Navigation – Plan du site
Corpus – Genre(s) au travail

Genre et investissement syndical chez les enseignants

L’interdépendance des engagements
Gender and teachers’ trade union engagement. An interdependence of commitments
Género e inversión sindical en los docentes. La interdependencia de los compromisos
Zoé Haller

Résumés

Résumé : Cet article interroge, dans une perspective genrée, les manières dont l’engagement militant et le rapport au travail s’articulent et peuvent s’influencer. Les analyses s’appuient sur une enquête par entretiens et par observation réalisée auprès de militants de quatre syndicats de l’enseignement primaire et secondaire de la FSU (Fédération syndical unitaire). Dans un contexte syndical et professionnel fortement féminisé, et pourtant marqué par des inégalités de sexe, comment le genre pèse dans les choix de carrière des enseignants et façonne l’articulation des engagements professionnels et militants ? Et de quelle(s) manière(s) l’engagement syndical des enseignantes « travaille » à la fois les modèles traditionnels d’engagement militant et leur rapport à leur activité professionnelle ?

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Cet article interroge, dans une perspective genrée, les manières dont l’engagement militant et le rapport au travail s’articulent et peuvent s’influencer. L’engagement militant nécessite une certaine familiarité à l’égard des questions politiques, des prédispositions pour l’action collective et un goût pour la contestation (Jacquemart, 2013, 216). Or la sphère familiale et l’école, désignées comme les principaux espaces de constructions de l’identité politique, produisent des identités politiques genrées – les filles étant moins encouragée à s’intéresser à la politique. Les femmes et les hommes ne développent donc pas les mêmes représentations de la politique ni les mêmes rapports au militantisme (Muxel, 2001). Les acquis de la socialisation enfantine peuvent cependant être remis en question à tous les âges de la vie et l’intérêt que les femmes et les hommes portent aux questions politiques ainsi que leur appétence pour l’engagement peuvent évoluer au gré des contingences de l’existence (Sapiro, 1994). En ce sens, le travail en tant qu’espace socialisateur a une incidence particulière sur la manière dont les individus se représentent la politique et sur les rapports qu’ils entretiennent avec elle, confortant ou infléchissant les socialisations politiques antérieures (Cohen & Vigoda, 1999 ; Sobel, 1993 ; Sainsaulieu & Surdez, 2012).

2En analysant un segment particulier du monde du travail, l’enseignement, ce texte examine de quelle manière le genre modèle les articulations entre sphère militante et sphère professionnelle. Il s’appuie sur une enquête réalisée auprès de trois syndicats de l’enseignement primaire et secondaire de la FSU (Fédération syndicale unitaire) : le SNUIPP (Syndicat national unitaire des instituteurs, professeurs d’école et PEGC), le SNES (Syndicat national des enseignants du second degré) et le SNEP (Syndicat national de l’éducation physique de l’enseignement public).

  • 1 15, 2 % des salariés du secteur public sont salariés contre 5 % dans le secteur privé (DARES, 2008)

3Si les syndicats enseignants sont aujourd’hui confrontés à un phénomène de désyndicalisation (Robert, 2007), les enseignants, comme dans les autres champs du secteur public, présentent des taux de syndicalisation bien supérieurs au secteur privé (DARES, 2008, 3)1 : 31,6 % des professeurs du second degré et 26,2 % dans l’enseignement primaire sont syndiqués (Sawicki, 2010). Les enseignantes, majoritaires dans la profession, sont bien présentes dans les organisations syndicales. En effet, la proportion de femmes adhérentes au sein de ces différentes organisations est proche de celle observée dans les champs de syndicalisation respectifs des trois organisations étudiées. Il n’existe pas de sous-syndicalisation des femmes parmi les enseignants. Cependant, malgré un contexte a priori favorable où se combinent une forte féminisation de la profession et un important vivier de syndiquées, les femmes demeurent sous-représentées au sommet des structures.

4Plusieurs travaux ont, depuis une vingtaine d’années, mis en lumière le rôle structurant du genre dans la sphère des activités militantes (Filleule & Roux, 2009). En effet, la division sexuée du travail militant structure la répartition des tâches au sein des organisations et pèse sur les trajectoires militantes (Dunezat, 2004 ; Bargel 2005). Si l’on considère plus spécifiquement les organisations syndicales, les normes comportementales dérivant d’un entre soi masculin ainsi que le poids des réseaux de sociabilité masculins et les modalités de cooptations des responsables ont été désignés comme autant d’obstacles à l’implication des femmes dans les syndicats (Guillaume, 2007). Le moindre engagement des femmes dans le militantisme peut également être imputé à d’autres facteurs. Un plus faible intérêt pour les luttes et les questions politiques, un sentiment d’incompétence et d’illégitimité en politique lié à la dimension genrée de la socialisation politique durant l’enfance et l’adolescence, ou encore le poids des contraintes domestiques peuvent également peser sur les trajectoires militantes (Le Quentrec & Rieu, 2003).

5Après un rapide état des lieux de la place des femmes dans les organisations syndicales et de la prise en charge de ces questions par le SNUIPP, le SNES, le SNEP et par la FSU, nous étudierons les conditions d’entrée puis de maintien dans le militantisme des enseignantes et des enseignants. Dans le secteur professionnel de l’enseignement, les rapports respectifs que les femmes et les hommes entretiennent avec leur travail, notamment les différents usages qu’ils et elles ont de la souplesse horaire liée à l’exercice de la profession d’enseignant, pèsent sur leurs conditions d’entrée dans le militantisme et sur leurs rapports à l’engagement. Ces rapports ne sont cependant pas figés ; l’entrée dans le syndicat et la découverte du militantisme peut fortement modifier les rapports à la politique et à l’enseignement et amener les nouveaux militants à revoir la manière dont ils articulent les différents temps sociaux.

6Cette étude s’appuie sur dix-huit entretiens biographiques réalisés avec des femmes et hommes syndiqués au SNUIPP (7), au SNES (6) et au SNEP (5), présentant différents niveaux d’engagements : des responsables académiques et départementaux des syndicats et de la fédération étudiés, des militants siégeant dans différentes instances, mais aussi de jeunes militantes et militants. La majorité des membres du corpus ont des enfants et vivent en couple (voir en annexe le tableau détaillant les caractéristiques des interviewés et la nature de l’emploi occupé par le conjoint ou la conjointe) ; l’échantillon couvre l’essentiel des classes d’âge avec des enseignants ayant de 28 à 55 ans. Cette étude repose également sur les textes d’orientation des organisations votés lors des différents congrès syndicaux et fédéraux ainsi que sur les bulletins publiés par la fédération, les syndicats et le secteur Femmes de la FSU. Cette étude a aussi été nourrie par une série d’observations réalisées dans des sections syndicales locales lors de réunions des secrétariats, de réunions de courants de pensée, de stages destinés aux adhérents et des congrès départementaux et nationaux de la FSU, du SNES et du SNUIPP qui se sont respectivement tenus aux mois de février, avril et juin 2016.

Structure et fonctionnement du SNES, du SNEP et du SNUIPP

Le SNES et le SNEP, qui représentent tous les deux les enseignants et une partie du personnel du second degré sont organisés de manière relativement proche. Le SNES rassemble 59 000 syndiqués principalement parmi les professeurs certifiés ou agrégés. Le SNEP qui représente les professeurs certifiés ou agrégés d’éducation physique de l’enseignement public rassemble un peu plus de 10 000 syndiqués. Ces deux syndicats sont structurés en quatre échelons : la section d’établissement, la section départementale, la section académique et le niveau national. La section académique occupe une place essentielle dans la structure des deux organisations. Elle est animée par un secrétaire ou plusieurs secrétaires académiques et des adjoints.

