Navigation – Plan du site
Recensions et notes de lecture

Marie-Chantal Doucet et Simon Viviers (dir,), Métiers de la relation. Nouvelles logiques et nouvelles épreuves du travail, Québec, Presses de l’université Laval, 2016, 203 p.

Marcel Faulkner et Marc-Antonin Hennebert

Texte intégral

1Les textes réunis dans l’ouvrage dirigé par Marie-Chantal Doucet et Simon Viviers publié aux Presses de l’Université Laval analysent sous des angles multiples les métiers de la relation d’aide aux personnes en situation de vulnérabilité. Ces professionnels (infirmiers, psychologues, travailleurs sociaux, orthopédagogues, conseillers d’orientation, etc.) exercent leur métier dans les établissements de santé et de services sociaux, dans le secteur de l’éducation, dans les milieux communautaires, et sont tiraillés entre la mobilisation des expertises, les impératifs organisationnels et la reddition des comptes dans un contexte de restrictions des ressources financières et humaines. Entre les défis que ces professionnels de la relation d’aide ont à relever et la pénurie des ressources qui caractérise leurs milieux d’intervention, il arrive aussi que les contraintes qu’ils rencontrent s’opposent au déploiement de leurs compétences et à leur éthique. Il appert que le décalage entre leur vécu professionnel et l’idéal de service qui les anime (Dujarier, 2006) crée un mal-être où s’entremêlent divers sentiments (Dejours, 2000a, 2000b, 2015). Ce malaise existentiel dépasse les formes bien connues de la non-reconnaissance des compétences et du sentiment du travail empêché (Dejours, 2000) pour atteindre l’identité même de ces professionnels, affecter leur sens des responsabilités et compromettre le caractère intangible de leur mission. Bref, c’est leur subjectivité au travail qui est ébranlée, et à travers elle la relation d’aide au cœur de leur métier qui est perturbée.

2La recherche de l’efficience organisationnelle et de la productivité à tout prix affaiblirait donc « le socle institutionnel nécessaire au travail relationnel » (p. 2), alors même que les normes managériales tentent à s’opposer aux règles des métiers et à l’éthique professionnelle de ces spécialistes de la relation d’aide. La mise en cause de leur mission et la faible considération pour leur travail sont susceptibles d’engendrer un désarroi qui ébranle leurs convictions les plus profondes. Leur désir du métier (Osty, 2002) et de bien servir en est affaibli, avec le risque que leur mal-être au travail se répercute sur les usagers dont ils ont justement le mandat de soulager la souffrance. Les équipes de travail peuvent alors suppléer aux insuffisances et aux normes organisationnelles et constituer un rempart contre l’encadrement qui préfère passer sous silence la contribution essentielle de ces professionnels pour s’attarder sur les seuls résultats mesurables de leurs interventions. Si l’empathie et le partage entre les intervenants peuvent avoir pour effet de confirmer leur volonté d’autonomie et de justifier leurs interventions, la dynamique qui règne au sein de ces équipes est aussi assujettie aux tiraillements interprofessionnels et aux rivalités interpersonnelles, ce qui rend problématique l’émergence d’une intersubjectivité capable de s’opposer aux normes organisationnelles et aux impératifs de performance chiffrée. D’où l’idée avancée par Lise Demailly dans le troisième chapitre d’un nouvel « agencement symbolique de mobilisation professionnelle » qui se situe à l’interface de sentiments multiples dont le ressentiment et le désarroi, mais aussi ceux de la responsabilité professionnelle et de la passion du métier.

