Navigation – Plan du site
Recensions et notes de lecture

Felder Alexandra, L’Activité des demandeurs d’asile. Se reconstruire en exil, Toulouse, Érès, coll. « Clinique du travail », 2016

Sophie Mathieu
Référence(s) :

Felder Alexandra, L’Activité des demandeurs d’asile. Se reconstruire en exil, Toulouse, Érès, coll. « Clinique du travail », 2016

Texte intégral

1Au-delà des discours médiatiques qui tendent à uniformiser les exilés, Alexandra Felder tente de démontrer les capacités d’action de ces migrants et de rendre compte de leur individualité. Pris dans une précarité pluridimensionnelle (à la fois économique, politique, juridique, statutaire, identitaire, temporelle et dans le travail), ces migrants mettent en place des « processus de résistance » (p. 11) à l’assignation institutionnelle dans le cadre d’une dynamique de reconstruction identitaire. Ces procédés passent par des activités partagées s’inscrivant essentiellement en dehors de la sphère du travail. À partir de plusieurs entretiens réalisés en Suisse avec des demandeurs d’asile, des déboutés de l’asile et des réfugiés, Alexandra Felder propose une définition singulière des « activités », comprenant dans cette notion des pratiques se détachant de celles usuellement assignées aux activités professionnelles. En d’autres termes, selon elle, quelqu’un qui ne travaille pas n’est pas nécessairement inactif, et c’est à partir de cette affirmation que se construit son développement.

2Le travail des demandeurs d’asile remplit différentes fonctions importantes. Il relève néanmoins d’un ensemble de conflits et de paradoxes. En Suisse, les requérants de l’asile peuvent obtenir un permis N les autorisant à exercer une activité rémunérée dans les secteurs de la restauration, de l’hôtellerie ou du nettoyage. L’obtention d’un emploi constitue un élément fondamental pour la demande éventuelle d’un permis humanitaire, dans le cas où l’asile leur serait refusé. C’est aussi un moyen de se défaire quelque peu de l’unique qualificatif de « demandeur d’asile » : avoir à cœur de « bien faire son travail » et d’être reconnu pour cela implique une recherche identitaire valorisante, au-delà de ce seul titre de « demandeur » qui place dans une position d’infériorité. Il s’agit donc là d’une stratégie de résistance face à une identité négative et stigmatisante des demandeurs d’asile, désignés comme des « parasites » (p. 97). Mais dans les faits, les permis N sont très souvent refusés par les employeurs. Les demandeurs d’asile se retrouvent alors dans une situation paradoxale, entre l’espoir d’accéder à un emploi et la résignation face aux rejets constants qui les renvoient de fait à la précarité de leur condition. Beaucoup acceptent d’effectuer une activité professionnelle en dessous de leur niveau de qualification. Cela leur permet de sortir de l’assistanat des aides sociales et de se positionner comme acteurs de leurs propres vies en attendant l’issue de la demande d’asile. « Le salaire donne le sentiment d’avoir à sa disposition des moyens d’action » (p. 81). Pour autant, cela peut se traduire par un sentiment de « sous-emploi de soi » puisqu’il s’agit d’accepter d’effectuer un travail qui ne soit pas en lien avec son parcours de vie, ses compétences propres et, qui plus est, un travail bien souvent précaire.

3Pour contrecarrer l’insatisfaction d’un travail jugé inférieur, certains demandeurs d’asile s’investissent dans des activités annexes, constituant des espaces transitionnels. La formation peut par exemple s’avérer être une activité personnalisante positive. Se former, c’est s’inscrire dans un processus de transition (tout comme le fait d’être en situation de demande d’asile), permettant non seulement de supporter l’attente mais participant aussi à une « revalorisation de soi et du refus de se conformer à la réduction au statut juridique » (p. 113). La formation crée un lien entre le passé (puisqu’elle s’inscrit bien souvent dans une continuité – du moins recherchée – d’une activité antérieure ou en réponse à un rêve qui n’a pas pu être réalisé auparavant), le présent et l’avenir (l’objectif fixé par ladite formation). En effet, la formation permet de « restaurer une perspective temporelle dans le temps suspendu » (p. 120). Mais elle comporte aussi des risques d’échec ou des risques de « métamorphose de soi » (p. 128).

4Les espaces transitionnelles investis prennent souvent corps dans un contexte associatif : l’apprentissage du français ou diverses activités bénévoles sont autant d’éléments permettant de tirer avantage d’une situation pourtant contraignante. Le « faire », les activités que les demandeurs d’asile déploient dans ce cadre sont autant de moyens de s’éloigner du stigmate les identifiant comme oisifs, voire « parasitaires ». Certaines associations constituent un « premier point d’ancrage » (p. 138) en attente d’une mobilité des places, d’un changement de statut (obtention d’un emploi, réponse positive ou négative à la demande d’asile). Il y a ensuite une tendance à la défection, à un désengagement des activités associatives, ce qui donne aux dispositifs un caractère fluctuant et changeant.

5Les activités personnalisantes ont pour fonction d’aider les demandeurs d’asile à se reconstruire en exil. Mais elles leur permettent également de mettre en place des stratégies identitaires et de résistance contre les assignations et la réduction à un statut précaire, de s’investir et de s’identifier à la « communauté des hommes », de faire entendre sa voix, voire même d’engager des actions presque politiques de révolte et de dénonciation des injustices, et d’interpeller les acteurs politiques (par la rédaction d’articles dans un journal notamment).

6Par conséquent s’opèrent des tensions entre une détermination, notamment juridique, du statut de requérant à l’asile, et les activités partagées par lesquelles il leur est possible de faire ressortir leur subjectivité.

7En s’inscrivant dans une sociologie actionnaliste, Alexandra Felder met au jour des activités permettant de dépasser la condition statique de l’attente inhérente au statut de demandeur d’asile. Elle identifie des stratégies de résistance permettant une réaffirmation identitaire. L’auteure termine son ouvrage en ouvrant le propos à une perspective plus large. Selon elle, les acteurs sociaux en lien avec ce public devraient se saisir des réalités multiples décrites ici, afin de proposer un accompagnement adapté aux demandeurs d’asile. En cela, Alexandra Felder prône une sociologie clinique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Mathieu, « Felder Alexandra, L’Activité des demandeurs d’asile. Se reconstruire en exil, Toulouse, Érès, coll. « Clinique du travail », 2016 », La nouvelle revue du travail [En ligne], 11 | 2017, mis en ligne le 01 novembre 2017, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://nrt.revues.org/3384

Haut de page

Auteur

Sophie Mathieu

2L2S, université de Lorraine

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org