Navigation – Plan du site
Recensions et notes de lecture

Recension d’Isabelle Chambost, Marc Lenglet, Yamina Tadjeddine (dir.), La Fabrique de la finance. Pour une approche interdisciplinaire, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2016, 216 p.

Nadège Vezinat

Texte intégral

1L’ouvrage collectif porté par Isabelle Chambost, Marc Lenglet, Yamina Tadjeddine propose une approche interdisciplinaire de la finance. Il est marqué par l’empreinte de l’association des études sociales de la finance, laquelle donne la parole à des économistes hétérodoxes aussi bien qu’à des gestionnaires ou des sociologues. L’introduction écrite par Olivier Godechot revient ainsi sur l’intérêt des études sociales de la finance pour proposer un « nouveau régime de connaissance » (p. 26) sur un objet qui se transforme par lui-même, mais également par les travaux produits sur lui.

2Dans ce livre, l’étude de la financiarisation donne à voir comment est fabriquée la finance. Mais les travaux présentés dans l’ouvrage s’attachent aussi à montrer ce que fabrique la finance, c’est-à-dire ce qu’elle produit tant au niveau du capitalisme contemporain qu’au niveau de la répartition des risques sociaux reportés sur les individus, ceux-là mêmes qui, en général, sont les moins à même de les supporter. Sortir d’un seul questionnement sur la finance en termes de coûts permet de déplacer le débat académique en l’ouvrant plus largement sur ses effets sociaux. Appréhendant la finance non seulement comme un échange, mais aussi comme un « lieu, champ et système de production » (p. 13), cet ouvrage présente une diversité d’études de cas et de situations mettant en jeu la finance et propose une analyse critique qui « se traduit par un dévoilement du fonctionnement des dispositifs bancaires et financiers, de leurs modes de régulation, ainsi que du processus de domination financière » (p. 14).

3Ce collectif compte 17 chapitres courts plus un avant-propos, une introduction et une postface. L’avant-propos, très utile à la compréhension d’ensemble, suggère une organisation du livre autour de 4 parties. La première partie « Remise en cause du paradigme classique dominant » montre qu’il existe parfois un décalage entre les concepts économiques dominants repris par les professionnels de la finance et le fonctionnement des marchés financiers. La deuxième partie « Analyse des dispositifs bancaires et financiers » s’intéresse à la capacité des dispositifs bancaires et financiers à orienter l’action, comme construire de la valeur financière par exemple. La troisième partie « Analyse des modes et des pratiques de régulation » se penche sur les mécanismes de productions, mais également d’interprétation des règles. La quatrième partie « Processus de financiarisation » analyse le processus de financiarisation au travers de son étendue, ses manifestations, ses effets. L’ouvrage ne présentant pas d’introduction de parties et comme il est difficile de rendre compte de 17 contributions, seuls certains chapitres seront présentés ici en se centrant plus spécifiquement sur ceux qui traitent la question du travail.

4Dans le chapitre 3, Yamina Tadjeddine analyse les organisations financières sous l’angle de l’intermédiation entre les destinataires d’un service financier fourni et ceux qui proposent ce service (ici de gestion d’actifs). Elle montre l’existence d’une incertitude sur le rendement réalisé qui empêche d’évaluer la relation établie entre le client institutionnel et la société de gestion à l’aune de ce résultat. Des dispositifs à la fois personnels (l’interconnaissance, le partage des mêmes réseaux sociaux) et impersonnels (le développement des indices) sont donc nécessaires pour normaliser, mais surtout évaluer et juger de la qualité de la gestion d’actifs effectuée. Au final, avec l’ensemble de ces dispositifs, « la marge de manœuvre du gérant est beaucoup plus faible et le rendement du portefeuille n’est plus qu’un signal parmi d’autres » (p. 57).

5Dans le chapitre 7, Isabelle Chambost déconstruit les marchés financiers en s’intéressant au rôle des analystes financiers. Leur professionnalisation ayant été de pair avec la constitution de l’espace monétaire européen, l’expertise des analystes financiers, peu à peu reconnue, construit en même temps le professionnalisme de leur activité et la valeur des uns par rapport aux autres à partir du moment où il est possible de les comparer.

6Dans le chapitre 8, Marnix Dressen étudie le système de la formation professionnelle dans les banques pour caractériser le travail bancaire et ses agents. Branche qui délivre « les diplômes sous sa propre autorité » (p. 94), la banque constitue un secteur d’activité protégé au sens où il forme un marché du travail fermé. Marnix Dressen montre une rupture marquant le déplacement du centre de gravité du back vers le front office, des banques de dépôts aux salles de marché et s’appuyant sur l’employabilité et l’adhésion à la culture d’entreprise. La formation perd alors sa vocation première de moyen de qualification pour devenir progressivement un outil de gestion des ressources humaines dans un contexte de ralentissement des recrutements extérieurs et de déconcentration de la formation.

7Dans le chapitre 9, Pascale Moulévrier interroge la place des banques coopératives de la finance en étudiant les processus de distribution des clientèles. Ces mécanismes donnent aux banques coopératives une place sociale dans la finance. Si ces banques se revendiquent toutes comme « socialement responsables », deux modèles coexistent : l’un renvoyant à des entités régionales rassemblées au niveau local (comme le Crédit Mutuel ou le Crédit Agricole), l’autre (la Caisse d’Épargne) correspondant à une banque mutualiste qui conserve un lien particulier avec l’État au travers une mission d’intérêt général.