3Au-delà de ces tensions, il demeure que les professionnels de l’aide aux personnes puisent leur force dans la relation qu’ils mettent en œuvre et ils trouvent dans son actualisation la capacité d’autoréguler leur travail. Ce qui suppose le maintien d’une distance protectrice dans l’action et un travail permanent de réflexivité sur celle-ci. On rejoint ici les thèses de la psychodynamique du travail (Clot, 1995) qui soulignent l’entrée en scène des individus au travail dont les capacités cognitives, affectives et relationnelles leur permettent de réinterpréter le travail et de le réorganiser mentalement, mais aussi dans la réalité, pour le rendre supportable et conforme aux représentations qu’ils en ont. Ainsi reconfiguré par l’activité des individus, le travail ne dépend plus alors uniquement des normes organisationnelles, mais relève également de l’action autonome et du pouvoir d’agir des individus (Clot, 2008). Ce travail de reconstruction prend toute sa valeur dans une logique d’appropriation du travail et de développement personnel, d’où l’importance du partage des expériences et du perfectionnement continu.

4L’analyse du discours des professionnels sur leur pratique devient ici essentielle pour comprendre le sens qu’ils donnent à leurs interventions et aux efforts qu’ils déploient pour reconfigurer leur travail en fonction des paramètres qui leur semblent les plus pertinents. Il appert aussi que malgré les dissensions professionnelles et la diversité des approches, un discours commun traverse tous les propos des intervenants et exprime clairement la primauté qu’ils accordent au relationnel contre les contraintes externes et les normes organisationnelles. Ce discours qui transcende les rivalités passagères affirme que les qualités intrinsèques de la relation d’aide constituent le socle commun de leurs professions et que l’engagement dans leur travail est une valeur que tous les intervenants partagent. L’accord sur les valeurs fondatrices de leurs professions façonne une intersubjectivité qui, par les consensus qu’il crée et les justifications qu’il apporte aux gestes qu’ils posent, les mobilise. En même temps, il leur donne la force de résister aux contraintes externes qui menacent leur intégrité professionnelle et qui pourraient dévaloriser leur travail ou le rendre impossible.

5Les onze recherches qui composent cet ouvrage sont regroupées en quatre parties. La première est consacrée aux nouvelles logiques d’action qui caractérisent les métiers relationnels contemporains. Le premier chapitre de cette partie développe une réflexion théorique menée par Marie-Chantal Doucet sur la notion d’implicite qui caractérise « l’incodifiable » (p. 13) du travail relationnel. Elle montre comment, à la suite de Yves Clot (1995, 2008), cette part de subjectivité permet aux praticiens québécois qu’elle a étudiés de composer avec les contraintes qui les confrontent et de tirer avantage des possibilités que les situations problématiques leur offrent. Autrement dit, entre la tâche prescrite et le travail réel s’interpose l’activité des intervenants qui recomposent la situation de travail pour y faire face et la faire progresser. La dynamique de l’implicite permet aux praticiens de pondérer les demandes, de prendre le temps de penser leur action et d’agir de façon personnelle, au-delà du prescrit et des procédures formelles. Elle contribue aussi à dépasser les contraintes paradoxantes des organisations (Gaudejac, 2010, 2015) et à façonner de nouvelles représentations des métiers et des institutions. En partant du fait que le travail relationnel ne peut être défini au préalable et hors contexte en raison de la complexité des situations, de l’approximation des diagnostics et de la subjectivité des praticiens, Bertrand Ravon soutient dans le deuxième chapitre que « les pratiques prudentielles » (p. 40) faites de réflexivité et de délibération collective ne peuvent engendrer un savoir cumulatif et généralisable. Elles peuvent tout au plus inventorier des pratiques acceptables aux situations problématiques qui ne cessent d’évoluer et de se transformer par l’action même des intervenants et des usagers. Ce constat, conclut-il, « donne à voir les vertus et les limites de la régulation continue à l’œuvre dans un pilotage des situations par l’aval » (p. 45).