Au niveau national et entre deux Congrès nationaux, le SNES est administré par une Commission administrative nationale (CAN) qui se réunit au minimum cinq fois par an dont au moins une fois par trimestre. Les membres de cette instance délibérative sont élus directement par les syndiqués. Au SNEP, en dehors des temps de congrès, le Conseil délibératif national (CDN), composé de représentants des sections départementales et académiques fixe les orientations du syndicat. Dans les deux syndicats, le secrétariat national qui compte une vingtaine de membres constitue l’instance exécutive de l’organisation.

Le SNUIPP représente les instituteurs, les professeurs des écoles et les PEGC (professeurs d'enseignement général de collège) et compte 55 000 adhérents. Il est composé d’une équipe nationale et de sections départementales ainsi que de groupes de coordination au niveau académique. La section départementale est l’organisation de base de la vie syndicale. Elle est animée et dirigée par un conseil syndical élu pour trois ans qui élit un bureau chargé de l’exécution des décisions et des relations avec le secrétariat national. Il compte au moins un secrétaire et des adjoints. Comme au SNES et au SNEP, les postes de secrétaires peuvent être occupés par plusieurs personnes.

Au niveau national, le congrès national constitue l’instance souveraine. Entre deux congrès, le Conseil national, qui se réunit au moins quatre fois par an, réunit les délégués des sections départementales et des délégués de chaque conseil académique. Il met en œuvre les mandats votés. Entre deux conseils nationaux, les décisions sont assurées par le secrétariat national assisté par l’équipe des secteurs.

I. Quelle prise en charge par les organisations syndicales et la FSU de la question de la place des femmes dans les instances ?

7Les femmes sont surreprésentées parmi les adhérents du SNES et du SNEP au regard de la place qu’elles occupent dans la profession. Concernant le SNUIPP, les femmes, largement majoritaires au sein de la profession, sont légèrement sous-représentées parmi les adhérents. Pourtant, dans les trois organisations, on observe une baisse des effectifs féminins à mesure que l’on s’élève dans les hiérarchies syndicales (Tableau 1).

Dans la profession Dans les syndicats Parmi les secrétaires départementaux Dans les secrétariats nationaux
SNUIPP 82,6 % 76,4 % 59 % 55 %
SNES 58,3 % 63,3 % 42 % 41 %
SNEP 41 % 44,3 % 37 % 30 %

Données recueillies auprès du secteur Femmes de la FSU et sur les sites internet des différentes organisations syndicales, pour la période 2015-2016.

8La section départementale occupe une place essentielle dans l’organisation. Elle est en lien permanent avec les établissements et les collègues du département et relaie les informations à tous les niveaux du syndicat. Les militants s’y forment à l’action syndicale, s’exercent à l’exercice des responsabilités et gagnent en légitimité. La fonction de secrétaire départemental est extrêmement chronophage. Elle implique de préparer les réunions du bureau départemental qui ont généralement lieu une fois par semaine, d’être présent au local syndical plusieurs jours par semaine, d’être en lien avec les établissements, mais aussi avec les autres organisations syndicales et les représentants de la FSU. Le secrétaire départemental est appelé à se rendre au moins quatre fois par an au siège parisien de l’organisation pour des réunions rassemblant l’ensemble les représentants des sections départementales. Il participe également aux congrès nationaux et départementaux et joue un rôle actif dans leur préparation. Même si le travail syndical – comme les réponses aux questions et demandes de soutien des collègues, la participation à diverses commissions ou les échanges avec l’administration – est partagé entre l’ensemble les membres du bureau départemental, le secrétaire est appelé à en assumer une part considérable. C’est principalement parmi les secrétaires départementaux que sont repérés les militants appelés à exercer des responsabilités au niveau académique et national. Ce niveau de responsabilité, tout en maintenant un lien étroit avec le terrain, requiert de participer à différentes instances nationales du syndicat. Il permet d’appréhender le fonctionnement de l’organisation dans son ensemble et de tisser un réseau de connaissances parmi des militants exerçant dans toute la France, à différents niveaux de responsabilité.

9Ainsi, le fait que les femmes soient moins nombreuses à la fonction de secrétaire départemental, échelon de responsabilité significatif et particulièrement formateur, limite leur recrutement à un niveau supérieur de responsabilités. En effet, dans les secrétariats nationaux de ces syndicats, organes chargés de la mise en œuvre de l’orientation générale du syndicat, dont les membres sont recrutés parmi les militants les plus actifs, on observe 55 % de femmes pour le SNUIPP, 41 % pour le SNES et 30 % pour le SNEP.

  • 2 On relève que c’est la « parité » femmes/hommes qui est l’objectif affiché, et non une féminisation (...)

10Pourtant, la FSU et les syndicats qui lui sont rattachés se présentent comme féministes. Les textes produits lors du congrès fondateur de Mâcon, en mars 1994, appellent à une répartition équilibrée des responsabilités fédérales entre les hommes et les femmes. La fédération s’est dotée de deux structures dédiées à la cause des femmes : le secteur Femmes et l’Observatoire de la parité. Le secteur Femmes, auparavant rattaché au secteur Droits et libertés, est né en 1996 de la détermination de certaines militantes à faire reconnaître la nécessité d’un espace dédié aux femmes afin d’assurer une meilleure prise en compte des questions liées aux droits des femmes et afin d’assurer une présence équilibrée des femmes et des hommes à tous les niveaux des organisations syndicales et fédérales. L’Observatoire de la parité a été mis en place lors du congrès de Marseille, en 2007, dans le but d’analyser la place des femmes dans les différentes instances fédérales et syndicales2.

11Les textes adoptés lors des congrès nationaux et départementaux successifs réitèrent le souhait de parvenir à une plus forte présence des femmes dans les instances. On pouvait ainsi lire dans le thème 4 du texte d’orientation de la FSU, consacré à l’état du syndicalisme et à l’avenir de la FSU, voté lors du congrès de Marseille en 2007 :

12La nécessité d’une représentation équilibrée Hommes/Femmes est affirmée dans les textes de plusieurs congrès comme devant être une préoccupation constante et un objectif à réaliser. Force est de constater qu’aucune disposition particulière n’a été prise, et que les femmes restent minoritaires dans les instances comme dans l’investissement militant dans la fédération.

13Le texte adopté quelques années plus tard, lors du congrès du Mans en 2016, laisse entendre que la situation a peu évolué :

La nécessité d’une représentation équilibrée femmes/hommes est affirmée dans les textes de plusieurs congrès comme une préoccupation constante et un objectif à réaliser. Aujourd’hui, les femmes restent toujours minoritaires dans toutes les instances de la fédération, malgré une légère évolution positive.

  • 3 On pouvait ainsi lire dans le texte du thème 4 adopté lors du congrès de Lille en 2010 : « Nous dev (...)
  • 4 Texte du thème 4 : État du syndicalisme et avenir de la FSU, Pour une FSU plus efficace, Le syndica (...)

