement historiques, c’est-à-dire toujours vivants, qui se reconfigurent, se jouent et se rejouent en permanence et qui se déplacent dans l’espace et dans le temps, en fonction des pratiques concrètes et en particulier en fonction de la division du travail concret (prescrit et réel ; visible et invisible ; payé et gratuit).

25On suit sur ce point les principes premiers du matérialisme. Autrement dit, on admet une conception purement humaine de l’histoire qui considère que ce que les êtres humains sont coïncide avec ce qu’ils produisent et la manière dont ils le produisent. Ce qui permet de se départir et de l’idéalisme et du naturalisme pour rendre compte de façon matérialiste de la domination masculine.

26Partant de ces principes, on admet aussi que le travail (au sens extensif du terme) doit être au fondement de l’analyse du genre. C’est en ce sens que la sociologie féministe matérialiste est une sociologie critique. Mais c’est aussi parce que la question de l’émancipation a toujours constitué l’horizon de cette sociologie qui ne s’est jamais clivée sur domination et reproduction sociale versus résistance, subversion et émancipation. Sans doute parce qu’elle a été initiée dès le départ par un mouvement social qui, s’il dénonça largement un système de domination – le système patriarcal –, en l’entrelaçant parfois avec d’autres, fut également marqué par le problème de la subjectivité. C’est la « conscience dominée » de Nicole-Claude Mathieu (« Quand céder n’est pas consentir », 1985), ou Danièle Kergoat avec « Le syllogisme du sujet sexué féminin » (1988), c’est « la fausse conscience » de Colette Guillaumin (1979), etc. Ou encore, un des derniers numéros des Cahiers du genre « Subjectivités et rapports sociaux » (2012). Dans tous ces travaux, ce ne fut pas domination contre résistances qui se joua mais bel et bien un aller-retour dialectique entre les deux.

En conclusion

27Finalement, nous espérons l’avoir montré, la théorisation des rapports sociaux de sexe et de la division sexuelle du travail opère contre une sociologie du travail assise sur le dogme de l’unicité du capitalisme comme seul et unique rapport de production. Et cependant, nous soutenons qu’elle vient prolonger la critique du capitalisme et l’analyse de la lutte des classes qu’elle révèle comme une réalité intrinsèquement sexuée. Non seulement « la classe ouvrière a deux sexes », l’expérience du rapport social de classe est toujours sexuée, mais les rapports sociaux de classe en tant que rapports de force sont étroitement dépendants de la dynamique des rapports sociaux de sexe : les formes sexuées de précarisation du salariat à l’heure de la mondialisation en témoignent abondamment (Falquet, 2009).

28Dans sa redéfinition extensive, le travail n’est pas principalement pensé en termes d’aliénation ou d’exploitation. L’aliénation et l’exploitation restent bien sûr centrales pour l’analyse des rapports de pouvoir et des modalités concrètes d’organisation et d’expérience du travail. Mais cette redéfinition ouvre aussi sur le travail comme production de soi, comme enjeu de lutte potentiellement unificateur, comme levier possible de solidarité et d’émancipation collective.

29Finalement, la sociologie du genre est bien une sociologie critique en ce qu’elle ne se contente pas de décrire la réalité et de chercher à l’expliquer, mais qu’elle dénonce aussi les mécanismes de domination, non pas d’ailleurs comme une pathologie ou un dysfonctionnement, mais comme une forme de structuration du social.

30Les sciences sociales peuvent donc permettre de mieux comprendre les ressorts de la domination, leur base matérielle, la production – par les rapports sociaux – des catégories ordinaires avec lesquelles nous sommes bien forcés de travailler. Elles peuvent également contribuer à mettre en lumière l’apparition de nouvelles figures émancipatrices, de nouvelles expériences de luttes et de résistances. Mais ces nouvelles figures émancipatrices ne peuvent en aucun cas être déduites mécaniquement de l’analyse des systèmes de domination, cette analyse fût-elle intersectionnelle ou consubstantielle. Pas plus qu’on ne peut en déduire « la » bonne pratique militante qui prendrait en compte – et en charge – toute la complexité des systèmes de pouvoir.

