Navigation – Plan du site
Recensions et notes de lecture

Jean Lojkine, La Révolution informationnelle et les nouveaux mouvements sociaux, Le Bord de l’eau, 2016, 178 p.

Jean-Luc Metzger

Texte intégral

1Dans cet ouvrage, Jean Lojkine se propose de comprendre « pourquoi les gouvernements, chargés de traduire concrètement la promesse d’une vie meilleure et d’une dignité enfin reconnue, ont-ils échoué ? » La question mérite, en effet, d’être posée. D’un côté, certains discours politiques – parfois brièvement mis en application – et certaines pratiques informelles – dont l’ampleur est souvent exagérée – font espérer en la fin des politiques d’austérité. Mais, d’un autre côté, les nouveaux mouvements sociaux (NMS), comme les Indignés, Occupy Wall Street, etc., qui affirment vouloir changer le monde, rechignent à exercer des responsabilités gouvernementales, tandis que les gouvernements « de gauche » renient sans vergogne leurs programmes anti-austérité.

2Cette impuissance collective à enrayer les processus délétères est d’autant plus regrettable qu’objectivement les transformations sociales et politiques contemporaines sont porteuses de perspectives émancipatrices pour le plus grand nombre. Mais, contrairement aux affirmations des prophètes autodésignés, ces potentialités ne deviendront des réalités largement répandues qu’à condition que se réalise la « grande alliance », que Jean Lojkine appelle de ses vœux. C’est pourquoi, il est de toute première instance de comprendre ce qui, jusqu’à présent, a empêché cette fédération des contestations de se produire.

3Certes, si cette alliance n’a pas lieu, c’est, en partie, du fait de l’intelligence et de la ruse des puissants : mais l’auteur passe très rapidement sur la capacité du néolibéralisme à profiter des divisions internes des NMS, à détourner les discours émancipateurs en instruments de gestion à son service. Non, ce qui intéresse ici Jean Lojkine, c’est d’analyser la responsabilité des NMS, des partis politiques dits de gauche et des intellectuels médiatiques dans cet échec à servir la cause du peuple. L’auteur retient principalement trois raisons combinées : a) » la profonde ambivalence qui marque la révolution informationnelle » (p. 6) ; b) les ambiguïtés propres aux NMS ; c) ainsi que la permanence de représentations politiques en décalage avec les transformations sociales et économiques.

4A) En ce qui concerne le premier point, l’auteur explique que le capitalisme, dans sa version néolibérale et informationnelle, porte en lui deux cultures : celle issue de la révolution industrielle (marchandisation, spécialisation, hiérarchisation, standardisation, consommation de masse, univers sériel) et celle, radicalement opposée, émergeant de la révolution informationnelle (« échanges non marchands, relations de coopération, de don/contre-don entre collectifs de travailleurs et de citoyens », p. 6). Cette ambivalence, faute d’être clairement identifiée par ses acteurs et ses commentateurs, est une aubaine pour le capitalisme qui, prétendant s’être métamorphosé, ne fait que maquiller la permanence des rapports de production et de domination sous les atours de « LA “société informationnelle”, la société du “partage”, de l’économie “collaborative”, des relations horizontales entre petits groupes de pairs » (p. 7). Ce nouveau bluff technologique agit dans deux directions complémentaires : il voile la nécessité de continuer à raisonner en termes de lutte contre « la division taylorienne ou fordienne du travail » ; et il fait oublier les potentialités émancipatrices de la « révolution informationnelle » qu’il ne faut surtout pas réduire à sa dimension technologique. Au passage, l’auteur dénonce la tendance chez de nombreux analystes à voir dans les NTIC des acteurs inhumains. Non seulement les réseaux n’agissent pas, mais la révolution informationnelle est distincte de l’emploi massif des dispositifs informatiques. Fondamentalement, « la technique n’a rien à voir ici » (p. 19), car « la révolution informationnelle, c’est d’abord un certain rapport social de co-production de sens, un “échange (non marchand) d’informations” » (p. 18). Ce qui est vraiment nouveau, important, porteur de potentialités, c’est bien la « confrontation plurielle de plusieurs interprétations de sens » (p. 18). Ainsi comprise, la révolution informationnelle pourrait remettre en cause la division du travail élitiste entre conception (source des connaissances) et exécution (réception passive et univoque d’informations). Mais, en lui-même, l’emploi massif des NTIC ne possède aucun caractère émancipateur. En effet, bien que « l’usage social de l’informatique ouvre des potentialités inédites, mais contradictoires, aux acteurs humains […], le capitalisme a transformé ces possibilités de démocratie directe, de partage, […] en une division élitiste entre une minorité de décideurs-concepteurs et une masse d’exécutants, même s’ils sont aussi très qualifiés » (p. 21).