14Pour les membres du secteur Femmes, étant donnée l’absence d’effets dont sont suivis ces appels répétés à plus d’égalité – la proportion de femmes dans les instances augmente en effet très peu – seule l’inscription de la parité dans les statuts permettrait d’atteindre l’objectif d’égalité que s’est fixé la Fédération. La création de l’Observatoire de la parité en 2007 n’est pas vécue comme une victoire par les membres du secteur Femmes. En effet, ces dernières ont mis en place, dès la création du secteur, un travail de veille sur la répartition des femmes et des hommes aux différents niveaux de l’organisation et ont déjà dépassé le stade du diagnostic. L’Observatoire n’a jamais trouvé de relais, ni dans les syndicats de la FSU, ni dans les autres secteurs de la Fédération. Les textes produits lors des congrès suivants, s’ils appellent à un meilleur fonctionnement de cet organe3, font également le constat du manque d’efficacité de cet outil : « L’Observatoire de la parité, dont la nécessité a été réaffirmée à Lille, n’a pas réellement fonctionné, faute d’engagement de toutes les parties de la Fédération. »4 Des mesures à même de faciliter l’implication des femmes dans la vie syndicale et de favoriser l’arrivée de nouveaux militants ont pu être prises par certaines sections académiques ou départementales, comme la prise en charge des frais de garde pour les enfants, le fait de ne pas placer de réunions à des horaires trop tardifs ou encore de favoriser le partage des responsabilités et le travail collégial pour éviter qu’une charge de travail trop importante ne repose que sur un seul individu. Ces mesures, qui ont pu localement être suivies d’effets, ne s’appliquent cependant pas de manière homogène aux différents niveaux des organisations syndicales, mais dépendent des sections académiques et départementales des organisations syndicales qui conservent un important degré d’autonomie.

15L’analyse des conditions d’entrée des femmes dans les structures militantes, ainsi que le rapport qu’elles entretiennent à l’activité syndicale apportent des éléments d’explication aux différences observées dans la répartition des femmes et des hommes aux différents niveaux des organisations syndicales.

II. Quelles modalités d’entrée dans le syndicalisme pour les enseignantes et les enseignants ?

16L’adhésion au syndicat et l’entrée dans le militantisme se sont déroulées selon différentes modalités pour les enseignants interviewés. Pour cinq des huit hommes et trois des dix femmes ayant participé à l’enquête, l’engagement syndical correspond au prolongement d’une activité militante développée pendant les années de lycée ou pendant les études au sein d’un syndicat étudiant ou d’un parti politique situé à gauche ou à l’extrême gauche de l’échiquier politique. Pour eux, l’entrée dans la profession enseignante semble moins provoquer l’engagement syndical que faciliter le prolongement d’un engagement antérieur. L’intégration des structures syndicales se fait d’autant plus facilement que les militants des syndicats étudiants et des syndicats enseignants peuvent être amenés à dialoguer et à se rencontrer dans le cadre de mobilisations ou de séances de travail thématiques. Cela a par exemple été le cas de Karl, dont les parents s’intéressaient à la politique sans pour autant militer dans un parti, un syndicat ou une association. Alors qu’il était à la tête d’une section locale de l’UNEF, il avait souvent été amené à rencontrer des militants du SNES. Comme il l’a expliqué, son entrée au secrétariat de la section départementale dans laquelle il militait s’est trouvée facilitée et accélérée par ses expériences syndicales antérieures.

17Barbara, qui occupe aujourd’hui la fonction de secrétaire académique du SNES a suivi un parcours relativement proche. Elle a également consacré beaucoup de temps à militer au sein de l’UNEF au cours de ses études et est entrée au secrétariat de sa section deux ans après son arrivée dans le syndicat. Elle est devenue secrétaire académique peu de temps après. Cependant, contrairement à Karl, les luttes syndicales ont imprégné l’enfance de Barbara. Son père, enseignant d’histoire-géographie à la retraite, a occupé le même poste qu’elle et au sein de la même section locale du SNES quelques années auparavant. Il continue aujourd’hui de militer au sein de la section des retraités. Si son père ne semble l’avoir jamais explicitement poussée vers l’enseignement et le syndicalisme ni n’a pesé auprès de ses camarades pour accélérer son parcours dans le SNES, la familiarité de Barbara avec l’univers syndical et la notoriété de son père dans la section syndicale ont facilité son intégration. Dans une organisation où les réseaux de connaissances ont un rôle structurant et où la cooptation constitue la première voie d’accès aux responsabilités syndicales, le fait de nouer des relations personnelles avec d’autres militants de l’organisation joue un rôle déterminant (Guillaume, 2007).

18Pour la majorité des femmes rencontrées, les premiers contacts avec l’organisation syndicale sont arrivés plus tardivement. La socialisation professionnelle semble avoir joué un rôle nettement plus important que pour les hommes dans l’entrée dans le militantisme. En effet, c’est par le biais de collègues militants très engagés qu’elles ont découvert le syndicalisme. Lorsqu’un syndicat est bien implanté dans un établissement et lorsque ses représentants sont actifs auprès de leurs collègues, l’action syndicale occupe un rôle essentiel dans la socialisation professionnelle des enseignants (Llobet, 2011, 73). Le parcours des femmes et des hommes interviewés, dont l’engagement s’est amorcé par une relation de proximité avec un ou une collègue, correspond globalement à deux modèles. D’une part, fortement incités par un collègue, certains enquêtés ont commencé à assister aux réunions syndicales et aux mobilisations « juste pour voir », selon leurs mots.

Au début, c’était un peu de la curiosité quand je venais aux réunions […]. Donc j’étais syndiquée, régulièrement, j’allais à certaines réunions, mais que des gros temps forts pour les préparations de congrès ou des choses comme ça, des congrès académiques. Mais j’y étais de loin. […] Et puis avec le temps, voilà, au fur et à mesure, on m’a sollicitée et puis je me suis engagée un peu plus. [Ophélie, 40 ans, professeure certifiée en EPS, militante au SNEP]

19Animés à la fois par un sentiment de déception et d’injustice face à des conditions de travail qui ne correspondaient pas à l’idée que certains enseignants s’étaient fait de la profession pendant leurs études et poussés, dans le même temps, par la volonté « de rendre service », « de donner un coup de main », ils ont décidé de s’investir dans l’organisation. L’engagement peut également subvenir suite à une prise de contact avec le syndicat, liée à un conflit avec l’administration ou des tensions au sein de l’établissement, comme cela a été le cas pour Béatrice :

J’ai eu des problèmes dans un de mes établissements. Je suis tombée sur un chef harcelant moralement, sexuellement. Ça m’a beaucoup affectée […] et j’ai cherché de l’aide auprès de mon syndicat qui m’a soutenue de façon impeccable, même s’ils avaient peu de moyens d’agir parce que c’est quand même des choses un peu difficiles. L’année d’après c’était les élections professionnelles et on m’a rappelée pour savoir si je voulais être commissaire paritaire, si je voulais figurer sur les listes alors que j’avais jamais milité, […]. Je trouvais que c’était normal de rendre service là où à moi on m’avait rendu service. Donc j’ai dit, on y va et puis en fait ça m’a passionné et j’y suis restée. [Béatrice, 38 ans, professeure certifiée en lettres, militante au SNES, en couple, deux enfants, conjoint cadre dans une entreprise, non syndiqués]

20Là encore, pour Béatrice, il s’agissait dans un premier temps « de rendre service ». La socialisation professionnelle semble jouer un rôle moins important dans l’entrée dans le militantisme des hommes. Ceux-ci ont davantage présenté leur engagement comme la mise en pratique de motifs idéologiques supérieurs en lien avec leur champ professionnel, mais aussi avec la société dans son ensemble. Les différences sexuées qui conditionnent l’entrée dans l’engagement – davantage marquée par des contingences biographiques, notamment les rencontres, pour les femmes et par des mobiles idéologiques pour les hommes – peuvent être associées à des socialisations politiques inégales, les socialisations primaires constituant un terrain plus favorable à la militance pour les petits garçons que pour les petites filles. En effet, selon Anne Muxel, la position de retrait des femmes vis-à-vis des préoccupations politiques est liée à « la prégnance d’un modèle masculin d’interprétation de l’intérêt comme de l’engagement politique » (2001, 34). L’espace professionnel apparaît donc comme un espace de politisation en mesure d’infléchir les acquis de la socialisation enfantine et adolescente pour les femmes. Il peut constituer le point de départ d’un engagement, même si celui-ci ne revêt pas toujours une dimension politique aux yeux des nouvelles syndiquées. Si la dimension genrée du rapport à la politique conditionne l’entrée dans le militantisme des femmes et des hommes, elle joue également un rôle dans le rapport que les femmes et les hommes entretiennent à l’égard de l’activité syndicale et dans leurs trajectoires militantes.