31Compte tenu de ce qui précède, tout travail sociologique qui met en scène l’émancipation a pour passage obligé le travail de terrain, l’observation in situ. Car si nous ne pouvons anticiper les pratiques émancipatrices, et encore moins en donner des recettes, il n’en reste pas moins que le sociologue peut contribuer à donner à voir des pratiques invisibilisées. Mais ce « donner à voir » ne va pas de soi. Il suppose un travail de terrain rigoureux : immersion totale dans le mouvement social étudié, observation in vitro, tenue systématique de carnets d’observation, restitution systématique des « résultats » et mise en discussion de ces résultats avec les acteurs du mouvement social.

32Faire une sociologie critique suppose faire d’abord une sociologie de la sociologie : « la sociologie de la sociologie [est une] des conditions premières d’une sociologie scientifique » (Bourdieu, 1984, 22) et pourrait-on dire d’une sociologie critique. Mais encore faut-il préciser, avec Lucie Tanguy, qu’il s’agit, entre autres choses, de « présenter non pas une discipline constituée, mais la constitution de celle-ci dans son contexte social et intellectuel, ses déterminants, les luttes qui y ont été menées pour faire triompher telle perspective sur telle autre. » (Tanguy, 2011, 240).

33En d’autres termes, pour être pleinement critique, la sociologie, toujours selon Lucie Tanguy et nous y souscrivons pleinement, doit toujours avoir une argumentation sans faille pour montrer que tel possible s’est réalisé au détriment d’autres. Et c’est en montrant ces possibles (par l’analyse des résistances et des luttes par exemple ou par le travail sur archives) que la sociologie critique peut contribuer à nourrir les pratiques émancipatrices.

Haut de page

Bibliographie

Belleville Pierre (1963), Une nouvelle classe ouvrière, Paris, Julliard.

Benelli Natalie, Le Feuvre Nicky et Séverine Rey (2012), « Relationnels, les métiers de service ? », Nouvelles questions féministes, vol. 31, n° 2, 2012, 1-10.

Bourdieu Pierre (1984), Questions de sociologie, Paris, Minuit.

Bourgeois Françoise et al. (1978), « Travail domestique et famille du capitalisme », Critiques de l’économie politique, nouvelle série, n° 3, avril-juin 1978, 3-23.

Burawoy Michael (2005), « 2004 Presidential Adress : For Public Sociology », American Sociological Review, n° 70, 4-28.

Chabaud-Rychter Danielle, Fougeyrollas-Schwebel Dominique et Françoise Sonthonnax (1985), Espace et temps du travail domestique, Librairie des Méridiens, coll. Réponses sociologiques, Paris.

Cervulle Maxime, Kergoat Danièle et Armelle Testenoire (dir.) (2012), « Subjectivités et rapports sociaux », Cahiers du genre, n° 53.

Chenal Odile et Danièle Kergoat (1981), « Production et reproduction. Les jeunes travailleuses, le salariat et la famille », Critiques de l’économie politique, n° 17, 118-139.

Collectif (1984), Le sexe du travail. Structures familiales et système productif, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble.

Corcuff Philippe (2012), Où est passée la critique sociale ? Penser le global au croisement des savoirs, Paris, La Découverte.

Cresson Geneviève (1998), Le travail domestique de santé, Paris, L’Harmattan, coll. Logiques sociales.

Crozier Michel (1964), Le phénomène bureaucratique, Paris, Le Seuil.

Daune-Richard Anne-Marie (2003), « La qualification dans la sociologie française : en quête des femmes », dans Laufer Jacqueline, Marry Catherine et Margaret Maruani (dir.), Le travail du genre. Les sciences sociales du travail à l’épreuve des différences de sexe, Paris, la Découverte/Mage, 138-150.

Daune-Richard Anne-Marie et Anne-Marie Devreux (1985), « La construction sociale des catégories de sexe », Bulletin d’information des études féminines, n° 17, 39-54.

Delphy Christine ([1970] 1998), « L’ennemi principal », dans L’ennemi principal. 1 Économie politique du patriarcat, Paris, Éditions Syllepse, 31-55.

Delphy Christine et Danièle Kergoat (1982), « Les études et les recherches féministes et sur les femmes en sociologie. Femmes et recherche, pour quel féminisme ? », dans « Rapport sur les recherches féministes », Collectif parisien du colloque « Femmes, féminisme, recherche », Toulouse, décembre 1982, 12 p.

Delphy Christine (2003), « Pour une théorie générale de l’exploitation (I) : en finir avec la théorie de la plus-value », Mouvements, n° 26, 69-78.