5B) Quant à l’ambivalence des NMS, elle est largement sous-estimée par les nombreux observateurs et intellectuels médiatiques qui partagent avec les activistes des places « le “rêve” d’un mouvement “spontané” qui ne devrait rien aux mobilisations des syndicats et des partis de gauche » (p. 24). Or cette défiance systématique à l’égard des organisations politiques et syndicales empêche de faire converger les actions de ceux qui veulent contrôler les banques et les institutions financières. Autre source d’ambiguïté au sein des NMS : la composition sociale et les « compétences politiques » de ces mouvements sont très variables en fonction des lieux, des moments, des pays. D’autant que « la force de l’idéologie néolibérale […] tient aussi par une adhésion consciente d’une grande partie des jeunes diplômés, mais aussi des jeunes ouvriers, à l’individualisme marchand, identifié à l’autonomie individuelle » (p. 91). Loin de réunir en une même intention une multitude d’individus égaux, les NMS font coexister en leur sein « une élite intellectuelle engagée dans un débat théorique et macroéconomique avec l’orthodoxie économique » et « une masse d’activistes » moins familiers avec ce type de débats (p. 69).

6Dans ce cadre, on ne voit pas comment les potentialités émancipatrices des usages inventifs des NTIC pourraient déboucher, comme par magie, sur une sorte de « communisme informationnel ». C’est pourtant ce que prophétisent « les tenants du capitalisme cognitif, [pour qui] l’évolution (spontanée) du capitalisme conduirait progressivement à éliminer le travail vivant comme source de valeur » (p. 41). Or, rappelle Jean Lojkine, les potentialités de la société informationnelle demeurent sous l’emprise brutale et destructrice des critères de la gestion, notamment financière. Ainsi, les rares expériences de « conversion » des idéaux autogestionnaires en pratiques de gouvernement (Syriza en Grèce) manifestent, avant tout, « l’échec de l’alternative anti-austéritaire » (p. 61), face à la volonté des « dirigeants européens de “donner une leçon politique” aux États récalcitrants, susceptibles, comme la Grèce, de remettre en cause la politique néolibérale » (p. 63).

7Alors, plus modestement, les NMS, par leurs dynamiques, leur fonctionnement interne, les expérimentations autocentrées qu’ils développement, montreraient-ils la voie aux partis politiques classiques ? Pas vraiment, nous dit Jean Lojkine pour qui « la classe dirigeante continue à monopoliser le recrutement des cadres supérieurs des appareils politiques et médiatiques » (p. 63).

8C) En ce qui concerne le troisième point (les conceptions erronées concernant le monde du travail actuel), l’auteur insiste sur la persistance de représentations partagées par les promoteurs du capitalisme et par ses détracteurs. En effet, au fur et à mesure de son développement, le capitalisme n’a cessé d’engendrer d’immenses quantités de travail dans le secteur des services, tout en considérant les travailleurs de ces secteurs comme « improductifs », leurs revenus étant supposés prélevés sur la « valeur » créée par les travailleurs « productifs ». C’est qu’en effet, « la mesure capitaliste de la valeur par le quantum de temps travaillé » entre frontalement en conflit avec les « critères de l’efficacité du travail informationnel » (p. 8), lequel ne se limite pas aux experts en informatiques ou en télécommunications.

9Ce paradoxe prend, dans le capitalisme informationnel, un relief accru : alors que sa dynamique même fait croître l’importance des « services de “développement de l’humain” (formation, science, culture, santé) », le capitalisme les considère toujours comme « des dépenses improductives, voire parasitaires, qu’il faut prioritairement diminuer ou supprimer » (p. 9). L’un des exemples emblématiques de cet acharnement à détruire les institutions non marchandes réside dans l’immense effort de privatisation et de vente par appartements des services publics. De plus, pour maintenir son emprise, le capitalisme informationnel entretient la croyance selon laquelle les différentes catégories de travailleurs seraient structurellement en conflit : cadres contre ouvriers, fonctionnaires contre salariés du privé, stables contre précaires, etc. Or, cette représentation est partagée par les partis politiques communistes et sociodémocrate pour lesquels, seuls les ouvriers de production des entreprises privées sont créateurs de valeurs. De même, l’implacable division entre activités productives et improductives structure toujours les différentes compatibilités et fonde les rapports de domination et d’exclusion. Ainsi, « les ministères dits dépensiers (en main d’œuvre, en fonctionnaires) sont considérés par les néolibéraux comme la variable d’ajustement pour les politiques d’austérité budgétaire, les coupes claires dans les effectifs publics » (p. 43).

