Navigation – Plan du site
Recensions et notes de lecture

Sophie Béroud, Paul Bouffartigue, Henri Eckert, Denis Merklen, En quête des classes populaires, un essai politique, La Dispute, 2016, 214 p. ; Agnès Roche, Des vies de pauvres, les classes populaires dans le monde rural, Presses universitaires de Rennes, 2016, 340 p.

François Reyssat
Référence(s) :

Sophie Béroud, Paul Bouffartigue, Henri Eckert, Denis Merklen, En quête des classes populaires, un essai politique, La Dispute, 2016, 214 p.

Agnès Roche, Des vies de pauvres, les classes populaires dans le monde rural, Presses universitaires de Rennes, 2016, 340 p.

Texte intégral

1Bien que ces deux ouvrages traitent des « classes populaires », il n’est pas aisé de les faire dialoguer. L’un envisage les classes populaires sur un plan assez général, quoique plutôt urbain, l’autre une fraction bien délimitée de ces classes populaires, celles propres au monde rural. Le premier est un ouvrage de réflexion politique, puisant ses appuis scientifiques dans l’histoire, la sociologie, et d’autres disciplines ; le second est une enquête empirique bien délimitée, clairement inscrite dans le champ sociologique, bien que largement restituée sous la forme de mini-récits. C’est pourquoi nous proposons un compte-rendu distinct de chacun des ouvrages, avant de conclure notre recension par quelques lignes invitant à leur discussion commune.

En quête des classes populaires

  • 1 Yasmine Siblot, Marie Cartier, Isabelle Coutant, Olivier Masclet et Nicolas Renahy, Sociologie des (...)

2Avec En quête des classes populaires (EQCP, dans le texte ci-après), Sophie Béroud, Paul Bouffartigue, Henri Eckert et Denis Merklen renouent avec un style d’écriture peu répandu dans la sociologie française contemporaine : celui de l’essai politique. C’est d’ailleurs fort à propos qu’ils en font le sous-titre de l’ouvrage en question et qu’ils s’attardent en introduction sur ce choix. Si la quête à laquelle il est fait référence est aussi – les auteurs s’en revendiquent – une enquête, ce n’est pas au sens d’un travail empirique spécifique. Le lecteur ne trouvera pas ici les résultats d’un travail de terrain, ou plutôt il trouvera une mise en perspective de travaux existants sur les classes populaires, en particulier les plus récents, au prisme d’une grille de lecture résolument politique. On n’a pas plus affaire à une recension exhaustive de ce qui s’est dit ces dernières années sur les classes populaires en sociologie. À ce sujet, les auteurs se réfèrent plusieurs fois au livre collectif Sociologie des classes populaires contemporaines1, non pour s’y opposer mais pour s’en distinguer.

  • 2 Pierre Bourdieu (1983), « Vous avez dit “populaire” ? », Actes de la recherche en sciences sociales(...)

3Ce qui est recherché dans l’ouvrage qui nous intéresse ici, n’est donc pas un état des lieux, une synthèse de travaux faisant référence dans un champ particulier de la sociologie. C’est même en quelque sorte le contraire, car le livre prend dès ses premières pages un tour ostensiblement engagé « dans les efforts de réinvention d’un horizon d’émancipation sociale » (p. 7). La force de ce travail repose dès lors non pas tant sur sa capacité de synthèse ou de clarté – quoiqu’elle soit importante – que sur l’éclairage qu’apporte la grille d’analyse choisie. Pour exposer celle-ci, les auteurs repartent d’abord du concept de classes populaires lui-même, dans ses usages sociologiques mais aussi politiques et en pointent plusieurs fois le caractère « rempli d’implicite » (p. 7), les « ambivalences et les ambiguïtés » (p. 10), voire les « vertus mystificatrices » (p. 21, reprenant Bourdieu2). L’ambition affichée est alors de questionner la catégorie de classes populaires, en tenant tout particulièrement compte de ce qui fait exister une classe. L’influence de Marx, mais aussi de Thompson, est alors assez nette, comme lorsque les auteurs affirment qu’en « dehors du conflit, on ne peut penser ni la formation des classes sociales ni la dynamique d’ensemble d’une formation sociale divisée en classes » (p. 8). Le cadre théorique se construit alors à partir d’une vision des classes populaires comme ne faisant pas que subir diverses formes de domination, mais étant aussi engagées dans des processus conflictuels qui en font finalement une catégorie sans cesse en cours de redéfinition. « Il n’y a pas un invariant qui serait le peuple, qui renverrait à ceux d’en bas et à qui il s’agirait de redonner enfin la parole » disent les auteurs page 10. Il y a bien plutôt une catégorie historique construite qu’il s’agit d’interroger et de soumettre à la critique.