Fougeyrollas-Schwebel Dominique, Planté Christine, Riot-Sarcey Michèle et Claude Zaidman (dir.) (2003), Le genre comme catégorie d’analyse : sociologie, histoire, littérature, Paris, L’Harmattan.

Friedmann Georges ([1956] 1964), Le travail en miettes, Paris, Gallimard, coll. Idées.

Friedmann Georges et Pierre Naville (1961), Traité de sociologie du travail, Paris, Armand Colin.

Galerand Elsa (2009), « Contradictions de sexe et de classe. La Marche mondiale des femmes de 2000 », dans Fillieule Olivier et Patricia Roux (dir.), Le sexe du militantisme, Paris, Presses de sciences politiques, 225-241.

Galerand Elsa et Martin Gallié (2014), « Le Live-In Care Program au Canada : un dispositif juridique au service d’une forme de travail non libre », Interventions économiques/Papers political economy, à paraître.

Glenn Evelyn Nakano (2009), « De la servitude au travail de service : les continuités historiques de la division raciale du travail reproductif payé », dans Dorlin Elsa (dir.), Sexe, race, classe. Pour une épistémologie de la domination, Paris, PUF, coll. Actuel/Marx confrontation, 21-63.

Guilbert Madeleine (1966), Les fonctions des femmes dans l’industrie, Paris, Mouton.

Guilbert Madeleine et Viviane Isambert-Jamati (1956), « Travail féminin et travail à domicile. Enquête sur le travail à domicile de la confection féminine dans la région parisienne », Population, 11e année, n° 4, 775-776.

Guillaumin Colette (1978), « Pratiques du pouvoir et idée de Nature. (I) L’appropriation des femmes », Questions féministes, n° 2, 5-30.

Guillaumin Colette (1979), « Question de différence », Questions féministes, n° 6, 3-21.

Guillaumin Colette (1981), « Femmes et théorie de la société : remarques sur les effets théoriques de la colère des opprimées », Sociologie et sociétés, vol. XIII, n° 2, 19-31.

Godelier Maurice (1984), L’idéel et le matériel, Paris, Fayard. 

Hirata Helena et Danièle Kergoat (2005), « Les paradigmes sociologiques à l’épreuve des catégories de sexe : quel renouvellement de l’épistémologie du travail ? », dans Durand Jean-Pierre et Danièle Linhart (dir.), Les ressorts de la mobilisation au travail, Toulouse, Octarès Éditions / Le travail en débats, série Colloques et congrès, 288-298.

Hirata Helena et Philippe Zarifian (2000), « Travail, le concept de », dans Hirata Helena et al., Dictionnaire critique du féminisme, Paris, PUF.

Juteau Danielle et Nicole Laurin-frenette (1988), « L’évolution des formes de l’appropriation des femmes : des religieuses aux “mères porteuses” », Revue canadienne de sociologie et d’anthropologie, vol. 25, n° 2, 183-207.

Kergoat Danièle (2012), Se battre disent-elles…, Paris, La Dispute.

Kergoat Danièle (1988), « Le syllogisme de la constitution du sujet sexué féminin. Le cas des ouvrières spécialisées », Cahiers de l’APRE, n° 7, « Les rapports sociaux de sexe : problématiques, méthodologies, champs d’analyse », IRESCO, Paris, vol. 1, 283-291.

Keucheyan Razmig (2010), Hémisphère gauche. Une cartographie des nouvelles pensées critiques, Paris, La Découverte, coll. Zones.

Lallement Michel (2003), « Quelques remarques à propos de la place du genre dans la sociologie du travail en France », dans Laufer Jacqueline, Marry Catherine et Margaret Maruani (dir.), Le travail du genre. Les sciences sociales à l’épreuve des différences de sexe, Paris, La Découverte, 123-137.

Laufer Jacqueline, Marry Catherine et Margaret Maruani (dir.) (2003), Le travail du genre. Les sciences sociales à l’épreuve des différences de sexe, Paris, La Découverte.

Le Feuvre Nicky, Bataille Philippe et Laura Morend (2013), « La visibilité du genre dans des revues de sociologie du travail. Comparaisons France et Grande-Bretagne (1987-2012) », dans Cahiers du genre, n° 54, 121-150.

Mallet Serge (1963), La nouvelle classe ouvrière, Paris, Le Seuil.

Maruani Margaret (dir.) (2013), Travail et genre dans le monde, Paris, La Découverte.

