Navigation – Plan du site
Recensions et notes de lecture

Julian Mischi, Le Bourg et l’Atelier. Sociologie du combat syndical, Marseille, Agone, coll. « L’ordre des choses », 2016, 400 p.

Charles Berthonneau

Texte intégral

1Avec Le Bourg et l’Atelier, Julian Mischi part d’une sociologie du militantisme à la CGT pour s’inscrire dans le cadre d’une réflexion plus large sur les rapports entre « la gauche » et les classes populaires, qu’il avait déjà commencée avec ses travaux sur le Parti communiste français (PCF). Alors que le fonctionnement du champ politique repose sur la marginalisation des fractions sociales dominées les moins dotées en capital culturel – ce que Daniel Gaxie appelait le « cens caché » –, c’est la capacité de ces organisations à entraver la reproduction de ces inégalités et susciter l’engagement des classes populaires qui intéresse Julian Mischi. Le succès de l’entreprise communiste reposait ainsi sur sa capacité à offrir un support d’émancipation pour les ouvriers, en leur permettant d’accéder à un statut de porte-paroles légitimes normalement réservés aux membres de classes supérieures. Avec l’effondrement du PCF et sa prise de distance avec « la classe ouvrière », notamment dans ses stratégies de formation de cadres militants, la gauche a perdu ses ancrages sociaux au sein des classes populaires aujourd’hui largement démobilisées, et le champ des luttes politiques est redevenu le domaine réservé des classes supérieures.

2Dans ce contexte, la CGT apparaît comme une des rares organisations militantes capable d’offrir un espace de politisation et de mobilisation pour des membres de classes populaires, tout en continuant de se situer dans l’héritage communiste du mouvement ouvrier. Il semble donc logique que Julian Mischi, après avoir analysé comment le communisme, dans sa version partisane, s’est « désarmé » en se coupant de sa base populaire, se penche désormais sur la CGT pour poser une question simple : « Pourquoi et comment des ouvriers continuent-ils à militer malgré la force des processus favorisant leur exclusion politique ? » (p. 8). Pour cela, il s’appuie sur une enquête ethnographique au sein du syndicat CGT d’un atelier de maintenance de la SNCF, implanté en milieu rural, où militent essentiellement des ouvriers d’exécution. Ses résultats viennent remettre en question le constat de crise de reproduction du militantisme ouvrier qui s’est imposé comme allant de soi, notamment depuis les enquêtes de S. Beaud et M. Pialoux auprès des ouvriers de Peugeot à Sochaux-Montbéliard, dans les années 1980-1990. Alors même que les nouvelles générations ouvrières sont souvent présentées comme réticentes à l’égard de l’engagement syndical, privilégiant des modes de sortie par le haut des mondes populaires, Julian Mischi souligne au contraire les formes de maintien et de recomposition d’une contre-culture militante propre à la CGT chez ces ouvriers.

3Les deux premiers chapitres nous proposent de « comprendre les soubassements sociaux du militantisme » à la CGT (p. 30). Le chapitre 1 revient sur les réorganisations managériales promues par la direction depuis les années 1990, pour souligner en quoi elles structurent les clivages de classe au sein de l’entreprise. Ces réorganisations impliquent une soumission accrue aux objectifs de rentabilité, un contrôle plus étroit sur le travail, une individualisation de la relation salariale (primes, intéressement, etc.), ce qui a des effets néfastes sur les relations de travail, « l’ambiance », avec notamment une remise en cause des libertés prises par les ouvriers sur la discipline (« perruque », repas partagés dans l’atelier, etc.). On retrouve des processus similaires à ceux observés dans l’industrie, mais les ouvriers ont ici conservé plus de protections par rapport à ces restructurations, ce qui permet le maintien d’une « culture d’atelier » qui se construit à partir d’une opposition entre exécutants et encadrement, « manuels » et « intellectuels ». Ce sont bien ces clivages qui structurent la configuration syndicale dans l’atelier puisqu’on a d’un côté la CGT, qui a son assise parmi les agents d’exécution, et de l’autre l’UNSA, composée essentiellement de cadres et d’agents de maîtrise favorables aux réorganisations managériales.

4Dans le chapitre 2, Julian Mischi complète l’analyse des ancrages sociaux du syndicalisme CGT en resituant les militants par rapport aux relations qu’ils entretiennent à l’extérieur de l’entreprise, ce qui l’amène à constater un « renforcement des ressources liées à l’autochtonie » (p. 92). Les militants du syndicat CGT sont ainsi majoritairement issus de familles cheminotes de la région, pour qui la syndicalisation correspond à un moment de stabilisation dans leur trajectoire, avec notamment le mariage et l’accès à la propriété. À l’inverse, les jeunes embauchés, qui habitent la capitale régionale, plus éloignée de l’atelier, sont moins attachés à cet univers professionnel et par conséquent moins enclins à se syndiquer. Il en va de même pour les enfants de familles agricoles, qui, en raison de leurs attaches familiales en dehors de l’entreprise, sont moins disposés à s’engager syndicalement, et sont même souvent perçus comme des « jaunes » par les militants. Ces deux premiers chapitres posent donc les termes des contradictions de classes qui structurent l’engagement syndical : le militantisme à la CGT porte ainsi la voix d’ouvriers qui peuvent s’appuyer autant sur une « culture d’atelier » qu’un fort capital d’autochtonie pour s’opposer aux restructurations managériales portées par des cadres qui, quant à eux, sont étrangers à la région.

