Navigation – Plan du site
Recensions et notes de lecture

Karen Messing, Souffrances invisibles. Pour une science du travail à l’écoute des gens, Montréal, Écosociété, 2016, 231 p.

Anne-Marie Arborio
Référence(s) :

Karen Messing, Souffrances invisibles. Pour une science du travail à l’écoute des gens, Montréal, Écosociété, 2016, 231 p.

Texte intégral

1En tant qu’ergonome, Karen Messing a passé trente-sept années de sa vie à explorer le monde du travail dans différents univers que le lecteur de Souffrances invisibles découvre au fil des chapitres : raffinerie, hôtels, hôpitaux, commerce, enseignement, industrie agroalimentaire… Ces terrains trahissent parfois leurs spécificités canadiennes – par exemple le monde du commerce où les employées sont systématiquement « debout immobiles » pour tenir leurs caisses (p. 68 sq.) –, mais ils ne manquent pas de faire écho à des réalités que nous observons ailleurs, que l’on s’intéresse aux liens entre santé et travail ou à d’autres questions. L’ouvrage de Karen Messing rapporte ainsi un ensemble de comptes-rendus de recherche passionnants, par exemple dans « le monde invisible du nettoyage » (p. 34 sq.), dont elle relève patiemment les exigences tant physiques que cognitives ou techniques. Comme d’autres salariés, en particulier dans les centres d’appel ou dans le commerce, ces employés sont soumis à d’incessantes « violations de domicile » (p. 135 sq.), du fait d’une extrême variabilité d’horaires, avec des appels chez soi à toute heure pour des remplacements de dernière minute, le temps de réorganisation de la vie familiale s’ajoutant ainsi au temps de travail.

2Outre un ensemble d’enquêtes diverses sur la santé au travail, le lecteur, du fait des choix d’écriture et d’argumentation, découvre le parcours de l’auteur, docteur en génétique moléculaire devenue ergonome, et le monde de la recherche sur le travail. Cette écriture peu académique n’interdit pas l’affirmation d’une thèse : la plupart des maux liés au travail restent invisibles en raison du « fossé empathique » qui sépare certains travailleurs des chercheurs, politiques, juges ou patrons, bref de tous ceux qui pourraient contribuer à améliorer leurs conditions. Cette notion de « fossé empathique » est au cœur de son analyse. Elle y est arrivée à partir de travaux sur les effets du travail sur la santé commandés par un syndicat d’ouvriers d’une raffinerie exposés à des poussières radioactives. D’autres recherches ont suivi jusqu’à la convaincre d’abandonner ses travaux de recherche en génétique pour se consacrer à l’ergonomie, une discipline appréhendée comme une « passerelle au-dessus du fossé empathique » (p. 50), une « profession idéale pour observer le fossé empathique » (p. 91).

  • 1 Bensa Alban et Didier Fassin (2008), Les Politiques de l’enquête. Épreuves ethnographiques, Paris, (...)

3Confiance, sympathie, empathie ou au contraire antipathie, voire répugnance : les effets de ces sentiments sur le travail de l’enquêteur ont été discutés par des sociologues de terrain, fortement impliqués dans leurs objets d’étude sans pouvoir se retrancher derrière neutralité axiologique wébérienne1. « Comment faire de l’ethnographie quand on n’aime pas ses indigènes ? » se demande par exemple Martina Anvaza, enquêtant sur un mouvement xénophobe. Il en va différemment ici où les travailleurs ne suscitent pas vraiment d’antipathie : leurs souffrances sont simplement ignorées et, par suite, invisibles à ceux qui pourraient contribuer à les réduire. L’image du fossé ou du gouffre à combler renvoie à une « insensibilité à l’expérience de l’autre » (p. 32) davantage qu’à une hostilité à son endroit.