4Le corps de l’ouvrage est organisé autour de trois grandes parties. La première, intitulée « De la classe ouvrière aux classes populaires », vise à proposer une analyse historico-politique de la catégorie de classes populaires. Les auteurs s’y interrogent notamment sur le rôle tenu, tant dans les processus d’émancipation politique réels que dans les discours sociologiques, par la classe ouvrière, et sur la supposée disparition de celle-ci. L’ouvrage parvient ici – et c’est à saluer – à s’affranchir de deux grands écueils. Le premier, consistant à considérer le groupe ouvrier comme devenu négligeable sur le plan statistique, est écarté dès l’introduction, rappelant que « plus qu’à la fin de la classe ouvrière, nous assistons aujourd’hui à la fin de l’hégémonie que la classe ouvrière a su bâtir sur le populaire et dont l’apogée se situe vers la fin des années 60 » (p. 15). Le second écueil, en quelque sorte opposé, est celui consistant, au prétexte que la classe ouvrière n’a pas disparu, à refuser de questionner la centralité du rôle politique qu’elle a à jouer. Or, les auteurs le rappellent « la classe ouvrière n’existe qu’en tant qu’elle constitue un corps agissant dans l’espace social » (p. 77). En acceptant de soumettre à l’examen la réalité actuelle de ce rôle politique central, la thèse défendue devient celle d’une classe ouvrière dont l’histoire est celle d’une montée en puissance suivie d’une désagrégation. Face notamment à « l’extension de la condition salariale », à « l’apparition, au sein de cette condition salariale, de [nouvelles] catégories dominantes » (les auteurs font ici référence à la prise d’importance des cadres), et à « la construction d’un État social » (p. 64), les classes populaires se recomposent, et la classe ouvrière y perd son rôle de sujet politique dominant.

5Est-ce à dire pour autant que les classes populaires ont perdu toute velléité d’agir politiquement ? Certes non, et l’ouvrage ne tient pas ce propos. Tout au contraire, il montre, dans ses seconde et surtout troisième parties, que les luttes politiques des classes populaires sont elles aussi en cours de recomposition. La seconde partie de l’ouvrage, intitulée « Dynamiques des classes populaires », vise à saisir le sens de ces recompositions du point de vue des positions et trajectoires sociales, au moyen notamment de l’usage de la statistique d’État. Dans cette partie, c’est d’abord au salariat populaire et à ses évolutions que s’intéressent les auteurs. Les transformations de ce salariat, en particulier sa féminisation, sa désouvriérisation, sa scolarisation, son ethnicisation et sa précarisation professionnelle (p. 83) sont explorées par les auteurs, qui en viennent à se demander comment « prendre en compte les multiples implications du désenclavement social des classes populaires sans réduire l’interprétation des formes culturelles du “populaire contemporain” à l’idée de “moyennisation culturelle” » (p. 98). Les classes populaires sont traversées par de nouvelles lignes de fractures, mais sont toujours bel et bien majoritaires, expliquent-ils. La question se porte alors sur une hypothétique dualisation du salariat populaire. Les auteurs réfutent cette idée, du moins sous sa forme simpliste, en mobilisant tant des travaux quantitatifs consacrés aux travailleurs peu qualifiés, que des enquêtes ethnographiques auprès de ces mêmes travailleurs. Enfin, se demandant si la dualisation est à chercher du côté des modes de vies des classes populaires, ils proposent une autre manière de voir les choses. La distinction stabilisés/précaires, souvent prise comme une dualisation, est plutôt une polarisation expliquent-ils, une forme de continuum traversant les classes populaires. C’est pourquoi elle n’est pas de nature à remettre en cause l’usage du terme de classes populaires (au pluriel), pour lui préférer la distinction de deux classes désormais distinctes.

