Navigation – Plan du site
Recensions et notes de lecture

Georges Benguigui et Dominique Monjardet, Les Classes moyennes en débat, Presses universitaires des Paris-Ouest, 2016

Paul Bouffartigue
Référence(s) :

Georges Benguigui et Dominique Monjardet, Les Classes moyennes en débat, Presses universitaires des Paris-Ouest, 2016

Texte intégral

1Si G. Benguigui a pris l’initiative de rassembler et de publier cette douzaine d’articles parus pour la plupart entre 1984 et 1990 autour de la question – très débattue à l’époque dans le milieu des sociologues – des classes moyennes, c’est, comme il l’explique dans une présentation substantielle de l’ouvrage, pour deux raisons : d’abord, afin de rendre hommage à son collègue et ami, disparu en 2006, avec lequel il a travaillé pendant près de 20 ans (des années 1960 aux années 1980) ; ensuite, du fait du « goût un peu amer, un goût d’incomplétude » que lui laissent les publications plus récentes sur ces classes moyennes. On le suivra volontiers sur ce plan. Non seulement le discours politico-médiatique à leur propos n’a jamais été aussi abondant et caricatural, mais la littérature académique à leur sujet est devenue à la fois rare et faible théoriquement.

2En effet, ces catégories sociales n’ont jamais été autant courtisées par le personnel politique, comme on le voit aussi bien aux USA – où Barak Obama crée dès sa première élection à la présidence une commission qui en traite –, qu’en France – où, par exemple, Laurent Wauquiez, pourtant major de promotion de l’ENA et « homme politique très cultivé » peut se permettre de décrire la société française comme composée à 70 % de classes moyennes, seuls les « rentiers » (en haut) et les « assistés » (en bas) en étant exclus. Quant aux sociologues, en dehors que quelques exceptions que G. Benguigui mentionne – les travaux de Serge Bosc, les nôtres – il considère à juste titre que la plupart d’entre eux ont renoncé aux exigences de rigueur théorique qui singularisaient les controverses des années 1970/1980. Par exemple, chez Louis Chauvel, dans les Classes moyennes à la dérive, ce sont des outils descriptifs qui remplacent la nécessité d’une définition. Et chez Jean Lojkine, la thèse de l’Adieu à la classe moyenne et la construction théorique qui la sous-tend sont fragilisées par une définition si extensive du « salariat informationnel » qu’elle inclue le travail relationnel et qu’elle conduit à gommer les inégalités de classe qui traversent ce vaste salariat. G. Benguigui a donc raison de critiquer les faiblesses théoriques des définitions sociologiques dominantes : qu’elles soient fondées sur les revenus, les sondages sur les sentiments d’appartenance sociale, ou même sur les professions et catégories socioprofessionnelles de l’INSEE, ces approches sont fondées sur une « sorte de contradiction […] presque un oxymore entre le mot “classe” et le mot “moyenne” », puisque la notion de classe, « pour la majorité des sociologues implique à des degrés divers, rupture et opposition, rapports de classe, rapports sociaux de production et de pouvoir, alors que la moyenne évoque des rangs, un continuum, une ou des échelles, une stratification sociale » (p. 28).

  • 1 Paul Bouffartigue (dir.) ([2005] 2015), Le Retour des classes sociales. Inégalités, dominations, co (...)

3On ajoutera que ces faiblesses, loin de ne toucher que la question des classes moyennes, concernent l’ensemble de l’espace des classes. Elles renvoient à des raisons multiples et profondes, que j’ai tenté pour ma part de mettre au jour et d’affronter, en incitant les sociologues à renouer avec les ambitions théoriques de toute approche classiste tout en ajustant ces ambitions aux nouvelles configurations de classe associées aux implications de la mondialisation et à la financiarisation du capitalisme contemporain1. Il suffit de citer le recul du rôle de l’État-nation – cette matrice des (anciennes) classes – dans le contexte de la mondialisation et de la montée des instances étatiques transnationales ; l’implosion de la classe ouvrière ; ou encore l’anonymisation des détenteurs des capitaux : les difficultés traditionnelles de définition et d’appréhension des classes moyennes sont aiguisées dans un contexte historique où c’est l’ensemble de l’espace des classes et de leurs conflits qui est devenu rebelle aux approches classistes classiques. Et on regrettera seulement que G. Benguigui soit resté en quelque sorte à mi-chemin dans sa stimulante présentation, en ne s’engageant pas dans ces débats actuels.

