Navigation – Plan du site
Recensions et notes de lecture

Lionel Jacquot, Travail, gouvernementalité managériale et néolibéralisme, Paris, L’Harmattan, 2016, 256 p.

Simon Le Roulley
Référence(s) :

Jacquot Lionel, Travail, gouvernementalité managériale et néolibéralisme, Paris, L’Harmattan, 2016, 256 p.

Texte intégral

1Il existe des ouvrages qui tombent à pic. Le livre de Lionel Jacquot Travail, gouvernementalité managériale et néolibéralisme fait partie de ceux-là. D’une part, parce qu’il remet au centre la question du rapport salarial qu’une sociologie d’inspiration touranienne avait enterré dans le cimetière des mouvements sociaux – cadavre brûlant que le printemps 2016 a vu ressusciter. D’autre part, parce qu’il assume une sociologie critique héritée de Marx qui vise à montrer les ressorts de la domination contemporaine, à « rendre intelligible le capitalisme contemporain pour mettre au jour ses servitudes pour aider à s’en affranchir » (p. 226), et ceci précisément dans une époque où le métier de sociologue subit des attaques politiques récurrentes. Au carrefour des héritages de Marx, Weber et Foucault, le projet de cet ouvrage est de dessiner les contours d’une sociologie de l’enrôlement et de l’émancipation au moyen de l’étude des « formes disciplinaires dans le procès de travail » (p. 11) en régime néolibéral. Ce régime se caractérise pour lui par la managérialisation du travail, mais plus encore de l’ensemble de la société – cette dernière étant pénétrée par le « logos gestionnaire » – c’est-à-dire par la production d’une gouvernementalité spécifique : la gouvernementalité managériale. Si l’ouvrage s’annonce comme un travail théorique, l’auteur présente une somme importante de terrains de recherche sur lesquels il fonde ses analyses – sept recherches en sociologie du travail menées sur différents objets entre 1998 et 2011 (p. 23).

  • 1 Foucault Michel (2006), Surveiller et punir, Paris, Gallimard.
  • 2 Boussard Valérie (2008), Sociologie de la gestion. Les faiseurs de la performance, Paris, Belin.

2Après un retour sur sa trajectoire, la première partie annonce la nécessité scientifique et politique de renouer avec une sociologie du rapport salarial. Pour Lionel Jacquot, le salariat comme spécificité du capitalisme a « glissé dans l’impensé » (p. 36) alors qu’il reste un mode de socialisation central. Ce refus de la centralité du rapport salarial tient selon l’auteur à une recherche du compromis qui tente d’élimer les antagonismes propres au modèle salarial, au profit d’un « paradigme de la diversité qui refuse de mettre au jour les lignes de force et qui ne permet pas de penser “l’unité du monde” » (p. 37) ; il tient également à la domination des sciences sociales par la sociologie de l’acteur qui a affaibli la sociologie institutionnaliste. S’il est pour lui indispensable d’aborder le rapport salarial dans une approche institutionnaliste plus explicative, il articule cette dernière à une approche de « l’expérience tapie dans l’hétéronomie du contrat de travail » (p. 41) qui permet de comprendre les mécanismes d’enrôlement qui caractérisent la machinerie managériale contemporaine – contre une poétique sociologique désormais en vogue qui promeut le beau, le bon, le vrai travail, et qui « supprime du même coup la tension dialectique, la polarité entre enrôlement et engagement » (p. 63). Pour atteindre « la double vérité du travail », il propose d’interroger la subjectivation des salariés en la confrontant à la réalité objective du capitalisme : le rapport d’exploitation salariale. Le mode de production capitaliste génère, rappelle-t-il, un ensemble de dispositifs pour mettre les forces individuelles au travail. Le modèle de l’entreprise, s’il appelle nécessairement des formes de coopérations s’appuie dorénavant sur un « une espèce particulière de salariés chargée du travail de domination à tous les étages » (p.67). Le management comme « exercice du commandement » dans l’organisation contrôle le travail « pour atteindre les buts fixés par la direction ». Dès lors, il peut s’identifier à « une technologie rendant les corps “utiles” et “dociles” et à une nouvelle forme d’orthopédie sociale permettant de prévenir et corriger dans les salariés les difformités de l’âme » (p. 68), comme l’écrit Foucault1. Ces salariés intermédiaires encadrent (planifient, dirigent et contrôlent) leurs subalternes en reproduisant le « logos gestionnaire » qui se fonde sur la maîtrise, la performance et la rationalité (l’auteur reprend ici la triade managériale proposée par V. Boussard2). À la différence du taylorisme classique, cette action managériale met en place une gouvernementalité basée sur les dimensions de jugement, de subjectivité et de contrôle social qui fait appel à la participation des salariés. Les managers de proximité se retrouvent alors du même coup à porter l’exercice du pouvoir disciplinaire tout en étant des membres à part entière des équipes qu’ils encadrent : « Le travail du management ne peut alors se lire que par le point de vue double de ceux qui l’exercent, cette espèce particulière de salariés enrôleurs et enrôlés à la fois » (p. 75).

