Navigation – Plan du site
Corpus – Genre(s) au travail

Genre(s) au travail

Présentation du Corpus
Paul Bouffartigue et Sabine Fortino

Texte intégral

1Ce corpus de la Nouvelle Revue du Travail se propose d’explorer l’intérêt et les apports d’une lecture genrée des dynamiques des mondes du travail contemporain. Nous avons souhaité questionner ensemble « rapports de genre » et « rapports au travail » dans un contexte où s’exacerbent, dans ces deux registres comme dans leurs intersections, les tensions entre les dynamiques d’émancipation et le renouvellement ou l’aggravation des logiques de domination. Il s’agissait en particulier de soumettre l’hypothèse selon laquelle le sens des processus d’engagement/désengagement du travail (professionnel) est rendu plus énigmatique aujourd’hui, du fait d’une détérioration notable du marché de l’emploi et des conditions de travail. Le rapport au travail des hommes et des femmes est nécessairement affecté par les phénomènes d’individualisation, d’intensification, de précarité, de casse des métiers et des collectifs, de carrières et de salaires bloqués… Autant de phénomènes qui soutiennent une représentation du « travail moderne » particulièrement peu attractive. Mais de quelle manière le rapport au travail s’en trouve-t-il modifié ? Dans le sens d’un désenchantement, ou d’une prise de distance subjective ? Ou bien la position singulière des femmes dans les rapports de domination – pour elles, l’enjeu du travail dépasse la seule sphère professionnelle et affecte l’ensemble du processus d’individuation – contribue-t-elle à alimenter chez ces dernières des attentes et des espérances encore puissantes ? En tirant le fil de ce questionnement, on peut se demander comment se traduisent ces attentes : par une résignation plus forte aux contraintes du monde du travail contemporain ? Par l’adoption, au contraire, d’autres pratiques à l’égard de son activité, de sa vie quotidienne et familiale ? Par des engagements collectifs critiques ?

Comparer pour comprendre le sens de l’implication subjective au travail

2Les questions ne manquent pas, on le voit, lorsqu’on tente d’interroger la centralité subjective du travail à partir d’une perspective genrée. Il ne s’agit pas tant, ici, de mettre en évidence les multiples inégalités et discriminations manifestant le poids des rapports sociaux de sexe dans le monde du travail (qui sont largement documentées désormais), que de saisir le(s) processus de construction genrée du rapport au travail par une exploration des résistances, des émancipations, des adaptations ou des accommodements aux contraintes du travail moderne.

3Quatre articles du Corpus apportent un éclairage sur la manière dont les rapports sociaux de sexe informent et construisent aujourd’hui les dynamiques de groupes professionnels par ailleurs très divers, en termes de qualification, de prestige social, de statut d’emploi et de mixité. Ainsi l’article de Prisca Kergoat sur les apprenti·e·s d’une grande entreprise publique et celui de Sébastien Bauvet sur les agents de la sécurité privée explorent le salariat populaire. Zoé Haller qui étudie le syndicalisme des enseignants du secondaire et Blandine Barlet, qui traite des médecins du travail, proposent une immersion du côté des groupes professionnels intermédiaires et supérieurs. À l’instar du monde du travail contemporain qui connaît une mixité à géométrie variable, rarement paritaire d’un point de vue numérique, la plupart de ces groupes professionnels sont à hégémonie numérique féminine ou masculine (Sabine Fortino, 2002) : cela permet d’y observer, sous l’angle de la répartition sexuée des effectifs, comment l’éventail souvent varié des normes et des systèmes de genre (plus ou moins assumés ou volontaires) y structurent les logiques et pratiques managériales.