4Résolument optimiste quant à la possibilité – du moins pour les chercheurs – de franchir ce fossé, Karen Messing analyse à la fois les raisons de cette distance et les conditions dans lesquelles elle-même a pu se mettre « à l’écoute des gens », sans oublier les moments où elle a « franchement manqué de sensibilité » (p. 56), voire où elle s’est « agacée » des demandes de ses étudiantes face aux émanations toxiques contaminant le laboratoire (p. 214).

5Le récit de sa découverte du fossé empathique se double de celui de la manière dont elle l’a franchi. C’est l’une des raisons du tour biographique pris par l’ouvrage. Le chapitre 1 commence par « Un jour quand j’étais petite », le chapitre 8 « Devenir une scientifique » est explicitement biographique. On suit Karen Messing enfant, visitant l’usine où travaille son père, mais aussi étudiante en biologie, en doctorat de génétique moléculaire, mère de famille jonglant avec les temporalités de ses expériences scientifiques et les horaires de garde des enfants… Il ne s’agit pas d’une démarche autocentrée visant à une quelconque héroïsation du chercheur ; cette démarche de réflexion sur les catégories de perception du chercheur apparaît comme une nécessité heuristique qui contribue à révéler et à surmonter le fossé empathique. Pour devenir sensible à l’expérience de l’autre, il faut d’abord du temps, observer longtemps pour arriver à rompre avec les évidences. Le temps est d’ailleurs présent dans différentes définitions de l’ergonomie proposées dans l’ouvrage : « comme mes collègues ergonomes, je passe beaucoup de temps à observer les gens au travail afin d’observer la nature de l’origine de leurs problèmes » (p. 68), ou « être ergonome, c’est passer de longues heures avec les employés d’une société à examiner leur milieu de travail à travers leur regard. C’est aussi faire la navette entre le plancher de l’usine et les bureaux pour discuter de ses observations avec la direction. » (p. 91) C’est en prenant le temps qu’on parvient par exemple à relever des astuces que développent les salariés pour faire face aux risques auxquels ils sont soumis et qui se déploient sur le long terme. C’est là un intérêt de cette démarche que de montrer, comme à propos de la pâtisserie industrielle, des « compétences méconnues » (p. 95) que les salariés développent pour tenir le rythme de travail ou pour faire face aux risques. Cela suppose d’observer le travail au plus près et sur une certaine durée, et de réinterroger le discours même de l’enquêtée qui rapporte quelle a mis « deux ou trois jours » à apprendre son poste alors qu’en réalité, il lui a fallu deux ans. Celle-ci a en quelque sorte repris à son compte la catégorie de travail « non qualifié » qui a été proposée par quelqu’un de peu empathique, déniant le temps nécessaire pour bien l’occuper. Il en va de même pour le travail d’équipe « réalité invisible » (p. 110 sq.) qui contrevient à l’individualisation des rémunérations et à la mise en compétition des salariés. La sensibilité du chercheur à l’expérience des salariés ne serait-elle pas accrue par l’occupation de leur rôle, la prise en charge de leurs tâches ? Ce moyen n’est évoqué qu’occasionnellement, à propos d’un travail de serveuse occupé par l’auteur dans sa jeunesse ou d’une de ses collaboratrices qui aide au nettoyage des chambres d’hôtel, sans que cela paraisse à Karen Messing une voie à privilégier. Davantage que l’engagement des chercheurs, ce sont les conditions de la recherche qui jouent un rôle prépondérant, et notamment la possibilité de partenariats entre universitaires et syndicats, telles qu’elle a pu en bénéficier.