  • 3 Boltanski Luc et Ève Chiapello (1999), Le Nouvel Esprit du capitalisme, Paris, Gallimard.
  • 4 Bihr Alain (2007), La Novlangue néolibérale, Paris, Éditions Page deux.

3Pour l’auteur, la radicalité du rapport hiérarchique mis en place par le taylorisme a rendu visible les antagonismes de classe, conduisant à une nouvelle rationalisation organisationnelle et communicationnelle. Ce Nouvel Esprit du capitalisme3 substitue de nouvelles formules aux anciennes : « manager à la place de cadre […] collaborateur à la place de salarié – de manière à transfigurer le rapport d’enrôlement et le transmuer en rapport d’engagement » (p. 92). Cette novlangue néolibérale4 « empêche de penser en termes de rapports sociaux » par « une entreprise de communication tant interne qu’externe [qui] cherche à véhiculer la représentation d’une entreprise consensuelle et homogène » (p. 93). Ainsi, la collaboration et l’éthique deviennent les nouveaux dispositifs d’enrôlement par l’appartenance à un projet commun où tout acte qui interfèrerait à son déroulement serait condamné par la « communauté » de travail. Mais si le taylorisme est « épuré de ses rigidités » (p. 95), ses principes fondateurs restent les mêmes puisque la direction confisque toujours l’organisation du travail et produit des prescriptions toujours plus serrées dans le but de tendre les flux : « On a affaire à un taylorisme revu, remodelé, révisé en considération de l’objectif de la tension des flux et mâtiné de flexibilité » (p. 96).

4Lionel Jacquot recherche ensuite des homologies organisationnelles entre les organisations marchandes et non marchandes afin de montrer en quoi l’harmonisation et la modernisation des services publics par l’introduction du new public management s’avère être une « réforme d’État » redéfinissant les modalités de l’action publique. Enquêtant plus particulièrement sur la Sécurité sociale, il note que cette « véritable révolution du sens, des valeurs et des pratiques du service public » (p. 103) repose sur une « éthique de l’efficacité » qui véhicule une idéologie selon laquelle l’intervention de l’État serait nécessairement paralysante pour la croissance. La rationalisation des administrations publiques est, selon lui, « une adaptation des structures nationales à la suprématie des marchés » (p. 101). En soumettant les administrations aux besoins du marché, le new public management tend à assimiler les besoins des usagers aux besoins de l’économie. Les éclairantes descriptions de ces réformes montrent alors comment le logos gestionnaire pénètre de l’institué au vécu en modifiant les statuts des travailleurs de l’Administration, leurs possibilités d’évolution et les caractéristiques de leur activité de travail (p. 102-108). Ainsi, l’entreprise sert de modèle pour administrer la vie sociale et politique, diffusant les processus de normalisation de la rationalité managériale au sein des organisations et, par répercussion, face à elles, lorsque les travailleurs deviennent usagers.

5La soumission au flux et à l’évaluation externalisée redéfinit également les cadres temporels du travail par un recours à la polyvalence et par un « appel à la disponibilité à l’égard de l’entreprise – tant psychologique que physiologique » (p. 122). La réduction du temps de travail a été appropriée par les entreprises comme un vecteur de modernisation permettant de faire entrer en vigueur la négociation et l’individualisation des horaires de travail. Cette diversification des normes temporelles révèle d’après lui des processus de différenciation sociale au sein des entreprises. À partir d’éléments empiriques, il nous montre « la permanence de l’enjeu temporel pour le capitalisme » qui cherche « à faire triompher sa rationalité et à poursuivre les rationalisations en matière de temps (de travail) dans le but générique qui est le sien : produire toujours plus de plus-value » (p. 126). La machinerie managériale fonctionne alors comme un pouvoir d’affecter les subjectivités au travail, « cible principale » du mouvement de rationalisation permettant d’assurer « l’organisation du consentement actif » des salariés (p. 130). Dans la mesure où, en « adoptant les valeurs, les normes, les intérêts des directions d’entreprise, les salariés limitent eux-mêmes leurs possibilités de penser et d’action, ne se pensent plus comme sujets actifs capables de préserver un contrôle sur l’organisation du travail et de s’approprier les modalités de production » on peut, d’après lui parler, d’une « hégémonie managériale » (p. 130) fondée sur une doxa et une illusio qui lui sont propres (p. 137-138).