  • 3 Denis Merklen (2006), « Une nouvelle politicité pour les classes populaires », Tumultes, n° 27, 173 (...)

6Enfin, la troisième et dernière partie du livre traite des « Productions des classes populaires ». Par productions, il faut sans doute ici comprendre avant tout construction d’elles-mêmes dans des dynamiques conflictuelles. C’est pourquoi cette partie rend compte, au travers du concept de « politicité », des luttes sociales au travail et en dehors, qui construisent les classes populaires dans une forme de subjectivation politique. Ce concept tient une place si essentielle dans l’analyse qu’il mérite sans doute que l’on s’y attarde quelques instants. S’il n’est pas inédit – Denis Merklen a déjà eu l’occasion de le développer ailleurs3 –, il permet ici de discuter de manière très convaincante les formes de mobilisations, plus ou moins collectives, des classes populaires. En envisageant le politique comme « constitutif – et non pas extérieur – au social », les auteurs parviennent à saisir ensemble des formes de mobilisations aussi diverses que la grève ou le débrayage, l’abstention, l’émeute, mais aussi le rap, l’éducation populaire ou le recours au droit. Cette politicité populaire en cours de reconfiguration, les auteurs la décrivent notamment au travers de son rapport ambivalent à l’État. « Ce qui semble occuper le centre de la politicité et qui constitue la cible principale de la mobilisation est le rapport des classes populaires à l’État », est-il ainsi affirmé page 168. Les classes populaires se trouvent engagées dans une double recherche d’intégration et d’autonomie vis-à-vis de l’État, recherche qui se manifeste par des revendications organisées non plus autour de la figure du travailleur, mais de celle du citoyen. Cela établi, il s’agit toutefois de se souvenir que « cela ne signifie pas ipso facto l’émergence d’un nouveau sujet de l’histoire », mettent en garde les auteurs (p. 179). Cette nouvelle politicité populaire ne semble pas nécessairement devoir déboucher sur un horizon révolutionnaire. C’est peut-être pourquoi le dernier chapitre aborde largement la question des mobilisations individuelles, et notamment celles que l’on qualifie souvent de « débrouille » ou de « bizness ». Ce dernier est alors décrit par les auteurs comme caractérisé par « un considérable effort individuel pour stabiliser ce qui apparaît comme incertain » (p. 196). Ces formes de mobilisations sont abordées sous un angle très pessimiste, puisqu’elles débouchent selon les auteurs sur un « individu populaire [actif mais] en même temps profondément dépendant des institutions et du caractère aléatoire et précaire des ressources qu’elles dispensent » (p. 198).

  • 4 Renaud Bécot (2015), « Agir syndicalement sur un territoire chimique », Écologie & Politique, n° 50 (...)

7Pour nos auteurs, donc, envisager les classes populaires uniquement comme incarnation d’un projet politique (comme c’était le cas de la classe ouvrière), ou comme simple catégorie statistique est une erreur. Il faut avant tout les saisir par les conflits dans lesquels elles se construisent, et leurs mobilisations. C’est pourquoi il convient de ne pas négliger les formes nouvelles de ces mobilisations, et d’entendre notamment la revendication de citoyenneté qu’elles portent. De ce point de vue, et en forme de conclusion à cette lecture, on pourra cependant s’interroger sur l’absence quasi totale de l’ouvrage d’un enjeu : celui de l’écologie. Les luttes syndicales autour des questions du travail sont longuement abordées, tant pour noter leurs difficultés que pour rappeler leur importance. Les enjeux de ce que l’on appelle souvent « la question raciale », tout comme les problématiques de genre, sont intégrés au cadre de l’analyse. Il semble cependant à la lecture que les mobilisations écologistes n’aient finalement rien à voir avec les classes populaires. On peut se demander si les auteurs ne délaissent pas un peu vite des travaux comme ceux de Renaud Bécot par exemple4, qui montrent que l’écologie n’est pas qu’une affaire de classes dominantes. Il aurait été d’autant plus intéressant de questionner cet enjeu que les auteurs placent le territoire au centre de la politicité contemporaine des classes populaires. Or, le territoire est également un aspect fondamental des luttes écologistes et un questionnement sur l’implication de membres des classes populaires rurales dans les mouvements comme ceux dits des « Zones à défendre » aurait pu permettre de prolonger la réflexion entamée.