III. Un rapport à l’activité militante marqué par le genre

21Prendre la parole en public, lors des réunions du bureau, de secrétariat ou lors des conseils ou congrès au niveau départemental ou national fait partie du rôle de militant. Prendre position lors des débats permet de se faire connaître des autres militants et d’être légitimé dans ses fonctions. Il s’agit d’une dimension importante de l’apprentissage des jeunes militants (Geay, 2006, 310-311 ; Guillaume & Pochic, 2015). Au cours des différentes observations réalisées lors de réunions syndicales au niveau départemental ou national, les prises de parole des femmes étaient généralement moins nombreuses que celles des hommes. On peut par exemple observer la répartition des prises de paroles entre femmes et hommes lors des débats en plénière de la commission administrative nationale du SNES, du Conseil national du SNUIPP et du Conseil national délibératif du SNEP. En dehors des moments de congrès, ces instances prennent les décisions que requiert l’activité du syndicat.

Présents Interventions
Femmes Hommes Total Femmes Hommes Total
CAN du SNES(21 juin 2016) 45 % (38) 55 % (38) 100 % (69) 32 % (13) 68 % (28) 100 % (41)
CN du SNUIPP(11 mai 2016) 59 % (44) 41 % (30) 100 % (74) 49,5 % (46) 50, 5 % (47) 100 % (93)
CDN du SNEP(3 novembre 2016) 23 % (11) 77 % (36) 100 % (47) 17 % (19) 83 % (92) 100 % (111)

22Lors de ces trois moments d’assemblée, les prises de parole des femmes ont à chaque fois été proportionnellement moins nombreuses que celles des hommes. En outre, les sujets de leurs interventions concernaient généralement les dossiers dont elles avaient la charge et dans lesquels, après plusieurs mois ou plusieurs années d’implication, elles avaient atteint un certain niveau d’expertise. Plusieurs travaux font état de situations similaires dans d’autres champs du militantisme, soulignant une répartition inégalitaire des prises de paroles entre femmes et hommes. En effet, les femmes ont tendance à moins prendre la parole en situation d’assemblée, malgré la légitimité de leur présence et concentrent généralement leurs interventions sur quelques sujets spécifiques (Dulong & Matonti, 2007 ; Navarre, 2015).

23On peut s’interroger sur les causes de la dimension fortement sexuée de la répartition des prises de paroles en milieu d’assemblée. Les propos de plusieurs enquêtées, dont ceux de Marie, militante au SNU-IPP, fournissent une piste d’explication de ce phénomène.

Moi, toute la partie politique, je n’aime pas. Déjà, je ne suis pas à l’aise parce que je ne maîtrise pas et puis ça ne m’intéresse pas. Tu vois, le congrès, j’y suis allée : ça ne m’a pas intéressée. Débattre sur des textes pendant une demi-heure, parce qu’un mot ne va pas, moi, ça ne me plaît pas. En fait, ce qui me plaît, c’est plutôt aider les collègues, le concret. Tiens, elle, elle a un problème à ce niveau-là : […] ou, cette école-là, elle ferme et ça va être compliqué si elle ferme : ça, ça m’intéresse. Après, tout le côté politique, je n’aime pas. Ils sont obligés de passer par là, forcément. [Marie, 32 ans, professeure des écoles, militante au SNUIPP. ]

24Dans cet extrait d’entretien, Marie fait référence au congrès départemental de la FSU, qui rassemble les représentants des différentes catégories professionnelles. Les débats n’étaient donc pas directement liés au secteur professionnel de Marie mais concernaient plutôt les grandes orientations de l’action syndicale de la FSU. Comme pour l’entrée dans le militantisme, Marie et d’autres enquêtées n’associent pas l’activité syndicale à des convictions idéologiques mais davantage à des problèmes très concrets liés au champ professionnel. Les moments de débat, qui constituent le cœur du fonctionnement démocratique de l’activité syndicale et où sont fixées les orientations de l’organisation, ne représentent que peu d’intérêt à ses yeux. Le travail syndical de Marie est principalement administratif et particulièrement intense au moment de la réalisation de la carte scolaire. Elle réalise alors un travail de recueil d’informations auprès des écoles de son secteur afin d’avoir une vision précise du nombre d’élèves par école et d’identifier les besoins de chaque établissement. Les données récoltées vont permettre aux représentants du syndicat de peser dans les discussions sur les ouvertures ou les fermetures de classes. Bien que les tâches effectuées par Marie relèvent pleinement du militantisme et permettent d’instaurer un rapport de force lors des dialogues avec l’administration, son rôle dans le syndicat lui apparaît déconnecté des débats idéologiques.

  • 5 Les décharges de service, en permettant aux militants d’exercer une activité syndicale pendant leur (...)

25Dans le début de l’extrait cité, Marie évoque également son absence de maîtrise des questions politiques. Ce sentiment de manquer de compétence lorsqu’il s’agit de participer aux débats politiques ou de traiter de questions politiques est revenu régulièrement lors des entretiens et a également été évoqué au cours de moments informels, lors des pauses entre deux temps de réunion. Par exemple, Ophélie, qui milite au SNEP, a hésité à prendre des heures de décharge syndicale et à endosser les responsabilités qui les accompagnent parce qu’elle avait le sentiment de « ne pas être à la hauteur ». Le SNEP dispose d’une quotité de décharges nettement moins importante que le SNUI-PP où milite Marie5. Le travail bénévole y occupe donc une place plus importante : beaucoup de militants participent aux réunions, gèrent des dossiers, répondent aux adhérents sur leur temps personnel. Dans ce contexte, prendre une décharge, ne serait-ce que d’une ou deux heures, signifie accepter de suivre plusieurs dossiers, ce qui représente une charge de travail considérable. Ophélie craignait d’une part de ne pas pouvoir assumer la quantité de travail et d’autre part de ne pas avoir les capacités pour prendre part aux débats lors des réunions du bureau ou du secrétariat de sa section syndicale. Chez elle, le sentiment d’incompétence à l’égard des questions politiques nourrit un sentiment d’illégitimité vis-à-vis du rôle de représentante syndicale. Intervenir lors des débats et afficher ainsi clairement sa position politique n’a rien d’anodin pour les individus qui débutent une activité militante. Pour Anne Muxel, dire ses choix politiques constitue une forme de dévoilement : « tout ce qui relève de son entendement, de sa compréhension du monde, de ses arbitrages moraux, bref de “son être au monde”, est exposé. […] Les convictions constituent le noyau dur de l’identité personnelle et intime. » (Muxel, 2014, 77)

26Les moments d’assemblée que sont les congrès, les CN ou les CAN, permettent aux militants de prendre du recul par rapport à l’urgence des luttes locales et à la vision à court et moyen terme qui constituent le quotidien du travail syndical. Ils peuvent alors se questionner sur les projets de société défendus par le syndicat. En ne se saisissant pas de la même manière que les hommes de ces grands moments de la vie syndicale, les femmes manquent une occasion d’être reconnues et légitimées dans leurs fonctions de représentantes syndicales. Le travail que les femmes effectuent est moins visible, comme le travail que réalise Marie avec la carte scolaire, et a tendance à être moins valorisé. Le déséquilibre dans les rétributions que les femmes et les hommes tirent de leur engagement, notamment en termes de reconnaissance (Gaxie, 2005), peuvent affecter les rapports que les femmes entretiennent avec l’activité militante : une implication plus soutenue dans le syndicat et une montée en responsabilité risquent de leur paraître moins attractives.