6Lise Demailly conclut cette première partie en poursuivant la réflexion sur les tensions éthiques et pratiques qu’engendrent les oppositions entre les logiques organisationnelles et les logiques professionnelles. Ces affrontements créent, selon l’auteur, des assemblages hétérogènes de savoirs, d’habitudes et de rationalisations qui permettent aux praticiens de tenir le coup face aux imprévus des problématiques et des changements organisationnels. Mais, ce que Lise Demailly appelle les « agencements symboliques de mobilisation professionnelle », termes qu’elle préfère à ceux de culture de métier ou d’identité professionnelle, serait aujourd’hui moins efficace en raison du déséquilibre entre les métiers et les organisations. Autrement dit, ils laisseraient les praticiens dépourvus face à leur mal-être et leur fonction adaptative serait de moins en moins opérante. Deux autres facteurs sont aussi responsables de l’obsolescence de ces construits de la professionnalité. Il s’agit de la représentation de l’usager en tant qu’acteur de sa prise en charge et de la prégnance de forces externes, comme le monopole pharmaceutique. Le premier fragilise la hiérarchie de la relation d’aide, la légitimité des expertises et le positionnement symbolique des praticiens, alors que le second modifie l’ordre des pouvoirs au sein des organisations. Au final, ce n’est qu’en misant sur leurs savoirs expérientiels et en exploitant les marges de manœuvre qu’ils leur restent que les professionnels de l’aide parviennent à faire vivre leur métier.

7Composée de deux chapitres, la deuxième partie traite des tensions entre les différentes orientations professionnelles et théoriques qui influent sur la pratique des intervenants. À partir de données recueillies par l’Ordre des psychologues du Québec, Annie Jaimes, Nicolas Moreau et Katharine Larose-Hébert montrent dans le premier chapitre une tendance à une certaine standardisation des pratiques psychothérapiques qui laisse entrevoir une homogénéisation des affiliations théoriques. L’orientation théorique privilégiée par l’enseignement universitaire, les établissements de santé, les organismes de financement, et les changements épistémologiques en psychologie ne sont évidemment pas étrangers à cette tendance. Dans le deuxième chapitre de cette partie, Simon Viviers et Patricia Dionne analysent les forces organisationnelles, professionnelles et gestionnaires qui affectent la profession de conseiller d’orientation dans les écoles québécoises du deuxième cycle (enseignement secondaire). L’histoire de la profession montre que la tâche des conseillers d’orientation s’est complexifiée en raison de l’expertise qu’ils ont développée et d’une plus grande collaboration avec les autres professionnels qu’ils doivent assumer au sein de l’école. Par contre, les transformations de l’école réduisent le temps qu’ils peuvent consacrer au soutien aux élèves avec le risque de rendre marginale leur fonction fondamentale.