5Les deux chapitres suivants nous proposent une plongée dans les sociabilités militantes et le travail de façonnage organisationnel à travers lequel se construit une « éthique militante » (p. 146) propre à la CGT. « On n’est pas une amicale de pêcheurs à la ligne », telle est ainsi résumée par les militants l’attitude à adopter au sein du syndicat, qui prend sens dans une logique de distinction vis-à-vis des autres organisations syndicales, réputées faire du « copinage ». « Un “bon” délégué agit non pas en son nom propre, mais au nom de l’organisation qu’il représente » (p. 165). Les militants CGT revendiquent une démarche plus rigoureuse, où les délégués doivent répondre aux attentes d’une organisation, dans le respect de la hiérarchie, afin d’éviter la personnalisation des relations militantes. Ce rapport à l’organisation recouvre un sens politique, que les militants tâchent de faire vivre aussi dans leur travail de représentation face aux dirigeants. Leur défi est alors d’aller « au-delà du “PQ qui gratte” » (p. 185), c’est-à-dire de ne pas réduire leur champ d’intervention à des questions purement matérielles pour au contraire les relier à des enjeux d’ordre politique et des principes idéologiques qui dépassent le cadre strict de l’atelier.

6Le chapitre 4 s’intéresse plus particulièrement au travail de délégué et au rapport à la mobilité sociale suscité par le statut de permanent. Grâce à l’approche ethnographique, Julian Mischi nous apporte ici une lecture très riche des processus contradictoires qui sous-tendent les rapports de délégation en milieu populaire. Ainsi, bien que ces permanents accèdent à des responsabilités qui les amènent à quitter le travail ouvrier, ils continuent d’une part d’être reliés à l’atelier, mais aussi immergés dans les espaces ruraux où s’entretiennent les sociabilités populaires. Ils demeurent par conséquent exposés aux remarques stigmatisant les « planqués » et de manière générale à toutes les marques de suspicion que suscite leur promotion sociale. Ces liens assurent donc aux salariés tout un ensemble de moyens informels par lesquels ils peuvent imposer un certain contrôle indirect de l’activité des permanents, qui doivent sans cesse rendre des comptes s’ils veulent conserver la légitimité de leur statut. L’étude de ces sociabilités militantes remet clairement en question « l’idée d’une tendance générale à la clôture des collectifs syndicaux, qui fonctionneraient de manière autonome sur un registre “professionnel” déconnecté des milieux populaires » (p. 18). Aussi, le processus qui les voit progressivement prendre ces responsabilités ne se fait pas sans accroc ni hésitation, puisque cela suppose aussi de se confronter à des tâches intellectuelles qu’ils ne sont pas particulièrement disposés à assumer, en raison de la fragilité de leur capital scolaire. « Cette acquisition [d’un savoir-faire militant] est loin d’aller de soi, elle se gagne au prix du retournement d’une domination subie dans le système scolaire puis professionnel » (p. 253). Cependant, on peut regretter le fait que l’auteur se concentre surtout sur ceux qui accèdent à des responsabilités militantes, si bien que les effets d’incompétence statutaire, en ce qu’ils amènent à se tenir en retrait dès lors qu’il s’agit de s’investir dans des pratiques militantes, sont peu renseignés. Julian Mischi ne nous dit pas non plus grand-chose sur la manière dont le fonctionnement du collectif militant participe à reproduire des inégalités en son sein (si on excepte l’incise succincte sur les difficultés des femmes à accéder à des responsabilités dans ce syndicat sous hégémonie masculine).