27La dimension genrée des socialisations politiques pèse sur l’entrée dans le militantisme des femmes et des hommes et façonne leur rapport à l’engagement, mais leur manière d’envisager le militantisme peut aussi être influencée par le rapport qu’elles et ils entretiennent avec leur profession et la manière dont elles et ils conçoivent les différents temps sociaux.

IV. Être enseignant, être militant : des normes et des contraintes organisationnelles incompatibles ?

28Le fait de disposer de suffisamment de temps constitue une des conditions premières de possibilité de l’engagement (Sainsaulieu & Surdez, 2012, 17). Certes, les enseignants doivent faire face à une importante charge de travail, cependant l’autonomie dans l’organisation de leur temps de travail semble constituer un terreau favorable au développement d’une activité militante. En effet, ils bénéficient d’une liberté relative dans l’organisation spatio-temporelle de leurs activités : les heures de présence obligatoire dans l’établissement correspondent le plus souvent aux heures de cours. Quant au travail de préparation de cours, de correction des copies, d’organisation de projets, ils bénéficient d’une large autonomie dans sa planification. Or les femmes (notamment celles vivant en couple et/ou ayant des enfants) et les hommes interviewés ne mettent pas à profit de la même manière ces faibles contraintes horaires. Par exemple, Marie utilise la flexibilité de son emploi du temps pour passer davantage de temps avec ses enfants :

Je préfère passer du temps avec mes enfants. […] Moi, je leur ai dit tout de suite : […] je donne le temps de décharge et quand il y a besoin pour les concours, voilà. Mais je ne donne pas plus. Je ne veux pas. J’ai posé quand même les limites. […] Je fais passer ma vie de famille avant. C’est ce qu’on se disait avec Karine qui est jeune aussi. Je ne vais pas accepter des choses du syndicat que je n’accepterais pas de l’école. […] J’ai ma classe, j’ai mes enfants. C’est pour ça que je mets des barrières. C’est pareil, je ne reste pas jusqu’à 19 heures ici [dans le local syndical] tous les lundis. Enfin, c’était les conditions. Je reste jusqu’à trois heure et quart, trois heures et demie, après je vais chercher les enfants. […] Je ne fais pas les journées à rallonge et voilà. Parce que si j’étais à l’école, je ne resterais pas jusqu’à 20 heures forcément tous les soirs. Le syndicat, c’est pareil. [Marie, 32 ans, professeure des écoles, militantes au SNUIPP]

29Marie, comme d’autres enquêtées, a opté pour l’enseignement suite à une réorientation. Elle a notamment été attirée par les faibles contraintes horaires et la régularité de l’emploi du temps qui lui permettent de disposer de suffisamment de temps pour s’occuper de ses enfants sans avoir à opter pour le retrait du marché du travail ou pour le temps partiel. La profession d’enseignant, parce qu’elle permet aux femmes d’ajuster leur emploi du temps à ceux de leurs enfants, est souvent considérée comme « woman friendly » (Jarty, 2009). Les contraintes domestiques et familiales occupent un rôle structurant dans l’organisation de leur emploi du temps et l’arrivée d’un enfant affecte la manière dont elles organisent leur travail au sein de l’établissement et hors de l’établissement (Jarty, 2009). Marie a très clairement organisé son activité syndicale de manière à ce qu’elle n’empiète pas sur sa vie familiale. Dans ce cas, l’activité syndicale prend clairement la place du temps libéré sur le travail professionnel.

30Au cours des entretiens, la plupart des femmes interviewées ont désigné l’articulation du temps familial et du temps militant comme leur principale difficulté à maintenir ou à amplifier leur engagement syndical. Plusieurs d’entre elles ont expliqué que les exigences de leur vie familiale – soin des enfants ou temps partagé avec leur conjoint – déterminent les limites de leur engagement. Marie a accepté de prendre une journée de décharge parce que le temps passé au local syndical correspond au temps passé dans sa classe et n’empiète pas sur le temps qu’elle consacre habituellement à sa famille. Aussi, si elle répond négativement à la prise de responsabilité qui lui est proposée dans sa section locale, c’est parce que ses obligations familiales ne lui permettraient pas de faire face à la charge de travail supplémentaire. Le caractère potentiellement chronophage de l’activité militante va à l’encontre des facilités horaires associées au professorat : le temps de décharge accordé est généralement inférieur au temps nécessaire à la réalisation du travail syndical et le décalage s’amplifie à mesure que l’on s’élève dans les hiérarchies syndicales. Cette auto-exclusion des femmes, liée à l’organisation du travail militant, est commune à plusieurs organisations syndicales (Le Quentrec & Rieu, 2003).

31Le poids des évolutions de la vie familiale et conjugale dans l’engagement de plusieurs femmes interviewées renvoie également à la dimension genrée de l’entrée dans le militantisme des enseignants. Pour trois des femmes rencontrées, âgées d’une cinquantaine d’années ans et syndiquées de longue date sans pour autant occuper un rôle actif dans l’organisation, l’engagement est intervenu après le départ des enfants de la maison. Le fait de disposer de davantage de temps a permis à ces trois femmes de transformer leur adhésion syndicale et leurs convictions idéologiques, acquises au fil de leurs expériences professionnelles, en engagement militant. Le divorce de Jeannine, militante au SNUI-PP et la mise en place d’une garde alternée de ses deux enfants avec son ex-conjoint, a eu le même effet « libérateur » sur ses pratiques syndicales. En effet, alors qu’avant son divorce les charges familiales reposaient principalement sur elle, la garde alternée lui a apporté du temps mais l’a également débarrassée du sentiment de culpabilité et de l’impression « d’abandonner ses enfants » qui la tiraillait auparavant. Ce sentiment de culpabilité est plus important chez les femmes en couple avec une personne qui ne travaille pas dans le secteur de l’enseignement et/ou qui n’est pas syndiquée, comme c’est le cas pour Jeannine. Les entretiens réalisés avec des hommes ayant des enfants ne font pas apparaître les mêmes contraintes associées à la parentalité, que ce soit en termes de temps ou de sentiment d’obligation. Alors que la flexibilité temporelle propre à la profession d’enseignant semble constituer une condition facilitatrice à l’entrée dans le militantisme pour les hommes, il n’en va pas de même pour les femmes.

32Dans le cadre d’une vaste étude statistique sur les comportements politiques, Elvita Alvarez et Lorena Parini ont souligné le rôle négatif que pouvaient avoir les contraintes familiales et domestiques sur l’engagement militant (Alvarez & Parini, 2005, 118). Le phénomène est sans doute amplifié dans le groupe professionnel des enseignants, où les femmes ayant des enfants, comme Marie, peuvent utiliser la flexibilité horaire liée à leur profession à des fins familiales et domestiques. Ainsi, dans le cas de Marie, les facilités horaires associées à sa profession ont entraîné un partage des tâches domestiques rigide au sein de son couple, particulièrement contraignant pour elle et peu propice aux aménagements ponctuels qui lui permettraient d’organiser différemment ou de renforcer son investissement syndical. Marie-Pierre Moreau (2011) et Julie Jarty (2009) ont observé un surinvestissement des enseignantes et surtout des mères dans le travail domestique, par rapport aux hommes enseignants, même s’ils ont également des enfants. Cette autonomie dans l’organisation du temps de travail peut avoir pour effet de renforcer le caractère inégalitaire de la division du travail domestique entre femmes et hommes dans les couples d’enseignants ou lorsque la femme est enseignante.