8La troisième partie de l’ouvrage s’attarde à la relation d’aide, dont sa dimension subjective. Elle montre que la subjectivité au travail est tiraillée par un double sentiment : un besoin d’engagement personnel d’une part, et la nécessité de résister aux structures en place qui la contraignent, d’autre part. En continuité avec le chapitre précédent sur le rôle des conseillers d’orientation en milieu scolaire, Simon Viviers et Patricia Dionne présentent dans le premier chapitre de cette partie une expérience d’analyse menée dans la perspective de la clinique de l’activité telle qu’élaborée par Yves Clot. Cette approche tente de cerner le « genre professionnel » des intervenants (Clot & Faïta, 2000) et vise à restaurer leur pouvoir d’agir. En dépit de la relation d’aide qui donne du sens à leur travail, il appert que leur métier subit une certaine « dévitalisation » en raison de la rationalisation des ressources, de la pression du temps, et de l’ajout de tâches administratives qui mettent en cause leur métier. L’entrave à l’activité désirée et à la relation d’aide telle que les conseillers la définissent et la valorisent est porteuse de souffrance et génère un sentiment d’impuissance. Un peu dans la même perspective, Thomas Périlleux analyse dans le deuxième chapitre les contradictions qui peuvent conduire les praticiens à résister et les raisons qu’ils peuvent évoquer pour sortir de ce que l’auteur nomme « l’injustice dans les équipes de travail » et « l’inconsistance du cadre institutionnel ». En prenant en considération les conditions de vie et de travail que les bénéficiaires de l’aide et les intervenants partagent, l’auteur invite à penser collectivement cette homologie des situations et à redonner vie à la parole, au temps et aux échanges interprofessionnels. Cette reconquête du travail suppose évidemment une implication subjective, mais par-dessus tout une réappropriation du socle institutionnel qui, par ses dimensions matérielles cognitives et symboliques, est capable de donner vie au travail et d’éviter aux intervenants de sombrer dans l’amertume et le désarroi. Marie-Chantal Doucet et Dominici Dubois, dans le dernier chapitre de cette partie, analysent le discours de professionnels en santé mentale en tant qu’il exprime leur subjectivité au travail. Ils soutiennent que l’engagement personnel est devenu un vecteur d’affirmation et de la réalisation de soi et qu’il constitue de ce fait un nouveau rapport au travail qui combine profession et personnalité. En prenant une certaine distance par rapport aux études sur les risques psychosociaux au travail qui mettent l’accent sur l’organisation et ses contraintes, ils tentent de démontrer que la subjectivité au travail commande une quête de sens dans laquelle « le métier devient une affaire existentielle et requiert un engagement personnel » (p. 156). Cela suppose que les intervenants soient toujours capables d’interpréter, d’évaluer et d’infléchir leur travail, et que « le vrai travail » est celui qu’ils redéfinissent et construisent par leur engagement. Or, la réalité du travail oppose à cette aspiration à l’authenticité un certain nombre d’obstacles qui rendent l’engagement ambivalent. Il en est ainsi des prescriptions institutionnelles et des normes organisationnelles qui limitent les choix possibles, des approches thérapeutiques qui sont imposées, du manque de temps qui empêche le travail véritablement clinique et du surinvestissement affectif qu’il faut contrôler pour ne pas sombrer.

9Enfin, la quatrième partie de l’ouvrage traite en trois chapitres de la mouvance du social et du politique qui influe sur les politiques de santé, le traitement des personnes vulnérables et les métiers relationnels. Dans le premier chapitre, Marie-Claude Thifault analyse le parcours d’une patiente souffrant de troubles psychiques à partir de son dossier clinique et des notes rédigées par les membres traitants. L’approche microhistorienne choisie par l’auteur permet de documenter sur une période de vingt-cinq ans les différents traitements proposés à la patiente et les bifurcations inter et transinstitutionnelles qui ont marqué sa trajectoire clinique de son hospitalisation à son insertion sociale. L’analyse du parcours clinique de la patiente a aussi permis de documenter la fragilisation de son réseau de soutien personnel et de mesurer l’étendue des dégâts de la souffrance mentale sur ses relations familiales et conjugales. Ce qui incite l’auteur à interroger les politiques en santé mentale qui ont pendant trop longtemps fait silence sur l’importance de préserver le tissu social des patients. En partant d’une étude ethnographique menée au Maroc auprès d’un organisme d’aide aux patients psychiatriques, Hicham Khabbache, Joël Candau, Nicola Luigi Bragazzi et Ismail Ramouze soutiennent dans le deuxième chapitre que le développement de l’autonomisation (self-empowerment) a des effets positifs sur les processus cliniques. Les résultats de leur recherche invitent à repenser les soins psychiatriques dans une perspective de prise en charge autogérée qui permet aux patients de jouer un rôle actif dans leur cheminement vers un meilleur état d’équilibre mental. Cela suppose évidemment une réorganisation des services et une redéfinition du rôle des intervenants professionnels pour laisser place à l’exploration par les patients de leur pathologie et à un travail de construction autonome de mécanismes de défense susceptibles d’atténuer leur malaise. Nicolas Champon s’attarde sur les souffrances qu’engendrent pour les individus les mouvements migratoires récents et sur les épreuves qu’endurent les professionnels qui leur portent assistance. Il fait l’hypothèse qu’en « cumulant les souffrances sociales et psychiques et des problématiques administratives » (p. 194) ceux qu’il appelle les migrants précaires brouillent les frontières institutionnelles et le travail clinique de ceux qui les accueillent. Au-delà des passerelles à établir entre les différents dispositifs de prise en charge et pour mettre fin aux rivalités entre les intervenants, l’auteur souhaite la mise en œuvre d’une « politique de la relation ». Celle-ci suppose un travail réflexif sur la perspective des interventions, un recalibrage des métiers, mais par-dessus tout elle commande une prise en compte de la dimension singulière de chaque migrant, de son histoire, de sa culture, de ses aspirations et de ses besoins. Il y a donc une dimension politique à la relation d’aide.