6Au terme de cet ouvrage foisonnant, il reste cependant une part de flou autour de la notion de fossé empathique et une part de mystère sur les conditions de son franchissement. Le flou tient au fait que le terme soit employé pour désigner les relations aux travailleurs de groupes aussi divers que les employeurs ou les chercheurs. Si les patrons ne répondent pas aux demandes des travailleurs, n’est-ce pas simplement pour suivre leurs intérêts ? Et d’ailleurs, en prenant leur point de vue, en se faisant « empathique » avec les employeurs, on comprend qu’ils n’ont aucune raison de percevoir les problèmes des salariés ni surtout de les résoudre… Mais c’est surtout des chercheurs qu’il est question dans l’ouvrage. Karen Messing considère leur rôle comme essentiel pour amener les employeurs et le public à enjamber le fossé empathique (p. 223). Pour la plupart des cas évoqués dans l’ouvrage, on pourrait interroger la proximité entre la notion de fossé et l’ethnocentrisme de classe. L’ouvrage regorge d’exemples de ce que l’expérience personnelle non réfléchie fait à l’interprétation du monde social. Ainsi, lorsque les chercheurs se préoccupent des effets de la position assise prolongée qui leur est familière plutôt que de ceux de la posture debout immobile des salariées du commerce ou lorsqu’ils font preuve d’une grande compréhension à l’égard de la fatigue muséale liée à la déambulation lente prolongée dans un musée, mais restent aveugles à la pénibilité de la station debout des caissières, cela ne relève-t-il pas de l’ethnocentrisme de classe ? À propos des conditions de franchissement du fossé, l’auteur suggère implicitement les effets d’une proximité de classe en évoquant le parcours de quelques étudiantes de différentes origines qui seraient particulièrement à l’aise sur tel ou tel terrain, ou d’une certaine idéologie en parlant de la sensibilité de gauche de sa mère qui l’a influencée. Cela pourrait laisser penser que le fossé empathique ne peut pas être franchi par tous, qu’il dépend de l’histoire de chacun. S’agit-il alors de renvoyer chacun à des objets qui lui sont proches ou familiers par son histoire ? On a même parfois le sentiment que franchir le fossé empathique n’est pas possible pour tous, qu’il renvoie, outre les caractéristiques sociales de chacun, à une équation personnelle : Karen Messing fait ainsi souvent référence à des qualités personnelles des chercheurs qui l’entourent comme la « nature chaleureuse et amicale » d’Ana Maria (p. 35). Du coup, on pourrait penser que ce franchissement dépend de qualités personnelles et qu’on serait donc « fait » – ou pas – pour le franchir.

  • 2 Karen Messing, présentation de l’ouvrage à l’Atelier « Travail et Relations professionnelles » du L (...)

7En dépit de ce flou, l’ouvrage de Karen Messing qui se lit d’une traite contribue à mettre en évidence les contraintes ou les conditions du travail scientifique qui orientent nos travaux de façon à nous détourner de certaines questions : recherche de subventions, modes de publication et d’évaluation. La posture scientifique même qui impose le doute, les formulations réservées, ou nuancées, nuit aux interventions des chercheurs sur d’autres scènes – comme par exemple sur la scène judiciaire où Karen Messing a été amenée à défendre les travailleurs –, où des assertions fermes sont requises. Cette attention aux contraintes de notre travail ne nous ôte aucune responsabilité dans l’affaire puisque toute l’œuvre de Karen Messing montre que d’autres manières de faire sont possibles, plus attentives aux travailleurs, plus « à l’écoute des gens », ou encore moins méprisante et se méprenant moins, si l’on se réfère au sous-titre que l’auteur dit qu’elle aurait préféré pour l’ouvrage : Le mépris et la méprise2.

Haut de page

Notes

1 Bensa Alban et Didier Fassin (2008), Les Politiques de l’enquête. Épreuves ethnographiques, Paris, EHESS, 41-58.

2 Karen Messing, présentation de l’ouvrage à l’Atelier « Travail et Relations professionnelles » du LEST, 1er décembre 2016.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Marie Arborio, « Karen Messing, Souffrances invisibles. Pour une science du travail à l’écoute des gens, Montréal, Écosociété, 2016, 231 p. », La nouvelle revue du travail [En ligne], 11 | 2017, mis en ligne le 01 novembre 2017, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://nrt.revues.org/3387

Haut de page

Auteur

Anne-Marie Arborio

LEST, Aix-Marseille Université

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org