V. L’engagement : source de réarticulation des temps sociaux et de politisation du travail

33Selon les propos de plusieurs enquêtées, le renforcement de l’engagement militant a pu entraîner un nouveau partage de tâches au sein du couple et modifier les articulations entre les temps familiaux et militants. Par exemple, le conjoint de Béatrice, militante au SNES et mère d’un petit garçon, est cadre dans une grande entreprise. Il semble avoir du mal à comprendre et à accepter qu’elle consacre nombre de ses soirées et une partie de ses weekends à travailler pour le syndicat. D’autant plus que Béatrice a commencé à s’intéresser puis à se passionner pour le syndicalisme tardivement, plusieurs années après son entrée dans le professorat et la naissance de son fils. Pour le conjoint de Béatrice, l’activité syndicale ne constituerait pas » un travail » à proprement parler, mais relèverait plutôt du loisir. L’investissement de Béatrice dans le SNES a fortement modifié l’organisation domestique et familiale et entraîné une répartition des tâches plus équilibrée. L’investissement syndical des enseignantes bouscule parfois le mode d’organisation spécifique des couples formés par une enseignante et un non-enseignant où « le caractère flexible du métier vient légitimer la faible participation des conjoints à la vie domestique et familiale » (Jarty, 2009).

34Les transformations dans la répartition des tâches domestiques et familiales, liées à la moindre disponibilité horaire des femmes, du fait du temps passé à militer et de la prise de responsabilités syndicales, semblent généralement s’opérer de manière plus fluide quand le conjoint est également enseignant et bénéficie des mêmes facilités horaires. Ainsi, Olivia, dont le conjoint est professeur des écoles, tout comme elle, a choisi de s’orienter vers l’enseignement pour disposer de suffisamment de temps pour s’occuper de ses enfants. Cependant, au fur et à mesure de la montée en puissance de son engagement militant et de l’accumulation des responsabilités syndicales, le temps auparavant consacré à des tâches domestiques ou familiales s’est progressivement transformé en temps militant, entraînant une répartition du travail domestique plus égalitaire au sein de son couple.

35Si l’entrée dans le militantisme peut transformer l’articulation des temps professionnels et domestiques de certaines femmes, elle peut également, du fait des rencontres et d’une familiarisation avec les débats et les enjeux politiques, modifier le rapport de certaines femmes à la politique. Les premiers contacts avec l’organisation syndicale ont constitué pour plusieurs militantes le début d’un processus de politisation et d’affirmation de l’identité professionnelle que l’on pourrait associer à la notion d’empowerment. Comme l’ont expliqué Marie-Hélène Bacqué et Carole Biewener (2015, 6), quelques traits communs se dégagent des différentes interprétations de cette notion qui fait à la fois référence à l’idée de pouvoir et au processus d’apprentissage pour y accéder, impliquant une démarche d’autoréalisation et d’émancipation des individus.

Je suis pas du tout rentrée par le syndicat, parce qu’il était porteur d’une certaine vision du métier et d’une certaine vision politique et tout ça. Ça vraiment, ça ne m’intéressait pas. […] J’avais pas du tout ce positionnement politique […] et c’est vrai qu’être au secrétariat académique, où c’est une instance où toutes les deux semaines on discute de l’actualité : « Bah, voilà, il y a la réforme du collège. Il y a un autre truc qui est sorti. Il y a ça, vous en pensez quoi ? Quels moyens d’action ? » Et là, je suis démunie parce que je me rends compte que je ne me suis pas construit de culture politique ou de culture idéologique. Et de fait dans les discussions avec le bureau, souvent, je ne sais pas trop quoi dire parce que moi-même, je n’ai pas encore ça. […] Bon c’est vrai, c’est un petit peu mieux. Ce n’est pas encore ça, mais c’est vrai que ça va mieux. […] Le côté politique, tout ça, je ne suis pas très bonne, mais je pense que ça va venir. [Noémie, 28 ans, professeure certifiée en lettres classiques, militante au SNES]

36Dans le cas de Noémie, le travail militant a transformé sa vision du champ politique. Les responsabilités qu’elle occupe au secrétariat de la section syndicale dans laquelle elle milite impliquent qu’elle exprime sa propre opinion et qu’elle se positionne politiquement. Cela la place dans un processus de construction intellectuelle et de construction de soi qu’elle considère particulièrement stimulantes. Aujourd’hui, malgré la surcharge de travail que représente son engagement militant et les tensions que cela suscite avec son conjoint, elle n’envisage plus l’exercice de sa profession sans qu’il ne soit complété par l’activité syndicale.

37Ce processus de politisation, qui induit une meilleure connaissance de leurs droits peut également transformer la manière dont les enseignants envisagent leur place dans l’établissement et leur rapport à l’enseignement.

Le militantisme, ça te permet d’ouvrir les yeux sur ta pratique professionnelle, sur ce qui est obligatoire ou pas, sur ce qu’on t’a demandé de faire, mais qui en fait est totalement arbitraire et que tu peux refuser. Et surtout, ça te donne un recul : tu n’es plus dans une relation hiérarchique face à ton administration. Tu es en capacité de dire non et sans sentiment de culpabilité ou sans peur. Ça te libère de la peur de la hiérarchie parce que tu sais ce que tu risques et tu sais ce qu’ils peuvent faire. Alors au début, il y a quand même une certaine gêne parce que dire non à son chef c’est quand même un peu compliqué et puis en fait après, tu t’habitues très bien. [Béatrice, 38 ans, professeure certifiée en lettres, militante au SNES]

38Le travail syndical transforme le rapport des individus à la politique et, du fait des connaissances qu’il apporte concernant les législations et les réglementations propres au monde du travail, modifie également leur rapport au travail. Le « recul » sur son expérience professionnelle que lui apporte l’activité militante permet à Béatrice de ne plus simplement subir les rapports de pouvoir au sein du lycée où elle exerce et d’y tenir un rôle beaucoup plus actif. En prenant clairement position lors des conseils d’administration de son établissement, quitte à s’opposer au proviseur, Béatrice se réapproprie toutes les facettes de sa profession et réaffirme avec force une identité professionnelle mise à mal par des conditions de travail difficiles. L’engagement constitue un espace d’expérience qui permet aux individus de se confronter à d’autres modes organisations et d’autres formes de rapports de pouvoir (Pleyers, 2013, 117). Pour Béatrice, le travail syndical l’a conduite à modifier les rapports qu’elle entretenait avec ses collègues et son administration et à envisager d’une nouvelle manière le rôle qu’elle pouvait occuper au sein de l’établissement en lui insufflant une dimension politique.

39L’engagement peut également amener les enseignants à remettre en question leurs comportements habituels dans le cadre scolaire et à transformer leurs pratiques enseignantes. Par exemple, Victor, militant au SNUIPP, a été amené à travailler régulièrement dans sa section locale avec une militante aux convictions féministes marquées. Leurs échanges l’ont amené à prendre conscience de la dimension genrée de l’organisation de la société de manière générale et de l’école en particulier. Il a décidé de transformer son travail en classe en prenant soin de faire plus de place aux figures féminines dans l’histoire et dans la littérature et de solliciter les petites filles autant que les petits garçons. Nicole Mosconi a rendu compte de la manière dont l’école participait à la reproduction des stéréotypes de genre : les enseignants, souvent de manière inconsciente, n’évaluent pas de la même façon le comportement des filles et des garçons et n’ont pas les mêmes exigences à leur égard. En outre, il semblerait que les petites filles soient moins encouragées que les garçons à jouer un rôle actif dans la classe et à exprimer un point de vue personnel. Ce « double standard », qui incite les petites filles à « rester à leur place » (Mosconi, 1994, 246-248) et encourage un comportement plus extraverti chez les petits garçons, peut être lourd de conséquences sur la socialisation future des petites filles, notamment sur leurs rapports à la politique et à l’engagement. Victor, en cherchant à mettre en pratique dans sa classe les idéaux féministes acquis dans le cadre du militantisme, essaie de faire en sorte que l’école ne participe pas à la reproduction de normes sociales genrées.