4Les deux autres articles s’éloignent de la réflexion sur les mondes professionnels contemporains et sur leurs spécificités. Le premier (Hiromi Takahashi) s’intéresse à la mise au travail des femmes de milieu populaire dans le Japon de l’entre-deux guerres, le second (Estelle Bonnet, Élise Verley et Tammy Ries) revisite les mécanismes de la division du travail au sein de couples mis à l’épreuve de l’éloignement domicile/travail pour l’un des deux conjoints. Très dissemblables en apparence, ces deux articles révèlent pourtant, l’un et l’autre, comment l’entrée ou l’installation massive des femmes dans le travail salarié mêle toujours intimement processus d’émancipation et renouvellement de la domination masculine.

L’apport d’une grille d’analyse intersectionnelle

5L’analyse des dynamiques professionnelles dans la sécurité privée (Sébastien Bauvet) et celle portant sur les apprentis électriciens et conseillères-clientèle (Prisca Kergoat) mobilisent explicitement la grille de lecture intersectionnelle – ou, plutôt, consubstantialiste – pour comprendre ce que doivent la position sociale, le rapport à la formation, au travail, à l’emploi ou au métier aux rapports sociaux de classe, de sexe et de race. Nourries de l’approche ethnographique, ces deux contributions éclairent bien la dimension genrée de la place et du sens de l’expérience du travail.

6En effet, on ne comprendrait pas la manière dont le genre « est au travail » dans ces deux milieux professionnels sans commencer par les situer dans l’espace des emplois offerts au sein des classes populaires : agent de sécurité est un emploi du bas de l’échelle, aux conditions salariales médiocres, à fort turn-over, mais il est aussi l’un des rares secteurs ouverts aux hommes peu qualifiés et racisés ; bien que fortement prisées également des classes populaires, les places d’apprenti·e·s ici concernées sont, au contraire, soumises à une sélection particulièrement sévère des candidat·e·s à cette formation.

7Ouverture d’un côté, sélection de l’autre : ces modalités d’accès différentes à l’emploi jouent un rôle considérable sur la construction genrée du rapport au travail. Pour les premiers, il s’agit d’abord de « tenir » subjectivement dans un emploi objectivement précaire : pour les seconds, il convient avant tout de composer avec les stratégies de remodelage de leur identité populaire mises en œuvre par la grande entreprise à statut. Le genre – en tant que système de bicatégorisation hiérarchisé entre les sexes et entre les valeurs et représentations qui lui sont associés (Nicole-Claude Mathieu, 1991 ; Héléna Hirata, Françoise Laborie, Hélène Le Doaré et Danièle Senotier, 2000 ; Laure Bérini, Sébastien Chauvin, Alexandre Jaunait et Anne Revillard, 2008) – ne saurait donc y être mis à l’épreuve et mobilisé selon les mêmes logiques.

8Les agents de sécurité – des hommes à 85 % – sont ainsi au cœur d’un paradoxe : comment exercer une fonction d’autorité tout en ayant un statut professionnel et social dégradé, de plus largement racisé ? Quels sont donc les ressorts qui permettent à une minorité de ces travailleurs masculins de s’inscrire durablement dans ce métier ? Sébastien Bauvet montre que l’accommodement de ces salariés à ce travail tient pour beaucoup à la redéfinition qu’ils opèrent sur le sens de leur métier – redéfinition qui tend à leur conférer un sentiment de légitimité professionnelle, adossé à « un recours à la masculinité en tant que statut », qui rendrait possible un rapport positif à leur activité. Selon les agents de sécurité, leur activité relèverait en effet moins de l’exercice d’une fonction sécuritaire que d’une expérience individuelle de la responsabilité et de la gestion de l’incertitude et des risques. Travaillant le plus souvent dans des espaces publics de composition mixte, comme les centres commerciaux, ces professionnels doivent être capables d’effectuer un travail relationnel, où ce sont les compétences à désamorcer les conflits qui sont valorisées et non la seule force (ou pouvoir de contrainte) physique. « Tenir » dans ce métier, n’est-ce pas aussi parvenir à trouver du plaisir au cours de l’activité ? Comment y parviennent-ils ? À la manière d’autres groupes professionnels stigmatisés telles que les prostituées étudiées par Stéphanie Pryen (2009), qui mettent en avant des « qualités » insoupçonnées de psychologues, ils se forgent un « capital moral » de défense de publics dont ils sont socialement proches, et s’autorisent à observer l’autre sexe. L’auteur repère en outre des « dynamiques de masculinité » mobilisées par ces hommes, dynamiques qui sont à la fois externes au métier – comme la fierté de pouvoir tenir dans un métier difficile pour assumer, dans le cadre familial, le rôle de « Mr Gagne-pain »–, et internes au métier.