  • 5 Durand Jean-Pierre (2004), La Chaîne invisible. Travailler aujourd’hui : flux tendu et servitude vo (...)

6La description des ambivalences du management de proximité à partir de trois organisations enquêtées montre « la puissance des contrôles managériaux que cet encadrement est chargé de piloter, sous couvert de participation et d’harmonie collective […] en octroyant d’un côté des espaces d’autonomie, de satisfaction ou de contentement au travail, et en relayant de l’autre la pression de la demande » qui fait du pilotage par l’aval une « fabrique du consentement » (p. 147-148). Les différents éléments décrits précédemment conduisent l’auteur à parler de « gouvernementalité managériale » tant « ces éléments font système entre eux dans les différents secteurs d’activités » (p. 152). En articulant les oxymores de « coopération forcée », « d’autonomie contrôlée » et de « communautarisation molle », Lionel Jacquot nous explique que si les dispositifs originaires du taylorisme ont changé, la gouvernementalité managériale entreprend d’atteindre les fins de la doctrine de Taylor : la pacification sociale et la neutralisation des « dimensions anticapitalistes du salariat » (p. 156). Mais c’est d’après lui la centrifugation de l’emploi5 qui rend plus puissante encore cette gouvernementalité. Segmentation des emplois au sein d’une même organisation, diversifications des statuts, externalisation et recours aux contrats précaires, participent de l’introduction d’une logique comptable qui « l’emporte sur la question de la satisfaction des usagers » (p. 171) qui fondait autrefois le sens commun des fonctionnaires.

  • 6 Burawoy Michael (2011), « La domination est-elle si profonde ? Au-delà de Bourdieu et de Gramsci », (...)

7Le dernier chapitre est l’occasion pour Lionel Jacquot de dessiner plus précisément sa « sociologie des formes de domination et des agents d’enrôlement » (p. 175). C’est par un retour au marxisme que l’auteur entend préciser tout à la fois ce qu’il entend par le triptyque dialectique de la domination par le travail (valorisation du capital, niveau macro), du travail (expropriation, niveaux méso et micro) et dans le travail (aliénation subjective, niveaux méso et micro), triptyque dialectique permettant de préciser le concept d’enrôlement qui se fonde à l’intersection de ces trois dimensions. La difficulté à laquelle nous prépare l’auteur réside dans la différenciation des activités exercées par ces agents d’enrôlements en fonction de la place qu’ils occupent dans l’architecture hiérarchique des organisations, « cette chaîne de dépendances personnelles dans la structure de domination [qui] révèle les rapports de force et de lutte qui la caractérisent » (p. 199). L’exercice de l’enrôlement par ces agents suppose qu’ils soient eux-mêmes déjà enrôlés. L’auteur invite donc à croiser la théorie bourdieusienne des conditions dispositionnelles de la méconnaissance à celle des conditions institutionnelles de la mystification de Michael Burawoy6. En effet, en défendant la catégorie d’intermédiation hiérarchique qui soutient que « l’hégémonie ne saurait se maintenir sans mystifications […] mais aussi sans le double processus de reconnaissance et de méconnaissance » (p. 199), il devient plus aisé de comprendre comment ces agents soumis à la doxa managériale travaillent à la diffuser.

  • 7 L’auteur reprend ici le concept de Frédéric Lordon qui appelle « épithumogénie » le travail de prod (...)