Maruani Margaret (2001), « L’emploi féminin dans la sociologie du travail : une longue marche à petits pas », dans Laufer Jacqueline, Marry Catherine et Margaret Maruani (dir.), Masculin-féminin : questions pour les sciences de l’homme, Paris, PUF, 43-56.

Mathieu Nicole-Claude (1971), « Notes pour une définition sociologique des catégories de sexe », Épistémologie sociologique, n° 11, 1er semestre, 19-39.

Mathieu Nicole-Claude (1985), « Quand céder n’est pas consentir. Des déterminants matériels et psychiques de la conscience dominée des femmes et de quelques-unes de leurs interprétations en ethnologie », dans L’arraisonnement des femmes. Essais en anthropologie des sexes, Paris, Éditions de l’EHESS, coll. Cahiers de l’Homme », 169-245.

Michel Andrée (1972), Activité professionnelle de la femme et vie conjugale, Paris, CNRS Éditions.

Moujoud Nasima et Jules Falquet (2010), « Cent ans de sollicitude en France : domesticité, reproduction sociale, migration et histoire coloniale », Agone, 43, 169-195.

Munck Jean de (2011), « Les trois dimensions de la sociologie critique », SociologieS [En ligne], « Expériences de recherche. Régimes d’explication en sociologie », Mis en ligne le 6 juillet 2011. URL : http://sociologies.revues.org/3576

Tabet Paola (1985), « Fertilité naturelle, reproduction forcée », dans Mathieu Nicole-Claude (dir.), L’arraisonnement des femmes. Essais en anthropologie des sexes, Éditions de l’EHESS, Paris, 61-85.

Tanguy Lucie (2011), La sociologie du travail en France. Enquête sur le travail des sociologues, 1950-1990. Paris, La Découverte, coll. Recherches.

Tanguy Lucie (2001), « Questions sur le travail du sociologue », dans Pouchet Amélie (coord.), Sociologie du travail. Quarante ans après, Paris, Elzevier, 325-335.

Vandelac Louise (1981), « Et si le travail tombait enceinte ? », Sociologie et sociétés, vol. 13, n° 2, octobre.

Haut de page

Notes

1 Nous pensons par exemple à des ouvrages récents comme ceux de Philippe Corcuff (2012) et de Razmig Keucheyan (2010) : si le genre est bien mobilisé, il l’est uniquement au sens des Gender Studies mais non en termes de ce que nous appelons ici la sociologie du genre.

2 Nous pensons notamment ici à la critique queer du fondationnalisme biologique travaillée par Judith Butler.

3 Voir un des articles historiques qui ont participé de ce débat : Françoise Bourgeois et alii, 1978.

4 Ceci sans éviter parfois, tout comme en sociologie du travail, la dérive consistant pour le/la sociologue à se confondre avec l’expert ou le prospectiviste.

5 Cela a eu, notons-le par ailleurs, une traduction institutionnelle par la création en 1983 du GEDISST (Groupe d’étude de la division sociale et sexuelle du travail) comme laboratoire propre du CNRS.

6 Voir la bibliographie en fin d’article.

7 Voir notamment sur ce point Anne-Marie Daune-Richard et Anne-Marie Devreux (1985).

8 Nous renvoyons à la démonstration de Colette Guillaumin sur cette question des effets théoriques que l’on doit aux luttes féministes (Guillaumin, 1981).

9 … et les sociologues qui intégraient ces prémisses (Christine Delphy, Colette Guillaumin, Nicole-Claude Mathieu…) étaient perçues comme des « militantes » dont les travaux n’avaient pas droit de cité dans la sphère académique.

10 Sur cette série de réductions, nous renvoyons à Christine Delphy (2003).

11 Les effets de cette dématérialisation sur les pratiques revendicatives et tentatives d’articulation des luttes sont mis en évidence dans Elsa Galerand (2009).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elsa Galerand et Danièle Kergoat, « Les apports de la sociologie du genre à la critique du travail », La nouvelle revue du travail [En ligne], 4 | 2014, mis en ligne le 26 avril 2014, consulté le 19 août 2017. URL : http://nrt.revues.org/1533 ; DOI : 10.4000/nrt.1533

Haut de page

Auteurs

Elsa Galerand

Professeure de sociologie à l’UQAM

Danièle Kergoat

Directrice de recherche honoraire au CNRS

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org