9Pour les jeunes apprenti·e·s qui ont été sévèrement sélectionnés pour intégrer une grande entreprise à statut, l’enjeu n’est pas de « tenir » dans un métier difficile. Il est plutôt de composer avec les stratégies managériales visant à modeler leurs comportements de futurs salarié·e·s. Pour les garçons, futurs électriciens, les dispositifs de formation visent à les éloigner de la culture ouvrière et syndicale qui subsiste dans les collectifs de travail ; pour les filles, futures téléconseillères, ils tentent de les éloigner de la féminité populaire racisée et de leur faire adopter un éthos genré, défini selon les codes sociaux de la classe moyenne blanche éduquée. Prisca Kergoat insiste sur les limites de ces stratégies de remodelage en montrant que le rapport au travail des apprenti·e·s qu’elle a étudiés se construit dans et par la dissimulation, la ruse : ces jeunes « font semblant » et « jonglent », suivant les situations auxquelles ils se confrontent (tant dans l’espace public que dans leur vie privée) avec des répertoires culturels différents. De quelle manière les garçons continuent-ils de trouver, dans la virilité érigée en valeur partagée du groupe de travail technicien, comme dans la référence prioritaire aux qualifications ouvrières techniques, des ressources de valorisation du risque professionnel encouru ? Dans quelle mesure les filles restent-elles distantes, dans leur vie hors travail (école, famille), du style de féminité de classes moyennes qu’elles sont pourtant obligées de revêtir sur les plateaux-clientèle de l’entreprise ? Comment tentent-elles de reprendre la main sur le sens de leur travail ? La disciplinarisation de leurs corps les empêche-t-elles vraiment d’investir, de façon politique, la relation de service vis-à-vis des clients vulnérables ? De fait, comme les garçons, mais sous un autre registre, leur rapport au travail se construit aussi dans « la continuité et la solidarité avec leur classe sociale d’origine ». En dépit de l’entreprise et des centres de formation des apprentis qui les « recrutent ».

Retours sur l’articulation privé/public

10Que les dynamiques de genre soient prises dans des enjeux de classe, ou plus largement dans des enjeux sociopolitiques, l’article de Blandine Barlet sur les médecins du travail le démontre également. Ce segment de la profession médicale fait en effet partie des spécialités consacrées exclusivement à la prévention – qui ne peuvent donc ni prescrire ni soigner –, qui plus est, exercées sous statut salarié. Mais on ne saurait oublier la féminisation majoritaire et ancienne de ce segment de la profession médicale ainsi que la forte dévalorisation dont il fait l’objet. De fait, le choix de l’exercice en médecine du travail se fait souvent par défaut, y compris pour nombre d’hommes insuffisamment dotés de ressources – économiques, sociales et culturelles – pour intégrer des segments plus prestigieux de la profession. Une telle orientation professionnelle peut également se justifier « en positif », surtout lorsqu’on fait entrer comme critère pertinent de choix, l’articulation vie privée/vie professionnelle. S’il est attendu que du fait de l’inégale répartition du travail domestique, les femmes médecins développent de tels arguments qui dessinent en creux un rapport au travail productif et reproductif équilibré, l’auteure révèle également que leurs collègues masculins, passée la déception d’une insertion moins prestigieuse que celle qu’ils avaient envisagée lors de leurs études de médecine, y sont aussi sensibles. Mieux, la médecine du travail, qui propose une approche globale et non spécialisée du patient, présente aussi un caractère attractif pour des motifs liés au métier lui-même, et pas seulement du point de vue du hors-travail ou de l’emploi. Le paradoxe analysé dans l’article est celui de l’impact d’une réforme profonde de la médecine du travail promue au travers de la mobilisation de stéréotypes masculins censés générer l’adhésion du groupe professionnel. Le « nouveau » médecin du travail est en effet supposé revêtir l’habit (implicitement masculin) du « manager » d’une équipe pluridisciplinaire. Comment cette rhétorique réformatrice s’empare-t-elle des représentations traditionnelles de la virilité et de la féminité ? Peut-on parler ici d’instrumentalisation du genre ? Plus largement, comment s’organise la résistance des médecins du travail à une redéfinition du professionnalisme imposée d’en haut ? Le succès de la « clinique médicale du travail » dans ce milieu, peut-il être interprété comme une réappropriation par les professionnels, de dimensions de leur activité (telles l’écoute, l’empathie) souvent injustement dénigrées, car associées au féminin ?