Des vies de pauvres

8Le projet qu’Agnès Roche mène avec Des vies de pauvres. Les classes populaires dans le monde rural (DVP dans le texte ci-après) est à la fois radicalement différent et complémentaire de celui des auteurs du précédent ouvrage. En premier lieu, la focalisation sur les classes populaires dans un espace géographique bien délimité (le département du Puy-de-Dôme, et en particulier ses zones rurales), contraste avec l’ouvrage précédent. L’auteure rappelle dès l’introduction « le moindre intérêt des sociologues [pour la ruralité, qui] contribue à l’invisibilité sociale des classes populaires rurales » (p. 16), et l’on peut considérer qu’avec ce travail Agnès Roche propose dans une certaine mesure un regard dans l’angle mort que sont les territoires ruraux dans la sociologie des classes populaires. D’enquête, il est bien question ici aussi, mais cette fois au sens empirique du terme. L’auteure a mené, avec plusieurs étudiantes de master, une série d’observations et d’entretiens qui constituent un matériau aussi riche que volumineux (plus d’une centaine d’entretiens), qu’il s’agit alors d’exploiter. L’ouvrage le fait d’une manière fort originale, qui semble constituer à la fois sa plus grande force et la source de points critiquables sur lesquels je reviendrai. L’auteure choisit en effet d’accorder une très grande place (environ 200 pages sur les 315 que compte le corps du texte) à la description des enquêtés au travers de portraits, le plus souvent d’individus, parfois de couples.

9Ces portraits, qui ont manifestement fait l’objet d’un travail important de réécriture à la suite des entretiens, sont particulièrement bien écrits. Ils rendent au passage la lecture de l’ouvrage particulièrement agréable (et sans doute aussi plus accessible aux non-sociologues). Mais surtout, ils en disent parfois bien plus long sur les modes de vies, les trajectoires sociales, les rapports sociaux de sexe ou de classe, qu’un exposé plus classique accompagné d’extraits d’entretiens. Au travers de ces portraits, sont décrites des trajectoires sociales qui se répondent, permettant de dégager des récurrences mais aussi des différences dans les parcours des enquêtés. Ces portraits sont ainsi, de manière fort convaincante, divisés en quatre parties, pour autant de catégories d’enquêtés : les « jeunes relégués », les « retraités modestes », les « travailleurs pauvres en galère et éclopés de la vie », et les « petits paysans ». Ce dernier groupe est lui-même à nouveau divisé en trois sous-catégories, les héritiers « en sursis », les héritiers « en survie », et les « néo-paysans ». Ces enquêtés ont été approchés au travers d’institutions (Conseil départemental et Mutualité sociale agricole), semble-t-il par le biais des travailleurs sociaux. Dès lors, et l’auteure ne manque pas de le rappeler, ce n’est pas de n’importe quels pauvres dont il s’agit, mais bien de ceux qui sont en contact avec ces institutions, au travers notamment des différents dispositifs de solidarité, des aides qu’elles peuvent distribuer. À ce point de vue, il est parfois regrettable que le livre ne s’attarde pas plus sur les conditions de ces approches, les difficultés de l’enquête et ses angles morts, que le lecteur ne fait généralement que deviner.

  • 5 Entretien avec Jérôme Pélissier, « Minimum vieillesse, maltraitance sociale », dans Joseph Confavre (...)