40L’espace militant, parce qu’il ouvre à de nouvelles pratiques et fournit aux syndiqués des outils intellectuels leur permettant de construire une vision plus critique de la société, façonne des dispositions de prise de conscience politique. En ce sens, l’engagement peut être le point de départ d’un processus d’émancipation des femmes au sein de la sphère familiale, professionnelle, mais aussi vis-à-vis de la politique. Si l’entrée dans le militantisme n’est pas sans effet sur les hommes, les bouleversements qu’elle entraîne dans l’articulation des temps sociaux et le rapport au monde des femmes sont d’autant plus visibles qu’elles doivent composer avec les normes de genre qui façonnent les socialisations politiques et marquent les trajectoires militantes.

Conclusion

41Ainsi dans le milieu professionnel des enseignants et dans les syndicats qui les représentent au sein de la FSU, des disparités demeurent dans l’engagement syndical des femmes et des hommes. Le rapport que les femmes entretiennent avec la sphère politique, conséquence d’une socialisation inégale des filles et des garçons vis-à-vis de ces questions, pèse sur la façon dont elles envisagent l’engagement. Davantage abordé sous l’angle du service, le militantisme qu’elles pratiquent au quotidien leur paraît déconnecté des grands débats idéologiques qui traversent la société. En outre, alors que l’autonomie relative dans l’organisation du temps de travail associée à cette profession pourrait faciliter l’entrée dans leur militantisme, la souplesse des emplois du temps vient au contraire renforcer les contraintes domestiques et familiales des femmes ayant des enfants et vivant en couple. Le modèle d’articulation travail/vie familiale qui se dessine ici se heurte aux exigences du modèle traditionnel de l’engagement militant. Ainsi, dans ce milieu professionnel pourtant très féminin, qui, comparativement à d’autres sphères professionnelles, bénéficie d’un aménagement horaire particulièrement favorable à l’engagement, les assignations de genre continuent de peser sur les trajectoires syndicales et sur le niveau d’engagement des femmes.

42Cependant, l’entrée dans le militantisme et la prise de responsabilités de certaines peut redessiner le partage des tâches et des rôles entre hommes et femmes au sein du foyer. Même si pour les femmes interviewées ces reconfigurations correspondent davantage à une nécessité liée à une trop forte pression horaire qu’à une mise en pratique d’un idéal d’égalité entre hommes et femmes, il n’en demeure pas moins qu’il s’opère alors une subversion des assignations féminines et masculines traditionnelles. Localement, des arrangements horaires permettent aux enseignantes devant composer avec des contraintes domestiques et familiales de s’engager dans le syndicat. Il s’agit certes de contrecarrer le phénomène de désyndicalisation en donnant à un maximum de syndiqués les possibilités matérielles de militer, cependant ces mesures, comme les gardes d’enfants ou le choix de certaines plages horaires pour les réunions, facilitent l’entrée dans le militantisme d’un certain nombre de femmes.

43L’engagement militant, en mettant des femmes en contact avec la sphère politique, leur permet d’accéder à des outils d’émancipation intellectuelle dont elles ont pu jusque-là avoir été privées du fait d’une socialisation politique différenciée selon le sexe. En retour, l’engagement peut modifier le sens que les femmes et les hommes donnent à leur profession en lui apportant une dimension plus politique, les amenant à occuper un rôle plus actif dans leur établissement et à devenir eux-mêmes source de prise de conscience politique vis-à-vis de leurs collègues et parfois de leurs élèves. L’engagement peut dépasser les finalités visibles du syndicalisme et déborder des cadres corporatifs et éducationnels pour questionner en profondeur les conceptions que les individus ont de leur rôle dans le cadre professionnel, dans la sphère privée, mais aussi dans la société dans son ensemble. Dans ce contexte, l’engagement syndical constitue un levier d’émancipation et d’affirmation de soi.

44En ce sens, la faible présence des femmes dans les instances syndicales constitue un paradoxe : les discours et les textes produits par les militants témoignent de leur sensibilité à l’égard des phénomènes de discrimination et sont souvent critiques envers les mécanismes sociaux générateurs d’inégalité dans la société en général et dans le système scolaire en particulier. Ce phénomène interroge d’autant plus qu’une attention croissante est accordée aux droits des femmes et à l’égalité des sexes dans les champs professionnels et politiques. En outre, la question de la présence des femmes dans les instances semble de mieux en mieux prise en charge par les directions des syndicats et de la Fédération. Elle ne fait cependant pas l’objet d’une réflexion et d’une prise en charge collectives à tous les échelons des organisations syndicales. Pour les plus jeunes militantes et militants, aux yeux de qui le féminisme agit parfois comme un repoussoir et qui partagent souvent une vision plus pragmatique et moins politisée du syndicalisme, cette problématique fait même l’objet d’un désintérêt, voire d’un rejet. Étant donné la prégnance des assignations de genre dans l’engagement syndical, ne pas penser les questions d’inégalités entre les femmes et les hommes de manière globale équivaudrait à laisser s’affirmer des processus de sélections discriminatoires à l’égard des femmes.

Profils sociaux des personnes interviewées

Prénom Âge Profession Syndicat Niveau d’engagement ou de responsabilité syndicale Situation conjugale Nombre d’enfants(s) Profession et situation syndicale du conjoint
Babette 37 ans professeure des écoles SNUI-PP cosecrétaire départementale, membre du Bureau national (SNUIPP) et membre du secteur Femme de la FSU en couple deux enfants agriculteur, non-syndiqué
Barbara 38 ans professeure certifiée en histoire-géographie SNES cosecrétaire académique d’une section local du SNES et membre de la CAN (SNES) célibatai-re sans enfant
Béatrice 38 ans professeure certifiée en allemand SNES membre du Secrétariat national (SNES) et du secteur Femme de la FSU en couple deux enfants cadre dans une entreprise, non-syndiqué.
Fabien 40 ans professeur certifié en EPS SNEP membre du secrétariat académique (du SNEP) en couple deux enfants professeure certifiée en EPS, adhérente au SNEP.
Jeannine 52 ans professeure des écoles SNUI-PP cosecrétaire départementale (SNUIPP), membre du Conseil national (SNUIPP) divorcée deux enfants
Karl 44 ans CPE SNES membre du secrétariat académique d’une section local du SNES et cosecrétaire départemental (FSU) en couple un enfant administratrice à Pole Emploi, adhérente au SNU TEFI FSU.
Louis 43 ans professeur agrégé en physique SNES membre du secrétariat académique (SNES) en couple deux enfants professeure certifiée en histoire-géographie, adhérente au SNES
Marie 32 ans professeure des écoles SNUI-PP membre du conseil syndical départemental(SNUIPP) en couple deux enfants électricien, non-syndiqué
Marc 53 ans professeur certifié en EPS SNEP membre du secréterait académique (SNEP) en couple un enfant secrétaire, non-syndiquée
Martin 32 ans professeur certifié en histoire-géographie SNES membre du secrétariat académique (SNES) en couple un enfant salariée dans le secteur de la culture, non-syndiquée
Mathieu 29 ans professeur certifié en EPS SNEP membre du Conseil académique (SNEP) célibatai-re sans enfant
Noémie 28 ans, professeure certifiée en lettres classiques SNES membre du secrétariat académique (SNES) en couple sans enfant conjoint cadre dans une grande entreprise, non-syndiqué
Olivia 52 ans professeure des écoles SNUI-PP membre du conseil syndical (SNUIPP), cosecrétaire départementale (FSU) en couple deux enfants professeur des écoles, militant au SNUIPP. 
Ophélie 40 ans professeure certifiée en EPS SNEP membre du secrétariat académique (SNEP) en couple sans enfant professeur certifiée en EPS, adhérent au SNEP
Rachel 44 ans professeure certifiée en EPS SNEP cosecrétaire académique (SNEP) en couple deux enfants professeur certifiée en EPS, adhérent au SNEP.
Rolland 55 ans professeur des écoles SNUI-PP membre du conseil syndical (SNUIPP) en couple un enfant professeure des écoles, militante au SNUIPP. 
Tiphaine 48 ans professeure des écoles SNUI-PP cosecrétaire départementale (SNUIPP), divorcée deux enfants
Victor 42 ans professeur des écoles SNUI-PP membre du conseil syndical (SNUIPP) en couple deux enfants professeure des écoles, adhérente au SNUIPP
Cette étude s’appuie sur 18 entretiens biographiques réalisés avec 10 femmes et 7 hommes syndiqués au SNES, au SNEP et au SNUIPP. Tous exercent des responsabilités syndicales, aux plans académique, départemental ou national. Agés de 28 à 55 ans, la plupart sont en couple avec enfants à charge.
Haut de page