11Avec l’article de Zoé Haller sur l’engagement syndical des enseignant·e·s, il s’agit de mettre au jour les difficultés rencontrées sur le chemin de l’accès des femmes aux fonctions dirigeantes au sein d’un mouvement syndical, même quand il représente un milieu professionnel très féminisé. Si on en connaît les ressorts généraux, qu’ils soient internes au syndicalisme – à ses modes de fonctionnement, notamment – ou liés à la socialisation politique différenciée des hommes et des femmes, l’auteure montre également que, contrairement à ce qu’on pourrait attendre, la « souplesse horaire » du métier d’enseignant ne transforme pas radicalement le rapport au militantisme des hommes et des femmes. Les particularités du métier ne changent en rien (ou presque) les dynamiques conjugales vécues par les militant·e·s. De fait, la disponibilité des enseignantes se voit réinvestie par les tâches parentales et domestiques, contribuant ainsi à reproduire les inégalités à ce niveau, y compris lorsque les deux conjoints sont enseignant·e·s. Mais n’y a-t-il vraiment rien de neuf sous le soleil ? Observe-t-on simplement la seule reproduction du même ou l’expérience sociale que constituent la pratique et l’engagement syndicaux change-t-elle malgré tout la donne ? L’auteure va montrer qu’une forme d’acculturation syndicale transforme progressivement le rapport au politique des enseignantes. Au départ plus à l’aise avec les dossiers « techniques » et les problèmes « concrets » (liés à la vie des établissements scolaires), les enseignantes ont fréquemment un sentiment d’incompétence et d’illégitimité politiques qui renforce leur moindre appétence pour les fonctions de responsabilité syndicale. Mais ce sentiment s’estompe dès lors que les militantes se socialisent progressivement aux autres dimensions de l’engagement et notamment celles qui s’illustrent dans les débats de congrès syndicaux, et se les approprient. Or, cette inflexion du rapport à l’engagement syndical impacte également la dynamique des rapports au sein du couple : une autre division sexuée du travail peut alors s’y observer.

Travail, genre et émancipation

12Un article tout à fait singulier par rapport aux contributions généralement publiées dans la Nouvelle Revue du Travail nous permet d’aborder de front la question de l’émancipation au travail ou par le travail des femmes. Singulier par rapport au matériau qui le fonde (une étude littéraire) mais aussi par rapport à l’époque et au pays concernés (le Japon de l’entre-deux-guerres), l’article de (Hiromi Takahashi) met en lumière les effets inattendus, sur la société japonaise contemporaine, de la réédition d’un succès littéraire initialement paru en 1929. L’engouement actuel que suscite ce livre dit quelque chose de la condition professionnelle contemporaine des travailleurs japonais, tout particulièrement de celle des femmes, marquée par une grande précarité.