10La seconde partie de l’ouvrage, plus courte, propose quant à elle un retour synthétique sur les catégories de pauvres mobilisées et les mécanismes de la domination. Les quatre premiers chapitres y sont construits en miroir des portraits, chacun traitant de l’une des catégories convoquées. Agnès Roche revient dans chaque chapitre sur les principales caractéristiques sociales retrouvées chez les enquêtés. Chez les plus jeunes, elle pointe ainsi des diplômes dévalorisés ou absents, un rapport à la conjugalité qualifié de « précoce » (p. 245), ou un rapport au travail presque toujours négatif. L’auteure n’oublie pas de tenir compte des cas limites et relève aussi ceux pour qui, au contraire, les choses sont différentes, comme ce jeune homme qui « n’a pas choisi d’être bûcheron pour rien » (p. 53) mais voit sa situation bouleversée par de graves problèmes de santé. Les retraités, quant à eux, sont plus souvent des « pauvres devenus vieux » que des vieux devenant pauvres, explique Agnès Roche, reprenant une distinction proposée par Jérôme Pélissier5. Les parcours rencontrés sont marqués par la dureté des conditions économiques tout au long de la vie, mais aussi par des « histoires conjugales douloureuses » (p. 251), mises en avant par l’auteure. Un troisième chapitre revient sur les entretiens avec les travailleurs ou ex-travailleurs pauvres. Les situations y sont analysées comme situées sur un « continuum qui va du travailleur pauvre, qui travaille beaucoup et ardemment, à des personnes pour lesquelles travailler n’est pas un horizon pensable » (p. 255). Mais pour autant, chez ces personnes dans des situations souvent plus que précaires et sur des pentes tantôt ascendantes ou plutôt en cours de stabilisation, tantôt descendantes, on retrouve du commun. Ce commun, c’est notamment, dit Agnès Roche, l’envie de travailler, de « faire quelque chose » (p. 260). Elle balaye la « légende » selon laquelle il existeraient des pauvres ne souhaitant pas être actifs, montrant au contraire une volonté – bien souvent contrariée – d’avoir un emploi. Enfin, un dernier chapitre traite, en trois sous-parties comme pour les entretiens, des situations sociales rencontrées chez les petits paysans. Le titre du chapitre (« La fin d’un monde »), annonce d’entrée de jeu le processus dans lequel l’auteure entend comprendre ces trajectoires sociales. L’agriculture du Puy-de-Dôme, dont le potentiel de production est peu important, subit notamment les conséquences de la crise des deux « secteurs sinistrés » (p. 262) que sont le lait et la viande, nous dit Agnès Roche. Face à la diminution de l’emploi agricole et à des exigences serrées en terme de production, ces petits paysans se distinguent les uns des autres en fonction de leur situation d’héritier ou non, d’une part, et de leurs volontés modernisatrices d’autres part. Ces deux facteurs aboutissent aux trois profils dégagés plus haut. Certains, héritiers « en sursis », semblent presque attendre la fin, l’espoir de jours meilleurs s’incarnant au mieux dans les trajectoires de mobilité sociale des enfants. D’autres, héritiers « en survie », trouvent le moyen de s’accrocher comme ils le peuvent, pris dans un processus de modernisation qui semble bien souvent les dépasser. Enfin, des « néo-paysans » parviennent tant bien que mal à s’inscrire dans le paysage social local, tout en y important de nouvelles manières de travailler.