10Pourtant, nous dit Jean Lojkine, ces conceptions sont totalement décalées par rapport aux évolutions du capitalisme : non seulement, une partie croissante des « ouvriers » exerce des tâches autrefois confiées aux cadres (« gestion, maintenance, organisation du travail »), mais surtout, une partie des cadres et professions intellectuelles – tout particulièrement, mais pas seulement, parmi les jeunes diplômés –, voit son statut se précariser et ses fonctions taylorisées. Le développement même du capitalisme, les réaménagements incessants des formes de l’exploitation, notamment par l’emploi massif des NTIC et des nouvelles formes d’organisation du travail, tous ces éléments contribuent à rapprocher le vécu et les conditions objectives de vie de l’ensemble des travailleurs. C’est pourquoi, soutient l’auteur, il faut « construire une nouvelle identité de classe : un salariat multipolaire, sans hégémonie de la composante ouvrière ou de la composante cadres » (p. 46).

11Si les partis politiques et les organisations syndicales ont jusqu’ici fait la preuve de leur incapacité à aller dans cette voie, les NMS pêchent par excès d’utopisme. En effet, cherchant à lutter contre le néolibéralisme, ils se caractérisent par un « rejet radical de tout ce qui est mesure “comptable” des activités informationnelles » (p. 50) et « évitent d’affronter directement la logique de l’appropriation capitaliste privée » (p. 118). Or, « le simple rejet “moral” de la financiarisation de la vie humaine ne suffit pas » (p. 50), pas plus que l’évocation, voire l’invocation des « communs ». Il faut être capable d’identifier le caractère totalement arbitraire des choix politiques inscrits dans le détail même des dispositifs de gestion, des indicateurs macroéconomiques, de la comptabilité financière. Ce qui nécessite d’instiller l’esprit critique au cœur même des manufactures d’experts (écoles d’ingénieur, de commerce, d’administration, etc.) et d’étendre au plus grand nombre les capacités de « démystifier la représentation techniciste, neutraliste, “apolitique” du discours économique dominant » (p. 78). Dans le prolongement de ses précédents travaux (Le Tabou de la gestion, 1996), Jean Lojkine suggère qu’il faudrait élaborer « de nouveaux critères de gestion, alternatifs aux critères de profit et de rentabilité », ce qui demandera « un – LONG – travail commun, inscrit dans la durée, entre syndicalistes, salariés, usagers et économistes professionnels » (p. 81).

12C’est sur de tels objectifs concrets, qui demandent du temps, de la patience, des apprentissages mutuels, que pourraient se rencontrer cadres, experts, ouvriers et employés, appartenant à différents pays. Cela leur donnerait, peut-être, l’occasion de « dépasser le clivage entre LE politique, comme expression des passions contestatrices, et LA politique comme mode de gouvernement des hommes » (p. 163). C’est, en somme, en réglant les contraintes organisationnelles de la coopération, tout en anticipant sur les conséquences sociales du fait gestionnaire, que pourraient être expérimentées des manières alternatives de penser le vivre ensemble : « l’écoute de l’autre, l’évitement des leaderships de la parole rhétorique, […] la démocratie directe non élitiste » (p. 168).

13Passant l’évolution socio-économique au crible d’une analyse critique toujours à l’affut, l’auteur nous livre ainsi, moins un modèle d’action clés en main, qu’un regard lucide et bienveillant sur d’innombrables tentatives pour sortir du néolibéralisme. Identifiant leurs limites, son livre a le grand mérite de pointer les ambigus structurels qui les minent, notamment, le fait de partager des aspirations et des représentations avec les tenants du néolibéralisme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Luc Metzger, « Jean Lojkine, La Révolution informationnelle et les nouveaux mouvements sociaux, Le Bord de l’eau, 2016, 178 p. », La nouvelle revue du travail [En ligne], 10 | 2017, mis en ligne le 01 mai 2017, consulté le 25 juin 2017. URL : http://nrt.revues.org/3171 ; DOI : 10.4000/nrt.3171

Haut de page

Auteur

Jean-Luc Metzger

Sociologue, chercheur associé au centre Pierre Naville et au CNAM – LISE

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org