8Néanmoins, du paradoxe qui réside dans la machinerie managériale – qui vise à placer la joie sous la contrainte –, peuvent jaillir de nouvelles résistances que Lionel Jacquot expose dans cette fin de partie. Aux formes de dominations précédemment invoquées, l’auteur oppose trois termes unis dialectiquement. L’appropriation dans le travail se réfère au procès de travail et « correspond à l’appropriation interne de l’activité de travail » comme « usage que l’on fait de soi dans le travail qui ne se réduit jamais à une simple exécution » (p. 208). L’appropriation du travail quant à elle renvoie à la force de travail et « désigne la contestation des formes de contrôle du travail, autrement l’ensemble des luttes contre les contraintes qui assurent la soumission qualitative (homogénéisation) et quantitative (accroissement) de l’activité au travail abstrait » (p. 209). Cette dimension de l’appropriation peut alors être considérée comme « une revanche du travail concret sur l’objectivation et la mesure capitaliste » (p. 210). Enfin, l’appropriation par le travail qui « regarde le rapport social […] s’origine dans le salariat sur lequel elle prend appui pour contrecarrer l’hégémonie du capital, pour se détacher de l’épithumogénie capitaliste7 […] pour choisir l’inservitude volontaire » (p. 210-211). L’unité de ces appropriations fonde ce que Lionel Jacquot nomme la politique du travail qu’il convient selon lui de penser « avec les institutions du salariat » (p. 215), c’est-à-dire à partir du révolutionnaire déjà-là. Car si « le néolibéralisme a beau développer tout un arsenal de logos et de dispositifs, il n’épuise pas les dimensions anticapitalistes du salariat » (p. 216) comme le droit au salaire, le droit à la qualification personnelle, le droit au temps choisi.

  • 8 Mauss Marcel ([1927] 1969), « Division et proportions des divisions de la sociologie », Œuvres 3, P (...)

9Pour conclure, si l’auteur se défend d’emprunter quelques traits de sa sociologie à la sociologie publique de Burawoy, nous émettrons des doutes quant à l’accessibilité du texte pour les non-sociologues. Néanmoins, tant par la complexité du raisonnement méthodologique que par la finesse des développements conceptuels, ce livre intéressera les sociologues du travail et, plus généralement, celles et ceux pour qui le métier de sociologue ne se pratique pas hors du monde, mais à couteaux tirés avec l’existant. Lionel Jacquot ne réalise pas seulement un travail empirique et conceptuel important pour l’époque en esquissant les contours d’une politique du travail, il défend la légitimité de la critique sociale contre « la fausse neutralité hypocrite » (p. 223) nous rappelant la célèbre sentence selon laquelle les sociologues auraient « le plus grave tort si, pour ne pas verser dans l’erreur commune, ils restaient tous dans leur tour, s’ils s’abstenaient tous de prendre parti, s’ils laissaient la politique aux théoriciens poli­ti­ciens et aux théoriciens bureaucrates8 ».

Haut de page

Notes

1 Foucault Michel (2006), Surveiller et punir, Paris, Gallimard.

2 Boussard Valérie (2008), Sociologie de la gestion. Les faiseurs de la performance, Paris, Belin.

3 Boltanski Luc et Ève Chiapello (1999), Le Nouvel Esprit du capitalisme, Paris, Gallimard.

4 Bihr Alain (2007), La Novlangue néolibérale, Paris, Éditions Page deux.

5 Durand Jean-Pierre (2004), La Chaîne invisible. Travailler aujourd’hui : flux tendu et servitude volontaire, Paris, Seuil.

6 Burawoy Michael (2011), « La domination est-elle si profonde ? Au-delà de Bourdieu et de Gramsci », Actuel Marx, n ° 50, 166-190.

7 L’auteur reprend ici le concept de Frédéric Lordon qui appelle « épithumogénie » le travail de production de désirs, c’est-à-dire l’ingénierie des affects spécifique à chaque gouvernementalité qui vise à aligner les désirs des dominés sur le Désir-Maître qui incarne les intérêts des dominants. Voir Lordon Frédéric (2010), Capitalisme, désir et servitude, Paris, La Fabrique.

8 Mauss Marcel ([1927] 1969), « Division et proportions des divisions de la sociologie », Œuvres 3, Paris, Éditions de Minuit, p. 238-239.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Simon Le Roulley, « Lionel Jacquot, Travail, gouvernementalité managériale et néolibéralisme, Paris, L’Harmattan, 2016, 256 p. », La nouvelle revue du travail [En ligne], 9 | 2016, mis en ligne le 30 octobre 2016, consulté le 26 juin 2017. URL : http://nrt.revues.org/2977

Haut de page

Auteur

Simon Le Roulley

Université de Caen Normandie – CERReV

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org