11Cette seconde partie, après avoir évoqué les catégories de pauvres, se conclut sur un ensemble de chapitres ayant pour objet « Les mécanismes de la domination et de la reproduction ». Le titre, comme les objets explorés (école, famille, misère de condition), traduit un cadre théorique empruntant à la sociologie de la domination, en particulier celle de Pierre Bourdieu, auquel il est plusieurs fois fait référence. C’est sans doute dans ce dernier ensemble de chapitres que le matériau est le plus travaillé, tandis que l’on peut parfois s’interroger sur la nécessité des chapitres précédents, qui tendent parfois à une simple explicitation de ce qui était déjà contenu dans les portraits, agrémentée d’éléments de contexte. À l’inverse, les derniers chapitres font l’objet de plus de discussion et permettent de dégager des processus que l’on ne faisait que deviner à la lecture des portraits. L’expérience de l’école, en particulier, est particulièrement intéressante en ce qu’elle présente de nombreux traits connus du rapport des classes populaires à cette institution, mais il s’agit ici d’une fraction de ces classes dont on parle moins. Le rejet de l’école, l’inflation des diplômes et leur dévalorisation, les mécanismes de décrochage ou le rôle de l’enseignement professionnel sont explorés dans des contextes plus rarement évoqués (lycées agricoles notamment). Globalement, c’est donc un ouvrage empirique de grande qualité que propose Agnès Roche, consacré à un objet relativement peu investigué notamment par la sociologie du travail.

12Au registre des critiques que l’on peut porter à l’ouvrage, je crois important d’en mentionner deux en particulier, qui viennent parfois gêner la lecture. La première est relative au vocabulaire mobilisé, quoiqu’il puisse s’agir, si l’on y réfléchit, autant d’une critique adressée à l’auteure qu’à ses lecteurs potentiels. En effet, si les sigles et acronymes font l’objet d’un index en fin d’ouvrage, il n’en va pas de même d’un certain nombre d’expressions relatives à l’agriculture qui ne sont pas toujours faciles à saisir. Plusieurs fois, est mentionné le « problème des cellules » dans le lait, ou encore la « traite au pot » et le « tank à lait », sans que soient expliquées les significations de ces expressions. Cela révèle sans doute combien le monde intellectuel s’est éloigné du monde agricole (s’il en fût jamais proche), contrairement au monde de l’usine. Si d’autres peuvent parler de « pointeuse » ou de « trois-huit » sans en détailler le principe à chaque livre, au nom de quoi Agnès Roche ne pourrait-elle pas en faire autant s’agissant des machines et modes d’organisation du monde agricole ? Il n’y a sans doute pas de bonne réponse à cette question, mais il n’en reste pas moins que quelques explications supplémentaires auraient parfois éclairé le lecteur non averti.

13La seconde critique concerne le ton adopté par l’auteure. Je l’ai mentionné plus haut, une grande attention est mise à raconter des histoires de vie d’une manière non seulement sociologique mais aussi faisant appel à une certaine littérarité. Indéniable atout de ce livre, cette même littérarité tend parfois à produire un certain nombre de jugements qui peuvent interroger. En particulier, le champ lexical de l’aveu est particulièrement présent tout au long des descriptions (par exemple, p. 78, une enquêtée est décrite ainsi : « fille illégitime, elle avoue avoir eu une enfance mouvementée » ; p. 285, s’agissant de l’école, l’auteure explique que « certains avouent qu’ils ne travaillaient pas assez »). Ce terme, parmi d’autres, pose question quant au rapport social que l’auteure a pu avoir avec ses enquêtés. Ces derniers, approchés par le biais des institutions et de leurs travailleurs sociaux, ne se sont-ils pas trouvés, une fois de plus, mis en demeure de s’expliquer, de se raconter, sur le mode que ces institutions attendent d’eux ? La question peut se poser et ce, d’autant plus, qu’Agnès Roche fait part de la surprise des enquêtrices devant la confiance avec laquelle les enquêtés se sont livrés (p. 22), confiance qui pourrait s’expliquer par l’habitude d’avoir à dire sa misère pour obtenir les faveurs de l’État social. En plusieurs endroits du livre, enfin, sont mobilisées des distinctions ou des catégories de pensée dont on peut questionner la pertinence sociologique. Ainsi, lorsque sont distinguées p. 73, s’agissant d’équipes médicales opérant en Algérie en 1957, les « Françaises » et les « musulmanes », ou encore, p. 101, quand une jeune fille est décrite comme « dans la période difficile de l’adolescence » sans que l’on sache à quoi cette période fait véritablement référence. Si ce ne sont pas là des questions au centre de l’ouvrage (l’essentiel des catégories mobilisées sont au contraire solides et bien définies), le choix d’un style « raconté » vient parfois perturber le lecteur sociologue, au travers de certaines expressions à la pertinence scientifique discutable.