13Cet ouvrage intitulé Le Journal d’une vagabonde est écrit par Fumiko Hayashi. Il est hybride à plus d’un titre, notamment dans sa forme oscillant entre poème, roman autobiographique et violent réquisitoire contre la détresse des femmes prolétaires japonaises ; il est l’œuvre d’une femme pauvre cherchant chaque jour le travail qui lui permettra de mettre un toit au-dessus de sa tête et que rien dans le parcours ni l’éducation ne prédisposait à une telle place et légitimité dans la littérature japonaise ; il peut se lire comme le récit d’une « pionnière des femmes émancipées ». Cette émancipation se marque tant dans sa vie amoureuse et familiale, dans sa conquête de l’écriture, et dans l’accès au travail et à l’indépendance économique. Dans le Tokyo des années 1920 les conditions de travail et d’existence sont très difficiles pour cette femme issue d’un milieu très pauvre, mais elle change facilement d’emploi et chez elle l’espoir, le dispute au désespoir. Ce témoignage, venu d’une période bien antérieure à celle de la société salariale et de sa crise, aide à remettre en perspective le sens émancipateur que revêt l’exercice d’un travail, y compris dans des activités précaires et subalternes, pour les femmes de classes populaires.

14Lorsque l’on travaille très loin de son domicile – au prix soit de très longs trajets quotidiens, soit d’hébergement en dehors de sa résidence principale – quelles en sont les implications sur la division du travail domestique au sein des couples et sur le processus d’individuation des femmes ? Tel est l’objet du dernier article de ce corpus. On ne sera pas surpris d’apprendre que c’est deux fois plus souvent l’homme qui est le conjoint mobile, et que dans ce cas l’assignation sexuelle prioritaire des tâches domestiques et familiales aux femmes s’en trouve accentuée. Mais quand le conjoint mobile est une femme, observe-t-on une « mobilité de genre », voire une « déviance de genre » ? Pour l’essentiel, la réponse apportée par Estelle Bonnet, Élise Verley et Tammy Ries est négative. Déjà, le profil sociologique des femmes connaissant une mobilité professionnelle indique clairement que la mobilité reste une affaire d’hommes même si, dans certaines conditions, elle peut également être féminine. Les femmes mobiles sont en effet nettement plus qualifiées que les hommes, et surtout vivent plus souvent seules et sont plus fréquemment libérées des responsabilités parentales. Ce profil n’est donc pas majoritaire ni dominant dans le salariat féminin. En outre, lorsqu’elles sont en couple, surtout en présence d’enfants, les femmes « découcheuses » continuent à prendre en charge majoritairement le travail domestique. Deux phénomènes indiquent cependant que la logique de la reproduction de la domination masculine n’est pas la seule à s’exercer. Au fil du temps, la contribution masculine au travail domestique tend à s’accroitre. Et, dans quelques cas, la mobilité féminine liée au travail apparaît bien comme étant un moment dans un processus d’émancipation. Ici, les femmes « découcheuses » apprennent dans cette mobilité professionnelle au départ non choisie, qu’il leur faut (re)négocier leur place au sein du couple et du cercle familial, comme si l’éloignement leur était nécessaire pour s’autoriser cela. Selon les auteurs, la mobilité serait ainsi « activatrice » d’autonomie et d’émancipation.

15Reproduction de la domination masculine et éléments d’émancipation féminine se mêlent donc de manière intime dans la manière dont la dynamique des rapports de genre est travaillée par les dynamiques, les enjeux et les tensions du travail et des groupes professionnels. Ce corpus de la NRT explore un certain nombre de ces dynamiques croisées (tels la mobilité, l’engagement syndical, l’accommodement ou la métis face aux processus de disciplinarisation des corps, etc.), mais il reste tant d’autres questions encore à explorer sous l’angle de la construction genrée du rapport au travail.