10Les textes regroupés dans cet ouvrage évitent le piège d’analyser l’activité en dehors de tout contexte social et de centrer l’analyse sur sa seule dimension subjective. On sent la présence des rapports de domination auxquels les intervenants se heurtent dans leurs tentatives de dépassement des contraintes organisationnelles, même si toutes les formes de ces rapports ne sont pas analysées (sur cette question, on peut se reporter à la recension de l’ouvrage de Dujarier et al., L’Activité en théorie, dans ce même numéro). De fait, l’ouvrage relève avec pertinence ce que Yves Clot (2016) appelle « la structure conflictuelle des rapports sociaux » dont les deux dimensions s’affrontent continuellement : une première avec ses normes instituées et une seconde « instituante » par l’activité même des individus. Ainsi, plusieurs textes montrent comment les professionnels tentent de sauver le cœur de leur métier dans une quête de sens plus ou moins oppositionnelle et qu’ils n’hésitent pas à le mettre en discussion pour le redéfinir et proposer des changements à l’organisation du travail. Par contre, on voit bien aussi que la portée de leur action se limite ordinairement à la dimension relationnelle de l’aide qu’ils apportent, et que leurs efforts débordent rarement la sphère immédiate de leur travail.

Haut de page

Bibliographie

Clot Yves (1995), Le Travail sans l’homme ? Pour une psychologie des milieux de travail et de vie, Paris, La Découverte.

Clot Yves (2008), Travail et pouvoir d’agir, Paris, PUF.

Clot Yves et Daniel Faïta (2000), « Genre et style en analyse du travail : concepts et méthodes », Travailler, vol. 4, 7-43.

Clot Yves, Bouffartigue Paul, Jean-Pierre Durand, Fortino Sabine et Arnaud Mias (2016), « Questions autour de la clinique de l’activité », La Nouvelle Revue du Travail, 9. [En ligne] http://nrt.revues.org/2900

Dejours Christophe (2000a), Travail, usure mentale, Paris, Bayard.

Dejours Christophe (2000b), « Travail, souffrance et subjectivité », Sociologie du travail, vol. 42, n° 2, 329-340.

Dejours Christophe (2015), Souffrance en France, la banalisation de l’injustice sociale, Paris, Le Seuil.

Dujarier Marie-Anne (2006), L’Idéal au travail, Paris, PUF.

Gaudelac Vincent (de) (2010), « La NGP ; nouvelle gestion paradoxante », Nouvelles Pratiques sociales, vol. 22, n° 2, 83-98.

Gaudelac Vincent (de) et Fabienne Hanique (2015), Le Capitalisme paradoxant, un système qui rend fou, Paris, Le Seuil.

Osty Florence (2002), Le Désir de métier. Engagement, identité et reconnaissance au travail, Rennes, PUR.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marcel Faulkner et Marc-Antonin Hennebert, « Marie-Chantal Doucet et Simon Viviers (dir,), Métiers de la relation. Nouvelles logiques et nouvelles épreuves du travail, Québec, Presses de l’université Laval, 2016, 203 p. », La nouvelle revue du travail [En ligne], 10 | 2017, mis en ligne le 01 mai 2017, consulté le 23 mai 2017. URL : http://nrt.revues.org/3154

Haut de page

Auteurs

Marcel Faulkner

HEC Montréal

Articles du même auteur

Marc-Antonin Hennebert

HEC Montréal

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org