7Enfin, le chapitre 5 étudie les formes de reconversion de ce capital militant dans les luttes politiques au niveau local. En suivant les engagements des militants cheminots en dehors de l’entreprise, on découvre ainsi en quoi ce qu’ils ont appris dans le cadre du syndicalisme est mobilisé au sein d’autres structures d’engagement. Julian Mischi suit notamment le cas d’un délégué CGT très actif au sein de la FCPE, où il tâche d’imprimer à ce collectif une vision protestataire et politisée de l’action collective, ce qui permet de comprendre en quoi les savoir-faire et la culture militante propre à la CGT irriguent d’autres réseaux militants au sein de la localité. Le capital militant qu’ils ont pu acquérir par le syndicalisme leur permet aussi de contester le pouvoir des classes supérieures à fort capital culturel, que ce soit au sein des structures interprofessionnelles de la CGT, où ils s’opposent à des syndiqués issus de métiers intellectuels, ou au sein des compétitions électorales de la municipalité. La partie concernant les rapports de force au sein de la CGT est très intéressante dans le sens où elle permet de compléter l’étude des logiques de distinction à travers lesquelles les militants cheminots donnent sens à leur engagement. On comprend alors que ce dernier se construit selon un rapport populaire au politique, qui déprécie « les intellectuels qui se paluchent » (p. 317), réputés profiter de leur statut pour tenir des positions « révolutionnaires », au mépris du « sens de l’organisation », mais aussi selon un rapport masculin à partir duquel s’opère la critique du « syndicalisme de service » ; ils critiquent ainsi des militantes de l’union locale qui animent des permanences juridiques adressées à des salariés isolés travaillant dans des secteurs précarisés. Selon eux, ces militantes tiennent un « bureau des pleurs » et expriment une approche du syndicalisme incompatible avec la démarche revendicative qu’ils défendent, « valorisant la figure, implicitement masculine, du gréviste » (p. 311).

8Ce dernier chapitre est surtout décisif pour comprendre en quoi le syndicalisme procure des compétences politiques qui s’expriment par l’acquisition d’un sentiment d’autorité en matière de politique dont sont généralement privées les classes populaires. « L’engagement dans un syndicat procure des ressources collectives et une confiance en soi pouvant compenser partiellement les effets de la faiblesse des ressources scolaires et économiques des militants d’origine modeste. Il constitue une source de résistance aux processus d’exclusion politique des classes populaires » (p. 359). Il s’agit d’un aspect central du propos de Julian Mischi, qui vise ici toute une partie de la gauche radicale qui entretient une critique sévère à l’encontre des organisations, en les présentant d’abord comme des structures de domestication des luttes. Pour les classes populaires, ces structures organisationnelles sont plutôt saisies comme des moyens nécessaires pour s’opposer aux logiques des rapports de domination de classe qui les cantonnent généralement au silence.

9Les apports de la démarche ethnographique qui se propose de saisir le syndicalisme « par le bas » (p. 9) apparaissent dans cet ouvrage de manière saillante. Cette méthode qui permet de dépasser les cloisonnements imposés par les logiques du champ académique (entre sociologie du travail, des relations professionnelles, des mouvements sociaux, de la famille, etc.) permet de retranscrire la complexité de l’expérience de ces ouvriers et de leur rapport ordinaire à la politique, en les resituant « dans le cadre de liens sociaux, d’expériences de domination et de solidarité vécues au travail ou encore de fréquentations amicales et familiales » (p. 9). Cette démarche permet d’aller à l’encontre des préjugés entretenus sur les classes populaires de milieu rural, trop souvent associées au repli identitaire et au vote en faveur du Front national, pour montrer en quoi leur expérience peut être solidaire d’un engagement à gauche, en faveur de valeurs progressistes. Surtout, l’enquête de Julian Mischi nous rappelle que loin d’avoir disparu, les modes de politisation et de subjectivation propres aux classes populaires continuent d’alimenter le registre protestataire du militantisme à la CGT.

10Avec cette enquête, Julian Mischi souligne le rôle primordial de la matrice syndicale dans la création d’opportunités de politisation pour des membres de classes populaires ; cependant, il se garde bien d’idéaliser la portée de ces engagements, en rappelant qu’ils concernent avant tout les fractions hautes des classes populaires, celles qui, comme les cheminots, peuvent jouir d’un statut qui leur confère une certaine protection à partir de laquelle il est plus facile d’entrevoir l’investissement dans des responsabilités militantes. Mais, alors que le message de Julian Mischi semble vouloir insister pour souligner les formes de recomposition du militantisme syndical à la CGT, sa démarche a l’inconvénient de se focaliser sur un groupe, certes central dans l’organisation, mais qui est aujourd’hui sur le déclin en terme de nombre d’adhérents. On aurait ainsi aimé qu’il renseigne un peu plus en détail les rapports que ces cheminots entretiennent avec des fractions basses de classes populaires au sein des structures interprofessionnelles de la CGT, et qui travaillent dans les secteurs de services, comme dans le commerce, une fédération de la CGT qui a vu ses effectifs doubler depuis la fin des années 1990 ; il aurait ainsi pu éclairer les voies par lesquelles la contre-culture propre au militantisme CGT chez les cheminots peut se reproduire dans des univers professionnels plus fortement précarisés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charles Berthonneau, « Julian Mischi, Le Bourg et l’Atelier. Sociologie du combat syndical, Marseille, Agone, coll. « L’ordre des choses », 2016, 400 p. », La nouvelle revue du travail [En ligne], 10 | 2017, mis en ligne le 01 mai 2017, consulté le 23 mai 2017. URL : http://nrt.revues.org/3173

Haut de page

Auteur

Charles Berthonneau

Doctorant, LEST

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org