8Dans le chapitre 11, Marc Lenglet étudie la fonction conformité dans la banque, c’est-à-dire le dispositif de contrôle interne des pratiques bancaires et financières. En analysant comment des règles peuvent devenir normes grâce à un partage de signification, Marc Lenglet étudie tout autant comment la norme advient, comment elle est mise en œuvre (via le déontologue par exemple) et comment le travail de qualification de l’implicite s’effectue. Suivre ou dévier de la règle n’a rien d’évident. Les situations ne sont en effet pas toujours claires, dans un sens ou un autre, et le rôle des responsables de la conformité est tout sauf mécanique puisqu’il consiste à réagir « à une situation dans laquelle un comportement de marché est en demande de qualification » (p. 128).

9Dans le chapitre 13, Yamina Tadjeddine étudie l’effet de la financiarisation sous l’angle de la concentration dans le territoire parisien de l’industrie financière. L’étude de la localisation de la finance donne à voir une dispersion des emplois, qui s’explique par une segmentation des métiers et des services. Historiquement basée au cœur de l’île de la Cité, « cette concentration dans le cœur économique et politique est une constante de l’activité financière, qui s’explique par sa nature – un service immatériel – mais aussi son lien avec la monnaie et le pouvoir » (p. 143). Le déplacement vers la Défense des activités financières à haute valeur ajoutée dans la deuxième partie du xxe siècle croise l’implantation au xxie siècle d’activités bancaires plus standardisées dans les périphéries populaires ou le développement des data centers implantés, en raison de critères de discrétion, de protection mais non plus de prestige ou d’accès, dans le Grand Paris. L’éclatement des lieux en fonction des tâches rattachées à chaque service ou agence permet d’analyser la localisation des activités dans la capitale en termes de segmentation et de hiérarchisation des métiers de la finance.

10Dans le chapitre 15, Jeanne Lazarus revient sur « l’intrication de la finance dans les activités productives » (p. 163) en étudiant l’influence de la finance sur l’argent du quotidien. Si les logiques financières se déploient – ce qu’on appelle la « financiarisation de la vie quotidienne » (p. 165) – les individus intègrent activement ces logiques, en les mêlant à d’autres, en les détournant aussi, en les rejetant parfois. Ce dernier cas peut alors conduire des individus, ceux qui se sont vu attribuer un score individuel trop faible, à des situations d’exclusion bancaire (refus de crédit, rejet de leurs prélèvements, inscription au fichier des incidents de paiement de la Banque de France, surendettement, etc.) ayant des effets notables sur leur vie quotidienne. Le résultat de ces travaux est de montrer « que les banques ne sont pas seulement les chambres d’enregistrement des difficultés sociales, mais que par leurs pratiques elles amplifient celles-ci » (p. 166).

11Dans le chapitre 17, le dernier de l’ouvrage, Sabine Montagne invite à « ne plus limiter l’étude de la finance à celle des marchés financiers (focalisée sur l’échange des titres financiers et la formation des prix) mais à considérer la finance comme un rapport social qui transforme les autres rapports sociaux tout autant qu’il est produit par ceux-ci » (p. 183-184). Ainsi, quand les salariés américains perçoivent de l’épargne salariale, celle-ci se substituant à une rémunération directe et ne faisant l’objet d’aucune négociation syndicale, ils transforment leur rapport au travail en déstabilisant leurs propres normes d’emploi. L’usage fait de cet argent par les employeurs qui transforment les salariés en actionnaires « du fait de leur statut de bénéficiaire d’un fonds de pension » (p. 188) produit par-là même une mise à distance des salariés.

12Au final, ce livre contribue à « dévoiler ce qui est caché dans cette nébuleuse qu’est la finance » (p. 191), chacun des chapitres se révélant un coup de sonde utile pour faire apparaître toute la complexité de ce monde social. Il n’en reste pas moins que le lecteur non averti peut vite se perdre dans la manière dont s’emboitent ou s’ignorent marchés boursiers, banques de dépôts, agences de notation, private equity, LBO… La difficulté, relevée par Michel Aglietta dans sa postface, à circonscrire la finance ne doit cependant pas empêcher de la traiter dans toute son unité. Regrettant que certains thèmes comme la monnaie, le système des paiements et des dettes n’aient pas trouvé leur place dans l’ouvrage, Aglietta insiste sur l’importance de lier les niveaux macro et micro pour analyser les différents cycles financiers.

13Cette limite tient évidemment au format collectif de l’ouvrage qui, malgré l’avant-propos des coordinateurs, présente majoritairement des chapitres non reliés entre eux. Cette dernière dimension apparaît d’ailleurs d’autant plus regrettable que, contrairement à ce que l’introduction et le titre de l’ouvrage suggèrent par « une approche interdisciplinaire », il y a peu de dialogue entre les auteurs regroupés dans le livre et la tâche consistant à faire le lien entre les chapitres demeure grandement laissée à la charge du lecteur. Ce regret n’enlève rien à la qualité et à la pertinence de cet ouvrage offrant un bon tour d’horizon de la finance.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nadège Vezinat, « Recension d’Isabelle Chambost, Marc Lenglet, Yamina Tadjeddine (dir.), La Fabrique de la finance. Pour une approche interdisciplinaire, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2016, 216 p. », La nouvelle revue du travail [En ligne], 10 | 2017, mis en ligne le 01 mai 2017, consulté le 22 mai 2017. URL : http://nrt.revues.org/3146 ; DOI : 10.4000/nrt.3146

Haut de page

Auteur

Nadège Vezinat

Université de Reims Champagne Ardenne – Regards (EA 3262) – CMH (UMR 8097)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org