  • 1 Ce n’est pas le travail lui-même mais, le rapport particulier que les femmes entretiennent au trava (...)

16On pense ici à des travaux qui permettraient de prolonger l’hypothèse de Danièle Kergoat et Elsa Galerand (2008) sur le potentiel subversif du rapport au travail des femmes1. Ne peut-on considérer que la contribution de Blandine Barlet ici participe de ce nouveau questionnement en ce qu’elle révèle que toute référence « au féminin » n’est pas condamnée à épouser la dévalorisation sociale des orientations éthico-professionnelles qu’elle construit et qu’elle peut, au contraire, permettre aux professionnels/elles de reprendre la main sur leur travail ?

17Toujours concernant cette interrogation sur les effets du rapport au travail sur les rapports de genre, on pourrait s’intéresser à l’expérience sociale inédite portée par les communautés de « hackers » californiens qui travaillent, élaborent et produisent dans des « hackerspace » (Lallement M., 2015). Qu’attendent-ils du travail lorsqu’ils valorisent le partage des savoirs et des moyens de production, ainsi que la mise en œuvre d’activités coopératives et gratuites ? Ces attentes sont-elles les mêmes pour les hommes et les femmes ? Et d’ailleurs, la sous-représentation de ces dernières et des minorités ethniques est-elle discutée en ces lieux qui prônent une « certaine éthique du faire » tout en œuvrant pour la communauté environnante (des sans-abri, notamment) ? La critique du travail rejoint-elle la critique de la division sexuelle du travail ou s’en dispense-t-elle complètement ?

Haut de page

Bibliographie

Berini L., Chauvin S., Jaunait A. et A. Revillard (2008), Introduction aux gender studies, Bruxelles, De Boeck Éditions.

Fortino Sabine (2002), La Mixité au travail, Paris, La Dispute.

Galerand Elsa et Kergoat Danièle (2008), « Le potentiel subversif du rapport des femmes au travail », Nouvelles Questions féministes, vol. 27, 67-82.

Hirata Helena, Laborie Françoise, Le Doaré Hélène et Danièle Senotier (2000), Dictionnaire critique du féminisme, Paris, PUF.

Kergoat Danièle (2012), « Le potentiel subversif du rapport des femmes au travail », dans Se battre disent-elles, Paris, La Dispute, 265-282.

Lallement Michel (2015), L’Âge du faire. Hacking, travail, anarchie, Paris, Le Seuil.

Mathieu Nicole-Claude (1991), L’Anatomie politique. Catégorisations et idéologies du sexe, Paris, Côté femmes.

Pryen Stéphanie (2009), « La prostitution de rue : un métier comme les autres ? », dans Didier Demazière et Charles Gadéa (dir.), Sociologie des groupes professionnels. Acquis récents et nouveaux défis, Paris, La Découverte, 221-230.

Haut de page

Notes

1 Ce n’est pas le travail lui-même mais, le rapport particulier que les femmes entretiennent au travail (en raison des positions qu’elles occupent dans la division sexuelle du travail) qui est au principe de ce rapport potentiellement subversif. Ainsi, selon Danièle Kergoat et Elsa Galerand, le rapport positif au travail de care, tel qu’il a pu être observé chez nombre de travailleuses concernées, tiendrait en partie au fait qu’il réhabilite théoriquement le travail domestique comme travail.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul Bouffartigue et Sabine Fortino, « Genre(s) au travail », La nouvelle revue du travail [En ligne], 10 | 2017, mis en ligne le 03 mai 2017, consulté le 23 mai 2017. URL : http://nrt.revues.org/3037 ; DOI : 10.4000/nrt.3037

Haut de page

Auteurs

Paul Bouffartigue

Aix-Marseille Université – CNRS, LEST (UMR 7317)

Articles du même auteur

Sabine Fortino

Maître de conférences, Université Paris Ouest Nanterre La Défense – Cresppa-GTM

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org