Conclusion

  • 6 Voir par exemple, bien que cet ouvrage précis soit paru plus récemment, Violaine Girard (2017), Le (...)

14Comment mobiliser ces deux ouvrages au sein d’une même réflexion ? Indéniablement, la lecture de DVP apporte un éclairage sur un espace qui, il faut bien le reconnaître, reste relativement peu évoqué dans l’autre ouvrage recensé, à savoir le monde rural. Éclairage d’autant plus intéressant qu’il ne vient pas s’opposer aux thèses des auteurs d’EQCP, mais plutôt leur donner une nouvelle perspective. L’ambivalence du rapport à l’État, décrite comme un élément essentiel de la politicité des classes populaires par les auteurs d’EQCP, est par exemple assez prégnante chez les enquêtés d’Agnès Roche. Pris dans des dispositifs d’aide étatique, parfois principale ressource financière, ces membres des classes populaires n’en revendiquent pas moins des formes d’autonomie et de reconnaissance de leurs droits. Ces revendications sont par exemple assez manifestes quand sont évoqués les fameux quotas de lait, dont les enquêtés contestent souvent la répartition. S’agissant des possibilités d’achat ou de location de terrain, là encore, l’on retrouve des formes de conflictualité. Bien que relativement individuelles (ce qui répond aux processus d’individualisation évoqués par Béroud et al.), ces conflictualités sont, comme dans le monde urbain, fortement liées au territoire. Comme on le voit, si DVP apporte un éclairage empirique plus concret, c’est à l’inverse une base théorique plus travaillée que proposent les auteurs d’EQCP. La lecture de ce dernier ouvrage permet sans doute de porter un regard moins strictement sociologique sur le monde social décrit par Agnès Roche et d’y retrouver la dimension politique. Ces apports mutuels n’en restent pas moins limités par le fait qu’ils répondent à des écueils de chacun des ouvrages. Pour réellement saisir les dynamiques politiques des classes populaires rurales, il manque sans doute à EQCP une prise en compte plus importante des travaux portant sur ces populations, qui ne sont pas inexistants y compris sous un angle plus politique6. Pour comprendre entièrement les trajectoires sociales des enquêtés de DVP, il reste sans doute à les questionner dans leur rapport au politique, entendu dans un sens plus large que la seule mobilisation syndicale ou partisane.

Haut de page

Notes

1 Yasmine Siblot, Marie Cartier, Isabelle Coutant, Olivier Masclet et Nicolas Renahy, Sociologie des classes populaires contemporaines, Paris, Armand Colin, 2015, 363 p.

2 Pierre Bourdieu (1983), « Vous avez dit “populaire” ? », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 46, n° 1, 98-105.

3 Denis Merklen (2006), « Une nouvelle politicité pour les classes populaires », Tumultes, n° 27, 173-197.

4 Renaud Bécot (2015), « Agir syndicalement sur un territoire chimique », Écologie & Politique, n° 50, 57-70.

5 Entretien avec Jérôme Pélissier, « Minimum vieillesse, maltraitance sociale », dans Joseph Confavreux, Jade Lindgaard et Stéphane Beaud (2006), La France invisible, Paris, La Découverte, 453.

6 Voir par exemple, bien que cet ouvrage précis soit paru plus récemment, Violaine Girard (2017), Le Vote FN au village : trajectoires de ménages populaires du périurbain, Vulaines-sur-Seine, Éditions du Croquant.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Reyssat, « Sophie Béroud, Paul Bouffartigue, Henri Eckert, Denis Merklen, En quête des classes populaires, un essai politique, La Dispute, 2016, 214 p. ; Agnès Roche, Des vies de pauvres, les classes populaires dans le monde rural, Presses universitaires de Rennes, 2016, 340 p. », La nouvelle revue du travail [En ligne], 11 | 2017, mis en ligne le 01 novembre 2017, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://nrt.revues.org/3371

Haut de page

Auteur

François Reyssat

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org