  • 2 Cet article est paru initialement en 1982 dans la Revue française de sociologie, les quatre autres (...)

4Cette présentation est suivie de sept articles signés par D. Monjardet et/ou G. Benguigui, et de quatre articles d’autres sociologues qui réagissent de manière plus ou moins critique à la contribution initiale et centrale des deux auteurs – » L’utopie gestionnaire. Les couches moyennes entre l’État et les rapports de classe2 ». S’y ajoute un bref texte de P. Tripier, extrait d’une allocution prononcée lors de la journée d’hommage à D. Monjardet peu après la disparition de ce dernier. Il aurait été utile ici de davantage expliciter le contexte ou le champ qui était celui de la controverse scientifique de l’époque à propos des classes moyennes. G. Benguigui y fait rapidement allusion quand il évoque « l’influence du discours ambiant, notamment celui du PCF, qui parlait à cette époque de couches à propos de ces groupes intermédiaires, refusant d’y voir une classe » (p. 35). Car c’est avant tout par rapport au cadre de référence marxiste et ses limites – les classes moyennes ne sont pas de « vraies » classes et/ou elles sont définies négativement et/ou polarisées entre les deux classes fondamentales – que la plupart des travaux sont alors amenés à se situer, qu’il s’agisse de le rejeter, ou de l’amender plus ou moins substantiellement, comme c’est le cas de G. Benguigui et de D. Monjardet, mais aussi de ceux de P. Bourdieu et de L. Boltanski. Ces derniers vont ainsi fortement influencer la refonte de la nomenclature des professions et catégories socioprofessionnelles, refonte sur laquelle s’appuie L. Thévenot dans sa contribution. Et l’on retrouve ce cadre de référence dans les autres interventions, de M. Bauer et E. Cohen, de G. Groux, et de G. Grunberg et E. Schweisguth. Toujours est-il que nous sommes, dans la sociologie du début des années 1980 dans une conjoncture où le double reflux du marxisme et des ambitions théoriques n’a pas encore fait place à la vague interactionniste et descriptive des professions et groupes professionnels ; et où la sociologie fonctionnaliste des professions – qui forme un cadre théorique alternatif au marxisme pour étudier les classes moyennes – n’est pas plus influente en France qu’elle ne le sera par la suite. Reste qu’il y a alors bien des manières distinctes de prendre ses distances avec Marx. Si L. Boltanski se désintéresse du travail des cadres pour se focaliser sur le travail de représentation au travers duquel le groupe s’est construit, à l’inverse G. Benguigui et D. Monjardet ont longuement enquêté sur la « fonction d’encadrement » et les activités concrètes des agents d’encadrement avant d’en proposer des interprétations théoriques plus vastes. C’est d’ailleurs à un vibrant plaidoyer pour l’analyse empirique des pratiques professionnelles des agents d’encadrement et donc à une critique d’une approche des cadres qui a été celle de Boltanski que se livre D. Monjardet dans le chapitre « Terrain et théorie : faut-il se garder de mettre les pieds dans l’entreprise ».

5G. Benguigui résume comme suit l’article de base : « Notre point de départ théorique était que nos sociétés sont structurées et mues par les rapports de classe polarisés par l’opposition capital-travail et par les rapports entre l’État et la société civile, c’est-à-dire les rapports de gestion du social, la mise et la remise en ordre de la société. Ces deux axes sont entremêlés et se croisent dans une zone qui est le lieu des appareils dont les membres des couches moyennes sont les agents d’encadrement. […] Comme agents d’encadrement, les couches moyennes défendent ces derniers et développent une utopie gestionnaire. » (p. 36) S’ils s’appuient sur des travaux antérieurs comme ceux de M. Halbwachs – qui fondent les classes moyennes sur le « travail sur les hommes » –, de K. Renner et de J. Goldthorpe – qui élaborent la notion de « classe de service » dont le contrat de travail est spécifiquement fondé sur la confiance –, et développent sur cette base une construction ambitieuse et originale visant à rendre raison de l’ensemble des traits idéologiques, politiques et culturels de ces classes : corporatisme professionnel, opportunisme politique, innovation culturelle et utopie gestionnaire.