Bibliographie

Alvarez Elvita et Lorena Parini (2005), « Engagement politique et genre : la part du sexe », Nouvelles Questions féministes, n° 24, 106-121.

Bacqué Marie-Hélène et Carole Biewener (2015), L’Empowerment, une pratique émancipatrice ?, Paris, La Découverte, coll. « Poche/Sciences humaines et sociales ».

Bargel Lucie (2005), « La socialisation politique sexuée : apprentissage des pratiques politiques et normes de genre chez les jeunes militant·e·s », Nouvelles Questions féministes, n° 24, 36-49.

Fillieule Olivier (2009), Le Sexe du militantisme, Paris, Presses de Sciences Po, coll. « Académique ».

Cohen A. et E. Vigoda (1999) « Politics and the Workplace: An Empirical Examination of the Relationship between Political Behavior and Work Outcomes », Public Productivity &Management Review, vol. 22, n° 3, 389-406.

Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques (2008), « Le Paradoxe du syndicalisme français : un faible nombre d’adhérents, mais des syndicats bien implantés », Premières Synthèses, Avril 2008 – n° 16.1, Ministère de l’Économie, de l’Industrie et de l’Emploi.

Dunezat Xavier (2004), Chômage et action collective. Luttes dans la lutte. Mouvements de chômeurs et chômeuses de 1997-1998 en Bretagne et rapports sociaux de sexe, doctorat de sociologie, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines.

Dunezat Xavier (2006), « Le traitement du genre dans l’analyse des mouvements sociaux : France/États-Unis », Cahiers du genre, hors-série.

Fusulier Bernard (2009), « Être au service et articuler travail/famille. De la double disponibilité pratique et subjective chez les professionnels de la relation », Informations sociales, n° 154, 22-30.

Gaxie Daniel (2005), « Rétributions du militantisme et paradoxes de l’action collective », Revue suisse de science politique, vol. 11, n° 1, 157-188.

Geay Bertrand (2006), « L’ordinaire du congrès », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs, n° 5, 297-321.

Guillaume Cécile (2007), « Le syndicalisme à l’épreuve de la féminisation. La permanence “paradoxale” du plafond de verre à la CFDT », Politix, n° 78, 38-63.

Guillaume Cécile et Sophie Pochic (2015), « Façade et coulisses d’un congrès cédétiste : observation d’un grand rituel de la vie syndicale », Socio-logos, n° 11.

Jacquemart Alban (2013), « Engagement militant », dans Catherine Achin et Laure Bereni (dir.), Dictionnaire. Genre et science politique, Paris, Presses de Sciences Po.

Jarty Julie (2009), « Les usages de la flexibilité temporelle chez les enseignantes du secondaire », Temporalités, n° 9.

Le Quentrec Yannick et Annie Rieu (2003), Femmes : engagements publics et vie privée, Paris, Syllepse.

Le Quentrec Yannick (2009), « Les militantes politiques et syndicales à l’épreuve du temps domestique », Informations sociales, n° 153, 112-119.

Monney Vanessa et al. (2013), « Les souffrances de la femme-quotat. Le cas du syndicat suisse Unia », Travail, genre et sociétés, n° 30, 33-51.

Moreau Marie-Pierre (2011), Les Enseignants et le genre, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Éducation et société ».

Mosconi Nicole (1994), Femmes et savoirs. La société, l’école et la division sexuelle des savoirs, Paris, L’Harmattan.

Muxel Anne (2001), « Socialisation et lien politique », dans La Dialectique des rapports hommes-femmes, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Sociologie d’aujourd’hui ».

Muxel Anne (2014), « La politique et les proches », dans Muxel Anne (dir.), La Vie privée des convictions. Politique, affectivité, intimité, Paris, Presses de Sciences Po, coll. « Fait politique ».

Pleyers Geoffrey (2013), « Les organisations des mouvements comme espaces d’expérience », dans Patricia Vendramin (dir.), L’Engagement militant, Louvain, Presses universitaires de Louvain.

Nicourd Sandrine (dir.) (2009), Le Travail militant, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Robert André (2007), Miroirs du syndicalisme enseignant, Paris, Nouveaux Regards/Syllepse.

Sawicki Frédéric (dir.) (2010), « Le rapport à l’engagement des enseignants français », Rapport final ANR ENGENS sur l’engagement des enseignants, CERAPS-Université Lille 2.

Sobel Richard (1993), « From Occupational Involvement to Political Participation: An Exploratory Analysis », Political Behavior, vol. 15, n° 4, 339-353.

Sainsaulieu Ivan et Muriel Surdez (dir.) (2012), Sens politiques du travail, Paris, Armand Colin, coll. « Recherches ».

Haut de page

Notes

1 15, 2 % des salariés du secteur public sont salariés contre 5 % dans le secteur privé (DARES, 2008).

2 On relève que c’est la « parité » femmes/hommes qui est l’objectif affiché, et non une féminisation fidèle à la composition sexuée de la catégorie d’enseignants ou même d’adhérents.

3 On pouvait ainsi lire dans le texte du thème 4 adopté lors du congrès de Lille en 2010 : « Nous devons nous donner réellement les moyens de le faire vivre »

4 Texte du thème 4 : État du syndicalisme et avenir de la FSU, Pour une FSU plus efficace, Le syndicalisme international de la FSU, des avancées à poursuivre (Congrès de Poitiers, 2013, 11).

5 Les décharges de service, en permettant aux militants d’exercer une activité syndicale pendant leur temps de travail, jouent un rôle essentiel dans la pratique de l’activité militante et sur le niveau d’implication dans l’organisation. La quotité d’heures de décharge attribuée à chaque section syndicale est calculée est fonction du nombre d’électeurs aux élections professionnelles. Ainsi, dans les sections locales étudiées, les secrétaires départementaux du SNUIPP ont en moyenne trois journées de décharge par semaine. Au SNES et au SNEP, on observe souvent un recoupement des fonctions de secrétaire académique et de secrétaire départemental. Au SNES, les secrétaires académiques bénéficient en moyenne de neuf heures de décharge par semaine et, au SNEP, où les effectifs sont nettement plus réduits, de trois heures.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Zoé Haller, « Genre et investissement syndical chez les enseignants », La nouvelle revue du travail [En ligne], 10 | 2017, mis en ligne le 09 juin 2017, consulté le 16 octobre 2017. URL : http://nrt.revues.org/3062 ; DOI : 10.4000/nrt.3062

Haut de page

Auteur

Zoé Haller

Université de Rouen, Laboratoire Dysolab

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org