6Les angles critiques des contributions qui suivront dans le débat publié par la même revue sont très divers : les appareils ne sont pas seulement des productions sociales mais aussi des acteurs sociaux, et leurs serviteurs sont une population éclatée en sous-groupes distincts (M. Bauer & E. Cohen) ; surestimation du rôle de l’État dans les rapports qu’il entretient avec les appareils privés (G. Groux) ; sous-estimation de l’importance du travail de mobilisation et de représentation dans la formation des groupes sociaux, qui incite à éviter les agrégations hâtives (L. Thevenot) ; et, plus radicalement chez G. Grunberg et E. Schweisguth, une négligence de l’exigence d’une validation empirique des propositions théoriques. G. Benguigui et D. Monjardet répondent à ces critiques dans le texte qui suit, et vont continuer, ensemble ou séparément, à développer et à nuancer leur position dans plusieurs autres articles parus entre 1984 et 1990, mettant tantôt l’accent sur « la pensée utopique », tantôt sur le travail, n’hésitant pas à s’autocritiquer : « Le fait de gérer les rapports sociaux d’une part, le fait de naître sur l’un ou l’autre des deux axes d’autre part, doivent être placés sur le même plan d’importance théorique : le croisement et l’interférence des deux axes ne doivent pas masquer leurs particularités propres. On pourra alors mieux comprendre l’efficacité de chacun de ces faits. Dans notre article de 1982, nous étions nous-même tombés dans le travers que nous dénoncions » (p. 244)

7Le livre comprend également un article méconnu de G. Benguigui, « Les classes moyennes à Tonga », où l’auteur examine dans quelle mesure il est possible d’appliquer son cadre théorique à un « pays non développé », en l’occurrence cet archipel polynésien de 95 000 habitants en 1986 dans lequel il a séjourné plusieurs mois. À ses yeux la réponse est positive, l’État jouant également un rôle central dans la production des classes moyennes, parmi lesquelles il retrouve des phénomènes observés en France : contestation de la hiérarchie sociale, traits culturels du consumérisme, de l’écologie et de l’utopie gestionnaire. Par contre elles échapperaient à l’opportunisme politique compte tenu de la faiblesse de la bourgeoisie et de la classe ouvrière en démontrant leur propre objectif politique.

8Le texte de P. Tripier, le dernier, se termine par une interrogation sur la valeur de la construction sophistiquée de « L’utopie gestionnaire. Les couches moyennes entre l’État et les rapports de classe ». Est-elle prémonitoire du néocapitalisme, de ses réformes structurelles et de l’affaiblissement des moyens d’action de l’État national, au profit d’un jeu de Monopoly entre grands groupes industriels et financiers mondiaux ? Est-elle au contraire témoin d’une conjoncture singulière, le dernier effort plus ou moins réussi en Europe occidentale de donner à l’ordre démocratique ses moyens d’action ? » En tout état de cause, la conjoncture du capitalisme et la configuration des rapports de classes associée sont bien différentes aujourd’hui. Et parmi les phénomènes paradoxaux dont la prise en compte s’imposerait dans toute actualisation des débats et controverses des années 1970-1980, on peut citer d’un côté le poids désormais dominant de l’identification subjective aux classes moyennes, de l’autre les déstabilisations, les tensions et les divisions qui les marquent. Le remodelage néolibéral des appareils d’État et leur subordination accentuée aux logiques financières n’incitent-ils pas à repenser la manière dont se combinent rapports de classe et rapport État/société civile ? Les apports intersectionnistes ne doivent-ils pas impérativement être mis à contribution dans la mise à jour de l’approche des classes ?

9Espérons que cette publication incite les chercheurs à reprendre le débat sur les classes moyennes – et plus largement sur les classes sociales – au niveau d’exigence théorique qui était le sien il y a maintenant une trentaine d’années.

Haut de page

Notes

1 Paul Bouffartigue (dir.) ([2005] 2015), Le Retour des classes sociales. Inégalités, dominations, conflits, La Dispute.

2 Cet article est paru initialement en 1982 dans la Revue française de sociologie, les quatre autres contributions en 1983 dans la même revue.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul Bouffartigue, « Georges Benguigui et Dominique Monjardet, Les Classes moyennes en débat, Presses universitaires des Paris-Ouest, 2016 », La nouvelle revue du travail [En ligne], 11 | 2017, mis en ligne le 01 novembre 2017, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://nrt.revues.org/3368

Haut de page

Auteur

Paul Bouffartigue

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org